Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158Comptes rendus et notes critiquesMARTIN (Jérôme), La naissance de ...

Comptes rendus et notes critiques

MARTIN (Jérôme), La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation

Stéphane Lembré
p. 195-198
Référence(s) :

MARTIN (Jérôme), La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation, Paris, L’Harmattan, 2020, 291 p.

Texte intégral

1Le livre publié par l’historien Jérôme Martin rend compte d’une recherche importante, à la rencontre de plusieurs historiographies : celles de l’éducation, du travail et de la psychologie. Avant d’intégrer pleinement l’institution scolaire à partir des années 1960 sous le vocable d’orientation scolaire, l’orientation professionnelle connaît en effet des prémices qui organisent la démonstration de l’auteur : la première partie du livre est consacrée à l’émergence de l’orientation au seuil du XXe siècle ; la seconde, dont le titre (« Naissance du conseiller d’orientation ») ne reflète pas exactement le contenu, porte sur l’affirmation de l’orientation dans les années 1920 autour d’acteurs, d’idées et de lieux ; la dernière partie, intitulée « Vers l’institutionnalisation », se penche sur les années 1930, entre crise de l’orientation professionnelle et réhabilitation dans les réformes du ministre de l’Éducation nationale du Front populaire, Jean Zay.

2Un premier enjeu, qui traverse logiquement l’ouvrage, est celui de la définition de l’orientation professionnelle. S’il s’appuie en introduction sur la définition qu’en donne en 1922 Édouard Claparède (« L’orientation professionnelle a pour but de diriger un individu – le plus souvent un adolescent, mais aussi un adulte, un chômeur, un mutilé – vers la profession dans laquelle il a le plus de chances de réussir, parce qu’elle répond le mieux à ses aptitudes psychologiques ou physiques »), J. Martin montre surtout que la délimitation du champ de l’orientation, objet de débats scientifiques, est indissociable de son essor comme pratique sociale. L’émergence de l’orientation est d’abord étroitement liée au problème du placement, c’est-à-dire à l’insertion sociale et professionnelle de la jeunesse ; elle se niche dans la transition entre l’école primaire et le marché du travail, transition perçue au début du XXe siècle comme une question cruciale autant du point de vue éducatif que sous l’angle du travail. Plusieurs généalogies peuvent ainsi être dessinées, correspondant au « triptyque fondateur de l’orientation » (p. 9) que constituent la psychologie, l’école et le travail : celle de l’instruction post-obligatoire, dont le développement ne peut se penser qu’en relation avec des débouchés professionnels ; celle de la formation professionnelle, alors que la plupart des jeunes filles et garçons passent encore directement de l’école primaire au monde du travail sans disposer d’une qualification ; celle, enfin, de l’organisation de la science psychologique à la fin du XIXe siècle, sous l’impulsion de figures pionnières comme celles de Théodule Ribot puis d’Alfred Binet et d’Édouard Toulouse. Plutôt qu’une chronologie de l’organisation de l’orientation professionnelle, établie voici plus de trente ans par André Caroff, J. Martin identifie les différents « lieux » où éclot l’orientation, à l’image des bureaux de placement ou du préapprentissage, identifiée à la veille de la guerre de 1914 comme un ensemble d’« activités pratiques permettant de déceler et de développer des aptitudes, rationalisant ainsi le choix d’un métier » (p. 46). La rationalisation est aussi envisagée de manière originale comme un autre lieu propice au mouvement d’orientation professionnelle (p. 61).

