Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXV-1L’archéologie et le pari d’une me...

L’archéologie et le pari d’une mesure de la culture

Une approche épistémologique
Archaeology and the Challenge of Measuring Culture: An Epistemological Approach
Philippe Boissinot
p. 15-34

Résumés

Si l’on définit l’archéologie comme un type d’enquête particulier portant sur des objets singuliers (des agrégats incluant des artefacts dans le sous-sol) en la recentrant sur la question de la preuve, et que l’on admet son extension vers les périodes les plus récentes, il faut revoir le projet initial d’une systématique des « cultures » anciennes qu’elle s’était d’abord assignée. Parce qu’elles ne sont pas préalablement déterminées et cependant composées de réalités tangibles, l’approche analytique de ces entités archéologiques, par l’intermédiaire du tableau de données, se prête particulièrement à la mesure, au calcul et au dénombrement sous une forme qui dépasse largement l’assignation culturaliste ou l’exemplification à laquelle elle était restée si longtemps cantonnée, ouvrant sur un champ des possibles et un questionnement inédit.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. Une philosophie de l’archéologie ?
2. L’archéologie est une enquête sur des agrégats
3. La « situation archéologique »
4. La culture comme totalisation
5. Valeurs relatives et valeurs absolues ?
6. Faisceaux de propriétés et intentions

Aperçu du début du texte

Quiconque s’intéresse à la pratique archéologique ne peut que faire le constat d’un recours toujours plus fréquent à diverses technologies appliquées à la détection et à la caractérisation des vestiges d’un passé qui, d’abord ancien, peut parfois être relativement récent. Les manuels de cette discipline s’y consacrent amplement et regroupent ces procédures sous le terme générique d’archéométrie, un terme apparu en France dans les années 1970, une décennie après l’archaeometry des Anglo-Américains. On pourrait s’intéresser précisément à ce foisonnement, et faire souvent le constat qu’il ne s’agit que d’applications de méthodes où l’on substitue des choses particulières (des silex, des poteries, etc.) à des entités plus générales, mais également exemplifiées par des objets concrets (des billes rouges ou bleues) si l’on retient le cas statistique. Notre questionnement sera tout autre ici et pourrait être qualifié de plus « philosophique ». Nous nous demanderons en effet en quoi l’arché...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boissinot, « L’archéologie et le pari d’une mesure de la culture », Histoire & mesure, XXXV-1 | 2020, 15-34.

Référence électronique

Philippe Boissinot, « L’archéologie et le pari d’une mesure de la culture », Histoire & mesure [En ligne], XXXV-1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/12632 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.12632

Haut de page

Auteur

Philippe Boissinot

EHESS, laboratoire Travaux et recherches archéologiques sur les cultures, les espaces et les sociétés (TRACES, UMR 5608 CNRS), Maison de la recherche, Université Jean-Jaurès, Toulouse. E-mail : philippe.boissinot@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search