Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161Comptes rendus et notes critiquesBOURILLON (Florence), GOROCHOV (N...

Comptes rendus et notes critiques

BOURILLON (Florence), GOROCHOV (Nathalie), NOGUÈS (Boris) et VADELORGE (Loïc) (dir.), L’université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 306 p.
Pauline Collet
p. 263-267
Référence(s) :

BOURILLON (Florence), GOROCHOV (Nathalie), NOGUÈS (Boris) et VADELORGE (Loïc) (dir.), L’université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 306 p.

Texte intégral

1Les différents chapitres de cet ouvrage, en partie issu d’un colloque tenu en septembre 2014, reviennent sur les liens entre les espaces universitaires et urbains à travers une histoire dans la longue durée. Dès le début, Jacques Le Goff est cité (p. 7) pour avoir montré dès 1957 le lien fondamental entre les universitaires et la ville depuis le Moyen Âge. Malgré cela, cette question des relations entre l’espace urbain et l’espace universitaire et entre les universitaires et le reste des habitants est demeurée longtemps un point aveugle de l’historiographie. Les auteurs notent que les historiens, même contemporains, font le choix de sujets de recherche qui traitent l’université sans aborder la ville dans laquelle elle se trouve ou alors « elle apparaît plus comme un décor que comme un acteur de l’histoire universitaire » (p. 9). Cependant, ces dernières années, les ouvrages se rapportant à l’architecture universitaire, traitant des constructions des campus dans les années 1960-1970 ou dans les années 1990, abordent les enjeux de l’insertion de ces bâtiments dans l’espace urbain.

2Le choix de la longue durée nous semble pertinent malgré les transformations importantes de l’université. Elles sont pointées dans l’introduction par les auteurs mais ces derniers défendent la possibilité de considérer qu’il s’agit bien d’un même objet. L’objet de l’ouvrage est clairement précisé : « À plus d’un titre, la présence et la localisation de l’université dans la ville furent et sont aujourd’hui, stratégiques. Les travaux scientifiques présentés ici ont aussi l’ambition de nourrir la réflexion actuelle sur la place des universités dans les villes d’Europe » (p. 15).

3La diversité des bâtiments universitaires traités dans l’ouvrage est à souligner tant de par leur usage que de par la période étudiée. La première partie revient sur la façon dont, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, les bâtiments universitaires ont façonné la ville. Dans la deuxième partie, les relations entre les universitaires et les citadins sont abordées. Enfin, dans la troisième partie, sont étudiées les constructions contemporaines en France et dans la péninsule ibérique avec des sites universitaires disséminés dans les agglomérations.

4La première partie se divise en six chapitres. Elle traite de la fondation des universités afin d’analyser le processus de constitution d’un espace universitaire qui est souvent « complexe et progressif » voir « chaotique » (p. 19). L’impact du bâtiment dans lequel elle est située sur le fonctionnement de l’université et sa place dans la ville est ici abordé de façon très intéressante. Dans ses premières années, l’université occupe souvent des bâtiments préexistants à sa création mais peu à peu des constructions spécifiques sont réalisées souvent afin d’incarner une volonté politique pour l’université mais également pour la ville tout entière comme à Strasbourg.

5Dans le premier chapitre, Gian Paolo Brizzi revient sur les sièges de l’université de Bologne à l’époque moderne et montre l’importance symbolique que peut avoir le siège d’une université (exemple de l’Archiginnasio) et la manière dont cela peut être utilisé à des fins politiques. Simona Negruzzo, pour sa part, aborde l’université de Strasbourg avec le rôle fondamental de Jean Sturm au XVIe siècle dans le projet de Gymnasium qui revêt une importance plus globale dans le développement de la ville. Un petit saut dans le temps nous permet d’arriver au projet de la Kaiser Wilhems Universität, « université modèle au cœur de la ville nouvelle » étudiée par Marie Pottecher et Delphine Inssenmann. Cette université répond à un véritable projet scientifique et pédagogique pour incarner les évolutions du système d’enseignement supérieur allemand de la fin du XIXe siècle. Elle s’inscrit dans un projet de refondation de la ville également avec l’objectif d’incorporer l’université dans ce projet global pour Strasbourg. Anne Saada revient dans le chapitre 3 sur la fabrication de la ville de Göttingen au XVIIIe siècle. En effet, dans cette ville naît un des premiers complexes académiques qui constitue plus qu’une université en associant enseignement et recherche, ce qui a inspiré l’université humboldtienne. Anne Saada décrypte les caractéristiques qui ont fait que Göttingen a été choisi mais aussi les conséquences de cette création sur l’espace urbain avec une ville totalement redessinée. Vittoria Calabro aborde la reconstruction des espaces universitaires après le séisme de 1908 dans la ville de Messine. Elle revient sur les étapes de la reconstruction après un débat dans les journaux de l’époque sur la nécessité ou non de maintenir une université à Messine. Enfin, Jean-François Condette conclut cette partie par la fondation de l’université de Lille et ses « migrations spatiales » du milieu du XIXe siècle à 1974. Les premiers bâtiments s’installent dans une logique de créer un Quartier latin lillois en concentrant l’activité universitaire dans un même quartier puis peu à peu les constructions se font en périphérie devant la hausse des effectifs. La présence des étudiants dans la ville est aussi évoquée par le biais du conflit ou de la rentabilité économique.

