Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158VariaLes cours polycopiés : identité d...

Varia

Les cours polycopiés : identité d’un objet pédagogique (Paris, Faculté de droit, Sciences Po, 1900-1970)

Duplicated lecture notes: identity of a pedagogical object (Paris, Faculty of Law, Sciences Po, 1900-1970)
Françoise Waquet
p. 97-121

Résumés

Cet article porte sur un produit universitaire qui n’a guère été étudié : les cours polycopiés. Se fondant sur ceux qui, à l’initiative principalement d’une maison commerciale, reproduisaient dans les années 1900-1970 les enseignements donnés à Paris à la faculté de droit et à Sciences Po, il s’attache à explorer l’identité de cet objet. Contrefaites puis autorisées, ces publications modestes et chères furent, dans un régime d’enseignement dominé par le cours magistral, d’un usage intensif, voire exclusif aux mains des étudiants qui trouvaient là mieux que dans leurs notes ou dans des livres la somme de savoir à maîtriser pour l’examen. Le bachotage que les polycopiés favorisèrent contraste avec le but élevé que les maîtres se proposaient : transmettre une culture juridique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Pierre Versini-Campinchi, Papiers d’identité, Paris, Éditions du Cerf, 2020, p. 132.

1« Les cours, ce sont les polycopiés » : cette formule aussi brève qu’éclatante due à Me Versini-Campinchi résume le vécu académique d’un étudiant parisien en droit à la fin des années 19501. Un vécu partagé, tant il est, dans les deux premiers tiers du XXe siècle, de témoignages similaires de scolarités faites sur les seuls polycopiés. Un vécu alléguant une production abondante due à une maison commerciale, Les Cours de droit, qui, créé vers 1900, exerça un quasi-monopole dans les sciences juridiques et économiques. Les autres disciplines n’ont pas été en reste, même si, mis à part pour la médecine, la « dépendance » aux polycopiés aurait été moindre et la production moins systématique ; le montre la création en 1933 seulement du Centre de documentation universitaire (CDU) qui publia des polycopiés pour les facultés des lettres, des sciences et de pharmacie.

  • 2 Françoise Waquet, « “Une petite affaire française qui ne reposait pas sur le profit…”. Les Cours d (...)
  • 3 Voir entre autres et pour la bibliographie : Annie Bruter (dir.), Le Cours magistral, XVe-XXe sièc (...)
  • 4 Pierre Favre, « La connaissance politique comme savoir légitime et comme savoir éclaté : les ensei (...)

2C’est à ces milliers de polycopiés produits à l’initiative d’une maison d’édition et, de façon bien moindre, d’associations étudiantes2, que cet article est consacré. En dépit de leur abondance et d’un usage qui a pu être massif pour ne pas dire exclusif, ils n’ont pas suscité l’intérêt que la recherche a porté tant au cours magistral qu’à ce produit voisin qu’est le manuel3. Il ne s’agit pas ici de se plonger dans la lecture de cette énorme masse documentaire pour retrouver ce que fut ici et là, dans telle ou telle matière, par tel ou tel professeur, « le contenu effectif des cours » et, avec lui, un enseignement dans une discipline, ce que Pierre Favre a fait pour la sociologie politique4. La démarche est autre. Elle porte sur l’objet même, le cours polycopié, un objet dont on se propose de saisir l’identité. Sa qualité juridique sera un premier élément d’enquête. Sa matérialité et ce qui le distingue de produits voisins dont, au premier chef, le cours qu’il reproduit seront ensuite explorés. Au-delà de cette approche externe, on saisira la fonction qui est la sienne dans une écologie du savoir, sa valeur d’usage – ce qui portera à considérer les raisons de son emploi.

  • 5 L’École libre des sciences politiques, fondée en 1872, devint en 1945 l’Institut d’études politiqu (...)
  • 6 Une bibliographie recensant les cours et travaux inédits de science politique notait en 1976 « le (...)

3Tout au long de cette démarche, on s’appuiera sur ce qu’ont dit et pensé des polycopiés, ceux qui les publiaient, ceux qui les utilisaient, ceux qui faisaient cours. Le territoire de la recherche, limité à Paris, recouvre principalement la faculté de droit et l’École libre des sciences politiques devenue l’Institut d’études politiques5, et ce en raison même tant de la documentation disponible que d’une certaine communauté d’enseignements, voire d’enseignants et parfois même d’étudiants en double formation. Ajoutons, avant d’y revenir, qu’à la faculté de droit, place du Panthéon, l’insuffisance des locaux, la masse croissante des étudiants, le long monopole du cours magistral, autrement dit le monologue du professeur, firent le jeu de cet outil pédagogique auquel les maîtres trouvèrent un avantage financier quand, à partir de 1924, ils se mirent à conclure des accords avec une maison de vente et en reçurent des droits d’auteur. Quant aux étudiants, ils trouvaient dans le polycopié un support offrant la parole magistrale, soit le contenu même sur lequel ils étaient interrogés à l’examen, un temps, uniquement à l’oral, toujours rapidement. Quelques aperçus complémentaires, éclairant un point précis, ont été tirés d’autres disciplines. Le champ chronologique de la recherche couvre les années allant de 1900 – et les débuts des Cours de droit sont un repère – à la décennie 1970, quand prit fin la grande saison des cours universitaires polycopiés en droit, quand l’édition des manuels universitaires et autres publications pédagogiques connut, comme dans toutes les disciplines, un fort développement6.

I. De la contrefaçon à l’autorisation

  • 7 Sur ces officines, voir Guillaume Richard, Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe Républiq (...)
  • 8 Fondation nationale des sciences politiques, Direction des ressources et de l’information scientif (...)
  • 9 Ibid., séances des 24 novembre 1903 et 26 janvier 1904, p. 160 et 164-166 (cit. : p. 165).

4Les Répétitions écrites, c’est le titre générique de la publication suivi de l’indication du sujet, par exemple Cours de droit civil, Cours d’économie politique, sous lequel Les Cours de droit commença à faire paraître au tout début du XXe siècle des enseignements donnés à la faculté de droit et à l’École libre des sciences politiques. Des publications de ce type étaient produites à Paris depuis quelques années par plusieurs officines qui étaient souvent aussi des cabinets de répétitions7. Le conseil d’administration de l’École s’était élevé en 1895 contre de telles productions illicites8. Cette « industrie » n’avait fait que croître et, en 1904, Les Cours de droit apparaissait comme « la principale » de ces maisons, « faisant en grand ce que les autres font en petit »9.

  • 10 Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 88-89 ; le préjudice que l’École avançait consistait e (...)
  • 11 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 10, Dr 1, Copie du jugement du 17 mars 1905, p. 2-3.

5L’École et quatre professeurs (Louis Renault, Émile Cheysson, Alfred de Foville, Raphaël-Georges Lévy) se portèrent en justice – la première pour préjudice, les seconds pour contrefaçons. Une saisie fut effectuée le 7 mai 1904 dans les locaux des Cours de droit qui fut condamné par jugement rendu le 17 mars 190510. On s’arrêtera à l’échange des arguments se rapportant plus précisément à la nature des publications en cause. L’avocat des professeurs soutint que « les leçons publiques d’un professeur constituaient une propriété littéraire au terme des lois des 19 juillet 1793 et 25 prairial an 3 ; qu’il avait donc été porté atteinte à ces droits de propriété […] ; que d’un autre côté les cours publiés et vendus […] contenaient des erreurs grossières et de nombreuses inexactitudes ; que les cours des demandeurs se trouvaient ainsi dénaturés et qu’il en résultait pour les professeurs un préjudice considérable ; que les demandeurs avaient donc un intérêt moral et pécuniaire à faire cesser la publication dont s’agissait, à réclamer des dommages-intérêts ainsi que la confiscation tant des exemplaires saisis que de ceux existant encore »11.

  • 12 Ibid., p. 4-6.

6L’avocat d’Émile Baylac, gérant des Cours de droit, avançait une série d’arguments tout différents : les cours autographiés servaient pour les répétitions données dans son officine et, seul un petit nombre était vendu et uniquement aux étudiants pour leur permettre « d’affronter avec plus de chances de succès les examens ; […] en agissant ainsi, il ne commettait aucun acte illicite, […] il ne faisait en réalité que dispenser parmi les élèves eux-mêmes l’enseignement donné par les professeurs de l’École » ; l’avocat ajoutait que jusqu’alors les professeurs n’avaient pas protesté ; il balayait l’idée d’un préjudice moral alors qu’il n’y avait que « quelques erreurs de copiste, erreurs que les étudiants pouvaient réparer facilement et qui sont inévitables dans une œuvre qui devait être reconstituée hâtivement pour satisfaire aux désirs et aux besoins des élèves ; qu’au demeurant le nom des professeurs ne figurait pas sur les autographies » ; quant au préjudice matériel, il était « plus imaginaire encore », et ce, pour deux raisons : n’étaient autographiés que des cours qui n’étaient pas édités par les professeurs eux-mêmes ; et « on ne voyait pas comment alors que les professeurs qui avaient nécessairement cédé leur droit de propriété à l’École en échange de la portion en argent qu’ils avaient reçue d’elle pourraient exercer une action en vertu d’un droit qui ne leur appartenait plus ». Et de conclure : « les autographies publiées par le défendeur ne sauraient être considérées comme constituant la contrefaçon littéraire »12.

  • 13 Ibid., p. 7-10.
  • 14 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 10, Dr 1, conclusion du substitut Morizot-Thibaut et décision de justice du 1 (...)

7Tous ces arguments furent rejetés par le tribunal qui déclara Baylac « contrefacteur des cours professés par les demandeurs à l’École libre des sciences politiques » et le condamna à cesser cette activité, à payer des dommages, et aux dépens. Au nombre des multiples attendus de sa décision, le tribunal énonçait : « les cours et leçons professés en public sont incontestablement une œuvre personnelle, fruit du travail et du savoir du professeur. Que le fait par lui de produire en public cette œuvre pour permettre à des auditeurs d’en tirer un profit et une jouissance intellectuelle ne saurait porter atteinte à son droit de propriétaire ». Quant à une cession de ce droit que les professeurs auraient faite à l’École et en vertu de laquelle ils seraient sans qualité pour intenter une action, le tribunal rétorquait : « que la rémunération que reçoit le professeur n’est que la représentation du temps et des soins qu’il s’était engagé à consacrer à l’œuvre par lui entreprise et qui consiste à mettre à la portée de ses auditeurs et à les faire profiter dans la mesure du possible du fruit de ses études et de sa science, et n’a jamais été le prix d’une cession au profit de l’établissement, ni le paiement de la propriété de son œuvre scientifique ou littéraire »13. Ainsi était affirmé ou plutôt confirmé pour les professeurs « un droit de propriété qu’ils ont le droit d’invoquer dans l’avenir »14.

