Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXV-2Inquantifiables fonctions publiqu...Gouverner sans compter

Inquantifiables fonctions publiques ?

Gouverner sans compter

Les effectifs des fonctionnaires marocains et tunisiens entre État colonial et monarchies protégées
Ruling without Counting: The Number of Moroccan and Tunisian Civil Servants in the Colonial State and the Protected Monarchies
Antoine Perrier
p. 19-42

Résumés

Le nombre de fonctionnaires dans deux pays sous protectorat (Maroc et Tunisie) pose la question de la nature véritable du protectorat. Souvent décrit comme le paravent juridique d’une domination directe d’une administration française toute-puissante sur des monarchies marginalisées (les Makhzens), le protectorat apparaît sous un autre jour quand il est soumis à l’examen critique des chiffres, comptages et questions budgétaires de l’administration. Les fonctionnaires français sont plus chers que nombreux et le gouvernement colonial repose, dans ces deux pays, sur un nombre important d’agents « protégés », contrairement à l’Algérie. Il apparaît aussi que l’État colonial a refusé de compter des serviteurs des monarchies dont la rémunération n’était pas inscrite au budget de l’État. En revenant pourtant aux sources arabes, il apparaît que les Makhzens ont continué d’identifier leurs serviteurs : il a bien existé deux véritables États au Maroc et en Tunisie à la période coloniale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie les deux évaluateurs pour leurs précieuses remarques ainsi qu’Émilien Ruiz pour l’initiative même de cet article et ses conseils.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Sous-administrés ou suradministrés ? Aperçu des effectifs des États coloniaux marocain et tunisien
2. La mesure du protectorat véritable : usage politique des chiffres au Maroc et en Tunisie en situation coloniale
3. Le gouvernement par listes du Makhzen
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le caractère politique du comptage des fonctionnaires, bien identifié pour la métropole, prend un tour original dans les deux pays de protectorat français, la Tunisie et le Maroc. Depuis 1881 pour la première et 1912 pour le second, la France impose une cohabitation entre une administration coloniale et une administration locale au nom d’une association entre la souveraineté française et la souveraineté marocaine ou tunisienne. Pour la partie coloniale, les services sont organisés en directions centrales, sur le modèle métropolitain, dans les matières utiles à l’exploitation économique du pays (travaux publics, finances, etc.). Ces services sont commandés par des Français mais peuvent accueillir en leur sein des agents marocains et tunisiens. Pour la partie locale, les monarchies marocaine et tunisienne conservent un appareil d’État ancien (appelé Makhzen), présent pour le maintien de l’ordre, l’organisation du culte ou d’autres services publics au bénéfice des populations désormais...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Perrier, « Gouverner sans compter », Histoire & mesure, XXXV-2 | 2020, 19-42.

Référence électronique

Antoine Perrier, « Gouverner sans compter », Histoire & mesure [En ligne], XXXV-2 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/13504 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.13504

Haut de page

Auteur

Antoine Perrier

École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP, Paris).
E-mail : antoine.perrier@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search