Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155VariaEntre demande sociale et conflits...

Varia

Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540)

Between social demands and power conflicts. The schools of Brissac in Anjou (circa 1450-1540)
Marcel Grandière
p. 145-165

Résumés

Cet article entend questionner l’importance des écoles établies dans les petites cités du royaume de France à la fin du Moyen Âge. Il présente les résultats d’une enquête sur une école située dans le duché d’Anjou, à Brissac. Il permet de compléter la connaissance encore insuffisante des écoles non universitaires du royaume de France, alors que celles des universités ont bénéficié d’importants travaux. Un conflit sur le droit de nommer les maîtres et la série de procédures qui s’ensuit permettent d’interroger les tensions et les luttes de pouvoir à l’œuvre dans une école de petite cité au milieu du XVe siècle. Le conflit dévoile l’existence d’un réseau d’écoles proches et la concurrence qui existe entre elles. Il permet aussi d’appréhender le rôle et les exigences des parents quant au contenu de l’enseignement, et leurs divergences à ce sujet. Cette implication des parents permet encore d’entrevoir l’action de l’école dans l’organisation sociale d’une petite cité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jacques Verger, « Tendances actuelles de la recherche sur l’histoire de l’éducation en France au M (...)
  • 2 Charles Urseau, L’instruction primaire avant 1789 dans les paroisses du diocèse actuel d’Angers, A (...)

1En 1980, Jacques Verger soulignait la place disproportionnée occupée par l’histoire des universités dans les travaux consacrés à l’éducation à la fin du Moyen Âge, alors que les écoles non universitaires, en particulier celles des petites cités qui structurent le territoire, n’avaient pas bénéficié de la même attention1. Pour le duché d’Anjou, un premier travail de recension avait cependant été réalisé dès la fin du XIXe siècle, afin de mettre en lumière, en pleine querelle scolaire, le rôle de l’Église dans la scolarisation des enfants2.

  • 3 Jacques Verger, « Les historiens français et l’histoire de l’éducation au Moyen Âge : onze ans apr (...)
  • 4 Sylvette Guilbert, « Les écoles rurales en Champagne au XVe siècle : enseignement et promotion soc (...)
  • 5 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411-1412) », His (...)
  • 6 En Suisse Romande, selon Pierre Dubuis, « La Réforme se développe dans une région depuis longtemps (...)

2Une décennie plus tard3, le même historien constatait les importants progrès réalisés, grâce à de nombreuses études locales, dans la connaissance des écoles établies hors des universités, et appelait de ses vœux une enquête systématique pour la France4. Plus récemment, des recherches nouvelles ont précisé l’existence de nombreuses écoles rurales dans le duché de Normandie au XVe siècle5, donnant ainsi à voir l’importance de l’écrit à la fin du Moyen Âge dans certaines parties du royaume et dans des territoires proches6. Il reste que les écoles de cette période sont mieux connues pour l’Italie, l’Angleterre et le « domaine germanique » que pour la France.

  • 7 Archives départementales du Maine-et-Loire [désormais ADML], 76 H 1-6.
  • 8 Charles Métais, Cartulaire de l’Abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, Paris, Picard, 4 vol., (...)
  • 9 ADML, 188 J, art. 8.

3Cet article entend prolonger cette révision de l’importance des écoles dans le royaume de France. Il présente les résultats d’une enquête sur une école située dans le duché d’Anjou, à Brissac. Son existence est révélée par une série de procédures tendant à déterminer et à spécifier le droit de nommer, le droit de maîtrise. Un conflit oppose en effet les maîtres établis par le prieur du prieuré Notre-Dame de la Colombe dépendant de l’abbaye de Vendôme et ceux que soutient la puissante famille de Brézé, propriétaire du fief depuis 1434. Le premier acte est une sentence rendue à Angers, datée du 17 mars 1455, où sont exposés les arguments des parties concernant le droit de maîtrise. Les procédures, commencées devant le juge et garde de la prévôté d’Angers, « conservateur des privilèges royaux de l’université », sont poursuivies et dépaysées sous la main du roi au parlement de Paris. Plusieurs sources ont permis de suivre l’affaire : les archives du prieuré Notre-Dame de la Colombe, consultables aux archives de Maine-et-Loire7, celles de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Vendôme, publiées par l’abbé Métais8 ; enfin, les manuscrits relatifs à ce conflit contenus dans le fonds du duché de Brissac, également déposé aux archives de Maine-et-Loire9.

  • 10 Comme le montre Josep Hernando I. Delgado, « L’aprenentatge de lletra en el món rural segons els R (...)

4Ce conflit sert de révélateur des tensions à l’œuvre dans une école de petite cité angevine dans la deuxième moitié du XVe siècle et jusqu’au début du siècle suivant. Il permet d’entrevoir les luttes de pouvoir pour s’assurer le droit de nommer le maître, le réseau des écoles proches avec les échanges et la concurrence qui peuvent exister entre elles, le rôle de la toute récente université d’Angers. Il permet aussi d’approcher le rôle des parents qui sont au cœur du conflit de l’école de Brissac, leurs exigences quant au contenu de l’enseignement qui va de l’ABC, de la grammaire à la logique, cursus bien attesté ailleurs qu’en Anjou10, et les divergences entre les familles qui n’ont pas toutes les mêmes besoins. C’est par cette implication des parents que l’école peut agir comme acteur dans l’organisation sociale d’une petite cité du duché angevin.

I. Les écoles de Brissac, au carrefour de pouvoirs

1. Les origines de l’école de Brissac

  • 11 François Michel, Béatrice Angliviel, Georges Laclavère (dir.), Atlas historique français. Le terri (...)
  • 12 Nicolas Asseray, « La maîtrise de l’eau autour du château de Brissac du XIIIe au XIXe siècle », Ar (...)

5Broichessac (le nom de Brissac au Moyen Âge) n’est pas comprise dans les trente-deux villes closes de l’Anjou selon l’Atlas historique français11. Ce n’est qu’une petite cité. Elle est cependant bâtie comme site de défense entre muraille (« cloison »), portes fortifiées, étangs et château12. Au XVe siècle, une puissante famille, le lignage de Brézé, tient la ville et le château. Son prieuré, Notre-Dame de la Colombe, et son église, Saint-Vincent, dépendent de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Vendôme. L’équipement urbain de Brissac, même peu étoffé, lui permettait cependant d’accueillir un maître. La ville disposait d’un bâtiment d’école situé près d’une porte au nord de la ville (portal Bry) ; il était équipé du matériel nécessaire à l’accueil des enfants, matériel déplacé lors des conflits entre maîtres. À l’intérieur de ses quatre portes, Brissac comprenait encore une aumônerie (Saint-Martin), une importante confrérie (Saint-Nicolas), et surtout une population de marchands regroupés autour de la place du Minage et de sa Grande Rue.

  • 13 Yves Denéchère, Jean-Michel Matz, (dir.), Histoire de l’université d’Angers du Moyen Âge à nos jou (...)
  • 14 Ibid., p. 37-40.
  • 15 En 1432, les écoles angevines sont au complet : arts libéraux, droit, médecine, théologie.
  • 16 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411–1412) », art (...)
  • 17 Jacques Le Goff, Jean Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, (...)

6Nous n’avons pas de documents sur la création de l’école. Il s’agit certainement d’une initiative locale assumée et prise en charge par l’abbaye de Vendôme. Dater la création des écoles de Brissac est donc mission bien difficile. Pour essayer de situer dans le temps ces écoles, il faut sans aucun doute les relier à celles d’Angers en dehors desquelles elles ne pouvaient guère fonctionner. C’est au XIIIsiècle que le rayonnement intellectuel d’Angers se diffusa dans l’Anjou et au-delà. Un peu avant le milieu du siècle, des cours de grammaire étaient donnés dans un « collège » angevin dit « de la Porte de fer »13. L’ancienne école cathédrale évolue alors en studium et cherche à s’émanciper pour devenir une vraie universitas14. La transformation des écoles angevines en université se fit par étapes au XIVe siècle pour aboutir au début du XVe siècle15. Nous faisons donc l’hypothèse que c’est au XIVe siècle que furent établies les escolles de Brissac16, pour répondre à « une demande sociale en pleine expansion »17.

