Navigation – Plan du site

AccueilNuméros156Notes critiquesTRONCHET (Guillaume), André Honno...

Notes critiques

TRONCHET (Guillaume), André Honnorat. Un visionnaire en politique

Paris, Maisonneuve & Larose/Hémisphères, 2020, 472 p.
Pierre Porcher-Ancelle
p. 234-237
Référence(s) :

TRONCHET (Guillaume), André Honnorat. Un visionnaire en politique, Paris, Maisonneuve & Larose/Hémisphères, 2020, 472 p.

Texte intégral

1Lorsqu’on prend le livre de Guillaume Tronchet en main pour la première fois, on est attiré par le regard clair et la silhouette posée d’André Honnorat. La barbe de cet homme, assis à son bureau, sous les ors de la République, rend son visage sévère, mais pas assez pour dissimuler son regard clair d’une malice presque juvénile. Derrière l’apparence codifiée de ce ministre vit une passion pour l’action publique. Cet homme fut entre autres journaliste, conseiller général, député, sénateur et ministre. Il s’intéressa à des domaines variés : la population, la famille et la santé publique, l’Affaire Dreyfus, les étudiants français et étrangers, la diplomatie universitaire et culturelle, le sort des réfugiés et la politique de la nationalité.

  • 1 Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.
  • 2 Parmi les parutions les plus récentes : Jean-Charles Geslot, Victor Duruy, historien et ministre, (...)

2La vie d’André Honnorat, né sous le Second Empire, décédé sous la Quatrième République, marquée par l’expérience de la Première Guerre mondiale et la crise morale générée par la Seconde, se confond avec l’histoire de la Troisième République. Elle nous donne à voir l’action d’un des artisans de ce que Pierre Rosanvallon appelle « l’État instituteur du social »1, c’est-à-dire artisan de l’unité et de la cohésion nationales. Les historiens de l’éducation liront avec un intérêt tout particulier le récit de son action comme ministre de l’Instruction publique et bâtisseur de la Cité universitaire. Cet ouvrage comble un manque dans la série des études sur les locataires de la rue de Grenelle2, tout en révélant une personnalité dont les facettes excèdent largement le périmètre des questions éducatives.

3Guillaume Tronchet se fonde sur un travail d’archives publiques et privées françaises et étatsuniennes considérable, au cœur duquel se trouvent les papiers d’André Honnorat, conservés aux Archives nationales et aux archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence. Des archives familiales non versées, donc inédites, ont été utilisées et trois entretiens avec la famille ont eu lieu. Les archives parlementaires et les journaux, qui constituent une part importante des sources imprimées, forment un utile complément. Ce dépouillement vaste donne à cette biographie une certaine finesse, tant dans la richesse des contenus que dans la variation des points de vue. Les croisements réguliers sont féconds et rendent le récit accessible et complet, sans complexité inutile. Il en résulte un récit sensible aux acteurs – français et étrangers, publics et privés, politiques, professionnels, amicaux et domestiques –, à l’importance des réseaux associatifs entourant et parfois précédant l’accès au pouvoir, aux échelles géographiques – de Barcelonnette à l’Iran –, rehaussé d’un cahier d’illustrations couvrant toute la vie d’André Honnorat.

4L’organisation du livre peut donner une impression de dispersion, car les chapitres se succèdent, suivant le fil et les facettes de la vie d’André Honnorat. Cette impression est en partie est liée à un fait historique : ses intérêts étaient nombreux et éclectiques. Les mettre en cohérence n’était donc pas une tâche aisée. L’existence de grandes parties, chronologiques ou thématiques, aurait peut-être rendu plus visibles les principales étapes, périodes ou inflexions de sa vie. Le soin apporté aux transitions compense ce défaut : les articulations soignées entre les chapitres mettent en valeur les liens qui relient des thèmes auxquels André Honnorat se consacre. Ainsi, son implication dans les mouvements antituberculeux et populationnistes se prolonge dans des réflexions hygiénistes qui aboutissent à la création de l’heure d’été ; l’accueil des jeunes serbes réfugiés pendant la Première Guerre mondiale est à l’origine de son intérêt pour la diplomatie universitaire et la promotion de l’esprit international, dont la Cité universitaire est la concrétisation la plus emblématique et dont témoigne son action dans le domaine des naturalisations des étrangers. Cet engagement aboutit d’ailleurs à la loi du 10 août 1927, libéralisant l’accès à la nationalité française.

5André Honnorat devient ministre de l’Instruction publique en 1919. Si « toute la France éclata de rire » lorsque l’ancien élève du prestigieux lycée Condorcet fut nommé rue de Grenelle, c’est parce qu’il n’avait pas son baccalauréat. Pourtant, Honnorat est un parlementaire confirmé dont personne ne songeait à contester l’expertise dans le domaine universitaire. Guillaume Tronchet étudie son action notamment dans les chapitres 14 (idées), 15 (moyens) et 16 (réalisation). Son action ministérielle prend quatre directions : l’hygiène scolaire et l’éducation physique ; l’enseignement scolaire ; l’enseignement supérieur ; le rayonnement culturel et scientifique de la France à l’étranger.

