Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158Comptes rendus et notes critiquesSIMON (Dylan), Max Sorre, une éco...

Comptes rendus et notes critiques

SIMON (Dylan), Max Sorre, une écologie humaine. Penser la géographie comme science de l’homme

Jean-François Condette
p. 185-191
Référence(s) :

SIMON (Dylan), Max Sorre, une écologie humaine. Penser la géographie comme science de l’homme, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021, 319 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui intègre trente figures de bonne qualité (photographies de lettres, portraits, etc.), est la synthèse retravaillée d’une thèse de doctorat soutenue à Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2017 au sein du laboratoire Géographie-cités (UMR 8504) et de l’équipe Épistémologie et histoire de la géographie (EHGO). Il retrace le parcours de vie et l’itinéraire professionnel, mais surtout la trajectoire scientifique de Maximilien Sorre (dit Max) (1880-1962), figure originale de la pensée géographique française et pionnier de la pensée écologique. Max Sorre fut à la fois un géographe de terrain, universitaire accompli qui finit sa carrière au sein de la prestigieuse Sorbonne, un penseur et un rénovateur de la science géographique qui lance des recherches originales sur les maladies, l’alimentation, les genres de vie, le rapport des hommes à la faune et à la flore, et un administrateur de l’Instruction publique-Éducation nationale comme doyen de faculté (1929-1931), recteur d’académie (1931-1937) et directeur de l’enseignement du premier degré au ministère (1937-1940). L’ouvrage se nourrit d’une bibliographie riche et diversifiée qui puise dans les champs divers des sciences sociales (p. 283-304) et repose sur d’importants dépouillements de sources (séries des Archives nationales, cinq fonds d’archives départementales, deux fonds d’archives municipales et divers dossiers retrouvés dans d’autres institutions). Un utile index des noms de personnes termine l’ouvrage. On notera également une précieuse bibliographie des principaux écrits de Max Sorre (p. 283-285). L’ouvrage se divise en trois parties chronologiques et en neuf chapitres.

  • 1 Jean-Noël Luc, Alain Barbé, Des normaliens. Histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, (...)

2La première revient sur la trajectoire à la fois universitaire, scientifique et géographique de Max Sorre et permet de dégager deux originalités majeures. La première est celle de son parcours de formation qui n’est pas celui de l’élite universitaire de l’époque. Max Sorre connaît, dans ses premières années, un cursus décalé qui le place en dehors de la filière élitaire des collèges et des lycées. Il faut, comme le note Dylan Simon, insister sur « la faiblesse d’un capital scolaire initial » (p. 27). À la différence de la cohorte nourrie de géographes formés très jeunes à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm (Emmanuel de Martonne, Albert Demangeon, Jules Sion, Pierre Camena d’Alméida, Antoine Vacher, Camille Vallaux, etc.), agrégés et docteurs assez jeunes, Max Sorre fréquente la filière du peuple, celle de l’école primaire. Né le 16 juillet 1880, il suit « la destinée des bons élèves des classes populaires » (p. 28). Son père occupe un modeste emploi de cheminot à la gare de Rennes. Après ses études primaires, il intègre à quinze ans l’école normale d’instituteurs de Rennes en octobre 1895 et obtient son brevet supérieur en 1898. Ses résultats brillants lui permettent de postuler au concours de l’École normale supérieure de Saint-Cloud qui forme les cadres de l’enseignement primaire. Il est admis à sa seconde tentative (1899) et rejoint ainsi l’élite de la filière primaire, bien étudiée par Jean-Noël Luc et Alain Barbé1. Le « cloutier » est ensuite nommé professeur d’école normale à la Roche-sur-Yon (1901-1902) puis fait son service militaire de septembre 1902 à septembre 1903 avant d’être nommé à l’école normale de Perpignan où il reste trois mois avant de rejoindre l’école normale de Montpellier à la fin décembre 1903. Il s’y enracine et suit les cours de géographie de la faculté, passant sa licence en juillet 1911 (il a 31 ans), étant autorisé à s’inscrire en licence sans avoir le baccalauréat, mais en étant normalien. Il publie en 1904 un article dans les Annales de géographie intitulé « Régime pluviométrique de la Vendée » qui reprend un travail réalisé au sein du laboratoire de géographie de l’université de Rennes, où il a établi le contact avec Emmanuel de Martonne. Il soutient ses thèses de doctorat en Sorbonne le 31 mai 1913. La thèse principale porte sur Les Pyrénées méditerranéennes. Étude de géographie biologique alors que la thèse complémentaire porte sur l’Étude critique des sources de l’histoire de la viticulture et du commerce des vins et eaux-de-vie en bas-Languedoc au XVIIIe siècle. Une fois ces barrages franchis, la carrière, bien que plus tardive que celle de ses collègues, devient plus conforme à la République des universitaires étudiée par Christophe Charle. Docteur à 32 ans avec une thèse sous la direction du grand patron vieillissant qu’est Paul Vidal de la Blache (1913), après l’épreuve terrible qu’est sa participation à la Première Guerre mondiale où il est mobilisé dès août 1914 dans l’infanterie (sergent puis sous-lieutenant « observateur »), très grièvement blessé à l’abdomen par des éclats d’obus et au bras droit par une balle en Artois en octobre 1915, il entre dans la carrière universitaire. Il est d’abord affecté sur des postes de non-titulaire, à la faculté de Grenoble (suppléant de Raoul Blanchard en avril 1917), de Bordeaux (fin 1917) et de Strasbourg (1919) avant de repartir pour celle de Bordeaux (fin décembre 1919). Les années 1919-1922 sont délicates car plusieurs postes lui échappent, le candidat payant certainement son cursus originel. En septembre 1919, il est même nommé professeur à l’école primaire supérieure de Toulouse, ce qui peut constituer une forme de déclassement. Il voit sa situation se stabiliser comme maître de conférences de géographie (juillet 1922) puis professeur de géographie (1925) à la faculté des lettres de Lille, avec le soutien d’Emmanuel de Martonne, d’Albert Demangeon (ex-lillois) et du doyen de la faculté lilloise Georges Lefèvre.

