Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXV-1De l’instrument de contrôle à l’o...

De l’instrument de contrôle à l’objet d’art : peut-on reconnaître un poids « étalon » à Byzance (ive-viie siècles) ?

From Instrument of Control to Art Object: Did a “Standard” Weight Exist in Byzance (4th-7th Centuries)
Pierre Charrey
p. 105-126

Résumés

La notion d’étalon, comme idée générale désignant un instrument juste et certifié par une autorité incontestable, paraît être une notion insuffisante pour appréhender la diversité des instruments de contrôle et prototypes de l’Antiquité. Prenant comme cas d’étude l’Empire romain tardif, caractérisé par une normalisation sans précédent des poids et balances, nous proposons de délaisser cette notion commode d’étalon pour tenter de ressaisir l’écart entre pratiques et discours dans l’administration de la mesure. L’analyse des sources législatives, confrontée à l’étude de quelques instruments prestigieux du commerce byzantin, permet de faire vaciller une idée vague d’« officialité » du poids, au profit de pratiques historiquement situées de contrôle et de normalisation des instruments de mesure par l’Empire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. Lire l’autorité : textes et inscriptions sur l’administration de la mesure
Comtes et préfets : cadre institutionnel de production de la mesure
Les poids inscrits : une multiplicité d’instances de certification ?
2. Voir l’autorité : de l’instrument de contrôle à l’objet de prestige
Poids commerciaux et exagia solidi : de quelques instruments d’usage courant
Les poids impériaux, objets d’art et instruments d’apparat
Entre production normalisée et diversité des motifs marginaux
3. Un « étalon » pour quoi ? Concilier représentations et pratiques

Aperçu du début du texte

« Elle croyait à la fatalité autant qu’au beau mètre des Arts et Métiers, dont elle m’avait toujours parlé avec respect, parce qu’elle avait appris étant jeune, que celui dont elle se servait dans son commerce de mercerie était la copie scrupuleuse de ce superbe étalon officiel. » Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 121.

La mesure est enjeu de représentations, ce que dit cet extrait de Céline à propos du mètre nous semble vrai de toute mesure : l’instrument de mesure est un objet profane consacré, on en respecte le prototype comme un objet révélé duquel dépendrait notre rapport aux choses, nos échanges, notre sécurité, notre prospérité. Pourtant aucune définition du dictionnaire ne parvient à saisir la mesure comme phénomène fondamentalement social, l’opération de mesurer y est renvoyée à la seule action du sujet qui « évalue et compare ». Elle fait abstraction autant des déterminismes politiques de cette action que des logiques intériorisées qui l’encadrent. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Charrey, « De l’instrument de contrôle à l’objet d’art : peut-on reconnaître un poids « étalon » à Byzance (ive-viie siècles) ? », Histoire & mesure, XXXV-1 | 2020, 105-126.

Référence électronique

Pierre Charrey, « De l’instrument de contrôle à l’objet d’art : peut-on reconnaître un poids « étalon » à Byzance (ive-viie siècles) ? », Histoire & mesure [En ligne], XXXV-1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/12837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.12837

Haut de page

Auteur

Pierre Charrey

Allocataire de recherche École pratique des hautes études (EPHE) - Paris Sciences & Lettres (PSL), équipe Monde byzantin du laboratoire Orient & Méditerranée (UMR 8167). E-mail : pierrecharrey@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search