Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155DossierLes changements dans la catéchèse...

Dossier

Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ?

Changes in catechesis in the 1960s in France: a breach in the transmission of faith?
Bénédicte Toucheboeuf
p. 89-115

Résumés

Transmettre la foi est la mission même de l’Église. Si, depuis le concile de Trente, cette transmission se fait essentiellement par le catéchisme des enfants, ce dernier est jugé, au XXe siècle, de moins en moins efficace à mesure que décroît en France la pratique religieuse des adultes. Le mouvement catéchétique juge nécessaires une révision et une adaptation de la pratique. Aux commandes des instances nationales de la catéchèse dès les années 1950, il engage une réforme conduisant aux « nouveaux catéchismes » de 1968. S’appuyant sur les archives du Centre national de l’enseignement religieux, cet article montre comment et pourquoi cette réforme fait long feu, laissant apparaître que la transmission de la foi relève finalement moins d’une adaptation méthodologique que de l’invention de nouvelles formes de transmission dans une France où progressent l’indifférence et l’ignorance religieuses.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 André Boyer, Un demi-siècle au sein du mouvement catéchistique français, Paris, Éditions de l’Écol (...)
  • 2 Denis Pelletier, Les catholiques en France de 1789 à nos jours, Paris, Albin Michel, 2019, p. 213- (...)
  • 3 Antoine Prost, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation, t. 4 : L’école et la famille (...)
  • 4 Pauline Piettre, « Catéchèse et instruction religieuse en France depuis le XIXe siècle », Transver (...)
  • 5 Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France. Histoire, déplacements, enjeux (...)
  • 6 Joël Molinario, Joseph Colomb et l’affaire du catéchisme progressif : un tournant pour la catéchès (...)
  • 7 Isabelle Morel, Les années Pierres Vivantes. Retour sur un débat interrompu, Paris, Desclée de Bro (...)

1Dès les années 1930, les responsables de la catéchèse se lancent, en France, dans une réforme des supports et des pratiques catéchétiques1, initiative qui se poursuit dans les décennies suivantes et débouche sur les « nouveaux manuels » de 1968. Ces derniers paraissent dans un contexte marqué par une crise de la transmission religieuse, et plus largement, une crise de l’autorité et une remise en cause de la hiérarchie des normes2, et ce, alors même qu’une série d’évolutions sociales et pédagogiques remet en cause l’enseignement traditionnel3. Rares sont les études historiques consacrées à ces mutations de la catéchèse en France au XXe siècle. Hormis l’article de Pauline Piètre4 retraçant les évolutions du catéchisme depuis le XIXe siècle, la catéchèse est surtout un objet de recherche pour les théologiens, Adler et Vogeleisen5 au début des années 1980, ou plus récemment Joël Molinario6 ou Isabelle Morel7. L’étude historique de cette réforme reste donc à faire.

  • 8 Joël Molinario, « Une pédagogie de la Parole en catéchèse : de l’invention du catéchisme à Dei Ver (...)
  • 9 Elisabeth Germain, Langage de la foi à travers l’histoire. Approche d’une étude des mentalités, Pa (...)

2Avant d’en expliquer les enjeux, il convient de définir les termes de catéchisme et de catéchèse, dont le sens et les usages ont varié au fil du temps. La catéchisation systématique des populations catholiques est une invention pédagogique du concile de Trente, en réponse au catéchisme de Luther de 1529. Si, jusqu’alors, la foi se transmettait par appartenance, Luther eut l’intuition qu’il convenait de nourrir l’intelligence de la foi afin que le croyant puisse en rendre compte. Le premier catéchisme de Charles Borromée, publié en 1556, est en même temps un « petit traité de pédagogie catéchétique »8 et une présentation organique de la foi reçue des apôtres. Dans le contexte des réformes religieuses de l’époque moderne, l’intention est de lutter contre l’ignorance religieuse9. La catéchèse du XXe siècle est le lointain héritage de cette invention tridentine.

  • 10 André Liégé, « La catéchèse, qu’est-ce à dire ? Essai de clarification », Catéchèse, no 1, octobre (...)

3Sous le vocable « catéchisme » et son qualificatif « catéchistique », il faut entendre, encore au XXe siècle, aussi bien le livre, l’acte de catéchiser que l’institution ecclésiale de la transmission de la foi aux enfants. Celle-ci ressort de l’autorité de l’évêque et concerne l’ensemble de l’Église catholique. La réflexion en ce domaine est conduite dès 1941 par la Commission nationale de l’enseignement religieux (CONER) contrôlée par l’épiscopat, organisme appelé à se ramifier au cours des décennies suivantes. Au début des années soixante, le mot catéchèse prend l’ascendant dans la réflexion théorique et institutionnelle10.

  • 11 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, P (...)
  • 12 Ibid, p. 268.

4S’intéresser à la genèse et à la mise en œuvre de la réforme de la catéchèse dans les années soixante revient à s’interroger sur son rôle dans la « crise catholique11 » et sur son insertion dans les évolutions sociales et culturelles de ces mêmes années. En effet, comme l’a montré Denis Pelletier, les années 1960 initient un processus de changement social dans le catholicisme qui conduit à une sortie historique du catholicisme tridentin, mis en place trois siècles auparavant. Ce moment voit le catholicisme français faire face à la réception du concile de Vatican II, à l’émergence d’un gauchisme chrétien, à une contestation de l’autorité et de la hiérarchie par les prêtres et à la fin de l’apostolat d’Action catholique. Cette « crise catholique de la société française »12 n’est pas seulement une crise du catholicisme mais constitue aussi un observatoire de la transformation des manières de vivre, de croire et de penser comme du rapport au politique et aux institutions au sein de la société française.

  • 13 Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers, une génération (1945-1969), Paris, Fayard, 2003 ; Domin (...)
  • 14 Marcel Albert, L’Église catholique en France sous la IVe et Ve République, Paris, Éd. du Cerf, 200 (...)

5La catéchèse faite aux enfants ne peut rester à l’écart des évolutions sociales, qu’il s’agisse de l’urbanisation et de l’exode rural, de la massification de l’enseignement secondaire, l’émergence d’une « culture jeune »13 ou des mutations des pratiques religieuses14 que connaît la France.

  • 15 Archives des instances nationales de l’enseignement religieux (CONER, Commission épiscopale de l’e (...)

6Les archives du Centre national de l’enseignement religieux (CNER)15 et les publications à destination des catéchistes, notamment la revue Catéchèse, font apparaître le travail au long cours de catéchètes qui, entre les années 1930 et 1968, tentent de répondre à un recul de la catéchisation. Forts de ce constat, ils pensent et mettent en œuvre une réforme qui aboutit en 1968, mais sans donner les résultats escomptés. Entendue d’abord comme méthodologique, cette réforme, dont la portée théologique se révèle au fil du temps, conduit en définitive à une remise en cause de la nécessité même d’une transmission de la foi.

I. Le long cheminement de la réforme catéchétique

7Si la nécessité de transmettre une adhésion plus profonde à la foi s’impose dès le premier XXe siècle, les mutations de la catéchèse s’opèrent sur le temps long, temps nécessaire pour imposer l’idée de la réforme aux évêques, aux catéchistes et aux fidèles.

1. La remise en cause du « catéchisme du savoir »

  • 16 L’expression « catéchisme du savoir » est empruntée à Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle d (...)
  • 17 Pie X, Lettre encyclique Acerbo Nimis, sur l’enseignement de la doctrine chrétienne [en ligne] <ht (...)

8Au XIXe siècle, le manuel de catéchisme, toujours sous forme de questions-réponses, est devenu un texte très abstrait, à connaître par cœur16. Le catéchisme a suivi en cela le virage apologétique et rationaliste de la théologie du XIXe siècle, qui l’appauvrit en l’intellectualisant. C’est une instruction religieuse, un ensemble structuré de connaissances que transmet le catéchisme dans sa triple acception de lieu, de manuel et de formation dogmatique. La « révélation des vérités surnaturelles » (le mot vient remplacer celui d’Évangile au concile de Vatican I) est ainsi réduite au texte du catéchisme ; la transmission de la foi revient à enseigner ce texte et à le faire apprendre par cœur, comme le souligne Pie X en 1904 : « le premier devoir du prêtre est de faire apprendre le texte du catéchisme, seul moyen de lutter contre la déchristianisation et la débilité des âmes »17. Rationalisé et intellectualisé, le catéchisme se veut donc, au tournant du XXe siècle une arme majeure dans la lutte contre la sécularisation de la société française.

  • 18 Pauline Piettre, « Catéchèse et instruction religieuse en France depuis le XIXe siècle », art. cit (...)

9Après qu’en 1882 l’instruction religieuse a été retirée des programmes scolaires des écoles primaires publiques, la catéchisation est devenue un acte volontaire et gratuit, une affaire privée, dont la possibilité est toutefois légalement garantie par la vacance des classes le jeudi18. Il revient à l’Église de France de s’adapter pour trouver comment convaincre les familles d’envoyer leurs enfants au catéchisme.

  • 19 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914, Paris, Belin, 1999.
  • 20 Antoine Savoye, « Un terrain de rencontre de l’Éducation nouvelle et des sciences de l’éducation : (...)
  • 21 Mary Coke, Le mouvement catéchétique de Jules Ferry à Vatican II, Paris, Le Centurion, 1988.

10Celui-ci fait l’objet, depuis la fin du XIXe siècle, de trois types de reproches qui s’entendent encore dans les années 1950. Tout d’abord, il ne serait plus adapté à ceux auxquels il s’adresse comme il ne prendrait pas en compte l’évolution de la jeunesse et l’apparition de l’adolescence19. En second lieu, il n’intégrerait pas les apports de la psychologie et de la pédagogie, sources d’inspiration pour ceux qui souhaitent rénover les pratiques scolaires20. Enfin, il ne tiendrait pas compte de la sécularisation de la société française et persisterait à compter sur une première évangélisation des enfants par les familles, de moins en moins acquise dans la France d’après-guerre. Dès les années 1930, les catéchistes s’inquiètent de la sécheresse du langage catéchétique, d’une pédagogie rébarbative et d’un discours peu en prise avec les réalités du temps. Un mouvement catéchétique, issu de la volonté réformatrice de catéchistes européens réunis, en 1898, en congrès catéchétique à Munich, tente de rénover cet enseignement21.

  • 22 Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France…, op. cit., p. 187.
  • 23 Ce prêtre de Paris est l’un des auteurs de France, pays de mission ? paru en 1943 et l’un des insp (...)

