Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVI-2Textométrie et temporalité

Textométrie et temporalité

Textometry and Temporality
Stéphane Lamassé
p. 3-20

Texte intégral

  • 1 P. Ricoeur, 1983 ; G. Mairet, 1974 ; J. Morsel, 2016 ; F. Dosse, 2019.
  • 2 F. Hartog, 2003 ; C. Charle, 2011.

1Proposer un numéro spécial d’Histoire & Mesure sur le temps et la fonction temporelle dans l’analyse lexicale représente une ambition nécessaire et difficile. Nécessaire, parce que cette dimension est mise en avant par les historiens comme un des aspects fondamentaux de leur travail. L’histoire comme discipline prend le passé pour objet et fait du temps l’un de ses « paradigmes »1. Plusieurs perceptions de celui-ci s’articulent dans les modes de raisonnement historique. Le temps est mouvement et les questions de l’ordre, du sens et des causes lui sont liées. Ainsi, les historiens y relèvent le contexte dans lequel s'enracinent leurs problématiques et la construction de leurs chronologies par exemple. L’historicisation d’un phénomène suppose en effet la prise en compte des dynamiques temporelles comme facteurs de transformation, que l’on doit analyser si l’on veut se donner une chance de comprendre l’évolution des sociétés que l’on étudie2. Difficile, parce que les outils statistiques dont les historiens disposent ne sont pas toujours adaptés et sont souvent complexes à maîtriser.Notre accès à ces sociétés se fait par des documents, au sens large (textes, images, artefacts), qui sont eux-mêmes des objets inscrits dans le temps et marqués par des représentations temporelles. Parmi ceux-ci, la production discursive représente un accès privilégié par les historiens à ce « passé » et c’est à son étude que s’attache la lexicométrie. Dans ce numéro, on considérera la lexicométrie, ou textométrie, comme une méthode, numérique et statistique, pour traiter les documents textuels. Cette approche offre un ensemble de méthodologies permettant de mettre provisoirement à distance une subjectivité et fournit un cadre rigoureux pour bâtir des commentaires. Sont ainsi posés à la fois l’intérêt et la difficulté que l’on pourrait avoir face à ce numéro qui se concentre sur la façon dont la mesure et les méthodes informatiques peuvent permettre de s’affranchir des représentations temporelles préconstruites sur des corpus, afin de questionner d’une manière différente les temporalités des discours.

  • 3 Nous citons ici W. Aigner et al., 2011, qui, bien qu’ancien, reflète assez bien l’état du traiteme (...)

2Au sein des textes manipulés par les historiens, les changements et les évolutions sont potentiellement nombreux. Ils peuvent être phonétiques, morphologiques, syntaxiques, lexicaux ou sémantiques. Ces évolutions sont produites tantôt par des facteurs proprement linguistiques, tantôt par des facteurs historiques, discursifs, ou sociaux. L’ajout d’une perspective temporelle à l’analyse textuelle quantitative fait de l’informatique un outil précieux, une des ambitions de ce numéro spécial portant sur les séries textuelles chronologiques est de le montrer. Sur le plan de la démarche, tout d’abord, en autorisant la mise en place d’un protocole permettant le retour sur chacune des « expériences » textométriques présentées dans ce volume, en favorisant ainsi les discussions sur chacune d’elles et sur leurs étapes respectives. Le fait d’avoir obtenu une formalisation lisible, susceptible d’être commentée et critiquée constitue déjà en soi un premier résultat. Que ce soit pour l’analyse des discours de Fidel Castro ou du Parti communiste français, par exemple, il ne s’agit pas d’offrir une analyse exhaustive de l’évolution d’un lexique, ce qui est impossible dans le cadre contraint d’un article, mais plutôt de procéder à une expérimentation sur un aspect précis de l’analyse temporelle à partir d’un ensemble documentaire qui n’a encore jamais été constitué ni analysé. Ceci permet, à chaque fois, de décaler le regard sur ces corpus encore un peu « chauds », en se positionnant du côté du discours. Ensuite, les statistiques lexicales utilisées viennent offrir au regard de l’historien des outils qui vont favoriser une multiplicité d’approches temporelles des corpus. C’est l’un des aspects intéressants des démarches en statistique qui se multiplient aujourd’hui et essaient de donner à voir le temps3. Ce n’est pas qu’un problème de visualisation, on peut aussi avoir recours à des nombres ou à des indicateurs, mais l’idée générale est bien de rendre perceptibles la durée, les cycles, l’évolution, les périodes. Ces démarches et ces observations ont cours dans d’autres champs disciplinaires que l’histoire ou le traitement automatique des langues, comme la sociologie, qui y apportent leurs questionnements et leurs contributions propres. Il faut donc, en la matière, adopter une vision assez large et souple tant sur le plan disciplinaire que statistique. Et cette souplesse est utile pour redécouvrir la complexité des entrelacs des différentes temporalités. De ce point de vue, il est profitable de pouvoir expérimenter des observations statistiques sur des corpus très différents.

1. Expérimenter sur des périodes chronologiques différentes et thématiquement éloignées (de la fin du xve siècle au début du xxie siècle)

  • 4 Voir à ce propos P. Charaudeau, 2009. La légitimité de cette approche est parfois encore discutée  (...)
  • 5 C’est l’objectif de la revue Corpus que d’accueillir des réflexions sur cette dimension fondamenta (...)
  • 6 A. Prost, 1988, p. 279.
  • 7 On peut citer la publication du doctorat de Denis Peschanski reposant sur des éditos de l’Humanité(...)

