Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161DossierEnfance, jeunesse et agentivité (...

Dossier

Enfance, jeunesse et agentivité (1500-1850)

Childhood, youth and agency (1500-1850)
Sylvie Moret Petrini
p. 11-19

Résumés

Au cœur de la redécouverte d’individus privés de visibilité, le concept d’agentivité (agency) n’a encore été que rarement appliqué aux enfants et jeunes gens de l’époque moderne. Pourtant son potentiel herméneutique apparaît évident. De l’enfance à l’âge adulte, les individus sont engagés dans un processus de construction d’eux-mêmes dans lequel ils cherchent à affirmer leur individualité face aux adultes et au monde. En ouvrant la réflexion sur l’expérience enfantine et les pouvoirs d’action de la jeunesse (entre adaptation et résistance) en France et dans les pays voisins (Suisse, Allemagne), et ce sur un temps long (XVIe-milieu du XIXe siècle), et en travaillant sur un large panel de sources – des textes classiques de l’histoire de l’éducation aux écrits personnels de jeunesse – ce dossier entend mettre en lumière la façon dont les enfants ont agi au sein des structures sociales. Ce faisant, il s’attache à révéler enfants et jeunes gens comme des acteurs et actrices historiques à part entière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis-Philippe, Mémoires de Louis-Philippe, duc d’Orléans, écrits par lui-même. T. 1 : 1773-1793, (...)

1Évoquant dans ses Mémoires Mme de Genlis, qui dirigea son éducation pendant près de dix ans, Louis-Philippe d’Orléans se montre catégorique : « elle n’a jamais pu s’arroger sur mon esprit l’empire absolu auquel elle prétendait. Je connaissais trop bien la faiblesse de son entendement pour pouvoir lui soumettre le mien, et elle sentait comme moi que c’était impossible »1.

  • 2 Stéphanie Félicité de Genlis, Adèle et Théodore ou lettres sur l'éducation : contenant tous les pr (...)
  • 3 Isabelle Havelange (dir.), Journaux de voyage et d’éducation de Louis-Philippe d’Orléans et Charle (...)
  • 4 Lejeune Philippe, « Le panoptique de Mme de Genlis », in Anne Coudreuse, Catriona Seth (dir.), Le (...)
  • 5 Voir Dominique Julia, « Princes et élèves : les études des princes d’Orléans sous l’autorité de Ma (...)

2Fondé sur des scenari pédagogiques destinés à amener insensiblement l’élève dans les voies que ses éducateurs et éducatrices avaient choisies pour lui, le système mis en place par Félicité de Genlis prévoyait un contrôle continu sur l’enfant. Il se voulait très proche du modèle prôné par Rousseau dans Julie ou la Nouvelle Héloïse et Émile, à ceci près que Mme de Genlis tenait à affirmer le côté non chimérique – et par conséquent immédiatement applicable – de sa méthode2. L’un de ses éléments centraux se matérialisa dans les journaux rédigés par l’équipe éducative qu’elle réunit autour des jeunes princes3. Soulignant leur côté intrusif, Philippe Lejeune voit en eux de véritables « panoptiques de papier »4. Témoins d’une surveillance continuelle de l’enfant5, ils traduisent la volonté de l’enserrer dans un cadre prescriptif très rigide. Or, à en croire le duc d’Orléans, cette forme d’éducation n’aurait eu qu’un impact limité sur lui. Face au prétendu empire des adultes, le mémorialiste revendique pour l’enfant ou l’adolescent qu’il fut une forme de liberté d’esprit augmentée de la conscience de déroger à ce que l’on a envisagé pour lui, ce que l’on qualifierait aujourd’hui d’agentivité.

  • 6 Monique Haicault, « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre », Rives mé (...)
  • 7 Jacques Guilhaumou, « Autour du concept d'agentivité », ibid., p. 25-34.
  • 8 Joël Zafran, Le temps de l’adolescence. Entre liberté et contrainte, Rennes, Presses universitaire (...)
  • 9 Ce dossier est issu d’un colloque international organisé à l’université de Lausanne les 5-6 novemb (...)