  • 15 AN, AJ/16/1797, Registre des délibérations... de la faculté de droit de Paris (1899-1905), p. 412- (...)
  • 16 Voir Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 88-89 ; pour un historique des protestations, voi (...)
  • 17 AN, AJ/16/1800, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1920-1925), p. 364 (cit.).

8Les professeurs ne manquèrent pas de le faire. Fin 1904, alors que l’affaire était en cours, la faculté de droit sommait une certaine Mlle Bourgaigne de cesser son activité de « reproduction des cours » qui en était d’ailleurs à ses débuts15. Entre 1907 et 1923, elle s’éleva à plusieurs reprises contre la « reproduction de cours » et des « contrefacteurs », plus précisément contre une « agence qui en fait un important commerce », ou « une maison de commerce qui fait sténographier les cours des professeurs et les vend ensuite à son bénéfice exclusif aux étudiants », périphrases désignant en 1914 et en 1923 Les Cours de droit16. Autant de protestations qui furent vaines jusqu’à la décision prise le 31 janvier 1924, après qu’une commission a rendu ses conclusions : « la faculté n’a pas à connaître de ce genre. Chaque professeur est libre de régler la question comme bon lui semble, mais la faculté ne peut donner une adhésion officielle à quelque [blanc] que ce soit pouvant intervenir entre ses membres et une maison de vente des cours »17.

  • 18 AN, AJ/16/1804, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1948-1952), p. 108-113.

9La question n’est plus évoquée dans les instances de la faculté, des professeurs s’entendant avec une maison de vente, soit pour la plupart d’entre eux avec Les Cours de droit. Les publications, tout en conservant un certain temps dans leur titre la mention Répétitions écrites, portent alors le nom du professeur précédé par avec l’autorisation de ; elles sont faites sur la base de contrats d’édition et les professeurs reçoivent des droits d’auteur. Cet état des choses fut défendu par la faculté quand en 1948 elle fut consultée sur des projets concernant l’édition en polycopie des cours universitaires. Dans un rapport du 22 novembre, le doyen s’opposait à la proposition de loi émanant du groupe communiste à l’Assemblée nationale concernant la création d’un centre national d’éditions universitaires avec la vente des polycopiés au prix de revient, ainsi qu’à la proposition de loi présentée par la Commission de l’Éducation nationale visant à organiser un centre de polycopies auprès de chaque université. Dans les deux cas, atteinte était portée aux droits de propriété littéraire des professeurs qui n’auraient plus le droit de publier ou de ne pas publier, de choisir le moyen de publication ainsi que l’éditeur, de veiller à la fidélité de la reproduction18.

  • 19 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 8. Dossier Les Cours de droit, 1946-1950.
  • 20 Voir Françoise Waquet, « Étudiants éditeurs… », art. cit. ; et, précisément, pour l’Amicale des él (...)

10La mention autorisation figure également sur les polycopiés que Les Cours de droit publia pour Sciences Po à partir de 1946 au terme d’un accord avec cet établissement. Toute reproduction supposait l’accord écrit préalable du professeur19. La décision juridique de 1905 avait pesé, et le polycopié, contrefaçon faite par des plagiaires, était devenu produit autorisé publié par une maison d’édition respectable. Le droit d’auteur est désormais respecté dans la production de polycopiés, tant par des maisons d’édition comme le CDU qui publia des cours de Sorbonne que par des associations d’étudiants qui se lancèrent dans ce genre de publication. Ainsi quand l’Amicale des élèves de l’Institut d’études politiques, une association étudiante, se lança en 1951 dans la polycopie de cours sous le contrôle de la direction de l’institution, celle-ci fut très soucieuse que l’accord des professeurs soit obtenu avant toute chose20.

  • 21 Gérard Lyon-Caen, « La publication des cours de professeurs d’université », Revue internationale d (...)
  • 22 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Dossier Amicale. Piratage des cours, 1969-1970.

11Dans les années 1960, des infractions se notent sur le fondement selon lequel « le cours n’appartient pas à celui qui le dispense mais à celui à qui il est dispensé », comme l’affirmait vers 1964 une association estudiantine de pharmacie, ou « les cours [sont] la propriété des étudiants et pas des professeurs », comme le soutenaient en 1969 des représentants de l’Amicale de l’IEP. Ces deux initiatives n’eurent pas de suite. La première ne serait pas allée outre des déclarations alors qu’une consultation juridique avait rappelé le « caractère absolu » du droit d’auteur21. La seconde avait commencé à passer à l’acte, établi une liste et peut-être récolté des abonnements avant d’échouer devant la réaction de l’établissement et par suite de l’abandon par ses initiateurs. Il est piquant de constater que la direction de Sciences Po dans cette affaire de « cours pirates » demanda alors conseil à la directrice des Cours de droit « eu égard à votre compétence en la matière »22. On n’ose penser que revenait le souvenir du temps passé ; il est plus probable que l’entreprise travaillant depuis plus de 40 ans dans la légalité avait dû faire les comptes avec ses propres plagiaires et autres contrefacteurs marchant sur ses brisées.

II. Une publication modeste et chère

  • 23 A. Chevallier à [Les Cours de droit], Chartres, 1er juin 1902 (FNSP, DRIS, DA], 1 SP 10, Dr 1).
  • 24 Franck Hurinville, Sébastien Dalmon, « “Le droit n’est pas cet absolu dont nous rêvons” », in Raym (...)

12Contrefaits ou autorisés, les polycopiés sont un objet de présentation modeste. Une couverture de carton fin ou de papier fort recouvre un volume ou, plus souvent, des fascicules faits de papier ordinaire, légèrement jaunâtre. Ainsi, en 1902, un client des Cours de droit, par ailleurs très satisfait de la publication qui lui avait « rendu les plus grands services », notait : « j’aurais préféré seulement que l’impression fût faite sur papier blanc, cela eût été plus clair et moins fatiguant pour les yeux »23. La qualité du papier employé a toujours été médiocre ; lors de la numérisation récente des polycopiés du doyen Carbonnier, cours professés entre 1958 et 1974, il a été fait état d’un « papier très fragile, devenu cassant au fil du temps »24. La fabrication a suivi les progrès technologiques et les polycopiés, d’abord autographiés et lithographiés, sont ensuite devenus dactylographiés et ronéotés, le texte n’en restant pas moins toujours serré avec des marges étroites. Ce qui ne veut pas dire que les éditeurs n’aient pas fait en sorte d’améliorer la présentation : les publications des Cours de droit constituaient à la hauteur des années 1950 un modèle pour les associations étudiantes qui se lancèrent dans la production de polycopiés.

  • 25 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 9, Dr 1, 2, 4.
  • 26 Ibid., 1 SP 9, Dr 6, sdr b. Lettre de Louis Renault, janvier 1904.
  • 27 Sur Ferdinand Loviton (1876-1942) et sa fille Jeanne (1903-1996 ; pseud. Jean Voilier) qui hérita (...)
  • 28 Voir Françoise Waquet, « Une petite affaire française… », art. cit. ; id., « Étudiants éditeurs… (...)
  • 29 Voir Françoise Waquet, « Étudiants éditeurs… », art. cit.
  • 30 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Note établie par la direction de l’École sur la gestion du Centre de poly (...)

13Une même remarque vaut pour le contenu. En 1904, les professeurs de Sciences Po qui se portèrent en justice avaient jugé sévèrement les cours autographiés reproduisant leur enseignement. Louis Renault y voyait « un compte rendu à peu près exact » de son enseignement de droit international, tout en signalant « d’assez nombreuses erreurs ou inadvertances », des contresens et des lignes inintelligibles. Alfred de Foville dressait une typologie des « malfaçons » rencontrées dans son Cours d’économie politique : « un mot pour un autre, la substitution fût-elle absurde ou ridicule », des noms écorchés, des sottises, de grosses erreurs de chiffres, des expressions aberrantes. Raphaël-Georges Lévy, à l’examen page à page d’un exemplaire de son Cours de banque, multipliait les points d’exclamation indignés, notait en marge : « je n’ai pas dit cela », « j’ai dit le contraire », « très mal exprimé », « galimatias » « charabia » ; il concluait son rapport sur ces mots : « le recueil fourmille d’erreurs grossières. Le cours des leçons est constamment dénaturé. Elles deviennent souvent inintelligibles »25. La production des cours explique cet état des choses : des sténographes prenaient les cours qui étaient ensuite rédigés. Pour Renault, il était clair que « celui qui revoit l’autographie n’est probablement pas celui qui a pris les notes et ne comprend pas toujours le texte »26. La qualité s’améliora avec le temps, d’abord grâce à l’important travail de mise au net que faisait Ferdinand Loviton, un avocat propriétaire des Cours de droit27, puis, une fois réglée la question juridique, grâce au processus suivant : soit le professeur remettait ses notes, soit – et la préférence fut, semble-t-il, là –, une sténographe ou une sténotypiste était envoyée à son cours ; dans les deux cas, le texte était dactylographié aux Cours de droit et le professeur revoyait (ou pouvait revoir) la dactylographie avant l’impression28. D’où fréquemment dans les titres, la mention après avec l’autorisation de, revu par suivi du nom du professeur. Le standard s’éleva grandement et « la qualité des rédactions » des Cours de droit fut, comme la présentation, aussi exemplaire que difficile à suivre29. Ce que notait en 1961 le directeur de Sciences Po à propos des productions de l’Amicale : « certains professeurs se sont montrés très mécontents des conditions d’établissement du polycopié. En suivant mieux au jour le jour le développement du cours, en exigeant du personnel employé une meilleure qualification et plus d’attention, et en attachant une importance plus grande au contrôle et à la lecture des épreuves par des étudiants compétents, on arriverait certainement à de meilleurs résultats »30.