11Ce mouvement catéchétique est à l’origine de la réforme méthodologique de la catéchèse de l’enfance22. Il est constitué de catéchistes convaincus que l’enseignement du catéchisme suppose une vie de foi, une pratique rituelle et ne peut se limiter au seul enseignement doctrinal. Il naît en Allemagne au début du siècle et se diffuse en Europe, notamment en France. En 1937, il y impose, en lieu et place des manuels de catéchisme diocésains, un manuel unique, le Catéchisme à l’usage des diocèses de France. Rénové en 1947, ce catéchisme intègre également les efforts du mouvement biblique destinés à initier un retour aux textes et à y ancrer la catéchèse. Des catéchètes, comme Yvan Daniel23, adaptent aussi la démarche catéchétique aux « milieux de vie », c’est-à-dire aux conditions socio-religieuses des enfants. Ils s’efforcent de tenir compte du recul de la transmission familiale dans de nombreuses familles.

2. Un malentendu entre la jeunesse et le christianisme ?

12Cependant les efforts fournis pour adapter l’enseignement religieux aux nouvelles générations n’ont guère porté leurs fruits. Aussi le mouvement catéchétique, parvenu à s’imposer dans les instances nationales de l’Église, tente une nouvelle évolution de la catéchèse à destination des générations du baby-boom.

  • 24 Julien Potel, Odette Sarda, « Naissances, baptêmes et participation au catéchisme », La Maison Die (...)
  • 25 Fernand Boulard, Jean Rémy, Pratiques religieuses et régions culturelles, Paris, Éditions ouvrière (...)
  • 26 CNAEF, 74 CO 431 : compte-rendu des réunions de la CONER.
  • 27 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des Trente Glorieuses (...)

13Dans les années 1950 et 1960, l’enseignement du catéchisme rassemble encore des cohortes importantes d’enfants : environ 80 % des enfants de France24. Il faut cependant tenir compte des diversités régionales : dans le Midi, la proportion d’enfants catéchisés passe sous le seuil des 50 % ; à Paris, dans certains quartiers, le nombre d’enfants catéchisés est inférieur à 30 % depuis le début du siècle25. S’y ajoute l’inquiétude d’une absence de transmission familiale de la foi, y compris chez les enfants qui fréquentent le catéchisme. En effet, certains parents les inscrivent au catéchisme, soit pour faire plaisir aux grands-parents, soit pour leur permettre de faire leur communion solennelle puis de se marier à l’église. De plus en plus fréquemment, la catéchisation apparaît aux familles davantage comme une formalité nécessaire que comme un lieu d’éducation de la foi. Les rapports de la CONER montrent que les enfants quittent le catéchisme à 12 ans, après leur communion solennelle. Les responsables de la catéchèse déplorent que la plupart d’entre eux abandonnent en même temps toute pratique religieuse26. La sortie de l’enfance s’accompagne d’un éloignement des lieux de culte, dont témoignent différents sondages. Dans l’enquête effectuée par l’IFOP pour La Vie catholique en 1959, il apparaît que, si 73 % des jeunes interrogés disent croire en Dieu, seuls 35 % des jeunes fréquentent un lieu de culte, et le pourcentage n’est que de 24 % pour les jeunes ouvriers27.

  • 28 R. P. Liégé, « La jeunesse d’aujourd’hui devant le Christ », in La France va-t-elle perdre sa jeun (...)
  • 29 « Le catéchisme et l’époque contemporaine », Documentation catéchistique, no 19, avril 1953, p. 19 (...)

14Cette désaffection interroge l’enseignement religieux transmis par la catéchèse de l’enfance au point que le père Liégé, théologien de la catéchèse, parle de « malentendu » entre la jeunesse et le christianisme en 195428. Les responsables du mouvement catéchétique en déduisent que la catéchèse est inadaptée. Ce constat les conduit à souhaiter une catéchèse tenant compte des mutations des pratiques religieuses et culturelles, maintenant que « les enfants lisent les journaux, les magazines […] écoutent la radio […] vont au cinéma à peu près chaque semaine »29.

15En effet, le catéchisme du jeudi, vécu souvent comme une obligation par l’enfant, fait par des catéchistes, encore quasiment tous prêtres, religieux ou religieuses, est resté, malgré la publication de nouveaux manuels, très théorique. En trois années, l’enfant doit assimiler des connaissances dogmatiques censées nourrir sa foi pour la durée de sa vie. Le débat, déjà ancien, resurgit : alors que de nombreuses familles envoient leurs enfants au catéchisme sans aucun savoir ni pratique préalable, ne faut-il pas réformer l’enseignement en proposant une éducation à la foi tout autant qu’une instruction religieuse ?

  • 30 Si le courant traditionaliste du début du siècle s'est affaibli depuis la condamnation de l’Action (...)
  • 31 Numéro spécial « Transmettre la foi, La catéchèse dans l’Église », Les quatre fleuves. Cahiers de r (...)

16Dans ce contexte, Joseph Colomb, en charge de la catéchèse au Centre national de l’enseignement religieux (CNER), propose en 1956 un catéchisme progressif qui constitue une nouvelle tentative de réforme catéchétique. Ce manuel, prenant en compte la nécessité de faire évoluer les méthodes de l’enseignement de la catéchèse et considérant l’âge de l’enfant auquel il s’adresse, déclenche une crise théologique en 1957. Son auteur est accusé par les traditionalistes catholiques30 et le Saint-Siège de « progressisme », ce qui pour Rome équivaut à du communisme. Joseph Colomb est démis de ses fonctions de directeur du CNER et Rome contraint l’épiscopat français à reconnaître et corriger des erreurs. Pourtant, le mouvement catéchétique ne renonce pas. Il est même soutenu par l’ensemble des évêques français, puisque l’Assemblée plénière de l’épiscopat décide en 1957 d’une nouvelle réforme du catéchisme, une réforme méthodologique de l’enseignement de la foi31. Celle-ci n’aboutit qu’en 1968 avec la publication des nouveaux manuels de catéchisme pour les enfants de cours moyen. Rappelons qu’alors la catéchisation dépend de la scolarisation : elle commence lorsque l’enfant entre en cours moyen première année et se poursuit jusqu’à la classe de cinquième. Elle se fait soit dans un cadre paroissial, soit dans le cadre scolaire pour les écoles confessionnelles.

  • 32 Jean-François Sirinelli, « Les Vingt Décisives », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 44, 1994, (...)
  • 33 Georges Duby, Armand Wallon, Histoire de la France rurale, t. 4, Paris, Le Seuil, 1976, p. 368-371
  • 34 Claude Langlois, « Le catholicisme à la rencontre de la ville », Les Annales de la recherche urbai (...)
  • 35 Olivier Chatelan, « Les catholiques et l’urbanisation de la société française »,Vingtième Siècle. (...)
  • 36 Raymond Poignant, « La planification de l'expansion de l’enseignement en France », Tiers-Monde, t. (...)
  • 37 Jean-Michel Chapoulie, « Une révolution dans l’école sous la quatrième République ? La scolarisati (...)

17La réforme est donc préparée dans un contexte de « transformation essentielle des comportements collectifs et des pratiques socioculturelles »32. La France des années 1960 connaît un exode rural massif, qui contraint certains évêques à laisser sans prêtre les plus petites paroisses33. La forte urbanisation conduit les responsables catholiques à développer une « pastorale urbaine », car ils constatent que la pratique urbaine est nettement inférieure (autour de 17,5 %) à la pratique rurale (30,4 %)34. Ils maillent donc les nouveaux quartiers urbains d’un réseau de paroisses nouvelles, à l’aide des données fournies par les enquêtes sociologiques en vogue dans le monde ecclésial35. Les enfants sont de plus en plus nombreux, tant à la ville qu’à la campagne, puisque le baby-boom fait entrer à l’école primaire chaque année de la décennie 1950 des cohortes de 800 000 enfants, faisant grimper les effectifs de l’école primaire publique et privée en 1960 à 7,5 millions, soit 2 millions de plus en dix ans36. Quant à l’enseignement du second degré, il se démocratise : la réforme Berthoin de 1959 transforme les cours complémentaires en collèges d’enseignement général et étend l’obligation scolaire de 14 à 16 ans ; les effectifs de l’enseignement secondaire s’accroissent, passant d’un million en 1950, à 4 654 000 en 197037.

  • 38 Louis Cros désigne ainsi ce que l’on appellera plus tard la massification scolaire dans L’explosio (...)
  • 39 Robi Morder, « Années 1960 : crise des jeunesses, mutations de la jeunesse », Matériaux pour l’his (...)
  • 40 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, (...)

18Cette « explosion scolaire »38 – 61 % des plus de 16 ans en 1966 sont scolarisés39 – s’accompagne de l’essor d’une culture jeune et de nouveaux modes de vie40. Disposant d’argent de poche, le jeune devient un consommateur, ciblé par les publicitaires : une mode, une radio, une presse, des musiques, des moyens de transport, bref des produits destinés uniquement à cette jeunesse voient le jour. La croissance économique soutenue et génératrice de plein emploi lui donne enfin un sentiment de sécurité devant les aléas de l’existence et permet l’érosion du conformisme social et l’aspiration à la fin des contraintes et à l’indépendance. Cette plus grande autonomie de la jeunesse favorise une prise de distance avec l’institution ecclésiale.

  • 41 Anne-Marie Sohn, « Les “relations filles-garçons” : du chaperonnage à la mixité (1870-1970) », Tra (...)
  • 42 Yves Verneuil, « Les débats sur la mixité des élèves dans l’enseignement privé catholique à la fin (...)

19Enfin, la mixité se diffuse à l’école comme au catéchisme. Elle s’impose autant pour des raisons économiques que culturelles : manque de locaux, constat que les relations entre « filles et garçons »41 ont évolué ; d’ailleurs, certains mouvements de jeunesse avaient anticipé la mixité42. Cependant, la mixité au catéchisme dépend de la structure dans laquelle celui-ci est dispensé. Quand l’enseignement religieux est donné au sein de l’école catholique, la mixité dépend du choix fait par l’établissement. Quand le catéchisme est paroissial, il est donné par le prêtre, dans une église où les filles sont d’un côté et les garçons de l’autre, et par les catéchistes en groupes plus restreints et le plus souvent non mixtes, s’ils sont en nombre suffisant. En définitive, le catéchisme en matière de mixité s’aligne sur le fonctionnement scolaire. Ces changements ébranlent les institutions, qu’il s’agisse de l’école ou du catéchisme, et renforcent les partisans d’une adaptation pédagogique. Or, en matière de catéchèse, si la réforme engagée ne devait être qu’une adaptation des méthodes, elle aboutit en 1968 à un changement de paradigme.

