Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Comptes rendus et notes critiquesDUBOIS (Antonin), Organiser les é...

Comptes rendus et notes critiques

DUBOIS (Antonin), Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)

Paris, Éditions du Croquant, 2021, 372 p.
Jean-François Condette
p. 210-215
Référence(s) :

DUBOIS (Antonin), Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914), Paris, Éditions du Croquant, 2021, 372 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la synthèse d’un travail doctoral soutenu en 2019 par Antonin Dubois en codirection entre l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et l’université de Heidelberg et qui a pour titre Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)1.

2La question centrale du livre est à la fois sociale et politique, à savoir comment les étudiants peuvent-ils faire groupe (p. 9) ? Ces jeunes individus, qui sont étudiants par le seul fait qu’ils « étudient », à la suite de leurs études secondaires réussies, sont définis par un « statut administratif provisoire, conféré par l’inscription dans un établissement d’enseignement supérieur » (p. 10). Ils sont d’abord des individus de papier, définis, régulés et comptabilisés par une administration. Leurs origines sociales et géographiques ainsi que leurs ancrages disciplinaires sont variés. De même il se destinent à des professions très diverses (avocat, médecin, pharmacien, enseignant, pasteur, haut fonctionnaire, etc.). Dès lors, la question qui se pose est celle de savoir ce qui leur permet de faire groupe. Comment le monde étudiant passe-t-il d’un statut théorique à un groupe social ? L’étude se focalise sur quatre des vingt et une universités allemandes et sur trois des seize universités françaises : Berlin, Bonn, Fribourg-en-Brisgau et Heidelberg ; Lille, Montpellier et Paris. L’auteur fait cependant des références nombreuses à d’autres villes universitaires.

3La première partie, la plus longue, en trois chapitres, s’intéresse à l’émergence de ces organisations étudiantes. On voit s’affirmer, à partir des années 1880, « un associationnisme estudiantin relativement libre et fonctionnant selon une logique propre et dès lors intrinsèquement liée à l’émergence du groupe social étudiant » (p. 14), même si, le livre le montre très bien, des organisations étudiantes existent depuis le début du XIXe siècle, en particulier dans les territoires qui deviendront l’Allemagne. Ces structures sont encore très liées au pouvoir et à un idéal nationaliste fort. Les corporations duellistes (Burschenschaften et Corps) demeurent très aristocratiques dans leur recrutement et dans leurs positionnements, tandis que de petites associations (Les Vereine) sont plus à buts scientifiques ou de sociabilité. La Burschenschaft de Iéna est fondée dès 1815 avec un combat très clair pour l’unité nationale allemande ; celle de Heildelberg naît en 1817 ; celle de Berlin en 1818. En France, les associations étudiantes existent également mais sont systématiquement pourchassées par les régimes monarchiques ou impériaux dès qu’elles deviennent revendicatives, l’ordonnance du 5 juillet 1820 interdisant aux étudiants de s’organiser collectivement (article 20), de former une association sans en avoir obtenu la permission. Il leur est aussi interdit « d’agir ou d’écrire en nom collectif ». Le pouvoir politique se méfie des étudiants et de leurs idées libérales. En Allemagne aussi, ces diverses associations sont surveillées, contrôlées et parfois interdites. Sur la longue durée du XIXe siècle cependant, on assiste à une « lente imposition des corporations étudiantes allemandes » (p. 34 et suivantes), puis des associations françaises après 1880 avec l’installation enfin assurée de la Troisième République. Dans l’Allemagne unifiée, les Vereine Deutscher Studenten qui se développent adoptent un discours et des positionnements très nationalistes (« Mit Gott für Kaiser und Reich ! » : « Avec Dieu pour l’Empereur et l’Empire »). En juin 1881, une pétition antisémite est ainsi remise au chancelier Bismarck qui condamne l’égalité juridique des juifs garantie depuis 1871 avec quatre revendications principales : interdiction ou limitation de l’immigration de juifs étrangers ; exclusion des juifs de la haute administration et limitation de leurs activités dans les services de la Justice ; maintien du caractère chrétien des écoles primaires ; nécessité de dresser une statistique précise et officielle des juifs (p. 44). Des pétitions étudiantes alimentent cette pétition générale avec près de 4 000 signatures. Des Vereine s’imposent dans les années 1880-1900 dans toutes les villes universitaires allemandes avec un fort attachement à la figure de l’Empereur. « L’antisémitisme est au cœur du logiciel idéologique des Vereine Deutscher Studenten » (p. 47). En France, « la naissance républicaine de l’associationnisme étudiant » (p. 63) s’affirme après 1879 avec le développement dans les villes de faculté d’unions des étudiants de l’État désormais soutenues par le régime. Il faut à la fois dynamiser la vie étudiante, l’encadrer et lui donner des valeurs communes, qui sont celles de la République et de la nation française. Une première association apparaît en 1877-1878 à Nancy, puis en 1880 à Bordeaux et en 1881 à Lille. Le mouvement se développe surtout après 1883. L’ouvrage montre très bien que ces organisations étudiantes ne sont jamais monopolistiques et ne regroupent qu’une minorité des inscrits dans les universités, selon les villes et les périodes, la tendance étant d’ailleurs à une baisse de leur représentativité entre 1880 et 1914 alors que les effectifs augmentent dans les facultés. Le chapitre 2 sur « la catégorisation bureaucratique du groupe » remet en contexte ces créations en s’intéressant à la manière dont les contemporains définissent l’étudiant avant de montrer la hausse de leur nombre alors que se développe la statistique universitaire (tableau du nombre d’étudiants dans les universités allemandes entre 1870 et 1914, p. 98 ; même tableau pour les facultés françaises de 1875 à 1914, p. 100-101). Les effectifs des étudiants en Allemagne passent ainsi de 14  157 en 1870 à 56 172 en 1914 (dont 6,7 % de femmes). En France, on passe de 9 299 étudiants en 1875-1876 à 42 037 en 1913-1914 (10,1 % de femmes). Il y a bien un développement du nombre des étudiants mais qui ne révolutionne pas encore les caractéristiques sociales de cette élite bourgeoise. La forte sélection sociale est cependant complexe à saisir car les statistiques n’en parlent pas (« l’occultation des origines sociales », p. 104 et suivantes). Sur la féminisation relative du public étudiant, il y avait, pour la France, des études complémentaires mobilisables (articles de Carole Christen, thèse récente d’Amélie Puche, etc.) et des exemples d’engagements à développer davantage. Le chapitre 3 revient ensuite sur « l’affirmation du groupe : conflits de représentation », montrant la profusion de groupes et de sous-groupes, de mouvements corporatifs selon les disciplines et les facultés, ce qui rend la parole étudiante difficile à entendre. En Allemagne, à côté des Vereine Deutscher Studenten se développent des Freistudentenschaften, contre le « modèle corporatif élitiste traditionnel » (p. 137), avec un recrutement plus large et une volonté plus nette de défendre les intérêts matériels des étudiants et des étudiantes.