  • 31 Compte rendu paru dans Revue française de science politique, vol. 13, no 4, 1963, p. 1082.
  • 32 Noëlle Balley, Sébastien Dalmon, « Un exemple de médiation documentaire numérique autour du centen (...)
  • 33 Comme il l’indiquait lors d’un débat « Les Professeurs et l’organisation des études », Galop d’ess (...)
  • 34 Paul Ricœur, Être, essence et substance chez Platon et Aristote. Cours professé à l’université de (...)

14Une correction impeccable n’aurait cependant pas été attendue des publications de ce type. C’est ce que laisse entendre le recenseur du Cours de droit constitutionnel de Georges Burdeau, un gros volume de 760 pages, constatant d’emblée : « Ce cours polycopié obéit aux lois du genre. À des conditions d’édition particulières, on imputera des oublis et des lapsus »31. Des erreurs pouvaient échapper à la relecture des professeurs : un « Olugel » pour Aulu-Gelle a été relevé entre autres rectifications d’orthographe, lors de la numérisation des polycopiés du doyen Carbonnier32 ; et il est des professeurs qui ne relisaient pas le texte avant sa publication, tel l’historien Charles Morazé33. En fait, seul un travail de vérification quasi philologique, tel que celui qui a porté sur un cours de Paul Ricœur, permet de se prononcer sur la qualité éditoriale du polycopié. Et dans ce cas, elle n’était pas fameuse. Ce cours, initialement professé et polycopié à Strasbourg (1953-1954), fut ensuite repris par le CDU sous la même forme (1957), puis par la Société d’édition d’enseignement supérieur (SEDES), partenaire du CDU, sous forme de livre cartonné (1982) sans que Ricœur ne change « un iota » au texte initial. La première édition est dite de « qualité médiocre » : les lettres sont parfois empilées les unes sur les autres pour corriger des erreurs de frappe ; le grec ancien est tapé à la machine mais sans les accents et avec des erreurs nombreuses et des transcriptions très fautives. Le polycopié parisien est identique, mis à part une réécriture systématique et précise des citations en grec ancien. La troisième édition est dite « claire et propre », le travail de correction ayant porté sur le grec, le texte étant le même que précédemment en conservant les coquilles et des erreurs diverses dont des références erronées. L’éditeur du volume paru en 2011 avait, lui, corrigé des coquilles et des fautes d’orthographe « assez nombreuses » ; il avait rectifié des références, révisé la ponctuation « parfois fautive, peu cohérente, absente ou ne correspondant pas aux barèmes actuels », vérifié la transcription du grec, vérifié et corrigé des citations34. L’énoncé de son travail donne, à lui seul, une idée de la qualité éditoriale du polycopié que les étudiants eurent en main.

  • 35 Voir de façon générale et sur le cas précis de l’activité de l’Amicale de l’IEP, Françoise Waquet, (...)
  • 36 Roger Le Taillanter, « Le Grand ». Ma vie de flic, Paris, Plon, 1995, p. 31.

15Produits d’apparence modeste, et peut-être parce que modeste, les polycopiés publiés par les maisons commerciales, et tout particulièrement par Les Cours de droit, étaient jugés chers, excessivement chers, à des prix prohibitifs. C’est là dans les années 1950-1960 une déploration constante des étudiants, relayée jusqu’au Parlement. Ce fut là une des raisons, et peut-être la principale, qui amena des étudiants à se faire éditeurs. Les polycopiés de l’Amicale des élèves de Sciences Po étaient vendus à un prix moins élevé que ceux publiés par Les Cours de droit : soit en 1957-1958, 2  000 francs contre 2 700. Cependant, en 1961, la direction de l’IEP constatait que « le prix de revient d’un cours édité par l’Amicale qui n’a pratiquement pas de charges fixes et qui ne paye pas d’impôts est sensiblement plus élevé que celui d’un Cours de droit ». Encore ces tâches tout aussi nécessaires qu’étaient le tri des feuilles et l’agrafage ainsi que l’enregistrement des abonnements et la distribution des fascicules étaient-elles effectuées par des étudiants bénévoles, sans cesse appelés à l’aide35. Dans une maison commerciale, des employés étaient ici à l’œuvre, tel en 1942 aux Cours de droit le tout jeune Roger Le Taillanter, le futur patron de la Brigade mondaine, occupé « à enregistrer, en début d’année universitaire, les abonnements des étudiants et à leur délivrer hebdomadairement les textes imprimés de leurs cours »36.

16Sténographes, sténotypistes, rédacteurs, fabrication (et on n’oubliera pas le prix du papier même ordinaire), distribution, locaux, droits d’auteur, tout cela a un coût et explique qu’un produit d’apparence modeste revenait cher et était vendu à un prix élevé, voire très élevé quand de surcroît une maison, telle Les Cours de droit, jouait de sa position de quasi-monopole face au public captif des étudiants de la faculté de droit.

  • 37 Jean-Marie Le Pen, Mémoires. Fils de la nation, Paris, Éditions Muller, 2018, p. 145. La Corpo dés (...)
  • 38 Voir, entre autres, Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération. Les années de rêve, Paris, Seuil, 198 (...)
  • 39 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 9, Dr 6, sdr a.
  • 40 Saul Friedländer, Où mène le souvenir. Ma vie, Paris, Seuil, 2016, p. 44-45.
  • 41 « P. comme polycopiés », Galop d’essais. Bulletin de l’Amicale des élèves de l’Institut d’études p (...)

17L’abonnement diminuait quelque peu le prix des polycopiés tout comme les réductions procurées par l’appartenance à telle ou telle association ou syndicat. Jean-Marie Le Pen, président de la Corpo, s’employa à négocier auprès de la propriétaire des Cours de droit « les meilleurs prix » en faveur des adhérents de l’association37. Reste que les budgets étudiants souffraient face à la dépense surtout quand il fallait acheter plusieurs cours. D’où des revendications de gratuité des polycopiés qui se font entendre à partir des années 1963-1964, sans succès d’ailleurs38. D’où l’existence d’un marché d’occasion, lui, de tout temps, dont quelques traces permettent de saisir la réalité. Une affichette manuscrite datant de 1905 collée sur les murs de l’École libre des sciences politiques portait, écrit à la main : « À céder pour cause départ dans les 8 jours cours autographiés absolument complets » ; suivait une longue liste mentionnant, éditeur par éditeur, les cours à la vente sous le nom du professeur ; elle s’achevait sur la mention, répétée en marge : « Écrire K. L. Bureau restant. Avenue d’Orléans »39. Il s’en trouvait aussi dans une librairie, comme il ressort des quelques lignes que Saul Friedländer a consacrées à sa scolarité à Sciences Po dans les années 1950. À l’instar de nombre de ses camarades salariés, il travailla sur les cours ronéotés qu’il achetait « dans une libraire qui faisait face à l’entrée de l’école, rue Saint-Guillaume. Et d’ajouter : « À la fin de l’année ou de vos études à Sciences Po, vous pouviez revendre ces copies et les mêmes exemplaires passaient donc à la promotion suivante souvent enrichis de commentaires griffonnés dans les marges »40. C’est un service organisé de revente que l’Amicale des élèves de l’IEP organisa ; elle le présentait ainsi en 1959, probablement à ses débuts : « une sorte de “bourse des polycopiés d’occasion” en centralisant les offres et les demandes. Tout étudiant qui désire revendre ses polycopiés peut les porter au Centre de Polycopie où il remplit une fiche sur laquelle il indique le prix qu’il demande. Lorsque les cours sont vendus, l’Amicale lui restitue le prix de vente, moins une retenue de 10 % ». En 1965, le système existait toujours ; seule différence : l’Amicale prenait désormais « une commission de 15 % pour frais de fonctionnement »41. Ces ventes d’occasion dont on ignore le volume traduisent en elles-mêmes la valeur d’usage dévolue au polycopié. Avant de l’explorer en détail, on s’arrêtera à ce qui, distinguant le polycopié de produits autres, entre dans les traits constitutifs de son identité.

III. Un tiers-produit

18On trouve dans les déclarations des éditeurs et dans des propos livrés par des étudiants et des professeurs des remarques sur les polycopiés et, avec elles, des éléments de définition de leur identité. Ce sont le plus souvent des notations brèves mais qui ne sont pas moins révélatrices de ce qui distingue le polycopié, la spécification se faisant par la comparaison avec des produits autres, communs dans la sphère universitaire, qu’ils soient d’ordre oral – le cours –, manuscrit – les notes –, imprimé – le livre.

  • 42 Quatrième de couverture de Les Cours de droit. Leçons hebdomadaires rédigées conformément au progr (...)

19Les Cours de droit, dans les multiples brochures et feuillets qu’il distribua pour faire connaître ses publications et autres activités de cabinet de répétitions et de conseil aux étudiants, partait, dans la présentation des polycopiés, du cours qu’il reproduisait. Au point de départ, était soulignée l’importance majeure de l’enseignement magistral appuyée par des citations d’autorités. En 1906, c’est Frédéric Mourlon (1811-1866), un docteur en droit, enseignant libre et auteur prolifique dont les Répétitions écrites sur le Code civil eurent un succès éditorial impressionnant, qui était invoqué et tout particulièrement son exhortation aux étudiants : « Allez aux cours, prenez des notes, et rédigez-les. C’est la seule manière d’apprendre ». La citation s’assortissait de la remarque : « Mais suivre les cours, y prendre des notes, les rédiger, c’est un long travail devant lequel reculent nombre d’étudiants »42. Ce travail, Les Cours de droit le faisait avec ses autographies.

  • 43 Circulaire trimestrielle publiée par « Les Cours de droit », no 1, août 1912, p. 2-5 ; no 2, octob (...)
  • 44 Ibid., no 2, octobre 1912, p. 3-6.