3. Un changement de paradigme

  • 43 Pour le fonctionnement administratif des instances de l’enseignement religieux, voir Bénédicte Tou (...)

20À l’initiative de ce changement se trouvent les instances nationales de la catéchèse, dont les organismes se sont densifiés depuis 1947, avant d’être intégrés aux instances nationales de l’Église de France en 1965. Cette administration nationale de la catéchèse se compose d’un nouvel organe de décision, la Commission épiscopale de l’enseignement religieux (CEER), qui s’ajoute à la CONER, réunissant des directeurs diocésains de l’enseignement religieux (DER), et du secrétariat chargé de mettre en œuvre les décisions, le CNER43. Ces experts de la catéchèse, prêtres, donc tous masculins, reprennent les acquis du mouvement catéchétique et les imposent à l’échelle nationale. C’est au sein même de l’institution catholique que s’opère le changement de l’enseignement catéchétique.

21Après la crise de 1957, le nouveau directeur du CNER, Michel Saudreau, relance en 1964 une réforme laissée de côté le temps de la rédaction d’un Directoire de pastorale catéchétique, texte qui fixe le cadre de cette catéchèse à renouveler. Le choix est fait de décliner le catéchisme en plusieurs manuels à partir d’un même Fonds obligatoire qui, en 1967, définit les contenus à transmettre. Telles des instructions officielles de l’Éducation nationale, il sert de canevas aux auteurs des manuels de catéchisme. Qui sont ces derniers ? Des catéchètes ou des équipes de catéchètes ayant souvent déjà dans leur diocèse ou leur région apostolique conçu des outils de catéchèse. Pour le Fonds obligatoire, la catéchèse doit faire agir les enfants ensemble, leur faire produire quelque chose, développer entre eux l’esprit d’équipe, les faire participer à la vie de la communauté chrétienne tout en adaptant l’enseignement au milieu de vie de l’enfant.

  • 44 Valérie Aubourg, Olivier Chatelan, Étienne Fouilloux, Daniel Moulinet, Claude Prudhomme, Les chrét (...)

22Le changement de démarche est double. À la séquence « explicitation, mémorisation, récitation » se substitue la séquence « découverte, compréhension, application ». Une pédagogie inductive est préférée à la pédagogie déductive. Le catéchisme cesse d’être un ouvrage unique pour être remplacé par des manuels qualifiés de « nouveaux catéchismes » à l’automne 1968 – preuve que l’Église n’est pas imperméable aux soubresauts du temps44. Quant à la méthode, trois changements se lisent dans les différentes adaptations.

23Le premier est la prise en compte de l’enfant, qui justifie le passage de un à plusieurs manuels de catéchisme. Ce recentrage sur le sujet de la transmission s’accompagne d’une réflexion sur ses capacités de compréhension du message et renoue avec l’intention qu’avait eue Joseph Colomb d’initier une démarche progressive dans l’apprentissage. Des tranches d’âges sont distinguées ainsi que des publics socialement ciblés. Six adaptations, pour les élèves des classes de CM1, présentées dans l’encadré, paraissent en 1968, déclinées en manuel pour l’élève et manuel du maître. Elles seront suivies à la rentrée 1969 des manuels destinés aux élèves de CM2.

Liste des manuels de catéchisme publiés en 1968 

Adaptation 1 : Qui es-tu Seigneur ? Adaptation pour des situations pastorales diverses en milieu urbain et rural, publiée par l’Institut supérieur de pastorale catéchétique.

Adaptation 2 : Marche en ma présence. Adaptation pour enfants initiés de milieu urbain non christianisé, par la région Centre-est Lyon.

Adaptation 3 : Jésus, frère de tous. Adaptation pour enfants non initiés de milieu urbain non christianisé, par Daniel et Berrard.

Adaptation 4 : Chrétiens partout. Adaptation pour enfants non initiés de milieu urbain non christianisé,

Adaptation 5 : En suivant Jésus-Christ. Adaptation pour enfant de milieu rural de tradition chrétienne par la région Midi Pyrénées.

Adaptation 6 : Amis de Dieu. Adaptation pour enfants de milieu culturellement simple ou déficients léger par la région parisiennea

a. Source CNAEF, 74 CO 200 : papiers du service enfance CNER et de sœur Marie-Dominique, décembre 1968.

24Milieux urbains ou ruraux sont parfois dissociés, le niveau supposé de christianisation étant pris en compte, et la conjonction des deux laisse entrevoir une classification sociale : ainsi la mention « non initié, de milieu urbain, fait par une équipe du XXe arrondissement parisien », fait de Jésus, frère de tous, un manuel pensé à destination des enfants de la classe ouvrière.

  • 45 Alain Marchive, La pédagogie à l’épreuve de la didactique : approche historique, perspectives théo (...)
  • 46 Emmanuelle Rozier, « John Dewey, une pédagogie de l'expérience », La Lettre de l’enfance et de l’a (...)
  • 47 Robert Scholtus, « Une foi transmise par les femmes », Christus, no 490, avril 2001, p. 136-142.
  • 48 Marlaine Cacouault-Bitaud, « La féminisation d'une profession est-elle le signe d'une baisse de pr (...)

25La seconde évolution méthodologique est le passage au « comprendre pour apprendre ». Ainsi, l’apprentissage du « par cœur » est remis en cause au profit d’une appropriation plus active du contenu par l’enfant, notamment par la place faite au témoignage. Cette évolution emprunte à la fois aux évolutions de la pédagogie scolaire45 et à l’importance de l’expérience théorisée par John Dewey46. L’enfant trouve dans ces manuels moins des énoncés abstraits que les grandes figures bibliques (Abraham, Moïse, les prophètes, saint Paul), des figures de saints ou des témoins contemporains, soit autant d’exemples de réponses possibles à l’appel de Dieu. Le témoin est un passeur, comme le catéchiste – de plus en plus, une « maman catéchiste », une mère bénévole – qui doit tout autant témoigner de sa foi devant les enfants qu’enseigner. La laïcisation des catéchistes s’inscrit dans le moment de la « féminisation des personnels d’Église »47, considérée parfois comme l’illustration du déclassement de la fonction de catéchiste48, mais à lire davantage comme une déprofessionnalisation. Moins formée que les prêtres ou les religieuses, la catéchiste peut être moins savante dans les connaissances transmises, mais, aux yeux des instances nationales de la catéchèse, l’essentiel est le témoignage qu’elle porte devant les catéchisés.

26Enfin, le catéchisme cesse d’être un enseignement pour devenir un lieu de vie. Certes, les manuels évoquent encore le cadre scolaire, dont ils adoptent les pratiques, que ce soit le rôle de l’image, l’usage de la quadrichromie ou un langage plus simple et davantage en prise sur le quotidien. Mais le cadre n’est plus celui d’un cours : le catéchisme se fait en équipes de sept à huit enfants, accompagnés d’un adulte. Constituant un groupe, ils deviennent une petite communauté de foi, avec sa dynamique propre, sa créativité largement suscitée. Ce qui se vit en équipe est jugé aussi important que ce qui est transmis. De plus, le catéchiste est invité à se montrer attentif aux personnes, à pratiquer une pédagogie respectueuse de la liberté des jeunes. En ce sens, même si la réforme de la catéchèse relève de logiques d’évolution interne à l’institution catholique, les mutations sociales et culturelles en cours en constituent bel et bien l’arrière-plan. Enfin, le projet catéchétique ne se bornant pas à transmettre des connaissances, toute évaluation devient caduque : comment mesurer la densité de vie du groupe ? Aussi le catéchisme est envisagé moins comme une transmission que comme un lieu, un moment de vie. La rupture s’opère alors non seulement dans le champ de la méthode, mais aussi dans celui du message transmis.

  • 49 Constitution dogmatique sur la Révélation, Dei Verbum, 1965.

27Ces changements méthodologiques cachent, de fait, une évolution significative du contenu, même si les concepteurs, soucieux de ne pas donner prise aux reproches de transmission tronquée de la doctrine, peinent à l’admettre. Cette rupture au cœur de la réforme de 1968 est aussi le fruit d’un contexte. Pendant qu’elle s’ébauche, un concile œcuménique se déroule du 11 octobre 1962 au 8 décembre 1965 à Rome, durant lequel les pères conciliaires élaborent des exposés doctrinaux et des directives pastorales afin de mieux expliquer la doctrine chrétienne aux contemporains. Si la catéchèse en tant que telle ne constitue pas un sujet conciliaire – il faudra attendre avril 1971 et le Directoire catéchétique général pour que Rome reprenne le sujet –, le concile énonce une théologie christologique. Concrètement, dans les manuels qui paraissent en 1968, le changement dogmatique tient au fait que la catéchèse transmise est désormais kérygmatique, c’est-à-dire centrée sur l’histoire du salut. Cette théologie, valorisée par le concile49, fait du Christ le libérateur des hommes. Dans cette perspective, l’Église n’est plus seulement la dépositaire de doctrines et de vérités à transmettre, elle est surtout chargée d’annoncer le salut en Jésus-Christ.

  • 50 CNAEF, 74 CO 559 : texte du Fonds obligatoire, n. p.
  • 51 Guillaume Cuchet, « La crise du sacrement de pénitence dans le catholicisme français des années 19 (...)

28Cette perspective induit trois effets dans la catéchèse. Tout d’abord, la vision du rapport de l’homme à Dieu est plus optimiste. Les titres des leçons proposées dans le Fonds obligatoire témoignent de cette assurance retrouvée dans le salut : « Dieu veut notre bonheur, Dieu aime pardonner, Jésus nous libère du mal, Jésus inaugure un monde nouveau »50. Les détracteurs diront que disparaissent, dans cette nouvelle catéchèse, le péché, la notion de sacrifice – thèmes avec lesquels, il est vrai, nombre de croyants ne sont alors pas toujours à l’aise, comme en témoigne la crise du sacrement de pénitence51. Par ailleurs, la catéchèse est désormais christocentrée. Les nouveaux catéchismes se proposent de faire de l’enfant un « ami de Jésus », d’instaurer une relation d’amitié. Cette figure de Jésus offre l’atout d’une proximité plus grande que celle de Dieu-Père et d’une incarnation dans l’humanité, élément d’importance pour les militants chrétiens des années 68. Jésus est le modèle à imiter et celui qui, parce qu’il a connu une vie humaine, comprend et accompagne le croyant. Enfin, l’accent est désormais mis sur l’expérience et le vécu du chrétien. Il ne s’agit plus d’intégrer une morale, par ailleurs remise en cause, mais d’expérimenter le salut en Jésus-Christ afin de provoquer l’engagement chrétien.

