Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161DossierLes Discours publics du jeune Cha...

Dossier

Les Discours publics du jeune Charles Nodier et de ses pairs bisontins : une étude de l’agentivité enfantine dans la vie civique pendant la Révolution française (1790-1794)

The Juvenile Public Speeches of Charles Nodier and His Peers in Besançon: A study of children’s agency in French Revolutionary civic life, 1790-1794
Antonia Perna
p. 81-108

Résumés

Dans ses souvenirs d’enfance, parus entre 1831 et 1841, l’écrivain Charles Nodier (1780-1844) se présente comme un témoin des événements de la Révolution française. Cependant, l’analyse des archives datant du début des années 1790 démontre qu’il a joué lui-même un rôle actif dans la politique révolutionnaire locale. Cet article analyse les discours prononcés par Nodier et par d’autres enfants de son âge, au sein de la société populaire jacobine de Besançon et lors des fêtes révolutionnaires. Faisant usage des diverses théories de l’agentivité, l’article examine le rôle joué par ces jeunes orateurs dans la vie civique. Prononçant leurs discours dans le cadre de la société populaire ou de la fête civique, ils se montrent comme des acteurs sociaux, faisant partie de la communauté de façon intrinsèque.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

I. L’enfant révolutionnaire : symbole, témoin, objet ou acteur ?
II. À la recherche de l’agentivité enfantine
III. Le contexte des discours juvéniles
IV. Le contenu des discours juvéniles
Conclusion : action et transaction

Aperçu du texte

Durant l’été 1794, le comité d’instruction de la société populaire des Jacobins de Besançon écrit à Charles Nodier, futur écrivain et romancier. Il lui demande de faire l’éloge, à la fête locale, de deux jeunes « martyrs de la République » afin de les honorer. Le comité explique au jeune Nodier, qui n’a que quatorze ans :

« Nous avons pensé qu’il convenait a [sic] un jeune Républicain de louer Barra et Viala et que l’on entendrait avec plaisir de la bouche de la jeunesse l’expression des sentiments qui ont conduit a [sic] l’heroisme [sic] deux adolescens ».

En effet, Joseph Bara et Agricol Viala avaient à peu près le même âge que Nodier lorsqu’ils furent tués en 1793, l’un par des royalistes, l’autre par des rebelles dits fédéralistes. Dès l’hiver de cette année-là, le nouveau gouvernement républicain rend hommage au jeune Bara – mort, selon Maximilien Robespierre, pour avoir refusé de dire « vive le roi » – comme héros, ou « martyr » de la République. Au printemps 1794, le 18 floréal...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonia Perna, « Les Discours publics du jeune Charles Nodier et de ses pairs bisontins : une étude de l’agentivité enfantine dans la vie civique pendant la Révolution française (1790-1794) »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 81-108.

Référence électronique

Antonia Perna, « Les Discours publics du jeune Charles Nodier et de ses pairs bisontins : une étude de l’agentivité enfantine dans la vie civique pendant la Révolution française (1790-1794) »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wth

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search