3Concept-clé pour l’étude de la marge de manœuvre des individus dans des contextes sociaux donnés, l’agentivité (agency) renvoie de façon générale à la capacité de l’humain « à agir par-delà les déterminismes », à sa capacité à résister, à jouer, à transformer, mais aussi à se conformer6. Elle est au cœur de la redécouverte de protagonistes privés de visibilité. Mobilisée avec profit dans le cadre de l’histoire des couches populaires, des groupes marginaux ou encore des femmes7, elle n’a encore été appliquée que très rarement aux enfants pour l’époque moderne, nonobstant leur importance numérique. Son potentiel herméneutique pour l’histoire de l’éducation apparaît pourtant évident. De l’enfance à l’âge adulte, les individus sont engagés dans un processus de construction d’eux-mêmes. L’individuation – travail de l’adolescent pour parvenir à imposer ses choix et affirmer son individualité face aux adultes et au monde8 – s’effectue au sein d’un environnement qui, tout en imposant des contraintes, offre des ressources. En ouvrant la réflexion sur l’expérience enfantine et les modalités de l’agentivité de la jeunesse en France et dans les pays voisins (Suisse, Allemagne), et ce sur un temps long (XVIe-milieu du XIXe siècle), ce dossier entend en faire mieux comprendre les usages9. Ce faisant, il s’inscrit résolument dans l’« après Ariès » qui se dessine depuis quelques décennies.

I. Rares paroles d’enfants ?

  • 10 Guillaume Gros, « Philippe Ariès : naissance et postérité d’un modèle interprétatif de l’enfance » (...)
  • 11 Paula S. Fass (dir.), The Routledge History of Childhood in the Western World, Londres, Routledge, (...)
  • 12 Voir la liste établie par Didier Lett, Isabelle Robin et Catherine Rollet, « Faire l'histoire des (...)
  • 13 Egle Becchi, Dominique Julia, Histoire de l’enfance, op. cit., p. 15.
  • 14 Colin Heywood, Childhood in Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 6.
  • 15 Mary Jo Maynes, « Age as a Category of Historical Analysis: History, Agency and Narratives of Chil (...)

4Sans nier ce que l’histoire de l’enfance doit à Philippe Ariès10, les chercheurs et chercheuses appellent aujourd’hui à retirer à son ouvrage L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime son statut iconique, qui tend à masquer les avancées récentes de la recherche. C’est par un plaidoyer en ce sens que s’ouvre la synthèse sur l’histoire de l’enfance dans le monde occidental dirigée en 2014 par Paula Fass, tout en rappelant combien les travaux menés depuis les années 1960 ont renouvelé les connaissances sur l’enfance et les enfants11. Un tour d’horizon des grandes synthèses des années 1990-201012 confirme que les travaux entrepris dans le sillage d’Ariès représentent autant de jalons à la construction de ce champ de recherche. Mais ces dernières rendent également compte d’une évolution : de la difficulté reconnue à écrire une histoire de l’enfance au prisme de documents rédigés principalement par les adultes, soulignée par Egle Becchi et Dominique Julia13, à la recherche d’une histoire de l’enfance étroitement liée à l’expérience des enfants, que prône dans son dernier ouvrage Colin Heywood. S’il reconnaît la difficulté de la tâche, l’historien estime qu’il est aujourd’hui temps de s’y atteler14. Une décennie avant lui, Marie Jo Maynes dénonçait déjà ce qu’elle qualifiait de véritable biais : puisque la plupart des sources utilisées dans les études sur l’enfance et la jeunesse ne parlent pas directement de l’expérience des sujets qu’ils observent, les historiens peinent incontestablement à les conceptualiser comme des acteurs historiques à part entière15.

  • 16 Didier Lett, Isabelle Robin, Catherine Rollet, « Faire l'histoire des enfants », art. cit., p. 257 (...)
  • 17 Matthew O. Grenby, The Child Reader 1700-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.
  • 18 Voir notamment Paula S. Fass (dir.), The Routledge history of Chidhood, op. cit., ainsi que Claudi (...)
  • 19 , Véronique Castagnet-Lars, Jean-François Condette (dir.), « Pour une histoire renouvelée des élève (...)
  • 20 Manon Pignot, « À hauteur d’enfant. Le défi historiographique des expériences de guerre enfantines (...)
  • 21 Kathryn Gleadle, « The juvenile enlightenment: British children and youth during the French Revolu (...)