3La seconde originalité est celle de ses recherches dans le champ géographique. Dès sa thèse sur Les Pyrénées méditerranéennes. Étude de géographie biologique (1913), qui s’intéresse aux rapports entre les communautés pyrénéennes d’habitants, leurs activités et le milieu végétal, mais surtout dans ses travaux ultérieurs, Max Sorre devient un pionnier de la « part écologique de la géographie » (p. 16), ses travaux s’intéressant à la promotion d’une forme d’écologie humaine jusqu’à son maître ouvrage de 1943 Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écologie de l’homme. Il s’intéresse à la géographie des maladies, de l’alimentation, aux effets des concentrations humaines (villes) sur le climat. On le retrouve ainsi au carrefour de plusieurs sciences : géographie bien sûr, mais aussi sciences naturelles, climatologie, biologie, médecine, sociologie, psychologie. Il rédige deux tomes de la Géographie universelle parue chez Armand Colin sur Mexique, Amérique centrale (1928), Méditerranée. Péninsules méditerranéennes. Généralités. Espagne-Portugal (1934).

4La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à l’administrateur Max Sorre, quand il devient recteur de l’académie de Clermont-Ferrand (1931-1934) puis de l’académie d’Aix-Marseille (1934-1937). Il est ensuite choisi par le jeune ministre de l’Éducation nationale du Front populaire Jean Zay comme directeur de l’enseignement du premier degré au ministère et le demeure jusqu’en juillet 1940 où il est révoqué par le régime de Vichy, tout comme son collègue Albert Châtelet, directeur du second degré, qu’il a connu comme recteur à Lille dans les années 1920. Élu par ses pairs à la Sorbonne, il doit cependant attendre 1945 pour prendre son poste. Cette seconde partie, la plus brève (deux chapitres, 45 pages) est intéressante, mais pouvait assurément être davantage développée autour d’autres sources pour voir en détail le travail de l’administrateur, sa gestion des dossiers scolaires, même si l’on comprend bien que cette période n’est pas centrale dans le parcours du géographe au niveau de ses recherches, qui sont en grande partie mises entre parenthèses par le poids de ses activités administratives. L’explication de l’entrée dans l’administration rectorale par son échec à la candidature dans la chaire de la Sorbonne en 1927 qui doit déterminer le successeur de Lucien Gallois parti en retraite, est classique, mais suffit-elle ? Cet échec exige de lui assurément un nouveau et long temps d’attente dans une chaire provinciale. Mais avait-il fondamentalement le souhait de venir à la Sorbonne, la fonction rectorale étant présentée comme « une échappatoire pour le géographe » (p. 146) ? Cela n’est pas certain, même si le contexte décrit par l’auteur est bien celui du ralentissement des carrières dans l’entre-deux-guerres. Il peut aussi s’agir, en partie, d’un goût de la réalisation concrète, de la volonté d’œuvrer au développement et à la réforme de l’Instruction publique-Éducation nationale au nom de convictions personnelles fortes pour la rendre plus égalitaire ; c’est aussi peut-être le moyen plus facile trouvé pour « redescendre » vers le Midi ? Si l’on ne voit pas son action en tant que doyen de la faculté à Lille dans la partie antérieure, fonction qui est cependant un apprentissage des fonctions administratives, on perçoit mieux dans ces deux chapitres les missions et les interventions du recteur Sorre sur les établissements de son ressort académique, sur ses personnels (les sanctions contre l’enseignante Simone Weil en 1932, agrégée de philosophie au lycée du Puy qui s’engage pour les chômeurs, va au café avec les ouvriers, se balade avec L’Humanité à la main, p. 150-151). Son action en faveur du Centre universitaire méditerranéen de Nice, créé en 1933 est aussi décrite. Devenu directeur de l’enseignement du premier degré en 1937, il œuvre à la réforme pédagogique du primaire, au développement de l’éducation physique et sportive et à la promotion des méthodes actives (« activités dirigées »). Il se fait « l’instigateur d’une géographie scolaire renouvelée » (p. 159 et suivantes) donnant par exemple un tome aux Cahiers de pédagogie moderne pour l’enseignement du premier degré sur l’enseignement de la géographie (1938). Il invite les enseignants à expliquer les relations complexes entre les hommes et le milieu, à sortir des déterminismes sommaires, la géographie devant se transformer en « philosophie du concret », consacrant beaucoup de temps aux « paysages ». Il doit aussi gérer la situation très complexe de l’enseignement primaire « en période de guerre » (p. 171 et suiv.), tout du moins lors de la « drôle de guerre » entre septembre 1939 et l’attaque allemande de mai 1940, avant d’être révoqué par Vichy en juillet 1940. Nommé professeur de géographie à la faculté de Montpellier (août 1940) suite au décès de Jules Sion, Max Sorre est ensuite élu à la Sorbonne (12 octobre 1940) comme chargé de cours de géographie économique après la mort d’Albert Demangeon. Mais Vichy refuse de le nommer officiellement et il est alors chargé d’enseignement puis maître de conférences. Max Sorre, pendant la guerre, se remet aux études géographiques, anime des séminaires, suit des thèses, donne des cours. Discrètement, il participe à l’élaboration de fascicules pour l’Organisation civile et militaire (OCM), mouvement de la résistance, travaillant en particulier à un projet de réorganisation territoriale de la France (nouvelle carte des régions). Dès la Libération, le géographe voit sa situation être rétablie. Le 3 janvier 1945, le décret du 29 juillet 1940 qui le révoquait, est annulé ; le 25 juin 1945, la chaire d’histoire économique de Marc Bloch est transformée par René Capitant en chaire de géographie humaine et Max Sorre y est élu, malgré l’opposition de Lucien Febvre qui œuvre à la création d’une chaire de géographie tropicale pour Pierre Gourou.

