Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVII-2VariaLe genre des sources

Varia

Le genre des sources

Identifier, catégoriser, quantifier
The Gender of Sources: Identify, Categorize, Quantify
Anton Perdoncin
p. 151-182

Résumés

Que faire lorsque l’enquête est confrontée à des documents, en apparence gender-blind, dans lesquels le sexe n’est ni assigné ni auto-déclaré ? Cet article propose une réflexion sur les modalités de catégorisation du sexe à partir de l’étude des traces du genre dans un registre de population polonais des années 1930. Le repérage précis et systématique et la confrontation de ces traces pose non seulement la question des modalités de construction d’une convention d’équivalence mais aussi de l’intérêt des dissonances, des hiatus et des cas marginaux dans l’analyse sociologique et historique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu de données récoltées et d’une réflexion menée dans le cadre du projet ERC Lubartworld dirigé par Claire Zalc (grant agreement no 818843). Pour plus d’informations, voir le site internet du projet (URL : https://lubartworld.cnrs.fr). Je remercie mes collègues du projet Lubartworld, Claire Zalc, Thomas Chopard, Virginie Durand, Adèle Sutre, Tymoteusz Skowroński et Franciszek Zakrzewski de leurs avis, critiques et suggestions aux différents stades de ce travail. Je remercie également Elsa Favier et Claire Lemercier de leurs relectures précises, ainsi que les relecteurs anonymes de la revue de leurs suggestions d’amélioration du texte.

Texte intégral

  • 1 P.-A. Rosental, 2006.
  • 2 A. Desrosières, 2010.
  • 3 I. About & V. Denis, 2010.

1Les archives des pratiques d’identification et de surveillance des populations recèlent des procédures d’enregistrement administratif et politique des personnes. Examiner les traces du genre produites dans de telles archives interroge les rapports entre auto-identification et logiques d’appartenances familiales ou professionnelles, identification et catégorisation par les institutions1. Utiliser ces traces pour coder le sexe des individus révèle les dimensions indissociablement techniques et politiques de tout codage statistique2. Cet article se place ainsi à la confluence de la sociologie, de l’histoire du genre et de l’identification3 et des recherches sur la construction sociale des catégories statistiques.

  • 4 A. Blum & M. Gribaudi, 1990.
  • 5 É. Brian, 2001.

2Que faire lorsque l’enquête est confrontée à des documents d’archive ou à tout autre type de source écrite (données d’usage big ou non, documents administratifs divers) dans lesquels le sexe n’est ni assigné ni auto-déclaré ? Sur quelles traces peut-on adosser une entreprise de catégorisation ? La démarche exploratoire engagée dans cet article entend se frayer une voie entre réflexions méthodologiques en histoire quantitative sur les sources lacunaires et réflexivité historienne sur la construction des arguments quantitatifs et des catégories4 : la critique de la construction sociale des catégories permet non seulement d’éviter le fétichisme de la source ou des données dites « brutes », mais aussi de mieux compter5.

  • 6 Faisant suite à l’ordonnance du 16 mars 1928 du président de la IIe République de Pologne, Ignacy (...)
  • 7 On emploie le terme de « sexe » pour désigner les différences socialement construites entre mascul (...)

3Lorsque le gouvernement de la jeune république de Pologne décide en 1932 de la création dans l’ensemble des communes de registres de population (Rejestr mieszkanców) et donne obligation aux autorités municipales d’y inscrire l’ensemble de leurs habitants permanents6, le sexe de ceux-ci n’est pas explicitement mentionné. L’information importe pourtant à l’historien et à l’historienne d’aujourd’hui, pour objectiver les différences et les inégalités entre hommes et femmes, ainsi que pour comprendre les effets des rapports sociaux de sexe sur la division du travail productif et reproductif, les migrations avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, ou encore les persécutions et l’extermination dont les populations juives de la ville ont été victimes. Que peut nous apprendre un ensemble documentaire en apparence gender-blind de la façon dont hommes et femmes sont identifiés, catégorisés et surveillés ? Que nous dit-il de la production de différenciations de sexe dans des sources empiriques, ainsi que de la fabrique de catégories – binaires ou non – et de mesures – discrètes ou continues – sexuées à des fins de connaissance sociologique et historique7 ?

  • 8 Le registre de population de la commune de Lubartów alors située dans la Pologne centrale est cons (...)

4L’originalité du cas étudié ici, un registre de population polonais des années 19308, ne tient pas seulement au fait que l’administration n’enregistre ni ne compte le sexe des individus, mais aussi à ce que les indices des appartenances de sexe des individus sont le produit indirect de déclarations des chefs de ménage de la ville auprès des autorités locales.