5Le bilan historiographique proposé par Didier Lett, Isabelle Robin et Catherine Rollet en 2015 traduit cette évolution générale16. Les nouvelles thématiques qui ont émergé ces deux dernières décennies, qu’il s’agisse par exemple des usages de l’imprimé, du genre ou des relations adultes-enfants, ainsi qu’entre enfants, témoignent d’une volonté de proposer des approches davantage centrées sur ces derniers. En Angleterre, les travaux de Matthew O. Grenby sur la lecture se réclament de cette perspective, comme le titre de l’ouvrage The Child Reader 1700-1840 (2011) l’indique sans équivoque17. Le recours à l’histoire des émotions y contribue également18. Il en va de même de l’angle d’approche adopté dans le chantier ouvert depuis une dizaine d’années sur l’histoire des élèves, qui s’intéresse notamment à l’expérience enfantine et « au métier d’élève »19. Écrire une histoire à « hauteur d’enfant », pour reprendre l’heureuse formule de Manon Pignot, en travaillant sur les sources écrites ou produites par les enfants eux-mêmes, s’impose comme une nouvelle tendance, incarnée notamment par les travaux des historiens contemporanéistes sur l’expérience enfantine en temps de guerre20. Parmi les modernistes, peut être citée Kathryn Gleadle qui a adopté cette approche autour de deux moments particuliers : la dénonciation de l’esclavage par le boycott du sucre que nombre de jeunes Britanniques auraient activement soutenu en se privant volontairement de friandises et, sur ce même territoire, la réception de la Révolution française par des jeunes gens particulièrement enclins à débattre et s’exprimer sur le sujet21. Loin d’un rôle passif, c’est bien l’enfant dans son rôle d’acteur que ces études cherchent à observer, un acteur, non seulement façonné et éduqué par les adultes mais en constante interaction avec eux.

  • 22 Julia M. Gossard, « Tattletales: Childhood and Authority in Eighteenth-Century France », The Journ (...)
  • 23 Arianne Baggerman, Rudolf Dekker, Child of the Enlightenment: revolutionary Europe reflected in a (...)
  • 24 Anthony Fletcher, Growing up in England. The Experience of Childhood, 1600-1914, New Haven/Londres (...)
  • 25 Ibid., p. 17.
  • 26 Parmi les nombreux travaux qui pourraient être cités, je me limite à signaler les suivants : Pierr (...)
  • 27 Willemijn Ruberg, Conventional correspondence : epistolary culture of the Dutch elite, 1770-1850, (...)
  • 28 Emily Claire Bruce, Revolutions at Home: The Origin of Modern Childhood and the German Middle Clas (...)
  • 29 Sylvie Moret Petrini, L’enfance sous la plume. La diffusion de l’écriture éducative en Suisse roma (...)
  • 30 Notons la récente édition d’un journal, datant de 1786, déposé aux archives départementales de l'O (...)
  • 31 Voir notamment Jeanne Chiron, « Les Lumières face à la parole de l’enfant : la construction d’un s (...)

6Des sources diverses, directes ou non, sont susceptibles de donner accès aux voix des enfants du passé. L’étude des procès-verbaux d’écoles de charité lyonnaise et parisienne réalisée par Julia M. Gossard en fournit un bon exemple. On y voit les jeunes gens, encouragés par le règlement de ces écoles, dénoncer les comportements inappropriés dont ils sont témoins, en particulier ceux de leurs parents. Parole indirecte, ils n’en rendent pas moins compte à la fois de ce qu’auraient vécu les jeunes gens et de la façon dont ils ont usé du pouvoir qui leur est donné22. Moins transformés et certainement moins uniformisés, quoique souvent rédigés en interaction avec les adultes, les écrits personnels demeurent aussi une mine d’informations encore largement à exploiter. Telle fut la démarche proposée, de façon pionnière, par Rudolf Dekker et Arianne Baggerman qui ont analysé le journal rédigé entre 1790 et 1797 par le jeune hollandais Otto van Eck23. Ils ont étudié la perception qu’avait ce dernier des composantes de son mode de vie (son univers social, ses lectures, sa conception du temps, son rapport à l’espace entre autres) tout en évaluant la réception et la mise en pratique des principes de l’éducation éclairée au sein de sa famille. Anthony Fletcher qui, dans son ouvrage Growing up in England (2008), exploite un corpus d’une vingtaine de journaux de jeunesse anglais rédigés entre 1671 et 191424 souligne le potentiel de l’étude des écrits d’enfants qui permettent notamment, dans le domaine de l’histoire de l’éducation, comme il l’écrit, de « rendre vivantes les réponses de ces enfants à l’éducation que leurs parents leur ont donnée »25. Les correspondances enfantines en sont un autre révélateur26. Willemijn Ruberg y a consacré une thèse étudiant l’apprentissage de la culture épistolaire auquel, dans l’espace bourgeois hollandais, les jeunes gens ont été soumis dès le plus jeune âge.27 D’autres historien.ne. s ont fait une place centrale aux écrits diaristiques pour questionner l’expérience de la jeunesse, en portant une attention particulière au processus d’émancipation caractérisant la tranche d’âge de 12 à 21 ans, à l’instar d'Emily Claire Bruce28 et de l'éditrice de ce dossier29. Si la recherche doit de toute évidence continuer à exhumer de telles sources30 et à leur faire une place dans la réflexion historique, il convient tout autant d’élargir les perspectives sur la parole enfantine – et la façon dont celle-ci a été interprétée, réécrite, imaginée par les adultes, peinant parfois à « rendre compte de l’altérité enfantine »31 – et de dépasser les frontières disciplinaires dans l’étude encore embryonnaire de l’agentivité des plus jeunes.