  • 18 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers, 17 mars 1455.
  • 19 Georges Duby, Histoire de la France urbaine. La ville médiévale, Paris, Le Seuil, 1980 : « La vill (...)
  • 20 À propos de l’origine sociale des étudiants, voir Pierre Riché, Jacques Verger, Des nains sur des (...)

7Quel est leur public ? La procédure judiciaire mentionne les « notables gens »18 de la ville. Il est difficile de donner un sens précis à cette expression. Au milieu du XVe siècle, les marchands et les métiers bien en vue forment la population dominante de Brissac. En témoignent l’importance de son marché19 tout comme les statuts des métiers octroyés par le seigneur et que les officiers avaient charge de faire appliquer et respecter. Même si elles n’ont pas l’honneur d’être citées dans les actes de justice, ces familles peuvent aussi certainement placer des enfants à l’école20. En effet, les premiers éléments de la grammaire leur sont très utiles dans l’exercice de leur métier.

2. Un réseau d’écoles angevines

  • 21 François Michel et al., Atlas historique français, Le territoire de la France et de quelques pays (...)
  • 22 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers, 17 mars 1455.
  • 23 Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique du Maine-et-Loire, Paris, J.B. (...)
  • 24 Idem, 1876, t. 2, p. 54. École sans doute fondée par le chapitre Saint-Denis.
  • 25 Idem, t. 3, 1878, p. 287.
  • 26 Idem, t. 1, p. 428.
  • 27 Idem, t. 3, p. 155.
  • 28 L’abbé Charles Urseau a trouvé trente-trois écoles en Anjou au XVe siècle, un total inférieur à la (...)

8L’école de Brissac n’est pas isolée. Au XVe siècle, les petites villes fortifiées du duché d’Anjou en sont souvent pourvues21. Il existe autour de Brissac, vers 1450, et certainement bien avant, tout un réseau d’écoles où les enfants peuvent apprendre la grammaire et la logique, comme c’est le cas derrière les murs fortifiés de la ville. Le maître en fonction en 1455, Jacques Lefeuvre, dans le procès qui l’oppose à un autre maître devant la prévôté d’Angers22, en donne la preuve en citant quelques écoles de cités proches, là où vont les élèves qui fuient celle de Brissac : Chemillé (30 km), Martigné-Briand (17 km), Juigné, sans oublier Angers (19 km) et « ailleurs ». Quelles écoles Lefeuvre désigne-t-il par ce dernier terme ? Certainement Thouarcé (14 km) où le prieur de Saint-Jean avait droit de nommer aux écoles23, Doué (25 km, un maître des écoles– magister scolarum – en 1307)24, Rochefort (19 km, les écoles de grammaire étaient à la présentation de l’abbesse du Ronceray d’Angers25) et peut-être Bouchemaine de l’autre côté de la Loire (19 km)26. Aux Ponts-de-Cé, en 1459, les termes employés lors de la désignation d’un maître sont de même nature qu’à Brissac : Jehan des Acres y fut institué « pour tenir et excercer les escolles en l’isle du pont de Sée et y enseigner et endoctriner les enfans dudit lieu et d’autres qui ilecques afflueront »27. Les écoles entourant Brissac sont relativement éloignées, mais restent facilement accessibles aux familles comme le montre la décision de ces dernières de changer leurs enfants d’école. On peut en tracer la carte au sud d’Angers, outre Loire, sur une petite partie du territoire entre les Ponts-de-Cé, Rochefort et sans doute Chalonnes (école non attestée), Doué, Montreuil-Bellay et Chemillé. Ce réseau des écoles établies dans le duché n’est pas suffisamment connu aujourd’hui alors qu’il structure apparemment bien ce territoire28.

  • 29 Nathalie Pallu de la Barrière, « Sur le chemin de l’école. Le réseau des petites écoles normandes (...)

9La situation dans le duché d’Anjou paraît différente de celle que nous connaissons ailleurs dans le royaume. Le réseau angevin – nous l’avons vu – s’appuie sur les petites cités où l’on enseigne, au-delà du lire/écrire, la grammaire et la logique avec des maîtres choisis pour ces compétences comme à Brissac. En Normandie, les archives des institutions ecclésiastiques et celles des autorités laïques mobilisées montrent « l’omniprésence de l’écrit dans les campagnes »29 et posent la question de la présence d’un réseau d’écoles rurales, un réseau – déjà – de « petites écoles » comme elles se généraliseront à l’époque moderne.

  • 30 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411-1412) », art (...)
  • 31 Nicholas Orme, Education in the West of England, 1066-1548, Exeter, University of Exeter, 1976, a (...)
  • 32 Eva Pibiri, Sous la férule du maître. Les écoles d’Yverdon (14e-16e siècles), op. cit.
  • 33 Sylvette Guilbert, « Les écoles rurales en Champagne au XVe siècle : enseignement et promotion soc (...)

10Dans les lieux qu’il a étudiés, où prévaut l’habitat dispersé, Christophe Maneuvrier montre que les habitants ont une école à leur disposition en ne parcourant que quatre à cinq kilomètres30. Son étude sur Villers-sur-Mer révèle « la forte densité des écoles rurales en Normandie ». Une densité qu’explique sans doute le rôle important joué par les communautés rurales normandes. De même, de l’autre côté de la Manche, l’Angleterre médiévale paraît avoir été relativement bien scolarisée31. Les recherches conduites en Suisse Romande montrent également que le Pays de Vaud s’était doté bien avant la Réforme d’un réseau d’écoles étendu et diversifié32. En Bourgogne, il existerait certes « un semis d’écoles rurales », mais une dizaine d’écoles rurales seulement ont été répertoriées dans le diocèse de Reims ; dans celui de Châlons, l’analyse des registres de l’officialité révèle pour la fin du XVe siècle une trentaine d’écoles, mais cette source ne permet pas de toutes les identifier33.

  • 34 Jacques Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, op. cit. , p. 54.

11À la fin du Moyen Âge, alors que les disparités régionales sont encore très fortes34, les petites écoles rurales où l’on enseigne seulement le lire/écrire – sans compter les apprentissages religieux – ne se sont pas encore développées dans le duché d’Anjou comme en Normandie ou en Angleterre. Mais s’y est établi et consolidé un réseau d’écoles ancré dans les petites villes qui organisent le territoire. Cependant, le conflit de pouvoir pour la nomination des maîtres à Brissac, lié aussi à la nature de l’enseignement donné, témoigne que les transformations survenues sur le territoire normand sont également à l’œuvre en Anjou.

3. Le droit de nommer les maîtres : des pouvoirs rivaux

  • 35 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

12Qui possède des droits, au XVe siècle, sur les écoles dans le duché d’Anjou ? À Brissac, « de tout temps et ancienneté »35, c’est le frère titulaire du prieuré Notre-Dame de la Colombe. Le prieur étaie ce droit sur l’autorité du duc d’Anjou :

  • 36 Ibid.

« le prieuré de Broichessac […] anciennement fondé du duc ou comte d’Anjou qui lors estoit, à cause duquel prieuré, le prieur d’iceluy a plusieurs beaux droiz, et entre autres, (…) de donner, mectre, instituer et ordonner en la ville dudit lieu de Broichessac un maistre d’escolle […] »36.

  • 37 ADML, 76 H 1, fol. 52 : déclaration aux assises par Jehan Hellault, procureur.

13Le prieuré de Brissac, comme toutes les possessions angevines de l’abbaye de Vendôme, reste dans la mouvance du comté, puis du duché d’Anjou : comtes et ducs d’Anjou, comme héritiers du fondateur de l’abbaye, le comte Geoffroy Martel (1006-1060), ont exigé que les biens donnés, dont la Colombe, leur restent attachés « sans moyen », i.e. directement. L’école fait partie des biens « avoués » au seigneur. C’est ce que montre la déclaration faite le 17 décembre 1464 par le procureur du prieuré, Jehan Hellault, lors des assises du duché. À René, roi de Jérusalem et de Sicile (1409-1480), il déclare au nom du prieur tous les biens et héritages de la Colombe, et « avoue » celui-ci : item 130, « Ay droict de donner les escolles de ladite ville de Brochessac audit village à qui bon me semble, à personne suffisante et ydoine »37. Le duc d’Anjou a donc gardé ainsi, si nécessaire, un droit de regard sur les nominations des maîtres.