20L’importance du cours et le défaut de livres étaient énoncés dans une Circulaire trimestrielle que Les Cours de droit commença à publier en août 1912. Dans cette feuille à l’intention des étudiants, un long article consacré à la session d’examens de juillet pointait l’important taux d’échec aux examens (la réussite moyenne en prenant les trois années de licence était de 52 % de ceux-là seuls qui s’étaient présentés) ; les échecs étaient rapportés à « un manque de travail ou à un vice de méthode » dans lequel entrait l’utilisation de livres même « sérieux ». C’est que « bien peu peuvent, en vue de la préparation aux examens, remplacer le cours. La façon dont une question est présentée oralement et développée dans un livre est très différente […]. Dans ces conditions, vouloir substituer au cours un ouvrage est une grave erreur dont les candidats subissent souvent les conséquences ». Et d’insister : « l’enseignement de la faculté doit être la base essentielle de toute préparation aux examens ». Pour ceux qui ne pouvaient pas suivre assidûment les cours, aucun ouvrage ne pouvait les suppléer : « seules nos répétitions écrites sont à même de remplacer les notes qu’ils prendraient eux-mêmes au cours et qu’ils rédigeraient ». Dans le numéro d’octobre, des conseils de lectures étaient donnés portant sur des « classiques qui doivent se trouver dans toute bibliothèque juridique » ; toutefois, « pour les abonnés de nos Répétitions l’utilité de ces livres est évidemment moins grande. Ils trouvent en effet dans nos Répétitions tout ce qui a été dit au cours de sorte qu’elles ne présentent aucune lacune qui ait besoin d’être complétée par un livre. La rédaction d’autre part en est suffisamment claire et soignée pour qu’il n’y ait pas besoin de se reporter à un ouvrage pour y chercher une explication ou une vérification »43. Autrement dit, le polycopié était le cours enseigné et, en tant que tel, il se distinguait du livre, traité ou manuel et valait mieux pour l’étudiant. Cela ressortait encore d’une série de vignettes présentant les professeurs de la faculté de droit, le contenu et le style de leur enseignement ainsi que leur attitude d’examinateurs. Pour nombre d’entre eux, ce qu’ils enseignaient ne se trouvait pas dans les livres, et quand il s’y trouvait, c’était dans des ouvrages trop savants dans lesquels les étudiants se perdraient44.

  • 45 Préparation spéciale à l’examen écrit (Première année), Paris, Les Cours de droit, [DL 1923], p. 2 (...)

21En 1923, alors qu’était venu s’ajouter, pour les étudiants de première année, un examen écrit aux épreuves jusqu’alors uniquement orales, Les Cours de droit inaugurait une préparation spéciale. C’était l’occasion de souligner les années de succès des Répétitions écrites et de « rappeler que, seules, elles permettent de suppléer au cours des professeurs et que les étudiants trouvent dans nos répétitions tous les développements et indications qu’ils pourraient obtenir s’ils suivaient assidûment les cours et rédigeaient soigneusement les notes qu’ils y prendraient »45.

  • 46 « Les Cours de droit ». Répétitions écrites. Licence - Capacité - Doctorat. Rédigées d’après les c (...)

22Cet argumentaire a son plein développement dans une brochure de 1938 où l’éditeur Ferdinand Loviton présentait les activités de sa florissante entreprise, dont les Répétitions écrites. Il partait d’une autorité, Henry Berthélemy, doyen de la faculté de droit de Paris de 1922 à 1933. Dans un article, celui-ci avait marqué la spécificité de l’enseignement qui se donnait en droit, un enseignement purement oral où, dans les cours de licence, le professeur, exposant l’ensemble de la matière au programme, met en lumière les principes qui guideront l’apprenti, opère sur chaque question le tri entre l’essentiel et le superflu, ce que « le candidat arrive si difficilement à faire quand il étudie sans conseils dans un livre », un enseignement qui a « aussi pour but de provoquer la réflexion, éveiller l’intelligence, susciter la controverse, exercer la subtilité des jeunes auditeurs en insistant sur l’importance relative des principes enseignés et des documents invoqués. Et de souligner : cela ne se fait qu’en parlant ». D’où la conséquence : « le meilleur ouvrage de droit n’a pas la valeur pédagogique d’un cours même simplement honorable ». Se fondant sur ces affirmations, Loviton insistait à l’attention des étudiants sur l’importance première des cours qui se retrouvaient dans les Répétitions écrites présentées comme « une rédaction plus complète, plus exacte, plus fidèle, plus commode à étudier que les notes qu’ils peuvent prendre aux cours »46.

  • 47 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14.

23La prééminence du cours fut rappelée par le secrétaire général de Sciences Po à l’Amicale quand celle-ci se lança dans la production de polycopiés : « J’estime, écrivait-il le 6 mars 1952, que le polycopié ne doit pas se substituer au cours ; il devrait être utilisé seulement comme moyen de contrôle dans les propres notes des étudiants et non pour remédier à leur absence au cours. C’est peut-être là un point de vue très théorique et très “Direction” mais il me paraît le seul valable »47.

  • 48 Danièle Lochak, « Mai 68 à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris », in Jean-Phil (...)
  • 49 Sur la demande de polycopiés par des étudiants salariés dans ces années-là, voir Jean Bruhat, Il n (...)
  • 50 Un mois de mai orageux : 113 étudiants parisiens expliquent les raisons du soulèvement universitai (...)

24Reste que les étudiants avaient sur les polycopiés une tout autre opinion. Leurs témoignages, de très brèves remarques en comparaison des développements que l’on vient de citer, sont aussi plus tardifs. Lors de Mai 68, alors que le régime pédagogique en place était contesté, des critiques que des étudiants portaient contre « le cours magistral hérité de la tradition bourgeoise » n’étaient pas sans incidence sur l’existence des polycopiés, pour eux à supprimer48. La position était loin d’être toujours aussi radicale. Outre le fait que le polycopié demeurait indispensable aux yeux d’étudiants salariés ne pouvant assister aux cours49, il arrivait qu’il entrât dans un nouveau dispositif pédagogique. Des étudiants de première année de la faculté des sciences se prononçaient pour une forte minoration du cours magistral ou ex cathedra et son complément par des polycopiés « bien conçus », « bien faits », établis par le professeur qui consacrerait une partie du cours, tout le cours ou bien des séances de travaux dirigés, à les commenter ou à apporter les explications nécessaires ou demandées. Deux grandes raisons étaient, en outre, avancées à l’appui du polycopié, qui ne furent certainement pas propres aux étudiants de la faculté des sciences. C’était les conditions de l’écoute qui empêchaient de saisir tout ce que le professeur disait : « dans un amphi il y a toujours un certain bruit de fond et si l’on perd le fil du cours il est difficile de se raccrocher », disait l’un ; et un autre précisait : « quand 9/10e des étudiants bavardent, le dernier 1/10e est suffisamment gêné pour ne suivre que la moitié du cours donné ». La seconde raison tenait à la prise des notes – « une perte de temps énorme » – pour un résultat insatisfaisant – « il s’y glisse des erreurs ». S’ajoutait la difficulté, voire l’impossibilité de ce travail de notation : « écouter, comprendre et copier, tout en même temps, nécessite presqu’un Napoléon en chacun de nous »50. Les polycopiés étaient mieux que la trace écrite que l’étudiant pouvait établir ; ils étaient, sous une forme « écrite », les cours mêmes que les professeurs avaient donnés.

  • 51 Ferdinand Alquié, Leçons sur Descartes. Science et métaphysique chez Descartes, Paris, La Table ro (...)
  • 52 Entretien de Raymond Aron avec Pierre Desgraupes, Lectures pour tous, 30 janvier 1963.
  • 53 Jean Bruhat, Il n’est jamais trop tard…, op. cit., p. 163.

25Ceux-ci, dans leurs opinions sur le sujet, partaient d’un point de vue tout autre, le terme de comparaison n’étant plus l’oral du cours, mais l’imprimé du livre avec lequel la différence était marquée. Les Leçons sur Descartes de Ferdinand Alquié (2005) étaient, hormis le titre et quelques corrections typographiques, le polycopié de son cours de Sorbonne (1954) publié par le CDU l’année suivante avec cet avertissement : « Le cours de M. Ferdinand Alquié, pris en sténotypie, est ici présenté tel qu’il a été prononcé à la Sorbonne. L’auteur en a vérifié l’exactitude. Il n’en a pas corrigé les répétitions et négligences propres au style parlé. Il s’en excuse. Mais de telles corrections auraient transformé ce cours en un livre. Ce sont les leçons effectivement professées, dont on a voulu respecter le caractère oral »51. Cette même distinction du livre et du cours représenté par le polycopié était faite par Raymond Aron. Les Dix-huit leçons sur la société industrielle qu’il publia en 1962 chez Gallimard reprenaient des cours qui, professés en Sorbonne en 1955 et 1956, avaient été alors polycopiés. La publication de cet ouvrage trouva place dans la collection Idées qu’Aron présentait ainsi : une collection « dans laquelle on peut publier un cours qui ne soit pas vraiment un livre puisque ces leçons n’ont jamais été écrites, elles ont été parlées et sténotypées »52. La différence entre polycopié et livre ressortait encore d’un état de moindre achèvement. Ce que disait l’historien Jean Bruhat à propos du cours sur le marxisme qu’il fit à Sciences Po : « Ce cours a été polycopié. J’ai refusé les propositions qui m’avaient été faites par plusieurs maisons d’édition de passer de la polycopie à l’imprimé. J’estimais que mon travail n’était pas au point »53.

  • 54 François Terré, Notice sur la vie et les travaux de Suzanne Bastid (1906-1995), séance du 4 févrie (...)
  • 55 Publié dans Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1948, p. 391.
  • 56 Dans un compte rendu d’un ouvrage de cette collection publié dans Revue française de science polit (...)

