Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161DossierSeuls en scène : l’agentivité enf...

Dossier

Seuls en scène : l’agentivité enfantine dans le théâtre de Berquin (L’Ami des enfants, 1782-1783)

Alone on stage: child agentivity in Berquin's theatre (L’Ami des enfants, 1782-1783)
Florence Boulerie
p. 47-63

Résumés

Les vingt-deux pièces de théâtre qu’Arnaud Berquin publie dans son périodique pour la jeunesse, L’Ami des enfants, entre janvier 1782 et décembre 1783, offrent aux jeunes lecteurs l’occasion de devenir acteurs d’un théâtre familial, sans nécessairement que la supervision d’un parent ou d’un précepteur soit requise. Ces drames mettent en scène des personnages d’enfants, filles et garçons, qui, très souvent, agissent en l’absence des adultes et semblent ainsi signaler un renouveau des conceptions de l’enfance, davantage incitée à agir sur son environnement immédiat et, au-delà, sur le contexte social. Berquin adaptant la majorité de ces pièces de l’allemand Weisse, faut-il considérer que L’Ami des enfants importe en France une conception allemande de l’agentivité enfantine ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

I. L’enfant acteur de ses lectures
II. L’enfant acteur du spectacle familial
III. L’enfant maître de ses actions
IV. Un tournant culturel

Aperçu du texte

La parution de L’Ami des enfants, le mensuel fondé en 1782 et rédigé par Arnaud Berquin (1747-1791) de janvier 1782 à décembre 1783, marque à la fin du XVIIIe siècle un tournant dans la conception que l’on se faisait en France du public des lecteurs enfantins, âgés de moins de dix ans. La presse pour enfants n’est pas une invention française, et Berquin en a importé l’idée d’Allemagne, s’inspirant très largement de Christian Felix Weisse et de son Der Kinderfreund, ein Wochenblatt (1775-1782). En grand germanophile, bercé par les idylles allemandes depuis sa jeunesse, Berquin s’adonne au jeu de la traduction. La presse pour la jeunesse était apparue quelques décennies plus tôt en Angleterre, avec The Lilliputian Magazine (1751-1783) de John Newbery. En Allemagne, Das Leipziger Wochenblatt (1772-1776) de Johann Christoph Adelung, avait précédé le magazine de Weisse. L’on classe parfois dans cette catégorie de la presse pour la jeunesse Le Magasin des enfants de Jeanne-Marie Leprince ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Boulerie, « Seuls en scène : l’agentivité enfantine dans le théâtre de Berquin (L’Ami des enfants, 1782-1783) »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 47-63.

Référence électronique

Florence Boulerie, « Seuls en scène : l’agentivité enfantine dans le théâtre de Berquin (L’Ami des enfants, 1782-1783) »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9478 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wte

Haut de page

Auteur

Florence Boulerie

Université Bordeaux Montaigne, UR 24142 Plurielles. Langues, littératures, civilisations

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search