4La seconde partie, en deux chapitres, montre avec finesse et de manière très claire, comment ces associations et organisations permettent la socialisation des étudiants et favorisent leur insertion dans les structures de pouvoir, à la fois par le lien créé avec les anciens (Alte Herren), mais aussi avec les professeurs des facultés, avec les autorités administratives qui pilotent la vie universitaire et plus largement avec les autorités politiques et les réseaux élitaires. On perçoit aussi de manière précise les avantages accordés aux membres de ces associations (disposition d’une « Maison des étudiants », de bibliothèques, de bars, de services médicaux gratuits, etc.). Le rôle protecteur des anciens joue à la fois dans la défense des associations et dans les efforts d’insertion professionnelle des étudiants. Il ne faut jamais oublier cependant que nous sommes, jusqu’en 1914, dans le cadre d’« une socialisation élitaire » (p. 192). Ces associations étudiantes sont aussi des organisations socialisatrices parce qu’elles permettent à leurs membres de se mobiliser autour de causes communes, souvent matérielles mais aussi politiques (défense des valeurs démocratiques en France, des valeurs impériales en Allemagne). On perçoit ici l’une des limites de ces associations définies, surtout en France, comme « apolitiques », à savoir que se développent, à côté et donc finalement contre elles, de nombreux mouvements partisans à l’extrême droite et à l’extrême gauche. En Allemagne surtout, les positionnements sont souvent antisémites et très durs envers les « étrangers », même si des mouvements similaires existent en France en particulier à Paris et surtout en médecine. Le positionnement face au service militaire divise également les étudiants des deux côtés du Rhin.