3L’étude révèle la pluralité des acteurs individuels et collectifs impliqués dans ce premier âge de l’orientation professionnelle, ainsi que leur appartenance à différents mondes. Les psychologues qui s’intéressent au monde scolaire témoignent de préoccupations sociales et de visées pratiques, tandis que l’État, plus précisément le ministère du Travail, se penche sur le placement des jeunes travailleurs pendant et après la guerre. Initié à la psychologie moderne et à l’éducation nouvelle à Genève pendant la guerre de 1914-1918, Julien Fontègne, professeur d’allemand puis inspecteur général de l’enseignement technique, agit comme un passeur entre Suisse, Allemagne et France, mais aussi entre travaux scientifiques et applications pratiques, dessinant ainsi une définition de l’orientation professionnelle qui relève encore de l’idéal mais qu’il s’emploie à promouvoir : « fondée sur la psychologie expérimentale, dotée de techniques – les tests, l’entretien –, elle incombe à un spécialiste agissant dans le cadre d’une structure permanente et autonome ». À l’échelle locale mais non sans résonances parfois bien plus larges, divers acteurs cherchent à promouvoir et organiser l’orientation professionnelle. Plusieurs municipalités, le plus souvent de grandes villes, créent des services d’orientation et des offices municipaux, parfois avant même que le ministère du Travail ne suscite des offices régionaux de placement. Le primat donné à des initiatives locales ou régionales inégalement coordonnées renvoie à l’édification très progressive d’une réglementation qui prend la forme, à partir de 1921-1922, de décrets et de circulaires, ainsi que d’une loi du 2 février 1925 sur le rôle des offices de placement en matière d’orientation professionnelle. Les responsables du monde artisanal s’estiment particulièrement bien placés pour prendre en charge l’orientation professionnelle, sans parvenir à dégager une solution institutionnelle viable compte tenu des débuts difficiles des chambres de métiers, alors que d’autres institutions, comme la Chambre de commerce de Paris et ses ateliers-écoles, s’impliquent dans une « orientation professionnelle expérimentale » sous la houlette d’Aristide Lomont ou d’Henri Gaillard. Ce dernier cas permet à l’auteur d’évoquer l’engagement de « certains milieux patronaux » dans une méthode d’orientation professionnelle « centrée sur l’exercice des métiers ». La diversité des acteurs suscite des collaborations et des rivalités, sous la tutelle peu contraignante de la direction de l’enseignement technique du ministère de l’Instruction publique. L’un des apports du livre de J. Martin consiste à penser la naissance de l’orientation en reliant les différents acteurs et lieux de son organisation, la réforme de l’école et l’affrontement entre différents courants scientifiques. Le lecteur découvre ainsi tour à tour le rôle joué par les « militants de l’orientation » : Compagnons de l’Université nouvelle et pionniers de la docimologie, réformateurs sociaux, pédagogues impliqués dans les mouvements d’éducation nouvelle, personnel politique (plutôt ancré à gauche, du côté des radicaux et radicaux-socialistes) et organisations syndicales ou professionnelles.

4La création de l’Institut national d’orientation professionnelle (INOP), en 1928, est placée au cœur de l’ouvrage (chapitre 5) ; elle est une étape importante de l’institutionnalisation de l’orientation professionnelle ainsi que de la profession de conseiller d’orientation. De ce milieu professionnel en formation, l’auteur restitue les contours fixés peu à peu, grâce aux congrès, à l’action de l’association des anciens élèves de l’INOP et à l’organisation des relations avec l’école. Il souligne surtout combien demeurent instables les finalités et les conditions de l’orientation professionnelle, « entre science et empirisme », selon le titre du chapitre 7, mais également au risque d’un marché du travail lui-même mouvant. Si des personnalités comme Henri Piéron parviennent à faire la synthèse scientifique et institutionnelle d’une orientation professionnelle promue comme « une pratique [qui] précède la science », celle-ci intervenant « comme instance de rationalisation et de légitimation » (p. 181), la psychotechnique reste cantonnée à des services d’orientation qui peinent à pénétrer dans les entreprises. La découverte du problème du chômage renouvelle les missions et relance les moyens de l’orientation professionnelle (chapitre 9), bien que l’objectif d’étendre l’action des offices d’orientation professionnelle à l’ensemble de la population scolaire à l’échelle départementale soit loin d’être atteint, comme le démontre J. Martin dans une tentative de cartographie des offices d’orientation professionnelle dans les années 1930 (p. 208 et suiv.).

5Le dernier chapitre, centré sur le Front populaire et la place de l’orientation dans les réformes portées par Jean Zay, montre combien cette période se nourrit de l’essor de l’orientation professionnelle depuis le début des années 1920, tout en constituant une « période charnière » (p. 219) dans laquelle se jouent les relations avec l’orientation scolaire, notamment à travers la pré-orientation des élèves que doit rendre possible la prolongation de l’instruction obligatoire jusqu’à 14 ans (loi du 9 août 1936). Cette phase aboutit à une fragmentation de fait entre orientation professionnelle, orientation scolaire et orientation professionnelle de reclassement ; elle trouve aussi son pendant, hors des limites de cette étude très riche, dans la place accordée à la question de l’orientation et de la détection des aptitudes, dans le travail de la commission Langevin-Wallon à la Libération.

6La parution différée de ce livre tiré de la thèse de doctorat soutenue en 2011 par l’auteur, loin d’amoindrir son utilité pour le lecteur, témoigne au contraire du regain d’intérêt pour une histoire de l’orientation scolaire et professionnelle dont de premiers jalons avaient été posés voici une trentaine d’années par André Caroff et Francis Danvers, et dont cet ouvrage, dont le sous-titre réduit peut-être la portée, suggère la disponibilité pour une histoire sociale des jeunes au XXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lembré, « MARTIN (Jérôme), La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation »Histoire de l’éducation, 158 | 2022, 195-198.

Référence électronique

Stéphane Lembré, « MARTIN (Jérôme), La naissance de l’orientation professionnelle en France (1900-1940). Aux origines de la profession de conseiller d’orientation »Histoire de l’éducation [En ligne], 158 | 2022, mis en ligne le 01 novembre 2022, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/8152 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.8152

Haut de page

Auteur

Stéphane Lembré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search