26Les polycopiés qui reproduisaient le cours et n’étaient pas des livres se situaient dans un entre-deux. François Terré, évoquant les publications de Suzanne Bastid, présentait ses innombrables polycopiés comme « intermédiaires entre l’écrit et l’oral »54. Le polycopié qui n’était pas un livre avait des allures de faute de mieux. Un compte rendu élogieux du Cours de droit criminel professé en 1946-1947 par le doyen Magnol soulignait, alors que la huitième édition de sa somme en la matière était épuisée, que « tous les spécialistes [qui] attendent avec impatience la neuvième […] seront heureux à défaut de cet ouvrage classique de se reporter au cours professé ». Et de poursuivre en pointant la différence : « Certes, de tels cours ne sauraient prétendre à remplacer complètement les grands ouvrages scientifiques. Le souci qui domine l’auteur est ici spécifiquement pédagogique […]. Le propos de M. le doyen Magnol est d’abord d’instruire et d’éclairer »55. Comparé au livre, le polycopié est en position seconde, inférieure. Les choses étaient dites, on ne peut plus clairement, à propos de la collection Amphithéâtre lancée en 1984 par les Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. Elle avait pour but, comme l’indiquait Jacques Chapsal, directeur de Sciences Po de 1947 à 1979, de « faire passer du statut mineur de cours polycopié à la dignité majeure de livre imprimé quelques-uns des cours de l’Institut d’études politiques de Paris »56. Il y a là autant de remarques qui allégueraient une valeur de produit moyen, tout à la fois intermédiaire et secondaire – valeur que son usage conforterait.

IV. À haute valeur d’usage

  • 57 Ferdinand Larnaude, « La Faculté de droit », in Conseil de l’Université de Paris (dir.), La Vie un (...)
  • 58 Gérard Conac, « La fondation de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne », in Didier Maus, Jeannett (...)
  • 59 Sur la signature, voir AN, AJ/16/1797, Registre des délibérations… de la faculté de droit de Paris (...)
  • 60 Comme il ressort d’une enquête de 1962 faite par l’Association générale des étudiants en droit et (...)
  • 61 Manuel Castells, De la ville aux réseaux. Entretien avec Géraldine Pflieger, Lausanne, Presses pol (...)
  • 62 Parmi les exemples qui ne manquent pas : Pierre Andreu, Le Rouge et le blanc, 1928-1944, Paris, La (...)
  • 63 Alain Bot, Réflexions critiques sur Mai 68, Paris, Éditions du Panthéon, 2018, p. 38.
  • 64 Résultats de l’enquête effectuée par l’Association Cujas (Études juridiques, no 13-14, mars-avril  (...)

27Tout au long du XXe siècle, les étudiants en droit ont été de gros consommateurs de polycopiés, et ce pour diverses raisons se cumulant. Les locaux furent toujours insuffisants pour accueillir les inscrits dont le nombre crût tout au long du siècle et de façon massive après 1960. De 7  822 inscrits en 1912-1913, on était passé à 11  255 en 1932-1933 ; entre 1961-1962 et 1967-1968, les effectifs triplèrent et, en 1968, on comptait 10  000 étudiants pour la seule première année57. À lire ce dernier chiffre, il est clair que le grand amphithéâtre de 2  500 places de l’annexe Assas ouverte en 1964 ne suffisait pas. D’ailleurs, très vite après l’ouverture du nouveau bâtiment, des écrans de télévision avaient dû être installés dans le hall d’entrée pour ceux qui ne pouvaient trouver place58. La seconde raison est que nombre d’inscrits ne suivaient pas les cours ou du moins, tous les cours. L’absentéisme, toujours grand, ressortissait à des causes multiples. Des étudiants habitant en province s’inscrivaient à Paris pour des raisons de prestige ou pour échapper à l’assiduité qui était obligatoire dans les facultés provinciales, sans toutefois venir résider dans la capitale : jouaient aussi les « raisons pécuniaires et morales » avancées par des familles. La signature que les étudiants devaient apposer deux fois par an sur les registres de la faculté ne fut d’aucun effet pratique. D’ailleurs, Les Cours de droit, dans sa politique de service, avertissait ses abonnés de la date à laquelle venir signer59. Des étudiants travaillaient : 40 % d’entre eux en 196260. D’autres étaient aussi inscrits ailleurs, notamment à Sciences Po où l’assistance était requise. Il en était qui privilégiaient une autre activité ; ainsi Manuel Castells, arrivé en 1962 en exil à Paris où il s’était inscrit à la faculté de droit, précisait : « ma passion était la politique. Alors je n’allais pas perdre du temps à étudier. Je prenais le polycopié […]. Je ne mettais pas les pieds à la faculté »61. Enfin, nombre ne montrait guère d’assiduité pour suivre un enseignement jugé « ennuyeux » ou, pour le moins, certains cours dits « assommants »62. Ainsi, à Assas, on trouvait à la cafétéria « des centaines d’étudiants [qui] jouaient au bridge en continu pratiquement nuit et jour sans se soucier des heures de cours »63. En conséquence, bien des inscrits ne venaient à la faculté que pour les examens, ou seulement pour une matière ou un professeur jugé, par eux, particulièrement intéressant ou stimulant : en 1957, 31,7 % des « première année » étaient présents à tous les cours et 68,3 % d’entre eux à certains – encore aurait-ce été là des maximums64.

  • 65 Remarque de Maurice Aydalot à propos de l’enseignement du droit à Paris dans les années 1925 (Magi (...)
  • 66 André et Suzanne Tunc, « Méthodes actuelles de l’enseignement du droit », in Études de droit conte (...)
  • 67 Gérard Vincent, Sciences-Po. Histoire d’une réussite, Paris, Olivier Orban, 1987, p. 368.

28La troisième raison qui fit le jeu des polycopiés était que l’enseignement était largement basé sur le cours magistral qui, encore dans les années 1960, demeurait « la poutre maîtresse »65. L’introduction de conférences à paiement en 1922 et de travaux dirigés (TD) obligatoires en 1954 n’avait guère infléchi sa domination alors que les unes et les autres étaient minoritaires dans le cursus de l’étudiant et qu’ils tendirent à se transformer en cours ou à être suivis comme tels66. Et cette domination était d’autant plus forte que l’examen, uniquement oral jusqu’en 1922, puis écrit et oral, portait sur l’enseignement reçu en cours. De fait, le polycopié était, selon un étudiant qui fit droit et Sciences Po en 1927-1930, « la somme juridique qu’on nous demandait d’apprendre et de venir réciter en fin d’année »67.

  • 68 « Les Cours de droit ». Répétitions écrites, op. cit., p. 7.

29De toutes ces raisons, le polycopié tirait sa nécessité et sa légitimité. On ajoutera que même des étudiants assistant aux cours l’achetaient, tant pour éviter de prendre des notes que pour avoir en leur possession ce qu’il fallait savoir. Bref, il était, suivant une expression publicitaire, « le droit chez soi »68.

  • 69 « La masse des étudiants se borne à travailler sur les notes prises au cours ou sur les polycopiés (...)
  • 70 Voir, par exemple, Manuel Castells, De la ville…, op. cit., p. 20 ; François de Closets, Le Monde (...)
  • 71 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Note établie par la direction de l’École sur la gestion du Centre de poly (...)
  • 72 « Les Cours de droit ». Répétitions écrites, op. cit., p. 10 et 11.

30Travailler largement, voire exclusivement sur les polycopiés69 et réussir à l’examen ne faisaient qu’un. C’est ce qui ressort de bien des témoignages laissés par ceux qui firent ainsi leur droit70. Pour procurer le succès, les polycopiés devaient d’abord être servis dans les temps. Les Cours de droit se vanta toujours d’une publication régulière des fascicules – tous les 15 jours –, ce qui ne veut pas dire que les étudiants les travaillaient régulièrement. Du moins en disposaient-ils bien avant la date des examens. Ce qui ne fut pas toujours le cas des initiatives éditoriales menées par les étudiants. « Des retards notables sont à déplorer dans la parution des cours, notait en 1961 la direction de Sciences Po à propos des polycopiés édités par l’Amicale des élèves ; tous les premiers fascicules sont sortis avec un retard des plus fâcheux et plusieurs fascicules ne paraissent en fait que lorsque les interrogations orales sont terminées »71. Autre atout des polycopiés édités par Les Cours de droit : une présentation facilitant l’apprentissage et la mémorisation. Cette maison qui mettait en avant la clarté de ses publications, les munit de titres, sous-titres et manchettes marginales ainsi présentées : elles « marquent l’idée essentielle développée dans le texte ; il suffit de les relire pour se remettre dans l’esprit les développements déjà étudiés ». Jusqu’aux années 1940, pour le moins, des résumés étaient servis gratuitement aux abonnés : rédigés d’après le texte des leçons et « en s’inspirant des nécessités de l’examen », ils permettaient à l’étudiant « de repasser les matières du programme à la veille de l’examen »72.

  • 73 Michel Junot, L’Illusion du bonheur…, op. cit., p. 97.
  • 74 Manuel Castells, De la ville…, op. cit., p. 20.
  • 75 Henri Leclerc, La Parole et l’action. Itinéraire d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017, p. 31.

31L’usage du polycopié tourna à du bachotage, d’autant que bien des étudiants attendaient l’approche des examens pour s’y mettre. « Nous entassions les polycopiés souvent même sans les ouvrir. Il fallait rattraper le temps perdu et le seul moyen était de s’enfermer pendant deux ou trois mois », écrit Michel Junot qui commença ses études à la faculté de droit et à Sciences Po en 193473. Calendrier plus serré pour Manuel Castells : « je prenais le polycopié un mois avant les examens et je travaillais 15 heures par jour pour apprendre tous les polycopiés »74. Voire presque au dernier moment pour Henri Leclerc qui avouait « trois semaines d’un bachotage intensif juste avant l’épreuve 75». Ou, pour une variante, ce témoignage d’un énarque directeur de société qui, dans la seconde moitié des années 1940, avait fait « de manière absentéiste » droit et Sciences Po après une hypokhâgne :

  • 76 Gérard Vincent, Sciences-Po…, op. cit., p. 371-372.

« On ne foutait rien, mais ce qu’on appelle rien. On n’y allait pas pour apprendre, parce qu’on apprenait sur des polycopiés pour passer nos examens. Deux mois et demi avant l’examen, les types sérieux au nombre desquels je me range rétrospectivement, s’enfilaient tous les polycopiés […]. Pour donner une idée du rythme d’emmagasinage, je réussissais à apprendre presque par cœur toute la substance de 10 pages de polycopiés par heure »76.

