Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158VariaLes proviseurs de lycée au XIXe s...

Varia

Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914)

High school principals in the 19th century (1802-1914)
Yannick Clavé
p. 9-62

Résumés

Placés en position d’interface au sein du système éducatif, au contact de la plupart des acteurs de ce système, les proviseurs occupent une position fondamentale mais ont été longtemps négligés par les historiens. Créés en même temps que le lycée napoléonien, en 1802, les proviseurs bénéficient tout au long du XIXe siècle d’une construction de leur statut et de leur carrière par l’État. Fonctionnaires de l’encadrement intermédiaire, issus très souvent du monde de l’enseignement, de plus en plus fréquemment agrégés, les proviseurs sont soumis à une intense mobilité géographique, presque incontournable pour ceux qui veulent accomplir une belle carrière dont le sommet reste, symboliquement et matériellement, les lycées parisiens. Le travail du proviseur au quotidien est considérable, à la fois dans et hors de son établissement où il est toujours en représentation, alourdi par des tâches administratives de plus en plus chronophages ; la grande réforme de 1902, mise en œuvre après une enquête parlementaire inédite, n’y répond que partiellement. Le proviseur affirme également son rôle pédagogique, l’institution attendant de lui une vraie capacité à se montrer comme un éducateur, et pas seulement comme un administrateur, ce que montre notamment le nouveau régime disciplinaire de 1890 au lendemain des dernières grandes révoltes lycéennes. Représentants de l’État républicain, les proviseurs se trouvent par ailleurs au cœur des enjeux politiques et religieux de leur temps, en particulier pour faire face à la rude concurrence que leur imposent les établissements congréganistes mais aussi pour mettre en œuvre, pragmatiquement, la laïcisation au tournant du siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives nationales [désormais AN], F/17/24066, dossier Ferté Georges, notes et propositions du re (...)
  • 2 L’auteur de l’article a soutenu une thèse de doctorat en 2018 à l’université d’Artois, sous la dir (...)
  • 3 Véronique Castagnet-Lars, Jean-François Condette (dir.), Histoire des élèves en France, vol. 1 : p (...)
  • 4 Jean-Michel Chapoulie, Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyenne, (...)
  • 5 Guy Caplat (dir.), Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique, (...)
  • 6 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1 : La formation d’un (...)
  • 7 Jean-François Condette, « Ébauche d’une histoire des inspecteurs pédagogiques régionaux (IPR). Ins (...)
  • 8 Jean Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Pre (...)
  • 9 Anne Barrère, Sociologie des chefs d’établissement. Les managers de la République, Paris, Presses (...)
  • 10 Anne Barrère, « Un management bien tempéré. L’expérience des chefs d’établissement de l’enseigneme (...)
  • 11 Philippe Savoie, « Autonomie et personnalité des lycées : la réforme de 1902 et ses origines », Hi (...)

1« M. Ferté est un proviseur comme il en faudrait beaucoup en France »1. Dans cet hommage appuyé à Georges Ferté, proviseur du lycée de Nancy, le recteur regrette sincèrement le départ de son proviseur, qui vient d’être promu à la tête du lycée Louis-le-Grand, intégrant alors l’élite restreinte des proviseurs accédant à Paris. À cette date, le proviseur est déjà un acteur majeur de l’Instruction publique, et pourtant son histoire est encore largement méconnue aujourd’hui2, contrairement à d’autres catégories d’acteurs qui ont fait l’objet de nombreux travaux ces dernières décennies, non seulement les élèves3 et les professeurs4 mais aussi, plus récemment, les inspecteurs généraux5 et les recteurs6, et de manière encore balbutiante les inspecteurs d’académie7. Par ailleurs, des travaux récents ont permis de mieux connaître les fonctionnaires intermédiaires ou « moyens » au sein d’autres administrations de l’État8, permettant ainsi, par comparaison, de mieux faire apparaître la spécificité des proviseurs, comme fonctionnaires intermédiaires au sein d’une administration de l’État au cœur de changements décisifs tout au long du XIXe siècle, l’Instruction publique. En effet, c’est l’État qui construit progressivement le corps des proviseurs et en fait une fonction d’encadrement intermédiaire. Créés en même temps que les lycées de garçons en 1802 selon le souhait de Napoléon Bonaparte, les proviseurs se trouvent placés à l’interface entre le national et le local, au centre du fonctionnement des lycées mais aussi de la mise en œuvre des politiques éducatives. C’est particulièrement vrai à partir des années 1880, dans le contexte de la républicanisation et de la progressive laïcisation de l’État et des structures éducatives. Le nombre de proviseurs en exercice augmente ainsi régulièrement, passant de 36 en 1810 à 77 en 1865, 108 en 1909, 120 en 1916 et 134 en 1929, soit au total environ 1  200 proviseurs en exercice sur le long XIXe siècle, entre 1802 et 1914. Aujourd’hui, à l’ère des « managers de la République »9 qui ont été bien cernés par des travaux récents en sociologie de l’éducation10, l’étude des proviseurs au XIXe siècle offre un point d’observation privilégié de l’histoire de notre système éducatif et de ses enjeux actuels, replacés dans une indispensable longue durée. C’est d’ailleurs toute l’ambiguïté de l’exercice d’une fonction de direction, avec, d’un côté, les responsabilités qui en découlent en termes d’autonomie dans la décision et de pouvoir hiérarchique sur les personnels, mais dans le contexte très encadré d’une administration publique centralisée et à l’organisation bureaucratique – et d’ailleurs de plus en plus centralisée à la fin du XIXe siècle, ce qui, mécaniquement, limite les prérogatives et les marges de manœuvre des chefs d’établissement11.

  • 12 Fondamentales, ces sources de nature administrative n’en présentent pas moins des limites, liées i (...)
  • 13 Sauf indication contraire, les statistiques présentées dans cet article sont le résultat de calcul (...)

2La nécessité de connaître précisément l’histoire de ces fonctionnaires conduit à recourir à une très grande diversité de sources, à commencer par les centaines de textes officiels et réglementaires qui définissent la fonction. Les principales sources sont cependant constituées par les dossiers personnels des proviseurs conservés aux Archives nationales12, ce qui permet, dans le cadre d’une démarche prosopographique, d’envisager les proviseurs comme un groupe socio-professionnel13. Les sources issues de la presse nationale et locale ainsi que les nombreuses publications spécialisées abordant les questions éducatives et liées au provisorat, par exemple le copieux rapport de la commission d’enquête parlementaire de 1899, fournissent d’autres matériaux précieux pour l’historien. Le provisorat apparaît ainsi à la fois comme un corps de fonctionnaires défini et organisé par l’État, mais aussi comme une fonction et même un métier avec ses gestes professionnels et ses compétences spécifiques.

I. L’institutionnalisation du provisorat : la construction d’un corps de l’Instruction publique au cours du XIXe siècle

3Chef de son établissement, le proviseur bénéficie dès 1802 d’un statut, qui se consolide progressivement tout au long du XIXe siècle grâce à l’implication régulière de l’État, particulièrement dans le dernier quart du siècle, qui fait du provisorat un corps majeur de l’Instruction publique.

1. Les fondements napoléoniens du provisorat (1802-1815)

4Le Consulat et l’Empire sont des périodes fondatrices à plus d’un titre pour la France, y compris dans le domaine éducatif. La création des lycées de garçons et des proviseurs, placés au cœur d’un système éducatif rénové et centralisé (Université impériale), en constitue la pierre angulaire. Le choix même du mot « proviseur », déjà attesté au Moyen Âge et à l’époque moderne mais dans un tout autre contexte, atteste de l’importance que Napoléon Bonaparte attache à cette fonction.

  • 14 Ce terme demeurera en usage jusqu’en 1988, date à laquelle le ministre de l’Éducation nationale Re (...)

5C’est par la loi du 1er mai 1802 que sont créés les lycées et, avec eux, les proviseurs pour les diriger. La fonction provisorale est confirmée six ans plus tard par le décret du 17 mars 1808 relatif à la création de l’Université impériale. Chef d’établissement, supérieur hiérarchique de l’ensemble du personnel, le proviseur est placé sous l’autorité du grand-maître de l’Université et, directement, de celle du recteur d’académie. Il est par ailleurs assisté, dans son travail de direction et d’administration, par un censeur14 et par un « procureur gérant » c’est-à-dire un intendant ou économe. D’autres textes viennent ensuite conforter la place du proviseur comme premier fonctionnaire de son établissement, par exemple le règlement de police pour les lycées en 1809 qui insiste sur la subordination de tous les autres fonctionnaires. Le proviseur apparaît ainsi comme une traduction, à l’échelle locale et à celle de l’Instruction publique, de la volonté centralisatrice de l’État napoléonien, ainsi que comme le reflet de la forte influence des valeurs militaires sur la conception des lycées. Le proviseur doit être choisi, en priorité, parmi les enseignants les plus méritants et les plus capables. Napoléon Bonaparte l’explique lui-même dans une Note sur les lycées, en 1805 : « il y aurait un corps enseignant […] si l’on ne pouvait être proviseur ou censeur qu’après avoir été professeur ». C’est ainsi que commence à être posé le principe d’une carrière progressive.

  • 15 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire…, op. cit.

6Les promoteurs de l’Université font également en sorte de créer une logique de carrière pour tous les fonctionnaires. En effet, quelques mois après la loi du 1er mai 1802, l’arrêté du 27 octobre 1802 fixe la première grille des traitements des fonctionnaires des lycées. Elle prévoit un classement des lycées en fonction du montant des droits d’inscription versés par les élèves : trois « ordres », appelés plus tard des « classes », sont ainsi mis en place. De ce classement, découle une rémunération différenciée des fonctionnaires : les proviseurs des lycées du troisième ordre perçoivent un traitement annuel de 3  000 francs, ceux des lycées du deuxième ordre de 3  500 francs et ceux des établissements du premier ordre de 4  000 francs. Les proviseurs sont ainsi, dès l’époque napoléonienne, incités à évoluer des « petits » lycées vers les plus grands, de manière à faire progresser leur rémunération et, ainsi, à construire une logique de carrière. Cette volonté gouvernementale, qui concerne aussi les professeurs15, est d’ailleurs explicitement inscrite dans le décret du 17 mars 1808 qui acte la création de l’Université impériale : « Les emplois formeront ainsi une carrière qui présentera au savoir et à la bonne conduite l’espérance d’arriver aux premiers rangs de l’Université impériale ». L’arrêté du 7 novembre 1803 va plus loin : il instaure pour la première fois une différenciation appelée à devenir une règle intangible pour tout le siècle, celle entre les lycées parisiens d’une part et ceux de la province d’autre part. Désormais, les lycées provinciaux sont répartis en trois « classes », tandis que ceux de Paris constituent une catégorie à part, au-dessus des trois classes. Ainsi, le proviseur du lycée de Nancy ou de Rodez percevra un traitement annuel de 3  000 francs, soit autant qu’un professeur de première classe à Paris mais moins qu’un censeur parisien (3  500 francs) et encore moins que son homologue parisien (5  000 francs). La logique de carrière est confirmée par l’instauration d’un droit à une pension de retraite pour tous les membres de l’Université, par les décrets du 17 mars 1808 et du 18 octobre 1810. L’Université napoléonienne est ainsi conçue de manière à pouvoir faire carrière, dans un esprit de corps. Mais elle impose aussi à ses fonctionnaires des obligations spécifiques, en particulier aux proviseurs.

7Les proviseurs sont par ailleurs soumis à des obligations spécifiques. La loi de 1802 impose, dans son article 18, l’obligation d’être marié ou de l’avoir été pour pouvoir être nommé proviseur. La présence éventuelle de l’épouse du proviseur doit toutefois se limiter au logement de fonction, la présence de femmes étant strictement interdite dans l’enceinte des bâtiments occupés par les pensionnaires. L’obligation du mariage est un moyen pour Bonaparte d’éviter de voir nommés des ecclésiastiques à la tête des lycées, car il est soucieux d’affirmer immédiatement le monopole de l’État sur ces établissements. Toutefois, la loi ne semble pas avoir été appliquée avec une excessive rigueur puisque sept ecclésiastiques sont déjà nommés proviseurs entre 1802 et 1808. Prenant acte de la situation, mais aussi parce qu’il est attentif à maintenir de bonnes relations avec les prélats français qui viennent d’accepter le principe d’un « catéchisme impérial », Bonaparte, devenu empereur, fait désormais imposer le célibat aux proviseurs, par le décret du 17 mars 1808. La nomination d’ecclésiastiques à la tête des lycées tend alors à s’accélérer. L’instruction du 1er novembre 1812, qui instaure l’obligation de loger sur place, va dans le même sens. Mais l’obligation du célibat est largement restée lettre morte, et sera d’ailleurs officiellement abrogée en 1838, sous la monarchie de Juillet. À cette époque, la fonction provisorale apparaît désormais nettement enracinée : les grands principes issus de l’époque napoléonienne sont progressivement consolidés.

2. Un enracinement progressif de la fonction provisorale (1815-1879)

8Tous les régimes successifs jusqu’à l’avènement des républicains à la fin de la décennie 1870, non seulement ne remettent pas en cause l’existence des lycées de garçons et des proviseurs, mais ont tendance à les consolider, en réaffirmant la logique de carrière, y compris à travers la rémunération. Même la Restauration et la Monarchie de Juillet, qui pourtant choisissent de supprimer le mot « lycée », jugé trop napoléonien, pour lui préférer « collège royal », décident de conserver le mot « proviseur ».

  • 16 Statut concernant les collèges royaux et communaux, 4 septembre 1821 (Recueil des lois et règlemen (...)

9La chute de l’Empire n’affecte en rien la fonction provisorale. C’est même la Restauration qui publie, en 1821, le premier texte réglementaire faisant la liste presque exhaustive des attributions et des missions du proviseur16 ; dix articles sont spécifiquement consacrés à la fonction provisorale, dont l’article 3 qui rappelle que « la direction et l’administration sont confiées au proviseur ». Dès lors, il n’est pas étonnant de voir que dans les décennies qui suivent, la logique de progression de carrière depuis les lycées les moins prestigieux jusqu’aux plus rémunérateurs est renforcée. La décennie 1850 marque ensuite une impulsion décisive : au début du Second Empire, le décret du 16 avril 1853 à l’initiative du ministre Fortoul assouplit le classement des lycées (seule une distinction entre les lycées de Paris et ceux de province est conservée) et, surtout, instaure un classement personnel pour l’ensemble des fonctionnaires des lycées. Ce ne sont plus les établissements qui appartiennent à des « classes », mais les personnels. Les proviseurs sont ainsi rangés dans trois classes pour les départements (traitements annuels de 3  000, 3  500 et 4  000 francs), tandis que Paris constitue une classe unique (traitement annuel de 6  000 francs).

  • 17 Les 81 lycées de France métropolitaine se répartissent ainsi en 1872 : 42 en quatrième catégorie ( (...)

10La décennie 1870 apparaît comme un autre moment important. Sous l’impulsion du ministre Jules Simon, chargé d’une vaste réorganisation du système éducatif au lendemain de la lourde défaite de 1871, le classement des lycées est réintroduit par le décret du 25 septembre 1872. Cinq catégories sont désormais définies : celle à part des lycées de Paris et Versailles, suivie de quatre catégories dans lesquelles sont rangés les lycées provinciaux en fonction de leur taille, soit du nombre de leurs élèves17. Mais les classes individuelles dans lesquels sont rangés les professeurs et les proviseurs sont maintenues : les proviseurs se répartissent en trois classes (deuxième et première classe pour la province, classe unique pour Paris et Versailles). C’est ainsi que la dimension personnelle et celle de l’établissement sont étroitement associées pour le déroulement des carrières, ce qui ne fait que confirmer en droit ce qui existait déjà depuis plusieurs décennies dans la pratique. La logique de carrière s’en retrouve encore accentuée : pour évoluer de la deuxième à la première classe, et donc améliorer leur traitement, les proviseurs sont incités par leur ministère à la mobilité pour évoluer vers des lycées de catégorie plus importante.

  • 18 AN, F/17/20842, dossier Girard Julien ; AJ/16/1104, dossier Girard Julien.

11La rémunération que perçoivent les proviseurs apparaît par ailleurs comme un élément important dans la construction du corps provisoral mais aussi dans les logiques de carrière et d’individualisation qui se mettent progressivement en place. Le législateur a toujours fait en sorte de marquer assez nettement l’écart existant entre la rémunération du proviseur et celle des autres fonctionnaires du lycée. Dans les années 1850 par exemple, le proviseur d’un lycée parisien reçoit un traitement de 6  000 francs annuels, soit pratiquement le double de son censeur (3  500 francs) et le double de l’économe (3  000 francs), et encore bien davantage que les professeurs titulaires (entre 2  000 et 3 000 francs selon leur classe) et adjoints (entre 1  200 et 1  800 francs). À l’échelle de toute une carrière pour un proviseur, les écarts sont également significatifs : en effet, dans les années 1870, la rémunération annuelle d’un proviseur peut aller de 5  500 francs pour un proviseur de deuxième classe d’un lycée de quatrième catégorie, à 9  000 francs pour un proviseur parisien. Il faut y ajouter l’indemnité d’agrégation que perçoivent, à partir de sa création par la circulaire du 25 janvier 1874, les proviseurs agrégés (500 francs annuels). À la fin du XIXe siècle, le traitement annuel moyen d’un proviseur est de 8  300 francs. Un tiers des proviseurs terminent leur carrière avec un traitement annuel supérieur à 9  000 francs et 15 % avec 10  000 francs et davantage, tous à Paris ; la rémunération la plus élevée est de 12  500 francs (c’est celle du proviseur Julien Girard18 lors de sa dernière année d’exercice, en 1892). La très grande majorité des proviseurs – 75 % – ont une rémunération comprise entre 7  000 francs et 9  500 francs.

3. La consolidation républicaine du corps provisoral (1880-1914)

12De la décennie 1880 à la veille de la Première Guerre mondiale, la Troisième République réalise des efforts considérables pour développer l’Instruction publique et améliorer la situation de ses personnels sur tous les plans (aussi bien réglementaire que financier). Le lycée et son proviseur en sortent durablement renforcés, d’autant plus que la République donne aux proviseurs des missions fondamentales pour affirmer sans cesse l’Université face à la concurrence rude de l’enseignement privé catholique. La création des lycées de jeunes filles en 1880, dont l’organisation reproduit largement celle des lycées de garçons – avec cependant ces différences de taille que les chefs d’établissement n’ont pas droit au titre de proviseurs, seulement celui de « directrices », et que leur rémunération est plus faible –, confirme l’importance prise définitivement par le modèle du lycée napoléonien, devenu républicain, dans le système éducatif et plus largement dans la société.

13L’arrivée au pouvoir des républicains au tournant des années 1880 fait entrer l’Instruction publique dans une période faste, qui dure jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale : l’ensemble des personnels de l’Instruction publique, du primaire au supérieur, bénéficient des efforts considérables de l’État en termes de moyens financiers et humains pour améliorer substantiellement les traitements, réduire les disparités entre les différentes catégories, fixer les obligations réglementaires de service, offrir de véritables parcours de carrière et rationaliser les politiques de promotions et de mutations. De ce point de vue, le décret du 16 juillet 1887 représente un moment important : en supprimant, cette fois de manière définitive, le classement des lycées qui avait été rétabli en 1872, tout en maintenant la séparation entre les lycées parisiens et ceux de la province, seul le classement personnel du fonctionnaire entre désormais en ligne de compte pour la progression de carrière. Les proviseurs en poste dans les lycées provinciaux sont ainsi répartis en quatre classes, tandis que ceux de Paris et de Versailles sont rangés dans une classe unique.

  • 19 Enquête sur l’enseignement secondaire, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés/Motteroz, 1899  (...)
  • 20 AN, F/17/20750, dossier Follioley Léopold.
  • 21 AN, F/17/20511, dossier Dalimier Jules.
  • 22 AN, F/17/21026, dossier Kortz Édouard.
  • 23 AN, F/17/21905, dossier Fourteau Ernest
  • 24 AN, F/17/22054/A, dossier Staub Charles.
  • 25 Jean-François Condette, « La crise des lycées de garçons à la fin du XIXe siècle. Le point de vue (...)
  • 26 AN, F/17/25914, dossier Sirguey Marie.
  • 27 AN, F/17/22703, dossier Salé René.