  • 52 Isabelle Bouju, « Les mouvements d’Action Catholique en France : de l’évangélisation à l’engagemen (...)

29C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’introduction des Écritures dans les manuels : on les lit comme l’histoire de Dieu parmi les hommes et comme le témoignage de tous ceux qui ont risqué leur vie en son nom. Ainsi l’enseignement met en valeur les grandes figures de l’histoire biblique et les événements qu’elle rapporte (la Création, la promesse, l’Exode, l’exil, la venue de Jésus, les communautés primitives). L’évocation de l’histoire du salut prend la forme d’une sollicitation à participer à cette histoire, donc au témoignage et à l’engagement dans l’Église et pour le monde, dans le sillage de l’Action catholique52.

30Cette évolution de la transmission faite au catéchisme, si elle ne remet pas en cause les fondements dogmatiques, marque une rupture qui ne peut, malgré les discours de ses concepteurs, être seulement formelle. Le choix de transmettre une foi tournée vers l’amour, dans le contexte des années de croissance, peut apparaître en phase avec la société, sembler plus attractive aux enfants des Trente Glorieuses et devrait, selon ces mêmes concepteurs, permettre une meilleure réception du message catéchétique. Le projet des catéchètes à l’origine de cette réforme n’est aucunement d’en finir avec la transmission de la foi. Ils entendent simplement en changer l’accès, la décentrer, l’adapter à la société et au public concerné. Mais la réforme n’est ni acceptée par tous, ni en situation d’endiguer le reflux important que connaît l’Église catholique depuis 1965 en France.

II. Controverses et déceptions : les suites de la réforme

31Cette réforme, bien qu’en rupture avec le catéchisme qui l’a précédée, ne permet cependant pas de régler le problème de la transmission de la foi aux jeunes générations.

1. Une attente rapidement déçue

  • 53 CNAEF, 74 CO 431 : comptes rendus CONER, réunion des 28-29-30 octobre 1968.
  • 54 Ibid. : compte rendu de l’Assemblée plénière.

32La CONER fait le constat d’un « accueil plutôt positif de la plupart des utilisateurs des manuels »53 en octobre 1968. Il faut dire que ces manuels étaient attendus. Choisis avant même leur parution, commandés aux éditeurs malgré un retard de diffusion, les manuels semblent satisfaire l’épiscopat qui encourage leur utilisation en octobre 1968 lors de l’Assemblée plénière des évêques54. De cette réforme, les évêques attendaient qu’elle produise plusieurs effets : une juste connaissance de la doctrine chrétienne, comprise par ceux qui la reçoivent, grâce à un langage choisi ; un lien fait entre foi catholique et vie quotidienne ; une vision synthétique de la foi centrée sur le salut voulu et réalisé par Dieu ; une initiation à la lecture de la Parole de Dieu interprétée par la tradition ecclésiale. Théoriquement les manuels répondent à cette attente. À compter de la rentrée de septembre 1968, ils se diffusent dans tous les diocèses de France, enthousiasmant certains et déconcertant d’autres.

33Ce qui séduit les utilisateurs au premier abord, c’est leur modernité. Des parents n’hésitent pas à écrire au CNER en octobre 1968 :

  • 55 CNAEF, 74 CO 669 : Nouveaux catéchismes, Lettre de Jean-Pierre et Thérèse Pertus, novembre 1968.

« Nous voudrions vous dire notre joie devant cette mise à jour du catéchisme. Deux de ces caractéristiques nous ont particulièrement intéressés : d’abord sa pédagogie progressive. La foi chemine forcément chez les enfants à la mesure de leurs perceptions sensorielles et intellectuelles ; il était donc bien maladroit de continuer à leur imposer des vérités apprises par cœur, sans en adapter la présentation à leur âge. La deuxième caractéristique qui nous a frappés, c’est le parti pris d’insertion dans la vie concrète et le respect d’un climat de vérité : les allusions à la radio entendue, à la télévision regardée, aux passants dans la rue, aux réactions des voisins… permettent aux enfants de percevoir Jésus-Christ et de le situer dans leur vie quotidienne. L’usage des prénoms et l’interpellation directe de l’enfant le rendent concerné. Le choix de dessins simples et de photographies significatives et réalistes contribue à créer une ambiance pédagogique que nous espérions depuis plusieurs années pour nos enfants »55.

34Ces parents parisiens témoignent d’une première réception favorable.

  • 56 Denis Pelletier, « Les chrétiens de l’autre bord », in Denis Pelletier, Jean-Louis Schlegel (dir.)(...)
  • 57 Yvon Tranvouez, « Les idées du ciel ne tombent pas justes », in Denis Pelletier, Jean-Louis Schleg (...)

35L’effet ne dure pas. De fait, ces nouveaux manuels déstabilisent nombre de catéchistes et de fidèles. Peu formés à cette nouvelle donne catéchétique et à la méthode inductive, la majorité d’entre eux, bien qu’aidés par les livres du maître, se sentent dépassés par la novation. Du côté des parents, le CNER note, dès la parution des manuels, que certains sont réticents face à leur nouveauté : on peut faire l’hypothèse que, ne retrouvant pas trace de leur propre apprentissage, ils se sentent gênés pour accompagner leur enfant. De plus, la réforme n’est guère soutenue par ceux que l’on nomme déjà les « cathos de gauche »56. Pour ces militants qui souvent s’engagent en politique et prennent leurs distances avec l’institution ecclésiale, le catéchisme n’est pas une préoccupation, davantage intéressés qu’ils sont par le dialogue avec le marxisme ou la science57.

2. Une violente contestation de la réforme

  • 58 Paul Airiau, « Les hommes de la pensée catholique », Catholica, no 60, avril 2009, p. 59-74.
  • 59 Depuis 1946, la Cité catholique, fondée par Jean Ousset, œuvre pour une contre-révolution catholiq (...)
  • 60 « Un véritable raz de marée, une sorte de vent de folie balaye tout ce qui peut rester de traditio (...)
  • 61 Ce mouvement à l’initiative de Pierre Debray et Mme Lucrot demande au pape et aux évêques « de con (...)
  • 62 Cet homme de la galaxie intégriste se fait le porte-parole de cette contestation de toute modernit (...)

36C’est encore une fois des catholiques les plus attachés à la tradition que vient l’offensive. Les nouveaux manuels de catéchisme suscitent un violent rejet de la part des intégristes, traditionalistes ou même des conservateurs militants. Les années 1950 voient la réorganisation d’un catholicisme intransigeant fort vivace, qui s’exprime dans la Pensée catholique58. Cette revue nourrit une galaxie de mouvements unis par l’idée que l’Église, société parfaite, n’aurait rien à apprendre du monde59 ; ils ne peuvent accepter l’idée d’une adaptation ou d’un « aggiornamento », mission pourtant confiée par Jean XXIII, le 25 janvier 1959, au concile à venir60. Les détracteurs s’expriment par le biais de revues (Itinéraires, L’Homme nouveau) et se rassemblent en 1969 au sein des Silencieux de l’Église61. Les manuels sont ainsi accusés de mutiler la doctrine de l’Église, de trahir les textes scripturaires, d’omettre certaines vérités, tels les anges, les démons, le péché originel ou la messe comme sacrifice. Parmi eux, « Paternité-Maternité », le mouvement de Pierre Lemaire62, entend défendre la famille et l’éducation chrétienne ; il avait déjà combattu le catéchisme progressifde 1957. La parution des nouveaux manuels relance son opposition contre le CNER et son directeur.

  • 63 Pierre Lemaire, « Que faut-il penser du nouveau catéchisme ? », Documents Paternité, no 135, octob (...)

37Pierre Lemaire poursuit sa croisade contre toute réforme catéchétique, en éditant une brochure en 1968 afin de diffuser les reproches faits à la réforme de la catéchèse. Ceux-ci sont d’abord d’ordre dogmatique : le contenu de la foi serait falsifié, conduisant les enfants à l’abandon de la foi traditionnelle – une approche conceptuelle des dogmes – au profit d’une religion individuelle, changeante et mouvante. Les reproches sont aussi méthodologiques : l’introduction de la notion d’expérience humaine et de l’adaptation aux milieux de vie est jugée inacceptable ; les enfants de familles catholiques pratiquantes leur semblent délaissés ; et la place faite à la psychologie est contestable à leurs yeux. Enfin, les reproches sont politiques : le nouveau catéchisme serait progressiste, voire « marxiste et même maoïste »63. Finalement, cette mouvance veut enjoindre aux parents de refuser ces nouveaux catéchismes, comme l’écrit Lemaire dans une lettre du 12 septembre 1968 aux évêques de France :

  • 64 CNAEF, 74 C0 669 : Le nouveau catéchisme [sous cette cote sont rassemblées les réactions aux nouve (...)

« Après étude des premiers livres parus et après nous être entourés des conseils les plus élevés, nous sommes dans l’obligation d’avertir les parents de refuser ces catéchismes. Non seulement leur sottise pédagogique et leur nullité religieuse éclatent aux yeux des moins avertis mais, au sens étymologique du terme, ils sont hérétiques par le choix des vérités enseignées, la minimisation, la déformation et la suppression de vérités fondamentales »64.

38En réponse, les traditionnalistes organisent la réédition d’ouvrages traditionnels de catéchisme ou même celui de Françoise Derkenne, Vie et joie au christianisme, qui, paradoxalement, participe d’une réforme antérieure, celle avortée de 1957, afin de les diffuser auprès des familles réfractaires aux nouveaux manuels.

39Avec la réforme catéchétique des années 1960, les instances nationales de la catéchèse et la majorité de l’épiscopat français tentent, en modifiant leur approche catéchétique, de rejoindre ceux qui alors s’éloignent de l’Église et de ses pratiques. Ce faisant, elles déstabilisent une frange de ses fidèles, moins préoccupée du recul de la pratique que du maintien de la transmission de la foi dans une tradition reçue.

3. Un bilan mitigé

  • 65 CNAEF, 74 CO 116 : archives du CNER, Sondage sur l’évolution de la catéchisation des enfants, nove (...)