II. Questionner l’agency/agentivité enfantine

  • 32 Monique Haicault, « Autour d’agency », op. cit., p. 14.
  • 33 Virginie Vinel, Francesca Zaltron, « Enfants acteurs, enfants agis », Revue des sciences sociales, (...)
  • 34 Pascale Garnier, « L’“Agency” des enfants, Projet scientifique et politique des “childhood studies (...)
  • 35 Cath Larkins, « Excursions as corporate agents. A critical realist account of children’s agency », (...)
  • 36 Renaud Cardinal-Lamarche, Benoit Gaudreault, Catherine Larochelle, Rafael Lavergne, Laura-Marie Th (...)

7Un coup d’œil à la liste établie par Monique Haicault en 2012 suffit à prendre la mesure de l’éventail terminologique qui s’offre au chercheur soucieux de définir la notion d’agency, dont la traduction française – agentivité – ne semble pas encore avoir définitivement remplacé l’original anglais. Les sens proposés vont de la capacité à la conscience d’agir en passant par l’empowerment32. S’agissant d’enfants, il semble important d’admettre que l’agentivité peut prendre des formes différentes. Et qu’elle équivaut à la capacité de l’enfant à agir et à faire des choix, ou à participer à la transformation de son contexte social en interagissant avec d’autres individus, au niveau individuel, mais aussi, au plan collectif, à titre de membre d’un groupe social revendiquant certains droits et témoignant de rapports de pouvoir avec les adultes33. Comme l’a mis en évidence Pascale Garnier, cette notion « s’oppose à la vision d’un être passif, incompétent, vulnérable, dépendant, incomplet, sorte de tabula rasa à remplir ou de cire à modeler. Elle met en valeur un regard sur les enfants qui inverse les termes et leur attribue aussi un rôle dans la vie sociale et politique : acteur social et participant actif dans les domaines privé et public ou, plutôt, faisant travailler leurs frontières »34. D’autres chercheuses, à l’instar de la sociologue Cath Larkins insistent à juste titre sur l’importance de prendre en compte le contexte relationnel mais aussi intergénérationnel pour évaluer la marge de manœuvre enfantine35. Enfin, dernière précaution utile, afin de ne pas « corrompre l’interprétation du passé en plaquant des modèles normatifs sur les récits »36, c’est moins le côté inné de l’agentivité enfantine qu’il s’agit d’observer que sa dimension plus affective et sociale, en privilégiant l’analyse des conditions lui permettant d’apparaître.

8Cette perspective imprègne le présent dossier thématique, qui se penche sur différentes classes sociales, des couches populaires à la haute bourgeoisie. Il s’ouvre sur les modèles et représentations de l’agentivité enfantine (masculine ou féminine) et les limites que lui insuffle une littérature pédagogique qui forge elle-même la parole enfantine, autorisant une lecture à nouveaux frais de textes au rang de classiques. Comme le montre Karine Crousaz, les Colloques de Maturin Cordier, qui ont formé pendant deux siècles des générations d’étudiants apprennent à ces derniers, autant qu’à s’approprier des tournures de phrase correctes, comment faire usage de leur marge de manœuvre. Arnaud Berquin et son célèbre Ami des enfants, qu’analyse Florence Boulerie, contribua de son côté à la diffusion dans l’espace francophone de pièces de théâtre mettant en scène l’autonomie enfantine. Berquin propose une formation enfantine résolument tournée vers la responsabilisation. En témoigne, d’une part, le choix des actions incarnées par ses personnages et, d’autre part, sa volonté de promouvoir un genre théâtral qui implique à la fois l’activité des enfants et un usage de la littérature supposant son appropriation par ces mêmes enfants. Ce sont désormais eux, par le biais de petites représentations, qui transmettent aux adultes leur interprétation du texte.