  • 38 Charles Métais, Cartulaire de l’abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, Paris, A. Picard, vol.  (...)
  • 39 Ibid., p. 353-354, « Approbation de la fondation des écoles de Château-la-Vallière par l’abbé de V (...)

14Le maître choisi et agréé reçoit du prieur des lettres de maîtrise qui authentifient sa nomination, lui donnent droit de porter le titre de maître des écoles de Brissac, et lui permettent de bénéficier des revenus de sa charge, les « esmolumens » et « prouffitz », sans aucune précision quant à leur nature et à leur importance. Ces lettres sont confirmées par l’abbé de Vendôme. Il est avéré que l’abbé de Vendôme, dans les paroisses de son domaine, fait contrôler l’école par lui-même et par ses prieurs, quand elle existe. Il l’exige à Vendôme même par un accord passé avec le chapitre Saint-Georges en décembre 125138. Comme encore en 1531 à Château-la-Vallière : l’abbaye n’accepte la donation faite à l’école du lieu par le prieur André d’Averton qu’à la condition que ce prieur et ses successeurs aient le droit de nommer le maître de l’école sous l’autorité de l’abbé39.

15Le droit de nommer suppose aussi celui d’interdire tout autre prétendant à l’exercice d’enseigner, et celui d’exclure tout titulaire qui ne conviendrait plus :

  • 40 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

« Est ledit prieur en bonne possession et saisine que, toutesfoiz et quantes aucun se veut mectre et instruire au régime et exercer esdits escolliers sans son congié et licence [déchiré = et sans] lettres de luy, ou autrement contre sa vollonté, de le contredire et empescher, de y mectre, instituer et ordonner ung maistre d’escolle […] tel que bon lui semble […] »40.

  • 41 ADML, 76 H 1, fol. 57 : sentence du parlement de Paris du 18 octobre 1469.

Et que, quand ledit maistre commis par ledit prieur n’estait ydoine, de l’en oster et mectre un autre bon et suffisant en possession et saisine41.

  • 42 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, voir supra.
  • 43 Michel Rouche, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 1 : Des Origine (...)

16En cas de conflit entre maîtres, le conservateur des privilèges de l’université d’Angers a aussi autorité, au milieu du XVe siècle, pour donner des « lettres de mandement et de scollarité »42 et imposer le candidat de son choix. Quand le litige n’est pas réglé par ces lettres, le prieur et les maîtres peuvent le porter devant la prévôté d’Anjou. C’est d’autant plus aisé que le conservateur des privilèges de l’université a aussi la charge de prévôt, comme à Paris où cet officier a en charge les actions civiles dans les écoles de la ville43.

17Les écoles de Brissac existent donc dans un cadre juridique identifié : elles sont « de la ville », donc publiques, sous contrôle du prieur « à cause du prieuré », un droit qui appartient à l’abbaye de Vendôme et à son annexe. Cette situation existe « de tout temps et ancienneté », argument juridique censé donner du poids en un temps où les « novelletés » sont vues comme dangereuses.

4. De l’ABC à la logique

18Quel était l’enseignement donné à Brissac vers 1450 ? Nous connaissons les demandes précises formulées par les parents au moment de la nomination d’un nouveau maître, demandes exigées et vérifiées comme nous le verrons : ils veulent « un bon maistre d’escolle »

  • 44 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

« pour instruire en grammaire, logique, et autres sciences, les enfans venans et affluans dudit lieu, tant ceux de Broichessac [déchiré = que] d’ailleurs, et aussi pour les discipliner et endoctriner en bonnes meurs et vertuz »44.

  • 45 « L’Art de dictier », in Œuvres complètes de Eustache Deschamps, publiées d’après le manuscrit de (...)
  • 46 Jacques Legrand, Archiloge Sophie, Livre de bonnes meurs, édition critique par Evencio Beltran, Pa (...)
  • 47 Dictionnaire du Moyen Francais, 1330-1500, op. cit., art. « Endoctriner ».
  • 48 « Grammaire française médiévale », in Georges Grente (dir.), Dictionnaire des Lettres françaises, (...)
  • 49 Ibid.
  • 50 Louis Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude sur l’Ars Donati et sa dif (...)

19La sentence du prévôt d’Angers ne donne pas davantage de précisions. Mais on sait, par ailleurs, que la grammaire, l’un des sept arts libéraux, est « le premier et principal ars par lequel l’en vient et aprant tous les autres ars par les figures des letres de A, B, C, que les enfans aprannent premierement, et par lesquelz aprandre et scavoir l’en peut venir à toute science, et monter de la plus petite letre jusqu’à la plus haulte »45 ; c’est elle qui « aprent a parler congruement, c’est assavoir a parler bon latin selon les rigles des grammairiens »46. Les écoliers de Brissac apprennent donc les fondements du langage et le latin. Ils doivent être bien « endoctrinés », instruits, éduqués47. Toutefois, si « la grammaire, le premier des arts du trivium, est souvent définie comme la science qui enseigne à parler et à écrire le latin »48, le français n’est pas absent de cet enseignement des écoles de grammaire : il constitue « le point de départ obligé de l’initiation scolaire au latin »49. De courts traités scolaires (les Donats français) usent des deux langues pour l’enseignement du latin aux élèves50.

  • 51 Dictionnaire du Moyen Français, 1330-1500, op. cit., art. « Logique ».
  • 52 Eustache Deschamps, L'Art de dictier, op. cit., p. 266-267.
  • 53 Catherine Verna, Pere Benito (dir.), « Mobiliser des savoirs dans les campagnes médiévales et mode (...)
  • 54 À propos du recrutement social des universités, Jacques Verger écrit : « On aboutira au moins, à t (...)

20En sus de cet apprentissage de base, les notables de Brissac veulent aussi que la logique soit enseignée à leurs enfants. En 1455, le maître Jacques Lefeuvre, écolier de l’université d’Angers, enseigne la « science du raisonnement et de l’argumentation, un des sept arts libéraux »51, une « science d’arguer choses faintes et subtiles, coulourées de faulx argumens, pour discerner et mieulx congnoistre la vérité des choses entre le faulx et le voir, et qui rent l’omme plus subtil en parole et plus habille entre les autres »52. L’école de Brissac ouvre donc sur les grades supérieurs du cursus scolaire : les écoliers peuvent commencer à Brissac leur cursus et le continuer à la faculté des arts d’Angers, ou l’arrêter, selon les demandes, les besoins et les possibilités familiales. Elle correspond en cela au modèle classique des écoles de grammaire et de logique issu, pour la France, des écoles parisiennes des XIIe et XIIIe siècles. Ce type d’école existe ailleurs en Europe : « Que des hommes des campagnes médiévales puissent bénéficier d’un enseignement de la grammaire, du latin, de la logique n’était pas rare en Catalogne aux XIVe et XVe siècles »53. La possibilité, pour des élèves pauvres, d’accéder ainsi aux niveaux supérieurs des connaissances au Moyen Âge a été largement prouvée par les historiens54.

21Les parents tiennent enfin à ce que leurs enfants apprennent à l’école à discipliner leur nature, à obéir et à se bien conduire, à connaître et pratiquer les principes des bonnes mœurs et des vertus. Une exigence qui concerne aussi le maître lui-même dont la vertu doit être attestée : sa licence ne lui est attribuée qu’après que ses mœurs ont été vérifiées par l’université angevine. Cependant, les réformes religieuses du XVIe siècle n’ont pas encore imprimé leur marque : l’enseignement religieux n’est pas cité dans les demandes parentales, même s’il est sûrement et naturellement pratiqué, sans qu’il y ait besoin de le préciser. Le programme de l’enseignement paraît ainsi bien fixé, prenant en charge le cœur et l’esprit.

II. De la querelle au procès : les maîtres sous le regard des familles

22L’enchevêtrement des tutelles de l’école de Brissac créait, sans doute, un terrain propice à l’éclosion d’un conflit. Les archives donnent à voir la pluralité des parties prenantes : le prieur de Notre-Dame de la Colombe, le seigneur du lieu, Pierre de Brézé et ses successeurs, les habitants de la ville, quand les esprits se sont échauffés, les notables gens, et enfin, l’université d’Angers par l’entremise du conservateur des privilèges royaux de cette université. Par-delà les conflits de tutelle, et les intérêts rivaux des deux maîtres, peut-on saisir, à travers ces affaires, les attentes des familles à l’égard de leur école ?