3Le corpus est le support de l’expérience lexicale, une construction isolant un espace de la langue et favorisant une approche problématisée4. La condition d’émergence de la temporalité réside avant tout dans sa construction. C’est le point central de la démarche et, à son propos, Antoine Prost relevait trois caractéristiques qui lui semblaient essentielles pour l’historien5 : le corpus doit être « contrastif », « significatif » et « diachronique » afin d’y repérer « continuités et tournants »6. On suppose, donc, que les « documents » rassemblés ne sont pas indépendants, mais liés dans le temps, intégrés dans un flux temporel qui n’est jamais stagnant. L’introduction d’une datation, qu’elle soit continue ou non, a pour effet de donner à chaque forme lexicale une caractéristique supplémentaire. Les auteurs de ce numéro se sont livrés à l’exercice d’une définition pointue et précise de leur corpus, afin que le lecteur puisse discuter, peser, nuancer leurs approches mais aussi percevoir l’intérêt de l’application de ces méthodes pour des périodes et des thématiques de recherche aussi différentes que, par exemple, l’étude des sources épistolaires au tournant du Moyen Âge et de la modernité, ou les jeux vidéo. Tous les textes réunis ici reposent sur des regroupements documentaires dont les conditions de production sont très différentes et s’étalent sur des durées variées. Les quinze années couvertes par les lettres de Charles VIII, analysées par Stéphane Lamassé et Benjamin Deruelle, représentent la totalité de son règne : de ce fait, ce corpus permet de dégager une tout autre dynamique temporelle que celle qui émerge de l’étude des huit derniers mois du Père Duchesne, inscrits dans le contexte particulier de la Terreur, que propose André Salem. Le tableau de synthèse reflète l’étendue et la diversité des corpus présentés dans ce numéro (Tableau 1). Leur richesse n’est pas seulement d’ordre quantitatif, ils proposent souvent des éclairages nouveaux, sous forme de cadre, sur des dimensions d’histoire politique et sociale. Ainsi par exemple, le retour sur le parti communiste permettra sans doute d’explorer à nouveau et autrement des travaux plus anciens7.

Tableau 1. Les différents corpus du numéro

Article Nombre de textes Occurrences Période
1 Le temps lexical. Un bilan méthodologique sur l’analyse des séries textuelles chronologiques [Père Duchesne] 96 142 177 du 17/7/1793 au 13/3/1794
2 Le discours de Fidel Castro : périodisation et évolution (1959-2008) 1 138 7,8 millions de 1959 au 28/2/2008
3 Des textes en mouvement… Analyse textométrique des rapports d’ouverture présentés aux congrès du Parti communiste chinois (1982-2017) 8 115 138 1982-2017
4 Entre rupture et continuité, le discours du PCF (1920-2020) 31 334 997 1920-2020
5 À l’épreuve du temps. Exploration des temporalités du discours monarchique au temps de Charles VIII 1 145 305 580 de 1483 à mars 1498
6 Les topic models au service de l’histoire d’un genre vidéoludique. Vers une représentation non périodique de l’évolution du contenu textuel des jeux de rôle sur ordinateur entre 1992 et 2017 21 17,5 millions 1992-2017
  • 8 On trouvera à l’intersection de ces champs les travaux de Vincent Bloch centrés sur le castrisme, (...)

4Les textes politiques sont l’un des terrains traditionnels de l’analyse de discours. Trois des articles proposent des regards sur les discours communistes aux xxe et xxie siècles. Les huit textes de congrès du Parti communiste chinois (115 138 occurrences) et les trente et un autres (334 997 occurrences) du parti français permettent d’aborder une langue politique construite dans une optique normative. Dans ces deux cas, les congrès sont des moments discontinus d’expression idéologique, un rendez-vous qui est à la fois le lieu d’un bilan et d’une réaction et dont la finalité consiste à exprimer une position. L’écriture de ces textes est organisée et contrôlée, et c’est à travers ces discours, que nous pourrions imaginer figés, que les auteurs de ce numéro recherchent des différences, du mouvement. De tout autres conditions régissent la production des 1 138 discours de Fidel Castro. Cet ensemble concerne essentiellement des discours oraux de longue durée, avec parfois une part d’improvisation importante. C’est la première fois, il faut le souligner, que la totalité des discours du lider cubain sont réunis pour être étudiés, ce qui est d’autant plus intéressant que le castrisme fait l’objet de recherches récentes en sciences politiques comme en sociologie8.

5La correspondance du règne de Charles VIII et ses 1 145 lettres (305 580 occurrences) soutiennent l’action politique du roi, que les lettres soient destinées à une institution politique, à ses serviteurs ou à ses proches. Certes, elles incarnent des évènements discursifs hétérogènes par leur taille et par leur contenu, mais leur forme y est très structurée et l’attention portée au récepteur grande. L’article retrouve la correspondance non seulement comme un lien, mais en tant qu’acte écrit, au sein duquel se mêlent construction de l’image du roi et exercice de gouvernement. Les auteurs insistent sur l’importance de retrouver le texte dans les correspondances et de le soumettre à des méthodes statistiques susceptibles d’autoriser un regard multiscalaire. La production s’inscrit dans une temporalité qui semble répondre à des régularités et à des rythmes de production dictés en partie par les évolutions structurelles et conjoncturelles du contexte. Une fois identifiés, ces derniers servent une meilleure compréhension non seulement de la documentation mais aussi de l’action politique du souverain.

  • 9 On peut penser à K. Hammou, 2009, qui propose une modélisation réseau fondée sur les k-cores.

6L’analyse des textes de 21 jeux de rôles sur ordinateur, menée par Fanny Barnabé et Nicolas Bourgeois, offre un tout autre genre d’expérience parce que dans ce cas l’écriture a pour finalité de permettre à des joueurs d’entrer dans des univers singuliers et de les y guider. Et cela en suivant des modes de description qui parfois définissent ou reflètent une « culture » partagée de ces jeux entre les joueurs et les concepteurs, une « culture » qui se façonne en synchronie avec la production de ces derniers. La période de vingt-cinq années ici retenue constitue un intervalle assez bref d’une génération, mais permet d’envisager des évolutions temporelles dans une forme de continuité, puisque le corpus se compose de séries mais aussi de positionnements lexicaux et d’influences mutuelles entre les séries elles-mêmes. La taille de ce corpus, que l’on aurait, naguère, qualifié de gigantesque, pose aussi la question de la banalisation de la démarche de la fouille de texte dans une période d’accès quasi immédiat à des volumes jamais connus jusqu’ici. Pour les historiens, elle pousse à s’interroger sur l’historicisation possible de ces phénomènes qui se déroulent sous nos yeux et dans laquelle la langue joue un rôle moteur. Ce n’est pas la première fois que la revue Histoire & Mesure emprunte les chemins du contemporain pour tester des approches quantitatives, qui pourraient être reprises pour l’étude d’autres périodes9.

  • 10 C’est un corpus réuni par Jacques Guilhaumou dans le cadre de l’équipe « xviiie siècle et Révoluti (...)