14La fin du XIXe siècle est marquée par une crise multiforme des lycées, dont la plupart voient leurs effectifs stagner ou baisser, y compris au niveau de leurs internats, alors qu’au contraire ceux des institutions privées catholiques ne cessent de croître. C’est ce qui justifie la mise sur pied d’une grande commission d’enquête parlementaire en 1898, présidée par Alexandre Ribot19. Elle procède à de nombreuses auditions des différents acteurs du système éducatif. Plusieurs proviseurs sont ainsi auditionnés, en particulier l’abbé Follioley20 (retraité du lycée de Nantes en 1898 et dernier proviseur ecclésiastique en France), Jules Dalimier21 (lycée Buffon), Édouard Kortz22 (lycée Montaigne), Ernest Fourteau23 (lycée Janson-de-Sailly) ou bien encore Charles Staub.24 (lycée Lakanal). Quelques années plus tard, la commission parlementaire présidée par Jean-Baptiste Bienvenu Martin en 1906 effectue une réorganisation générale des traitements de tous les fonctionnaires de l’Instruction publique. L’enquête de 1899 aboutit à la grande réforme des lycées de 190225, dont toute une série de dispositions concernent spécifiquement les proviseurs. Les décrets du 31 mai et du 7 août 1902 imposent désormais d’être titulaire de l’agrégation pour accéder au provisorat, tandis que le calcul de la rémunération des proviseurs est modifié. Désormais, ils sont rangés dans une classe de l’ordre des professeurs de lycée et reçoivent le traitement afférent à cette classe. Ce traitement est complété par l’indemnité d’agrégation qui est maintenue pour ceux qui sont concernés, ainsi que par une indemnité de direction comprise entre 2  000 et 4  000 francs, dont le montant est laissé à la libre appréciation du ministère. La progression de cette indemnité est peu rapide dans les faits : ainsi, le proviseur Marie Sirguey26 démarre en 1903 avec une indemnité de direction de 2  500 francs au lycée de Valenciennes, portée à 2  800 francs huit ans plus tard. Le processus d’extension de la logique de grade trouve son aboutissement dans les années d’avant-guerre : les décrets des 28 décembre 1903, 24 juin 1910 et 6 septembre 1913 confortent l’ensemble de ces orientations, en améliorant encore les traitements des fonctionnaires des lycées mais aussi en creusant l’écart entre les proviseurs agrégés et ceux qui ne le sont pas. L’institutionnalisation du corps provisoral passe également par l’émergence des premières formes d’organisation professionnelle, notamment avec la création de l’« Amicale générale des proviseurs et directrices de lycées » fondée le 17 mai 1908 à l’initiative de René Salé27, proviseur du lycée de Lille.

  • 28 Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire pédagogique et d’instruction primaire, Paris, 1911, article (...)
  • 29 Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, t. 35, p. 204-215. Le statut de la (...)
  • 30 AN, F/17/22494/A, dossier Lempereur Marie.

15La création des lycées de jeunes filles, et du statut de directrice pour leurs chefs, offre un intéressant point de comparaison avec leurs homologues masculins. Fondés par la loi Camille Sée du 21 décembre 1880, les lycées de jeunes filles trouvent rapidement leur public et s’inscrivent pleinement dans le paysage éducatif, reflets de l’effort considérable fait par l’État républicain en direction de l’Instruction publique. Le nombre de ces lycées passe d’un seul en 1881 à 24 en 1890 puis 48 en 1908, tandis que le nombre d’élèves scolarisées passe de quelques dizaines en 1881 à 17  400 en 190828. L’organisation des lycées de jeunes filles est calquée sur celle des lycées masculins. Un chef d’établissement est ainsi créé, qui ne porte cependant pas le titre de « proviseur », mais celui de « directrice », dont le statut est fixé par le décret du 28 juillet 188429. Ses prérogatives sont équivalentes à celles des proviseurs de lycée. En revanche, leur traitement, tout en étant le plus élevé de leur lycée, est sensiblement inférieur à celui de leurs homologues masculins : dans la grille de 1883, les directrices agrégées perçoivent un traitement compris entre 5  000 francs (quatrième classe) et 6  500 francs (première classe), celles qui ne sont que licenciées entre 4  500 et 6  000 francs. Parmi les centaines de directrices qui ont exercé avant 1914, Marie Lempereur30 affiche un parcours professionnel irréprochable. Née en 1855 à Lille, célibataire, elle débute sa carrière dans l’enseignement primaire, nommée institutrice adjointe à Lille à la rentrée 1874 après avoir fait l’école normale d’institutrices de Douai. Titulaire d’un certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire en 1882, elle est affectée comme chargée de cours au lycée de jeunes filles de Rouen qui vient d’être ouvert. Agrégée de lettres en 1884, elle est promue directrice du lycée de jeunes filles de Cambrai en 1893, puis du collège de Lille six mois plus tard où elle effectue le restant de sa carrière ; elle en demeure la directrice lorsque le collège est érigé en lycée en 1905. Son dossier de fonctionnaire montre des éloges récurrents de la part de ses supérieurs, y compris pendant la difficile occupation allemande qui eut lieu durant la Première Guerre mondiale : alors qu’elle devait prendre sa retraite, elle est prolongée et se montre à la hauteur de la tâche, ce qui lui vaut l’éloge du recteur :

  • 31 Ibid., notes et propositions du recteur, 30 juillet 1916 (extrait).

« Je considère comme un bonheur pour notre lycée Fénelon qu’elle ait pu demeurer à sa tête durant la période tragique que notre ville a traversée. Son action, son courage n’ont pas fléchi : sa sagesse et son expérience nous ont été d’un grand prix. Elle aura donné, sans une heure de dépression, l’exemple du plus patriotique zèle »31.

II. La carrière des proviseurs : des fonctionnaires au service de l’État

16L’institutionnalisation progressive du provisorat conduit en même temps à dessiner des parcours professionnels et même de carrière, qui commencent dès l’entrée en fonction, souvent précédée par un passage par le censorat, et qui obéissent à une grande variété de logiques. Soumis à une intense mobilité géographique pour la majorité d’entre eux, dépendants des choix de l’administration centrale, certains ont par ailleurs été prêtres et quelques-uns ont même réussi à accéder à l’encadrement supérieur.

1. Devenir proviseur : entre choix individuels et décisions de l’institution

  • 32 La Lanterne, 9 septembre 1886. Le journal utilisera ensuite à plusieurs reprises cette expression, (...)
  • 33 Ibid., 8 octobre 1904.
  • 34 Enquête…, op. cit., t. 2, p. 110.
  • 35 AN, F/17/21963/A, dossier Angelelli Antoine, rapport du recteur de l’académie de Poitiers au minis (...)
  • 36 AN, F/17/23267, dossier Courcout Paul, notes et proposition du recteur, 11 juillet 1898.
  • 37 Logique qui est devenue depuis une dizaine d’années très répandue au sein de la fonction publique, (...)
  • 38 Voir par exemple la publication récente de la thèse d’Isabelle Dasque, Les diplomates de la Républ (...)
  • 39 AN, F/17/21334, dossier Millot Jacques, rapport de l’inspecteur général, année 1890, non daté (ext (...)

17En affirmant que « d’ordinaire les proviseurs […] sont neuf fois sur dix des fruits secs du professorat »32 ou bien encore que « le proviseur est la plupart du temps recruté parmi les professeurs qui ont reconnu leur impuissance d’enseigner »33, le très anticlérical quotidien La Lanterne entretient un lieu commun tenace dans les milieux éducatifs et enseignants au XIXe siècle – et encore parfois aujourd’hui ! – selon lequel l’accès au provisorat se ferait sans aucune vocation, pour des raisons négatives (ne plus avoir d’élèves à gérer, ne plus avoir de cours à préparer ni de copies à corriger) ou moralement condamnables (accéder à une rémunération plus élevée, faire carrière, avoir du pouvoir et en abuser). Cette image est également liée à celle, très présente dans la littérature du XIXe siècle, de principaux et proviseurs décrits comme incompétents et médiocres, enfermés dans leurs bureaux à accomplir la besogne administrative, « petits chefs » tyranniques avec leurs subordonnés mais lâches et faibles avec les parents d’élèves et devant leurs supérieurs hiérarchiques. En outre, « beaucoup de professeurs croiraient déroger en devenant proviseurs » selon le ministre Raymond Poincaré dans sa déposition devant la commission d’enquête parlementaire de 189934, ce qui pose d’ailleurs la question du vivier de recrutement de ces chefs d’établissement. Il est vrai que l’analyse des dossiers personnels aux Archives nationales montre qu’environ 80 % des candidats à un provisorat mettent largement en avant des raisons familiales et surtout sanitaires pour demander un provisorat. Fuir « les fatigues de l’enseignement » semble même devenir, à la fin du XIXe siècle, une expression stéréotypée, pour évoquer des problèmes de santé (maladies de la gorge, laryngite chronique, affections pulmonaires) rendant nécessaire de quitter la classe. Cependant, une analyse précise des dossiers des proviseurs montre que l’Instruction publique donne systématiquement la priorité aux qualités professionnelles et aux compétences. Le recteur de l’académie de Poitiers note ainsi, à propos d’Antoine Angelelli, professeur au lycée de Poitiers qui demande une fonction administrative pour raison de santé, qu’il est un « très bon professeur » avec un « enseignement vif, intéressant et fructueux » et que « ce sera une perte pour le lycée, s’il obtient le poste que méritent ses services et que sa santé paraît réclamer »35. Il est nommé censeur au lycée d’Aix à la rentrée suivante, puis sera promu proviseur en 1892, à Montluçon. Par ailleurs, des professeurs ayant mis essentiellement en avant des motifs sanitaires pour devenir proviseur peuvent se révéler être d’excellents éléments, ainsi le jeune Paul Courcout, nommé proviseur du lycée de Saint-Omer à seulement 34 ans, en 1896, qui devient « le meilleur proviseur du ressort de Lille »36, puis promu à la tête du lycée de Douai deux ans plus tard où toutefois il meurt prématurément en 1901. Au tournant du siècle, le ministère semble même commencer à évoluer vers un recrutement davantage affiné, recherchant chez les candidats au provisorat des « profils » pouvant correspondre aux postes disponibles37. Phénomène observable au même moment pour d’autres catégories de fonctionnaires dans d’autres ministères38, il s’agit pour l’État républicain de mettre en œuvre des procédures de sélection davantage conformes au modèle méritocratique qu’il entend diffuser. Ainsi, certains fonctionnaires semblent davantage faits pour un provisorat modeste, tel Jacques Millot, censeur au lycée de Saint-Étienne, qu’un inspecteur général croit « capable de réussir comme proviseur d’un petit lycée »39. À la rentrée suivante, il est effectivement nommé à la tête d’un lycée modeste, celui de Rodez.

  • 40 Gérard Vincent, « Les professeurs du second degré au début du XXe siècle. Essai sur la mobilité so (...)

18La prise en compte de la profession exercée par le père, ainsi que d’autres sources d’information souvent dispersées à travers des extraits d’actes notariés ou d’actes civils, montrent que les proviseurs proviennent très majoritairement des catégories sociales intermédiaires : ils sont environ 23 % à avoir un père fonctionnaire de l’Instruction publique, y compris dans l’enseignement primaire (instituteur), 16 % un père fonctionnaire hors de l’Instruction publique (catégories subalternes, notamment dans la Justice) et 16 % un père artisan. En revanche, les professions militaires (moins de 4 %), libérales (moins de 3 %) et agricoles (9 %) sont sous-représentées, de même que le monde des ouvriers et des employés (moins de 8 %). Ces origines sociales ne sont guère étonnantes, car elles confirment des observations déjà faites pour le monde enseignant40. Elles montrent aussi que l’accès au provisorat peut représenter pour certains individus, sur toute une vie, une véritable ascension sociale, à la fois en accédant au monde des « petits » notables mais aussi en bénéficiant d’une rémunération plutôt confortable.

  • 41 Solenn Huitric, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publiqu (...)
  • 42 AN, F/17/20503/A, dossier Crozals Jacques.
  • 43 AN, F/17/22198/A, dossier Horster Auguste.
  • 44 AN, F/17/22104/B ; AJ/16/1085, dossier Frétilier Léon.
  • 45 AN, F/17/22223, dossier Delfour Joseph.
  • 46 Yves Verneuil, Les agrégés. Histoire d’une exception française, Paris, Belin, 2005.
  • 47 Statistique de l’enseignement secondaire en 1865, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 40 s.
  • 48 Les grades universitaires des 77 proviseurs sont variés, mais domine largement celui de licence (6 (...)
  • 49 AN, F/17/12989, Conseil supérieur de l’Instruction publique, section permanente, séance du 25 avri (...)
  • 50 AN, F/17/22330, dossier Richard Henri. Il sollicite sa mutation pour un lycée plus grand, mais n’é (...)

19La quasi-totalité des proviseurs du XIXe siècle sont issus de l’Instruction publique. La voie royale est d’abord celle de l’enseignement et du répétitorat : 96 % des proviseurs ont une expérience de l’enseignement, essentiellement secondaire, mais aussi, pour 3 % d’entre eux, primaire (quelques anciens instituteurs et inspecteurs primaires). Les rares proviseurs à ne pas avoir une expérience de l’enseignement sont d’anciens répétiteurs qui n’ont pas évolué ensuite vers l’enseignement, mais fréquemment vers la fonction de surveillant général, et, à la marge, quelques ecclésiastiques qui n’ont fait que de l’aumônerie. Par ailleurs, environ 15 % des proviseurs ont été surveillants généraux, proportion qui n’est pas négligeable et qui montre que le ministère accorde déjà à cette époque une réelle importance à la maîtrise des questions disciplinaires et de « vie scolaire ». Environ un quart de ces surveillants généraux profitent d’opportunités locales, quand ils sont promus au censorat sur place, dans leur lycée, ce qui leur permet d’entrer assez facilement dans la carrière de direction. Il faut enfin noter qu’environ 10 % des proviseurs sont déjà dotés d’une expérience de l’encadrement intermédiaire, soit comme principal de collège, soit comme inspecteur d’académie, ce qui montre une relative porosité de ces fonctions d’encadrement. Le ministère, au début du XXe siècle, tend d’ailleurs à encourager l’accès au provisorat pour les principaux ; logique qui trouve son aboutissement avec un décret en 1918 ouvrant le provisorat, dans une proportion maximale de 10 % de l’ensemble des nominations, aux principaux des collèges justifiant de dix ans minimum de principalat. Dans les cas où un collège municipal est transformé en lycée41, le principal peut, parfois, être maintenu sur place en devenant proviseur, ce qui représente donc, là encore, une opportunité locale de carrière. C’est ainsi que Jacques Crozals42, principal du collège de Toulon nommé en 1858, en demeure le chef, avec le titre de proviseur, quand en 1865 l’établissement est érigé en lycée. Mais ce n’est pas systématique : c’est à la libre appréciation de l’administration supérieure, qui peut estimer que le principal en place ne possède pas les titres suffisants, ce qui arrive à Auguste Horster43 à Aix en 1884, remplacé par Léonce Frétillier44, qui était censeur au lycée de Grenoble, ou encore à Joseph Delfour45 à Valence en 1908. L’agrégation occupe un poids important, et de plus en plus au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. La proportion de proviseurs agrégés augmente régulièrement tout au long du siècle : elle passe de 52,1 % de l’ensemble des proviseurs en 1842, à 54,5 % en 1865, puis à 60 % en 1909 et 67,5 % en 1916. Cela montre la force d’attraction d’un titre très convoité46, parce qu’il permet d’accéder aux postes de professeur de lycée, et aide à atteindre Paris et des grilles de rémunération plus avantageuses, mais cet accroissement révèle aussi des choix faits par l’administration centrale en matière de recrutement de ses proviseurs. En 1865, 77 proviseurs sont en activité47 ; même si à ce moment-là seul le grade de licence est réglementairement exigible pour accéder au provisorat, dans les faits les licenciés restent minoritaires puisque seuls 42 proviseurs sont agrégés soit 54,5 % de l’ensemble du corps48. Dix ans plus tard, cette proportion est à peu près identique (56,8 %). L’évolution entre 1875 et 1909 est intéressante à relever : la proportion d’agrégés stagne pratiquement, n’augmentant que de quatre points, parce qu’elle a eu tendance à baisser dans les années 1880 pour n’atteindre que 45 % en 1887. Il faut y lire ici le résultat de la création de nombreux lycées, nécessitant de créer de nouveaux postes de proviseurs – ils passent de 81 en 1875 à 100 en 1887 – et donc d’ouvrir largement le recrutement, sans se limiter aux agrégés. Des processus démographiques interviennent aussi avec le vieillissement du corps provisoral et l’arrivée à l’âge de la retraite de nombreux proviseurs qu’il est nécessaire de remplacer. La très forte remontée de la proportion des proviseurs agrégés entre 1887 et 1909, de plus de 15 points, est quant à elle liée à la politique de l’administration centrale qui, dans les années 1890, privilégie de plus en plus les agrégés dans l’accès au provisorat, laissant davantage les licenciés dans les postes de censeur. Le décret de 1902, qui réserve désormais le provisorat aux seuls agrégés, accélère le processus : l’augmentation est de sept points entre 1909 et 1916, soit presque un de plus chaque année, et se poursuit encore dans l’entre-deux-guerres pour atteindre presque les trois quarts du corps en 1929. C’est une évolution souhaitée par les pouvoirs publics : lors de son audition devant le Conseil supérieur de l’Instruction publique, Élie Rabier, directeur de l’Enseignement secondaire, justifie cette mesure en indiquant vouloir « augmenter le prestige de la fonction »49. L’agrégation agit ainsi comme un critère discriminant dans le déroulé des carrières, ce qui semble avoir été intégré par les proviseurs eux-mêmes, ainsi par celui du lycée d’Aurillac, Henri Richard, quand il écrit en 1908 au directeur de l’Enseignement secondaire : « n’étant pas agrégé, je n’ai aucune chance d’être appelé dans un grand lycée »50.

Tableau 1 : évolution du nombre et de la proportion de proviseurs agrégés parmi l’ensemble du corps des proviseurs (1842-1929)

Année 1842 1865 1875 1887 1909 1916 1929
Nombre de proviseurs 46 77 81 100 108 120 134
Nombre de proviseurs agrégés 24 42 46 45 65 81 97
Proportion de proviseurs agrégés 52,1 % 54,5 % 56,8 % 45 % 60,2 % 67,5 % 72,4 %
  • 51 D’après Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968 (...)
  • 52 Cité dans la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, t. 16, no 4, 1891, (...)

20Un autre critère à prendre en compte dans le parcours de formation des proviseurs est celui de leur passage ou non par l’École normale supérieure. Avoir été normalien ne constitue évidemment ni un grade ni un titre officiel, mais peut jouer un rôle dans le petit milieu de l’Instruction publique. Le nombre de normaliens parmi les proviseurs reste toutefois modeste. En effet, en 1842, sur les 46 proviseurs que compte le pays, 12 sont normaliens51, soit 26 % de l’ensemble du corps. Un demi-siècle plus tard, en 1891, sur 110 proviseurs, ils ne sont que 21 à sortir de l’ENS, soit une proportion de 19,1 %52.

  • 53 AN, F/17/24176, dossier Bailly Édouard, notes et propositions du recteur, 12 juin 1899.
  • 54 Jules Gautier, « Chronique », Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, t (...)
  • 55 AN, F/17/24178, dossier Bellé Henri, lettre du censeur des études Henri Bellé au directeur de l’En (...)
  • 56 AN, F/17/20770, dossier Francolin Alexandre, notes et propositions du recteur de l’académie de Dij (...)
  • 57 Enquête…, op. cit., t. 2, p. 472.