  • 9 12 % des individus n’ont pas de confession enregistrée.

5Au tournant des années 1930, Lubartów est une petite ville polonaise ordinaire. Située à une trentaine de kilomètres au nord de Lublin, sa population est dense, hiérarchisée et segmentée notamment entre juifs et catholiques, qui composent respectivement 45 % et 53 % des 7 400 personnes enregistrées dans le registre de population en 19329. Juifs et catholiques vivent dans un espace urbain ségrégué où distances sociales et ethniques se combinent à l’échelle de croisements de rues, de petits quartiers, de bâtiments parfois.

  • 10 Le registre s’inscrit dans un continuum de modes d’enregistrement de la population en Pologne dura (...)
  • 11 F. Zakrzewski, 2020.
  • 12 Les formulaires d’enregistrement sont collectés auprès du principal résident du logement. Ils sont (...)

6Trace des pratiques de contrôle et de surveillance différenciées exercées à l’échelle locale et de cette cohabitation éradiquée par l’extermination systématique des habitants juifs de la ville durant la guerre, le registre de population de Lubartów visait initialement, à l’instar des autres registres locaux, à contrôler les mouvements des habitants10 : chaque citoyen polonais était tenu de déclarer officiellement son lieu de résidence, via des formulaires remplis et remis aux autorités locales par les propriétaires ou les locataires principaux du logement11. 11 950 personnes y furent enregistrées entre 1932 et 1944, certaines plusieurs fois en raison de déménagements au sein de la ville, dans dix volumes d’environ 200 doubles pages, chacune décrivant les habitants d’un logement. Le registre est une source nominative, qui consigne des informations d’état-civil (noms de famille, prénoms, noms de jeune fille pour les femmes mariées, dates et lieux de naissance, état-civil des parents), mais aussi la confession (mosaïque ou juive, catholique romaine, chrétienne orthodoxe, gréco-catholique ou évangéliste), la profession, ou encore le statut militaire (pour les hommes adultes). Établi sur la base du lieu de résidence des individus12, le registre mentionne aussi le statut d’occupation du logement de chaque individu, qui exprime généralement le lien entre la personne et le chef de ménage. Instrument de contrôle des mouvements de population, il comporte enfin des informations relatives aux lieux de résidence antérieurs et ultérieurs. Cette archive d’une très grande richesse ne mentionne donc pas explicitement le sexe des individus : aucune colonne n’a été prévue par l’administration statistique de l’État polonais pour que les chefs de ménage déclarent si eux-mêmes ou les personnes avec lesquelles ils cohabitent sont homme ou femme, ni pour pouvoir compter selon ce critère.

  • 13 Comme on le verra infra, les prénoms ne peuvent être utilisés de façon immédiate afin d’identifier (...)
  • 14 Denise Riley citée par J. Scott, 1988, p. 138. La variable « sexe » est de celles qui sont systéma (...)

7Même si le sexe n’est pas une catégorie identificatoire mobilisée dans le registre de population de Lubartów, de nombreuses inscriptions peuvent être lues comme les traces d’une distinction entre hommes et femmes et de la position des individus dans les rapports sociaux de sexe. C’est là l’objet de cet article : afin de catégoriser le sexe des individus, on peut s’appuyer sur une série d’indices qui dénotent le genre, ce qui nécessite d’examiner en détail les cas où ces indices sont manquants ou dissonants13. Ouvrir la fabrique des catégories est alors une des façons dont l’analyse historique peut briser « l’insupportable allure d’éternité de la polarité sexuelle14. »

  • 15 S. Beaud, 1996.

8Cette attention à la façon dont les mots d’une archive dénomment les phénomènes historiques auxquels ils permettent d’accéder est le fruit d’un rapport particulier entre sources et données (Encadré 1). Analogue à l’attention portée par l’ethnographe à ce que les manières de parler disent des attributs sociaux des locuteurs15, elle permet de se demander comment l’appartenance de sexe est dite, par qui et pour qui. Qui sont celles et ceux que l’on ne parvient pas ou mal à catégoriser ? En quoi diffèrent-ils de celles et ceux pour qui les informations sont nombreuses et cohérentes ?

Encadré 1. De la source aux données… et retour

Repérer les traces du genre dans le registre de population de Lubartów n’est possible que parce qu’il a été saisi dans une base de données de façon à conserver scrupuleusement toutes les variations, annotations, corrections, formes grammaticales, etc., en distinguant méthodiquement la saisie du codage. Ce moment de la saisie fait partie intégrante de la chaîne de production des chiffres et du processus d’interprétationa. Prendre en note les irrégularités, saisir au plus près de la source, prêter attention à ses catégories sans les transformer : ce rapport ethnographique aux sources permet une quantification réflexive et autorise par la suite un va-et-vient permanent entre les données et la sourceb.