1. Querelle entre maîtres et conflit de prééminence

23Les maîtres sont les acteurs principaux de cet enchaînement de batailles juridiques qui commence vers 1450 pour ne s’achever qu’en 1537, date du dernier acte de justice parvenu jusqu’à nous. Leur conflit est entretenu par la rivalité qui oppose les deux puissances locales.

24Vers 1445-1450, une sérieuse querelle oppose Jehan Maillart soutenu par Pierre de Brézé (vers 1410-1465), seigneur de Brissac, alors en pleine ascension à la cour de France auprès de Charles VII (roi de 1422 à 1461), et Jacques Lefeuvre, nommé par le frère religieux de saint Benoît, Jehan Valaye, prieur de la Colombe, et soutenu par l’abbé de la Sainte-Trinité de Vendôme. Les maîtres appuient donc leurs prétentions sur les deux puissances antagonistes du lieu : d’une part le prieur de la Colombe et la puissante abbaye de Vendôme – collateur des emplois à pourvoir, qui a droit de contrôle et d’exclusion – et, d’autre part, le seigneur de Brissac, c’est-à-dire les influentes familles de Brézé (jusqu’en 1502) et de Cossé. L’objet affiché du conflit est le pouvoir de nommer aux écoles.

  • 55 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, op. cit.
  • 56 ADML, 188 J 8, fol. 4 : sentence du Palais de Paris, 10 octobre 1469.
  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

25Ce sont le renvoi de Maillart légalement installé et son remplacement par Jacques Lefeuvre qui sèment le trouble à Brissac. Maillart avait « esté juridiquement et justement institué des par avant dix ans maistre (déchiré) des escolles et a eu droit de soy dire et porter maistre d’icelles escolles et en a eu possession et saisine »55. Son institution avait même été validée par l’abbé de Vendôme. Dans une sentence plus tardive (10 octobre 1469) rendue par les juges tenant les requêtes du roi au palais à Paris, il est aussi affirmé que Maillart avait été institué maître par le don et provision de Pierre de Brézé56. Ce qui est sûr, c’est que l’office de maître de Brissac est occupé quand Lefeuvre est institué, alors qu’il est de coutume, selon l’argumentation de Maillart, de « donner [les écoles] quant elles sont vacquans de maistre de fait et de droit »57. Une première action en justice semble même lui avoir été favorable avant que le prieur fasse valoir son droit. C’est ce qui est affirmé dans la sentence du 10 octobre 1469 : Maillart « avait esté maintenu et gardé en la jouyssance de la maîtrise » des écoles de Brissac58.

  • 59 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.
  • 60 Ibid.
  • 61 Jacques Verger, « Les historiens français et l’histoire de l’éducation au Moyen Âge : onze ans apr (...)

26Pourquoi ce renvoi d’un maître en fonction depuis longtemps, alors que les autorités qui l’ont nommé avaient certifié « de (sa) science, meurs et vertu »59 ? Les raisons affichées par le prieur sont claires : les écoles de Brissac sont en danger de se « perdre », les élèves fuient dans les autres écoles circonvoisines ; les notables de la ville en appellent au prieur pour un enseignement de qualité. Jehan de Valaye « deuement a certené [certifié] qu’il estoit besoing et neccessité de pourveoir d’ung bon maistre d’escolle esdites escolles »60. Il démet en conséquence Jehan Maillart sous la pression des parents et nomme à sa place Jacques Lefeuvre, « licencié en lays, escollier estudiant en ladite université » d’Angers, alors que Maillart, dans sa défense, certifie seulement science, mœurs et vertu. A-t-il un titre universitaire ? Sans doute que non, car il n’en dit rien devant le juge, contrairement à son adversaire. Jacques Verger a déjà signalé le remplacement de simples praticiens par des licenciés issus des universités61.

27La sentence du prévôt ne fut pas favorable à Maillart : le 17 mars 1455, il fut débouté, condamné aux dépens, et la maîtrise des écoles de Brissac donnée à son opposant :

  • 62 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, op. cit.

« Avons dit et desclairé, disons et desclairons par notre sentence jugement et par droiz que bien et à droiz ledit demandeur [Lefeuvre] c’est dollu et complaint et a bien et deuement [montré plus que de] souffisant, et, partant, à iceluy demandeur avons adjugé et adjugeons la possession et saisine desdictes choses contemptieuses […] et ledit deffendeur de sa dicte opposition et deffences avons débouté et déboutons par ces présentes […] »62.

  • 63 ADML, 76 H 1, fol. 37 : acte du prévôt, 25 mars 1455.

28Cependant, Maillart interjeta appel de cette sentence63, et surtout, fort de ses appuis, il continua à exercer la maîtrise des écoles au grand désavantage de Jacques Lefeuvre qui porta l’affaire devant la justice ainsi saisie par les deux protagonistes :

  • 64 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, op. cit.

« Il a pleu audit Maillart (…) soy instruire et esdictes escolles les vouloir tenir […] et s’est nommé et appellé maistre d’icelles escolles et en a voulu prendre et appliquez à soy les revenuz et prouffiz en troublant et empeschant ledit demandeur [Jacques Lefeuvre] en ses droiz, possessions, saisines, à tort et sans cause »64.

2. L’intervention des parents : une implication forte mais des intérêts divergents

29Derrière les autorités officielles – abbé et prieur, seigneur, prévôt – que les sources documentaires mettent en avant, le rôle des parents semble avoir été décisif dans le déroulement de cette affaire. Certes, statuts et règlements ne leur reconnaissent aucun pouvoir. Mais ils ont un intérêt direct à la qualité de l’école qui peut faciliter l’accès à des carrières qui prennent beaucoup d’extension au XVe siècle : dans l’Église, les nombreuses juridictions locales et royales, dans toutes les carrières qui exigent des lettres et du talent, comme la médecine. Divers indices témoignent de leur forte implication tout au long du conflit.

30En envoyant leurs enfants dans les écoles circonvoisines au risque de perdre celle de Brissac dont le prieur avait la charge, ils ont mis Jehan de La Vallaye en difficulté, et l’ont poussé à satisfaire leur exigence d’« un bon maistre d’escolle » comme nous l’avons vu ci-dessus. La nomination du nouveau maître, Jacques Lefeuvre, fut précédée d’une réunion et d’une « délibération de plusieurs des notables gens de ladite ville de Broichessac qui ont enfans à envoiez es escolles ». Le prieur ne fait donc pas comme il lui plaît, malgré ce qui est affirmé dans la sentence de Thomas de Sernon.

31L’implication des familles dans le contrôle de l’enseignement donné à leurs enfants va même plus loin. Les parents exigent des « sciences », et en conséquence un maître licencié de l’université comme Lefeuvre, diplômé en droit. Ils vont même jusqu’à vérifier par eux-mêmes les capacités du maître en assistant à son installation et à ses premiers exercices :

  • 65 Ibid.

« Le demandeur [Lefeuvre] s’est transporté [au lieu où sont] accoustumé de tenir lesdites escolles à Broichessac, et en présence de plusieurs notables gens [déchiré] en a prins et appréhendé possession et saisine, a leu les leczons de plusieurs enffans et aussi les a instruiz et endoctrinez comme il apartient à faire à maistre d’escolle […] »65.

  • 66 ADML 76 H 1, fol. 61 : rapport de James Chaumart aux « puissans seigneurs tenans le parlement du r (...)