21« Je le “vois” proviseur dans un avenir très proche »53, écrit le recteur de l’académie de Rennes en 1899 à propos d’Édouard Bailly, censeur au lycée de Lorient. Il deviendra proviseur du lycée de Bar-le-Duc trois ans plus tard. Environ 90 % des proviseurs du XIXe siècle ont d’abord été censeurs : le censorat est alors considéré comme une étape presque incontournable dans la formation « pratique » au provisorat. La moyenne d’âge d’accès au censorat est de 32 ans, avec une médiane à 35 ans. Les nominations au-delà de 45 ans sont très rares, représentant moins de 10 % des cas : le ministère évite des nominations trop tardives, dans la mesure où elles rendent davantage hypothétique l’accès au provisorat. Il choisit au contraire en priorité ses proviseurs parmi les censeurs jeunes et dynamiques ayant fait la démonstration de leurs compétences administratives et de leurs aptitudes pédagogiques. Cette habitude s’est mise en place dans les années 1850 : sous le Second Empire, pour une moyenne de 9,7 individus nommés censeurs chaque année, 1,2 seulement accède directement au provisorat, alors que dans la première moitié du siècle la proportion de proviseurs nommés sans être passés par le censorat était sensiblement plus élevée. Sous le Consulat et l’Empire par exemple, sur les 216 nouveaux censeurs et proviseurs nommés à un premier poste, 81 d’entre eux, soit 37 %, sont nommés directement proviseurs. Même si la Trosième République semble entériner l’habitude prise sous le Second Empire, les débats sont en réalité très vifs dans les années 1890 et 1900, beaucoup d’observateurs avisés du système éducatif estimant que l’obligation tacite de passer par le censorat décourage des candidats de grande valeur, particulièrement des professeurs agrégés, qui préféreraient aller directement vers le provisorat, alors que la fonction de censeur continue à présenter une image fort négative. Certes, « on ne peut devenir proviseur qu’après un sérieux apprentissage »54 selon un futur inspecteur général et conseiller d’État, mais, pour l’État, il s’agit d’éviter de faire perdre trop de temps aux meilleurs censeurs et de les promouvoir au provisorat quand on estime qu’ils y sont prêts. Le recteur de l’académie de Grenoble n’hésite pas à écrire, à propos d’Henri Bellé, censeur au lycée de Chambéry, sur la lettre de candidature au provisorat que celui-ci envoie en 1904 : « M. Bellé est un censeur très droit, intelligent, d’un dévouement ardent. Il mérite un grand lycée et il fera un proviseur d’élite le moment venu »55. Il s’agit bien pour l’institution de recruter les futurs proviseurs de qualité, faisant ainsi du censorat une véritable pépinière. Lorsque le « stage » dans les fonctions de censeur est jugé suffisant, les supérieurs hiérarchiques du censeur le recommandent auprès de l’administration centrale pour la promotion au provisorat. Ainsi Alexandre Francolin, qui « compte près de neuf ans de services comme censeur » et dont le recteur écrit qu’« il serait temps d’en faire un proviseur »56. En revanche, pour un nombre croissant d’observateurs à la fin du siècle, le censorat est une perte de temps inutile pour les plus doués, ce que dit sans détour l’abbé Follioley dans sa déposition devant la commission d’enquête parlementaire en 1899, expliquant qu’il « croi[t] aussi que les meilleurs proviseurs ne sont pas ceux qui ont passé par le censorat »57. Les supérieurs hiérarchiques des censeurs et des proviseurs partagent parfois cet avis, souhaitant que le censorat dure le moins longtemps possible pour les meilleurs éléments. C’est ainsi que le recteur de l’académie de Douai, note, à propos de Paul Courcout, pour sa première année de censorat à Douai :

  • 58 AN, F/17/23267, dossier Courcout Paul, notes et propositions du recteur, année scolaire 1894-1895, (...)

« J’avais proposé de nommer directement M. Courcout proviseur. J’insiste du moins pour que son stage ne soit pas prolongé au-delà d’un an. M. Courcout a réussi comme censeur. Il a les qualités les plus sérieuses d’esprit et de caractère. Aussi je désirerais qu’il fût nommé proviseur dans l’académie de Lille »58.

  • 59 AN, F/17/22223, dossier Delfour Joseph.
  • 60 AN, F/17/24243, dossier Despiques Paul.
  • 61 AN, F/17/24413, dossier Robert Louis.

22La tendance au début du XXe siècle est d’ailleurs d’opérer une séparation croissante entre le censorat et le provisorat. C’est le sens du décret de 1902 qui réserve désormais les postes de proviseur aux seuls agrégés, entraînant mécaniquement un blocage de la carrière des nombreux censeurs non agrégés. C’est ainsi que Joseph Delfour59, censeur au lycée d’Amiens depuis 1898, se voit contraint d’accepter un poste de principal de collège à Valence en 1904. Néanmoins, le ministère consent à le nommer proviseur du lycée de Rodez en 1908, même s’il n’est pas agrégé. La décennie 1900 est logiquement marquée par une augmentation significative du nombre de nouvelles nominations de proviseurs qui ne sont pas passés au préalable par le censorat. C’est par exemple le cas de Paul Despiques60, professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée Montaigne à Paris, nommé proviseur du lycée de Valenciennes à la rentrée 1909. Le décret de 1902 sera par ailleurs assoupli dès 1914, quand sera à nouveau autorisée la nomination de censeurs non agrégés à la condition qu’ils aient au moins vingt ans de services dont au moins cinq comme censeurs. C’est de cette manière que Louis Robert61, censeur non agrégé au lycée de Bordeaux depuis 1906, est promu au provisorat du lycée d’Alençon à la rentrée 1918.

2. Construire sa carrière de proviseur : un processus de longue durée

  • 62 AN, F/17/23985, dossier Daux Louis. Le recteur de l’académie d’Alger, dans sa première évaluation, (...)
  • 63 AN, F/17/22009. Il s’agit toutefois d’un cas particulier : il est promu sur place après avoir été (...)

23La moyenne d’âge pour une première nomination à un poste de proviseur durant le XIXe siècle est de 42 ans, étant précisé que les intéressés ont souvent exercé précédemment la fonction de censeur. L’Instruction publique cherche effectivement à recruter des personnels encore relativement jeunes : plus de 60 % des proviseurs sont nommés avant 45 ans, et même environ 30 % entre 37 et 40 ans. Les nominations avant 37 ans sont beaucoup plus rares, mais loin d’être inexistantes : elles représentent environ 12 % de l’ensemble des nominations, certaines à un âge même très jeune, ainsi Louis Daux62 qui devient proviseur du lycée d’Oran en Algérie en 1897 à seulement 32 ans. Les nominations tardives, au-delà de 52 ans, sont, elles aussi, beaucoup moins nombreuses, représentant environ 8 % de l’ensemble des nominations, ce qui confirme que l’État cherche des proviseurs encore dans la force de l’âge et qui pourront faire carrière. D’ailleurs, cette logique de carrière apparaît clairement avec la politique suivie par le ministère à la fin du XIXe siècle pour l’affectation au premier poste de proviseur (carte 1). En effet, entre les années 1870 et 1914, environ 90 % des nouveaux proviseurs sont affectés à la tête d’un lycée de quatrième catégorie (selon le classement de 1872), certains lycées semblant même se spécialiser dans l’accueil des débutants, en particulier Bar-le-Duc, Valenciennes, Pontivy, Tulle ou bien encore Bourg-en-Bresse. Le ministère attend ainsi que ces nouveaux proviseurs fassent leurs preuves, pour qu’ils puissent ensuite évoluer vers des lycées de catégorie supérieure voire, pour une minorité, vers ceux de Paris. A contrario, les nominations pour un premier poste dans des lycées de catégorie supérieure sont plus rares : entre 1870 et 1914, un seul proviseur débutant est nommé directement dans un établissement de première catégorie (Pierre Hostein63 à Nancy). Quant aux très rares nominations parisiennes, elles obéissent à des logiques spécifiques qui seront examinées plus loin.

Carte 1 : l’accès au premier poste de proviseur (1870-1914) : les lycées de début de carrière

Carte 1 : l’accès au premier poste de proviseur (1870-1914) : les lycées de début de carrière
  • 64 Pierre Karila-Cohen, Jean Le Bihan (coord.), « L’empire de la notation (France, XIXe siècle) », Ge (...)
  • 65 AN, F/17/24066.
  • 66 Yves Verneuil, « De l’“omnipotence des bureaux” à la représentation du personnel : les organes de (...)
  • 67 Yves Verneuil, « Un protestant à la tête de l’enseignement secondaire : Élie Rabier », Histoire de (...)
  • 68 AN, F/17/21145, dossier Lemoigne Eugène, notes et propositions du recteur, 15 juin 1886.
  • 69 AN, F/17/22098/B, dossier Caillet Édouard, rapport de l’inspecteur général, Tulle, 2 juin 1894.
  • 70 AN, F/17/23985, dossier Daux Louis, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 19 juillet 1 (...)

24Les carrières des proviseurs apparaissent largement réglées par l’Instruction publique. Tout fonctionnaire de l’Université a le droit de progresser dans sa carrière, comme le rappelle l’article 21 de la loi de 1802, tandis que l’ordonnance du 26 mars 1829 instaure de manière définitive la nomination ministérielle et que l’arrêté du 30 juin 1860 prévoit que le proviseur est installé par l’inspecteur d’académie, sous l’autorité du recteur. Les pratiques concernant les mutations et les promotions se normalisent progressivement au cours du XIXe siècle, particulièrement sous la Troisième République, mais l’ensemble forme un système complexe car il fait intervenir plusieurs acteurs. Les proviseurs sont en effet placés sous une double tutelle, à l’échelle nationale (inspecteurs généraux) et à l’échelle locale (le recteur et l’inspecteur d’académie). Ce sont eux qui, chaque année, remplissent une notice d’évaluation des proviseurs64, accompagnée d’un rapport circonstancié lorsque le proviseur demande une mutation ou une promotion. Hommes de terrain, les inspecteurs généraux réalisent régulièrement des « tournées » dans les académies, ce qui leur permet d’anticiper le mouvement annuel et de repérer les proviseurs à muter et/ou à promouvoir. C’est après avoir été visité par l’inspecteur général Jules Gautier et s’être longuement entretenu avec lui que Georges Ferté65, proviseur du lycée d’Amiens, obtient à la rentrée 1905 le provisorat de Nancy, car il avait appris par l’inspecteur général la future vacance du poste et avait été encouragé à le demander. Quant aux recteurs et aux inspecteurs d’académie, ce sont les supérieurs hiérarchiques directs des proviseurs, ceux qu’ils côtoient très régulièrement, d’autant que le nombre de lycées dans les académies n’est alors pas très élevé. Les rapports des recteurs sont attentivement étudiés au Comité consultatif et sont confrontés à ceux des inspecteurs généraux, les uns et les autres allant souvent dans le même sens. Ensuite, c’est au niveau de l’administration centrale que les décisions sont prises, particulièrement par le très puissant Comité consultatif de l’enseignement public, créé par le décret du 25 mars 1873. Divisé en trois sections (enseignements primaire, secondaire, supérieur)66, il symbolise aux yeux des républicains l’idéal méritocratique, par opposition à la monarchie censitaire et au Second Empire perçus comme le règne de l’arbitraire et des faveurs fondées sur des critères non professionnels. Se réunissant plusieurs fois dans l’année, peuplé majoritairement par des inspecteurs généraux, en lien direct avec le ministre et son cabinet, c’est le principal outil de gestion des carrières de l’ensemble des fonctionnaires de l’Instruction publique. Le Comité est fréquemment présidé par le directeur de l’Enseignement secondaire, représentant direct du ministre : à l’image d’Élie Rabier qui occupe cette fonction de 1889 à 190767, c’est un personnage puissant, à qui arrivent les demandes des proviseurs et les rapports des recteurs. Comme pour un premier recrutement dans le censorat ou le provisorat, les autorités supérieures font primer les qualités professionnelles sur toute autre considération, dans une logique de construction de carrière. D’ailleurs, la logique de la recherche des meilleurs « profils » est ouvertement assumée par les autorités. Le recteur indique ainsi à propos d’Eugène Lemoigne, proviseur du lycée de Saint-Quentin entre 1881 et 1887, qu’il « pourrait être appelé dans un lycée de 1re catégorie facile à diriger »68. À la rentrée 1887, il est muté à au lycée d’Évreux, un lycée effectivement de taille modeste et sans grands enjeux. De même, un inspecteur général note en 1894, à propos de la demande de mutation d’Édouard Caillet, proviseur du lycée de Tulle : « Nous n’apprécions sa demande que pour un petit lycée tel que Évreux ou Alençon », car « ses manières sont un peu vulgaires » et il est « peu compétent pour la surveillance des études »69. Il est nommé proviseur du lycée de Chartres en 1902, où il demeurera jusqu’à la retraite. Quant à Louis Daux, proviseur du lycée d’Oran, au contraire il « pourra diriger des lycées plus importants que celui d’Oran » selon l’inspecteur d’académie70. La suite de sa carrière est effectivement brillante : il est proviseur à Bastia puis à Marseille, avant d’accéder à Paris en 1909 à la tête du lycée Lakanal et en 1918 à la tête du lycée Henri-IV où il prendra sa retraite en 1928 (carte 2).

Carte 2 : une carrière brillante : le proviseur Louis Daux

Carte 2 : une carrière brillante : le proviseur Louis Daux
  • 71 AN, F/17/21973/B, dossier Dujarier Adrien.
  • 72 AN, F/17/22055, dossier Vaisson Henri-Auguste.
  • 73 AN, F/17/22667/A, dossier Chaudoin Marius, rapport de l’inspecteur général, Aix-en-Provence, année (...)
  • 74 Ibid., notes et propositions du recteur, avril 1909.
  • 75 AN, F/17/20591, dossier Dehays Henri.

25C’est ce qui explique aussi nombre de déceptions, voire du désespoir quand une mutation est vécue trop brutalement et vient heurter des projets personnels et familiaux. D’autant plus que les voies de recours légaux sont inexistantes à cette époque : la seule solution consiste à écrire au recteur et au ministre en essayant de les convaincre. C’est la mésaventure vécue par Adrien Dujarier71, proviseur du lycée d’Albi, qui proteste vivement quand il apprend en mars 1893 qu’il est envoyé au lycée de Tourcoing après les vacances de Pâques, alors qu’il n’avait rien demandé. Il est reçu par le recteur, écrit deux lettres au directeur de l’Enseignement secondaire dans lesquelles il le « supplie » d’annuler la décision, mettant notamment en avant la santé fragile de l’un de ses fils, mais rien n’y fait. Une fois à Tourcoing, il continue à demander son retour dans le Midi, avec l’appui du recteur ; il obtient finalement le lycée d’Orléans pour la rentrée 1894. Entre-temps, son fils malade est mort à Tourcoing en janvier 1894. Le Comité a également le pouvoir de déplacer les proviseurs, surtout quand les recteurs en font la demande, parfois aussi les inspecteurs généraux. Les raisons en sont multiples : dans la majorité des cas, il s’agit d’une forme de sanction pour déplacer un proviseur qui n’a pas réussi dans sa mission voire qui s’est révélé franchement incompétent. Quelques rares proviseurs se sont ainsi spécialisés dans les mutations fréquentes, non pour progresser dans leur carrière mais parce que les recteurs ont régulièrement demandé leur déplacement. C’est par exemple le cas d’Henri-Auguste Vaisson72, qui enchaîne trois provisorats en seulement sept ans entre 1898 et 1906 à Mont-de-Marsan, Roanne et Tournon. Le ministère peut, à l’inverse, faire le choix de stabiliser dans un poste un proviseur médiocre, pour éviter qu’il n’aille désorganiser un autre lycée. C’est le choix fait pour Marius Chaudoin, inamovible proviseur du lycée d’Aix entre 1901 et 1915, « le plus médiocre des proviseurs » selon un inspecteur général73, « partisan du moindre effort » et « très apathique » selon le recteur74 (carte 3). Dans d’autres cas, beaucoup plus rares, il s’agit de répondre à la demande des autorités locales (maire, préfet) avec qui le proviseur peut se retrouver en conflit, sans nécessairement avoir démérité. Quand la situation du proviseur est devenue intenable, et dans l’intérêt du lycée, le proviseur est déplacé, mais pour un meilleur établissement ou avec une promotion pour ne pas donner au déplacement un caractère de sanction qu’il n’a pas. C’est de cette manière que Henri Deshays75, proviseur du lycée de Valenciennes, est déplacé vers le lycée du Mans en 1892, avec une promotion à la première classe.

Carte 3 : un proviseur à la carrière très régionalisée : Marius Chaudoin

Carte 3 : un proviseur à la carrière très régionalisée : Marius Chaudoin
  • 76 AN, F/17/20386/A, dossier Chardon Alfred, notes et appréciations du recteur, 8 juin 1892.

26Quant aux recommandations et aux appuis politiques en tous genres, très nombreux dans la plupart des dossiers personnels des proviseurs, ils ont souvent pour effet d’indisposer les autorités ministérielles, qui croulent littéralement sous les demandes et qui ne cessent de demander la fin de cette pratique aussi ancienne que l’Université elle-même. Mais rien n’y fait : les fonctionnaires, pensant de cette manière avoir une aide décisive, ne cessent d’accompagner leurs demandes de lettres de députés, de sénateurs, de maires, de préfets, de hauts fonctionnaires, parfois même de ministres. En devenant si massive, voire stéréotypée, cette pratique se banalise et perd en efficacité. Le recteur de l’académie de Caen, Edgar Zévort, ne peut s’empêcher cette remarque aigre-douce à propos du proviseur du lycée de Rouen, Alfred Chardon : « M. Chardon a peut-être le tort de s’appuyer sur les appuis politiques plutôt que sur ses chefs naturels »76.

  • 77 Solenn Huitric, Transformer les collèges communaux en lycées…, op. cit.
  • 78 Cette tension presque structurelle entre sédentarité et mobilité a déjà été mise en évidence pour (...)

27La plupart des proviseurs, et l’institution elle-même, semblent tiraillés en permanence entre le souhait de mobilité géographique et la nécessité de l’enracinement local. En effet, dans un système où la mobilité géographique est indispensable pour progresser dans la carrière, les proviseurs, et en particulier les meilleurs d’entre eux, ne sont pas incités à demeurer trop longtemps dans un même établissement, pour au contraire atteindre le plus vite possible les lycées les plus prestigieux, en province et surtout à Paris. En moyenne, sur l’ensemble du XIXe siècle, un proviseur demeure en poste dans un même lycée durant cinq ans, pour une carrière qui dure en moyenne dix-huit ans. Dans le détail, pour la période 1870-1914 où les postes sont les plus nombreux, on observe que les postes de très courte durée, de deux ans au maximum, représentent près du tiers (31 %) de l’ensemble des postes, tandis que ceux de courte durée, entre trois et cinq ans, en représentent 36 % : ainsi, 67 % des postes ont une durée égale ou inférieure à cinq ans. La médiane, qui s’élève à seulement 3 ans et 2 mois, confirme ce très net déséquilibre au profit des postes de courte durée. Cette mobilité géographique semble ne pas être spécifique aux seuls proviseurs. Dans sa thèse récente, Solenn Huitric a calculé les durées d’exercice pour les 340 principaux de collège recensés entre 1830 et 1870 dans les académies de Douai, Lyon et Rennes : ils restent en moyenne cinq ans dans un même poste77. Les successions provisorales à la tête des lycées confirment le phénomène. Au lycée de Valenciennes où dix proviseurs se succèdent entre 1879 et 1922, la durée moyenne d’un provisorat est de 4 ans et 4 mois. À Angers, 26 proviseurs se succèdent entre 1804 et 1891, soit une durée moyenne de 3 ans et 3 mois. Or, dans le même temps, le ministère souhaite stabiliser les proviseurs dans leur lycée, dans l’intérêt de l’établissement et de l’Instruction publique, pour être en mesure de mener une politique d’établissement sur la longue durée, créer des liens avec l’environnement local et susciter la confiance chez des familles, d’autant que chez les principaux concurrents, dans l’enseignement privé catholique, l’habitude a été anciennement prise d’avoir des chefs d’établissement qui se maintiennent sur de longues durées, très souvent au-delà de dix ans voire vingt ans et davantage78. C’est d’ailleurs un des constats effectués par le président de la commission d’enquête parlementaire de 1899 :

  • 79 Alexandre Ribot, La réforme de l’enseignement secondaire, Paris, Armand Colin, 1900, p. 21-22.