5La troisième partie étudie, en quatre chapitres, le travail et l’influence de Max Sorre comme professeur de géographie humaine à la Sorbonne, désormais placé en position institutionnelle dominante. Il cumule durant cette période, les signes d’autorité universitaire ; il est ainsi membre du comité directeur des sciences humaines et de celui de géographie du CNRS, mais aussi codirecteur des Annales de géographie à partir de 1947 alors qu’il est également en charge de la rubrique « Morphologie sociale » dans L’Année sociologique, membre du conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques, vice-président (1947-1952) puis président (1953-1960) du Comité national français de géographie, vice-président de l’Union géographique internationale (1952-1960), directeur du Centre d’études sociologiques (1951-1956). Il occupe donc une place centrale dans le paysage, après la mort des anciens « maîtres » (Demangeon, Sion, Gallois, Vallaux) alors que monte une nouvelle génération autour de Pierre Gourou, Jacqueline Beaujeu-Garnier, Maurice Le Lannou, Pierre George et Jean Dresch, parmi d’autres, qui critiquent sa position dominante. La première massification de l’enseignement supérieur, en même temps que la promotion de la géographie comme discipline autonome (licence et agrégation spécifiques obtenues sous Vichy), accélèrent les recrutements et transforment le monde des géographes. « On passe d’une vingtaine de géographes universitaires en 1939 à près de soixante-dix enseignants au milieu des années 1960 » (p. 193). Cette troisième partie, comme la première, est excellente et nourrie de nombreuses analyses qui replacent les travaux et les interventions de Max Sorre dans les débats multiples qui agitent les sciences humaines et sociales des années 1950-1960 et la géographie en particulier. La discipline connaît un vrai « moment réflexif » (p. 194 et suiv.) qui pose de multiples questions sur les objets de la géographie, sur ses méthodes et ses liens avec les autres sciences. La « volonté d’aggiornamento » est forte (p. 198) et Max Sorre milite pour une géographie écologique qui soit une science de synthèse, une science générale de l’homme. Il publie Fondements de la géographie humaine entre 1943 et 1952, poursuivant une « ambition totalisante » (p. 204). Il y appréhende l’homme sous le triptyque du biologique (tome 1, 1943), de la technique (tome 2, 1948 et 1950) et de l’habitat (tome 3, 1952). Il s’agit d’articuler le vital, le social et le mental, la géographie étant d’abord une science sociale (p. 209), une « science de l’espace humain (p. 211). Le professeur à la Sorbonne agace cependant par son positionnement institutionnel fort et ses prises de position, une nouvelle génération militant pour d’autres positionnements. Il connaît une candidature malheureuse au Collège de France en 1947, battu par Pierre Gourou, et prend sa retraite en 1948. Cette troisième partie permet d’entrer au cœur d’une « histoire sociale des savoirs » (p. 19), qui décrit les avancées, les débats et les tensions dans le monde des géographes de l’après 1945, alors que les enjeux épistémologiques de la rénovation de la discipline sont multiples et que des thématiques nouvelles s’affirment. Entre 1944 et 1956 pour le moins, le temps est aux controverses chez les géographes (chapitre 8 : « L’écologie ou le marxisme, un temps de controverses (1944-1956) »). Les jeunes géographes communistes critiquent durement les Fondements de la géographie humaine, fidèles à un positionnement de « neutralité axiologique » (p. 221), dénoncée comme la caractéristique d’une géographie bourgeoise « falsificatrice » (p. 231 et suiv.), alors qu’ils appellent de leurs vœux une géographie militante au service du prolétariat. Max Sorre préfère, en ces temps de polémiques, dialoguer avec les sciences humaines, en particulier avec la sociologie, la psychologie et l’ethnologie. Il écrit une Géographie psychologique (1954) qui s’intègre dans le Traité de psychologie appliquée d’Henri Piéron, rédige des notices pour le Dictionnaire des sciences sociales dirigé par Roger Bastide et Jean-Paul Trystram (1964) ainsi qu’un ouvrage intitulé Rencontres de la géographie et de la sociologie (1957). Il collabore régulièrement avec L’Année sociologique, revue fondée par Émile Durkheim, en y animant la rubrique « Morphologie sociale », tout en administrant la recherche au Centre d’études sociologiques. Il décède le 10 août 1962.

