Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVI-1Un fait, un discours et une analy...

Un fait, un discours et une analyse : la révolte de Adel bey en 1867 vue par le consul de France à Tunis

A Fact, a Discourse and an Analysis: Adel Bey’s Revolt in 1867 as Seen by the Consul of France in Tunis
Jalel Hammami
p. 129-158

Résumés

Le fait est la révolte du jeune prince husseinite, Adel bey, contre le pouvoir de son frère, Mohamed Sadok bey, en 1867. Une révolte dynastique qui a marqué par ses effets tragiques l’histoire de la Tunisie. Le discours se constitue des lettres et rapports rédigés par le consul général de France à Tunis et postés à Paris. Un récit précis sur l’évènement et sur la fonction consulaire. L’analyse est textuelle, qui recourt à la lexicométrie, alliant informatique et histoire. La démarche offre par conséquent un nouvel angle de vision et oriente la réflexion vers des interprétations verticales et horizontales de ce discours, passant désormais d’un récit sur un fait dynastique à un discours sur les intérêts de la France, anticipant une action coloniale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été rédigé avec le concours de mon collègue Abdelhamid Ben Rabah, spécialiste en humanités numériques.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Au gré des circonstances
2. Logique et structure
3. Classes et analyse
Conclusion

Aperçu du début du texte

Bien qu’elle s’annonçât sous d’heureux auspices, la décennie 1860 représente pour la Tunisie précoloniale une période obscure, pourtant jalonnée d’évènements à caractère exceptionnel : révolte presque générale des tribus et même des villes sahéliennes (1864), répression féroce (1864-1865), épidémies (choléra en 1867 ; fièvre putride en 1868-1869), famine (1867-1868). Dans cette ambiance macabre, pour comble de malheur, le plus jeune prince husseinite se dressa contre son frère, bey du trône, Mohamed Sadok (1859-1882).

Par ses effets tragiques sur la cour husseinite et la destinée de la Tunisie, placée désormais à la croisée des convoitises impériales, cette révolte dynastique a retenu l’attention de plusieurs historiens, qui, pour la reconstituer et l’interpréter, se sont référés à des sources diverses et nombreuses. D’abord, les sources officielles de l’État tunisien, conservées aux Archives nationales de Tunisie, et en particulier un dossier comprenant toutes les lettres échangées ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jalel Hammami, « Un fait, un discours et une analyse : la révolte de Adel bey en 1867 vue par le consul de France à Tunis », Histoire & mesure, XXXVI-1 | 2021, 129-158.

Référence électronique

Jalel Hammami, « Un fait, un discours et une analyse : la révolte de Adel bey en 1867 vue par le consul de France à Tunis », Histoire & mesure [En ligne], XXXVI-1 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/14293 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.14293

Haut de page

Auteur

Jalel Hammami

Université La Manouba, Faculté des lettres, des arts et des humanités, unité de recherche Études méditerranéennes et internationales (EMI), UR16ES09. E-mail : djalelhammami@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search