« Quand on a trouvé un bon proviseur, il faut lui laisser le temps de gagner la confiance des familles, d’asseoir fortement son autorité morale. Malheureusement on déplace les proviseurs plus souvent que les directeurs des contributions ou les receveurs des postes […]. Comment veut-on que ces hôtes de passage se créent des relations dans le pays, obtiennent la considération et attirent des recrues à l’Université ? »79.

  • 80 AN, F/17/22316/A, dossier Croisy Désiré.
  • 81 AN, F/17/23691/B, dossier François Georges.
  • 82 AN, F/17/22050, dossier Pouthas Jean.
  • 83 AN, F/17/22292, dossier Rohmer Étienne.

28Le ministère semble vouloir aller dans ce sens dans le cadre de sa vaste réforme des lycées au début du XXe siècle. Une disposition du décret de 1902 impose désormais pour les proviseurs l’obligation d’une durée minimale de cinq ans dans un poste avant de pouvoir demander une nouvelle affectation. Une analyse détaillée des nominations provisorales montre bien une évolution de la politique ministérielle à ce moment-là (tableau 2) : les postes de très courte durée, pour deux ans au maximum, ne représentent plus que 19 % de l’ensemble des postes de la période 1900-1914, contre près de 36 % entre 1870 et 1879, plus de 34 % entre 1880 et 1889, et encore 22,1 % dans la décennie 1890. Au contraire, les provisorats de longue durée, au-delà de dix ans, augmentent sensiblement, représentant près de 20 % de l’ensemble des postes entre 1900 et 1914, contre seulement 7,8 % dans la décennie 1870. Les longs provisorats dans les lycées provinciaux deviennent nettement plus nombreux, par exemple ceux de Désiré Croisy80, à la tête du lycée de Rennes entre 1900 et son admission à la retraite en 1917, de Georges François81, à Beauvais de 1913 à 1921, de Jean Pouthas82, à Caen entre 1895 et 1906, ou bien encore d’Étienne Rohmer83, à Montauban entre 1902 et 1915. Cependant, comme habituellement avec le ministère de l’Instruction publique, ses propres règles ne sont pas toujours rigoureusement appliquées. L’obligation de stabilité prévue par le décret de 1902 n’est pas systématiquement respectée. Ainsi, Georges Ferté, proviseur à Amiens, obtient en 1905 le poste qu’il convoitait à Nancy, avec le soutien d’un inspecteur général comme nous l’avons vu plus haut, et alors même que l’année précédente, le directeur de l’Enseignement secondaire lui-même, Élie Rabier, avait répondu sèchement à la demande formulée par le proviseur auprès de son recteur :

  • 84 Il s’agit du 2e alinéa de l’article 4 du décret du 31 mai 1902.
  • 85 AN, F/17/24066, dossier Ferté Georges, note de service du directeur de l’Enseignement secondaire É (...)

« La commission parlementaire d’enseignement et le Parlement lui-même ont exprimé très nettement le désir de voir les chefs d’établissement rester plus longtemps à leur poste lorsqu’ils y avaient réussi. Cet avis est aussi celui de tous les ministres que j’ai vus passer à l’Instruction publique et celle (sic) de tous les membres du Comité. Une disposition formelle du récent décret répond à ce désir84. J’estime que […] M. Ferté n’a rien de mieux à faire que de s’abstenir de toute demande »85.

Tableau 2 : répartition des postes de proviseur en fonction de leur durée et de leur époque

Intervalles des durées des postes
Périodes chronologiques ≤ 2 ans 2,1 à 5 ans 6 à 9 ans 10 à 12 ans ≥ 13 ans
1870 à 1879 35,9 % 40,7 % 15,6 % 3,9 % 3,9 %
1880 à 1889 34,3 % 38,1 % 18,1 % 1,9 % 7,6 %
1890 à 1899 22,1 % 43,1 % 22,9 % 7,3 % 4,6 %
1900 à 1914 19 % 40 % 21 % 11,6 % 8,4 %
  • 86 AN, F/17/21964, dossier Bertagne Auguste, rapport de l’inspecteur général, 12 avril 1887.
  • 87 De même, rappelons que depuis 1913, pour les professeurs, seuls les agrégés peuvent accéder au cad (...)
  • 88 AN, F/17/22275, dossier Gazeau Alexandre.
  • 89 AN, F/17/22104/B, dossier Frétillier Léonce, rapport du recteur de l’académie d’Aix-en-Provence, 2 (...)
  • 90 AN, F/17/22097/A, dossier Blanchet Désiré, notes et propositions du recteur, 29 avril 1891.

29Dans ce système institutionnel, atteindre Paris semble être un véritable « couronnement de carrière », selon une expression de l’inspecteur général Glachant à propos d’Auguste Bertagne86, proviseur à Lyon, qui souhaiterait devenir proviseur dans la capitale. Cela traduit clairement la force d’attraction des lycées parisiens pour les proviseurs, perçus comme le sommet d’une carrière réussie. Au prestige professionnel et à la considération sociale, s’ajoutent un traitement confortable oscillant en moyenne entre 9  000 et 10  000 francs ainsi qu’un logement de fonction avantageux (souvent plus de 200 m² et jusqu’à 500 m² à Henri-IV) au cœur des quartiers prisés de la capitale. Plusieurs proviseurs, quand ils demandent Paris ou Versailles, mettent également en avant des impératifs concernant l’éducation de leurs fils (classes préparatoires, grandes écoles, facultés). La concurrence pour y arriver est rude : chaque année, les postes disponibles se comptent au mieux sur les doigts d’une main, quand il n’y en a pas aucun. Pour beaucoup de proviseurs, l’attente dure de longues années et, bien souvent, n’aboutit jamais. La moyenne d’âge d’accès à un provisorat parisien est de 50 ans. Le mouvement est bloqué car une fois parvenus à Paris, les proviseurs n’en repartent plus. Les durées moyennes d’exercice y sont d’ailleurs sensiblement plus élevées qu’en province : sur l’ensemble du XIXe siècle, la durée moyenne d’un provisorat est de 8 ans à Louis-le-Grand, 8,2 ans à Henri-IV et 8,5 ans à Condorcet. Elle a même tendance à augmenter dans le dernier tiers du siècle : 9,8 ans à Condorcet, 9,5 ans à Henri-IV, 12,1 ans à Louis-le-Grand entre 1870 et 1914. La direction des lycées parisiens connaît ainsi une plus grande stabilité qu’en province : les proviseurs ne sont par exemple que treize à se succéder entre 1802 et 1914 à Condorcet. Le cas de Georges Ferté, déjà vu précédemment, est révélateur : après avoir obtenu son provisorat à Nancy en 1905, il n’y reste que deux ans, nommé au lycée Lakanal en 1907, où il ne se fixe pas davantage, n’y demeurant que deux ans, et donc toujours en contrevenant au décret de 1902. C’est seulement quand il a atteint son objectif, c’est-à-dire un lycée parisien, que, cette fois, il se stabilise : nommé à la tête de Louis-le-Grand en avril 1909, il y demeure vingt ans, jusqu’à son admission à la retraite en 1929. Les lycées parisiens apparaissent par ailleurs comme la chasse gardée des agrégés : en 1916, sur un total de 22 postes de proviseurs, 20 sont occupés par des agrégés87 ; les deux qui ne sont pas agrégés, Achille Canivinq à Carnot et Louis Daux à Lakanal, ont des qualités professionnelles exceptionnelles qui compensent aux yeux du ministère leur absence d’agrégation. Les proviseurs désireux d’accéder à un établissement parisien essaient de mettre en œuvre de véritables stratégies, qu’ils déploient sur toute une carrière, et qui sont d’ailleurs encouragées par le ministère, lequel entérine les habitudes qui sont prises. La stratégie de loin la plus répandue (65 % des cas examinés) consiste, pour un proviseur provincial, à redevenir censeur dans un lycée parisien, ce qui se fait en moyenne à l’âge de 48 ans. C’est ce qu’accomplit par exemple Édouard Kortz, proviseur du lycée de Nancy nommé censeur à Condorcet en 1883, puis proviseur de Janson-de-Sailly dès l’année suivante. Cette stratégie n’est pas nécessairement payante : plusieurs proviseurs redevenus censeurs ne parviennent jamais à être nommés proviseurs d’un lycée parisien. Une seconde possibilité, pour environ 35 % des cas, permet de devenir proviseur à Paris sans repasser par le censorat, mais il s’agit davantage d’un choix de l’administration supérieure que d’une réelle stratégie suivie par le proviseur. Ce sont souvent des proviseurs d’exception, promus rapidement par leurs supérieurs, ainsi Alexandre Gazeau88 nommé proviseur à Versailles en 1893 à 44 ans ou encore Léonce Frétillier, dont la carrière de proviseur, débutée en 1884 au nouveau lycée d’Aix, est exemplaire (carte 4). Ayant enchaîné un total de sept provisorats, progressant régulièrement dans les catégories des lycées, y compris en prenant la direction d’établissements réputés difficiles (Alger en 1889 puis Marseille en 1890), il est nommé proviseur du lycée Voltaire à Paris en 1892, âgé de 43 ans, puis deux ans après à Carnot où il prend sa retraite en 1909. Il n’est pourtant pas agrégé : preuve que le ministère sait, encore une fois, se montrer pragmatique, quand il est manifestement en présence d’un « proviseur de mérite exceptionnel »89. Dans d’autres configurations beaucoup plus rares enfin, un professeur, de préférence agrégé, obtient un censorat directement à Paris. C’est par exemple le cas de Désiré Blanchet, professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée Charlemagne de 1874 à 1889 et célèbre auteur de manuels scolaires, nommé censeur à Condorcet à la rentrée 1889, où il ne reste que trois ans. « Administrateur excellent », « très dévoué », « très habile »90, il est promu dès 1892 à la tête du lycée Louis-le-Grand.

Carte 4 : Léonce Frétillier (1849-1912) : une carrière provisorale exemplaire

Carte 4 : Léonce Frétillier (1849-1912) : une carrière provisorale exemplaire

3. Des cas spécifiques dans les trajectoires des proviseurs ?

  • 91 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 3 : Le recteur, l’Éco (...)
  • 92 AN, F/17/20842, dossier Girard Julien.
  • 93 AN, F/17/20881, dossier Grenier Michel.
  • 94 AN, F/17/20515, dossier abbé Daniel.
  • 95 Paul Gerbod, « Les épurations dans l’enseignement public de la Restauration à la IVe République (1 (...)
  • 96 Louis André, Une fonction rectorale sous tensions. Les recteurs, leurs caractéristiques, leurs act (...)
  • 97 AN, F/17/20622, dossier Doucin François.
  • 98 AN, F/17/20746/A, dossier Fleury Jules.
  • 99 AN, F/17/21377, dossier Mourier Adolphe ; AJ/16/227, dossier Mourier Adolphe.

30L’accès à l’encadrement supérieur, comme inspecteur général ou recteur d’académie, est une situation très rare pour les proviseurs. Les possibilités sont en effet très limitées, et de plus en plus en avançant dans le siècle : la loi de 1854 qui exige désormais le grade de docteur pour devenir recteur, renforcée ensuite sous la Troisième République, ferme largement les portes à ces possibilités d’évolution de carrière. Les recteurs sont en effet de plus en plus massivement recrutés parmi les professeurs de faculté91. C’est l’accès à l’inspection générale qui semble le plus difficile : cela ne concerne que douze proviseurs entre 1802 et 1914, pour l’essentiel jusqu’aux années 1870. Après 1880, ils ne sont que deux, qui en outre n’exercent pas la fonction de manière effective, mais qui y sont nommés au moment de leur départ en retraite, comme inspecteurs généraux « honoraires » : il s’agit de Julien Girard92, proviseur du lycée Condorcet qui accède à la retraite en 1892, et de Michel Grenier93, proviseur du lycée Charlemagne qui prend sa retraite en 1898. Les possibilités semblent a priori plus nombreuses pour l’accès à la fonction rectorale, mais en réalité le phénomène est circonscrit, pour l’essentiel, à la première moitié du XIXe siècle. Ce sont, au total, 90 recteurs d’académie qui sont d’anciens proviseurs, en activité entre 1809 et 1879. Une partie non négligeable de ces recteurs sont des ecclésiastiques, surtout dans la première moitié du siècle, à l’image de l’abbé Daniel94, proviseur du lycée de Caen entre 1827 et 1839 puis recteur de cette même académie jusqu’au 1er mai 1848, date à laquelle il est révoqué95 par le gouvernement de la Deuxième République pour sa résistance ouverte à l’application de la nouvelle politique. Réintégré dans ses fonctions de recteur à Caen dès février 1849, grâce au soutien du « parti de l’ordre », il est nommé inspecteur général en 1852 puis prend sa retraite en 1853. La principale opportunité pour les proviseurs a été l’expérience des rectorats départementaux entre 1850 et 185496, quand chaque département a été érigé en rectorat en application de la loi Falloux, ce qui a fait brutalement augmenter les besoins, notamment en administrateurs zélés devant se comporter avant tout comme des préfets pour réprimer les républicains au sein de l’Instruction publique. Ce sont au total trente-trois proviseurs qui ont été promus recteurs durant cette courte période : ils ne sont que quatorze à être agrégés et six docteurs, la loi n’exigeant qu’une simple licence. La plupart appliquent sans états d’âme la politique réactionnaire et répressive du gouvernement, ainsi François Doucin97, ancien proviseur du lycée de Mâcon entre 1847 et 1850, devenu recteur de l’académie de Saône-et-Loire. L’expérience des « petits recteurs » prend fin en 1854, quand sont recréées seize grandes académies et qu’est imposé le doctorat pour pouvoir accéder à un poste de recteur. La plupart des recteurs départementaux sont alors démis de leur fonction, souvent replacés comme inspecteurs d’académie. Ils ne sont alors qu’une poignée d’anciens proviseurs à être maintenus comme recteurs, les deux derniers étant Jules Fleury98, qui prend sa retraite en 1878, et Adolphe Mourier99 qui la prend en 1879, au moment où les républicains s’emparent des leviers de l’État.

  • 100 La Lanterne, 3 septembre 1883.
  • 101 Ibid., 7 septembre 1883.
  • 102 Ibid., 18 septembre 1883.
  • 103 Ibid., 22 mars 1879.
  • 104 AN, F/17/20515, dossier abbé Daniel, lettre au ministre de l’Instruction publique, 1er avril 1848.
  • 105 AN, F/17/20750, dossier Follioley Léopold, lettre du proviseur au ministre de l’Instruction publiq (...)
  • 106 AN, F/17/21094/B.

31Réalité souvent oubliée ou méconnue, environ 9 % des proviseurs au XIXe siècle portaient la soutane. Il s’agit là d’une autre spécificité dans les trajectoires des proviseurs. Ce sont en effet 108 proviseurs ecclésiastiques qui ont été en activité, le premier dès 1802, jusqu’à la mise à la retraite du dernier d’entre eux en 1898, le très apprécié abbé Follioley. Leur répartition chronologique est cependant très déséquilibrée : plus de 90 % de ces proviseurs exercent entre 1802 et 1830, période véritablement faste où, d’ailleurs, un certain nombre de ces proviseurs deviennent aussi recteurs d’académie. Après 1848, les nouvelles nominations deviennent très rares. Il n’y en a que deux sous la Deuxième République, trois sous le Second Empire et encore trois dans les premières années de la Troisième République. La dernière nomination est celle de Follioley à la tête du lycée de Laval en 1873. Les niveaux de qualification sont plutôt élevés : plus de 95 % d’entre eux sont licenciés et environ la moitié sont docteurs, d’ailleurs pas toujours en théologie. En revanche, les agrégés sont très rares : à peine moins de 0,5 % des proviseurs ecclésiastiques. D’un point de vue géographique, ils sont affectés partout sur le territoire national, mais à partir du milieu du siècle le ministère fait davantage le choix de les envoyer dans les zones réputées conservatrices et cléricales, en particulier un grand quart Nord-Ouest : Caen, Laval, Nantes, Rennes, Coutances… Les proviseurs-prêtres sont aussi nommés là où la concurrence de l’enseignement congréganiste est très forte : c’est ce qui explique par exemple le nombre élevé de proviseurs ecclésiastiques à Rodez ou à Amiens. La question qui se pose pour ces fonctionnaires est celle de leur double appartenance, à la fois à l’Université et à l’Église. Ils ont toujours suscité la méfiance des républicains les plus avancés et de tous les anticléricaux. La Lanterne n’a ainsi cessé de s’élever contre ce qu’elle a toujours considéré « une anomalie »100, contre ces « entricornés »101 et autres « ensoutanés »102, véritables « ennemis dans la place »103. Certes, l’abbé Daniel, dans un courrier en 1848 alors qu’il vient d’être destitué de son poste de recteur, affirme qu’il a « toujours su concilier les devoirs du prêtre avec ceux de l’administrateur »104, mais la suspicion existera toujours. Et parfois aussi du côté des autorités ecclésiastiques, qui peuvent considérer qu’en servant l’État ces prêtres trahissent en quelque sorte leur propre cause. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’abbé Follioley n’a jamais reçu d’évêché, notamment en 1887 quand il s’était porté candidat à celui de Quimper. Lucide, il écrit au ministre Spuller qu’il « passe pour un prêtre libéral » et qu’il n’a « pas suffisamment l’esprit ecclésiastique »105. L’arrivée au pouvoir des républicains à la fin des années 1870 pose la question du maintien des proviseurs ecclésiastiques. Il n’est alors plus question d’effectuer de nouvelles nominations. L’abbé Lausser106, éphémère proviseur à Nevers en 1872-1873 puis inspecteur d’académie au Puy et à Valence, est mis à la retraite d’office en 1878, malgré le soutien personnel de Léon Gambetta ; il a certes de bons états de services, mais le ministère considère qu’il s’est trop compromis au temps de l’« Ordre moral ». Il ne reste alors qu’un seul prêtre encore en fonction, l’abbé Follioley. Non seulement il est maintenu, mais il obtient une promotion en 1886 en devenant le proviseur du lycée de Caen, puis même de celui de Nantes en 1890 ce qui, d’ailleurs, conduit Georges Clemenceau à interpeller lors d’une séance à la Chambre le ministre de l’Instruction publique. Unanimement considéré comme un excellent proviseur, soutenu par d’importantes personnalités républicaines à commencer par Jules Ferry, Follioley a toujours obtenu d’excellents résultats, faisant augmenter considérablement les effectifs de lycées en déclin et arrivant à tenir tête à la concurrence faite par les établissements congréganistes. Fatigué, il demande sa mise à la retraite en 1898, que le ministère s’empresse d’accepter, alors que le contexte politique et social s’alourdit autour de l’Affaire Dreyfus. C’est comme si, à l’aube du XXe siècle et alors que le combat pour la laïcité est sur le point d’être relancé par les républicains les plus avancés, une forme d’incompatibilité idéologique s’était irrémédiablement créée entre l’homme (le prêtre) et la fonction (le proviseur).

  • 107 AN, F/17/21954/A.
  • 108 AN, F/17/23720.
  • 109 AN, F/17/22210.