9Le cadre collectif autorisant l’agentivité enfantine est questionné par les deux études suivantes. Dans la contribution que Jean-Yves Champeley consacre aux groupes de jeunesse de l’espace alpin et rhodanien français, l’aspect intergénérationnel revêt une dimension essentielle. Ces groupes qui se manifestent dans la sphère publique constituent un exemple éloquent d’agentivité, tout en en révélant la fragilité, dans la constante négociation nécessaire pour défendre leur existence, face aux adultes. La négociation à laquelle donne lieu la présence des enfants dans l’espace public est également mise en évidence par Antonia Perna dans son étude qui prend pour cadre Besançon durant la période de la Terreur. Sur la base des discours prononcés par les jeunes gens dans les clubs populaires et lors de festivités, l’historienne rend compte de la place que les enfants ont prise, montrant les aptitudes qu’ils ont manifestées à défendre leur opinion. Ce faisant elle éclaire le contexte qui leur donna l’envie de contribuer, comme celle de revendiquer un droit à participer, au nom même de leur statut d’enfant.

10L’expérience, par les jeunes individus de la gestion, voire la revendication, de leurs espaces d’autodétermination, en interaction, ou non, avec les adultes est ensuite questionnée à l’aune de journaux personnels rédigés par des jeunes filles et garçons des milieux bourgeois, au XVIIIe siècle, par Sylvie Moret Petrini qui travaille sur l’espace helvétique, et par Emily Claire Bruce, sur la base du corpus d’écrits personnels allemands qu’elle a réunis pour le XIXe siècle. Ici, parce que la plume favorise la réflexivité sur le processus de construction de soi qui marque le temps de la jeunesse, l’analyse se focalise sur les marges de manœuvre des jeunes gens et la façon dont ces derniers ont composé dans un cadre familial et social qui imprègne leur façon d’être et de se comporter, tout en questionnant la dimension du genre.

11Pas plus que les autres acteurs sociaux, on s’en doute, les enfants ne sont entièrement déterminés par la structure sociale. Ils se révèlent capables d’agir à l’intérieur de celle-ci, de la réinterpréter et de l’altérer. En croisant différentes approches, études de cas et milieux sociaux, plusieurs pistes de réflexions émergent, qui appellent à être poursuivies. Ainsi, quelle place les modèles d’autonomie enfantine prennent-ils – et sous quelle forme – dans la littérature d’éducation et la littérature de jeunesse ? Comment les jeunes gens expriment-ils, voire revendiquent-ils, leur capacité d’action, et de quelle manière celle-ci entre-t-elle, ou non, en résonance avec les attentes des adultes ? Quels contextes se révèlent propices à son expression individuelle ou collective ? En s’appuyant sur une intensive recherche de sources pour y répondre, nul doute que le renouvellement en cours de l’écriture de l’histoire, qui accorde un intérêt croissant aux acteurs et actrices historiques, sera en mesure d’intégrer plus activement, à titre individuel et collectif, le groupe encore négligé mais combien important que constituent les enfants.

Haut de page

Notes

1 Louis-Philippe, Mémoires de Louis-Philippe, duc d’Orléans, écrits par lui-même. T. 1 : 1773-1793, Paris, Plon, 1973. Cité dans Isabelle Havelange (éd.), Journaux de voyage et d’éducation. Spa, été 1787, Paris, Classiques Garnier, 2015, p. 9.

2 Stéphanie Félicité de Genlis, Adèle et Théodore ou lettres sur l'éducation : contenant tous les principes relatifs aux trois différens plans d'éducation des princes, des jeunes personnes, & des hommes, À Paris, de l'imprimerie de M. Lambert et de F. J. Baudoin, 1782, t. 3, p. 409.

3 Isabelle Havelange (dir.), Journaux de voyage et d’éducation de Louis-Philippe d’Orléans et Charles Gardeur-Lebrun…, op. cit., 2015 ; Bernard de Bonnard, Journal de l’éducation des princes d’Orléans, décembre 1777-janvier 1782, éd. Dominique Julia, Paris, Classiques Garnier, 2019. Mme de Genlis a elle-même tenu un journal en plusieurs volumes dont elle a édité des extraits : Stéphanie Félicité de Genlis, Leçons d’une gouvernante à ses élèves, ou Fragmens d’un Journal, qui a été fait pour l’Éducation des Enfans de Monsieur d’Orléans, Paris, Onfroy, 1791.