7Le corpus du Père Duschesne est, lui, bien connu des lexicomètres et a déjà fait l’objet de présentations par le passé10. Le journal d’Hébert, produit pendant la Révolution française entre septembre 1790 et mars 1794, est devenu un jeu de données permettant l’expérimentation et l’évaluation d’algorithmes ainsi que l’interprétation de leurs résultats. André Salem le mobilise dans le cadre de ce numéro afin d’expliquer et d’interroger les avancées méthodologiques en matière d’analyse du temps lexical. Revenir sur un corpus maîtrisé est un moyen d’évaluer de nouvelles méthodes, mais aussi de les comparer avec les résultats obtenus dans des articles plus anciens.

2. Se méfier des protocoles automatiques

  • 11 On pourra consulter les manuels anglo-saxons sur le sujet destinés aux data scientists, ou bien en (...)
  • 12 Dans l’antiquité gréco-romaine et au début du Moyen Âge pendant la période qualifiée de mérovingie (...)
  • 13 É. Brunet, 2002 ; D. Mayaffre, 2005 ; B. Lemaire, 2008.

8Établir un corpus, ce n’est pas seulement réunir des documents en se fondant sur un certain nombre de critères, c’est aussi réfléchir à leur production et à leur organisation ainsi qu’aux méthodes de segmentation ou de lemmatisation qui interviendront dans leur exploitation. Ces aspects sont très directement abordés par la contribution sur les congrès du Parti communiste chinois. À l’heure où les processus du text mining11 proposent un protocole quasi-automatique, il faut se souvenir que les choix opérés ici ne tiennent pas seulement aux caractéristiques de la langue chinoise, mais que de nombreuses langues d’hier et d’aujourd’hui imposent une attention nécessaire aux règles de segmentation que l’on introduit dans la machine comme, par exemple l’espace, le « blanc » entre les mots qui n’est pas une convention universelle12. Il n’est pas neutre méthodologiquement de se poser la question des traitements que nous faisons subir au texte, notamment quand on souhaite faire apparaître par la mesure une dimension temporelle. Sans chercher à réveiller d’anciens débats13, la question de la lemmatisation est moins simple qu’il ne pourrait y paraître. Les corrections que l’on apporte aux textes de la Renaissance nécessitent une intervention manuelle qui reste encore assez importante. Et ce n’est pas parce que les machines banalisent l’exploitation de plusieurs niveaux d’analyse (formes, lemmes, étiquettes morpho-syntaxiques) qu’il faut faire l’économie de penser la signification de ces traitements, leurs conséquences sur les chiffres produits et les analyses qui en découlent.

9Il faut également réfléchir aux partitions et à l’emboîtement des échelles temporelles. Comparer des textes à l’année, au mois ou à la seconde ne produit pas les mêmes effets ; d’où les différentes propositions de ce numéro. Des intervalles réguliers ou non posent aussi question dans la mesure où l’on ne sait pas toujours ce qui pourrait permettre de rendre compte de cette irrégularité et comment en tenir compte. De la même façon, les corpus peuvent connaître des manques, des expressions temporelles différentes, car les calendriers ne sont pas uniformes, et bien sûr flous. En effet, les rapports au temps que l’on va mesurer sont le produit des documents et des acteurs sociaux. Ils reflètent aussi des rapports à la temporalité socialement construits. Les séries textuelles chronologiques ne sont donc pas parfaites, et d’ailleurs, comment pourraient-elles l’être ? C’est pourquoi Magali Guaresi, Damon Mayaffre et Laurent Vanni soulignent qu’une démarche temporelle « exige une idéalité du corpus » souhaitable mais pratiquement inatteignable. En effet, en même temps qu’un corpus se déploie dans le temps, les documents que l’on regroupe ont tendance à changer de nature, les genres ne sont pas stables. Il faut donc accepter ces changements potentiels si l’on veut se donner une chance de les observer et de les mesurer.

10Il ne s’agit pas simplement d’une forme de précision, d’une pensée par « zoom » comme le laisserait croire une approche un peu naïve et largement influencée par l’effet de la « molette » de la souris d’ordinateur sur les cartes consultables sur l’internet. Au contraire, il s’agit de percevoir des réalités différentes en fonction des échelles temporelles considérées. La capacité des machines contemporaines favorise des regards multiples sur la même réalité. Là encore, ce problème se pose d’une façon plus aiguë aujourd’hui, dans la mesure où toutes les bases de données et tous les réseaux sociaux de la toile enregistrent les textes et les documents avec une très grande précision (dates et heures de création, de mises à jour, etc.). Ainsi des masses de documents textuels en attente de traitement temporel, de mise en corpus, sont utilisables et possèdent déjà un étiquetage. L’analyse de séries textuelles chronologiques devrait aujourd’hui être complètement intégrée dans la démarche de l’historien textomètre. Or ce n’est pas toujours le cas.

3. Multiplier les regards sur la temporalité

  • 14 Pour s’en convaincre il suffit d’ouvrir n’importe quel manuel de text mining, des logiciels ad hoc(...)
  • 15 J.-P. Benzécri, 1977. C’est dans le même chapitre qu’il souligne que ces travaux ont trouvé des ap (...)
  • 16 Ces démarches sont anciennes puisqu’on les trouve dans une approche comme celle de J.-P. Benzécri, (...)
  • 17 Je reprends, ici, le titre d’un article d’Alain Desrosières paru dans Histoire & Mesure et qui rep (...)

11Dans le sillon de l’analyse de données, un protocole et des interprétations qui ont fait de ces démarches des outils précieux pour la mesure des textes et du lexique sont apparus depuis plus de cinquante ans. Les méthodes d’analyse factorielle et de classification hiérarchique accompagnées d’un certain nombre de techniques de visualisation sont courantes aujourd’hui, elles relèvent de pratiques devenues ordinaires14. Elles sont perçues depuis leur création comme liées à l’analyse de la langue. Jean-Paul Benzécri a même tenu, dans Préhistoire de l’analyse de données, à établir un rapport entre les besoins de l’analyse textuelle, au moins celle issue de Harris, et l’analyse factorielle des correspondances15. Cette dernière méthode permet d’établir des classifications, grâce à la notion de distance, et de décrire les relations entre les individus et les catégories d’un tableau. Ici le tableau est un croisement entre les unités textuelles, correspondant plus ou moins à des « mots », et les textes ordonnés dans le temps et dont chaque cellule exprime la quantité d’occurrences. Comme le rappelle l’article d’André Salem, ces méthodes reposent sur l’idée d’une approche indépendante de modèles statistiques a priori et souhaitent plutôt donner à observer et à lire16. Les rapports qu’elles entretiennent avec la géométrie donnent à voir des tendances et suscitent des interprétations, et c’est en cela qu’elles sont heuristiques. Tout l’intérêt de ces méthodes est de pouvoir contrôler les observations dans un cadre mathématique accessible. Ainsi, pourvu que l’on soit attentif, elles permettent de « faire des choses qui tiennent17 », d’asseoir des observations avec une certaine stabilité. Ces méthodes lorsqu’elles furent informatisées ont transformé les rapports aux textes, non seulement par les quantités de mots qu’elles sont capables de traiter, mais aussi dans la façon dont on conçoit l’interprétation du vocabulaire. Elles permettent en effet de hiérarchiser, d’ordonner, de distinguer et parfois de regrouper.