Concrètement, une équipe de cinq personnes a travaillé collectivement à la saisie du registre pendant environ trois mois, sous la supervision des membres permanents de l’équipe Lubartworldc. Le masque de saisie était constitué de façon à permettre à l’équipe de noter à la fois le contenu des lignes et des colonnes du registre, mais aussi des éléments relatifs à la matérialité des inscriptions (encres utilisées, types de graphie, mots biffés ou ajoutés, notes en marge, etc.). Sans cela, il est impossible de travailler sur les mots et les catégories de la source, ni de repérer des hiatus.

Au cours du travail de repérage et de codage des indices du genre, nous avons fréquemment dû retourner à la source, afin de vérifier certaines inscriptions, parfois corriger d’inévitables erreurs de saisie. Ce processus long et minutieux permet aussi de lier, dans le processus d’interprétation et d’écriture, la production de catégories, d’arguments quantitatifs et les cas individuels.

a. C. Lemercier & C. Zalc, 2021.
b. C. Lemercier & C. Zalc, 2007 ; K. Karila-Cohen et al., 2018.
c. T. Skowroński et al., 2021.

  • 16 V. Carrasco, 2007 ; B. Coulmont, P. Hobeika & E. Ollion, 2013 ; J. D. West et al., 2013 ; J. Chibo (...)
  • 17 A. Blum et al., 1998.
  • 18 A. Desrosières, 2010.

9Lorsque les données le permettent, recourir à une diversité d’indices invite néanmoins à ne pas considérer le codage du sexe comme uniquement instrumental (déterminer le sexe pour décrire la population sous ce critère et objectiver des inégalités ou des discriminations16), mais comme un objet d’investigation à part entière permettant de mieux comprendre la façon dont les individus sont identifiés, et dont leurs attributs sociaux et leurs pratiques sont déterminés par l’état du système de genre (droits et obligations différenciés, rôles sexués dans la maisonnée, ségrégations professionnelles, etc.). L’analyse de la sémantique des catégories par lesquelles s’exprime le genre est une invitation à réfléchir aux critères permettant de repérer les traces du masculin et du féminin, et les cas de non-identification ou d’identification discordante, multiple. Elle rappelle aussi que « compter l’autre17 » est une opération indissociablement cognitive et sociale, scientifique et politique : s’il faut savoir « enlever ses lunettes » pour examiner les conventions qui fondent et font tenir les comptages, la mise en catégorie et la comparaison des individus18, alors les lunettes du genre sont de celles qu’il est malaisé d’ôter.

10En repérant les traces du genre dans le registre de population d’une petite ville polonaise des années 1930, on peut alors non seulement construire une variable « sexe » mais aussi mieux comprendre le processus par lequel les individus sont identifiés par une administration locale, sous domination allemande à partir de l’automne 1939, soucieuse du contrôle des mouvements de sa population. Ce faisant, c’est le statut de la variable « sexe » qui est questionné, ainsi que l’historicité des zones floues et des cas ambigus, et les modalités de l’analyse des effets sociaux des identifications et des assignations de sexe dans l’enquête socio-historique.

11On explicitera dans un premier temps la façon dont ont été repérés divers indices du genre dans le registre de population et comment ceux-ci ont été utilisés pour construire une convention d’équivalence. Ensuite, en examinant les cas d’assonance (les individus cumulent des indices exclusivement masculins ou féminins), de dissonance (les individus cumulent des indices masculins et féminins) et de non-catégorisation (aucun indice ne peut être repéré) générés par ce codage, on montrera ce que les manques, les flous et les discordances disent non seulement du travail du sociologue et de l’historien face à ses sources, mais aussi du processus d’enregistrement et d’identification des populations en Pologne à la veille et durant la Seconde Guerre mondiale, et des savoirs construits par les appareils d’État sur les populations.