6On nous permettra pour terminer quelques remarques plus critiques qui sont autant d’invitations à poursuivre l’analyse. Certes, la venue à Lille en 1922 dépayse fortement Max Sorre, qui était installé à Montpellier depuis 1903 et qui a travaillé sur les Pyrénées dans sa thèse puis sur le monde méditerranéen. Mais faut-il pour autant écrire qu’à partir des années 1920, il est « installé dans le Nord de la France, une région pour laquelle il a peu d’appétence scientifique » (p. 61) ? Le propos est d’ailleurs plus nuancé ensuite en montrant l’influence de ce nouvel environnement sur sa prise en compte des réalités urbaines, du travail industriel et de l’activité de commerce et d’échanges, voire sur les mobilités humaines. Il y occupe d’ailleurs un temps la chaire de géographie régionale et s’investit fortement dans l’animation de la Société de géographie de Lille et dans l’animation scientifique de son bulletin, même s’il est vrai, comme le relève Dylan Simon, qu’il « ne réalise pas d’enquête approfondie dans le nord de la France et publie peu de recherches originales sur la région. Ses chroniques pour le Bulletin de la Société de géographie de Lille, comme ses quelques publications sur la région, consistent essentiellement en de simples commentaires ou analyse de travaux déjà parus » (p. 87). De même, on l’aura compris, la partie 2 sur le recteur et le directeur Sorre peut être complétée sur de nombreux points, même s’il est tout à fait logique qu’elle ne soit pas centrale au regard de l’objet prioritaire du livre qui est l’analyse de l’œuvre du géographe. Au terme de cette analyse, on ne peut que recommander ce très bon ouvrage. Il permet à la fois de suivre un itinéraire personnel d’universitaire sous trois Républiques, mais aussi d’entrer au cœur des réflexions épistémologiques sur ce que doit être la géographie, sur ses méthodes et ses objets, tout en montrant la richesse des approches de Max Sorre comme pionnier des travaux d’écologie humaine. Ce géographe, trop méconnu, face aux figures tutélaires que sont Paul Vidal de la Blache, Emmanuel de Martonne ou Albert Demangeon, parmi d’autres, gagne assurément à être mieux connu.

Haut de page

Notes

1 Jean-Noël Luc, Alain Barbé, Des normaliens. Histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Condette, « SIMON (Dylan), Max Sorre, une écologie humaine. Penser la géographie comme science de l’homme »Histoire de l’éducation, 158 | 2022, 185-191.

Référence électronique

Jean-François Condette, « SIMON (Dylan), Max Sorre, une écologie humaine. Penser la géographie comme science de l’homme »Histoire de l’éducation [En ligne], 158 | 2022, mis en ligne le 01 novembre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/8122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.8122

Haut de page

Auteur

Jean-François Condette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search