Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVI-1La nouvelle carrière impériale de...

La nouvelle carrière impériale des magistrats espagnols de la fin de l’Ancien Régime

The New Imperial Career of Spanish Magistrates at the End of the Old Regime
Philippe Castejón
p. 37-62

Résumés

Cet article analyse les mutations du cursus honorum des magistrats de l’empire espagnol au xviiie siècle. Le recours à une base de données relationnelle a permis de saisir l’ampleur des transformations qui sont intervenues sous les règnes de Philippe V (1701-1746) et de Charles III (1759-1788). Au-delà de la généralisation du recours à des experts, c’est tout le gouvernement des Indes qui se transforma ; en quelques années, le Conseil des Indes, la Casa de la Contratación et les Audiencias d’outre-mer devinrent les échelons d’une carrière impériale unique dans le monde occidental.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Trois carrières pour un empire
2. Un gouvernement central composé d’experts
3. Les carrières plurielles d’un cursus honorum impérial
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le 7 juin 1628, le juriste Juan de Solórzano Pereira, âgé alors de 52 ans, était nommé procureur du Conseil des Indes. Ce letrado madrilène avait fait ses études à l’université de Salamanque où il avait obtenu, en 1608, le grade de docteur, puis avait été promu, l’année suivante, oidor (juge) de l’Audiencia de Lima, la plus prestigieuse des cours souveraines américaines. Après dix-sept ans passés aux Indes, sa carrière s’était poursuivie en Espagne dans différents Conseils (Finances, Indes puis Castille).

Le parcours de cet éminent juriste célèbre par ses écrits sur le droit indiano, qui pourrait faire figure de modèle, est pourtant exceptionnel au regard de la prosopographie ; en effet, aux xvie et xviie siècles, les promotions de magistrats d’outre-mer au Conseil des Indes ou dans des tribunaux péninsulaires demeurèrent isolées. Alors même qu’elles faisaient partie d’un même système de gouvernement, les carrières ultramarines et péninsulaires étaient dissociées. Cette situation, qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Castejón, « La nouvelle carrière impériale des magistrats espagnols de la fin de l’Ancien Régime », Histoire & mesure, XXXVI-1 | 2021, 37-62.

Référence électronique

Philippe Castejón, « La nouvelle carrière impériale des magistrats espagnols de la fin de l’Ancien Régime », Histoire & mesure [En ligne], XXXVI-1 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/14278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.14278

Haut de page

Auteur

Philippe Castejón

Université de Lille, Centre d’études en civilisations, langues et lettres étrangères (CÉCILLE, EA 4074). E-mail : philippe.castejon@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search