32Lefeuvre a donc rassuré les parents sur ses capacités et sur sa méthode, sur la manière de faire d’un écolier de l’université, et sans doute a-t-il cherché à montrer ainsi la différence entre lui et son adversaire. Sa séance de travail commence par la vérification du travail fait par les écoliers, le soir, sur les enseignements donnés lors de la leçon précédente. Les écoliers ont rédigé par écrit leurs leçons pour s’approprier par eux-mêmes des apprentissages dispensés. Dans la seconde partie de la séance de travail, Lefeuvre donne son enseignement du jour, un apprentissage sans doute pris dans un de ces petits traités didactiques destinés à l’apprentissage du latin. L’école de Brissac est non seulement pourvue d’un local, mais encore de matériel, sans qu’il soit possible de préciser, ce matériel étant un motif de contestation entre un maître et un sergent royal chargé d’appliquer les décisions de la justice66. Lefeuvre s’appuie sur un texte du corpus qui constitue son enseignement, lecture dont il tire les connaissances à assimiler. Devant les parents, il instruit et « endoctrine », commente et analyse le fond et la forme de ce texte, apporte des savoirs : c’est la partie centrale de la séance de travail. Avant de terminer – mais ce n’est pas indiqué dans le document –, Jacques Lefeuvre doit donner à ses élèves la « matière » correspondant aux apprentissages du jour, sur laquelle ses élèves devront produire par eux-mêmes un écrit qui sera contrôlé le lendemain, comme il l’a fait lors de cette leçon suivie par les parents. Cet aperçu sur l’enseignement donné par la sentence du prévôt en 1455 peut-il être trompeur ? La séance inaugurale de Lefeuvre n’est-elle qu’une façade ? Le maître, devant les parents, a sûrement donné le meilleur de lui-même ; il a sans doute choisi les élèves les plus avancés pour prouver ses capacités et s’imposer.

33Les documents montrent ainsi comment les « notables gens », selon l’expression employée dans les textes, imposent leur point de vue sur ce qu’ils considèrent comme un bon maître « suffisant et idoine ». Jehan Maillart ne correspond plus aux exigences des notables de la ville : le maître est renvoyé alors qu’il avait été choisi en toute légalité et qu’il ne semble pas avoir commis de faute. Le renvoi de ce maître, non diplômé de l’université, praticien de l’enseignement, et son remplacement par Lefeuvre, un écolier d’Angers, licencié en droit civil, semble correspondre à une évolution des attentes à l’égard de l’école.

34Cependant, soutenues par le pouvoir laïc, d’autres familles continuent d’envoyer leurs enfants à l’école de Maillart, qui exerce alors illégalement. L’école prieurale serait donc tiraillée de l’intérieur par des exigences contradictoires liées aux demandes des parents. Le conflit des maîtres Maillart (soutenu par le seigneur laïc) et Lefeuvre (nommé par le prieur) pourrait cacher alors un autre conflit, touchant aux finalités de l’enseignement, et aux intérêts divergents des publics qu’accueille l’école de Brissac. D’une certaine manière, l’école participe ainsi à la structuration de la société en catégories. Les familles qui envoient leurs enfants à l’école de Brissac agissent sur cette structuration et la font évoluer.

3. L’université d’Angers comme arbitre

35L’école de Brissac ne peut connaître ces évolutions factrices de troubles sans un environnement favorable. Ces changements imposés par les notables semblent correspondre à l’aboutissement du long cheminement des écoles d’Angers vers le statut d’université (qui s’achève en 1432 et 1443).

  • 67 Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, op. cit., (...)
  • 68 Louis de Lens, Université d’Angers du XVe siècle à la Révolution française, Livre deuxième, La fac (...)

36Cet aboutissement est tout récent lors du procès entre les deux maîtres (1455) : le modèle universitaire a donc pu influencer les parents de Brissac, et les conduire à remplacer Jehan Maillart. Plus prosaïquement, la toute récente université a besoin de placer ses écoliers dans les écoles angevines, sans quoi elle pourrait difficilement continuer à les former. En Anjou, le studium generale de la capitale devenu université (après les réformes de 1398 et les statuts de 1432) a étendu son influence sur les écoles dispersées dans le duché en envoyant ses écoliers régenter hors d’Angers en s’appuyant, comme on l’a vu à Brissac, sur les autorités disposant du droit de maîtrise. Jacques Lefeuvre n’est pas le seul dans ce cas dans le duché d’Anjou. Dans son Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, Célestin Port mentionne plusieurs maîtres, titulaires de la maîtrise ès arts, nommés à Rochefort au XVsiècle67 ; Louis de Lens évoque aussi le cas de Jean de La Réauté à Château-Gontier68. L’université s’imposait ainsi en Anjou par l’intermédiaire de ses jeunes écoliers possédant la licencia docendi.

  • 69 Ibid.
  • 70 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers, 17 mars 1455.

37Le cas de Brissac laisse ainsi entrevoir les droits de juridiction que tisse l’université, lui permettant de donner un cadre légal d’exercice à ses étudiants en situation d’enseignement. Le prévôt d’Angers est aussi conservateur et protecteur des droits de l’université. Dans l’affaire Lefeuvre/Maillart, il intervient directement : c’est à lui que s’adresse Jacques Lefeuvre qui « obtint de nous, selon le prévôt Thomas de Sernon, certaines lettres de mandement de scollarité contenant entre autres choses maintenue et complainte par vertu desquelles il a fait convenir et adjourner ledit Maillart par certain sergeant exécuteur des dittes lettres à comparoir pardevant luy es halles de ceste ville d’Angiers […] »69. Devant ses juges, l’écolier de l’université insiste sur son statut d’« escollier estudiant en ladite université »70, et appuie sa défense sur son appartenance à cette institution.

  • 71 Louis de Lens, Université d’Angers du XVe siècle à la Révolution française, Livre deuxième, La fac (...)

38Le procès entre les deux maîtres de Brissac est donc bien dans l’espace d’autorité du prévôt angevin. Le premier procès a lieu devant lui. Selon Louis de Lens, Charles V (1364-1380) et Charles VII (1429-1461) avaient institué pour conservateur des privilèges de l’université, auprès du sénéchal d’Anjou, le juge de la prévôté d’Angers71. À partir du milieu du XIVe siècle, la puissance publique et laïque soutient le droit d’autorité de l’université sur les écoles d’Angers, et ultérieurement, comme le montre le texte ci-dessus, sur celles des petites cités. Le prévôt intervient à Brissac dans un conflit opposant deux maîtres. Ses lettres de mandement de scolarité en tant que conservateur des privilèges royaux en sont la preuve. Ces lettres prévôtales se situent au-dessus des lettres de maîtrise données par le prieur Jehan Valaye.

4. Une population en émoi

39Quatorze ans après la première sentence, en 1469, un nouveau conflit éclate et menace même de dégénérer, avant que les puissances opposées, conscientes des risques, mettent fin aux hostilités dont elles avaient facilité la survenue.

  • 72 Mort sans doute en 1464 puisque, lors des assises du duché d’Anjou en décembre, le procureur Jehan (...)
  • 73 ADML, 188 J 8, fol. 4 : sentence du Palais de Paris, 10 octobre 1469.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid.

40En effet, les hostilités reprirent aussitôt après la sentence de la prévôté d’Angers et la mort de Jehan de La Vallaye72. Les institutions angevines furent impuissantes à trouver une issue à l’affaire de la maîtrise des écoles de Brissac, elles se heurtèrent à la volonté de Maillart qui obtint même, comme nous l’avons vu, une décision en sa faveur : « iceluy Maillart s’estait opposé et avec luy s’estait adioint ledit feu messire Pierre de Breszé, lequel avait obtenu sentence à son proffit […] »73. Le nouveau prieur, frère Denis Lapostole, et l’abbaye de Vendôme ne parvenaient plus à imposer leur droit immémorial et à soutenir les maîtres qu’ils nommaient. Le prieur chercha donc une issue en transportant le conflit devant « les gens tenant les requestes du roy nostre syre au palais à Paris, commissaires de cette partie »74, c’est-à-dire « sous la main du roi ». Denis Lapostole était autorisé pour cela par « le privillège de la nouvelleté et les ordonnances royaulx »75. L’État royal avait donc pris la main sur les questions relatives aux écoles.

  • 76 Je remercie François Comte pour ses précieuses informations sur le prieur Dangerville.

41Le 10 octobre 1469, quand le parlement de Paris rendit sa sentence, les causes du conflit étaient toujours les mêmes, mais les protagonistes avaient changé. Jacques de Brézé avait succédé à son père en 1465, Jehan Maillart avait été remplacé après son décès par Jehan Richart, nouveau maître soutenu par le seigneur, et après Denis Lapostole, mort peu après sa prise en charge, le prieuré de la Colombe avait aussitôt été conféré à Thomas Dangerville, de noblesse normande. Ce dernier est une personnalité marquante : il entreprend une transformation importante des bâtiments du prieuré76, il résiste aux appétits du seigneur sur le four à ban de Brissac (situé un peu en dessous de l’aumônerie Saint-Martin) qui lui appartenait pourtant de droit. Tout laisse donc à penser qu’il n’avait pas l’intention de renoncer à ses prérogatives, en premier lieu celles relatives à l’école.