  • 77 François de Closets, Le Monde…, op. cit., p. 111 ; Guy Jacquemelle, Leurs années Sciences Po. Comm (...)
  • 78 Gérard Vincent, Sciences-Po…, op. cit., p. 368.

32De même, François de Closets parlait de « gavage » et Lionel Jospin, étudiant à Sciences Po en 1956-1959, disait avoir « plus souvent ingurgité les polycopiés dans l’espace d’une nuit  – pour un savoir frais et fugace – que je ne les ai assimilés progressivement »77. Et cet apprentissage à marche forcée sur les polycopiés se faisait « quelquefois, d’ailleurs sans très bien les comprendre », comme le reconnaissait un étudiant qui, dans les années 1927-1930, avait fait droit et Sciences Po78.

  • 79 Comme l’a fait Nathalie Carré de Malberg à propos des inspecteurs des finances qui à 80 % étaient (...)
  • 80 René David, « Comparaison des méthodes et des institutions en matière d’enseignement, leurs mérite (...)
  • 81 Voir, par exemple, le point de vue de Georges Vedel sur la valeur du cours magistral dans Le Monde(...)
  • 82 Sur la modalité du cours magistral, voir, entre autres, les articles d’André et Suzanne Tunc et de (...)

33L’usage utilitaire du polycopié avec des scolarités « en touriste » amènerait à poser la question de l’influence des études juridiques dans des parcours professionnels79. D’ailleurs, une « insuffisance juridique » au terme de la licence a été constatée80. Le contraste est grand avec le but élevé que les professeurs assignaient à leur enseignement : transmettre une culture juridique. D’où leur opposition quasi permanente aux polycopiés qui s’inscrivait dans une refonte de l’enseignement et de son contexte, à commencer par l’extension des locaux afin de réduire le manque de contact et l’anonymat qui résultait de grands amphis surpeuplés81. Le « mal », pour citer le doyen Vedel, c’est-à-dire les polycopiés, resta, écornant la sacralité du cours, de surcroît victime d’une modalité assez générale d’enseignement : la lecture continue pendant une heure que le professeur faisait de ses notes, voire du polycopié lui-même, sans que les étudiants ne puissent poser la moindre question82.

  • 83 Ce qu’en  1904-1905 avait fait valoir l’École libre des sciences politiques au titre du préjudice (...)
  • 84 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 9, Dr 6, sdr b. Voir aussi dans ce même dossier des lettres d’André Giffard, (...)
  • 85 Amady Aly Dieng, Mémoires d’un étudiant africain. Vol. 1. De l’école régionale de Diourbel à l’uni (...)
  • 86 Jacques Lecaillon, « In memoriam. Jean Marchal (1905-1995) », Revue économique, vol. 47, no 2, 199 (...)
  • 87 Michel Falise, L’Inattendu d’une vie, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2011, p. 35.
  • 88 Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 87 (pour le début du XXsiècle).

34Les étudiants, consommateurs privilégiés des polycopiés, ne furent pas seuls à en faire usage. Dès le début du XXe siècle, des amateurs désireux d’avoir sur tel ou tel sujet une lecture autorisée en achetaient83. Bien plus, des chargés de cours, des chargés de conférences, des professeurs exerçant principalement dans des universités provinciales utilisaient les polycopiés parisiens pour leur enseignement. Des lettres adressées aux Cours de droit dans les années 1902-1903 le montrent déjà. Le 20 décembre 1902, Adolphe Oubert, chargé de conférences à la faculté de droit de Paris, écrivait depuis Dijon : « Vous avez bien voulu me communiquer pour ma conférence le début du cours de Mr Cauwès. J’aurais de nouveau besoin de recourir à votre obligeance. Je dois faire devant mes étudiants une leçon sur l’Économie Politique Nationale, le 8 janvier. Voudriez-vous être assez aimable pour expédier dès qu’il vous sera possible, la partie du cours de Mr Deschamps (1900-1901) relative à ce sujet ? ». Depuis Lille, Edmond Ory, professeur à la faculté libre de droit, envoyait le 22 juillet 1902 une demande similaire et faisait état de sa satisfaction pour un précédent envoi : « Je trouve les notes de la partie du cours de droit romain de première année du 20 mai au 14 juin que vous m’avez envoyés (sic), si bien prises, que je vous serais très obligé de me faire parvenir ce cours en entier le plus tôt possible »84. Dans les années 1950, des professeurs métropolitains exerçant à l’École de droit de Dakar faisaient usage de polycopiés dus à des autorités parisiennes et produits par Les Cours de droit. Amady Aly Dieng se rappelait avoir entendu « un magistrat Serge Rau qui se livrait à la pénible lecture d’un cours de droit pénal polycopié à la rue Saint-Jacques de Paris […]. Jacques Lecaillon qui venait d’être reçu au concours d’économie politique assurait les cours d’économie politique en se contentant de nous lire les cours polycopiés de Maurice Byé. Il l’avouera plus tard quand je l’ai revu à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris »85. C’est donc en connaissance de cause que Lecaillon pouvait écrire : « À l’époque, certains jeunes professeurs ou chargés de cours de province avaient pris l’habitude de s’inspirer des polycopiés parisiens pour préparer leur propre enseignement ». Cette remarque, placée dans une nécrologie de son maître Jean Marchal qui, dans les années 1950, avait introduit la comptabilité nationale dans son enseignement de première année, se poursuivait ainsi : « on peut dire que les facultés françaises produisaient chaque année plusieurs milliers de petits comptables nationaux »86. À Lille, quand l’Université catholique créa en 1961 une faculté libre des sciences économiques et que la question du diplôme national fut résolue par un accord avec la faculté de droit et des sciences économiques de Paris, les polycopiés furent une ressource : « la grande majorité des cours y étaient disponibles sous forme de polycopiés, écrit celui qui en fut président-recteur (1979-1991), ce qui permettait à nos étudiants de ne pas craindre de surprises désagréables au moment des examens et à nos professeurs de s’appuyer sur un matériau précis qu’il leur était possible d’exploiter et d’enrichir dans une liberté pédagogique limitée mais réelle »87. Ainsi, les polycopiés servirent, à leur façon, au « rayonnement » de la faculté parisienne et de ses professeurs88. Ajoutons qu’on en trouve cités dans des travaux de recherche. Ce qui amènerait à insérer cette modeste publication, à côté des traités et autres ouvrages savants, au rang des voies de l’influence dans les sciences juridiques et économiques.

*

  • 89 Ainsi, Pierre Andreu, lors de sa première année de droit pour laquelle il s’était muni des polycop (...)
  • 90 Albert Naud, Les défendre tous, Paris, Robert Laffont, 1973, p. 39 ; Jacques Chaban-Delmas, L’Arde (...)

35Les polycopiés furent un outil rendu quasi nécessaire par les conditions matérielles de la faculté de droit de Paris et le dispositif de l’enseignement qui s’y donnait. Ce contexte ne saurait à lui seul expliquer la fortune du polycopié qui fut aussi grande à Sciences Po où les conditions de scolarité étaient bien meilleures et où le dispositif pédagogique incluait la conférence de méthode, enseignement parallèle au cours pour un petit groupe d’étudiants. C’est que le produit avait une haute valeur d’usage qu’une maison d’édition sut potentialiser par une offre adéquate, faisant d’un produit papier de second ordre un instrument des plus fonctionnels et pertinents. Si la réussite ne sourit pas à tous les usagers89, nombreux furent ceux qui, travaillant exclusivement ou très largement sur les polycopiés, passèrent avec succès leurs examens, soit pour quelques noms célèbres s’ajoutant à ceux qui ont été cités : Me Albert Naud, Jacques Chaban-Delmas, Simone Veil, Gisèle Halimi90. Le prix élevé ne pesait finalement guère devant les services rendus alors que le produit pouvait aussi être acheté à meilleur compte sur le marché de l’occasion.

  • 91 Médecine Paris Descartes. La première année et la suite du cursus, 2015, p. 17, [en ligne] <https: (...)
  • 92 Voir le post de blog (12 janvier 2019) de Me Vallat, « Revente des note d’amphi par les étudiants (...)
  • 93 Gilles G. Guglielmi, Geneviève Koubi (dir.), Le Plagiat de la recherche scientifique, Paris, L.G. (...)

36Les années 1970 auxquelles cet article s’arrête ne marquent pas pour autant la fin du polycopié : les manuels ne l’ont pas fait disparaître, et la massification de l’enseignement ainsi que la condition étudiante l’auraient même favorisé. Il existe aujourd’hui sous forme électronique, mais aussi dans la modalité papier qui, ici comme ailleurs, n’a pas cédé, voire de façon mixte à l’instar des ronéos produites par l’Amicale Médecine Paris Cordeliers91. Dans ce développement considérable, des ventes de cours faites par des étudiants sur des plateformes de cession92 et des mises en ligne « sauvages » que la pandémie n’a fait qu’encourager ont violé le « droit sacré » de la propriété littéraire. Plagiat, contrefaçon, piratage, ces maux endémiques du monde universitaire93 affectent aussi le polycopié, aujourd’hui comme hier.

  • 94 Joachim Schöpfel, « Vers une nouvelle définition de la littérature grise », Cahiers de la document (...)

37Les polycopiés relèvent de la littérature grise qui, pour le monde universitaire, est riche de produits autres, précédant ou accompagnant les cours (livret de l’étudiant, syllabus, bibliographies, photocopies, etc.)94. Il y a là un matériel considérable qui devrait être pris en compte, non tant pour explorer des évolutions disciplinaires que pour saisir la quantité, la qualité et la pertinence des informations dont peut disposer l’étudiant. Les polycopiés transmettent le cours, ce qui veut dire aussi des données autres que celles que fournissent les publications de droit et de science politique auxquelles cet article s’est tenu : ce sont des images, comme dans les polycopiés de sciences et de médecine, autant de documents essentiels et, pour autant, difficiles à reproduire par l’étudiant durant le cours, quand, à écouter, comprendre, noter s’ajoute dessiner – et rapidement. L’enquête est à poursuivre dans ces facultés ; elle doit aussi s’élargir aux institutions provinciales qui, pendant un temps plus ou moins long, ignorèrent le polycopié : pourquoi ?