  • 18 A. Salem, 1988.
  • 19 Voir les différents actes des Journées internationales d’analyse statistique des données textuelle (...)
  • 20 Sur les évènements, J. Guilhaumou, 1986 ; et sur les périodisations, M. Demonet et al., 1975.
  • 21 Il existe, toutefois, quelques exemples comme celui de N. Perreaux, 2016, qui propose une analyse (...)

12Un des objectifs de la contribution d’André Salem consiste à discuter les méthodes du présent numéro de la revue. L’auteur rappelle la nécessité d’allier les visualisations avec des statistiques qui aient du sens. À ce propos, le développement qu’il consacre à un effet de l’analyse factorielle repéré par Louis Guttman précise le cadre interprétatif. Cette forme du nuage en croissant hyperbolique n’est pas spécifiquement temporelle, mais elle reflète, seulement, des transformations, des remplacements de vocables d’un texte à l’autre. Ces remarques obligent à réfléchir à la construction du corpus et à sa mise en chronologie par une datation. Depuis les années 1980, cet « effet » est souvent recherché, désiré, parce qu’il porte la promesse d’une lecture fiable des évolutions survenues dans le corpus documentaire délimité par l’espace d’expérience. Et c’est avec cette finalité qu’André Salem a développé en 1988 un algorithme des spécificités chronologiques18. En « forçant » chronologiquement le calcul des spécificités, il devient possible de savoir quels sont les changements les plus caractéristiques entre chaque pas temporel. C’est tout un processus d’analyse qui s’est mis en place, du côté de la linguistique de discours, à la fin du xxe siècle19. Il consiste à amorcer l’étude par un marquage des textes en favorisant une chronologie emboîtée (jours, mois, années par exemple) et à rechercher, par l’intermédiaire de l’analyse factorielle et du calcul des spécificités chronologiques, des changements d’emplois des formes du lexique, et ensuite à détecter, à l’intérieur du corpus lui-même, des périodisations qui seraient propres au discours et non pas seulement à un contexte externe. Il faut, cependant, admettre que si ces techniques statistiques sont disponibles depuis la fin des années 1980, les historiens ont assez peu orienté leurs recherches vers une compréhension des mécanismes temporels de leurs corpus. En France, le centre de Saint-Cloud fait figure d’exception et a porté des questionnements comme la possibilité de détecter des évènements discursifs, ou des périodisations20. Au demeurant et parallèlement, des travaux d’historiens ont pu montrer l’efficacité des approches quantitatives pour administrer la preuve lexicométrique, mais le temps lexical ne semble pas les avoir conduits à approfondir leurs observations et leurs analyses, malgré la densité des réflexions sur la temporalité en histoire21. À cet égard, un des atouts des contributions de ce présent numéro consiste à donner un aperçu assez large, bien que non exhaustif, des analyses temporelles que ces méthodes permettent de mener sur des corpus assez différents. L’application raisonnée de techniques devenues « classiques » permet de faire émerger des rapports différents et complexes à la temporalité.

  • 22 C’est bien ce qu’ont essayé de faire tous les lexicomètres depuis les années 1980, on pensera nota (...)

13L’étude sur les discours de Fidel Castro, par exemple, place au cœur de sa démarche deux dimensions auxquelles les historiens sont sensibles : il s’agit de mettre en évidence des évolutions et de les analyser pour construire une périodisation. La démarche proposée commence par un étiquetage temporel des textes assez traditionnel, et c’est par l’analyse de données (analyse factorielle des correspondances, classification) que Serge de Sousa recherche et parvient à établir une périodisation en cinq étapes spécifiques du corpus. On peut relire la geste cubaine, produite par Fidel Castro lui-même, en abordant la perception qui a pu être celle des contemporains de l’évolution de la place des Cubains dans le monde au travers des discours de leur leader politique. Cela nous rappelle qu’il faut prendre garde à ne pas forcer une approche où la temporalité des textes est donnée par un contexte externe et appliquée comme telle, sans quoi on prend le risque de projeter une évolution que l’on connaît déjà au travers des résultats d’autres types d’analyses. Ce qui ne doit pas écarter, bien évidemment, la mesure des effets de la conjoncture sur la production du discours22, mais pousse sans doute à la dépasser. Cet exemple de recherche d’une périodisation par le discours n’est pas uniquement exemplaire sur le plan méthodologique, il montre aussi comment cette approche par le discours peut compléter les connaissances sur le castrisme.

14Cette voie est aussi celle empruntée par Magali Guaresi, Damon Mayaffre et Laurent Vanni sur un corpus couvrant cent années (1920-2020) du Parti communiste français. En optant pour une approche en apparence classique fondée sur « continuité et rupture », ils fixent leur démarche sur l’entre-deux, sur le fil. Ils font ainsi le choix d’un certain inconfort en refusant un parcours monolithique et linéaire. Ils invitent plutôt à combiner les approches, à parcourir les thèmes, les vocables d’une manière réticulaire dans le temps – une approche reflétant le souci de considérer ces méthodes comme exploratoires. Selon eux, elles doivent favoriser le retour sur des enchevêtrements temporels plus complexes. Hors de l’analyse de cooccurrence, les techniques habituelles fonctionnent sur un principe de délinéarisation, les formes que l’on compare ayant perdu le lien syntaxique inhérent au texte. Ce que les méthodes factorielles permettent de refléter, alors, ce sont plutôt les changements d’emploi de mots, leurs remplacements au fil du temps. Cette évolution part donc du constat que de nouveaux mots sont introduits, soit parce que de nouvelles façons de désigner des éléments du réel apparaissent, soit parce que les éléments à propos desquels on écrit ne sont plus les mêmes. C’est une dimension de la temporalité.