42L’éminente position de Jacques de Brézé à la cour de Louis XI pouvait-elle infléchir en sa faveur la décision de la cour ? Il avait épousé la demi-sœur du roi, et avait gardé de son père le gouvernement de la Normandie. Cependant, le jugement de 1469 ne démentit pas le précédent ; le parlement décida de « fournir » (d’agréer) la complainte présentée par le prieur et de rétablir les choses comme elles avaient toujours été. Toutefois, sans déposséder Dangerville de ses droits, elle opta pour que fussent

  • 77 ADML, 188 J 8, fol. 4 : sentence du Palais de Paris, 10 octobre 1469.

« les dittes choses contentieuses régies et gouvernées sous la main du Roy par bons et suffisans commissaires non suspectz ne favorables à l’une ne à l’autre desdittes parties, lesquelz commissaires pourveoiront de maistre et recteur auxdittes escolles jusques à ce que autrement en soit ordonné […] »77.

43Ce jugement visait à calmer les esprits, mais n’offrait pas l’issue souhaitée par la population. Quand les commissaires du roi et le sergent royal voulurent rendre au prieur son droit, et le signifier à Jehan Richart, le conflit prit un tour plus acerbe, violent même. Le maître exclu, mais bénéficiant toujours du soutien de Jacques de Brézé, choisit la désobéissance, et établit une école en l’hôtel d’Estienne Girault, près du haut pont-levis du château, au bout de la Grande Rue :

  • 78 ADML, 76 H 1, fol. 60 : complainte pour le prieur de Brissac pour nommer aux écoles, 1er mai 1470.

« [pour] empescher ledit fornissement [attribution rendue au prieur] et le rendre audit exposant [le prieur] de nul effect, [Jehan Richart] s’est transporté en la maison d’Estienne Girault distant du chasteau de Brechessac d’ung jet de boule ou environ et du presbytère [alors près de l’aumônerie Saint-Martin], et d’icelluy lieu où se tenaient lesdittes escolles d’un trait d’arc ou environ [au portal Bry], et audit hostel s’est efforcé tenir les escolles en voulant par ce moien distraire les enffans qui solaient [avaient l’habitude de] venir à laditte escole de Brechessac et iceulx faire aller en l’hostel dudit Girault […] »78.

44Le conflit s’envenima alors très vite entre la fin de l’année 1469, et le début de l’année suivante, chacune des parties avançant ses pions sur l’échiquier brissacois. D’une part, le commissaire désigné par la cour de justice, Pierre Boisevin, en accord avec Thomas Dangerville, nomma un nouveau titulaire des écoles de Brissac, Jehan Ferron, maître en la faculté des arts d’Angers, Dangerville faisant agir localement son procureur, conseiller et avocat, Jehan Hellault, sans doute un ancien maître, qui demeurait dans la Grande Rue, près de l’hôtel à l’enseigne du Plat-d’Étain, au plus près des événements ; d’autre part, Jacques de Brézé utilisait les services de Jehan Mabile, son procureur, pour soutenir son droit de nommer le maître de la ville, i.e., à ce moment, Jehan Richart.

45Ce dernier, convoqué par un sergent royal, plutôt que de comparaître devant la justice, choisit alors de provoquer une émeute :

  • 79 Ibid.

« Ledit Richart a trouvé moien de faire assembler plusieurs des habitans de la ditte ville de Broichessac en grant nombre, lesqueulx, à son instigation […], garnis de dagues [déchiré], tous irrascibles, se sont transportez par devers ledit Helault, procureur dudit exposant, et s’il ne se feust [déchiré : mis ?] en franchyse, ilz l’eussent occis et mortry, ainsi qu’ilz disaient publicquement ; non contens de ce, se sont transportez en la maison de James Bogoigne [?], à l’enseigne du plat d’estaing, près la maison dudit Hélault, en iniuriant ledit Hellault, et disant que, s’ilz le trouvaient, qu’ilz le tueraient […] »79.

  • 80 ADML, 188 J 8, folio non précisé.

46Les deux principaux protagonistes, Dangerville et de Brézé, ont dû alors rapidement calmer les esprits, et trouver un accord par l’intermédiaire de leurs agents respectifs. Le 2 mai 1470, à contre cœur, et sans préjuger des actions en cours, Jehan Mabile représentant le seigneur et maître Pierre Bacet, fermier du prieur – non résident – s’accordèrent pour l’exécution de la sentence du parlement de Paris du 10 octobre 146980. Jehan Ferron, le candidat du prieur, était bien le maître des écoles. Certes, le procès restait pendant entre Dangerville et de Brézé aux Requêtes de Paris, mais la paix était rétablie à Brissac.

  • 81 ADML 76 H 1, fol. 61 : rapport de James Chaumart aux « puissans seigneurs tenans le parlement du r (...)

47Le sergent royal Chaumart fit appliquer la loi, comme sa fonction l’y obligeait. Le 4 juillet 1470, il alla à l’hôtel d’Estienne Girault reprendre les meubles de l’école que Richart y avait transportés, pour que la situation antérieure au conflit fût rétablie, comme l’exigeait la sentence du parlement. Il n’y trouva rien, mais apposa une « affiche », une « cédulle », devant la maison pour en interdire l’accès aux enfants, et convoqua le maître devant le parlement le 1er août suivant81. C’est le dernier document que nous ayons sur l’épisode mouvementé de 1469-1470. L’affaire se serait-elle arrêtée là ? Sur le moment, apparemment, oui.

  • 82 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411-1412) », art (...)

48Comment expliquer les mouvements violents suscités dans la ville par la situation de l’école ? Difficile à dire. Peut-être faut-il incriminer l’absence, à Brissac, d’une communauté des habitants – les textes n’évoquent que des réunions de notables – capable de prendre en main les intérêts des familles, comme dans la paroisse normande de Villers-sur-Mer82. On peut aussi invoquer la durée du conflit, les interminables procédures devant la justice, et leurs conséquences sur le fonctionnement de l’école, qui avaient pu affaiblir la ville de Brissac au profit de ses voisines. Une chose au moins est sûre : le peuple de Brissac n’est pas resté indifférent aux conflits de personnes et de pouvoirs relatifs à l’école de sa ville.

Épilogue : deux écoles, selon les besoins ?

  • 83 ADML 76 H 1, fol. 38 : transaction entre Michel Graffin et Jacques Haye, 17 mai 1537.

49Au siècle suivant, les attentes divergentes des familles créent de nouvelles difficultés. En 1537, l’un des derniers prieurs religieux de l’abbaye de Vendôme, Michel Graffin, chercha encore à interdire un clerc, Jacques Haye, qui enseignait à Brissac sans son autorisation. C’est pourtant à la demande des parents (« plusieurs gens de bien ») que ce clerc malade accueillait des enfants « pour iceulx cognaistre leurs lettres et leur Pater Noster, obstant que leurs pères et mères ne les voulaient tenir ne entretenir aux escolles […] »83. Signe que l’école du prieur ne répondait pas à leurs besoins ? Contrairement à ses prédécesseurs du siècle précédent, Michel Graffin préféra pacifier et transiger avec Jacques Haye « par le conseil de plusieurs gens de bien et de leurs proches », et se contenta que son droit de « mectre et instituer un maistre d’escolle pour monstrer et enseigner les enfans » dans la ville de Brissac fût réaffirmé. Il n’est plus question alors, semble-t-il, de grammaire et de logique.

50Il existerait alors deux écoles à Brissac : celle du prieur, où doit toujours exercer un étudiant de l’université, et celle de Jacques Haye dont le programme est d’enseigner « leurs lettres » aux enfants et leurs prières. Les besoins des familles ont prévalu sur les règles institutionnelles. Et finalement, sous la pression des gens de bien, la machine administrative s’adapte et reconnaît l’existant.

