Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161Comptes rendus et notes critiquesDUBOIS (Jérémie) et LEGRIS (Patri...

Comptes rendus et notes critiques

DUBOIS (Jérémie) et LEGRIS (Patricia) (dir.), Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 234 p.
Bénédicte Girault
p. 276-279
Référence(s) :

DUBOIS (Jérémie) et LEGRIS (Patricia) (dir.), Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 234 p.

Texte intégral

  • 1 Notamment autour de la féconde recherche ANR « Réformer les disciplines scolaires. Enjeux, institut (...)

1Publié en 2018, l’ouvrage dirigé par P. Legris et J. Dubois est issu d’un colloque intitulé « Les disciplines scolaires : miroirs des évolutions contemporaines de la nation ? » organisé à Rennes en mars 2015. Si l’introduction inscrit le livre dans une large dynamique de travaux collectifs sur les disciplines1, elle resserre progressivement la problématique autour de l’école et de la nation et plus spécifiquement sur la relation triangulaire entre disciplines scolaires, État et sociétés dans ses interactions avec les transformations des modèles nationaux depuis 1945. Les rapports entre savoirs scolaires et cultures politiques sont envisagés de façon dialectique. L’ouvrage opère alors un déplacement par rapport au titre du colloque : non pas uniquement « miroirs » des évolutions contemporaines, les disciplines scolaires sont également promotrices de transformations sociales, civiques et politiques, et donc objets de débats et de tensions dans leurs finalités et leurs contenus.

2Les treize contributions réunies sont organisées autour de trois axes. Le premier interroge l’évolution des disciplines scolaires dans le contexte post-colonial de l’ancien empire français. Le deuxième rend compte de l’évolution du traitement de certaines « figures » scolaires (Garibaldi en Italie, Staline en Russie post-soviétique, la Préhistoire en France et le socialisme de Deng Xiaoping en Chine) à partir de l’analyse de manuels scolaires. La dernière partie est consacrée aux usages politiques des disciplines scolaires qui, entre adaptations et recyclages, ouvertures et résistances, sont amenées à prendre en compte la pluralité des appartenances, des identités et des nouveaux défis portés par des acteurs aux investissements politiques et mémoriels antagonistes. Chaque étude de cas illustre pleinement le postulat de l’ouvrage selon lequel les disciplines scolaires sont des objets hybrides, « reflets des interfaces éducatives, politiques et sociales et pas seulement des savoirs éducatifs » (p. 14). L’ouvrage a pour centre de gravité la France (plus de la moitié des contributions) mais certains articles offrent en contrepoint d’autres cadres nationaux aussi divers que Madagascar, la Chine, la Russie, les États-Unis ou la Suisse romande et l’Italie. Les disciplines privilégiées sont d’abord les plus « identitaires » : l’histoire avec parfois l’association de la géographie (neuf contributions) et les langues (trois contributions). C. Radtka est la seule à aborder les disciplines scientifiques avec pour effet une approche différente de la nation non plus appréhendée comme rapport à un passé commun mais comme projection d’un horizon fondé sur la modernité, l’innovation et le progrès qui est manifeste dans des manuels de sciences polonais, anglais et français des années 1980 mais qui, dans les années 2000, cède la place à un repli sur le présent.

3Un fil qui traverse l’ouvrage est la tension à l’œuvre dans les disciplines entre socialisation civique et assimilation culturelle d’une part, et valeurs d’émancipation républicaine et valorisation de la diversité d’autre part. La grande variété des approches et des contextes rend toute synthèse périlleuse mais ne constitue pas moins une des richesses du livre. Les tensions se lisent tant dans la comparaison des programmes disciplinaires comme l’illustre l’étude comparée de ceux d’histoire-géographie de la Réunion et Madagascar réalisée par P. É. Fageol et F. Garin, que dans les conflits d’acteurs avec le cas de la Guyane entre 1945 et 1970 étudié par E. Maurice. Ces analyses à partir des marges de l’ancien empire côtoient des études menées à partir du cœur de l’État central : L. De Cock retrace l’évolution de l’enseignement du fait colonial depuis les années 1980 comme « analyseur de la mise à l’épreuve du projet national-républicain de l’institution scolaire » et P. Legris s’appuyant sur son expertise des circuits d’écritures des programmes d’histoire met en lumière les conditions d’avènement dans les années 1990 et les limites d’un récit national polyphonique intégrant les minorités, les revendications ultra-marines et régionales avec notamment le cas singulier de la Corse.