15Nous espérons susciter au travers de ce numéro une réflexion sur les rapports entre les résultats de la textométrie et les régimes de temporalités portés par ces corpus. L’usage de méthodes identiques sur des corpus différents y contribue en faisant émerger des usages spécifiques en fonction des problématiques et des intérêts des chercheurs. Ainsi dans le cas de la correspondance de Charles VIII, les analyses factorielles et les spécificités chronologiques conduisent à des observations assez différentes de celles réalisées dans les autres articles. L’absence d’effet Guttman est à ce titre considérée comme révélatrice des temporalités profondes qui structurent le discours plutôt que comme une absence de temporalité. Contrairement aux études traditionnelles qui mettent en évidence l’influence du contexte sur l’évolution du lexique, Stéphane Lamassé et Benjamin Deruelle montrent que la plume du roi est moins affectée par le contexte politique, que par des archétypes discursifs liés à la nature de la situation de guerre ou de paix, et au cycle ordinaire-extraordinaire que rythment les sociétés européennes de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. L’analyse contextuelle cède ici devant une analyse plus structurelle.

  • 23 M. Reinert, 1983.
  • 24 P. Marchand & P. Ratinaud, 2014. L’importance des représentations, dans cette contribution, rappel (...)
  • 25 C. H. Papadimitriou et al., 1998.
  • 26 Il existe un certain nombre d’articles sur ces questions. On peut en citer deux qui, bien qu’ancie (...)
  • 27 Les auteurs ont fourni des ressources, consultables sur Nakala permettant d’entrer plus facilement (...)

16Parmi les méthodes mises en place dans les années 1980, celle de Max Reinert repose sur le même outillage mathématique que celles que nous avons abordées mais propose un processus de traitement différent, fondé sur les cooccurrences23, l’objectif étant d’extraire des thématiques d’un corpus. Récemment, Pierre Ratinaud et Pascal Marchand ont effectué quelques tentatives pour visualiser l’évolution de groupe de formes24. Cette démarche, consistant à isoler des thèmes25, est présente dans notre volume par l’intermédiaire d’une autre technique, celle des topic models. Il s’agit d’algorithmes permettant d’effectuer des recherches thématiques, en isolant des « sacs de mots ». Ceux-ci ont assez rapidement fait l’objet d’adaptations afin de pouvoir suivre des évolutions temporelles26. Le travail proposé ici par Fanny Barnabé et Nicolas Bourgeois se caractérise par un processus combinant plusieurs outils algorithmiques. Le premier est l’extraction de topics regroupés en classes et observés par l’intermédiaire d’une carte autoadaptative de Kohonen auxquels les auteurs adjoignent une visualisation originale fondée sur des graphes bipartis mettant en relation des classes de vocabulaire avec des jeux vidéo27. Sur une vingtaine d’années, la convergence lexicale entre les jeux constituant le corpus est remarquable et parfaitement lisible grâce à cette idée du temps comme un lien. Il n’est pas vraiment question dans leur démarche d’observer des périodes avec une logique de césure, mais des tensions entre des distributions de vocabulaire portant sur deux ou plusieurs discours. Les évolutions lexicales identifiées témoignent de la capacité de ces méthodes à tenir compte de la complexité de l’échange et des emprunts.

17Dans toutes ces contributions, on voit à l’œuvre une volonté de rappeler que la temporalité lexicale peut être envisagée comme un ensemble de transformations organisées, des remplacements ou des ruptures, des décalages, des glissements. Et chacun de ces phénomènes peut avoir sa propre durée. Ainsi, certains mots sont sujets à des glissements sémantiques, leur sens change avec le temps. Dans cette perspective c’est bien la transformation du sens qui devient intéressante, ce qui relève davantage de l’analyse sémantique. Dans cette démarche on doit utiliser le contexte des formes que l’on souhaite analyser, et l’on va donc plutôt détecter des environnements en présupposant que des mots qui ont des sens proches vont apparaître dans des contextes proches. On retrouve, ici en partie, l’approche distributionnelle de Harris.

  • 28 R. Koselleck, 1985 ; id., 2002.
  • 29 Un exemple de ce type d’approche est lisible dans J. Vijayarani & T. V. Geetha, 2019.
  • 30 Ce projet regroupe trois grandes universités : University of Gothenburg, Chalmers University of Te (...)
  • 31 On peut citer en 2020 les Proceedings of the 14th International Workshop on Semantic Evaluation (S (...)

18Les implications d’une détection des changements de sens sont très importantes dans le champ de l’histoire. Elle pourrait permettre de percevoir des changements conceptuels dans les perspectives ouvertes par Reinhart Koselleck et la sémantique historique dans les années 197028. C’est aujourd’hui un aspect important de la recherche dans le traitement automatique des langues (TAL). Les méthodes que l’on peut repérer sont nombreuses (word embeddings29, topics models, cooccurrences) et sont susceptibles de rencontrer d’importantes difficultés comme la polysémie, par exemple. Des projets ont vu le jour, tel que Towards Computational Lexical Semantic Change Detection30. Plusieurs ateliers ont permis de mettre en place une réflexion et des expérimentations afin de mesurer les changements de sens lexicaux, notamment dans une approche non supervisée31. Les publications font souvent un grand usage de word embedding, on y trouve toujours des travaux plus classiques sur les cooccurrences.

  • 32 L’ensemble des résultats mobilisés dans la démonstration ont été déposés sur la plateforme numériq (...)

19Sur ce point, l’analyse conclusive de la forme « révolution » dans l’étude de Magali Guaresi, Damon Mayaffre et Laurent Vanni propose de diriger les recherches, comme le suggère aussi André Salem, vers l’observation des changements de sens. L’article de Jun Miao et André Salem montre comment il est possible dans le cadre de méthodes bien balisées de percevoir l’évolution thématique d’un motif32. À cette fin, ils utilisent deux caractères chinois désignant ce que nous appelons dans notre langue l’« économie ». En utilisant l’algorithme des segments répétés qui permet de regrouper les collocations de formes, ils produisent une analyse factorielle (Figure 7 de leur article) qui leur permet d’observer dans le temps des séquences qui se figent et reflètent de véritables orientations politiques. Cette observation repose donc sur un travail portant sur les cooccurrences des signes identifiés.

