Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVI-1Comptes rendusCorine Maitte & Didier Terrier, L...

Comptes rendus

Corine Maitte & Didier Terrier, Les rythmes du labeur. Enquête sur le temps de travail en Europe occidentale, xive-xixe siècles

Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2020 (421 p.)
Matthieu Scherman
p. 192-194
Référence(s) :

Corine Maitte & Didier Terrier, Les rythmes du labeur. Enquête sur le temps de travail en Europe occidentale, xive-xixe siècles, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2020 (421 p.)

Texte intégral

1À la lecture de l’ouvrage de Corine Maitte et de Didier Terrier sur les « rythmes du labeur » on se rend compte que l’étude vient combler un manque de l’historiographie. Bien que les temps de travail ne soient pas absents des analyses des époques anciennes et contemporaines, les temporalités des temps du travail n’ont jamais fait l’objet d’une analyse si poussée ; les auteurs en ont saisi toutes les discontinuités. Pour mener à bien l’entreprise, ils ont décidé de le faire sur le temps long, voire très long, sur six siècles du xive au xixe siècle. Cette longue durée, chère à Jacques Le Goff pour traiter du « long Moyen Âge », est nécessaire pour comprendre à la fois les évolutions de ces rythmes mais aussi pour questionner un point d’une brûlante actualité, comme le fait que les journées de travail des femmes sont, déjà au xixe siècle, plus longues que celles des hommes. Les personnages de cette histoire sont tous ceux pour qui travailler est une nécessité absolue afin de subsister, eux et leurs familles (p. 14).

2L’objectif est de remettre en cause le simplisme d’une historiographie trop longtemps restée sur l’idée d’une « évolution en trois temps » : avant le processus d’industrialisation, les durées de travail seraient moindres et le travail moins discipliné ; avec les débuts de l’industrialisation dans une partie des régions européennes, la production s’envolerait et, avec elle, la durée du travail, s’accompagnant d’une progression spectaculaire de l’effort productif dans les régions industrielles ; puis une diminution de ce temps plus ou moins forte dès la seconde moitié du xixe siècle, laquelle serait liée à l’apparition des débuts du « temps libre » et des loisirs. La démarche s’appuie sur une lecture précise et attentive de l’abondante littérature existante, à laquelle il manquait toutefois une étude sur la longue durée du phénomène. Finalement, l’ouvrage parvient à établir une généralisation plus précise, qui ouvre de nombreuses perspectives à des futures analyses du temps de travail. Beaucoup de conclusions assénées comme des faits, notamment sur la césure entre pays « catholiques » et pays « protestants » sur le temps de travail, le nombre de jours de fêtes, ou encore la lente et inexorable montée en puissance des journées travaillées du fait de l’industrialisation de la fin du xviiie et du xixe siècles, sont réévaluées.

3La question qui intéresse toute la première partie est celle de la journée de travail ; la deuxième partie se penche sur la façon dont se répartit le travail durant l’année mais aussi durant la journée des travailleurs ; enfin, la troisième concerne la durée et le contenu du travail, c’est-à-dire la façon dont l’amélioration de la productivité des travailleurs est une question récurrente depuis la fin du Moyen Âge. La journée étant l’unité de base du travail rémunéré (p. 43), il était nécessaire d’essayer de la définir le mieux possible ou dans la mesure du possible, en raison des difficultés de la saisir du fait des lacunes ou du flou des sources. Dans la journée de travail, le temps des pauses est aussi l’objet de contestations entre les employés et les employeurs et, très tôt, il est précisé dans les réglementations.

4Le temps de travail étant autre chose qu’un simple décompte fixant une rémunération, les auteurs montrent comment se soumettre au temps est un indice de la domination dans la hiérarchie sociale ; c’est le cas avec le décompte effectué sur les chantiers, notamment les chantiers ecclésiastiques. C’est aussi une façon pour les patrons de s’arroger des droits sur les corps des travailleurs, par le minutage des gestes et la mesure précise de leur productivité. C’est pourquoi aussi dans l’étude sur les rythmes du travail – un très beau chapitre fait le point sur le travail de nuit –, celui du travail contraint est interrogé, avec la question des corvées et la présence des esclaves. L’idée selon laquelle les esclaves seraient en faible nombre en Europe au xviiie siècle est d’ailleurs remise en cause.

5Toutes ces nuances et toutes ces réflexions des protagonistes de l’époque montrent les connaissances fines des acteurs – aussi bien les patrons que les ouvriers –, des mécanismes économiques, des notions de profits ou encore de la question des conséquences du travail sur les corps et la santé. Des employeurs, en raison du coût des chandelles ou des malfaçons qui coûteraient plus cher qu’une production plus soutenue, considèrent qu’il est nécessaire de limiter le travail la nuit dans les unités de production. On n’arrive finalement pas à comprendre, car c’est difficile de la déterminer à partir des sources, quelle intensité de la demande de produits justifierait ces journées d’une longueur infinie : comment écouler toutes les productions qui sortent des différents ateliers et maisons durant ces heures interminables, que ce soit à la fin du Moyen Âge ou à l’époque contemporaine ?

6Par cette « enquête », les auteurs offrent une analyse stimulante et une remise en cause bienvenue des études statistiques qui présentaient les évolutions de la durée travaillée par des graphiques couvrant de nombreux siècles ; elle appelle une poursuite de la recherche précisément sur le travail et son organisation, afin de comprendre toutes les dimensions du « labeur » et les auteurs mettent bien en évidence la nécessité de considérer l’ensemble des personnes constituant un foyer. Car ce n’est en rien une histoire désincarnée, les acteurs du travail sont suivis, leurs parcours retracés et, à l’image des « ouvrières de chez M. Scrive à Marcq » se plaignant d’être soumises à des horaires en infraction avec la loi et d’être moins bien protégées que les coqs (p. 99), leurs paroles retranscrites. Les auteurs pourraient ainsi se lancer dans un autre chantier d’envergure, en utilisant la même méthode qui a porté à ce résultat sur les rythmes, en questionnant sur la longue durée les évolutions des mots du travail.

7La mesure n’est évidemment pas absente de l’ouvrage, mais elle est utilisée afin de remettre en cause les conclusions peu discutées par l’historiographie. Les formidables archives comptables des ateliers Médicis sont mises à profit afin de montrer la quantité impressionnante de jours travaillés à l’époque moderne, bien avant l’industrialisation ; de même les fonds de l’usine Voortmann de Gand mettent en lumière la grande variabilité de ces jours travaillés au xixe siècle dans l’industrie textile (on se reportera aux graphiques présentés en annexes). Ce sont des mesures qui se placent « au ras du sol », toujours pour remettre de l’humain dans les courbes et autres graphiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Scherman, « Corine Maitte & Didier Terrier, Les rythmes du labeur. Enquête sur le temps de travail en Europe occidentale, xive-xixe siècles », Histoire & mesure, XXXVI-1 | 2021, 192-194.

Référence électronique

Matthieu Scherman, « Corine Maitte & Didier Terrier, Les rythmes du labeur. Enquête sur le temps de travail en Europe occidentale, xive-xixe siècles », Histoire & mesure [En ligne], XXXVI-1 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/14314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.14314

Haut de page

Auteur

Matthieu Scherman

Université Gustave-Eiffel, laboratoire Analyse comparée des pouvoirs (ACP, EA 3350). E-mail : matthieu.scherman@u-pem.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search