40Les années 1970 voient une première évaluation par le CNER des manuels de 1968, par le biais d’une enquête nationale, menée par François Mourvilliers, prêtre du diocèse de Saint-Étienne. Un formulaire, envoyé aux praticiens de la catéchèse dans les diocèses, les invite à mieux mesurer les variations de fréquentation du catéchisme et à en comprendre les raisons ; il suggère une attention particulière aux divers changements (demande des parents, attitude des enfants, catéchistes, méthodes, rythme de regroupement, suppression de la communion solennelle65). Mais les réponses se font attendre et finalement quatre enquêtes sont lancées simultanément auprès de publics différents pour espérer produire une synthèse.

  • 66 « Si les contenus ont changé, leur fonctionnement, lui ne s’est pas modifié. L’acte catéchétique d (...)
  • 67 Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France…, op. cit., p. 295.

41Ce qui remonte du terrain laisse entrevoir des résistances à ce qui se fait en catéchèse, tant de la part des jeunes que des adultes. Il s’agit moins d’une contestation que d’un désintérêt pour tout ce qui ressemble à un enseignement magistral, imposé et abstrait. Autant dire qu’il ne reste que peu à sauver de la réforme au vu des premières remontées. D’ailleurs, les instances de la catéchèse constatent que fleurissent de nouveaux documents catéchétiques, élaborés par des catéchistes insatisfaits, des manuels non autorisés dans lesquels s’exprime une créativité quasi sans limite. Certains enfants peuvent ainsi en quatre années de catéchisme, au début des années 1970, changer de manuel et donc de démarche chaque année, l’« insatisfaction créée par les programmes se doublant d’un besoin de consommer de nouveaux [qui] font valser les catéchismes plus vite que ne se renouvellent les catéchisés »66. Tout se passe comme si la démarche n’était inductive qu’en apparence : si la vérité n’est plus exprimée d’entrée de jeu, mais précédée d’expériences ou d’activités, ceux-ci n’en restent pas moins de simples illustrations de la vérité doctrinale. C’est pourquoi certains qualifient ces nouveaux catéchismes de « modèles de transition »67. D’ailleurs localement, des catéchètes estiment que la réforme des catéchismes ne va pas assez loin et renoncent au manuel, privilégiant l’expérience vécue en équipe.

  • 68 Yann Forestier, « Le malentendu réformateur des années 1960 », Histoire de l’éducation, no 139, 201 (...)
  • 69 Ivan Illich, Une société sans école, Paris, Le Seuil, 1971.
  • 70 André Robert, L’école en France de 1945 à nos jours, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, (...)
  • 71 Yann Forestier, « Le malentendu réformateur des années 1960 », art. cit.

42Ce premier bilan laisse entrevoir que la réforme ne prend pas, alors que des manuels pour les jeunes de sixième-cinquième sont en préparation. Comment le comprendre ? Faut-il isoler cette réforme catéchétique de la « volonté de réforme qui prend parfois des accents révolutionnaires »68, caractéristique des années 1970 qui touche aussi l’école69 ? Là aussi, il est question de moderniser la pédagogie, de valoriser la créativité de l’enfant et d’ouvrir l’enseignement aux réalités économiques et sociales. Les années 1970 voient se produire des changements considérables en matière de refonte de programmes et de pratiques d’enseignement70. Comme en catéchèse, la réforme est précédée de recherches théoriques et d’expériences diverses, portée par des relais associatifs actifs. Dans les deux cas, la réforme est prise en charge par les institutions (ministère de l’Éducation nationale, instances nationales de la catéchèse). Tous ont conscience que, face aux mutations de la société, la réforme s’impose. Alors pourquoi ces réformes attendues suscitent-elles autant de critiques ? Pour la réforme de l’école, Yann Forestier laisse entendre que le consensus réformateur ne serait qu’apparent71. En est-il de même pour la catéchèse ? Bien que souhaitée par de nombreux catéchistes, la réforme induite par les nouveaux manuels est jugée trop novatrice pour les conservateurs et dépassée par les « progressistes » ; dans le même temps, sa mise en œuvre apparaît complexe aux praticiens de terrain. C’est sans doute pourquoi elle fait long feu.

43Cet effort de réforme de la catéchèse, entrepris dans le contexte du deuxième concile du Vatican, qui, de réforme pédagogique devient de fait un problème théologique, est-il pour autant resté vain ? S’il n’a pas empêché le décrochage religieux, il a sensiblement rendu plus accessibles à ceux qui suivent le catéchisme une vision plus christocentrée de la foi et une proximité avec les textes bibliques. Et surtout, bien qu’il soit difficile de le mesurer, l’aspect contraignant de l’enseignement religieux disparaît : le discours, centré sur l’amour de Dieu pour les hommes, la fin du contrôle des obligations rituelles, l’accent mis sur l’engagement chrétien fournissent un cadre plus optimiste, plus joyeux et plus souple pour cette première génération de catéchisés selon les méthodes nouvelles. Un vent de liberté souffle sur la catéchèse et ceux qui la font ou la reçoivent. Pour autant, la réforme n’enracine plus guère les jeunes dans l’Église. La transmission ne se fait qu’à la marge.

III. De la réforme à la remise en cause de la catéchèse

44L’échec de la réforme de 1968 conduit nombre de praticiens, dans la décennie suivante, à s’interroger, voire à renoncer à catéchiser.

1. La réforme catéchétique n’enraye pas le recul de la catéchèse

  • 72 Fernand Boulard, Jean Rémy, Pratiques religieuses urbaines et régions culturelles, Paris, Éditions (...)
  • 73 Yves Lambert, L’évolution religieuse de la France au long de cinquante années, 2000, hal-01931663, (...)

45Le recul des enfants catéchisés se poursuit dans les années qui suivent la réforme. Si en 1960, 80 % des enfants sont inscrits au catéchisme72, en 1971, selon un sondage du Pèlerin73, seuls 52 % des familles envisagent de donner et faire donner un enseignement religieux à leurs enfants. Dans les familles dont les parents ont entre 24 et 35 ans, un enfant sur trois n’en reçoit aucun. Un net recul se mesure dans ces chiffres. D’après un rapport préparatoire à l’Assemblée plénière de 1975, les chiffres de catéchisation des élèves de CM1 passent de 586 000 en 1969 à 333 000 en 1974, soit une perte de 40 % des catéchisés. Certes, ces chiffres sont établis à partir de la vente du livre de catéchisme pour chaque catéchisé, alors que l’usage du manuel diminue ; de plus, la fin des générations du baby-boom explique une part de la diminution. Mais ces deux éléments ne suffisent pas à rendre compte de l’ampleur du phénomène.

  • 74 Serge Bonnet, Augustin Cottin, La communion solennelle, folklore païen ou fête chrétienne, Paris, (...)
  • 75 CNAEF, 74 CO 200, : papiers du service enfance, règlement des catéchismes, 1967.
  • 76 Jean Delumeau, La première communion : quatre siècles d’histoire, Paris, Desclée de Brouwer, 1987, (...)

46Plusieurs facteurs se conjuguent. La population des catéchisés est de plus en plus mouvante : on est inscrit en première année de catéchisme, puis on arrête faute d’intérêt. La suppression de la communion solennelle, jugée folklorique74, favorise une certaine désaffection. Le règlement des catéchismes de 1967 rappelle que la communion solennelle est « un élément sociologiquement important pour les enfants de France mais un élément mineur pour l’éducation de la foi. Elle n’est pas obligatoire. Elle peut être une aide pour l’enfant. On ne peut rattacher le catéchisme à la communion solennelle »75. Elle supposait un cycle de catéchisation de quatre années, nécessaires pour pouvoir « faire sa communion ». Dès lors qu’elle n’est plus proposée, pourquoi prolonger une catéchisation si l’enfant, dont la parole est davantage prise en compte, ne le souhaite pas ? Et si l’école est obligatoire, le catéchisme, lui, ne l’est pas. Certains enfants baptisés ne vont plus au catéchisme. Et d’autres, une fois la première communion76 faite, n’y retournent pas. Cette désaffection incite certains prêtres à supprimer le catéchisme de l’enfance dans leurs paroisses au cours de la décennie 1970.

  • 77 Guillaume Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un désastre, Paris, Le S (...)

47Ces éléments sont à mettre en perspective avec le décrochage silencieux de 1964-196577, qui conduit un nombre important de Français à cesser toute pratique religieuse et à ne plus voir d’intérêt dans l’affiliation catholique. Ce recul est renforcé par la suppression des obligations formelles à la suite du concile Vatican II : on ne pointe plus l’assistance à la messe des enfants du catéchisme. Le recul de la catéchisation, donc de la transmission religieuse aux enfants, semble finalement moins lié aux réformes catéchétiques qu’à un silencieux mouvement de déprise religieuse.

  • 78 Yann Forestier, « Le malentendu réformateur des années 1960 », art. cit., p. 84.
  • 79 Lieu de socialisation et de structuration du temps libre, les patronages catholiques sont de plus (...)
  • 80 Francis Lebon. « Une politique de l’enfance, du patronage au centre de loisirs », Éducation et soc (...)
  • 81 Séverine Mathieu, « Les aumôneries catholiques de l’enseignement public de 1945 à 1970 », Archives (...)

48En catéchèse, comme dans le monde scolaire, la dynamique réformatrice de ces années 1960 et 1970 repose sur un nouveau personnel, trop peu formé, chargé d’« observer ses élèves, vivre avec eux, en groupe, et permettre ainsi l’auto-développement de l’enfant »78. Faut-il aussi parler d’un décalage générationnel ? Les sources montrent la difficulté des instances nationales de la catéchèse à comprendre les changements de la jeunesse. Ces hommes, âgés de 40 à 50 ans, ne côtoient plus les enfants des patronages79, puisque ces derniers disparaissent80. Ils sont désarçonnés par des jeunes qui questionnent les doctrines, quelles qu’elles soient. Si les jeunes, une fois entrés au collège, fréquentent encore l’aumônerie catholique, c’est davantage pour y vivre avec les copains que pour y recevoir un enseignement81. D’ailleurs, les aumôniers l’ont bien compris : les jeunes sont invités à prendre des responsabilités, la fonction enseignante disparaît progressivement au profit du seul vécu. Par ailleurs, ces mêmes jeunes chrétiens pratiquants doivent faire l’apprentissage d’une situation nouvelle, une situation de minoritaires au sein de la société, qui les contraint à désormais justifier leur adhésion, leur appartenance. Alors tout se passe comme si la réforme catéchétique, notamment dans sa dimension pédagogique, arrivait trop tard, répondait aux attentes des enfants des années 1950 et non à ceux des années 1970.