6La politique scolaire d’André Honnorat s’organise autour de la lutte contre l’absentéisme et la démocratisation des enseignements secondaire et supérieur au profit des élèves les plus modestes. Cela fait écho aux réflexions qui s’engagent alors autour des Compagnons de l’Université nouvelle sur l’école unique, même si le ministre demeure dans la ligne de la chambre « bleu horizon » et du Bloc national. La relation entre André Honnorat et Paul Appell, entre le ministre et le recteur de l’académie de Paris, entre le parlementaire confirmé aux réseaux associatifs multiples et le mathématicien aux réseaux universitaires internationaux, déterminante pour la création de la Cité universitaire, rappelle l’importance de l’articulation entre l’échelle nationale et l’échelle territoriale dans la mise en œuvre des projets et des politiques éducatifs.

  • 3 Stefan Zweig, Appel aux Européens, traduction de Jacques Le Rider, Paris, Bartillat, 2014.

7De la vie d’André Honnorat, on retient qu’il fut un militant populationniste et hygiéniste, membre de l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population ; dreyfusard actif, chef de cabinet du ministre de l’Intérieur au début de la Querelle des inventaires, fonctionnaire ministériel ; engagé volontaire pendant la Grande Guerre, soucieux de la lutte contre la tuberculose, président de l’Office national d’hygiène sociale (ONHS), inspirateur de l’heure d’été, initiateur de la Bibliothèque-musée de la Grande Guerre, organisateur du transfert du Soldat inconnu à l’Arc de Triomphe ; ami des musées, promoteur d’une diplomatie culturelle au service du rayonnement international de la France, membre de l’Office national des universités et écoles françaises (ONUEF), artisan des relations scolaires franco-serbes et franco-scandinaves, appui de l’Université dans les discussions parlementaires relatives au budget ; soucieux des périls de la situation géopolitique pendant l’entre-deux-guerres, président de la Cité universitaire de Paris, réformateur de la politique de la nationalité… André Honnorat est convaincu que l’esprit international et les échanges intellectuels entre les nations pouvaient conforter la paix entre les peuples, dans un écho intéressant aux positions prises par Stefan Zweig qui, à la même époque, inquiet de la montée du nazisme et de la persécution des Juifs, appelle de ses vœux l’unité des Européens autour de la culture et de l’humanisme3. Son abstention lors du vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain et son hostilité au régime de Vichy lui valent d’être l’un des rares parlementaires de la Troisième République membre de l’Assemblée consultative provisoire, en 1944. La Seconde Guerre mondiale marque cependant une cassure dans la vie d’André Honnorat. Seules la guerre et sa santé ont progressivement raison de son énergie créatrice. Jadis républicain d’avant-garde, il devient anachronique dans la France d’après-guerre, à contretemps d’une époque qui n’est plus celle de sa génération.

8Le qualificatif de « visionnaire » désigne « celui qui perçoit ou croit percevoir la réalité profonde des choses, au-delà du visible, de l’immédiat » ou « celui qui a la prescience de l’avenir »4. Il n’est pas certain que la preuve ait été faite qu’André Honnorat croyait percevoir la réalité profonde des choses ou avait la prescience de l’avenir. On peut donc s’interroger sur l’usage de ce qualificatif, qui témoigne d’une certaine sympathie du chercheur pour son objet de recherche. En revanche, ancré localement, figure de la vie politique nationale, doté d’une capacité de projection internationale, André Honnorat pensait des projets et proposait une vision qui dépassaient les contraintes du court terme et de la gestion courante. En cela, il est l’un des héritiers de la génération républicaine qui entend réconcilier politique et modernité5.

Haut de page

Notes

1 Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.

2 Parmi les parutions les plus récentes : Jean-Charles Geslot, Victor Duruy, historien et ministre, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009 ; Olivier Loubes, Jean Zay, l’inconnu de la République, Paris, Armand Colin, 2012 ; Frédéric Fogacci, Gilles Le Béguec (dir.), Olivier Guichard, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2018.

3 Stefan Zweig, Appel aux Européens, traduction de Jacques Le Rider, Paris, Bartillat, 2014.

4 « Visionnaire », CNRTL [en ligne] <https://www.cnrtl.fr/definition/visionnaire>.

5 Christophe Charle, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 2011, p. 281-306.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Porcher-Ancelle, « TRONCHET (Guillaume), André Honnorat. Un visionnaire en politique »Histoire de l’éducation, 156 | 2021, 234-237.

Référence électronique

Pierre Porcher-Ancelle, « TRONCHET (Guillaume), André Honnorat. Un visionnaire en politique »Histoire de l’éducation [En ligne], 156 | 2021, mis en ligne le 01 avril 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/6995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.6995

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Logo larhra
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search