4 Lejeune Philippe, « Le panoptique de Mme de Genlis », in Anne Coudreuse, Catriona Seth (dir.), Le temps des femmes : textes mémoriels des Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2014, p. 45-69.

5 Voir Dominique Julia, « Princes et élèves : les études des princes d’Orléans sous l’autorité de Madame de Genlis (1782-1792) », Histoire de l’éducation, no 151, 2019, p. 63-121.

6 Monique Haicault, « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches de Genre », Rives méditerranéennes, no 41-1, 2012, p. 12.

7 Jacques Guilhaumou, « Autour du concept d'agentivité », ibid., p. 25-34.

8 Joël Zafran, Le temps de l’adolescence. Entre liberté et contrainte, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 14.

9 Ce dossier est issu d’un colloque international organisé à l’université de Lausanne les 5-6 novembre 2020, intitulé Se soustraire à l’empire des grands. Enfance, jeunesse et agentivité (1500-1900).

10 Guillaume Gros, « Philippe Ariès : naissance et postérité d’un modèle interprétatif de l’enfance », Histoire de l’éducation, no 125, 2010, p. 49-72.

11 Paula S. Fass (dir.), The Routledge History of Childhood in the Western World, Londres, Routledge, 2014, introduction.

12 Voir la liste établie par Didier Lett, Isabelle Robin et Catherine Rollet, « Faire l'histoire des enfants au début du XVIe siècle : de l'enfance aux enfants », Annales de démographie historique, vol. 129, no 1, 2015, p. 231-276. Nous nous limitons ici à citer Egle Becchi, Dominique Julia, Histoire de l'enfance en Occident, Paris, Seuil, 1998 ; Hugh Cunningham, Children and Childhood in Western Society since 1500, Londres/New York, Longman, 1995 ; Colin Heywood, A History of Childhood : Children and Childhood in the West from Medieval to Modern Times, Cambridge, Polity, 2001 ; Paula S. Fass (dir.), Encyclopedia of Children and Childhood in History and Society, New York, MacMillan, 2003.

13 Egle Becchi, Dominique Julia, Histoire de l’enfance, op. cit., p. 15.

14 Colin Heywood, Childhood in Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2018, p. 6.

15 Mary Jo Maynes, « Age as a Category of Historical Analysis: History, Agency and Narratives of Childhood », The Journal of the History of Childhood and Youth, vol. 1, no 1, 2008, p. 117.

16 Didier Lett, Isabelle Robin, Catherine Rollet, « Faire l'histoire des enfants », art. cit., p. 257-259.

17 Matthew O. Grenby, The Child Reader 1700-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

18 Voir notamment Paula S. Fass (dir.), The Routledge history of Chidhood, op. cit., ainsi que Claudia Jarzebowski, Thomas Max Safley (dir.), Childhood and Emotion. Across cultures 1450-1800, Londres/New York, Routledge, 2014.

19 , Véronique Castagnet-Lars, Jean-François Condette (dir.), « Pour une histoire renouvelée des élèves : placer l’élève au centre des analyses historiennes », Histoire de l’éducation, no 150, 2018 et no 151, 2019.

20 Manon Pignot, « À hauteur d’enfant. Le défi historiographique des expériences de guerre enfantines et juvéniles », L’Autre. Cliniques, cultures et sociétés, vol. 21, no 2, 2020, p. 142-150.

21 Kathryn Gleadle, « The juvenile enlightenment: British children and youth during the French Revolution », Past and Present, vol. 233, no 1, 2016, p. 143-184 et Kathryn Gleadle, Ryan Hanley, « Children against slavery: juvenile agency and the sugar boycotts in Britain », Transactions of the Royal Historical Society, vol. 30, 2020, p. 97-117.

22 Julia M. Gossard, « Tattletales: Childhood and Authority in Eighteenth-Century France », The Journal of the History of Childhood and Youth, vol. 10, no 2, 2017, p. 169-187.

23 Arianne Baggerman, Rudolf Dekker, Child of the Enlightenment: revolutionary Europe reflected in a boyhood diary, Leiden/Boston, Brill, 2009, p. 281-351.