2. Cette réforme se met en place alors qu’une double contestation se fait entendre

49Dès les années 1970, le concept de transmission est évité, sinon évacué. D’une part, le refus d’une transmission dogmatique qui opère par imprégnation et par imitation et, d’autre part, l’individualisation de la religion font courir le risque de la perte de la dimension culturelle et cultuelle de la transmission. Les réformes catéchétiques tentent de répondre à cette crise, sans y parvenir. Et ce d’autant que cette réforme des nouveaux catéchismes intervient dans le contexte des contestations sociales des années 1970 qui achèvent de déconstruire le modèle du catéchisme.

  • 82 Youenn Michel, « Mai 68 et l'enseignement : mise en place historique », Les Sciences de l'éducatio (...)
  • 83 « C’est le propre de la foi chrétienne que d’être depuis les origines confessée, ce qui en vient à (...)

50La contestation de la transmission est, en effet, à mettre en lien avec deux autres contestations sociales. La première est celle de l’autorité, qui s’exprime à son apogée en 1968 et achève de faire entrer en crise la transmission. Qui a l’autorité de transmettre ? À quel titre peut-on le faire ? Et que transmettre ? L’école se trouve prise de plein fouet dans cette mise en doute, au même titre que la culture ou la foi82. Par ailleurs, dans l’Église de France de ces années, sont contestés aussi bien la hiérarchie ecclésiale, le modèle patriarcal que la foi comme héritage religieux et culturel transmis. Cette mise en cause se traduit par un double effet : elle invalide aux yeux des contestataires l’autorité magistérielle assimilant son action à un déni de liberté. Et la foi confessante83, confondue avec la foi magistérielle, celle qui se transmet par l’apprentissage des prières, par l’usage des sacrements autant que par la connaissance de la personne du Christ, est de moins en moins transmise, en particulier par le milieu familial. Plus généralement, cette contestation de l’autorité rend difficile la transmission dans la mesure où, notamment en matière religieuse, l’autorité précède tout ce qu’on peut faire ou dire.

  • 84 René Voeltzel, « Catéchèse et langage », Revue d’histoire et de philosophie religieuse, 1968, no 4 (...)
  • 85 Jean Madiran, Histoire du catéchisme, 1955-2005, Paris, Éd. Consep, 2005.

51La seconde contestation concerne le langage dans lequel se fait la transmission. La réflexion à ce sujet devient centrale dans les discours des pédagogues religieux du second XXe siècle autant que dans les écrits des philosophes et des sociologues84. Se fait alors entendre un plaidoyer pour un langage neuf qui, à l’opposé d’un langage idéal risquant de n’être entendu par personne, rejoigne l’auditeur dans sa situation subjective. Inventer un nouveau langage suffirait à retrouver le sens chrétien. En attendant, force est de constater la critique du langage usité dans les nouveaux manuels de catéchismes, langage jugé souvent simpliste et accusé par certains, tel le traditionnaliste Jean Madiran, de dénaturer la foi85.

52Cette réforme du catéchisme initiée en 1968 n’arrive-t-elle pas trop tard ? N’est-elle pas dépassée avant que de n’être appliquée ? Car cette réforme est encore conçue comme la transmission d’un savoir, même si la méthode se veut plus moderne.

3. La foi s’enseigne-t-elle ?Faut-il continuer à l’enseigner ?

  • 86 François Coudreau, La foi s’enseigne-t-elle ? Réflexions et orientations pour une pédagogie de la (...)
  • 87 Ibid., p. 45.

53Au tournant des années 1970, la réflexion interroge désormais, non plus le seul catéchisme, mais la transmission de la foi aux enfants86. Dans les faits, nombre de catéchistes renoncent à la catéchisation et justifient leur choix. Ils considèrent que, la foi étant à la fois un don de Dieu et une expérience spirituelle, elle ne saurait faire l’objet d’un enseignement. Pour eux, si la foi est conçue comme réponse à l’appel de Dieu, elle ne se réduit pas à un savoir ; elle ne s’impose pas87. Certains en concluent que la foi est incommunicable, ce qui n’est pas sans poser problème à une institution, l’Église, qui n’existe que par la transmission. Dans les services de catéchèse, on s’interroge : faut-il conserver le caractère didactique de l’acte catéchétique ? Si enseigner se réduit à fournir des connaissances à retenir, et non à acquérir une compétence, un savoir-faire, la transmission ne semble alors guère utile.

  • 88 André Polaert, « Anthopologie et vie de foi dans la catéchèse », Catéchèse, no 27, 1967, p. 149-16 (...)
  • 89 Jacques, Audinet « La catéchèse, enjeu de société », Études, t. 346, no 1, 1977 p. 103.
  • 90 Danielle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003, p. 134.

54Progressivement, la catéchèse est devenue lieu de réélaboration de l’existence et de la place des croyants dans la société. Les textes bibliques sont désormais présents dans les manuels de catéchisme et l’expérience humaine est devenue centrale dans l’activité catéchétique. L’acte même de catéchiser a changé de nature : il s’agit désormais moins de transmettre des connaissances que de « préparer un terrain humain pour que la parole de Dieu soit entendue »88. Cependant, au sein d’une société qui se détache peu à peu de toute pratique religieuse, c’est de moins en moins à l’institution ecclésiale qu’est demandé le sens de l’existence. Et c’est ainsi que, malgré la volonté d’adapter le message à une société en évolution – démarche dans laquelle certains trouveront bientôt trace d’un paternalisme et d’une condescendance de l’Église qu’ils jugeront inacceptable –, la catéchèse est de plus en plus amenée à s’interroger sur sa nature. Elle est, avec d’autres, le « symptôme d’une véritable mutation culturelle »89. La société française, et plus largement occidentale, par un lent processus d’exculturation90, voit disparaître la matrice culturelle formée par le christianisme occidental. L’institution elle-même prend conscience dans le même temps que la tentative de reconquête entreprise par les chrétiens sociaux depuis l’entre-deux-guerres a échoué.

  • 91 Paul VI, Exhortation apostolique sur l’évangélisation dans le monde, 8 décembre 1975.

55Aussi le désenchantement gagne, y compris les clercs : le catéchisme cesse de les intéresser. Nombre d’entre eux ont tendance à rejeter tout ce qui leur paraît notionnel et abstrait. Ils ne se voient plus justifier la conception virginale de Marie ou expliciter la notion de péché. Ce qui les préoccupe avant tout, c’est la vie, le témoignage et l’engagement. L’accès aux sacrements doit, selon eux, ne plus être automatique mais répondre à la libre décision des individus. En 1975, Paul VI n’écrit-il pas : « Le rôle de l’évangélisation est précisément d’éduquer tellement dans la foi qu’elle conduise chaque chrétien à vivre – et non à recevoir passivement, ou à subir – les sacrements comme de véritables sacrements de la foi »91 ?

  • 92 Cet organisme romain, initialement chargé de l’inquisition, s’est appelé sacrée Congrégation du Sa (...)
  • 93 Joseph Ratzinger, « Transmission de la foi et sources de la foi », Documentation catholique, no 18 (...)
  • 94 Ibid., p. 3.

56Dans le cadre de ces remises en cause et de ces inquiétudes, il s’en est fallu de peu que la catéchèse de l’enfance ne disparaisse. La crainte formulée, en 1983, lors de conférences données à Lyon et Paris par le cardinal Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, en constitue une belle illustration92. Il déplore la « misère » de la catéchèse en France, le « refus du catéchisme et l’écroulement de la catéchèse classique »93. Et de réaffirmer haut et fort la nécessité de la transmission dans une catholicité française encline à y renoncer : « il appartient à l’essence de la foi qu’elle demande à être transmise : c’est l’intériorisation d’un message, qui s’adresse à tous »94. Le recul de la catéchisation inquiète jusqu’à Rome.

*

57La réforme des nouveaux catéchismes, tentative d’adaptation méthodologique du message aux jeunes des années 1960, s’avère être un échec pour les instances nationales de la catéchèse. La réforme arrive trop tard. Elle est lue par les autorités romaines et les conservateurs catholiques comme un allègement du message, lequel risquerait de dénaturer les dogmes mêmes de la foi. Enfin, elle ne parvient pas à lutter contre le reflux massif de la foi catholique en France au cours de la décennie 1960. S’installe durablement à partir de 1965, une indifférence religieuse, bien différente de l’anticléricalisme du début du siècle.

58En définitive, la crise de la catéchèse apparaît comme le produit d’une rupture anthropologique : la fonction sociale de la religion s’étant amenuisée, la famille cessant d’être l’espace clos dans lequel l’éducation à la foi pouvait être totalisante, la transmission se brouille. La foi comme transmission d’un héritage, de connaissances, est de moins en moins une réalité. Désormais, elle est pensée comme une conviction, un acte personnel et subjectif, un engagement. Alors qu’en est-il de l’enseignement de la doctrine, des rituels, des pratiques reçues des générations précédentes qui constituent, non la foi mais son terreau ? Là réside désormais la difficulté. Aussi, quand bien même l’élaboration des nouveaux catéchismes est concomitante d’une baisse de la catéchisation française, baisse accentuée par l’abandon de la communion solennelle qui détourne nombre de familles de la nécessité de faire catéchiser leur enfant, nul ne peut faire porter la responsabilité de la crise de la transmission de la foi sur la seule réforme catéchétique des années 1960. Celle-ci n’est finalement qu’une tentative, peu efficace, de limiter une déprise du religieux par un retournement sans doute inabouti, celui de remplacer le catéchisme du « par cœur », complet, abstrait mais de moins en moins reçu, par le témoignage d’une foi, kérygmatique et centrée sur l’expérience humaine. Ceux qui envisageaient une réforme avant tout méthodologique se sont vus dépassés par la dimension théologique de la réforme.

  • 95 Benoît XVI, Discours aux prélats de la conférence des évêques de France en visite ad limina aposto (...)
  • 96 Claire Lesegretain, « Le paysage religieux des enfants et adolescents d’aujourd'hui », La lettre d (...)
  • 97 Alice Papin, « En France, seuls 17,4% des enfants sont catéchisés », La Croix, 29 septembre 2016 [e (...)

