Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158Comptes rendus et notes critiquesFOCQUENOY-SIMONNET (Christine), L...

Comptes rendus et notes critiques

FOCQUENOY-SIMONNET (Christine), Les surveillants généraux (1847-1970). Entre figures littéraires et profils historiques

Paul Lehner
p. 182-184
Référence(s) :

FOCQUENOY-SIMONNET (Christine), Les surveillants généraux (1847-1970). Entre figures littéraires et profils historiques, Villeneuve- d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2021, 517 p.

Texte intégral

1Christine Focquenoy-Simonnet prend pour objet d’étude le métier de surveillant général dont la fonction est définie par l’arrêté du 16 novembre 1847. Le cadre d’analyse adopté par l’auteure est pluridisciplinaire. Elle entend dépasser les oppositions entre sociologie et histoire, d’une part, et histoire et littérature, d’autre part, et emprunter à chaque discipline son potentiel heuristique et son pouvoir de dévoilement pour saisir, au-delà de l’image négative du métier, la réalité de celui-ci.

2C’est au moyen d’une analyse minutieuse des œuvres littéraires, cinématographiques et iconographiques que l’auteure rend compte dans une première partie très riche et dense de la représentation du « surgé ». Après avoir rappelé la vigilance épistémologique nécessaire à l’exploitation des œuvres de fiction pour saisir la représentation du métier, Christine Focquenoy-Simonnet examine les traces laissées par les surveillants généraux notamment dans les récits de Jules Vallès, d’Alphonse Daudet ou encore de Daniel Pennac sur l’école. L’activité des « pions » est associée à celle de l’exercice et du maintien de l’ordre et de la discipline. Il suscite et génère crainte et souffrance chez les élèves. L’image de serviteur zélé et soumis à l’institution s’impose dans les fictions. Néanmoins, parce que les « pions » sont pris dans un monde scolaire associé à un « univers carcéral », l’auteure montre qu’ils sont en réalité les « victimes » d’une Université dont ils ne sont que « les laquais » : « Le système scolaire, dont les pions sont des exécutants symptomatiques, conforte la hiérarchie sociale, tout en imposant l’expérience de la contrainte » (p. 61).

3Dans la seconde partie du livre, l’auteure mobilise plus de 180 dossiers de carrière de surveillants généraux du Nord – dont une cinquantaine incomplets – et des entretiens/témoignages pour cerner les contours du métier de surveillant général du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle (74 % des dossiers se situent dans l’intervalle 1870-1945). Outre la production de quelques statistiques descriptives auxquelles on renvoie le lecteur (voir p. 239-241), l’analyse des dossiers de carrière permet à l’auteure de restituer les attentes institutionnelles et les missions qui en découlent, de même que l’évolution des carrières et les tactiques de certains surveillants généraux pour obtenir mutations ou titularisations. Car les surveillants généraux sont en définitive fortement dépendants de leur hiérarchie et des contextes locaux (p. 245). Leur fonction n’étant pas accessible par voie de concours, ils occupent bien souvent des postes de maîtres d’études ou répétiteurs avant d’occuper celui de surveillant général. Le cas de Paul Massy, bachelier ès lettres, maître d’études, aspirant répétiteur, puis maître répétiteur, répétiteur général jusqu’en 1911 est tout à fait intéressant. Alors qu’il est reconnu comme compétent par le proviseur, l’inspecteur d’académie lui barre la route vers la titularisation : « Il ne paie pas de mine, c’est un petit homme rabougri d’une tournure plus comique que sévère, très actif et vigilant » (p. 248). Pour obtenir satisfaction, les aspirants à la surveillance générale sont donc tributaires de l’appréciation de la hiérarchie et par conséquent doivent se conformer aux attentes institutionnelles et des notables. L’auteure montre que les qualités attendues sont la docilité, l’exactitude dans la surveillance, l’habilité, la bonne tenue des écritures (p. 249) au côté d’une morale irréprochable. Dans certains dossiers de carrière, il est fait mention de dévouement et de sens du service illimité. Il s’agit aussi de s’attirer les bonnes grâces des familles afin d’assurer un vivier de recrutement pour les établissements. Un chapitre est dédié au métier de surveillante générale ce qui est l’occasion pour l’auteure de revenir sur le développement de l’enseignement féminin et sur les qualités spécifiquement attendues pour les postulantes, qui renvoient à la figure de la mère et de la religieuse. « L’autorité souriante » (p. 357) dont elles doivent faire preuve nuance l’image du « garde-chiourme » autoritaire du surveillant général. L’auteure en fait même l’indice d’une nouvelle identité professionnelle en devenir.

4Alors que la structure en deux parties de l’ouvrage répond à l’ambition de l’auteure de confronter le mythe à la réalité, il ressort à la lecture une certaine continuité et cohérence dans l’analyse de ses sources. Au fil des pages, le lecteur s’aperçoit en effet que les attendus de l’institution à l’égard du surveillant général ou les jugements de valeur qui sont émis à leur égard corroborent finalement assez justement le portrait dressé du « surgé » dans les fictions. En définitive, peu d’éléments nous permettent véritablement de dépasser le mythe tant les fonctions d’autorité, de surveillance et de discipline sont constantes si l’on en croit les attendus et définition du métier que permettent de saisir l’analyse des courriers émanant des inspecteurs ou des proviseurs. L’intérêt de l’ouvrage ne réside pas dans la mise au jour d’un décalage entre le stéréotype et la réalité du métier. Il se situe beaucoup plus dans l’analyse des dossiers de carrière qui donne à voir le poids de la structure et des finalités de l’école sur la définition des missions du métier. Autrement dit, ce ne sont pas tant les surveillants généraux que l’institution qui exercent une autorité démesurée et non démocratique sur les élèves.

5Même si l’ouvrage de Christine Focquenoy-Simonnet laisse parfois le lecteur sur sa faim, notamment par l’annonce d’une prosopographie que l’auteure a finalement peu exploitée ou de transformations du métier peu étayées empiriquement comme celle supposée survenir autour de 1890, la richesse du corpus documentaire et la finesse de l’analyse en font un ouvrage de référence sur les surveillants généraux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Lehner, « FOCQUENOY-SIMONNET (Christine), Les surveillants généraux (1847-1970). Entre figures littéraires et profils historiques »Histoire de l’éducation, 158 | 2022, 182-184.

Référence électronique

Paul Lehner, « FOCQUENOY-SIMONNET (Christine), Les surveillants généraux (1847-1970). Entre figures littéraires et profils historiques »Histoire de l’éducation [En ligne], 158 | 2022, mis en ligne le 01 novembre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/8112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.8112

Haut de page

Auteur

Paul Lehner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search