1. Traces du genre

12Lubartów, le 17 juillet 1937. Szloma Szuchandler n’est âgé que de trois semaines lorsqu’un fonctionnaire l’inscrit au registre des habitants permanents de la ville. L’appartement 6 du 53 rue Lubelska où réside Szloma est le lieu de vie et de cohabitation de plusieurs générations d’une famille dont tous les membres sont dits juifs. En plus des parents de Szloma, de leur fille (córka) Sura (née en 1933) et de leur fils (syn) Mojsze-Lejbuś (né en 1935), on y trouve le grand-père paternel de Szloma, Rafał Szuchandler, maçon à son compte et propriétaire du logement, son autre fils et sa fille. De la mère de Szloma, Dina Szuchandler, on connaît son nom de jeune fille, Gluz. Née en 1904 à Włodzimierz, d’où elle arrive en août 1932 pour s’installer avec son mari, elle est enregistrée comme la belle-fille (synowa) de Rafał. Le père de Szloma (mari de Dina et fils de Rafał), Chaim-Jojna, ainsi que son frère Joel-Srul accomplissent tous deux leur service militaire à Chełm, mais alors que ce dernier quitte Lubartów en mai 1939, Chaim-Jojna décède le 17 janvier 1942, trois mois avant que le reste de la famille soit « expulsée » ou « déplacée » : wysiedlony pour les hommes, wysiedlona pour les femmes et les filles sont les inscriptions ajoutées au crayon à papier aux dernières colonnes du registre qui, accolées à la date du 9 avril 1942, documentent sans la nommer explicitement une des principales déportations orchestrées par les autorités d’occupation allemandes des juifs de Lubartów vers les sites d’extermination.

13Relations de parenté et d’alliance entre occupants du logement, professions, mentions de noms de jeune fille ou d’états de service militaire, indications diverses relatives aux migrations et aux déplacements volontaires ou forcés, les inscriptions portées au registre indiquent trois types de traces du genre : des catégories juridiques (conjugalité et parenté officielle, service militaire par exemple), des formes grammaticales (terminaisons des mots dans une langue à déclinaison) et des catégories de la pratique (professions, liens de corésidence). Ces indices ont été laissés par les fonctionnaires locaux, sous autorité polonaise puis allemande après l’invasion de l’automne 1939, qui ont consciencieusement reporté sur les grandes double-pages du registre les événements jalonnant les vies des habitants de Lubartów et les transformations de sa population. Ils témoignent autant des pratiques administratives de surveillance et, dans le cas des juifs, de persécution et d’extermination, que des diverses façons de dire le genre dans la Pologne des années 1930.

Administration gender-blind ou omniprésence du genre ?

  • 19 Les listes nominatives et les bulletins individuels de recensement rassemblés par Alain Blum, Cath (...)
  • 20 M. Blanchard, S. Orange & A. Pierrel, 2017, p. 81.

14L’absence d’identification par sexe dans un registre de la part d’un État cherchant à connaître et contrôler sa population peut surprendre, vue depuis la France, où le sexe est une des catégories d’identification les plus stables, inscrite dans le saint-des-saints de la statistique socio-économique et démographique qu’est le recensement de la population française19, ainsi que dans un grand nombre de formulaires administratifs. Cette omniprésence du sexe comme catégorie identificatoire a pourtant de notables exceptions. En effet, si les bulletins individuels de recensement enregistrent le sexe, ce n’est pas le cas, en France, des listes nominatives établies par adresse, qui comportent les noms, prénoms, dates de naissance et professions des habitants du logement. Comme si, en France comme en Pologne, le fait de passer de l’individu au logement ou à l’échelle du ménage ou de la famille, en faisant apparaître implicitement les relations domestiques entre individus, permettait de faire l’économie de l’identification par sexe : être « femme de » ou « fille de » suffit à dire et le sexe et la position dans les relations d’alliance et de filiation. Hors du recensement, d’autres cas questionnent l’omniprésence du sexe, comme les bulletins de notes et les dossiers scolaires des élèves, qui ne peuvent être « genrés », par les chercheuses et les chercheurs qui les étudient, qu’en s’appuyant sur des marques grammaticales (« née le » vs « né le »)20.

  • 21 En témoignent les formulaires des recensement polonais de 1921 et 1931 disponibles, là encore, sur (...)
  • 22 M. Labbé, 2019.
  • 23 AEL, 35:43:0:7:22-33. Ce registre, antérieur à celui qui est discuté dans cet article, est actuali (...)
  • 24 AEL, 35:43:0:3:4:524-531.

15Dans le cas polonais, le sexe est enregistré lors des recensements de 1921 et de 193121, moments importants de la solidification du jeune État polonais22. En revanche, ni le registre de contrôle des mouvements de la population établi à l’occasion du recensement général de la population de 192123, ni les formulaires de demande de carte d’identité des années 193024, ni les actes de décès ne prévoyaient d’enregistrement du sexe. Variable démographique, le sexe n’apparaît pas comme une catégorie pertinente lorsqu’il s’agit de contrôler les lieux de résidence et de surveiller les mouvements et les transformations de la population. Plus généralement, la présence ou l’absence de catégories d’identification dans certaines archives est sans doute, pour les acteurs de l’époque, moins due à la nature intrinsèque de l’information qu’aux objectifs politiques et aux usages sociaux des documents considérés.