24 Anthony Fletcher, Growing up in England. The Experience of Childhood, 1600-1914, New Haven/Londres, Yale University Press, 2008, troisième partie.

25 Ibid., p. 17.

26 Parmi les nombreux travaux qui pourraient être cités, je me limite à signaler les suivants : Pierre Caspard, « Singulières ou communes ? Les valeurs éducatives révélées par les correspondances entre enfants et parents : Suisse romande et France, 1760-1830 », in Philippe Henry, Jean-Pierre Jelmini (dir.), La correspondance familiale en Suisse romande aux XVIIIe et XIXe siècles : affectivité, sociabilité, réseaux, Neuchâtel, Éd. Alphil, 2006, p. 31-53 ; Madeleine van Strien-Chardonneau, « Correspondance de Gijsbert Karel van Hogendorp (1762-1834) avec sa mère Carolina van Haren (1741-1812). Une formation morale, intellectuelle et sociale par le biais du français langue seconde », in Madeleine van Strien-Chardonneau, Marie-Christine Kok Escalle (éd.), French as Language of Intimacy in the Modern Age/Le français, langue de l'intime à l'époque moderne et contemporaine, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2017, p. 67-85 ; Sylvie Moret Petrini, « Des “sociétés” idéales ? Les instituts de Colmar, Hofwil et Yverdon sous la plume des jeunes pensionnaires (1770-1820) », in « Le meilleur des mondes ». L’éducation entre optimisme et utopie, Actes du colloque international francophone, 13-14 février 2020, Lausanne, LEP, 2020, p. 45-60 ; Sylvie Mouysset, « Réelle ou rêvée : écrire son enfance à Sorèze (XVIIIe-XIXe siècle) », in Sylvie Mouysset, Danièle Tosato-Rigo (dir.), Mémoires d'enfance, Portet-sur-Garonne, Éd. Midi-Pyrénéennes, 2021, p. 32-39.

27 Willemijn Ruberg, Conventional correspondence : epistolary culture of the Dutch elite, 1770-1850, Leiden, Brill, 2011.

28 Emily Claire Bruce, Revolutions at Home: The Origin of Modern Childhood and the German Middle Class, Amherst, University of Massachusetts Press, 2021.

29 Sylvie Moret Petrini, L’enfance sous la plume. La diffusion de l’écriture éducative en Suisse romande (1750-1820), Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2022, p. 175-235.

30 Notons la récente édition d’un journal, datant de 1786, déposé aux archives départementales de l'Oise en 2009, qui a permis de faire connaître cet écrit rédigé par un jeune noble à partir du jour de son huitième anniversaire : Éduquer son enfant à l'époque des Lumières : le journal de Clément Gaillard de Saint-Germain, édité par Christelle Tiron, Amiens, Encrage, 2013.

31 Voir notamment Jeanne Chiron, « Les Lumières face à la parole de l’enfant : la construction d’un style enfantin », Histoire culturelle de l’Europe, no 2, « Regards portés sur la petite enfance en Europe (Moyen Âge-XVIIIe siècle) », 2017 [en ligne] <https://www.unicaen.fr/mrsh/hce/index.php_id_660.html>.

32 Monique Haicault, « Autour d’agency », op. cit., p. 14.

33 Virginie Vinel, Francesca Zaltron, « Enfants acteurs, enfants agis », Revue des sciences sociales, vol. 63, 2020, p. 12-25.

34 Pascale Garnier, « L’“Agency” des enfants, Projet scientifique et politique des “childhood studies” », Éducation et sociétés, vol. 36, no 2, 2015, p. 161.

35 Cath Larkins, « Excursions as corporate agents. A critical realist account of children’s agency », SAGE journals, Sociology, Gender Studies & Cultural Studies, vol. 26, no 4, 2019, p. 414-429.

36 Renaud Cardinal-Lamarche, Benoit Gaudreault, Catherine Larochelle, Rafael Lavergne, Laura-Marie Thibault, « Enfants, enfance(s) et agentivité : un champ historique en transformation », Historical Studies in Education/Revue d’histoire de l’éducation, vol. 33, no 2, 2021, p. 43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Moret Petrini, « Enfance, jeunesse et agentivité (1500-1850) »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 11-19.

Référence électronique

Sylvie Moret Petrini, « Enfance, jeunesse et agentivité (1500-1850) »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wtc

Haut de page

Auteur

Sylvie Moret Petrini

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search