Haut de page

Notes

1 Jean-Pierre Versini-Campinchi, Papiers d’identité, Paris, Éditions du Cerf, 2020, p. 132.

2 Françoise Waquet, « “Une petite affaire française qui ne reposait pas sur le profit…”. Les Cours de droit, éditeur de polycopiés », à paraître dans Histoire et civilisation du livre ; Id., « Étudiants éditeurs. Sur la production des polycopiés à Paris, c. 1950-1970 », à paraître dans Teca.

3 Voir entre autres et pour la bibliographie : Annie Bruter (dir.), Le Cours magistral, XVe-XXe siècles, Histoire de l'éducation, no spécial 120, 2008 ; Anne-Sophie Chambost (dir.), Histoire des manuels de droit. Une histoire de la littérature juridique comme forme de discours universitaire, Paris, Lextenso Éditions, 2014.

4 Pierre Favre, « La connaissance politique comme savoir légitime et comme savoir éclaté : les enseignements à objets politiques dans les facultés françaises à la fin des années 70 », Revue française de sociologie, vol. 24, no 3, 1983, p. 472 ; ital. dans le texte.

5 L’École libre des sciences politiques, fondée en 1872, devint en 1945 l’Institut d’études politiques (IEP).

6 Une bibliographie recensant les cours et travaux inédits de science politique notait en 1976 « le nombre des cours polycopiés est en diminution. Mais on constate par ailleurs que les cours publiés directement sous forme de manuels sont de plus en plus nombreux » (Revue française de science politique, vol. 26, no 2, 1976, p. 383).

7 Sur ces officines, voir Guillaume Richard, Enseigner le droit public à Paris sous la IIIe République, thèse, droit, université Nanterre, 2013, p. 86 ; pour des compléments, voir Françoise Waquet, « Étudiants éditeurs. Sur la production des polycopiés à Paris, c. 1950-1970 », art. cit.

8 Fondation nationale des sciences politiques, Direction des ressources et de l’information scientifique, Département Archives [FNSP, DRIS, DA], 1 SP 30, Dr 1, Procès-verbaux des séances du conseil d’administration, 8 janvier 1895, p. 23.

9 Ibid., séances des 24 novembre 1903 et 26 janvier 1904, p. 160 et 164-166 (cit. : p. 165).

10 Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 88-89 ; le préjudice que l’École avançait consistait en ce que des personnes ne préparant pas le diplôme mais souhaitant s’informer sur telle ou telle question achetaient le cours autographié et ne prenaient plus d’inscription.

11 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 10, Dr 1, Copie du jugement du 17 mars 1905, p. 2-3.

12 Ibid., p. 4-6.

13 Ibid., p. 7-10.

14 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 10, Dr 1, conclusion du substitut Morizot-Thibaut et décision de justice du 17 mars 1905.

15 AN, AJ/16/1797, Registre des délibérations... de la faculté de droit de Paris (1899-1905), p. 412-414.

16 Voir Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 88-89 ; pour un historique des protestations, voir : AN, AJ/16/1798, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1905-1913), p. 107, 124 ; AJ/16/1799, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1913-1919), p. 85 (cit.) ; AJ/16/1800, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1920-1925), p. 65, 349-350 (cit.), 364 (cit.).

17 AN, AJ/16/1800, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1920-1925), p. 364 (cit.).

18 AN, AJ/16/1804, Registre des délibérations… de la faculté de droit (1948-1952), p. 108-113.

19 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 8. Dossier Les Cours de droit, 1946-1950.

20 Voir Françoise Waquet, « Étudiants éditeurs… », art. cit. ; et, précisément, pour l’Amicale des élèves de l’IEP, FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Dossier Amicale. Cours polycopiés, 1951-1966.

21 Gérard Lyon-Caen, « La publication des cours de professeurs d’université », Revue internationale du droit d’auteur, no 52, 1967, p. 136-175.

22 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Dossier Amicale. Piratage des cours, 1969-1970.

23 A. Chevallier à [Les Cours de droit], Chartres, 1er juin 1902 (FNSP, DRIS, DA], 1 SP 10, Dr 1).

24 Franck Hurinville, Sébastien Dalmon, « “Le droit n’est pas cet absolu dont nous rêvons” », in Raymond Verdier (dir.), Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2012, p. 682.

25 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 9, Dr 1, 2, 4.

26 Ibid., 1 SP 9, Dr 6, sdr b. Lettre de Louis Renault, janvier 1904.

27 Sur Ferdinand Loviton (1876-1942) et sa fille Jeanne (1903-1996 ; pseud. Jean Voilier) qui hérita de son père, outre une grosse fortune, deux maisons d’édition, Les Cours de droit et Domat-Montchrestien, et qui fut, un temps, directrice des éditions Denoël, la meilleure information se trouve sur le site d’Henry Thyssens : Robert Denoël, éditeur, [en ligne] <www.thyssens.com/index.php> (consulté le 23 mai 2022).

28 Voir Françoise Waquet, « Une petite affaire française… », art. cit. ; id., « Étudiants éditeurs… », art. cit.

29 Voir Françoise Waquet, « Étudiants éditeurs… », art. cit.

30 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Note établie par la direction de l’École sur la gestion du Centre de polycopie, 19 juin 1961, p. 5 (souligné dans le texte).

31 Compte rendu paru dans Revue française de science politique, vol. 13, no 4, 1963, p. 1082.

32 Noëlle Balley, Sébastien Dalmon, « Un exemple de médiation documentaire numérique autour du centenaire de Jean Carbonnier (1908-2003) : du colloque à l’exposition virtuelle et à la numérisation », in Xavier Galaup (dir.), Développer la médiation documentaire numérique, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2012, p. 191.

33 Comme il l’indiquait lors d’un débat « Les Professeurs et l’organisation des études », Galop d’essais. Bulletin de l’Amicale des élèves de l’Institut d’études politiques de Paris, n.s., no 6, 15 janvier 1963, p. 7.

34 Paul Ricœur, Être, essence et substance chez Platon et Aristote. Cours professé à l’université de Strasbourg en 1953-1954. Texte vérifié et annoté par Jean-Louis Schlegel, Paris, Seuil, 2011, p. 7-10.

35 Voir de façon générale et sur le cas précis de l’activité de l’Amicale de l’IEP, Françoise Waquet, « Étudiants éditeurs… », art. cit. ; pour le prix de revient des polycopiés édités par l’Amicale, FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Note établie par la direction de l’École sur la gestion du Centre de polycopie, 19 juin 1961, p. 3.

36 Roger Le Taillanter, « Le Grand ». Ma vie de flic, Paris, Plon, 1995, p. 31.

37 Jean-Marie Le Pen, Mémoires. Fils de la nation, Paris, Éditions Muller, 2018, p. 145. La Corpo désigne l’Association corporative des étudiants en droit.

38 Voir, entre autres, Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération. Les années de rêve, Paris, Seuil, 1987, p. 201 et 203 ; « Des étudiants en droit réclament la distribution de cours polycopiés gratuits », Le Monde, 19 février 1964. Ces revendications seraient à rapporter, entre autres, au changement social lié à une massification de la population étudiante dans ces années-là.

39 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 9, Dr 6, sdr a.

40 Saul Friedländer, Où mène le souvenir. Ma vie, Paris, Seuil, 2016, p. 44-45.

41 « P. comme polycopiés », Galop d’essais. Bulletin de l’Amicale des élèves de l’Institut d’études politiques de Paris, octobre 1959, numéro spécial d’accueil Le Dictionnaire de sciences Po, p. 33 ; Amicale des élèves de l’Institut d’études politiques, 1965-1966. Éléments d’analyse Sciences-pologique. Un petit guide du bon usage de Sciences-po et du syndicalisme étudiant, S.l., s.e., s.d., p. 22.

42 Quatrième de couverture de Les Cours de droit. Leçons hebdomadaires rédigées conformément au programme officiel pour la préparation aux examens, 1re série, no 2, 2 décembre 1906.

43 Circulaire trimestrielle publiée par « Les Cours de droit », no 1, août 1912, p. 2-5 ; no 2, octobre 1912, p. 7.

44 Ibid., no 2, octobre 1912, p. 3-6.

45 Préparation spéciale à l’examen écrit (Première année), Paris, Les Cours de droit, [DL 1923], p. 2-3 (ital. dans le texte). Sur l’introduction de l’examen écrit, voir Guillaume Richard, « De l’examen oral au plan en deux parties : évolution des examens académiques et effets sur l’écrit juridique », in Louis-Augustin Barrière et al. (dir.), Mélanges en l’honneur du professeur Nicole Dockès. T. 2, Paris, La Mémoire du droit, 2018, p. 746-759.

46 « Les Cours de droit ». Répétitions écrites. Licence - Capacité - Doctorat. Rédigées d’après les cours et avec l’autorisation des professeurs de la Faculté. Répétitions orales. Recueils de plans détaillés, s.l., s.e., [DL 1938], p. 3-7. Sur le parallèle entre le cours et le livre dans la sphère pédagogique, voir notre ouvrage Parler comme un livre. L’oralité et le savoir (XVIe-XXe siècles), Paris, Albin Michel, 2003, p. 265-279.

47 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14.

48 Danièle Lochak, « Mai 68 à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris », in Jean-Philippe Derosier, Guillaume Sacriste (dir.), L’État, le droit, la politique. Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Colliard, Paris, Dalloz, 2014, p. 250-252 ; c’est, par exemple, la position énoncée dans Université critique. Droit. Économie, Paris, Comité de grève, 1968, p. 105 (cit.).

49 Sur la demande de polycopiés par des étudiants salariés dans ces années-là, voir Jean Bruhat, Il n’est jamais trop tard. Souvenirs, Paris, Albin Michel, 1983, p. 205 ; l’absence de polycopiés à la faculté de droit à la rentrée 1968 rendit la situation des étudiants salariés (un quart selon l’administration) plus difficile (Paul Thibaud, « Les difficultés du réformisme (un exemple : la faculté de droit de Paris) », Esprit, vol. 37, no 381, mai 1969, p. 896).