16L’un des intérêts du registre de population de Lubartów réside dans les inscriptions qui s’ajoutent à l’enregistrement initial des individus lors de l’ouverture du registre en 1932. Ces couches successives notées jusqu’à la fin des années 1940 par divers agents de l’administration polonaise, puis par les autorités d’occupation polonaise et allemande, témoignent des déménagements au sein de la commune, des naissances et des décès, des mariages et des départs, et matérialisent l’intensité et la précision du travail administratif de surveillance et de contrôle de la population. Ces marques, laissées au crayon ou à l’encre bleue, rouge ou noire, contribuent à faire de ce registre une documentation vivante de la dynamique sociale et démographique de la population de Lubartów. Elles peuvent être mobilisées afin d’identifier et de coder le sexe. Absence de mention explicite du sexe des individus ne signifie en effet pas absence de toute information sexuée. L’enjeu consiste ainsi à collecter une série de traces du genre afin de construire une catégorisation, à partir d’une étude minutieuse des attributs sociaux des individus enregistrés, ainsi que de la sémantique et des formes linguistiques utilisées par les agents ayant collecté puis reporté ces informations sur les grandes double-pages du registre.

Ce que le droit nous dit du genre

17Maria Baranowska, née Radjonow le 22 juillet 1905 à Czarny-Jar, vit avec son fils Jakub Baranowski, né à Wola Uhruska en 1929. C’est de ce village (dans l’actuelle Ukraine), à 90 km à l’est de Lubartów, qu’elle arrive avec son fils en novembre 1936 et s’installe au 11 rue Jacek, avec son conjoint Antoni Janczak, ouvrier à la verrerie de Lubartów. Les traces du genre de Maria se cumulent : son prénom, certes, évoque immédiatement le féminin, mais aussi son nom de jeune fille et son statut matrimonial de femme mariée (mężatka), qui est barré et remplacé par « divorcée » (rozwiedziona). Ces caractéristiques la distinguent nettement, sous le critère du genre, d’un autre individu du registre, Icek-Ajzyk Grzebień, né en 1893 à Ostrów Siedlecki dans le district voisin de Lubartów, peintre en bâtiment, ayant réalisé son service militaire à Chełm. En juillet 1932, lorsqu’il est inscrit au registre, Icek-Ajzyk vit au 9 rue Żabia, dans un appartement dont Nachemja Rozengarten est propriétaire. Icek-Ajzyk est enregistré comme gendre (zięć) de ce dernier.

  • 25 Nom de jeune fille et statut marital ne se recoupent pas nécessairement : parmi les 2 354 personne (...)
  • 26 Ces catégories juridiques définissent des droits et des obligations différenciées pour les personn (...)

18Maria et Icek-Ajzyk peuvent être « genrés », outre les prénoms, en s’appuyant sur des catégories juridiques qui décrivent leurs rapports à l’institution militaire, pour les hommes, et leur inscription dans des liens matrimoniaux ou conjugaux. Ceux-ci peuvent être repérés de deux façons : par l’enregistrement d’un nom de jeune fille ou par la mention d’un statut matrimonial ou conjugal25. Ce dernier indice n’est globalement que de peu de secours pour le codage du sexe. En effet, pour plus de 7 600 individus (63 % de la population inscrite au registre) aucune information relative à leur statut matrimonial ou conjugal n’est disponible. Quant aux 4 350 personnes restantes, près de 3 700 sont enregistrées sous une forme neutre abréviée (małż.) suivie du nom et du prénom du conjoint ou de la conjointe. On parvient tout de même à distinguer 339 veuves, 6 conjointes, 1 femme divorcée et 12 femmes mariées. Les intitulés masculins sont extrêmement rares : 98 veufs et 16 hommes mariés26.

Saisir le genre par la corésidence

  • 27 Cet oxymore rappelle les limites de l’enregistrement administratif de la conjugalité et le caractè (...)
  • 28 En anticipant un peu sur le résultat du codage, on peut indiquer que 83,5 % des individus enregist (...)