20Dans tous ces exemples, on recherche un vocable candidat et on essaie de trouver des changements en consultant ses cooccurrents les plus significatifs, considérés comme spécifiques à partir d’un calcul. Les pistes ouvertes par ces recherches sont potentiellement nombreuses. L’une d’entre elles serait de chercher à détecter tous les termes qui, dans un corpus temporel, connaissent des évolutions de sens. Il y aurait là, sans doute, une voie à explorer pour l’historien, en ceci qu’elle permettrait de hiérarchiser des phénomènes lexicaux dans le temps. De la même façon, il serait intéressant de bien observer des retours sur des sens passés. Pourquoi, en effet, ne pas envisager qu’un changement de sens, si l’on était capable de l’observer, ne soit en fait qu’un retour à un sens antérieur, ouvrant la voie à la détection d’éventuels cycles.

21Avec ces articles, nous voulons encourager les analystes du discours à pousser leur réflexion sur la nature temporelle de leurs objets de recherche, ainsi que sur l’importance de la temporalité dans le processus de recherche. Les articles regroupés ici sont aussi des productions ancrées dans le temps et les méthodes qu’ils proposent ont vocation à évoluer. Il est évident que les corpus considérés ne laisseront pas le lecteur indifférent. Nous avons nos propres représentations des discours et nous cherchons souvent ce que nous souhaitons y trouver. Il est possible que l’analyse des discours du parti communiste puisse surprendre ou heurter le lecteur, ce sont des paroles proches de nous chronologiquement et qui interfèrent encore avec les entrelacs politiques d’aujourd’hui. On pourrait penser que celui sur les jeux vidéo relève davantage des sciences de la communication, mais il faut plutôt le voir comme un outil qui enrichit l’atelier de l’historien. Peut-être aimerait-on que certaines de ces productions aillent plus loin dans les détails ou les nuances. Mais c’est l’intérêt même des dispositifs scientifiques exploités dans ce numéro. Il s’agit bien de mettre en place des structures observables. Collecter, hiérarchiser, voir aussi, non pas pour conclure, mais pour tenter d’établir des faits et laisser naître une intuition qui se construit au détour d’un argument, d’une visualisation statistique à la lecture d’un des textes de ce numéro. Tous les auteurs ont prêté une grande attention à la qualité des graphiques et certains ont proposé des visualisations sinon nouvelles du moins originales pour représenter, autant que faire se peut, des manifestations du temps. Les lecteurs sentiront, sans doute, une certaine exigence méthodologique dans ce numéro qui met en œuvre une forme d’interdisciplinarité. Quoi qu’il en soit, que l’on passe par l’analyse factorielle, les spécificités chronologiques, ou les topics models, ces méthodes peuvent toutes être testées sur d’autres corpus historiques.

  • 33 Fréquemment abordée dans Histoire & Mesure, cette question est aujourd’hui interrogée bien au-delà (...)

22Rassembler des disciplines différentes autour de corpus historiques n’a pas été simple, ni pour les éditeurs, ni pour les auteurs33. C’est pourquoi nous tenons à remercier particulièrement ces derniers qui ont dû faire des efforts pour tenter de répondre au questionnement historique. C’est là un des enjeux d’Histoire & Mesure, celui de nous pousser à quitter nos zones de confort scientifique respectives et de permettre, ainsi, d’envisager d’autres manières de regarder, d’interpréter nos sources. La diversité et ses richesses sont le fruit de ces efforts, car nous offrons à la lecture des expérimentations sur le xxe siècle comme sur le xvie siècle, aussi bien sur des discours politiques que sur de la correspondance, ou encore des scénarios et notices de jeux.

23Nous espérons que le fait d’aborder ce débat important favorisera le développement d’outils d’analyse du discours qui tiennent systématiquement compte de la temporalité. Cette perspective s’appuie désormais sur des traditions bien établies, propose des outils mathématiques ouverts et débouche sur des techniques de visualisation quantifiée. Ces dernières autorisent des comparaisons et, croisées avec des approches plus qualitatives, elles offrent à l’historien la possibilité de poser un regard neuf sur ses données textuelles mais aussi, sans doute, de nourrir par ses réflexions et ses résultats d’autres champs.

Haut de page

Bibliographie

Aigner, Wolfgang, Miksch, Silvia, Schumann, Heidrun & Tomoniski, Christina, Visualization of Time-Oriented Data, Londres, Springer, 2011.

Bengfort, Benjamin, Bilbro, Rebecca & Ojeda, Tony, Applied Text Analysis with Python: Enabling Language-Aware Data Products with Machine Learning, Beijing, O’Reilly, 2018.

Benzécri, Jean-Paul, « Histoire et préhistoire de l’analyse des données. Partie V : L’analyse des correspondances », Les cahiers de l’analyse des données, t. 2, no 1, 1977, p. 9-40.
URL : http://www.numdam.org/article/CAD_1977__2_1_9_0.pdf

Bloch, Vincent, La lutte. Cuba après l’effondrement de l’URSS, Paris, Vendémiaire, 2018.

Brunet, Étienne, « Qui lemmatise, dilemme attise », Lexicometrica, no 2, 2002.
URL : http://lexicometrica.univ-paris3.fr/article/numero2.htm

Charaudeau, Patrick, « Dis-moi quel est ton corpus, je te dirai quelle est ta problématique », Corpus de textes, textes en corpus, no 8, 2009, p. 37-66.
DOI : https://doi.org/10.4000/corpus.1674

Charle, Christophe, Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité. Le temps des idées, Paris, Armand Colin, 2011.

Demonet, Michel, Geffroy, Annie, Gouazé, Jean, Lafon, Pierre, Mouillaud, Maurice & Tournier, Maurice, Des tracts en Mai 68. Mesures de vocabulaire et de contenu, Paris, Armand Colin et Fondation nationale des sciences politiques, 1975.

Desrosières, Alain, « Comment faire des choses qui tiennent : histoire sociale et statistique », Histoire & Mesure, vol. 4, no 3-4, 1989, p. 225-242.

Dosse, François, « Le temps chez les historiens : un impensé ? », Critical Hermeneutics: Biannual Journal of Philosophy, vol. 3, no 1, 2019, p. 11-44.