32Enfin, certains proviseurs – environ 15 % – ont effectué une partie de leur carrière dans l’empire colonial, qui compte sept lycées avant 1914. Ces établissements connaissent fréquemment un problème inverse de celui des lycées métropolitains : leur sur-fréquentation. Les proviseurs sont détachés auprès du ministère du Commerce et de la Marine, et placés sous l’autorité directe du sous-secrétaire d’État aux Colonies – puis du ministre des Colonies à compter de la création d’un ministère de plein exercice en 1894. Le proviseur, à La Réunion et à la Martinique, peut également exercer la fonction de « chef du service de l’Instruction publique », en compensation de l’absence de structures administratives (ni rectorat, ni inspectorat d’académie). Une fonction de vice-recteur a bien été créée en 1880, mais elle est supprimée dès 1895. Cette organisation administrative a pu, un temps, générer des tensions, voire des conflits. À La Réunion au début des années 1890, la situation est devenue critique entre Joseph Le Goff107, proviseur du lycée de Saint-Denis depuis 1883, et le vice-recteur sous l’autorité duquel il est placé ; or, ce vice-recteur était précédemment professeur dans le lycée dirigé par Le Goff… Le sous-secrétaire d’État aux Colonies demande instamment et obtient de son collègue à l’Instruction publique, en 1891, le rappel des deux fonctionnaires en métropole, mais sans le faire apparaître comme une disgrâce. Le Goff est nommé proviseur du lycée de Lille. Outre l’aspect financier, les rémunérations étant majorées, un provisorat aux colonies peut constituer un accélérateur de carrière, d’autant que les candidats à l’aventure coloniale ne se bousculent pas plus que dans les autres ministères. Georges Port108, après son provisorat réussi à Alger entre 1902 et 1906, parvient ainsi à accéder au cadre parisien en devenant censeur au lycée Janson-de-Sailly. Pour d’autres, les colonies permettent de réaliser une grande partie de leur carrière, en étant promus sur place. C’est le cas de Jean Rolland109, chargé de cours en lettres au lycée de Pointe-à-Pitre pendant onze ans, avant d’en devenir le proviseur en 1901. Nommé directeur de l’Enseignement secondaire de la Martinique après la catastrophe de mai 1902 qui a entièrement détruit Saint-Pierre et son lycée, il est chargé du transfert de l’établissement à Fort-de-France, qui rouvre ses portes et dont il est nommé proviseur. Il y reste jusqu’à sa retraite en 1912.

III. Le proviseur en action : un homme de terrain à l’interface entre le local et le national

  • 110 AN, F/17/20932, rapport de l’inspecteur général, Douai, 30 juin 1895 (extraits).
  • 111 Pris dans son acception la plus large, ce phénomène de longue durée désigne l’éveil des Français à (...)

33« Vraiment proviseur » et « chef de la maison »110 comme l’écrit un inspecteur général à propos de Jules Harter, proviseur du lycée de Douai entre 1893 et 1895, le proviseur assume toute la diversité de sa fonction au quotidien, faisant de lui un homme de terrain en interaction avec une grande pluralité d’acteurs – à toutes les échelles – et face à des enjeux majeurs, par exemple ceux de la politisation111 et de la laïcisation au temps de la Troisième République.

1. Un sacerdoce quotidien : le proviseur au travail

  • 112 AN, F/17/20511, dossier Dalimier Jules.
  • 113 Propos recueillis par Jacques Delmas, Histoire du lycée de Marseille, 1898, p. 70.
  • 114 AN, F/17/22609/A, dossier Coussé Michel, notes et propositions du recteur, 20 avril 1912.
  • 115 AN, F/17/22160/A, dossier Croiset André, notes et propositions du recteur, 27 avril 1908.
  • 116 AN, F/17/22563/A, dossier Demange Camille, notes et propositions du recteur, mai 1916.
  • 117 Ibid., notes et proposition du recteur, 1918.
  • 118 AN, F/17/20417, dossier Chevillard Lucien, rapport de l’inspecteur général, Angoulême, juin 1886.
  • 119 Philippe Savoie, « Financement et modèle économique. Les lycées et collèges en France au XIXe sièc (...)

34« C’est un sacerdoce » n’hésite pas à dire Jules Dalimier112, proviseur du lycée de Marseille entre 1884 et 1889, à un de ses amis113, pour qualifier sa fonction. Il est vrai que le proviseur, dès les origines, doit avoir « la haute surveillance sur toutes les parties du service du lycée » comme le précise une instruction de 1812, ce qui, par définition, conduit à un travail presque sans fin. C’est d’ailleurs une constante dans les évaluations par les supérieurs hiérarchiques : l’abnégation et l’entier dévouement à son lycée et à sa fonction participent au modèle du « bon » proviseur qui parcourt tout le XIXe siècle. Le recteur de l’académie de Lyon n’hésite pas à parler d’un « proviseur modèle, s’occupant de tout »114 pour désigner Michel Coussé, proviseur du lycée de Roanne entre 1904 et 1922. Quant à André Croiset, proviseur du lycée de Tarbes entre 1902 et 1910, « il ne vit que pour son lycée »115. Le proviseur doit veiller à tout, sa responsabilité étant systématiquement engagée : recrutement des élèves, organisation pédagogique, gestion et évaluation du personnel, gestion budgétaire et comptable, restauration, travaux, relations avec les familles, contacts avec les autorités locales, liens avec le recteur et l’inspecteur d’académie, etc. C’est d’autant plus difficile lorsque le proviseur est mal secondé, ainsi Camille Demange à Aix : « tâche écrasante avec un économe incapable et un surveillant général médiocre »116 ; deux ans plus tard, le proviseur est toujours « surmené » à cause de « son déplorable économe [qui] lui rend la vie difficile en l’obligeant à tout voir de près »117. La gestion économique et financière, à laquelle les proviseurs sont peu voire ne sont pas du tout formés, est un élément important, mais qui donne rarement satisfaction aux autorités. Celles-ci n’hésitent pas au contraire à souligner des compétences avérées lorsqu’ils les trouvent chez quelques rares proviseurs : « la gestion économique est surveillée par lui avec soin et compétence » se félicite un inspecteur général en 1886 à propos de Lucien Chevillard, proviseur du lycée d’Angoulême118. À la fin du XIXe siècle, la plupart des proviseurs se plaignent d’un carcan administratif dans lequel le ministère, selon eux, les enfermerait de plus en plus. C’est du moins ce qui ressort largement de l’enquête de 1899, durant laquelle nombre de recteurs, inspecteurs, proviseurs ou encore professeurs ont apporté leurs témoignages. Il ne faut cependant pas sous-estimer le probable effet de source auquel l’historien est inévitablement confronté avec ces témoignages, en particulier ceux des proviseurs qui ont manifestement profité de la possibilité inédite qui leur était offerte d’exprimer publiquement leur désarroi face à l’ampleur des tâches administratives. La grande réforme de 1902 est donc aussi destinée à libérer l’initiative des proviseurs et à assouplir leur travail administratif, pour leur dégager le temps nécessaire à la réaffirmation de leur mission éducative et pédagogique. L’autonomie financière des lycées, colonne vertébrale de la réforme, est appliquée par étapes entre 1903 et 1908119. La réforme aboutit également à la création du conseil d’administration, dont le proviseur est membre de droit aux côtés de l’inspecteur d’académie, du préfet et du maire. Les effets administratifs de la réforme demeurent toutefois mitigés.

  • 120 Jean-Michel Chapoulie, L’école d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Ren (...)
  • 121 AN, F/17/22509/A, dossier Rossignol Jules, rapport de l’inspecteur général, Caen, 5 mars 1912.
  • 122 Le mot est déjà utilisé au XIXe siècle par les acteurs de l’Instruction publique.
  • 123 AN, F/17/21026, dossier Kortz Édouard, rapport du vice-recteur, 15 juin 1890.

35La première de toutes les tâches incombant aux proviseurs est sans nul doute d’assurer le recrutement des élèves, d’autant que partout sur le territoire la concurrence de l’enseignement congréganiste est rude tout au long du XIXe siècle, avec même une accentuation à la fin du siècle. Leurs supérieurs attendent d’eux une capacité à faire face à cette concurrence en maintenant les effectifs de leur lycée et, si possible, en les faisant augmenter. C’est même un critère principal dans l’évaluation de la réussite ou non de leur mission, ce qui revient dans pratiquement tous les dossiers des proviseurs. Les effectifs deviennent alors le critère principal à l’aune duquel c’est tout l’état de santé du système d’enseignement public qui est en quelque sorte jugé, comme y a insisté, de manière éclairante, Jean-Michel Chapoulie120. Quand les effectifs baissent de manière sensible ou durable, les autorités s’en alarment rapidement et mettent en cause la responsabilité du proviseur. Cela peut aussi devenir un motif de déplacement, ainsi pour Jules Rossignol, proviseur du lycée de Caen, qui est déplacé en 1912 après un avis de l’inspection générale qui lui reproche de ne pas avoir « réussi à Caen »121, où le nombre d’élèves diminue chaque année. Établir et maintenir le contact avec les familles, recevoir les parents pour les informer ou désamorcer des conflits, mais aussi faire réussir les élèves aux examens et aux concours (et le faire savoir !), faire preuve de souplesse et même de « bienveillance »122, participent d’un même processus visant à pérenniser dans le temps les effectifs d’un lycée. Le vice-recteur de Paris reproche par exemple à Édouard Kortz, proviseur du lycée Janson-de-Sailly, « un peu de brusquerie avec les familles »123.

  • 124 AN, F/17/20921/A, dossier Habay Charles, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 20 mai  (...)
  • 125 AN, F/17/22098/B, dossier Caillet Édouard, rapport de l’inspecteur général, 14 juin 1904.

36Le travail du proviseur s’incarne aussi au quotidien dans un lieu emblématique à l’intérieur du lycée, le cabinet. Lieu de travail, c’est aussi un outil de communication à l’intérieur de l’établissement et surtout avec l’extérieur. Les autorités supérieures de passage dans les lycées, en particulier les inspecteurs généraux, recommandent régulièrement aux proviseurs d’y être très attentifs. Les cabinets des proviseurs figurent souvent en bonne place dans les brochures de présentation des lycées et même dans les cartes postales représentant les établissements, particulièrement au début du XXe siècle. Reproduisant le modèle du salon bourgeois, propice à accueillir les notabilités locales, son agencement correspond à une forme de mise en scène. Le proviseur doit cependant éviter de trop y demeurer au risque de s’y enfermer : alors que Charles Habay, proviseur à Lons-le-Saunier, a « de l’aptitude au travail de cabinet »124, ce qui n’est pas nécessairement un compliment de la part de son inspecteur d’académie, au contraire Édouard Caillet, proviseur du lycée de Chartres, dont son inspecteur général déclare qu’il est « un proviseur comme [il] les aime », qui « ne s’enferme pas dans son cabinet pour élaborer des théories pédagogiques »125.

  • 126 Michel Bréal, Quelques mots sur l’instruction publique en France, Paris, Hachette, 1872, p. 295.
  • 127 AN, F/17/20511, dossier Dalimier Jules, notes et propositions du vice-recteur, 15 juin 1891.
  • 128 Loïc Le Bars, Les professeurs du silence : maîtres d’études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au (...)
  • 129 Henry Michel, Notes sur l’enseignement secondaire, Paris, Hachette, 1902, p. 47.
  • 130 Enquête…, op. cit., t. 2, p. 534.
  • 131 AN, F/17/20866, dossier Grasset Jean (proviseur du lycée d’Alger), notes et appréciations du recte (...)
  • 132 AN, F/17/20006, dossier François Nicolas, rapport des inspecteurs généraux, Besançon, 19 avril 188 (...)

37« Chef suprême de la maison »126, fonctionnaire d’autorité, le proviseur s’impose aussi comme le supérieur hiérarchique de l’ensemble du personnel du lycée. Des qualités en gestion de ressources humaines sont déjà attendues de la part des chefs d’établissement au XIXe siècle. Jules Dalimier, proviseur du lycée Michelet entre 1889 et 1893, est ainsi loué par le vice-recteur de l’académie de Paris, car il « sait manier les hommes »127. Les rapports des proviseurs sont cependant complexes avec les maîtres d’études (appelés ainsi jusqu’en 1853) puis les répétiteurs128, sur lesquels ils possèdent pendant plusieurs décennies un droit de nomination et de licenciement, ce qui leur vaut d’ailleurs des attaques régulières dans La Réforme universitaire, la revue officielle des répétiteurs « où un certain nombre de maîtres répétiteurs ont pris depuis quelques années la douce habitude de diffamer, à tort et à travers, les administrateurs qui leur déplaisent »129. Le décret du 8 janvier 1887 améliore le statut des répétiteurs et les soustrait au pouvoir des proviseurs, ce dont d’ailleurs plusieurs d’entre eux se plaignent devant la commission d’enquête de 1899, ainsi Édouard Kortz, proviseur du lycée Montaigne depuis 1891 : « Le personnel était dans la main du proviseur ; aujourd’hui il est immobilisé »130. Mais c’est sans doute avec les professeurs que les relations sont les plus complexes, car ces derniers forment souvent « un personnel nombreux et chatouilleux »131 selon ce recteur en poste à Alger. À Besançon, le proviseur Nicolas François est félicité, car il « traite les professeurs avec une affabilité qui n’exclut pas la fermeté, et il a su gagner leur confiance »132.

  • 133 AN, F/17/22097/A, dossier Blanchet Désiré, « décoration de la Légion d’honneur, présentation de M. (...)
  • 134 AN, F/17/22615/A, dossier Fleureau Alphonse.
  • 135 AN, F/17/21108, dossier Lecadet Hyacinthe.

38Le proviseur doit également être capable d’entretenir de bonnes relations avec son collaborateur le plus proche c’est-à-dire son censeur, d’autant qu’avec l’inflation des tâches administratives et l’importance des enjeux éducatifs ce duo qui ne s’est pas choisi est condamné à s’entendre. C’est ce qui arrive la plupart du temps, ce dont se félicitent souvent les proviseurs eux-mêmes, ainsi Julien Girard, proviseur du lycée Condorcet depuis 1878, qui indique que son jeune censeur, Désiré Blanchet, « prête un concours intelligent et dévoué à M. le Proviseur »133. Le proviseur peut aussi être temporairement remplacé par son censeur, ainsi au lycée du Mans en 1892, quand le censeur Alphonse Fleureau134, avec l’accord du recteur, assure l’intérim de Hyacinthe Lecadet135, gravement malade et absent durant plusieurs semaines. Les tensions sont rares, mais certes pas inexistantes. Les autorités s’en émeuvent toujours, car cela peut avoir de fâcheuses répercussions sur le fonctionnement du lycée et son attractivité auprès des familles. Les situations se règlent assez facilement, au besoin en trouvant un provisorat au censeur ou en promouvant le proviseur vers un autre établissement.

2. Le proviseur dans la société locale : une notabilité sous contrôle

  • 136 AN, F/17/22511/A, dossier Sarazin Charles, rapport de l’inspecteur général, Besançon, 3 mars 1918.
  • 137 Le Balai. Journal indépendant, 8 août 1895 (article anonyme).
  • 138 AN, F/17/22164, dossier Garnier Noël.
  • 139 Journal du Cher, 27 décembre 1900 (article anonyme).
  • 140 Cette thématique a fait l’objet d’études récentes pour d’autres catégories de fonctionnaires, ains (...)
  • 141 AN, F/17/23968, dossier Barat Emmanuel, rapport de l’inspecteur général, 16 novembre 1920.
  • 142 AN, F/17/22098/B, dossier Caillet Édouard, rapport de l’inspecteur général, 14 juin 1908.
  • 143 AN, F/17/22160/A, dossier Croiset André, rapport de l’inspecteur général, juin 1896.
  • 144 AN, F/17/22911, dossier Heurtel Armand, rapport du recteur de l’académie de Poitiers au ministre d (...)

39Représentant de son lycée et plus largement de l’État, le proviseur apparaît, à l’échelle locale, comme un notable, en permanence en représentation, toujours perçu par le reste de la société comme « monsieur le Proviseur ». Il doit être, comme le dit un inspecteur général à propos de Charles Sarazin, proviseur à Besançon, « un des hommes marquants »136 de la localité, capable de faire preuve de suffisamment d’habileté pour nouer et entretenir des relations avec les autorités locales. La société locale se montre même exigeante : la lecture de la presse quotidienne régionale, qui connaît un fort développement à partir des années 1860, montre un réel attachement de la population et des notables à « leur » lycée, élément à part entière de l’identité civique. Ce qui est craint par-dessus tout, c’est une mauvaise réputation à cause d’une défaillance du proviseur. À Angoulême, une feuille locale explique ainsi que « la cause principale de la décadence du lycée, c’est le manque de prestige de son proviseur »137. À Bourges, un journal très marqué à gauche surnomme le proviseur du lycée, Noël Garnier138, « M. le Parfait Gaffeur », rapportant régulièrement « ses gaffes, ses indiscrétions, sa conversation nulle »139 dans les dîners en ville. Mais dans ce type d’attaque, souvent anonyme, il faut aussi envisager la possibilité d’une vengeance d’un ancien répétiteur ou d’un ancien professeur. Les autorités supérieures sont d’ailleurs attentives à la tenue et à la distinction du proviseur, ce qui passe d’abord par l’apparence physique : environ 20 % des appréciations professionnelles au cours du XIXe siècle y font directement allusion140. Si Emmanuel Barat, proviseur du lycée de Douai, possède une « réelle élégance d’allure » grâce à sa « silhouette d’officier »141, en revanche Édouard Caillet, à Chartres, est « alourdi par sa corpulence plus encore que par son âge »142, tandis que pour André Croiset, à Bourg-en-Bresse, « son allure, sa voix, ses moustaches démesurées, causent à première vue une impression qui pourrait être plus avantageuse »143. Beaucoup plus rarement – cela concerne seulement environ 2 % des dossiers analysés – l’épouse du proviseur apparaît au détour d’une appréciation, surtout chez les recteurs qui se montrent encore davantage sensibles à la notabilité locale que les inspecteurs généraux. Ainsi, à Châteauroux, la femme du proviseur Heurtel apparaît comme « une femme de très bonne compagnie et bien élevée »144.

  • 145 AN, F/17/25930, dossier Bos Pierre, rapport du recteur de l’académie de Caen au ministre de l’Inst (...)
  • 146 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie de l’Eure au recteur, 26 mai 1888 (extrait).

40Autant dire que l’Instruction publique goûte fort peu les comportements inappropriés qui peuvent durablement affaiblir l’image du lycée de la localité. De ce point de vue, le cas de Pierre Bos, proviseur du lycée d’Alençon de 1885 à 1888, venu à Évreux le vendredi 25 mai 1888 pour prendre possession de son nouveau poste, constitue un cas extrême. Comme l’écrit le recteur, « il commettait de telles excentricités, il tenait des propos si inconvenants aux élèves, aux maîtres, aux professeurs, aux gens de service que l’on pouvait se demander s’il jouissait de toute sa raison »145. Témoin pendant plusieurs heures du naufrage du proviseur, le censeur livre un témoignage détaillé auprès de l’inspecteur d’académie, accouru sur place en fin d’après-midi. Probablement ivre en sortant de son hôtel, « il a mis trois quarts d’heure à faire une route qui demande cinq minutes »146, se donnant en spectacle auprès des passants et importunant l’épouse d’un général qui passait par là. Sa traversée du lycée en compagnie d’un censeur très digne le conduit tour à tour à insulter des enseignants, à interrompre des cours et à faire des promesses aussi saugrenues que déplacées à des élèves et à des personnels de service. Le censeur raccompagne ensuite le proviseur jusqu’au restaurant de l’hôtel, où il le laisse en compagnie d’une bouteille de cidre. Les deux hommes se retrouvent le soir même à la gare, où Bos traîne une valise ouverte d’où tombent toutes ses affaires. Il a sans doute été victime d’une crise de nature cérébrale (le préfet comme le recteur certifient que le proviseur n’est pas alcoolique). Le ministre décide immédiatement d’annuler sa nomination ; ne donnant plus de ses nouvelles à ses supérieurs, le proviseur est mis à la retraite d’office, alors âgé de 56 ans.

  • 147 AN, F/17/20860.
  • 148 AN, F/17/20877/A.
  • 149 AN, F/17/23267.
  • 150 AN, F/17/20833/B ; F/17/13113 ; AJ/16/1104.
  • 151 AN, F/17/20079/A.
  • 152 AN, F/17/20739.
  • 153 AN, F/17/21640/A.
  • 154 AN, F/17/22097/A ; AJ/16/960.
  • 155 AN, F/17/16755. Pétainiste convaincu appliquant sans sourciller jusqu’à la Libération la politique (...)

