Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXV-2Inquantifiables fonctions publiqu...Pour une approche comparée du « n...

Inquantifiables fonctions publiques ?

Pour une approche comparée du « nombre des fonctionnaires » : propositions à partir du cas des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni

Steps Towards a Comparative Approach for Counting the “Number of Civil Servants” (France, United Kingdom and United States)
Émilien Ruiz
p. 133-170

Résumés

Si quantifier c’est « convenir puis mesurer », une difficulté majeure se pose à qui s’intéresse au volume de la fonction publique dans un pays : il n’existe pas toujours de réelles conventions sur ce que serait un « fonctionnaire ». Ajouter une perspective de longue durée complique encore la tâche puisque, selon les configurations politiques et les moyens dont disposent les organismes statistiques, les conventions comme les modalités de mesure varient avec le temps. À tel point qu’il est possible d’affirmer aujourd’hui l’incapacité des historiennes et historiens à quantifier avec précision l’évolution du « nombre des fonctionnaires » dans un pays. Comment, dès lors, envisager une approche comparative des variations de ce nombre dans plusieurs pays ? L’objet de cette note de recherche est de proposer un contournement de cette difficulté à travers la quantification d’une abstraction : celle de la perception de l’évolution du « nombre des fonctionnaires » aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Peut-on comparer le nombre des fonctionnaires dans plusieurs pays ?
Comparer le nombre des fonctionnaires dans les années 2010
Retour sur un précédent dans les années 1940
2. Transformer des obstacles en objets de recherche
Les fonctionnaires n’existent pas : faire l’histoire d’un dissensus
Et pourtant… on les compte : historiciser les productions statistiques
3. De la perception du nombre des fonctionnaires aux frontières de l’État
Visualiser des abstractions
Morphologie de l’emploi public
Conclusion : tirer parti des potentialités du Web

Aperçu du début du texte

Les contributions de ce dossier d’Histoire & Mesure en témoignent : les quantifications de la fonction publique font face à des difficultés multiples. D’abord parce que, dans un même pays, il n’existe pas toujours de réelles conventions sur ce que serait un fonctionnaire. Dans une perspective de longue durée, s’y ajoute le fait que, selon les configurations politiques et les moyens dont disposent les organismes statistiques, les définitions et modes de comptage varient avec le temps. Sauf à resserrer la chronologie et la focale (sur une catégorie de personnels, un ministère ou une zone géographique par exemple), il n’est pas possible de mesurer avec précision l’évolution du nombre des fonctionnaires dans un pays.

En 1991, Jean-Louis Quermonne étudia l’appareil administratif de l’État en France en proposant des comparaisons avec le cas britannique. Sur le nombre des agents, son point de vue était sans équivoque : « il est difficile de cerner les effectifs de la fonction publique, pays...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilien Ruiz, « Pour une approche comparée du « nombre des fonctionnaires » : propositions à partir du cas des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni », Histoire & mesure, XXXV-2 | 2020, 133-170.

Référence électronique

Émilien Ruiz, « Pour une approche comparée du « nombre des fonctionnaires » : propositions à partir du cas des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni », Histoire & mesure [En ligne], XXXV-2 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 12 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/13524 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.13524

Haut de page

Auteur

Émilien Ruiz

Sciences Po, Centre d’histoire de Sciences Po (CHSP), Paris ; en détachement de l’Université de Lille, Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS). E-mail : emilien.ruiz@sciencespo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search