Navigation – Plan du site

AccueilNuméros161Comptes rendus et notes critiquesFAVREAU-LINDER (Anne-Marie), LALA...

Comptes rendus et notes critiques

FAVREAU-LINDER (Anne-Marie), LALANNE (Sophie) et VIX (Jean-Luc) (dir.), Passeurs de culture. La transmission de la culture grecque dans le monde romain des Ier-IVe siècles

Turnhout, Brepols, 2022
Alexandra Trachsel
p. 283-285
Référence(s) :

FAVREAU-LINDER (Anne-Marie), LALANNE (Sophie) et VIX (Jean-Luc) (dir.), Passeurs de culture. La transmission de la culture grecque dans le monde romain des Ier-IVe siècles, Turnhout, Brepols, 2022

Texte intégral

1Réunissant les vingt-cinq contributions de journées d’études ayant eu lien entre 2015 et 2016, cet ouvrage contribue à renouveler les études relatives à l’enseignement dans l’Antiquité. Envisageant l’enseignement comme une forme de transmission de savoirs, le recueil s’attache plus particulièrement aux figures qui assurent ce passage par leurs activités et thématise les conditions et les pratiques que celles-ci ont rencontrées dans l’exercice de leur mission. Ainsi, la formule du titre « passeurs de culture » désigne un groupe bariolé de personnes envisagées, dans les travaux réunis, en tant qu’enseignants. La richesse des approches choisies et l’éventail des thèmes abordés montrent bien la diversité des réalités auxquelles ces figures consacrant au moins une partie de leurs activités à cette tâche valorisante qu’est l’enseignement se voient confrontées. L’ouvrage se propose donc de brosser, en quatre parties, un vaste panorama des conditions de vie et de travail de ces enseignants en parcourant un intervalle de quatre siècles au courant desquels, sous le même Empire romain, le monde grec et romain se sont entremêlés. Toutefois, vu la place occupée par le grec dans la société romaine de l’époque impériale, l’accent est mis sur la culture grecque et la partie orientale de ce vaste empire se trouve au centre des travaux.

2Les quatre parties s’enchaînent habilement et proposent une suite d’études de cas qui nous présentent ces « passeurs de culture » sous quatre angles.

3La première partie, « Les professeurs, statut social et rôle culturel », nous présente ces enseignants à travers des exemples bien choisis. Les deux premières contributions (Ewen L. Bowie et Jean-Luc Vix) s’attachent aux grammairiens, tels Asclépiade de Myrléa et Alexandros de Cotiaeon, tandis que les deux suivantes nous parlent des détails du quotidien des sophistes en nous expliquant la question de la rémunération notamment dans leur rapport avec leurs étudiants (Anne-Marie Favreau-Linder) et en étudiant la mobilité que l’obtention d’une chaire municipale ou impérial présupposait (Éric Perrin-Saminadayar). Les trois études suivantes décrivent les réalités de « ces passeurs de culture » dans trois régions plus excentriques, notamment l’Afrique (Marie Dallies), l’Égypte (Bernard Legras) et enfin le Pont-Euxin (Madalina Dana). Le panorama se termine par une étude dédiée aux entraîneurs sportifs qui ont également joué un rôle dans ces entreprises de transmission culturelles (Onno van Nijf). L’ensemble est une très belle entrée en matière qui clarifie bien le thème du recueil et l’approche choisie.

4À ce premier volet d’études, la deuxième partie, « Lieux et pratiques d’enseignement », répond par une suite de recherches qui examinent les diverses pratiques pédagogiques développées par ces « passeurs de culture » et nous présente le contenu de certains des cours. Ainsi, les études réunies oscillent entre la présentation du fonctionnement de certaines institutions pédagogiques et l’analyse de textes qui semblent avoir été rédigés dans ce contexte scolaire. Les premières deux contributions étudient, l’une la réalité des Museia de l’Asie Mineure (Maria Paz de Hoz), et l’autre celle d’éventuelles écoles latines dans la partie orientale de l’Empire romain (Bruno Rochette). Les trois suivantes analysent des traités pédagogiques allant des Institutions Oratoires de Quintilien (Sophie Conte) au Manuel d’harmonique de Nicomaque de Gérasa (Sylvain Perrot), en passant par deux textes fascinants, les traités VIII et IX transmis dans la Rhétorique du Pseudo-Denys d’Halicarnasse, qui pourraient représenter des prises de notes d’étudiants assistant à un cours de rhétorique (Laurent Pernot). Les deux dernières études changent de perspective et décrivent ce que des « passeurs de culture » tels Libanios (Catherine Bry) ou Eunape (Mathilde Cambron-Goulet) disent des écoles – ou de son école pour Libanios –, de leurs fonctionnements et des rapports entre enseignants et élèves.

5La troisième partie, « Écrivains passeurs de savoirs », nous rappelle que le terme d’enseignant est perméable et peut s’appliquer à des figures plus éloignées du milieu scolaire qui ont pourtant participé à la transmission de savoirs quoique dans un traitement plus littéraire de la matière. C’est ce que les contributions sur Ovide pour la philosophie grecque (Maud Pfaff-Reydellet) et sur Sénèque pour les théories naturalistes (Frédéric Le Blay) démontrent clairement. Il en va de même avec l’art équestre chez Plutarque (Alexandre Blaineau) ou les connaissances géographiques chez Arrien (Elias Koulakiotis). Galien, quant à lui, réunit dans sa personne le savoir médical, le souci pédagogique et les idées relatives au médecin idéal (Anne-France Morand).

6La quatrième partie enfin, « Représentation de figures d’enseignants », réunit sept contributions qui dressent une liste de certains traits de caractère moins favorables que l’on pouvait reprocher aux enseignants, notamment dans les épigrammes satiriques grecques (Lucia Floridi). C’est aussi le cas chez Martial (Catherine Notter), mais la critique peut également s’adresser aux philosophes (Marine Glénisson). Quant aux deux dernières contributions, l’une consacrée au roman grec (Sophie Lalanne) et l’autre à Athénée (Yannick Scolan), elles nuancent ce tableau en faisant côtoyer, dans un même récit, plusieurs types d’enseignants dont certains sont présentés sous des traits plus flatteurs en accentuant notamment la part d’oralité que l’enseignement avait gardée tout au long de l’Antiquité.

7L’ouvrage est une belle et riche réussite qui convainc autant par le nombre de thèmes abordés dans chacune des contributions que par l’image détaillée et précise qu’il donne, au fil de la lecture, de ces « passeurs de culture » en combinant judicieusement des sources littéraires, épigraphiques et papyrologiques. Il démontre également que la figure de l’enseignant reste au centre de tout enseignement, qu’il soit dispensé dans un milieu scolaire ou au-delà, et qu’elle garantit la transmission effective de savoirs, qu’il s’agisse de sophistes renommés, de grammairiens ou rhéteurs, d’entraîneurs sportifs voire même d’enseignants de musique ou de virtuoses des lettres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Trachsel, « FAVREAU-LINDER (Anne-Marie), LALANNE (Sophie) et VIX (Jean-Luc) (dir.), Passeurs de culture. La transmission de la culture grecque dans le monde romain des Ier-IVe siècles »Histoire de l’éducation, 161 | 2024, 283-285.

Référence électronique

Alexandra Trachsel, « FAVREAU-LINDER (Anne-Marie), LALANNE (Sophie) et VIX (Jean-Luc) (dir.), Passeurs de culture. La transmission de la culture grecque dans le monde romain des Ier-IVe siècles »Histoire de l’éducation [En ligne], 161 | 2024, mis en ligne le 01 juillet 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/9982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wtu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search