19Catégories de la pratique non-juridiques, les liens entre individus résidant dans un même logement permettent aussi de repérer des traces du genre. L’investigation des statuts d’occupation enregistrés interroge la façon dont le genre est exprimé dans un registre de population, dont il fait sens pour nommer et définir les positions sociales occupées par les individus (Tableau 1). Travailler sur les libellés genrés d’occupation du logement permet ainsi d’accéder aux divisions sexuées des tâches, des rôles et des positions dans la maisonnée. Quel que soit le genre, le statut d’occupation le plus fréquent renvoie au lien de filiation. Concernant les intitulés féminins, les second et troisième liens les plus fréquents sont matrimoniaux ou conjugaux : 1 783 personnes sont enregistrées comme « épouse » et 153 comme « épouse non mariée27 ». Cette double prééminence de la filiation et du matrimonial est un effet du mode d’enregistrement des individus par logement en fonction du chef de ménage, propriétaire ou locataire principal du logement, le plus souvent un homme d’âge adulte28. La liste des statuts d’occupation renseigne sur les liens de corésidence, qui distinguent (petits-)fils et (petites-)filles, (beaux-)frères et (belles-)sœurs, neveux et nièces. Les positions dans les liens de parenté sont genrées, de même que la composition des maisonnées : lorsque des relations économiques existent au sein de la maisonnée, il s’agit plus fréquemment de travailleurs domestiques (60 cas) que de travailleuses (8 cas). En revanche, la présence dans la maisonnée d’ascendants est bien plus souvent désignée au féminin : ce sont les mères et les belles-mères (respectivement 78 et 61 cas) qui vivent chez leurs enfants.

20Les intitulés non catégorisables ne sont pas marginaux : ils concernent plus de 2 900 individus dont la désignation de la position dans la maisonnée est « neutre » du point de vue du genre. C’est notamment le cas du statut de locataire principal, ainsi que de celui de propriétaire du logement et de membre de la famille, ainsi que de leurs formes abréviées qui ne permettent pas de savoir s’ils désignent des hommes ou des femmes.

Tableau 1. Statuts de résidence les plus fréquents selon le genre catégorisé et non catégorisé des libellés

Tableau 1. Statuts de résidence les plus fréquents selon le genre catégorisé et non catégorisé des libellés

Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).

Lecture.
3 241 individus sont enregistrés comme fils du chef de ménage, soit 27,1 % de la population.

Déclinaisons et genre grammatical

21La société lubartowienne est ainsi traversée de divisions de genre quant à l’organisation des foyers et des tâches domestiques. Elle est aussi travaillée de multiples mouvements, internes et externes, qui composent les trajectoires résidentielles et migratoires des habitants de la ville. Des traces du genre peuvent être repérées dans les formes grammaticales des mots utilisés afin de décrire et de qualifier ces mouvements. C’est le cas, par exemple, de Helena Danielkiewicz, née à Lubartów le 18 septembre 1906. Enregistrée au domicile de ses parents au 75 rue Lubelska en juillet 1932, elle déménage (wyprowadziła) au 38 rue Browarna, le 10 octobre 1939, pour s’installer avec Michał Dessauer, sa fille, ses quatre enfants, la femme et les deux enfants de l’un des fils de Michał.

22Cette attention portée à la façon dont le genre se manifeste dans les mots et les catégories du registre est ainsi facilitée par le fait que le polonais est, comme l’ensemble des langues slaves, une langue à déclinaisons. Certaines terminaisons nominatives dénotent ainsi nécessairement le masculin ou le féminin. C’est le cas, dans le registre, de termes qui désignent le mouvement, le déplacement ou la mort. Il s’agit toujours d’annotations ajoutées par des agents locaux, au cours des années 1930 et 1940, afin de mettre à jour le registre. Certaines de ces annotations ont d’ailleurs une signification historique toute particulière, car elles désignent les mouvements volontaires ou forcés de populations juives après l’invasion de la Pologne par les armées allemandes : le terme « déplacé/e » (wysiedlony/a) signifie « déporté/e », alors que le terme « parti/e » (wyjechał/a) désigne souvent des individus qui fuient devant l’avancée des troupes nazies.

23On repère ces termes par leur terminaison en -a pour le féminin (wyprowadziła/przeprowadziła isię : elle a déménagé ; zmarła : elle est morte ; wysiedlona : déplacée ; wyjechała : elle est partie ; zapisana : inscrite ; zamieszkała : installée ; przeniesiona : transférée) et en -y pour le masculin (wysiedlony : déplacé ; zapisany : inscrit ; przeniesiony : transféré). On apprend par exemple que Lejbuś-Wolf Rokbrand, né en août 1902 à Lubartów et enregistré en juin 1932 avec l’ensemble de sa famille, quitte Lubartów pour la Palestine en novembre 1934. La dernière colonne de commentaires généraux (uwagi) indique qu’il est inscrit à nouveau au registre (zapisany) en janvier 1936, après un séjour au Brésil, à Rio de Janeiro. Lejbuś-Wolf décède à Lubartów le 12 décembre 1941 ; la même page du registre indique que son épouse Czarna est déportée (wysiedlona) le 9 avril 1942 en même temps que ses deux fils et ses deux filles. On peut enfin distinguer hommes et femmes selon la déclinaison de leur nom de famille, ceux qui se terminent en -cka ou -ska désignant des femmes, en -cki ou -ski des hommes.