51Mais cette nouvelle école révèle surtout un changement de paradigme. L’enseignement de Jacques Haye correspond à un modèle qui se répand au XVIe siècle, loin de toute influence universitaire. En trois quarts de siècle (1455/1460-1537), l’école médiévale de Brissac laisse peu à peu la place à une « petite école », sans relation avec les enseignements supérieurs. Jacques Haye centre de plus ses efforts vers les connaissances que doit acquérir un chrétien, en pleine période de montée des tensions religieuses. Une coupure appelée à durer s’établit ainsi entre les apprentissages premiers et ceux des étages supérieurs de la connaissance.

52Ces discordances et ces conflits à répétition, les évolutions en cours, marquent aussi l’abaissement du prieuré face à la puissance de la seigneurie laïque, tenue par de grandes familles. En 1532, c’est la famille de Cossé qui fait reconstruire l’église Saint-Vincent, signant ainsi le déplacement des lignes de pouvoir, même si le patron de la paroisse reste l’abbé de Vendôme.

53Ces procédures de justice relatives à l’école de Brissac font apparaître pour le XVe siècle, autour de Brissac, l’existence d’un réseau d’écoles bien constitué qu’il faudrait préciser pour tout le duché, réseau bien établi dans les petites cités de l’Anjou, avant le XVIe siècle et le mouvement de fondations d’écoles qui accompagne les réformes religieuses. Les actes judiciaires montrent aussi l’existence de questionnements sur le choix des maîtres et sur l’enseignement à donner, questionnements qui sous-tendent les conflits opposant l’Église (l’abbaye de Vendôme) et les familles seigneuriales de Brissac, les maîtres et les parents. Dans les procédures judiciaires, apparaît encore un nouvel acteur, la récente université d’Angers par l’intermédiaire du prévôt d’Angers, conservateur des privilèges de cette institution. L’université place quelques-uns de ses écoliers dans les écoles de l’Anjou. En cas de difficultés, ils peuvent compter sur son aide.

54Cette étude a aussi mis en lumière l’action des parents dans la vie de l’école, alors même que les textes statutaires ne leur reconnaissent aucun rôle. On les voit, à Brissac, changer leurs enfants d’écoles, imposer un enseignement, vérifier dans la classe les qualités et capacités du maître nommé par le frère prieur issu de Vendôme, et même susciter une émeute contre le procureur de ce prieur. Mais ces familles ne forment pas un groupe homogène, bien au contraire. Les demandes adressées aux maîtres semblent bien plutôt refléter et conforter une stratification sociale encore mouvante.

Haut de page

Notes

1 Jacques Verger, « Tendances actuelles de la recherche sur l’histoire de l’éducation en France au Moyen Âge, (XIIe-XVe siècles) », Histoire de l’Éducation, no 6, avril 1980, p. 14. Je remercie Pierre Caspard et Clémence Cardon-Quint pour leurs précieux conseils, et Élise Chleq pour son efficace aide documentaire.

2 Charles Urseau, L’instruction primaire avant 1789 dans les paroisses du diocèse actuel d’Angers, Angers, 1890.

3 Jacques Verger, « Les historiens français et l’histoire de l’éducation au Moyen Âge : onze ans après », Histoire de l’éducation, no 50, mai 1991, p. 5-16. La contribution du même auteur à la Société des historiens médiévistes (L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, 20e congrès, Paris, 1989) faisait le même constat : « le monde des écoles non universitaires des XIIIe, XIVe et XVe siècles […] n’a pas fait l’objet d’investigations systématiques, en sorte que l’on n’a pas encore une vue d’ensemble valable de la densité de ce réseau » (« Histoire intellectuelle », p. 180).

4 Sylvette Guilbert, « Les écoles rurales en Champagne au XVe siècle : enseignement et promotion sociale », Les entrées dans la vie. Initiations et apprentissages. Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Nancy 1981, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1982, p. 127-147 ; Guy Loubès (« Écoles en Gascogne centrale au XVe siècle », Annales du Midi, t. 95, no 163, 1983, p. 309-320) a recensé les écoles existant au XVe siècle dans le cadre gersois en utilisant les comptes consulaires, les cadastres ou censiers, et les notaires ; Alain Derville, « L’alphabétisation du peuple à la fin du Moyen Âge », Mélanges offerts à Louis Trenard, Revue du Nord, 1984, t. 66, p. 761-776 ; Jean-Pierre Legay, « Écoles et enseignement en Savoie médiévale » in Bernard Grosperrin, Emanuele Kanceff (dir.), L’Enseignement dans les États de Savoie. L’Insegnamento negli Stati Sabaudi, Genève, Slatkine, 1987, p. 9-45.

5 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411-1412) », Histoire et sociétés rurales, vol. 31, 2009, p. 127-140 ; « La fondation d’une école seigneuriale aux Bottereaux (Eure), en 1486 », in François Neveux, Bernard Bodinier (dir.), Éduquer et instruire en Normandie. Actes du 50congrès organisé par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, 2016, p. 215-222 ; Nathalie Pallu de la Barrière, « Sur le chemin de l’école. Le réseau des petites écoles normandes du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, 28 avril 2014 », Histoire et sociétés rurales, no 42, 2014, p. 201-204.

6 En Suisse Romande, selon Pierre Dubuis, « La Réforme se développe dans une région depuis longtemps dotée d’un réseau d’écoles étendu et diversifié », in Eva Pibiri, Sous la férule du maître. Les écoles d’Yverdon (14e-16e siècles), Lausanne, Cahiers Lausannois d’Histoire Médiévale, no 23, 1998, p. 7 ; Bernard Andenmatten, Prisa Lehmann, Eva Pibiri, « Les écoles et l’enseignement à Lausanne et dans le Pays de Vaud au Moyen Âge », Revue historique vaudoise, t. 117, 2009, p. 14-36 : « Dans le Pays de Vaud, l’école était une institution communale, dont les bourgeois avaient la charge. Ils choisissaient les maîtres, leur versaient un salaire, les logeaient et les révoquaient au besoin », p. 28 ; Matthieu Caesar, « Écoles urbaines, pouvoir municipal et éducation civique à la fin du Moyen Âge. Quelques observations à partir du cas genevois aux XIVe et XVe siècles », Histoire urbaine, no 32, 2011, p. 53-71 ; Josep Hernando I. Delgado, « L’aprenentatge de lletra en el món rural segons els Registra ordinadorum del bisbat de Barcelona, anys 1400-1500. Escolars i tonsurats », p. 105-114, in Catherine Verna, Père Benito (dir.), Savoirs des campagnes. Catalogne, Languedoc, Provence, XIIe-XVIIIe siècles. Études roussillonnaises, t. 26, 2013-2014 : « Hem vist que hi havia escoles de gramàtica i arts arreu: a la ciutat de Barcelona i a moltes viles i pobles del bisbat de Barcelona. Es a dir, l’escola arribava a molts indrets del mon rural », p. 110.

7 Archives départementales du Maine-et-Loire [désormais ADML], 76 H 1-6.

8 Charles Métais, Cartulaire de l’Abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, Paris, Picard, 4 vol., 1891-1900.

9 ADML, 188 J, art. 8.

10 Comme le montre Josep Hernando I. Delgado, « L’aprenentatge de lletra en el món rural segons els Registra ordinatorum del bisbat de Barcelona, anys 1400-1500. Escolars i tonsurats », art. cit., p. 108-110.

11 François Michel, Béatrice Angliviel, Georges Laclavère (dir.), Atlas historique français. Le territoire de la France et de quelques pays voisins. 1, Anjou, Paris, Institut géographique national, 1973, carte : « Les 32 villes closes d’Anjou ».

12 Nicolas Asseray, « La maîtrise de l’eau autour du château de Brissac du XIIIe au XIXe siècle », Archives d’Anjou, 2018, p. 18-27.

13 Yves Denéchère, Jean-Michel Matz, (dir.), Histoire de l’université d’Angers du Moyen Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 34.

14 Ibid., p. 37-40.

15 En 1432, les écoles angevines sont au complet : arts libéraux, droit, médecine, théologie.

16 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411–1412) », art. cit., constate de même (p. 132) la difficulté de dater la mise en place du réseau des petites écoles en Normandie. Sans doute pendant la deuxième moitié du XIVe siècle, puis de nouveau après 1440.

17 Jacques Le Goff, Jean Claude Schmitt (dir.), Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999, article « Université », p. 1169.

18 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers, 17 mars 1455.