41Les proviseurs sont avant tout des notables intellectuels et évoluent dans le petit monde de l’Instruction publique. Ils sont environ un tiers, pour l’ensemble du XIXe siècle, à s’impliquer dans des activités culturelles et intellectuelles, notamment en adhérant à des sociétés savantes, par exemple Henri Gossin147 membre de la Société de géographie à Lille, Jean Grasset148 membre de la « Société des sciences et des lettres » de Rodez ou bien encore Paul Courcout149 président en 1879 de la Revue des études grecques. Par ailleurs, à l’échelle de l’Instruction publique, il n’est pas rare de voir des liens de parenté, ainsi Antoine Gidel150, gendre d’un ancien proviseur du lycée Louis-le-Grand (Jean-Baptiste Jullien) et beau-frère d’un professeur au lycée de Vanves, ou bien encore Albert Bance151, proviseur du lycée de La Roche-sur-Yon où il décède en 1896, gendre d’un autre proviseur, Charles Fierville152. D’autres proviseurs peuvent, quant à eux, connaître personnellement et amicalement des membres de l’encadrement supérieur. Le proviseur Victor Bronville153 est ainsi un ancien camarade de promotion à l’École normale supérieure de l’inspecteur général Charles Vacquant. En décembre 1892, Désiré Blanchet154, proviseur de Louis-le-Grand, invite à l’opéra Élie Rabier et son épouse. Les fils des proviseurs peuvent eux-mêmes connaître une ascension professionnelle au sein de l’Instruction publique, ainsi Gilbert Gidel, fils cadet d’Antoine Gidel né en 1880, qui devient professeur à la faculté de droit de Paris puis recteur de l’académie de Paris en 1941155.

  • 156 AN, F/17/7566, dossier Bon Joseph, rapport de l’inspecteur général au gouverneur de l’île de La Ré (...)
  • 157 AN, F/17/20503/A, dossier Crozals Jacques, lettre du préfet du Vaucluse au proviseur, 10 juin 1871

42Cette position de personnalité publique, crée donc une forme de devoir de réserve pour les proviseurs, qui pose la question de leurs liens avec le pouvoir politique au sens large. « Le chef du lycée doit être l’homme de toutes les familles et ne doit pas se trouver mêlé aux luttes politiques »156 : cette sévère semonce d’un inspecteur général, adressée à Joseph Bon, proviseur du lycée de Saint-Denis à La Réunion qui vient d’entrer au conseil municipal, résume parfaitement une des préoccupations constantes des autorités supérieures. Il faut toutefois distinguer plusieurs périodes dans ce long XIXe siècle dont une des caractéristiques majeures est la politisation de la société française. Sous les régimes autoritaires, c’est-à-dire pour l’essentiel jusqu’au milieu des années 1870, comme pour tous les autres fonctionnaires d’autorité, la prise de position en faveur du régime en place et de sa politique réactionnaire est fortement appréciée. C’est particulièrement vrai dans la première moitié des années 1870, dès 1871 avec Thiers puis avec l’Ordre moral entre 1873 et 1876. Le préfet du Vaucluse félicite ainsi Jacques Crozals, proviseur du lycée d’Avignon, de « préparer au pays qui en a si besoin une génération de bons chrétiens et de bons citoyens »157.

  • 158 Plus de 80 % des inspecteurs d’académie sont mutés.
  • 159 AN, F/17/20976/B, dossier Husson Léon, rapport de l’inspecteur général, Chaumont, juin 1880.
  • 160 AN, F/17/25914, dossier Sirguey Marie, notes et propositions du recteur, 29 avril 1913. Le passage (...)

43L’arrivée au pouvoir des républicains modifie cependant sensiblement le contexte pour les proviseurs à partir de la fin des années 1870. Contrairement à l’encadrement supérieur, et même à l’inspectorat d’académie158 qui sont très touchés par une épuration de grande ampleur dans les années 1878 à 1880, pour les proviseurs il n’en est rien. Avec le retour des libertés individuelles, il ne s’agit plus de réprimer des idées politiques, mais de faire preuve de mesure et de retenue, conformément à la philosophie « opportuniste » d’une République qui sait se montrer modérée. Une trop forte exposition aux débats politiques, même de manière indirecte, est ainsi rarement appréciée en haut lieu, car elle peut avoir de fâcheuses conséquences pour le lycée et son image. Les proviseurs qui fréquentent trop assidûment des lieux hautement politisés comme le café ou le cercle sont rappelés à l’ordre, ainsi Léon Husson, proviseur du lycée de Chaumont entre 1873 et 1883, qui « va au cercle et, là, se donne une liberté d’allure qui n’est pas du goût de tout le monde »159. À Tournon, au début du XXe siècle, c’est le proviseur Marie Sirguey qui suscite l’agacement de son recteur, car « on lui reproche de trop parler en dehors de son service, surtout au cercle […] entre deux apéritifs ou davantage »160.

  • 161 La laïcité républicaine et ses liens avec l’École est un champ de recherches dynamique, d’autant q (...)
  • 162 AN, F/17/21954/A, 22 août 1891 (extrait).
  • 163 AN, F/17/20866, dossier Moulun François, rapport des inspecteurs généraux, Tours, mai 1890.
  • 164 AN, F/17/22252, dossier Fournier Henri, notes et appréciations de l’inspecteur d’académie, 27 avri (...)
  • 165 AN, F/17/20459.
  • 166 La Lanterne, 1er juin 1893.
  • 167 La Lanterne, 16 juillet 1903.
  • 168 AN, F/17/22464/A, dossier Aubril Luc, note manuscrite, 26 octobre 1903.

44La républicanisation de l’État a aussi pour effet de faire des proviseurs des agents de la diffusion de la culture républicaine à partir des années 1880, en particulier dans un des domaines essentiels de cette culture, celui de la laïcité161. Les républicains se montrent à la fois réalistes, pragmatiques et modérés, et recherchent avant tout des proviseurs sachant faire preuve de tact, pour ne pas effrayer les familles modérément républicaines. Quand le sous-secrétaire d’État aux Colonies écrit à son collègue de l’Instruction publique pour lui décrire le profil idéal du futur proviseur du lycée de Saint-Denis à La Réunion pour la rentrée 1891, il indique notamment qu’il devra « être doué d’un esprit de conciliation et de mesure indispensable dans un pays où l’œuvre de la laïcisation, à peine commencée, rencontre peut-être plus d’obstacles que partout ailleurs »162. L’enjeu pour l’État est de faire face à la concurrence acharnée que lui livrent les institutions congréganistes, qui ont un savoir-faire éprouvé pour attirer à elles les familles, alors que deux inspecteurs généraux ne peuvent que constater que « presque tous les établissements d’enseignement secondaire que nous avons visités sont en décadence »163, jugement corroboré par beaucoup d’autres rapports au cours des décennies 1890 et 1900. Autant dire que, sur le terrain, les proviseurs efficaces sont loués par leur hiérarchie, ainsi Henri Fournier qui, à Cahors dans les années 1900, « est capable de lutter avec succès contre une concurrence congréganiste »164. Tandis qu’ils peuvent faire l’objet d’un déplacement quand leur action n’est jugée pas assez ferme, ainsi Gustave Condé165 qui, à la rentrée 1879, est déplacé du lycée de Lorient vers celui de Montauban pour son incapacité à tenir suffisamment tête aux établissements jésuites de la région ; sans compter que le recteur doute de la réalité de ses sentiments républicains… La modération et la prudence dont font preuve la grande majorité des proviseurs n’est toutefois pas du goût des républicains les plus avancés, à la pointe du combat anticlérical et prompts à dénoncer, d’ailleurs souvent de manière abusive et calomnieuse, les proviseurs « réactionnaires et cléricaux », selon une formule stéréotypée largement diffusée dans la presse nationale et locale. D’après La Lanterne, « toute la catégorie des administrateurs : recteurs, inspecteurs, proviseurs, censeurs, tous, neuf fois sur dix, sont d’un cléricalisme à offusquer Jules Simon lui-même »166. Revient souvent l’idée que l’État ne peut pas faire confiance aux proviseurs dans son entreprise de laïcisation républicaine car « plus de la moitié des proviseurs des lycées sont de parfaits calotins et s’emploient de leur mieux à cléricaliser la jeunesse qu’on leur confie »167. C’est au cours de la décennie 1900 que les proviseurs sont les plus fréquemment attaqués, voire diffamés, en particulier dans ce « Midi rouge » qui effraie tant les républicains modérés. À Montauban, La Dépêche du 18 août 1902, proche des radicaux-socialistes, se réjouit de la mutation du proviseur André Croiset, à « l’esprit clérical et rétrograde », vers le lycée de Tarbes. À Tulle, le proviseur Luc Aubril est attaqué par la presse locale qui le considère comme un « clérical ». L’affaire est prise très au sérieux en haut lieu ; une note manuscrite du cabinet du ministre indique : « Demande enquête pour attitude politique de M. Aubril vis-à-vis des professeurs républicains »168. L’enquête administrative innocente le proviseur, mais face à la campagne de presse locale et à la vive hostilité de quelques professeurs, l’administration centrale préfère le déplacer lors du mouvement du printemps suivant, mais pour un poste plus important pour ne pas laisser croire qu’il s’agirait d’une sanction : il est nommé proviseur du lycée de Valenciennes en mars 1904.

3. Le proviseur, un éducateur comme les autres ?

  • 169 Expression utilisée par un inspecteur général pour désigner Anatole Morlet, proviseur du lycée de (...)
  • 170 AN, F/17/22280, dossier Lagniel Ernest, proviseur du lycée de Rochefort de 1902 à 1909, rapport de (...)
  • 171 AN, F/17/24178, dossier Bellé Henri, proviseur du lycée de Caen de 1911 à 1916, notes et propositi (...)
  • 172 Instruction [du grand-maître de l’Université impériale, Fontanes, aux recteurs] concernant l’espri (...)
  • 173 AN, F/17/23011, dossier Munier Nicolas, notes et propositions du recteur, 9 juillet 1885.

45Idéalement « éducateur éprouvé »169, qui « aime son métier et s’intéresse aux enfants »170, qui « les connaît à fond »171, le proviseur est aussi un éducateur, et même un pédagogue, mission qui d’ailleurs est présente dès l’époque napoléonienne : s’adressant aux recteurs, le grand-maître de l’Université, Fontanes, indiquait ainsi dès 1812 qu’il s’estimerait « heureux de penser qu’il n’est pas un seul lycée, un seul collège où les chefs, toujours présents, n’aient sans cesse les yeux ouverts sur leurs élèves »172. Les proviseurs revendiquent eux-mêmes ce rôle, et les autorités s’y montrent aussi très attachées. L’incapacité à s’impliquer dans le développement pédagogique de l’établissement et dans l’éducation des jeunes est toujours sévèrement jugée, ainsi de la part de ce recteur à propos de Nicolas Munier, proviseur du lycée de Toulouse entre 1878 et 1887 : « M. Munier est un bon proviseur au point de vue de l’administration et de la discipline. Il n’est pas et ne sera jamais un éducateur »173. Au contraire, d’autres proviseurs semblent sortir du lot par leur capacité remarquable en la matière, ainsi Charles Sarazin, proviseur du lycée de Besançon entre 1906 et 1919 :

  • 174 AN, F/17/22511/A, dossier Sarazin Charles, rapport de l’inspecteur général, Besançon, 3 mars 1918. (...)

«  M. Sarazin a été et est encore un remarquable proviseur dans toute la force du terme. Travailler pour la patrie, c’est-à-dire préparer les élèves à être plus tard des hommes vigoureux, instruits et conscients de leurs devoirs, tel est l’idéal que le proviseur Sarazin a toujours eu en vue, et cet idéal, il l’a poursuivi avec tant de sincérité, de conviction et de ténacité, qu’il a fini par rallier à son œuvre tous les fonctionnaires qui ont appartenu au lycée de Besançon. […] Pensant avec raison que l’influence du lycée sur les élèves serait d’autant plus profonde que ceux-ci se trouveraient dans un cadre plus confortable et plus luxueux ; que, d’ailleurs, il importait de les habituer dès l’enfance au culte de l’ordre, de la propreté et de l’hygiène, il a entrepris systématiquement la transformation des vieux bâtiments du lycée en locaux clairs, ornés, bien aérés, et pourvus d’un matériel scolaire moderne en chêne nu ciré accommodé à l’âge des enfants. […] Les surveillants reçoivent des instructions écrites où doit s’exercer leur action, sur la surveillance du travail des élèves qui est, chaque jour, minutieusement réglée. […] Jamais le proviseur Sarazin n’entre dans une étude sans y donner un conseil utile sur l’hygiène, la morale sociale ou le patriotisme. C’est un véritable éducateur »174.

  • 175 AN, F/17/22097/A.
  • 176 AN, F/17/21108, dossier Lecadet Hyacinthe, rapport des inspecteurs généraux, Le Mans, mai 1885.
  • 177 AN, F/17/20770, dossier Francolin Alexandre, rapport de l’inspecteur général, Coutances, 20 mai 18 (...)
  • 178 AN, F/17/22609/A, dossier Coussé Michel, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 4 avril (...)
  • 179 AN, F/17/22167, dossier Guigon Louis, rapport de l’inspecteur général, Marseille, 23 avril 1904.
  • 180 AN, F/17/22115/A, dossier Morlet Anatole, rapport des inspecteurs généraux, avril 1905.

46Très souvent anciens professeurs, souvent agrégés, les proviseurs ont indiscutablement des compétences didactiques et pédagogiques. Ils sont environ 20 % de l’ensemble des proviseurs à avoir publié des ouvrages pédagogiques quand ils étaient professeurs. Désiré Blanchet175 (1844-1919), agrégé d’histoire-géographie (1867), proviseur du lycée Condorcet à Paris entre 1895 et 1909, est par exemple un auteur prolifique de manuels scolaires, dont beaucoup sont rédigés avec son ami – et futur gendre – Jules Toutain (1865-1961), normalien et agrégé d’histoire comme lui mais qui mène une carrière dans le supérieur en tant que professeur à l’ENS. Les manuels « Blanchet-Toutain » forment à l’histoire des générations entières d’écoliers et de lycéens et assurent à leurs auteurs une réelle notoriété. Certains, certes beaucoup plus rares, le font encore quand ils sont proviseurs, ainsi Hyacinthe Lecadet, agrégé de grammaire, au Mans, qui « compose un manuel de méthodologie comparée »176. Les proviseurs doivent nécessairement avoir des compétences de nature pédagogique, d’abord parce qu’ils sont au contact quotidien des classes et des élèves, et qu’ils sont chargés, en collaboration avec le censeur, du contrôle du travail des classes et donc de celui des professeurs. Ainsi, Alexandre Francolin, proviseur du lycée de Coutances entre 1878 et 1887, « aime à contrôler les corrections des professeurs »177, tandis qu’au lycée de Roanne entre 1904 et 1922 « M. Coussé a le plus grand souci de l’éducation et du travail des élèves »178. Mais aussi parce qu’ils sont chargés de faire appliquer les réformes de l’enseignement, notamment celle de 1902. Louis Guigon, proviseur du lycée de Marseille entre 1895 et 1905, a ainsi « compris l’importance et l’utilité des réformes apportées à l’enseignement secondaire par le nouveau plan d’études »179. Les proviseurs peuvent également avoir un rôle d’impulsion en suscitant des formes d’innovation pédagogique. La fin du XIXe siècle est notamment marquée par un développement important de la pratique sportive dans les lycées, accompagné par plusieurs proviseurs convaincus du rôle éducatif du sport. C’est par exemple le cas du proviseur Anatole Morlet, ami personnel du baron Pierre de Coubertin, qui « se préoccupe avec goût des exercices physiques qu’il va développer »180.

  • 181 Jules Gautier, « Chronique », art. cit., p. 143.
  • 182 AN, F/17/20795, dossier Gardienet François, notes et propositions du recteur, juin 1883.
  • 183 La Lanterne, 8 octobre 1904.
  • 184 Circulaire du 27 septembre 1872 du ministre Jules Simon.
  • 185 Circulaire du 13 octobre 1881 et décret du 10 octobre 1882.
  • 186 AD des Bouches-du-Rhône, 1 T 1408 (période 1894-1896) et 1 T 1409 (période 1896-1903).

47Cependant, dans leur rôle pédagogique et éducatif qu’eux-mêmes revendiquent, les proviseurs pénètrent sur un terrain que gardent jalousement les professeurs. Ces derniers tendent à refuser de reconnaître au proviseur la moindre parcelle de compétence éducative, encore moins pédagogique, ce qui est de notoriété publique : « Il est des professeurs qui considèrent la présence du proviseur dans leur classe comme un abus. Maîtres de leur enseignement, disent-ils, responsables des résultats, ils n’ont pas de conseils à recevoir, et ne sont point disposés à les accepter. Le proviseur, du reste, est, à leur sens, incompétent dans la plupart des cas »181. Nombre de proviseurs s’en plaignent d’ailleurs en cette fin de XIXe siècle, par exemple devant la commission d’enquête parlementaire de 1899, ce qui corrobore ce que constatent parfois les évaluateurs sur le terrain. Ainsi, François Gardiennet, proviseur du lycée de Rennes, se trouve en difficulté face à ses professeurs, ce qui « tient sans doute à ce que son passé dans l’enseignement ne paraît pas assez brillant aux yeux de ses collaborateurs pour lui donner nettement le droit de conseil et de critique »182. La Lanterne va plus loin, et se plaint de la trop faible proportion, selon elle, de proviseurs agrégés : « Le proviseur n’est pas non plus le premier par ses grades universitaires, puisque la plupart des lycées de province peuplés d’agrégés sont entre les mains de proviseurs simples licenciés »183. Pourtant, à cette époque, plus de 60 % des proviseurs sont agrégés. Ces éléments tendent à confirmer l’importance du titre d’agrégé, un élément important à prendre en compte dans les rapports d’autorité entre le proviseur et les professeurs. Pourtant, le proviseur et les professeurs doivent travailler ensemble dans l’intérêt de l’établissement et de celui des élèves. C’est pour cela que dès 1802 des temps de réunion entre les professeurs, sous l’autorité du proviseur, ont été instaurés. Ils sont progressivement institutionnalisés à partir des années 1870, notamment avec la création en 1872 de l’« assemblée des professeurs » et du « conseil des professeurs »184, consolidés par Jules Ferry qui crée en outre en 1882 un « conseil d’enseignement » pour chaque matière185. Dans les faits, ces réunions sont très variablement organisées et la participation des professeurs y est souvent symbolique, quand elle ne consiste pas à tourmenter le proviseur. C’est ce que montrent par exemple les comptes rendus des assemblées de professeurs du lycée d’Aix pour la période allant de 1884 à 1903186.

  • 187 AN, F/17/21740/A, dossier Sornein Eugène, notes et propositions du recteur, 1er juillet 1881.
  • 188 Ibid., rapport de l’inspecteur général, Alger, 8 avril 1883 (extrait).
  • 189 AN, F/17/20273.
  • 190 Jean-François Condette, « Bandes de moutards. Solidarités entre élèves et révoltes lycéennes dans (...)
  • 191 AN, F/17/7294.
  • 192 AN, F/17/20833/B ; F/17/13113 ; F/17/6983. Dans le rapport qu’il envoie au recteur le 13 mars 1883 (...)

48Le proviseur est aussi celui qui est garant de l’ordre et de la discipline. Dès l’origine, le proviseur a été doté d’importants pouvoirs en matière disciplinaire, rôle qui est régulièrement rappelé par les textes réglementaires tout au long du XIXe siècle. Jusqu’aux années 1880, c’est la figure du proviseur « à poigne », héritée du lycée napoléonien, qui s’impose très largement et qui est valorisée par les supérieurs hiérarchiques. Ainsi, Louis-Eugène Sornein, proviseur du lycée d’Alger entre 1879 et 1886, « sait faire en tout respecter la règle »187 et « entretient dans son établissement une discipline suffisante »188. Le manque de fermeté est d’ailleurs sévèrement jugé, comme pour Léon Bralley189 à Rodez qui laisse trop se développer des formes de contestation chez les élèves, ce qui lui vaut son déplacement en 1881 à la demande du recteur. Mais la décennie 1880 constitue aussi un point de bascule. Les soulèvements d’élèves, dont certains atteignent l’ampleur de véritables révoltes190, conduisent tous les acteurs de l’Instruction publique à s’interroger sur la pertinence des règlements disciplinaires rigides hérités de l’époque napoléonienne qui apparaissent désormais en complet décalage avec la politique éducative qu’entendent mener les républicains. La révolte des élèves du lycée Louis-le-Grand le 16 mars 1883 marque durablement les esprits191 et met en première ligne le proviseur de l’établissement, Antoine Gidel192. Il faut une soixantaine d’agents de police pour venir à bout de près de 300 élèves armés de barres de fer arrachées aux lits des dortoirs et de tessons de vases. En accord avec le vice-recteur de Paris, Octave Gréard, le proviseur apporte une réponse sévère : 102 élèves sont exclus définitivement de l’établissement dont 13 avec interdiction de s’inscrire dans un autre lycée de Paris, 17 autres sont radiés de l’internat et quatre reçoivent un blâme. Les nombreuses lettres de parents, parfois de grands notables, n’y changeront rien. La presse nationale incrimine largement le proviseur Gidel, jugé responsable de l’ampleur du soulèvement par son intransigeance. Sa gestion est même brocardée par des députés lors d’une séance à la Chambre le 22 avril 1883, obligeant Jules Ferry lui-même à prendre la parole pour défendre son proviseur. Gidel est d’ailleurs conforté, demeurant à son poste jusqu’en 1892 puis étant nommé à Condorcet où il prend sa retraite en 1895.