6Dans la deuxième partie, les cinq contributions abordent les effets urbains, qui sont ici le plus souvent conflictuels, liés à la présence universitaire dans la ville. Si pendant longtemps, les conflits entre étudiants et autres citadins ont été au cœur des recherches ou récits sur la présence estudiantine en ville, cette présence ne peut se limiter à cela.

7Claudio Caldarazzo entame cette partie avec une étude sur les fondations de collèges pour étudiants à Padoue entre le XIVe et le XVIe siècle avec l’objectif d’en effectuer un relevé exhaustif. Concernant les conflits étudiants, les chapitres de Vsevolod Ioffe et Johan Lange reviennent sur les lieux de violence dans l’espace universitaire à Paris au XIVe et début du XVe siècle et les relations entre l’université et la ville concernant la gestion de la discipline étudiante. Ces conflits peuvent être entre des membres de l’université ou entre des membres de l’université et des personnes extérieurs, principalement les forces de l’ordre. Johan Lange, quant à lui, montre à travers les exemples de quatre villes allemandes, l’importance de la discipline étudiante dans les relations entre l’université et la ville. Emmanuelle Chapron illustre les conflits économiques liés à l’université avec l’étude des librairies scolaires à Paris au XVIIIe siècle. La volonté d’installation à proximité des collèges entraîne des bénéfices réciproques mais aussi une forme de concurrence territoriale, donc de tensions. Enfin, Loïc Vadelorge clôt cette partie avec le conflit qui opposa les riverains dits de la rue Rollin à l’université Paris 1 dans les années 1990. À travers ce cas, on peut observer la place de l’université dans la ville alors que le plan Universités 2000 la remet au centre de l’attention politique, mais aussi la permanence de conflits entre universitaires et riverains sur une période très récente.

8La troisième et dernière partie, aborde les divers aspects de la territorialisation du savoir ainsi que les étapes qui président au choix des implantations universitaires. À travers six chapitres, pour la majorité concernant des cas français et un ibérique, les auteurs reviennent sur la naissance ou la reconstruction de ces espaces universitaires.

9Dans le premier chapitre, Denis Gabriel étudie l’œuvre immobilière de Robert de Sorbon au XIIIe siècle et notamment la construction de la Sorbonne, lieu qui symbolise l’université. Matthieu Leprince et André Lespagnol traitent le cas rennais à l’époque contemporaine du « Quartier Latin » à l’éclatement des espaces universitaires dans le centre et en périphérie. Cette évolution n’est pas le fruit d’un projet suivi dès le départ mais une suite d’échecs (notamment celui du projet de campus unique) puis de nouveaux projets qui aboutissent à la situation actuelle. Le cas d’Amiens entre 1940 et 2015, étudié par Michel Casta et Bruno Poucet, montre que là aussi, les choix d’implantations universitaires résultent plus fréquemment d’échecs, de projets vus et revisités, d’opportunités, que d’un projet de départ complet et suivi. À Amiens, la situation est tout de même différente, dans la mesure où les élus amiénois ont dû se battre non seulement pour des bâtiments, mais aussi, antérieurement, pour l’existence des formations dans leur ville. Le rôle du recteur est ici essentiel. Comme dans la majorité des cas, l’accélération ou la stagnation d’un projet dépend donc souvent du rôle d’un homme (doyen, maire, recteur). Concernant ces acteurs, la région va prendre de plus en plus de place au sein des politiques immobilières universitaires à partir de la fin du XXe siècle. Thibault Tellier étudie l’exemple de la région Nord-Pas-de-Calais entre 1965 et 1995 afin de montrer son rôle de premier plan dans l’implantation universitaire et la manière dont l’université est devenue un levier dans la politique de reconversion urbaine. Pour le dernier cas français, Florence Bourillon revient sur l’université de Paris 12 à Créteil entre 1995 et 2005 et notamment sur le recentrage sur la ville de Créteil et les liens avec la municipalité. Enfin, Lise Fournier prend l’exemple des réseaux universitaires madrilènes et lisboètes pour étudier l’évolution de la localisation spatiale des universités à Madrid et à Lisbonne.

10Pour conclure cet ouvrage, Jacques Verger souligne la richesse et la diversité des contributions proposées. Par son sujet d’étude original et la multiplicité des angles présentés dans les chapitres, le livre permet d’insister sur l’apport de la démarche à travers une variété de lieux et périodes. Cette variété rend compte de la diversité de ce que nous appelons université et de son impact sur son territoire d’installation. Jacques Verger pose la question de l’avenir de la représentation en un lieu de l’université avec le développement de l’enseignement à distance notamment. Cela rend d’autant plus nécessaire la réalisation de recherche sur les relations entre la ville et l’université en des temps et lieux différents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Collet, « BOURILLON (Florence), GOROCHOV (Nathalie), NOGUÈS (Boris) et VADELORGE (Loïc) (dir.), L’université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 263-267.

Référence électronique

Pauline Collet, « BOURILLON (Florence), GOROCHOV (Nathalie), NOGUÈS (Boris) et VADELORGE (Loïc) (dir.), L’université et la ville. Les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wto

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search