50 Un mois de mai orageux : 113 étudiants parisiens expliquent les raisons du soulèvement universitaire. Introduction par André Deledicq, Toulouse, Privat, 1968, not. p. 53, 36, 61, 69, 73, 74, 78 (cit.), 87, 95, 101-102, 107, 109, 111, 113 (cit.), 118, 120, 124, 126 (cit.), 127 (cit.), 129 (cit.), 130.

51 Ferdinand Alquié, Leçons sur Descartes. Science et métaphysique chez Descartes, Paris, La Table ronde, 2005, avant-propos non pag.

52 Entretien de Raymond Aron avec Pierre Desgraupes, Lectures pour tous, 30 janvier 1963.

53 Jean Bruhat, Il n’est jamais trop tard…, op. cit., p. 163.

54 François Terré, Notice sur la vie et les travaux de Suzanne Bastid (1906-1995), séance du 4 février 1997 [de l’Académie des sciences morales et politiques], Paris, Palais de l’Institut, 1997, p. 13.

55 Publié dans Revue de science criminelle et de droit pénal comparé, 1948, p. 391.

56 Dans un compte rendu d’un ouvrage de cette collection publié dans Revue française de science politique, vol. 36, no 2, 1986, p. 271.

57 Ferdinand Larnaude, « La Faculté de droit », in Conseil de l’Université de Paris (dir.), La Vie universitaire à Paris, Paris, Armand Colin, 1918, p. 91 ; Revue de l’étudiant en droit, vol. 4, no 3, janvier 1934, p. 125 (extrait d’un discours du doyen Allix, décembre 1933) ; Paul Thibaud, « Les difficultés du réformisme… », art. cit., p. 873 ; Danièle Lochak, « Mai 68… », art. cit., p. 252.

58 Gérard Conac, « La fondation de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne », in Didier Maus, Jeannette Bougrab (dir.), François Luchaire. Un républicain au service de la République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 170-171.

59 Sur la signature, voir AN, AJ/16/1797, Registre des délibérations… de la faculté de droit de Paris (1899-1905), p. 435 ; Jean-Louis Halpérin, « Ouverture. L’essor de la faculté de droit et ses limites (1804-1950) », in Id. (dir.), Paris, capitale juridique (1804-1950). Étude de socio-histoire sur la faculté de droit de Paris, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2011, p. 36 ; sur les raisons avancées par les familles, voir la brochure « Les Cours de droit ». Répétitions écrites, s.l., s.e., [1938], p. 1 ; sur l’avertissement que fournissait les Cours de droit, voir, entre autres, Circulaire trimestrielle…, op. cit., no 2, octobre 1912, p. 2.

60 Comme il ressort d’une enquête de 1962 faite par l’Association générale des étudiants en droit et sciences économiques de Paris, citée par le député communiste Fernand Dupuis dans une question au ministre de l’Éducation nationale, 27 avril 1963 (Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Assemblée nationale. Compte rendu intégral des séances, 1963, p. 3164).

61 Manuel Castells, De la ville aux réseaux. Entretien avec Géraldine Pflieger, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires, 2006, p. 20.

62 Parmi les exemples qui ne manquent pas : Pierre Andreu, Le Rouge et le blanc, 1928-1944, Paris, La Table ronde, 1977, p. 32 ; Henri Leclerc, Un combat pour la justice, Paris, La Découverte, 1994, p. 12.

63 Alain Bot, Réflexions critiques sur Mai 68, Paris, Éditions du Panthéon, 2018, p. 38.

64 Résultats de l’enquête effectuée par l’Association Cujas (Études juridiques, no 13-14, mars-avril 1957, p. 20).

65 Remarque de Maurice Aydalot à propos de l’enseignement du droit à Paris dans les années 1925 (Magistrat, Paris, Robert Laffont, 1975, p. 37).

66 André et Suzanne Tunc, « Méthodes actuelles de l’enseignement du droit », in Études de droit contemporain. Contributions françaises aux IIIe et IVe congrès internationaux de droit comparé, Paris, Sirey, 1959, p. 249-258 ; Michel Miaille, « Sur l’enseignement des facultés de droit en France (Les réformes de 1905, 1922 et 1954) », Procès. Cahiers d’analyse politique et juridique, no 3, 1979, p. 92-94.

67 Gérard Vincent, Sciences-Po. Histoire d’une réussite, Paris, Olivier Orban, 1987, p. 368.

68 « Les Cours de droit ». Répétitions écrites, op. cit., p. 7.

69 « La masse des étudiants se borne à travailler sur les notes prises au cours ou sur les polycopiés », constatent André et Suzanne Tunc (« Méthodes actuelles de l’enseignement du droit », art. cit., p. 250).

70 Voir, par exemple, Manuel Castells, De la ville…, op. cit., p. 20 ; François de Closets, Le Monde était à nous, Paris, Fayard, 2012, p. 111-112 ; Michel Junot, L’Illusion du bonheur. Récit, Paris, La Table ronde, 1981, p. 96-97 ; Jean-Pierre Versini-Campinchi, Papiers d’identité…, op. cit., p. 132.

71 FNSP, DRIS, DA, 2 SP 14. Note établie par la direction de l’École sur la gestion du Centre de polycopie, 19 juin 1961, p. 4.

72 « Les Cours de droit ». Répétitions écrites, op. cit., p. 10 et 11.

73 Michel Junot, L’Illusion du bonheur…, op. cit., p. 97.

74 Manuel Castells, De la ville…, op. cit., p. 20.

75 Henri Leclerc, La Parole et l’action. Itinéraire d’un avocat militant, Paris, Fayard, 2017, p. 31.

76 Gérard Vincent, Sciences-Po…, op. cit., p. 371-372.

77 François de Closets, Le Monde…, op. cit., p. 111 ; Guy Jacquemelle, Leurs années Sciences Po. Comment y entrer ? Comment en sortir ?, Bluffy, Éditions Kawa, 2014, p. 31.

78 Gérard Vincent, Sciences-Po…, op. cit., p. 368.

79 Comme l’a fait Nathalie Carré de Malberg à propos des inspecteurs des finances qui à 80 % étaient licenciés (au moins) en droit tout en n’ayant guère fréquenté la faculté (Le Grand état-major financier : les inspecteurs des finances 1918-1946, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, IGPDE, 2011, p. 51 ; Entretiens avec Roger Goetze, haut fonctionnaire des finances, 1. Rivoli, Alger, Rivoli, 1937-1958, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 22).

80 René David, « Comparaison des méthodes et des institutions en matière d’enseignement, leurs mérites et leurs défauts », in Études de droit contemporain…, op. cit., p. 242-243.

81 Voir, par exemple, le point de vue de Georges Vedel sur la valeur du cours magistral dans Le Monde, 6 août 1952, p. 6.

82 Sur la modalité du cours magistral, voir, entre autres, les articles d’André et Suzanne Tunc et de René David, cités n. 66 et 80 ; sur la lecture du polycopié par le professeur pendant le cours et, parmi de nombreux exemples, voir : Gérard Vincent, Sciences-Po…, op. cit., p. 359 ; Alain Bot, Réflexions…, op. cit., p. 36-37 ; Henri Leclerc, La Parole et l’action…, op. cit., p. 31.

83 Ce qu’en  1904-1905 avait fait valoir l’École libre des sciences politiques au titre du préjudice que les cours autographiés lui portaient (voir Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 88-89).

84 FNSP, DRIS, DA, 1 SP 9, Dr 6, sdr b. Voir aussi dans ce même dossier des lettres d’André Giffard, chargé de cours à la faculté de droit de Lille (s.d.), de Schatz, de la faculté de droit d’Aix (8 décembre 1903).

85 Amady Aly Dieng, Mémoires d’un étudiant africain. Vol. 1. De l’école régionale de Diourbel à l’université de Paris (1945-1960), Dakar, Codesria, 2011, p. 37-38.

86 Jacques Lecaillon, « In memoriam. Jean Marchal (1905-1995) », Revue économique, vol. 47, no 2, 1996, p. 182.

87 Michel Falise, L’Inattendu d’une vie, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2011, p. 35.

88 Guillaume Richard, Enseigner…, op. cit., p. 87 (pour le début du XXsiècle).

89 Ainsi, Pierre Andreu, lors de sa première année de droit pour laquelle il s’était muni des polycopiés des Cours de droit : « en huit jours, j’essaie de tout apprendre, naturellement je suis collé » (Le Rouge et le blanc…, op. cit., p. 32).

90 Albert Naud, Les défendre tous, Paris, Robert Laffont, 1973, p. 39 ; Jacques Chaban-Delmas, L’Ardeur, Paris, Stock, 1975, p. 47 ; Simone Veil, Une vie, Paris, Stock, 2007, p. 115 ; Gisèle Halimi, Une farouche liberté, Paris, Grasset, 2020, p. 35.

91 Médecine Paris Descartes. La première année et la suite du cursus, 2015, p. 17, [en ligne] <https://www.a2sup.fr/files/guides/2015/medecine-2015.pdf> (consulté le 28 mai 2022).

92 Voir le post de blog (12 janvier 2019) de Me Vallat, « Revente des note d’amphi par les étudiants à des plateformes : le droit d’auteur des enseignants sur leurs cours », [en ligne] <https://www.thierryvallatavocat.com/2019/01/revente-des-notes-d-amphi-par-les-etudiants-a-des-plateformes-le-droit-d-auteur-des-enseignants-sur-leurs-cours.html> (consulté le 26 février 2022).

93 Gilles G. Guglielmi, Geneviève Koubi (dir.), Le Plagiat de la recherche scientifique, Paris, L.G.D.J., 2012.

94 Joachim Schöpfel, « Vers une nouvelle définition de la littérature grise », Cahiers de la documentation, vol. 66, no 3, 2012, p. 14-24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Waquet, « Les cours polycopiés : identité d’un objet pédagogique (Paris, Faculté de droit, Sciences Po, 1900-1970) »Histoire de l’éducation, 158 | 2022, 97-121.

Référence électronique

Françoise Waquet, « Les cours polycopiés : identité d’un objet pédagogique (Paris, Faculté de droit, Sciences Po, 1900-1970) »Histoire de l’éducation [En ligne], 158 | 2022, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/7893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.7893

Haut de page

Auteur

Françoise Waquet

CNRS (UMR 8599)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search