5La troisième partie, en deux chapitres (un peu trop brève à notre goût par rapport aux apports de la thèse dans sa version de soutenance), montre la politisation croissante de ce monde étudiant mais aussi sa division en tendances opposées à la fois à gauche et à droite. On pense bien sûr en France aux associations nationalistes des années 1890-1914 autour de la Ligue des étudiants patriotes ou des mouvements liés à l’Action française comme les Camelots du Roi qui mènent des campagnes d’agitation contre le régime et ses institutions. En Allemagne s’affirment des mouvements et des combats plus confessionnels, souvent anticatholiques avec des troubles sur de nombreux sites universitaires alors que, dans les deux pays, les mouvements se divisent sur l’approche nationale, nationaliste ou la nécessité de l’internationalisme. La politique devient bien un « objet de conflit » (p. 317). On perçoit aussi nettement, dans l’ouvrage, que les étudiants français sous la Troisième République disposent d’une liberté d’action et d’opinion bien plus importante que les étudiants allemands vivant sous l’Empire, qui ne peuvent critiquer le régime en place. « De nouvelles mobilisations pour de nouvelles revendications » (chapitre 7, p. 327-357) s’affirment dans les premières années du XXe siècle pour demander des changements dans la vie étudiante (plus de libertés en Allemagne, présence dans les instances universitaires en France) ou contre certaines réformes des études menées par le pouvoir. Ils réagissent également à certaines nominations d’enseignants ou de doyens jugées trop politiques et pour des réalisations matérielles plus importantes (logement, restauration, etc.), certains positionnements étant déjà « aux portes du syndicalisme » (p. 351). À l’évidence, et Antonin Dubois le démontre, il faut se méfier du « miracle de la force du “nous” étudiant » (p. 367), tant les mouvements et les positionnements étudiants sont multiples. Le groupe étudiant est certes cimenté par des caractéristiques communes mais il est aussi particulièrement divisé, reposant sur une situation étudiante par définition temporaire.

6On nous permettra pour terminer de signaler l’absence, en fin d’ouvrage, de toute bibliographie générale et thématique et de toute présentation, même synthétique des sources disponibles. On dispose certes dans les différents chapitres de nombreuses notes de bas de page qui se réfèrent à des ouvrages, à des articles et à des sources primaires, mais on aurait aimé disposer d’un tableau final plus précis de ces éléments. En outre, si l’on apprend beaucoup de choses sur ces organisations étudiantes et si, dès l’introduction, il est noté que « ce livre n’est donc ni une étude de la morphologie de la catégorie des étudiants ni une analyse de leurs conditions de vie et d’études ou de leur formation intellectuelle » (p. 13), il est un peu dommage de n’avoir pas proposé davantage d’éléments sociologiques sur la diversité croissante de ces étudiants français et allemands, sur la légère ouverture sociale qui se produit durant la période étudiée (1880-1914). De même, sur la vie étudiante au quotidien et sur les engagements politiques de ces étudiants, engagements individuels ou organisés en mouvements partisans, qui font alors une forte concurrence aux associations plus générales, des éléments complémentaires pouvaient être développés. Certaines mises au point et réflexions générales, plus épistémologiques et socio-politiques, certes intéressantes, pouvaient peut-être être réduites dans la première partie (sur l’identité et la définition d’un groupe social, etc.) pour laisser plus de place à ces réalités étudiantes agissantes au cœur des quartiers latins entre 1880 et 1914. Ces organisations en France comme en Allemagne jouent souvent un rôle important dans l’accueil des étudiants, par leurs aides matérielles, leur gestion des questions concrètes (logement, restauration), les avantages qu’elles peuvent procurer (réductions dans les commerces, etc.) et l’organisation des loisirs estudiantins. Sur les tensions et les affrontements qu’elles rencontrent avec les mouvements politiques, il était certainement possible d’aller plus loin. Il n’en demeure pas moins que l’ouvrage proposé par Antonin Dubois est riche d’apports importants et vient compléter les études existantes sur la condition étudiante et les positionnements politiques des mouvements estudiantins, l’approche comparée entre la France et l’Allemagne permettant également de saisir à la fois des points de convergence mais aussi des différences dans ces organisations étudiantes et plus largement dans l’étude des universités et de la place de la jeunesse dans les sociétés contemporaines.

Haut de page

Notes

1 La thèse est disponible en ligne : <https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-02444619>. Elle comprend deux volumes et plus de 750 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Condette, « DUBOIS (Antonin), Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) »Histoire de l’éducation, 159 | 2023, 210-215.

Référence électronique

Jean-François Condette, « DUBOIS (Antonin), Organiser les étudiants. Socio-histoire d’un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914) »Histoire de l’éducation [En ligne], 159 | 2023, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/8621 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.8621

Haut de page

Auteur

Jean-François Condette

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search