  • 193 Arrêté du 5 juillet 1890, circulaire du 7 juillet 1890. Le ministre Léon Bourgeois envoie ensuite (...)
  • 194 Stéphanie Dauphin, « Le vice-recteur Octave Gréard et l’esprit de discipline dans l’éducation. Pou (...)
  • 195 AN, F/17/20591, dossier Deshays Henri, notes et propositions du recteur, 5 juillet 1891.
  • 196 AN, F/17/20387/A, dossier Charles Anatole, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 12 ma (...)
  • 197 AN, F/17/22115/A, dossier Morlet Anatole, notes et propositions du recteur, 30 mai 1892.
  • 198 AN, F/17/25724, dossier Castaigne Pierre, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 22 mar (...)

49Les réflexions pédagogiques de la décennie 1880 aboutissent à la mise en œuvre d’un nouveau régime disciplinaire en 1890193 (qui inclut la création d’un conseil de discipline présidé par le proviseur) jugé davantage adapté à son époque et mieux à même d’éviter un retour des révoltes lycéennes194. Ce sont les proviseurs qui sont chargés de sa bonne application et d’en faire comprendre la philosophie aux professeurs, aux élèves et aux familles. Quelques proviseurs, souvent ceux qui ont une longue expérience et qui ont connu l’ancien système disciplinaire, se montrent cependant sceptiques, quand ce n’est pas ouvertement hostiles à ce qui leur semble être une remise en cause de leur autorité et un trop grand laxisme. Au lycée du Mans, Henri Deshays « n’est pas de la nouvelle école disciplinaire »195. À Douai, c’est Anatole Charles qui émet « certains doutes à l’égard des règlements nouveaux »196, ce qui d’ailleurs penche dans la balance pour le placer à la retraite en 1893, contre sa volonté. Au contraire, une adhésion réelle au nouveau régime disciplinaire est systématiquement saluée par les supérieurs hiérarchiques. Nommé à la tête du lycée de Troyes en avril 1891, Anatole Morlet a la lourde tâche d’appliquer la réforme dans un établissement en déclin et aux vieilles traditions ; il s’en acquitte fort bien d’après le recteur : « M. Morlet a remarquablement réussi à Troyes et il a modifié l’esprit d’un lycée qui était resté dans les anciennes traditions »197. Pierre Castaigne, proviseur du lycée d’Orléans entre 1904 et 1911, est quant à lui « partisan convaincu d’une discipline douce et libérale »198.

*

  • 199 Jules Gautier, « Chronique », art. cit., p. 144.

50Comme l’écrit une revue spécialisée à la fin du XIXe siècle, « les fonctions de proviseur sont difficiles, très difficiles, et en même temps de beaucoup plus grande conséquence qu’on ne se l’imagine généralement »199. Le provisorat apparaît en effet à la fois comme une fonction et un métier. Une fonction, parce qu’il correspond à un corps administratif de fonctionnaires et à un véritable statut officiellement défini par l’État dès 1802 et consolidé progressivement au cours du XIXe siècle, avec ses règles de fonctionnement, ses attributions spécifiques et ses parcours de carrière. Mais c’est aussi un métier car, contrairement aux clichés les plus éculés sur les « administrateurs » incapables qui auraient fui les fatigues de l’enseignement, le provisorat suppose un ensemble de compétences d’une grande diversité qui font toute la richesse mais aussi la difficulté de ce type de poste : il faut savoir recruter les élèves tout en faisant face à la concurrence de l’enseignement privé catholique, manier les hommes et notamment les professeurs, affirmer son rôle d’éducateur, impulser une réflexion pédagogique, représenter son lycée auprès de tous les interlocuteurs de l’établissement et des autorités, disposer de compétences financières et budgétaires ou encore faire face à la lourdeur administrative de l’Instruction publique. Le proviseur apparaît bien comme un homme de terrain, en position d’interface entre le local et le national, sous le regard exigeant de ses supérieurs et de la société locale.

51Être proviseur de lycée au XIXe siècle c’est donc, tout à la fois, diriger un établissement scolaire, servir l’État et affirmer son rôle d’éducateur pour former la jeunesse. Les enjeux sont considérables pour ces fonctionnaires d’autorité et d’encadrement intermédiaire, dont l’identité professionnelle s’affirme progressivement en même temps que l’État construit un véritable corps administratif et crée des logiques de carrière. Avec de telles responsabilités et des traitements qui, pour être plutôt confortables, ne sont ni exceptionnels ni très éloignés de ceux des professeurs agrégés, il ne faut guère s’étonner de la difficulté constante à recruter des proviseurs compétents. C’est pour cela que la Troisième République, à partir des années 1880, fait des efforts importants pour améliorer la situation matérielle des chefs d’établissement et structurer davantage les carrières, tout en faisant augmenter sensiblement la proportion des proviseurs agrégés ainsi que ceux d’entre eux qui sont dispensés de passage par le censorat.

Haut de page

Notes

1 Archives nationales [désormais AN], F/17/24066, dossier Ferté Georges, notes et propositions du recteur, 30 mai 1907.

2 L’auteur de l’article a soutenu une thèse de doctorat en 2018 à l’université d’Artois, sous la direction du professeur Jean-François Condette : Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914). Diriger un établissement scolaire, servir l’État, former la jeunesse. Elle se compose de trois volumes : vol. 1 (synthèse historique) ; vol. 2 (sources, bibliographie, annexes) ; vol. 3 (approche prosopographique). Elle a été publiée aux Presses universitaires du Septentrion en 2021 : Les proviseurs de lycée au XIXe siècle. Servir l’État, former la jeunesse.

3 Véronique Castagnet-Lars, Jean-François Condette (dir.), Histoire des élèves en France, vol. 1 : parcours scolaires, genre et inégalités (XVIIIe-XXe siècles), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2020 ; Pierre Caspard, Jean-Noël Luc, Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes : deux siècles d’histoire, Lyon, INRP, 2005 ; Stéphane Lembré, Jérôme Krop (dir.), Histoire des élèves en France, vol. 2 : ordres, désordres et engagements (XVIe-XXe siècles), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2020. Une thèse sur les lycées parisiens de 1880 à 1941 est par ailleurs en cours d’écriture par Pierre Porcher.

4 Jean-Michel Chapoulie, Les professeurs de l’enseignement secondaire, un métier de classe moyenne, Paris, Éditions de la MSH, 1987 ; Paul Gerbod, La condition universitaire en France au XIXe siècle. Étude d’un groupe socioprofessionnel : professeurs et administrateurs de l’enseignement public (1842-1880), Paris, Presses universitaires de France, 1965 ; Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire. Le corps, le métier, les carrières. Textes officiels. T. 1 : 1802-1914, Paris, INRP-Economica, 2000 ; Gérard Vincent, Les professeurs du second degré, Paris, Armand Colin, 1967.

5 Guy Caplat (dir.), Les inspecteurs généraux de l’Instruction publique. Dictionnaire biographique, t. 1 : 1802-1914, Paris, INRP-CNRS, 1986 ; Guy Caplat, L’inspection générale de l’Instruction publique au XXe siècle. Dictionnaire biographique des inspecteurs généraux et des inspecteurs de l’académie de Paris (1914-1939), t. 2, Paris, Économica-INRP, 1998 ; Jean-Pierre Rioux, Deux cents ans d’inspection générale, 1802-2002. Mélanges historiques, Paris, Fayard, 2002.

6 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1 : La formation d’une élite administrative au service de l’Instruction publique, Lyon, INRP, 2006 ; t. 2 : Dictionnaire biographique, Lyon, INRP, 2006 ; t. 3 : Le recteur, l’École, la nation entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, Lyon, INRP, 2009.

7 Jean-François Condette, « Ébauche d’une histoire des inspecteurs pédagogiques régionaux (IPR). Inspecter, conseiller et former les enseignants du secondaire ? (1964-2004) », in Jean-François Condette (dir.), Les personnels d’inspection. Contrôler, évaluer, conseiller les enseignants. Retour sur une histoire, France-Europe (XVIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 177-214. Une thèse en histoire est en cours, démarrée en 2019, par Kévin Dubos (sous la direction de Bruno Poucet). À ce jour, un seul travail scientifique d’envergure a été consacré aux IA-IPR, mais en sociologie : Xavier Albanel, Le travail d’évaluation. L’inspection dans l’enseignement secondaire, Toulouse, Octares Éditions, 2009.

8 Jean Le Bihan, Au service de l’État. Les fonctionnaires intermédiaires au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008. L’auteur fait porter son analyse sur trois catégories professionnelles dans le département d’Ille-et-Vilaine : les « gradés » de préfecture, les percepteurs du Trésor et les conducteurs des Ponts et Chaussées. Arnaud-Dominique Houte a quant à lui étudié les gendarmes : Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

9 Anne Barrère, Sociologie des chefs d’établissement. Les managers de la République, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

10 Anne Barrère, « Un management bien tempéré. L’expérience des chefs d’établissement de l’enseignement secondaire », Éducation et sociétés, no 32, 2013, p. 21-34 ; Anne Barrère, « Les chefs d’établissement face aux enseignants : enjeux et conflits de l’autonomie pédagogique », Revue française de pédagogie, no 156, 2006, p. 89-99 ; Éric Tournier (coord.), Les personnels de direction en EPLE. Responsabilités, missions, éthique, Paris, Canopé, 2020.

11 Philippe Savoie, « Autonomie et personnalité des lycées : la réforme de 1902 et ses origines », Histoire de l’éducation, no 90, 2001, p. 169-204.

12 Fondamentales, ces sources de nature administrative n’en présentent pas moins des limites, liées intrinsèquement à leur nature et à leur production par une autorité publique administrative. Certains dossiers sont par ailleurs incomplets. C’est précisément pour éviter l’effet de source qu’il est nécessaire de recourir à différents types de sources.

13 Sauf indication contraire, les statistiques présentées dans cet article sont le résultat de calculs effectués à partir d’un corpus représentatif de 152 fonctionnaires en activité entre 1870 et 1914, ainsi que des 90 proviseurs qui sont devenus recteurs entre 1809 et 1878 mais aussi des 108 proviseurs ecclésiastiques qui ont exercé leurs fonctions entre 1802 et 1898.

14 Ce terme demeurera en usage jusqu’en 1988, date à laquelle le ministre de l’Éducation nationale René Monory crée un corps unique de personnel de direction ; le censeur devient alors le « proviseur adjoint » (décret du 11 avril 1988).

15 Philippe Savoie, Les enseignants du secondaire…, op. cit.

16 Statut concernant les collèges royaux et communaux, 4 septembre 1821 (Recueil des lois et règlements concernant l’Instruction publique, t. 7, p. 91-138).

17 Les 81 lycées de France métropolitaine se répartissent ainsi en 1872 : 42 en quatrième catégorie (52 %), 18 en troisième catégorie (22,5 %), 7 en deuxième catégorie (8,5 %), 7 en première catégorie (8,5 %), 7 dans le cadre parisien (8,5 %).

18 AN, F/17/20842, dossier Girard Julien ; AJ/16/1104, dossier Girard Julien.

19 Enquête sur l’enseignement secondaire, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés/Motteroz, 1899 ; t. 1 et 2 : Procès-verbaux des dépositions, présentés par M. Ribot ; t. 3 : Statistique et rapports des recteurs et des inspecteurs d’académie ; t. 4 : Réponses au questionnaire ; t. 5, première partie : Avis des chambres de commerce ; deuxième partie : Délibérations des conseils généraux ; t. 6, Rapport général, par M. Ribot (document parlementaire no 1196), suivi de onze rapports particuliers rédigés par d’autres membres de la commission. La commission a procédé à 196 auditions au total, dont les procès-verbaux remplissent à eux seuls près de 1 400 pages sur deux colonnes. En outre, les rapports envoyés par les acteurs de terrain (principaux, proviseurs, inspecteurs d’académie et recteurs) sont conservés aux Archives nationales, classés par académie (cotes F/17/13936 à 13945 inclus). Les rapports envoyés par les chambres de commerce sont eux aussi conservés aux Archives nationales (série C 5663).

20 AN, F/17/20750, dossier Follioley Léopold.

21 AN, F/17/20511, dossier Dalimier Jules.

22 AN, F/17/21026, dossier Kortz Édouard.

23 AN, F/17/21905, dossier Fourteau Ernest

24 AN, F/17/22054/A, dossier Staub Charles.

25 Jean-François Condette, « La crise des lycées de garçons à la fin du XIXe siècle. Le point de vue et les propositions des recteurs d’académie », in Pierre Caspard, Jean-Noël Luc, Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes…, op. cit., p. 427-441 ; Évelyne Héry, « La réforme pédagogique de 1902 », Carrefours de l’éducation, no 41, 2016, p. 31-46 ; Philippe Savoie, « Autonomie et personnalité des lycées : la réforme administrative de 1902 et ses origines », art. cit.

26 AN, F/17/25914, dossier Sirguey Marie.

27 AN, F/17/22703, dossier Salé René.

28 Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire pédagogique et d’instruction primaire, Paris, 1911, article « Filles (instruction primaire, secondaire, supérieur) ».

29 Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, t. 35, p. 204-215. Le statut de la directrice est détaillé dans les articles 1 à 6.

30 AN, F/17/22494/A, dossier Lempereur Marie.

31 Ibid., notes et propositions du recteur, 30 juillet 1916 (extrait).

32 La Lanterne, 9 septembre 1886. Le journal utilisera ensuite à plusieurs reprises cette expression, par exemple dans son édition du 13 août 1900.

33 Ibid., 8 octobre 1904.

34 Enquête…, op. cit., t. 2, p. 110.

35 AN, F/17/21963/A, dossier Angelelli Antoine, rapport du recteur de l’académie de Poitiers au ministre de l’Instruction publique, 25 mai 1883 (extraits).

36 AN, F/17/23267, dossier Courcout Paul, notes et proposition du recteur, 11 juillet 1898.

37 Logique qui est devenue depuis une dizaine d’années très répandue au sein de la fonction publique, y compris au ministère de l’Éducation nationale pour les fonctions d’encadrement non seulement supérieur mais aussi intermédiaire. L’objectif est d’améliorer les processus de repérage, de formation et de nomination des fonctionnaires d’autorité. Le ministère de l’Éducation nationale a ainsi mis en place en 2011 la « Mission de la politique de l’encadrement supérieur » (MPES), rattachée au Secrétariat général. Son chef jusqu’en 2017, Yannick Tenne, inspecteur général de l’Éducation nationale, a indiqué dans un entretien récent accordé à AEF (Agence éducation et formation) que « les proviseurs font partie du vivier naturel des Daasen et Dasen » et qu’en conséquence ils peuvent faire partie des personnels repérés pour accéder à des fonctions de plus haut niveau en fonction de leurs profils, à côté du vivier traditionnel et très majoritaire des IA-IPR (AEF info, 31 mars 2016, dépêche no 534833). Le chef actuel de la MPES est Pierre Moya, inspecteur général de l’Éducation, des Sports et de la Recherche (et ex-IGAENR).

38 Voir par exemple la publication récente de la thèse d’Isabelle Dasque, Les diplomates de la République (1871-1914), Sorbonne Université presses, 2020. L’auteur montre que la République réalise d’importants efforts pour démocratiser le corps des diplomates, historiquement conservateurs et issus des élites traditionnelles, en édictant des critères davantage méritocratiques, en recrutant de manière plus ciblée, en faisant diminuer la part de l’hérédité et de l’endogamie et en uniformisant les filières diplomatique et consulaire.

39 AN, F/17/21334, dossier Millot Jacques, rapport de l’inspecteur général, année 1890, non daté (extrait).

40 Gérard Vincent, « Les professeurs du second degré au début du XXe siècle. Essai sur la mobilité sociale et la mobilité géographique », Le mouvement social, no 55, 1966, p. 47-73 ; Id., « Les professeurs de l’enseignement secondaire dans la société de la Belle Époque », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. 13, 1966, p. 49-86.

41 Solenn Huitric, Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), thèse, histoire, université de Lyon-ENS, 2016.

42 AN, F/17/20503/A, dossier Crozals Jacques.

43 AN, F/17/22198/A, dossier Horster Auguste.

44 AN, F/17/22104/B ; AJ/16/1085, dossier Frétilier Léon.

45 AN, F/17/22223, dossier Delfour Joseph.

46 Yves Verneuil, Les agrégés. Histoire d’une exception française, Paris, Belin, 2005.

47 Statistique de l’enseignement secondaire en 1865, Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. 40 s.

48 Les grades universitaires des 77 proviseurs sont variés, mais domine largement celui de licence (64 proviseurs, dont 49 en lettres et 15 en sciences) ; viennent ensuite le baccalauréat (9 proviseurs n’ont que le grade de bachelier) et le doctorat (4 dont 3 en lettres).

49 AN, F/17/12989, Conseil supérieur de l’Instruction publique, section permanente, séance du 25 avril 1902 (extrait).

50 AN, F/17/22330, dossier Richard Henri. Il sollicite sa mutation pour un lycée plus grand, mais n’étant que licencié de mathématiques et de sciences physiques, il sait qu’il ne pourra pas obtenir un lycée trop important, d’autant qu’il a déjà réussi à se faire nommer proviseur en septembre 1902 malgré le décret du mois de mai précédent qui réserve désormais le provisorat – en théorie du moins – aux seuls agrégés. De fait, Henri Richard est nommé en janvier 1909 à la tête du lycée de Chartres, où il prendra sa retraite en mars 1917.

51 D’après Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France (1800-1967), Paris, Armand Colin, 1968, p. 72.

52 Cité dans la Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, t. 16, no 4, 1891, p. 69.

53 AN, F/17/24176, dossier Bailly Édouard, notes et propositions du recteur, 12 juin 1899.

54 Jules Gautier, « Chronique », Revue de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, t. 16, no 8, 1891, p. 143.

55 AN, F/17/24178, dossier Bellé Henri, lettre du censeur des études Henri Bellé au directeur de l’Enseignement secondaire, 1er juillet 1904.

56 AN, F/17/20770, dossier Francolin Alexandre, notes et propositions du recteur de l’académie de Dijon, 8 juin 1874 (extrait).

57 Enquête…, op. cit., t. 2, p. 472.

58 AN, F/17/23267, dossier Courcout Paul, notes et propositions du recteur, année scolaire 1894-1895, non daté.

59 AN, F/17/22223, dossier Delfour Joseph.

60 AN, F/17/24243, dossier Despiques Paul.

61 AN, F/17/24413, dossier Robert Louis.

62 AN, F/17/23985, dossier Daux Louis. Le recteur de l’académie d’Alger, dans sa première évaluation, indique d’ailleurs que l’« on a trouvé qu’il était un peu jeune lorsqu’il a été nommé proviseur » (24 juillet 1898), mais il souligne ses grandes qualités professionnelles et la réussite de sa mission.

63 AN, F/17/22009. Il s’agit toutefois d’un cas particulier : il est promu sur place après avoir été pendant plus de vingt ans un brillant professeur agrégé de sciences physiques.

64 Pierre Karila-Cohen, Jean Le Bihan (coord.), « L’empire de la notation (France, XIXe siècle) », Genèses, no 113, 2018.

