Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Depuis 1986, Histoire & Mesure publie des articles qui, au-delà des découpages disciplinaires et chronologiques, placent l'histoire et la mesure au centre de leurs problématiques. La revue entend ne pas opposer regards critiques sur la mesure et usage de méthodes statistiques, ne pas séparer méthodologie et histoire. Pour cela, elle lie deux approches complémentaires. L’« histoire de la mesure » et des statistiques propose une réflexion sur le contenu et la pertinence des données, sur les conditions de leur élaboration, sur leur inscription dans des catégories qui ont elles-mêmes une histoire. La « mesure de l’histoire » propose la présentation d'outils de traitement statistique de l'information et d'usages du chiffre pour mesurer des phénomènes historiques de tous ordres (du climat à l'histoire culturelle en passant par l'histoire sociale, économique, politique...).

C'est par une réflexion conjointe sur les sources et les méthodes, leurs apports et leurs limites, ainsi que sur l'histoire de nos outils statistiques que la revue se propose de contribuer à l'avancée des recherches historiques.

Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Dernier numéro en ligne
XXXVI-1 | 2021
Varia

C’est l’usage de la quantification dans la démarche historienne qu’illustrent en priorité les articles de cette livraison, un seul d’entre eux relevant de l’histoire de la mesure. L’ouverture géographique est indéniable, quatre contributions sur six se déployant hors de l’espace français. S’appuyant sur un riche corpus archivistique florentin, C. Maitte revisite l’historiographie de la rémunération du travail très qualifié à l’époque moderne en montrant une hiérarchisation complexe des échelles salariales et en insistant sur la nécessaire prise en compte du temps de travail. P. Castejón mobilise des ressources prosopographiques pour étudier la transformation du cursus honorum des magistrats des institutions impériales espagnoles tardives, laquelle valorise l’expertise des affaires ultramarines. C. Ducourthial et H. Tronchère-Cottet relèvent le défi de retrouver, au service de l’histoire autant que de l’archéologie urbaine, un repère altimétrique qui permette d’insérer dans un SIG des cartes anciennes de Lyon. P.-Y. Lacour questionne la manière dont se construit, à l’occasion des expositions industrielles en France, le crédit des instruments scientifiques et de l’horlogerie de précision. Mobilisant la lexicométrie pour analyser le discours d’un diplomate français en poste à Tunis, J. Hammami entend montrer l’agenda colonial sous-jacent à ce discours. Enfin P. Le Roux propose aux historiens un appui sur des relevés ethnographiques dans le sud de la Thaïlande contemporaine pour approcher une métrologie propre à l’Asie du Sud-Est antérieure aux influences indiennes, chinoises ou occidentales.

The articles in this issue illustrate the role of quantification in historical research, with just one of the six contributions focusing on the history of measurement per se. Their geographical scope is broad, with four articles covering countries or regions outside France. Exploring a rich corpus of Florentine archives, C. Maitte explores the historiography of wages paid to highly skilled workers in the modern era, revealing the complex hierarchy of wage scales and highlighting the importance of including working hours in calculations. P. Castéjon uses prosopographical resources to study the transformation of the cursus honorum of magistrates appointed to late Spanish imperial institutions, and the importance attached to knowledge of overseas affairs. In the service of both history and urban archaeology, C. Ducourthial and H.  Tronchère-Cottet take up the challenge of identifying an old topographical landmark, making it possible to enter old maps of Lyon into a GIS. P.-Y. Lacour examines the way in which scientific instruments and precision clocks were evaluated at French industrial exhibitions. Using lexicometric techniques to analyse the writings of a French diplomat in office in Tunis, J. Hammami reveals the underlying colonial discourse. Last, P. Le  Roux provides historians with an interpretation of ethnographic records in southern Thailand that show evidence of a measurement system specific to southern Asia and that predates Indian, Chinese or western influence.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search