Les dentistes, les propriétaires et la mendiante

24Porter attention à la grammaire du genre permet aussi d’arpenter l’espace socioprofessionnel de la ville. Les 800 libellés de profession différents déclarés par les Lubartówiens et les Lubartówiennes lors de leur enregistrement fournissent un support possible à la catégorisation. Par exemple, parmi les quatre dentistes de Lubartów, Cywja Celjon et Rojza-Ruchla Laks sont enregistrées comme dentystka (dentiste, au féminin). La forme féminine de la profession donne alors un indice que n’apporte pas sa forme masculine : la forme lekarz-dentysta (médecin-dentiste au masculin) peut s’appliquer à la fois à Kazimiera-Halina Wąs, née en 1904 à Ciechanow, épouse de Piotr-Henryk Wąs, staroste du powiat de Lubartów, et à Morduch Krajnowicz, né en 1874 à Liela, époux de Malka (née Lewita) avec qui il s’installe à Lubartów en 1934.

  • 29 M. Maruani, 2001.

25Comment et à quelles conditions peut-on alors utiliser les professions comme indices du sexe des individus ? On ne peut, bien entendu, s’en remettre à une forme de sociologie spontanée attribuant aux hommes des métiers d’hommes et aux femmes des métiers de femmes. Mais en partant de la source et de sa grammaire spécifique, il est possible de repérer des indices. Diverses occupations professionnelles peuvent être dites au masculin et au féminin. Si ouvrier (robotnik) se distingue d’ouvrière (robotnica), fonctionnaire au masculin (urzędnik) de sa forme féminine (urzędniczka), commerçant (handlarz) de commerçante (handlarka), rien ne permet toutefois de s’assurer a priori que la forme masculine ne soit pas utilisée comme une dénomination générique, un « neutre masculin29 » applicable aussi bien aux hommes qu’aux femmes. La forme masculine serait alors aussi bien un indice du fait qu’une profession ou un métier est construit comme masculin, qu’une forme neutre utilisée par l’administration pour identifier les individus selon leur profession ou leur statut socio-professionnel. C’est le cas des dentistes, on l’a vu. C’est aussi le cas de la forme masculine własciciel nieruchomosci (propriétaire de biens immobiliers) pouvant désigner aussi bien Antonina Charęzinska née Brzezinska et Juljanna Nikodemska née Kubera, toutes deux enregistrées comme veuves (wdowa), que Jakob-Mordko Lichtenfeld pour qui l’on dispose d’un indice masculin (service militaire à Chełm). C’est encore le cas de la profession de pharmacien (magister farmacji) qui qualifie la profession de Helena Gawęcka, née Belcarz, mariée à (mężatka) Henryk Gawęcki, et de Leonard-Stanislaw Derecki, marié (małż.) à Maria née Pic de Replonge, enregistré comme gendre (zięć) du père de son épouse et ayant réalisé un service militaire à Lublin. Quant aux époux Zofja et Władysław Pietowski, ils sont tous deux enregistrés comme photographes (fotograf), Zofja née Hartwig étant en outre identifiée comme femme (żona) de Władysław.

26Le fait que certaines professions soient dites au féminin dans la source est un indicateur des clivages de genre qui divisent les mondes du travail et l’espace des positions sociales de Lubartów (Tableau 2). 64 femmes sont ainsi désignées – c’est le libellé féminin le plus fréquent – comme propriétaires de biens immobiliers (włascicielka nieruchomości), devant les travailleuses journalières (robotnica-wyrobnica), les ouvrières (robotnica) et les servantes (służąca). Un libellé n’existe qu’au féminin : celui de mendiante (żebraczka). C’est ainsi qu’est enregistrée Marianna Wojtił, sans confession, née en 1866 à Boguszów et sous-locataire de Kazimierz Gawroński, boulanger, qui vit avec sa femme et leurs deux enfants au 3 rue Kościuszki. Elle arrive à Lubartów en février 1937 et y décède en octobre 1938.