65 AN, F/17/24066.

66 Yves Verneuil, « De l’“omnipotence des bureaux” à la représentation du personnel : les organes de décision concernant l’avancement et les promotions dans l’enseignement secondaire entre 1808 et 1940 », Histoire de l’éducation, no 145, 2016, p. 45-78.

67 Yves Verneuil, « Un protestant à la tête de l’enseignement secondaire : Élie Rabier », Histoire de l’éducation, no 110, 2006, p. 111-139.

68 AN, F/17/21145, dossier Lemoigne Eugène, notes et propositions du recteur, 15 juin 1886.

69 AN, F/17/22098/B, dossier Caillet Édouard, rapport de l’inspecteur général, Tulle, 2 juin 1894.

70 AN, F/17/23985, dossier Daux Louis, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 19 juillet 1899.

71 AN, F/17/21973/B, dossier Dujarier Adrien.

72 AN, F/17/22055, dossier Vaisson Henri-Auguste.

73 AN, F/17/22667/A, dossier Chaudoin Marius, rapport de l’inspecteur général, Aix-en-Provence, année 1911.

74 Ibid., notes et propositions du recteur, avril 1909.

75 AN, F/17/20591, dossier Dehays Henri.

76 AN, F/17/20386/A, dossier Chardon Alfred, notes et appréciations du recteur, 8 juin 1892.

77 Solenn Huitric, Transformer les collèges communaux en lycées…, op. cit.

78 Cette tension presque structurelle entre sédentarité et mobilité a déjà été mise en évidence pour les professeurs : Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS Éditions, 2013. Elle l’a aussi été pour d’autres catégories de fonctionnaires intermédiaires, par exemple les gendarmes : Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXe siècle, op. cit. Se reporter aussi à Marie Cartier, Odile Join-Lambert, « Promotions et migrations administratives : histoire, ethnographie, approches croisées. Introduction au numéro », Travail et emploi, 2011, no 127, p. 5-14.

79 Alexandre Ribot, La réforme de l’enseignement secondaire, Paris, Armand Colin, 1900, p. 21-22.

80 AN, F/17/22316/A, dossier Croisy Désiré.

81 AN, F/17/23691/B, dossier François Georges.

82 AN, F/17/22050, dossier Pouthas Jean.

83 AN, F/17/22292, dossier Rohmer Étienne.

84 Il s’agit du 2e alinéa de l’article 4 du décret du 31 mai 1902.

85 AN, F/17/24066, dossier Ferté Georges, note de service du directeur de l’Enseignement secondaire Élie Rabier, 14 mars 1904, à propos d’une demande de mutation de Georges Ferté, proviseur du lycée d’Amiens depuis 1902.

86 AN, F/17/21964, dossier Bertagne Auguste, rapport de l’inspecteur général, 12 avril 1887.

87 De même, rappelons que depuis 1913, pour les professeurs, seuls les agrégés peuvent accéder au cadre de Paris.

88 AN, F/17/22275, dossier Gazeau Alexandre.

89 AN, F/17/22104/B, dossier Frétillier Léonce, rapport du recteur de l’académie d’Aix-en-Provence, 20 juillet 1890.

90 AN, F/17/22097/A, dossier Blanchet Désiré, notes et propositions du recteur, 29 avril 1891.

91 Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 3 : Le recteur, l’École, la nation entre réalités scolaires locales et politiques éducatives nationales, op. cit. ; Jean-François Condette, (dir.), Les recteurs. Deux siècles d’engagements pour l’École, 1808-2008, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 ; Jean-François Condette, Les recteurs d’académie en France de 1808 à 1940, t. 1 : La formation d’une élite administrative au service de l’Instruction publique, op. cit. ; Jean-François Condette, « “Traitres fatigués” ou élites administratives ? », Histoire de l’éducation, no 97, 2003, p. 37-77.

92 AN, F/17/20842, dossier Girard Julien.

93 AN, F/17/20881, dossier Grenier Michel.

94 AN, F/17/20515, dossier abbé Daniel.

95 Paul Gerbod, « Les épurations dans l’enseignement public de la Restauration à la IVe République (1815-1946) », in Paul Gerbod et al. (dir.), Les épurations administratives, XIXe et XXe siècles, Genève, Droz, 1977, p. 81-98.

96 Louis André, Une fonction rectorale sous tensions. Les recteurs, leurs caractéristiques, leurs actions, de la IIe République (février 1848) à la IIIe République (septembre 1870), thèse, histoire, université d’Arras, 2020.

97 AN, F/17/20622, dossier Doucin François.

98 AN, F/17/20746/A, dossier Fleury Jules.

99 AN, F/17/21377, dossier Mourier Adolphe ; AJ/16/227, dossier Mourier Adolphe.

100 La Lanterne, 3 septembre 1883.

101 Ibid., 7 septembre 1883.

102 Ibid., 18 septembre 1883.

103 Ibid., 22 mars 1879.

104 AN, F/17/20515, dossier abbé Daniel, lettre au ministre de l’Instruction publique, 1er avril 1848.

105 AN, F/17/20750, dossier Follioley Léopold, lettre du proviseur au ministre de l’Instruction publique, 6 septembre 1887.

106 AN, F/17/21094/B.

107 AN, F/17/21954/A.

108 AN, F/17/23720.

109 AN, F/17/22210.

110 AN, F/17/20932, rapport de l’inspecteur général, Douai, 30 juin 1895 (extraits).

111 Pris dans son acception la plus large, ce phénomène de longue durée désigne l’éveil des Français à la politique au sens premier du terme c’est-à-dire au débat d’idées, et leur apprentissage des pratiques propres à l’exercice de l’expression politique et démocratique : voter, exprimer ses opinions dans l’espace public, utiliser les libertés fondamentales comme celle de réunion, pétitionner ou encore assister à des rassemblements politiques. Très classique dans l’historiographie française, cette notion permet de mieux comprendre l’instabilité politique chronique du pays à partir de 1789 puis la manière dont la République finit par s’imposer à la fin des années 1870 ; son étude connaît un important renouvellement depuis une vingtaine d’années. Pour un bilan historiographique fouillé, se reporter à Louis Hincker, « La politisation des milieux populaires en France au XIXe siècle : construction d’historiens. Esquisse d’un bilan (1948-1997) », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 14, 1997 [en ligne] <https://journals.openedition.org/rh19/112>. Entre autres nombreux travaux récents, nous pouvons retenir par exemple : La politisation des campagnes au XIXe siècle. France, Italie, Espagne, Portugal. Actes du colloque international organisé par l’École française de Rome en collaboration avec l’École normale supérieure (Paris), l’Università de Girona et l’Università degli studi della Tuscia-Viterbo, Rome, 20-22 février 1997, Rome, École française de Rome, 2000 ; Julien Bouchet, Côme Simien (dir.), Les passeurs d’idées politiques nouvelles au village de la Révolution aux années 1830, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2015 ; Yannick Clavé, Histoire de la France au XIXe et au XXe siècle, Paris, Ellipses, 2017 ; Aurélia Dusserre, Arnaud-Dominique Houte, Atlas de la France au XIXe siècle, Paris, Autrement, 2021.

112 AN, F/17/20511, dossier Dalimier Jules.

113 Propos recueillis par Jacques Delmas, Histoire du lycée de Marseille, 1898, p. 70.

114 AN, F/17/22609/A, dossier Coussé Michel, notes et propositions du recteur, 20 avril 1912.

115 AN, F/17/22160/A, dossier Croiset André, notes et propositions du recteur, 27 avril 1908.

116 AN, F/17/22563/A, dossier Demange Camille, notes et propositions du recteur, mai 1916.

117 Ibid., notes et proposition du recteur, 1918.

118 AN, F/17/20417, dossier Chevillard Lucien, rapport de l’inspecteur général, Angoulême, juin 1886.

119 Philippe Savoie, « Financement et modèle économique. Les lycées et collèges en France au XIXe siècle », in Jean-François Condette (dir.), Le coût des études. Mobilités, acteurs et implications sociales, XVIe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 115-125 ; Philippe Savoie, « Autonomie et personnalité des lycées : la réforme administrative de 1902 et ses origines », art. cit.

120 Jean-Michel Chapoulie, L’école d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 (en particulier le chapitre 7).

121 AN, F/17/22509/A, dossier Rossignol Jules, rapport de l’inspecteur général, Caen, 5 mars 1912.

122 Le mot est déjà utilisé au XIXe siècle par les acteurs de l’Instruction publique.

123 AN, F/17/21026, dossier Kortz Édouard, rapport du vice-recteur, 15 juin 1890.

124 AN, F/17/20921/A, dossier Habay Charles, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 20 mai 1890.

125 AN, F/17/22098/B, dossier Caillet Édouard, rapport de l’inspecteur général, 14 juin 1904.

126 Michel Bréal, Quelques mots sur l’instruction publique en France, Paris, Hachette, 1872, p. 295.

127 AN, F/17/20511, dossier Dalimier Jules, notes et propositions du vice-recteur, 15 juin 1891.

128 Loïc Le Bars, Les professeurs du silence : maîtres d’études, maîtres répétiteurs et répétiteurs au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2014 ; Philippe Savoie, Yves Verneuil (coord.), « Encadrement éducatif et vie scolaire depuis le XIXe siècle », Carrefours de l’éducation, no 35, 2013.

129 Henry Michel, Notes sur l’enseignement secondaire, Paris, Hachette, 1902, p. 47.

130 Enquête…, op. cit., t. 2, p. 534.

131 AN, F/17/20866, dossier Grasset Jean (proviseur du lycée d’Alger), notes et appréciations du recteur, juin 1878.

132 AN, F/17/20006, dossier François Nicolas, rapport des inspecteurs généraux, Besançon, 19 avril 1888.

133 AN, F/17/22097/A, dossier Blanchet Désiré, « décoration de la Légion d’honneur, présentation de M. Blanchet », appréciation du proviseur Julien Girard, 7 décembre 1892.

134 AN, F/17/22615/A, dossier Fleureau Alphonse.

135 AN, F/17/21108, dossier Lecadet Hyacinthe.

136 AN, F/17/22511/A, dossier Sarazin Charles, rapport de l’inspecteur général, Besançon, 3 mars 1918.

137 Le Balai. Journal indépendant, 8 août 1895 (article anonyme).

138 AN, F/17/22164, dossier Garnier Noël.

139 Journal du Cher, 27 décembre 1900 (article anonyme).

140 Cette thématique a fait l’objet d’études récentes pour d’autres catégories de fonctionnaires, ainsi les préfets : Pierre Karila-Cohen, Monsieur le Préfet. Incarner l’État dans la France du XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2021. Voir aussi le dossier consacré à la notation des fonctionnaires, coordonné par Pierre Karila-Cohen et Jean Le Bihan dans la revue Genèses : « L’empire de la notation (France, XIXe siècle) », Genèses, no 113, 2018.

141 AN, F/17/23968, dossier Barat Emmanuel, rapport de l’inspecteur général, 16 novembre 1920.

142 AN, F/17/22098/B, dossier Caillet Édouard, rapport de l’inspecteur général, 14 juin 1908.

143 AN, F/17/22160/A, dossier Croiset André, rapport de l’inspecteur général, juin 1896.

144 AN, F/17/22911, dossier Heurtel Armand, rapport du recteur de l’académie de Poitiers au ministre de l’Instruction publique, 19 juillet 1881.

145 AN, F/17/25930, dossier Bos Pierre, rapport du recteur de l’académie de Caen au ministre de l’Instruction publique, 29 mai 1888.

146 Ibid., rapport de l’inspecteur d’académie de l’Eure au recteur, 26 mai 1888 (extrait).

147 AN, F/17/20860.

148 AN, F/17/20877/A.

149 AN, F/17/23267.

150 AN, F/17/20833/B ; F/17/13113 ; AJ/16/1104.

151 AN, F/17/20079/A.

152 AN, F/17/20739.

153 AN, F/17/21640/A.

154 AN, F/17/22097/A ; AJ/16/960.

155 AN, F/17/16755. Pétainiste convaincu appliquant sans sourciller jusqu’à la Libération la politique réactionnaire et collaborationniste de Vichy, il est révoqué en décembre 1944 et réintégré comme professeur de droit à la faculté de Paris avec un blâme.

156 AN, F/17/7566, dossier Bon Joseph, rapport de l’inspecteur général au gouverneur de l’île de La Réunion, 24 février 1874.

157 AN, F/17/20503/A, dossier Crozals Jacques, lettre du préfet du Vaucluse au proviseur, 10 juin 1871.

158 Plus de 80 % des inspecteurs d’académie sont mutés.

159 AN, F/17/20976/B, dossier Husson Léon, rapport de l’inspecteur général, Chaumont, juin 1880.

160 AN, F/17/25914, dossier Sirguey Marie, notes et propositions du recteur, 29 avril 1913. Le passage est souligné dans le texte original.

161 La laïcité républicaine et ses liens avec l’École est un champ de recherches dynamique, d’autant que les enjeux demeurent cruciaux aujourd’hui. Se reporter notamment à : Jean Baubérot, Histoire de la laïcité en France, Paris, Presses universitaires de France, 2017 ; Sarah A. Curtis, L’Enseignement au temps des congrégations. Le diocèse de Lyon, 1801-1905, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2003 ; Jacqueline Lalouette, La Séparation des Églises et de l’État : genèse et développement d’une idée (1789-1905), Paris, Seuil, 2005 ; André Lanfrey, Sécularisation, séparation et guerre scolaire. Les catholiques français et l’école (1901-1914), Paris, Le Cerf, 2003 ; Benoît Mély, De la séparation des Églises et de l’école. Mise en perspective historique, Lausanne, Éditions Page deux, 2004 ; Jean-Marie Mayeur, La question laïque, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 1997 ; Pierre Ognier, Une école sans Dieu ? 1880-1895, l’invention d’une morale laïque sous la IIIe République, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008 ; Mona Ozouf, L’École, l’Église et la République (1871-1914), Paris, Seuil, 2007 ; Patrick Weil, De la laïcité en France, Paris, Grasset, 2021.

162 AN, F/17/21954/A, 22 août 1891 (extrait).

163 AN, F/17/20866, dossier Moulun François, rapport des inspecteurs généraux, Tours, mai 1890.

164 AN, F/17/22252, dossier Fournier Henri, notes et appréciations de l’inspecteur d’académie, 27 avril 1900.

165 AN, F/17/20459.

166 La Lanterne, 1er juin 1893.

167 La Lanterne, 16 juillet 1903.

168 AN, F/17/22464/A, dossier Aubril Luc, note manuscrite, 26 octobre 1903.

169 Expression utilisée par un inspecteur général pour désigner Anatole Morlet, proviseur du lycée de Troyes entre avril 1891 et janvier 1893 ; AN, F/17/22115/A, dossier Morlet Anatole, rapport de l’inspecteur général, Troyes, printemps 1892.

170 AN, F/17/22280, dossier Lagniel Ernest, proviseur du lycée de Rochefort de 1902 à 1909, rapport de l’inspecteur général, Rochefort, 29 mars 1909.

171 AN, F/17/24178, dossier Bellé Henri, proviseur du lycée de Caen de 1911 à 1916, notes et proposition du recteur, 1916.

172 Instruction [du grand-maître de l’Université impériale, Fontanes, aux recteurs] concernant l’esprit et le caractère que les membres de l’Université doivent apporter à leurs fonctions, 15 avril 1812 (Circulaires et instructions officielles relatives à l’Instruction publique, t. 1, 1863, p. 146-149).

173 AN, F/17/23011, dossier Munier Nicolas, notes et propositions du recteur, 9 juillet 1885.

174 AN, F/17/22511/A, dossier Sarazin Charles, rapport de l’inspecteur général, Besançon, 3 mars 1918. La phrase est soulignée dans le rapport.

175 AN, F/17/22097/A.

176 AN, F/17/21108, dossier Lecadet Hyacinthe, rapport des inspecteurs généraux, Le Mans, mai 1885.

177 AN, F/17/20770, dossier Francolin Alexandre, rapport de l’inspecteur général, Coutances, 20 mai 1886.

178 AN, F/17/22609/A, dossier Coussé Michel, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 4 avril 1921.

179 AN, F/17/22167, dossier Guigon Louis, rapport de l’inspecteur général, Marseille, 23 avril 1904.

180 AN, F/17/22115/A, dossier Morlet Anatole, rapport des inspecteurs généraux, avril 1905.

181 Jules Gautier, « Chronique », art. cit., p. 143.

182 AN, F/17/20795, dossier Gardienet François, notes et propositions du recteur, juin 1883.

183 La Lanterne, 8 octobre 1904.

184 Circulaire du 27 septembre 1872 du ministre Jules Simon.

185 Circulaire du 13 octobre 1881 et décret du 10 octobre 1882.

186 AD des Bouches-du-Rhône, 1 T 1408 (période 1894-1896) et 1 T 1409 (période 1896-1903).

187 AN, F/17/21740/A, dossier Sornein Eugène, notes et propositions du recteur, 1er juillet 1881.

188 Ibid., rapport de l’inspecteur général, Alger, 8 avril 1883 (extrait).

189 AN, F/17/20273.

190 Jean-François Condette, « Bandes de moutards. Solidarités entre élèves et révoltes lycéennes dans les années 1870-1890 », colloque « Bandes d’enfants », Laboratoire Textes & Cultures, 3 et 4 février 2011, Cahiers Robinson, Université d’Artois, no 30, 2011, p. 17-36 ; Jean-François Condette, « Les lycéens revendiquent le droit à la parole : la nécessaire réforme du régime disciplinaire des lycées français à la fin du XIXe siècle », Sciences de l’Éducation. Pour l’ère nouvelle, vol. 37, no 4, 2004, p. 35-60 ; Agnès Thiercé, « Révoltes de lycéens, révoltes d’adolescents au XIXe siècle », Histoire de l’éducation, no 89, 2001, p. 95-120.

191 AN, F/17/7294.

192 AN, F/17/20833/B ; F/17/13113 ; F/17/6983. Dans le rapport qu’il envoie au recteur le 13 mars 1883 au soir, il emploie lui-même le terme de « révolte ».

193 Arrêté du 5 juillet 1890, circulaire du 7 juillet 1890. Le ministre Léon Bourgeois envoie ensuite une lettre aux personnels des lycées, le 15 juillet 1890.

194 Stéphanie Dauphin, « Le vice-recteur Octave Gréard et l’esprit de discipline dans l’éducation. Pour une réforme de la vie disciplinaire des lycées masculins (1883-1902) », in Jean-François Condette (dir.), Les Recteurs. Deux siècles d’engagements pour l’École (1808-2008), op. cit., p. 117-132 ; Agnès Thiercé, « Pacifier l’adolescence. Les choix des années 1890 », Adolescence, no 16, 1998, p. 259-268.

195 AN, F/17/20591, dossier Deshays Henri, notes et propositions du recteur, 5 juillet 1891.

196 AN, F/17/20387/A, dossier Charles Anatole, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 12 mai 1890.

197 AN, F/17/22115/A, dossier Morlet Anatole, notes et propositions du recteur, 30 mai 1892.

198 AN, F/17/25724, dossier Castaigne Pierre, notes et propositions de l’inspecteur d’académie, 22 mars 1906.

199 Jules Gautier, « Chronique », art. cit., p. 144.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : l’accès au premier poste de proviseur (1870-1914) : les lycées de début de carrière
URL http://journals.openedition.org/histoire-education/docannexe/image/7833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Carte 2 : une carrière brillante : le proviseur Louis Daux
URL http://journals.openedition.org/histoire-education/docannexe/image/7833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Carte 3 : un proviseur à la carrière très régionalisée : Marius Chaudoin
URL http://journals.openedition.org/histoire-education/docannexe/image/7833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Carte 4 : Léonce Frétillier (1849-1912) : une carrière provisorale exemplaire
URL http://journals.openedition.org/histoire-education/docannexe/image/7833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Clavé, « Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914) »Histoire de l’éducation, 158 | 2022, 9-62.

Référence électronique

Yannick Clavé, « Les proviseurs de lycée au XIXe siècle (1802-1914) »Histoire de l’éducation [En ligne], 158 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 30 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/7833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.7833

Haut de page

Auteur

Yannick Clavé

CREHS Université d’Artois

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search