Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161Comptes rendus et notes critiquesGICQUEL (Samuel) et LE MOIGNE (Fr...

Comptes rendus et notes critiques

GICQUEL (Samuel) et LE MOIGNE (Frédéric) (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (XIXe-XXIe siècles)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 288 p.
Sylvain Milbach
p. 267-270
Référence(s) :

GICQUEL (Samuel) et LE MOIGNE (Frédéric) (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (XIXe-XXIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 288 p.

Texte intégral

1Le livre, issu d’un colloque qui s’est tenu en 2019, se distingue par une présentation soignée dans l’optique de constituer un véritable ouvrage : introductions intermédiaires pour chacune des quatre parties, chacune cohérente, introduction et conclusion générales qui mettent en perspective les quinze contributions, index des noms cités. Il vient prendre place dans la bibliographie peu étoffée sur l’enseignement catholique secondaire à l’époque contemporaine. Il faut expliquer, à la suite de l’introduction du volume par ses deux directeurs, les difficultés spécifiques que pose l’enquête sur cet enseignement. Son développement s’est réalisé indépendamment de toute centralisation, ce qui a pour conséquences une dispersion des sources. Le très utile chapitre introductif de Samuel Gicquel tente une vue d’ensemble, en termes d’évolution quantitative (l’auteur évalue à 613 établissements de garçons et 718 de filles en 1958), qui rend bien compte des difficultés. De plus, le système est instable (même si l’enseignement libre a ses bastions, les anciennes « terres de chrétienté »), surtout au XIXe siècle : il tient à des conjonctures locales, au zèle d’un individu ou à des opportunités, qui donnent naissance à des entreprises éducatives parfois éphémères. L’enquête sur les établissements destinés aux filles est encore plus délicate, parce qu’ils n’intéressent que tardivement les enquêtes de l’État et parce qu’il est parfois difficile de faire la part du primaire et du secondaire pour des établissements qui se dotent d’une sorte de cours complémentaires. Sans même parler du statut des petits séminaires à l’époque concordataire, l’enquête se complique encore de la diversité de l’enseignement catholique, qui s’accentue dans la seconde moitié du XXe siècle : en termes de fonctionnement comme d’objectifs, il y a des établissements catholiques plutôt qu’une éducation catholique. On ajoutera que l’assez faible intérêt pour l’école secondaire catholique tient aussi à un tropisme français qui focalise l’attention sur l’instruction primaire et, plus globalement, la fonction républicaine de l’instruction publique et de l’éducation nationale.

2Cette configuration justifie une approche « par le bas », de type monographique, dans le sillage d’une ancienne tradition, mais dépourvu ici de tout caractère apologétique comme le montre Amélie Puche pour les établissements féminins de Tours. Il paraît inévitable d’aborder aussi la question à partir des congrégations religieuses, tant celles-ci ont marqué l’identité de l’enseignement catholique, encore qu’elles aient toujours tenu une part minoritaire dans l’enseignement secondaire : Anne Jusseaume s’intéresse « aux saintes audaces du maintien du port de l’habit » des Filles du Saint-Esprit ; Marie-Thérèse Duffau, Augustin Laffay et Nathalie Viet-Paul au Tiers-Ordre enseignant (puis congrégation enseignante de l’ordre de saint Dominique), Philippe Rocher aux jésuites. L’entrée « par le bas » s’opère aussi par l’activité ou les réflexions d’un acteur : Pierre-Sébastien Laurentie (Estelle Berthereau), le Père Didon (Yvon Tranvouez), Mgr Grente (Frédéric Le Moigne). Sans oublier le recours à l’expérience personnelle, comme le propose Claude Langlois se souvenant de sa scolarisation à l’Institut Notre-Dame d’Avranches où l’ancien élève fait bien œuvre d’historien en historicisant la mémoire et en suggérant les « micromutations » d’une éducation.

3Pourtant, l’ouvrage n’est pas une juxtaposition d’interventions, mais offre bien des éléments de compréhension générale. Comme le souligne Bruno Poucet dans sa conclusion, l’inscription dans le temps long, c’est-à-dire l’inscription dans une tradition qui s’enracinerait dans l’Ancien Régime, ne se justifie pas car l’enseignement catholique revêt à l’époque contemporaine des caractéristiques spécifiques, dont témoigne à certains égards la réflexion des jésuites sur l’actualisation du Ratio studiorum, fondement historique de l’enseignement de la Compagnie. L’enseignement catholique s’enracine d’abord dans la volonté de reconquête religieuse post-révolutionnaire et l’ouvrage rappelle l’influence profonde des initiatives de Lamennais et de ses disciples dans les premiers essais d’enseignement libre. L’enseignement se veut alors résolument confessionnel, à forte charge spirituelle, entretenant des liens non univoques avec le mouvement légitimiste. Cette volonté de reconquête catholique est à l’œuvre durant tout le siècle et il ne rime pas avec la tentation d’un enseignement séparé, mais plutôt avec la volonté de reconquête des élites, comme le montre Yvon Tranvouez à propos de l’action de direction du Père Didon à l’école Albert le Grand d’Arcueil, dans la décennie 1890, dont il développe et enrichit la formation, notamment à destination de la préparation aux grandes écoles. Il est vrai que le contexte particulier du Ralliement, renforce la volonté d’une école qui favorise l’intégration des catholiques à l’élite républicaine.