59Parler de transmission de la foi, c’est évoquer en même temps l’affirmation de la foi qui procède de chaque individu, la pratique rituelle et la transmission de la culture religieuse au sein de la communauté. Autrement dit, trois dimensions s’enchevêtrent : la dimension personnelle, la dimension cultuelle et la dimension culturelle. Si la première est réponse volontaire à une invitation, la seconde s’acquiert dans une pratique communautaire et la troisième se reçoit en héritage, par témoignage. Cette transmission est toujours en crise en France au début du XXIe siècle conduisant le pape Benoît XVI, en 2012, à reconnaître que « l’un des plus graves problèmes de notre époque est celui de l’ignorance religieuse dans laquelle vivent beaucoup d’hommes et de femmes, y compris des fidèles catholiques. […] Mais l’un des obstacles les plus redoutables de notre mission pastorale est l’ignorance du contenu de la foi »95. Difficile mission que celle des instances nationales de la catéchèse chargées de transmettre les contenus de la foi à une population de moins en moins en demande. Si en 1994, les chiffres du CNER indiquent que 42,2 % des 8-12 ans soit un million sur une population scolaire de deux millions et demi étaient catéchisés96, ils ne sont plus que 17,4 % en 201697.

  • 98 Philippe Bacq, Christoph Theobald, Passeurs d’Évangile, autour d’une pastorale d’engendrement, Par (...)
  • 99 Dominique Collin, Le christianisme n’existe pas encore, Paris, Salvator, 2018.
  • 100 Les « nouveaux parcours » des années 1980 proposent une catéchèse plus axée sur la demande des enf (...)
  • 101 Cette catéchèse se veut préparation à la rencontre du Christ ; elle prend appui sur l’appel, le ch (...)

60Il n’en reste pas moins que la réforme ouvre la voie à d’autres évolutions, catéchèse de proposition de la foi, puis catéchèse d’initiation. Si la réflexion sur la transmission de la foi approfondit l’intuition qu’il s’agit moins de transmettre un cadre notionnel, des rituels et des connaissances que de transmettre ce qui fait foi en la vie, le goût de « vivre de la parole de Dieu », elle recentre le message sur l’Évangile lui-même. C’est en tout cas la proposition de théologiens contemporains, qu’il s’agisse de Christoph Théobald98 ou de Dominique Collin99. Elle s’entend comme une réponse à la crise de la transmission de la foi que connaît la société française depuis les années 1960, comme une reconnaissance implicite de l’échec de la catéchèse de ces années-là à y répondre et comme un engagement dans la « proposition de foi »100 initiée au début des années 1990 et poursuivie par la catéchèse d’initiation depuis les années 2000101.

Haut de page

Notes

1 André Boyer, Un demi-siècle au sein du mouvement catéchistique français, Paris, Éditions de l’École, 1966, p. 17-25.

2 Denis Pelletier, Les catholiques en France de 1789 à nos jours, Paris, Albin Michel, 2019, p. 213-278.

3 Antoine Prost, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation, t. 4 : L’école et la famille dans une société en mutation depuis 1930, Paris, Perrin, 2004 (1re éd. 1981) ; Id., Du changement dans l’école. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2013.

4 Pauline Piettre, « Catéchèse et instruction religieuse en France depuis le XIXe siècle », Transversalités, no 115, 2010, p. 27-40.

5 Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France. Histoire, déplacements, enjeux, 1893-1980, Paris, Beauchesne, 1981.

6 Joël Molinario, Joseph Colomb et l’affaire du catéchisme progressif : un tournant pour la catéchèse, Paris, Desclée de Brouwer, 2010.

7 Isabelle Morel, Les années Pierres Vivantes. Retour sur un débat interrompu, Paris, Desclée de Brouwer, 2015.

8 Joël Molinario, « Une pédagogie de la Parole en catéchèse : de l’invention du catéchisme à Dei Verbum », Educatio, no 4, 2015 [en ligne] <http://revue-educatio.eu/wp/2015/03/16/une-pedagogie-de-la-parole-en-catechese-de-linvention-du-catechisme-a-dei-verbum/> (consulté le14 août 2021).

9 Elisabeth Germain, Langage de la foi à travers l’histoire. Approche d’une étude des mentalités, Paris, Mame, 1972 ; Joël Molinario, Le catéchisme, une invention moderne. De Luther à Benoît XVI, Paris, Bayard, 2012.

10 André Liégé, « La catéchèse, qu’est-ce à dire ? Essai de clarification », Catéchèse, no 1, octobre 1960, p. 6-12.

11 Denis Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique en France (1965-1978), Paris, Payot, 2002.

12 Ibid, p. 268.

13 Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers, une génération (1945-1969), Paris, Fayard, 2003 ; Dominique Borne, Histoire de la société française, Paris, Colin, 2002 ; Jean-Pierre Rioux, La Quatrième République, l’expansion et l’impuissance (1952-1958), Paris, Le Seuil, 1983.

14 Marcel Albert, L’Église catholique en France sous la IVe et Ve République, Paris, Éd. du Cerf, 2004.

15 Archives des instances nationales de l’enseignement religieux (CONER, Commission épiscopale de l’enseignement religieux, CNER) conservées au Centre national des archives de l’Église de France [désormais CNAEF].

16 L’expression « catéchisme du savoir » est empruntée à Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France…, op. cit., p. 117.

17 Pie X, Lettre encyclique Acerbo Nimis, sur l’enseignement de la doctrine chrétienne [en ligne] <http://www.vatican.va/content/pius-x/fr/encyclicals/documents/hf_p-x_enc_15041905_acerbo-nimis.html> (consulté le 14 août 2021).

18 Pauline Piettre, « Catéchèse et instruction religieuse en France depuis le XIXe siècle », art. cit., p. 32.

19 Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914, Paris, Belin, 1999.

20 Antoine Savoye, « Un terrain de rencontre de l’Éducation nouvelle et des sciences de l’éducation : la réforme de l’enseignement secondaire en France dans l’entre-deux-guerres », in Rita Hofstetter, Bernard Schneuwly (dir.), Passion, fusion, tension. Éducation nouvelle et sciences de l’éducation, Berne, Peter Lang, 2006, p. 359-378.

21 Mary Coke, Le mouvement catéchétique de Jules Ferry à Vatican II, Paris, Le Centurion, 1988.

22 Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France…, op. cit., p. 187.

23 Ce prêtre de Paris est l’un des auteurs de France, pays de mission ? paru en 1943 et l’un des inspirateurs de la mission de Paris en 1944. Il est aussi l’un des premiers à avoir publié aux Éditions ouvrières des catéchismes à destination des enfants de milieux populaires.

24 Julien Potel, Odette Sarda, « Naissances, baptêmes et participation au catéchisme », La Maison Dieu, no 152, 1982, p. 37-110.

25 Fernand Boulard, Jean Rémy, Pratiques religieuses et régions culturelles, Paris, Éditions ouvrières, 1968.

26 CNAEF, 74 CO 431 : compte-rendu des réunions de la CONER.

27 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des Trente Glorieuses à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 57-58.

28 R. P. Liégé, « La jeunesse d’aujourd’hui devant le Christ », in La France va-t-elle perdre sa jeunesse ?, Paris, Fayard, 1954, p. 81.

29 « Le catéchisme et l’époque contemporaine », Documentation catéchistique, no 19, avril 1953, p. 19-25.

30 Si le courant traditionaliste du début du siècle s'est affaibli depuis la condamnation de l’Action française en 1926, il resurgit sous le pontificat de Pie XII, entre 1950 et 1958, en réaction contre certaines évolutions (prêtres-ouvriers, etc.). Cf. Olivier Landron, À la droite du Christ, Éd. du Cerf, 2015.

31 Numéro spécial « Transmettre la foi, La catéchèse dans l’Église », Les quatre fleuves. Cahiers de recherches et de réflexion religieuses, no 11, 1980, p. 131-148.

32 Jean-François Sirinelli, « Les Vingt Décisives », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 44, 1994, p. 124.

33 Georges Duby, Armand Wallon, Histoire de la France rurale, t. 4, Paris, Le Seuil, 1976, p. 368-371.

34 Claude Langlois, « Le catholicisme à la rencontre de la ville », Les Annales de la recherche urbaine, no 96, 2004, p. 21.

35 Olivier Chatelan, « Les catholiques et l’urbanisation de la société française »,Vingtième Siècle. Revue d'histoire, no 111, 2011, p. 147-158.

36 Raymond Poignant, « La planification de l'expansion de l’enseignement en France », Tiers-Monde, t. 1, no 1-2, 1960, p. 209.

37 Jean-Michel Chapoulie, « Une révolution dans l’école sous la quatrième République ? La scolarisation post-obligatoire, le Plan et les finalités de l’école », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 54, no  4, 2007, p. 7-38.

38 Louis Cros désigne ainsi ce que l’on appellera plus tard la massification scolaire dans L’explosion scolaire, Paris, Comité universitaire d’information pédagogique, 1961.

39 Robi Morder, « Années 1960 : crise des jeunesses, mutations de la jeunesse », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 74, 2004, p. 62-69.

40 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001.

41 Anne-Marie Sohn, « Les “relations filles-garçons” : du chaperonnage à la mixité (1870-1970) », Travail, genre et sociétés, no 9, 2003, p. 91-109.

42 Yves Verneuil, « Les débats sur la mixité des élèves dans l’enseignement privé catholique à la fin des années 1960 », Histoire de l’éducation, no 137, 2013, p. 57-91.

43 Pour le fonctionnement administratif des instances de l’enseignement religieux, voir Bénédicte Toucheboeuf, Décider dans l’Église, les instances nationales de la catéchèse (1958-1973), thèse, histoire, EPHE, 2015.

44 Valérie Aubourg, Olivier Chatelan, Étienne Fouilloux, Daniel Moulinet, Claude Prudhomme, Les chrétiens à Lyon en mai 1968, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2020, p. 9-26 ; Boris Gobille, Mai 68, Paris, La Découverte, 2018, p. 85-87.

45 Alain Marchive, La pédagogie à l’épreuve de la didactique : approche historique, perspectives théoriques et recherches empiriques, Paris, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 31-40.

46 Emmanuelle Rozier, « John Dewey, une pédagogie de l'expérience », La Lettre de l’enfance et de l’adolescence, no 80-81, 2010, p. 23-30.

47 Robert Scholtus, « Une foi transmise par les femmes », Christus, no 490, avril 2001, p. 136-142.

48 Marlaine Cacouault-Bitaud, « La féminisation d'une profession est-elle le signe d'une baisse de prestige ? », Travail, genre et sociétés, no 5, 2001, p. 91-115.

49 Constitution dogmatique sur la Révélation, Dei Verbum, 1965.

50 CNAEF, 74 CO 559 : texte du Fonds obligatoire, n. p.

51 Guillaume Cuchet, « La crise du sacrement de pénitence dans le catholicisme français des années 1960-1970 », Revue de l’histoire des religions, no 3, 2015, p. 397-428.