4Les évolutions ne sont pas linéaires et à une période d’ouverture peut succéder une certaine renationalisation des récits. C’est ce que montre l’évolution de la figure de Staline dans les manuels russes étudiés par O. Konkka avec le passage d’une image négative développée dans les années 1990 à la réévaluation positive dans les années 2000 qui reflète un mouvement plus large perceptible au-delà de l’école dans les séries et les films télévisés, qui insiste sur les qualités de chef d’État de l’ancien dictateur dans un modèle où la construction d’une grande puissance prime sur les intérêts des individus. C’est aussi le cas au Texas où, malgré les effets des réformes multiculturalistes des années 1960 et 1970 dans les programmes et les manuels d’histoire-géographie du premier degré, R. D. Hutchins observe depuis les années 1990 une réactivation des valeurs et des grands mythes américains conservateurs qui s’explique par le poids des groupes de pression et la mise à l’écart des historiens et des didacticiens. Plus généralement, l’histoire enseignée à l’école primaire offre les résistances les plus importantes aux tentatives d’ouverture. Dans les débats politiques, continuent de primer les continuités d’une finalité civique de formation d’une appartenance nationale. G. Bozec montre, à partir du cas français, que cet investissement identitaire par le haut est renforcé sur le terrain par la force des routines disciplinaires non questionnées liées à la représentation de l’histoire comme discipline scolaire qui font reproduire aux professeurs des écoles un enseignement centré sur la nation et ses grands hommes.

5Le titre de l’ouvrage et l’introduction mettant en avant les disciplines comme objet de recherche peuvent créer des attentes trompeuses au regard des contributions. En dehors de l’évolution des contenus et des finalités politiques en lien avec la thématique de la nation au cœur de l’ouvrage, l’historicité et les variables nationales des formes disciplinaires – en fonction des choix pédagogiques et didactiques mais aussi de leurs hiérarchies les unes par rapport aux autres – et plus largement les systèmes disciplinaires dans leurs déclinaisons nationales restent souvent un point aveugle. Tout se passe comme si le cloisonnement des spécialités scientifiques reproduisait le cloisonnement disciplinaire scolaire. Rares sont les auteurs à problématiser leur propos explicitement autour de cet objet. Parmi les exceptions, il faut saluer le tour de force synthétique d’A. De. Mestral et C. Heimberg sur l’enseignement de l’histoire en Suisse normande qui embrasse toutes les dimensions de la discipline dans une chronologie longue de 1830 à 1990 et la remarquable contribution de M. Salaün qui décrit la fabrique des disciplines langues et cultures kanak (LCK) et polynésiennes (LCP) en analysant ce que la forme scolaire où domine l’écrit fait aux savoirs autochtones ancrés dans l’oralité. On retrouve d’ailleurs cette discipline de « langue et culture » comme lieu de reconnaissance d’une culture et d’une histoire infranationale dans le cas de la Réunion (p. 50) et de la Corse (p. 171). Mais à l’instar de la Suisse romande, il semble que dans ces deux territoires ce soit par la juxtaposition des récits à différentes échelles (locales et nationales) que se déclinent sans se résoudre les tensions narratives.

6La brève conclusion de l’ouvrage (p. 213-215) ne s’aventure pas à dresser un bilan de ces études de cas éparses aux approches plurielles. Conscients « des silences et des lacunes » (p. 214), les co-directeurs préfèrent ouvrir la réflexion aux nombreuses questions qui restent encore à documenter et explorer. Jalon d’un chantier d’une complexité infinie en construction, cet ouvrage collectif offre une participation stimulante et essentielle à l’édifice.

Haut de page

Notes

1 Notamment autour de la féconde recherche ANR « Réformer les disciplines scolaires. Enjeux, institutions, acteurs, 1945-1980 » dirigée par R. d’Enfert entre 2007 et 2010. Renaud d’Enfert, Pierre Kahn (dir.), Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Cinquième République, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011 ; Renaud d’Enfert, Joël Lebeaume (dir.), Réformer les disciplines scolaires : les disciplines scolaires à l’épreuve de la modernité, 1945-1985, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015 ; Pierre Kahn, Youenn Michel (dir.), Formation, transformations des savoirs scolaires. Histoire croisée des disciplines. XIXe-XXe siècles, Caen, Presses universitaires de Caen, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Girault, « DUBOIS (Jérémie) et LEGRIS (Patricia) (dir.), Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945 »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 276-279.

Référence électronique

Bénédicte Girault, « DUBOIS (Jérémie) et LEGRIS (Patricia) (dir.), Disciplines scolaires et cultures politiques. Des modèles nationaux en mutation depuis 1945 »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wts

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search