4Si la dimension confessionnelle forge sans surprise l’identité des établissements catholiques, les années 1960-1970 sont une période de profondes transformations, comme pour l’enseignement en France dira-t-on, mais sous l’effet spécifique de la loi Debré de 1959 et le principe de la contractualisation des établissements qui impose le respect de la pluralité d’opinions : principe auquel les catholiques auraient préféré l’allocation d’une dotation qu’ils auraient pu gérer de façon autonome. La solution de la contractualisation implique le rapprochement de fait avec les logiques de l’enseignement public : l’ouverture à un public plus divers, l’alignement des programmes, la mise en place d’une coordination nationale, l’ouverture à la mixité.

5Est-ce à dire que tout change du jour au lendemain ? Non. Les établissements catholiques d’enseignement secondaire sont dotés d’un « caractère propre », selon l’expression un peu incertaine de l’article 1er de la loi de 1959, qui leur permet d’affirmer une identité éducative. En ce qui concerne la mixité, elle est acceptée sans trop de difficulté, quoique progressivement, mais dans une logique de côtoiement des sexes qui implique une éducation à la différenciation : un apprentissage de l’égalité dans la différence dont Yves Verneuil expose clairement les modalités et la chronologie. La confessionnalisation ne disparaît pas, mais évolue de façon diversifiée en fonction d’une logique d’offres et de demandes dépendant de l’inscription de chaque établissement dans un tissu socio-culturel spécifique : en position favorable (en centre-ville, notamment), la dimension confessionnelle reste plus marquée ; elle s’efface en revanche lorsque le positionnement est moins favorable – y compris en milieu rural – car il s’agit d’assurer la viabilité financière des établissements (Guillaume Dupuy). De ce point de vue, la seconde moitié du XXe siècle accentue la diversité des établissements secondaire « catholiques ». Les congrégations exercent de moins en moins d’influence, et c’est aussi le cas pour le clergé séculier. Une déconfessionnalisation relative de l’enseignement s’est d’abord réalisée sans douleur car elle est passée par le sas d’une éducation mettant en valeur l’universalisme chrétien : elle pouvait dès lors s’inscrire encore dans une logique d’évangélisation de la culture moderne. Depuis une vingtaine d’années, cet universalisme chrétien coïncide de moins en moins avec les valeurs « sociétales » dominantes, ce qui pose problème : aujourd’hui, « le défi est grand et la voie étroite », écrit Joël Molinario à propos de la pastorale et de catéchèse. Dans cette reconfiguration, l’identité éducative catholique pourrait se réfugier dans le développement des établissements hors-contrat, dans la logique d’une éducation séparée, mais celle-ci ne concerne qu’une minorité, celle que Yann Raison du Cleuziou définit comme les catholiques « observants », mais qui peine à créer des établissements spécifiques et opte plutôt pour la pression sur les établissements en place : les conservateurs sont devenus les réformateurs, note finement le même auteur.

6L’ouvrage n’est certes pas une synthèse, impossible à faire en l’état des travaux, mais est bien amené à devenir en attendant une référence obligée. S’il est permis de formuler un regret, ce serait l’absence d’une bibliographie récapitulative, même provisoire, qui serait venue couronner le travail. On s’interroge sur le rôle des associations d’anciens élèves dans la construction de la transmission d’une identité des grands établissements ; on s’interroge sur le rôle des parents, devenus des usagers, et qui donne peut-être force et actualité à l’histoire de l’éducation libre, quand on songe que près d’un élève sur deux connaît aujourd’hui au moins un passage par l’enseignement libre, et que parmi eux figurent des enfants d’acteurs de l’Éducation nationale et de promoteurs d’une laïcité dont on ne sait pas toujours ce qu’elle signifie : ce trouble participe bien de l’histoire de l’enseignement secondaire catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Milbach, « GICQUEL (Samuel) et LE MOIGNE (Frédéric) (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (XIXe-XXIe siècles) »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 267-270.

Référence électronique

Sylvain Milbach, « GICQUEL (Samuel) et LE MOIGNE (Frédéric) (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (XIXe-XXIe siècles) »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wtp

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search