52 Isabelle Bouju, « Les mouvements d’Action Catholique en France : de l’évangélisation à l’engagement social », Norois, no 174, avril-juin 1997, p. 275-292.

53 CNAEF, 74 CO 431 : comptes rendus CONER, réunion des 28-29-30 octobre 1968.

54 Ibid. : compte rendu de l’Assemblée plénière.

55 CNAEF, 74 CO 669 : Nouveaux catéchismes, Lettre de Jean-Pierre et Thérèse Pertus, novembre 1968.

56 Denis Pelletier, « Les chrétiens de l’autre bord », in Denis Pelletier, Jean-Louis Schlegel (dir.), À la gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, 2012, p. 7-14.

57 Yvon Tranvouez, « Les idées du ciel ne tombent pas justes », in Denis Pelletier, Jean-Louis Schlegel, À la gauche du Christ, les chrétiens de gauche …, op. cit., p. 513-521.

58 Paul Airiau, « Les hommes de la pensée catholique », Catholica, no 60, avril 2009, p. 59-74.

59 Depuis 1946, la Cité catholique, fondée par Jean Ousset, œuvre pour une contre-révolution catholique. Le livre d’Ousset, Pour qu’Il règne, fait l’objet d’une condamnation par l’Assemblée des cardinaux et archevêques en 1960. La revue Itinéraires de Jean Madiran se veut un carrefour de la pensée catholique conservatrice.

60 « Un véritable raz de marée, une sorte de vent de folie balaye tout ce qui peut rester de traditionnel dans l’Église de France. La soutane disparaît en quelques mois, au profit de l’habit civil. Les églises sont vidées de leurs confessionnaux, chemins de croix, statues, reliquaires, ex-voto, tables de communion, ornements liturgiques, prie-Dieu, etc. qui sont jetés aux ordures ou, dans le meilleur des cas, bradés aux antiquaires. Les expérimentations liturgiques les plus insensées deviennent monnaie courante. L’enseignement du catéchisme est dévasté, les catéchismes traditionnels étant bannis au profit d’un « Fonds obligatoire » qui n’enseigne plus les connaissances nécessaires au salut. Les options politiques les plus hasardeuses (et les plus à gauche) sont soutenues par le clergé. Par milliers, des prêtres abandonnent le sacerdoce et se marient », Abbé Cellier, « Un terreau fertile. La Tradition en France avant la Fraternité Saint-Pie X (1958-1976) », Revue Item,‎ 30 avril 2014  [en ligne] <http://www.revue-item.com/9337/la-tradition-en-france-avant-la-fraternite-saint-pie-x-1958-1976> (consulté le 14 août 2021).

61 Ce mouvement à l’initiative de Pierre Debray et Mme Lucrot demande au pape et aux évêques « de condamner le baptême par étapes et de restituer dans la catéchèse l’enseignement intégral des vérités nécessaires au salut », Olivier Landron, À la droite du Christ. Les catholiques traditionnels en France depuis le concile Vatican II, 1965-2015, Paris, Éd. du Cerf, 2015, p. 34-95.

62 Cet homme de la galaxie intégriste se fait le porte-parole de cette contestation de toute modernité dans l’Eglise de France par le biais d’une revue Paternité qu’il édite. Il est l’un des artisans de la polémique sur le catéchisme de 1957, de la plainte auprès de Rome et des évêques afin d’obtenir la condamnation de pratiques jugées modernes et destructrices de la doctrine chrétienne. Yves Chiron, Pierre Lemaire, un précurseur dans le combat pour la famille, Paris, Pierre Téqui, 2015, p. 128.

63 Pierre Lemaire, « Que faut-il penser du nouveau catéchisme ? », Documents Paternité, no 135, octobre 1968, n. p.

64 CNAEF, 74 C0 669 : Le nouveau catéchisme [sous cette cote sont rassemblées les réactions aux nouveaux catéchismes].

65 CNAEF, 74 CO 116 : archives du CNER, Sondage sur l’évolution de la catéchisation des enfants, novembre 1973.

66 « Si les contenus ont changé, leur fonctionnement, lui ne s’est pas modifié. L’acte catéchétique d’aujourd’hui se développe selon un schéma semblable au schéma antérieur ; la vie et la foi s’articulent toujours de la même façon, la vie étant au service de l’idée doctrinale qu’elle vient expliquer. Ce n’est pas la foi qui éclaire la vie ; ce n’est pas elle qui permet de voir en quoi le fait de croire fait appréhender l’existence de certaines façons. C’est la vie qui illustre les vérités religieuses même si les formulations de celles-ci évoluent », Odile Dubuisson, L’acte catéchétique, son but, sa pratique, Paris, Le Centurion, 1982 p. 21-22.

67 Gilbert Adler, Gérard Vogeleisen, Un siècle de catéchèse en France…, op. cit., p. 295.

68 Yann Forestier, « Le malentendu réformateur des années 1960 », Histoire de l’éducation, no 139, 2013, p. 73.

69 Ivan Illich, Une société sans école, Paris, Le Seuil, 1971.

70 André Robert, L’école en France de 1945 à nos jours, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

71 Yann Forestier, « Le malentendu réformateur des années 1960 », art. cit.

72 Fernand Boulard, Jean Rémy, Pratiques religieuses urbaines et régions culturelles, Paris, Éditions ouvrières, 1968, p. 124.

73 Yves Lambert, L’évolution religieuse de la France au long de cinquante années, 2000, hal-01931663, p. 1 [en ligne] <https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01931663> (consulté le 14 août 2021).

74 Serge Bonnet, Augustin Cottin, La communion solennelle, folklore païen ou fête chrétienne, Paris, Le Centurion, 1969.

75 CNAEF, 74 CO 200, : papiers du service enfance, règlement des catéchismes, 1967.

76 Jean Delumeau, La première communion : quatre siècles d’histoire, Paris, Desclée de Brouwer, 1987, p. 217-253.

77 Guillaume Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un désastre, Paris, Le Seuil, 2018.

78 Yann Forestier, « Le malentendu réformateur des années 1960 », art. cit., p. 84.

79 Lieu de socialisation et de structuration du temps libre, les patronages catholiques sont de plus en plus délaissés par les prêtres qui s’interrogent sur l’intérêt pastoral d’une telle activité ecclésiale. Gérard Cholvy, Le patronage, ghetto ou vivier ?, Paris, Nouvelle Cité, 1988.

80 Francis Lebon. « Une politique de l’enfance, du patronage au centre de loisirs », Éducation et sociétés, vol. 11, no 1, 2003, p. 135-152.

81 Séverine Mathieu, « Les aumôneries catholiques de l’enseignement public de 1945 à 1970 », Archives de sciences sociales des religions, no 34, 1972, p. 111-132.

82 Youenn Michel, « Mai 68 et l'enseignement : mise en place historique », Les Sciences de l'éducation. Pour l'Ère nouvelle, vol. 41, no 3, 2008, p. 13-25 ; Yann Forestier, « Mai 68 et les paradoxes de la modernisation de l'école », Carrefours de l'éducation, no 29, 2010, p. 181-196.

83 « C’est le propre de la foi chrétienne que d’être depuis les origines confessée, ce qui en vient à proclamer que Jésus est sauveur », Joseph Moingt « La transmission de la foi », Études, t. 342, 1975, p. 107-130.

84 René Voeltzel, « Catéchèse et langage », Revue d’histoire et de philosophie religieuse, 1968, no 48-4, p. 381-385.

85 Jean Madiran, Histoire du catéchisme, 1955-2005, Paris, Éd. Consep, 2005.

86 François Coudreau, La foi s’enseigne-t-elle ? Réflexions et orientations pour une pédagogie de la foi, Paris, Le Centurion, 1974.

87 Ibid., p. 45.

88 André Polaert, « Anthopologie et vie de foi dans la catéchèse », Catéchèse, no 27, 1967, p. 149-164.

89 Jacques, Audinet « La catéchèse, enjeu de société », Études, t. 346, no 1, 1977 p. 103.

90 Danielle Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003, p. 134.

91 Paul VI, Exhortation apostolique sur l’évangélisation dans le monde, 8 décembre 1975.

92 Cet organisme romain, initialement chargé de l’inquisition, s’est appelé sacrée Congrégation du Saint-Office de 1908 à 1965, avant de prendre le nom de Congrégation pour la doctrine de la foi. Elle est chargée de préciser et de défendre la doctrine catholique.

93 Joseph Ratzinger, « Transmission de la foi et sources de la foi », Documentation catholique, no 1847, 6 mars 1983. p. 1.

94 Ibid., p. 3.

95 Benoît XVI, Discours aux prélats de la conférence des évêques de France en visite ad limina apostolorum, 30 novembre 2012 [en ligne] < https://eglise.catholique.fr/vatican/messages-du-saint-pere/369598-discours-du-saint-pere-aux-eveques-francais-des-provinces-de-clermont-lyon-marseille-montpellier-toulouse-et-a-larcheveque-de-monaco/> (consulté le 21 juin 2021).

96 Claire Lesegretain, « Le paysage religieux des enfants et adolescents d’aujourd'hui », La lettre de l’enfance et de l’adolescence, no 74, 2008, p. 45-50.

97 Alice Papin, « En France, seuls 17,4% des enfants sont catéchisés », La Croix, 29 septembre 2016 [en ligne] <https://www.la-croix.com/Religion/France/En-France-seuls-174-enfants-sont-catechises-2016-09-29-1200792659> (consulté le 14 juin 2021).

98 Philippe Bacq, Christoph Theobald, Passeurs d’Évangile, autour d’une pastorale d’engendrement, Paris, Éditions de l'Atelier, 2008.

99 Dominique Collin, Le christianisme n’existe pas encore, Paris, Salvator, 2018.

100 Les « nouveaux parcours » des années 1980 proposent une catéchèse plus axée sur la demande des enfants, tout en leur faisant une « proposition de la foi » catholique en amont de la transmission.

101 Cette catéchèse se veut préparation à la rencontre du Christ ; elle prend appui sur l’appel, le chemin et l’initiation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Toucheboeuf, « Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ? »Histoire de l’éducation, 155 | 2021, 89-115.

Référence électronique

Bénédicte Toucheboeuf, « Les changements dans la catéchèse des années 1960 en France : une rupture dans la transmission de la foi ? »Histoire de l’éducation [En ligne], 155 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 05 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/6246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.6246

Haut de page

Auteur

Bénédicte Toucheboeuf

CNRS-EPHE-PSL, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (UMR 8582)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Logo larhra
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search