Guilhaumou, Jacques, « L’historien du discours et la lexicométrie. Étude d’une série chronologique : le “Père Duchesne” d’Hébert (juillet 1793 - mars 1794)] », Histoire & Mesure, vol. 1, no 3-4, 1986, p. 27-46.
DOI : https://doi.org/10.3406/hism.1986.1529

Hammou, Karim, « Des raps en français au “rap français”. Une analyse structurale de l’émergence d’un monde social professionnel », Histoire & Mesure, vol. 24, no 1, 2009, p. 73-108.
URL : https://journals.openedition.org/histoiremesure/3889

Hartog, François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

Koselleck, Reinhardt, Futures Past: On the Semantics of Historical Time, Cambridge, MIT Press, 1985.

Koselleck, Reinhardt, The Practice of Conceptual History: Timing History, Spacing Concepts, Stanford, Stanford University Press, 2002.

Lamassé, Stéphane & Rossi, Fabrice, « Éditorial du numéro spécial : Humanités et statistiques », Journal de la société française de statistique, vol. 158, no 2 : Humanités et statistiques, 2017, p. 1-6.

Lemaire, Benoît, « Limites de la lemmatisation pour l’extraction de significations », Actes des 9es journées internationales d’analyse statistique des données textuelles, Lyon, 2008 (en ligne), 2008, p. 175-732.
URL : http://jadt2008.ens-lsh.fr/spip.php?rubrique109

Mairet, Gérard, Le discours et l’historique : essai sur la représentation historienne du temps, Tours, Mame, 1974.

Marchand, Pascal & Ratinaud, Pierre, « Analyse lexicométrique des tweets sur le #mariagepourtous », communication au colloque « Comprendre les mondes sociaux 2014 », du Labex Structuration des mondes sociaux (SMS), Université Toulouse-Jean-Jaurès, 2014.

Mayaffre, Damon, Paroles de président : Jacques Chirac (1995-2003) et le discours présidentiel sous la Ve République, Paris, Honoré Champion, 2004.

Mayaffre, Damon, « De la lexicométrie à la logométrie », Astrolabe (en ligne), université d’Ottawa, 2005.
URL : http://www.arts.uottawa.ca/astrolabe/articles/art0048/Logometrie.html (consulté le 10 octobre 2011)

Mei, Qiaozhu & Zhai, ChengXiang, « Discovering Evolutionary Theme Patterns from Text : An Exploration of Temporal Text Mining », in KDD’05: Proceedings of the 11th ACM SIGKDD International Conference on Knowledge Discovery in Data Mining, August 2005, 2005, p. 198-207.
DOI : https://doi.org/10.1145/1081870.1081895

Morsel, Joseph, « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste », Revue historique, no 680, 2016, p. 813-868.
DOI : https://doi.org/10.3917/rhis.164.0813
URL : https://www.cairn.info/revue-historique-2016-4-page-813.htm

Papadimitriou, Christos H., Tamaki, Hisao, Raghavan, Prabhakar & Vempala, Santosh, « Latent Semantic Indexing: A Probabilistic Analysis », in PODS ’98 : Proceedings of the Seventeenth ACM SIGACT-SIGMOD-SIGART Symposium on Principles of Database Systems, 1998, p. 159-168.
DOI : https://doi.org/10.1145/275487.275505

Perreaux, Nicolas, « L’écriture du monde (II). L’écriture comme facteur de régionalisation et de spiritualisation du mundus : études lexicales et sémantiques », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. BUCEMA (en ligne), vol. 20, no 2, 2016.
DOI : https://doi.org/10.4000/cem.14452

Peschanski, Denis, Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF : 1934-1936, Paris, Klincksieck (Saint-Cloud), 1988.

Prost, Antoine, « Les mots », in René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Seuil, 1988, p. 255-287.

Rastier, François, La mesure et le grain sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion, 2011.

Reinert, Max « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte », Cahiers de l’analyse des données, no 2, 1983, p. 187-198.
URL : http://www.numdam.org/item/CAD_1983__8_2_187_0/ (consulté le 21 juillet 2021)

Ricoeur, Paul, Temps et récit, t. 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983.

Salem, André, « Segments répétés et analyse statistique des données textuelles », Histoire & Mesure, vol. 1, no 2, 1986, p. 5-28.

Salem, André, « Approches du temps lexical. Statistique textuelle et séries chronologiques », Mots, no 17, 1988, p. 105-143.

Silge, Julia & Robinson, David, Text Mining with R: A Tidy Approach, Beijing, O’Reilly, 2017.

Tripodi, Rocco, Warglien, Massimo, Levis Sullam, Simon & Paci, Deborah, « Tracing Antisemitic Language Through Diachronic Embedding Projections: France 1789-1914 », in Proceedings of the 1st International Workshop on Computational Approaches to Historical Language Change, Florence, Association for Computational Linguistics, 2019, p. 115-125.
DOI : https://doi.org/10.18653/v1/W19-4715

Vijayarani, J. & Geetha, T. V., « Knowledge-Enhanced Temporal Word Embedding for Diachronic Semantic Change Estimation », Soft Computing, vol. 24, no 17, 2020, p. 12901-12918.
DOI : https://doi.org/10.1007/s00500-020-04714-0

Wang, Xuerui & McCallum, Andrew, « Topics over Time: A Non-Markov Continuous-Time Model of Topical Trends », in KDD’06: Proceedings of the 12th ACM SIGKDD International Conference on Knowledge Discovery and Data Mining, August 2006, 2006, p. 424-433.
DOI : https://doi.org/10.1145/1150402.1150450

Haut de page

Notes

1 P. Ricoeur, 1983 ; G. Mairet, 1974 ; J. Morsel, 2016 ; F. Dosse, 2019.

2 F. Hartog, 2003 ; C. Charle, 2011.

3 Nous citons ici W. Aigner et al., 2011, qui, bien qu’ancien, reflète assez bien l’état du traitement du temps dans le domaine de la visualisation.

4 Voir à ce propos P. Charaudeau, 2009. La légitimité de cette approche est parfois encore discutée : voir A. Guerreau, 2004 ; F. Rastier, 2011.

5 C’est l’objectif de la revue Corpus que d’accueillir des réflexions sur cette dimension fondamentale de l’analyse de série textuelle.

6 A. Prost, 1988, p. 279.

7 On peut citer la publication du doctorat de Denis Peschanski reposant sur des éditos de l’Humanité comme reflet de l’évolution du PCF. L’analyse de la temporalité reposait sur une lecture d’effets Guttman dans l’analyse factorielle des correspondances (D. Peschanski, 1988).

