Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161DossierL’agentivité au miroir du genre d...

Dossier

L’agentivité au miroir du genre dans les écrits personnels de jeunesse (Suisse romande, 1720-1820)

Agency in the light of gender in the personal writings of adolescents (French-speaking Switzerland, 1720-1820)
Sylvie Moret Petrini
p. 109-129

Résumés

Au XVIIIe siècle, l’écriture éducative a le vent en poupe. Influencés par toute une littérature pédagogique qui en vante les multiples avantages, les parents, les précepteurs et les enfants eux-mêmes prennent la plume. Entre journaux personnels et journaux de voyages, de nombreux journaux de jeunesse, rédigés entre 1720 et 1820, ont été identifiés dans les archives romandes. À l’écriture diaristique s’ajoutent les nombreux corpus de lettres enfantines. Ce matériau – à propos duquel la recherche se développe également en Europe – donne désormais accès à une certaine forme de parole enfantine qui a longtemps été jugée marginale pour le XVIIIe siècle. Son étude rend possible l’écriture d’une histoire de l’enfance du point de vue des enfants eux-mêmes. Dans cet article, j’entends livrer quelques résultats, pour l’espace romand, autour de la question de l’agentivité dans les processus d’émancipation et des facteurs de cette agentivité – que relèvent les jeunes gens eux-mêmes – tels que le développement du savoir-être et l’affirmation de l’autonomie. La spécificité du corpus romand qui compte près de 50 % d’écriture féminine permet de s’interroger sur l’impact du genre dans ce processus.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

I. Usage du temps et représentation
II. Journal de jeunesse et autonomie ?
III. Sociabilité et agentivité

Aperçu du texte

Au XVIIIe siècle, l’écriture éducative a le vent en poupe. Influencés par toute une littérature pédagogique qui en vante les multiples avantages, les parents et les précepteurs prennent la plume. Ces écrits personnels éducatifs dont la Suisse romande peut se targuer de conserver de nombreux exemples (sous forme de journaux d’éducation de parents ou d’éducateurs) sont complétés par une série de journaux tenus par des enfants ou jeunes gens âgés de 8 à 21 ans, appartenant aux classes bourgeoises et nobiliaires privilégiées. Entre journaux personnels et journaux de voyage, plus de quatre-vingts journaux de cette nature, rédigés entre 1720 et 1820, ont été identifiés dans les archives romandes ou parmi les papiers conservés par de grandes familles. Et la recherche n’est pas terminée. Des facteurs à la fois confessionnels, sociaux et pédagogiques – ainsi que le travail effectué par les institutions archivistiques pour conserver les fonds de famille – expliquent cette concentration. À l’é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Moret Petrini, « L’agentivité au miroir du genre dans les écrits personnels de jeunesse (Suisse romande, 1720-1820) »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 109-129.

Référence électronique

Sylvie Moret Petrini, « L’agentivité au miroir du genre dans les écrits personnels de jeunesse (Suisse romande, 1720-1820) »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wtg

Haut de page

Auteur

Sylvie Moret Petrini

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search