19 Georges Duby, Histoire de la France urbaine. La ville médiévale, Paris, Le Seuil, 1980 : « La ville, c’est le marché. C’est aussi l’école », p. 370.

20 À propos de l’origine sociale des étudiants, voir Pierre Riché, Jacques Verger, Des nains sur des épaules de géants. Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, Tallandier, 2006, p. 239.

21 François Michel et al., Atlas historique français, Le territoire de la France et de quelques pays voisins, 1. Anjou, op. cit.

22 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers, 17 mars 1455.

23 Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique du Maine-et-Loire, Paris, J.B. Dumoulin, 1878, t. 3, p. 582.

24 Idem, 1876, t. 2, p. 54. École sans doute fondée par le chapitre Saint-Denis.

25 Idem, t. 3, 1878, p. 287.

26 Idem, t. 1, p. 428.

27 Idem, t. 3, p. 155.

28 L’abbé Charles Urseau a trouvé trente-trois écoles en Anjou au XVe siècle, un total inférieur à la réalité. Sur les trois écoles (hors Angers) données par Lefeuvre en 1455, Martigné-Briand, Juigné, Chemillé, seule la première est présente dans la liste établie en 1890. En Anjou, le projet de répertorier les écoles existantes au XVe siècle n’a pas été repris. Et pourtant, le département bénéficie d’une première base de données, un travail impressionnant, le dictionnaire du Maine-et-Loire de Célestin Port, précédemment cité.

29 Nathalie Pallu de la Barrière, « Sur le chemin de l’école. Le réseau des petites écoles normandes du Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, 28 avril 2014 », art. cit., p. 201.

30 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411-1412) », art. cit., p. 128.

31 Nicholas Orme, Education in the West of England, 1066-1548, Exeter, University of Exeter, 1976, a répertorié les localités ayant hébergé une école dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, y compris dans les comtés peu peuplés et urbanisés du pays. Voir Jacques Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 54.

32 Eva Pibiri, Sous la férule du maître. Les écoles d’Yverdon (14e-16e siècles), op. cit.

33 Sylvette Guilbert, « Les écoles rurales en Champagne au XVe siècle : enseignement et promotion sociale », art. cit., p. 28 -129.

34 Jacques Verger, Les gens de savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, op. cit. , p. 54.

35 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

36 Ibid.

37 ADML, 76 H 1, fol. 52 : déclaration aux assises par Jehan Hellault, procureur.

38 Charles Métais, Cartulaire de l’abbaye cardinale de la Trinité de Vendôme, Paris, A. Picard, vol. 3, 1895, p. 110.

39 Ibid., p. 353-354, « Approbation de la fondation des écoles de Château-la-Vallière par l’abbé de Vendôme le 5 juin 1531 ».

40 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

41 ADML, 76 H 1, fol. 57 : sentence du parlement de Paris du 18 octobre 1469.

42 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, voir supra.

43 Michel Rouche, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 1 : Des Origines à la Renaissance, Paris, Nouvelle Librairie de France, G.-V. Labat, 1981, p. 364.

44 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

45 « L’Art de dictier », in Œuvres complètes de Eustache Deschamps, publiées d’après le manuscrit de la Bibliothèque nationale par Gaston Raynaud, t. 7, Paris, Firmin Didot, 1891, p. 266.

46 Jacques Legrand, Archiloge Sophie, Livre de bonnes meurs, édition critique par Evencio Beltran, Paris, H. Champion, 1986, p. 84, cité dans Dictionnaire du Moyen Français, 1330-1500 [en ligne] <http://www.atilf.fr/dmf>, art. « Grammaire » (consulté le 14 août 2021).

47 Dictionnaire du Moyen Francais, 1330-1500, op. cit., art. « Endoctriner ».

48 « Grammaire française médiévale », in Georges Grente (dir.), Dictionnaire des Lettres françaises, t. 1, Le Moyen Âge, Paris, Librairie générale française, 1992, p. 564.

49 Ibid.

50 Louis Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical. Étude sur l’Ars Donati et sa diffusion (IVe-IXe siècle) et édition critique, Paris, CNRS, 1981 ; Olga Weijers, Louis Holtz (éd.), L'enseignement des disciplines à la Faculté des arts (Paris et Oxford, XIIIe-XVe siècles). Actes du colloque international, Turnhout, Brepols, 1997.

51 Dictionnaire du Moyen Français, 1330-1500, op. cit., art. « Logique ».

52 Eustache Deschamps, L'Art de dictier, op. cit., p. 266-267.

53 Catherine Verna, Pere Benito (dir.), « Mobiliser des savoirs dans les campagnes médiévales et modernes (Catalogne, Languedoc, Provence) », Études roussillonnaises, t. 26, op. cit., p. 9.

54 À propos du recrutement social des universités, Jacques Verger écrit : « On aboutira au moins, à travers la très grande diversité de ces cas individuels, à montrer que jusqu’à la fin du Moyen Âge le recrutement social des universités est resté largement ouvert », « Tendances actuelles de la recherche sur l’histoire de l’éducation en France au Moyen Âge (XIIe-XVe siècles) », Histoire de l’éducation, no 6, avril 1980, p. 16. Voir aussi du même auteur, Les universités au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 1999 (1973), chap. VI, « Universités et société », p. 172-176 et Les gens de savoir dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, op. cit., p. 192 : « L’idée que les études devaient être accessibles à tous et que grâce à elles des étudiants pauvres et méritants devaient pouvoir s’élever à de hautes fonctions […] n’était pas étrangère aux derniers siècles du Moyen Âge ».

55 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, op. cit.

56 ADML, 188 J 8, fol. 4 : sentence du Palais de Paris, 10 octobre 1469.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455.

60 Ibid.

61 Jacques Verger, « Les historiens français et l’histoire de l’éducation au Moyen Âge : onze ans après », art. cit., p. 18.

62 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, op. cit.

63 ADML, 76 H 1, fol. 37 : acte du prévôt, 25 mars 1455.

64 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers du 17 mars 1455, op. cit.

65 Ibid.

66 ADML 76 H 1, fol. 61 : rapport de James Chaumart aux « puissans seigneurs tenans le parlement du roy, notre syre, au palais à Paris », 4 juillet 1470.

67 Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, op. cit., t. 3, p. 287.

68 Louis de Lens, Université d’Angers du XVe siècle à la Révolution française, Livre deuxième, La faculté des droits, Angers, Germain et Grassin, 1880, p. 191.

69 Ibid.

70 ADML, 76 H 1, fol. 36 : sentence du prévôt d’Angers, 17 mars 1455.

71 Louis de Lens, Université d’Angers du XVe siècle à la Révolution française, Livre deuxième, La faculté des droits, op. cit., p. 131.

72 Mort sans doute en 1464 puisque, lors des assises du duché d’Anjou en décembre, le procureur Jehan Hellault déclare au nom du prieur sans jamais donner son nom. Ni celui de son successeur Denis Lapostole.

73 ADML, 188 J 8, fol. 4 : sentence du Palais de Paris, 10 octobre 1469.

74 Ibid.

75 Ibid.

76 Je remercie François Comte pour ses précieuses informations sur le prieur Dangerville.

77 ADML, 188 J 8, fol. 4 : sentence du Palais de Paris, 10 octobre 1469.

78 ADML, 76 H 1, fol. 60 : complainte pour le prieur de Brissac pour nommer aux écoles, 1er mai 1470.

79 Ibid.

80 ADML, 188 J 8, folio non précisé.

81 ADML 76 H 1, fol. 61 : rapport de James Chaumart aux « puissans seigneurs tenans le parlement du roy, notre syre, au palais à Paris », 4 juillet 1470, voir supra.

82 Christophe Maneuvrier, « Les enjeux autour de la nomination d’un maître d’école (1411-1412) », art. cit.

83 ADML 76 H 1, fol. 38 : transaction entre Michel Graffin et Jacques Haye, 17 mai 1537.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Grandière, « Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540) »Histoire de l’éducation, 155 | 2021, 145-165.

Référence électronique

Marcel Grandière, « Entre demande sociale et conflits de pouvoirs : les écoles de Brissac en Anjou (vers 1450-1540) »Histoire de l’éducation [En ligne], 155 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/6310 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.6310

Haut de page

Auteur

Marcel Grandière

LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Logo larhra
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search