8 On trouvera à l’intersection de ces champs les travaux de Vincent Bloch centrés sur le castrisme, et notamment sa thèse de doctorat publiée (V. Bloch, 2018) qui repose sur une approche différente de celle de Serge de Sousa.

9 On peut penser à K. Hammou, 2009, qui propose une modélisation réseau fondée sur les k-cores.

10 C’est un corpus réuni par Jacques Guilhaumou dans le cadre de l’équipe « xviiie siècle et Révolution française » du laboratoire de Saint-Cloud et étudié dans une collaboration entre Jacques Guilhaumou et André Salem, voir A. Salem, 1986 ; J. Guilhaumou, 1986 ; A. Salem, 1988. Le corpus et les analyses ont été déposés sur le site de dépôt Nakala à l’adresse https://nakala.fr/10.34847/nkl.56d4x892.

11 On pourra consulter les manuels anglo-saxons sur le sujet destinés aux data scientists, ou bien encore les ouvrages destinés à la programmation, comme B. Bengfort, R. Bilbro & T. Ojeda, 2018 ; J. Silge & D. Robinson, 2017.

12 Dans l’antiquité gréco-romaine et au début du Moyen Âge pendant la période qualifiée de mérovingienne, le lecteur devait apprendre à identifier des syllabes. Il n’y avait pas avant le viie siècle de moyen d’isoler les « mots » entre eux. Pour le chinois, les syllabes sont marquées, un caractère correspondant à une syllabe, mais la séparation des « mots » reste assez complexe pour l’ordinateur.

13 É. Brunet, 2002 ; D. Mayaffre, 2005 ; B. Lemaire, 2008.

14 Pour s’en convaincre il suffit d’ouvrir n’importe quel manuel de text mining, des logiciels ad hoc Lexico5, Iramuteq, Hyperbase, TXM ou des bibliothèques R.

15 J.-P. Benzécri, 1977. C’est dans le même chapitre qu’il souligne que ces travaux ont trouvé des applications auprès d’historiens comme Antoine Prost.

16 Ces démarches sont anciennes puisqu’on les trouve dans une approche comme celle de J.-P. Benzécri, 1977.

17 Je reprends, ici, le titre d’un article d’Alain Desrosières paru dans Histoire & Mesure et qui reposait le débat de l’usage des statistiques en histoire : A. Desrosières, 1989.

18 A. Salem, 1988.

19 Voir les différents actes des Journées internationales d’analyse statistique des données textuelles (JADT) organisées depuis 1993.

20 Sur les évènements, J. Guilhaumou, 1986 ; et sur les périodisations, M. Demonet et al., 1975.

21 Il existe, toutefois, quelques exemples comme celui de N. Perreaux, 2016, qui propose une analyse du lexique des chartes entre 1150 et 1350. On peut y lire une analyse des cooccurrences d’aqua qui ouvre des pistes quant aux résultats que l’on pourrait attendre de la prise en compte du temps dans l’analyse lexicale.

22 C’est bien ce qu’ont essayé de faire tous les lexicomètres depuis les années 1980, on pensera notamment à la thèse de doctorat de Damon Mayaffre, ou bien à son ouvrage postérieur, Paroles de président. Dans ce dernier, il compare tous les discours des présidents de la Ve République, pour faire émerger la singularité discursive de Jacques Chirac. Ainsi formalisé, le corpus autorise des comparaisons beaucoup plus larges permettant d’envisager les ruptures et les continuités (D. Mayaffre, 2004).

23 M. Reinert, 1983.

24 P. Marchand & P. Ratinaud, 2014. L’importance des représentations, dans cette contribution, rappelle à quel point la visualisation contribue dans ce cadre à la pensée du phénomène.

25 C. H. Papadimitriou et al., 1998.

26 Il existe un certain nombre d’articles sur ces questions. On peut en citer deux qui, bien qu’anciens, reflètent assez bien le besoin d’hybridation des méthodes. Q. Mei & C. Zhai, 2005 ; X. Wang & A. McCallum, 2006.

27 Les auteurs ont fourni des ressources, consultables sur Nakala permettant d’entrer plus facilement dans ces algorithmes en les évaluant. URL : https://nakala.fr/u/collections/10.34847/nkl.8ae1v35l.

28 R. Koselleck, 1985 ; id., 2002.

29 Un exemple de ce type d’approche est lisible dans J. Vijayarani & T. V. Geetha, 2019.

30 Ce projet regroupe trois grandes universités : University of Gothenburg, Chalmers University of Technology, Stockholm University. Voir https://languagechange.org/ [consulté 9 juillet 2021]. Ce groupement a organisé en 2019 le 1st International Workshop on Computational Approaches to Historical Language Change. Dans cet atelier un certain nombre de posters avaient un caractère historique manifeste – pour l’utilisation du word embedding, voir le poster lié à R. Tripodi et al., 2019 (URL : https://languagechange.org/pdf/lchange19/poster_Tripodi.pdf, consulté le 9 juillet 2021).

31 On peut citer en 2020 les Proceedings of the 14th International Workshop on Semantic Evaluation (SemEval 2020), Barcelona (Spain), 12-13 December, Association for Computational Linguistics, 2020, p. 1-23), dont on peut lire le compte rendu en ligne (URL : https ://aclanthology.org/2020.semeval-1.1.pdf). On y trouvera des corpus historiques annotés permettant aux chercheurs de disposer d’un cadre expérimental, sur des corpus anglais, latin, allemand, suédois.

32 L’ensemble des résultats mobilisés dans la démonstration ont été déposés sur la plateforme numérique Nakala. URL : https://nakala.fr/10.34847/nkl.3b8c8cm2.

33 Fréquemment abordée dans Histoire & Mesure, cette question est aujourd’hui interrogée bien au-delà d’une discipline comme l’histoire ; le Journal de la société de statistique de France a consacré un numéro à des exemples d’interdisciplinarité en termes de statistique, S. Lamassé & F. Rossi, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lamassé, « Textométrie et temporalité », Histoire & mesure, XXXVI-2 | 2021, 3-20.

Référence électronique

Stéphane Lamassé, « Textométrie et temporalité », Histoire & mesure [En ligne], XXXVI-2 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/14774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.14774

Haut de page

Auteur

Stéphane Lamassé

Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. E-mail : stephane.lamasse@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search