Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
XXXV-2 | 2020
Inquantifiables fonctions publiques ?

Counting Civil Servants: An Impossible Task?

Le caractère pléthorique du nombre des fonctionnaires occupe une place de choix parmi les idées reçues sur les administrations. Dans le même temps, l’absence de réelle convention sur ce qu’est un « fonctionnaire » complique considérablement toute velléité de mesure empirique du phénomène. Le déséquilibre est alors frappant entre, d’un côté, la multiplication des arguments comparatifs dans les champs médiatiques et politiques, et, de l’autre, la faiblesse de leur traitement par les sciences sociales et historiques. Les contributions réunies dans ce dossier proposent quelques jalons pour étudier, dans différents contextes (nationaux, coloniaux, impériaux ou supranationaux), les mesures de la fonction publique comme autant de fenêtres sur l’histoire et la sociologie des États.

That government administrations employ vast armies of civil servants is a popular and enduring misconception. Yet, the absence of any real convention on what constitutes a “civil servant” makes any attempt at empirical measurement a highly complex endeavour. There is a striking imbalance between the multitude of comparative arguments proffered in the media and political spheres, and the paucity of research on this question by social scientists and historians. The articles included in this feature provide a number of reference points across different settings (national, colonial, imperial or supranational) to study civil service measurement as a window into the history and sociology of government.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search