27Cette approche des professions par le genre contribue ainsi à la description socio-historique des mondes professionnels et de la division sexuée du travail. La comparaison des libellés masculins et féminins fait d’abord ressortir la très forte assignation des femmes à une position subordonnée dans l’espace domestique : 1 970 personnes sont identifiées comme « auprès du mari », catégorie qui n’a aucun équivalent masculin. Quant aux catégories « propriétaire de l’immeuble », « auprès de l’homme non marié », « hôtesse, logeuse ou ménagère », « femme au foyer, maîtresse de maison » se rapportant aussi essentiellement à l’espace domestique, elles disent l’importance de la situation familiale et domestique dans l’identification de l’emploi féminin.

28Par-delà l’assignation domestique et familiale, les libellés masculins et féminins renvoient aussi pour partie à des mondes professionnels disjoints et une inégale intégration dans le salariat et les mondes professionnels de l’indépendance. Du côté masculin l’artisanat et les mondes ouvriers notamment qualifiés ; du côté féminin le travail domestique, le soin des personnes et le nettoyage. Ces divisions ne sont certes pas absolues : il y a des ouvrières et des ouvriers, des journaliers et des journalières sans qualification, des fonctionnaires au féminin comme au masculin, des commerçantes et des commerçants. Mais ces libellés symétriques ne disent rien des positions occupées et des tâches effectuées et ne permettent donc pas à eux seuls de mener l’analyse – qui excède les limites de cet article – de la ségrégation et de la hiérarchisation des métiers. Les cas de non-catégorisation concernent essentiellement des libellés désignant des relations de dépendance au sein de la parentèle, sans doute liées à l’âge : enfants « auprès » de leurs parents, personnes âgées « auprès du fils » ou « auprès de la fille ».

Tableau 2. Libellés de profession les plus fréquents selon le genre

Tableau 2. Libellés de profession les plus fréquents selon le genre

Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).

Lecture.
275 individus sont enregistrés comme maçon, soit 2,3 % de la population.

* La catégorie « auprès de l’homme non marié » correspond dans 90 % des cas au statut d’occupation du logement « épouse non mariée », i. e. à des unions sans reconnaissance officielle dans le registre.

2. Assonances, dissonances et zones de flou

  • 30 L. Thévenot, 1979, p. 18.

29Nom de jeune fille, états de service militaire, statuts d’occupation du logement, matrimonial ou conjugal, terminaisons et déclinaisons, professions : qu’obtient-on si l’on confronte et combine ces différents critères ? Repérer les traces du genre dans un document ou un ensemble documentaire permet d’élaborer une catégorisation qui n’écrase ni les singularités, ni les dissonances, ni les zones de flou autour des chiffres. Mais « ce n’est qu’à condition d’exhiber les opérations par lesquelles est produite la représentation statistique30 » que l’on peut mettre au jour ce que la catégorisation doit aux opérations politiques et administratives d’identification et produire des catégories utiles à l’analyse sociologique et historique.

Confronter les traces du genre pour coder le sexe

30Un premier enseignement peut être tiré de la confrontation des traces du genre : aucune prise isolément ne saurait suffire (Tableau 3). Le statut d’occupation du logement est, de loin, l’information qui comporte le plus de traces du genre : 75 % des individus peuvent être catégorisés selon ce critère. Au cœur d’un registre de population dont l’unité de collecte des informations est le logement, les relations entre individus cohabitants sont à la fois bien renseignées (la colonne n’est laissée vide que pour 13 individus sur 11 950) et exprimées de façon différenciée selon le sexe des personnes : les mots pour dire la parenté et la corésidence sont fortement genrés. Concernant les autres critères, le taux de non-catégorisation varie entre 76 % et plus de 96 %. Les professions, le nom de jeune fille, et les états de service militaire sont à peu près aussi efficaces pour coder un sexe masculin ou féminin : on catégorise à chaque fois environ un cinquième de la population.

31Si l’on excepte les trois critères qui, par définition, ne permettent de coder que du masculin (service militaire) ou que du féminin (nom de jeune fille et profession), on observe que les critères liés à la sphère domestique et familiale sont nettement plus efficaces pour coder du féminin : le statut d’occupation du logement permet de coder du féminin dans 44,5 % des cas (masculin 31,1 %), le statut matrimonial et conjugal dans 3 % des cas (masculin 1 %). L’identification des femmes dans le registre de population de Lubartów passe par leur assignation au travail domestique ainsi qu’aux rôles d’épouses, de filles ou de sœurs. Les terminaisons et déclinaisons des adjectifs et des noms permettent aussi de coder plus fréquemment du féminin, sans que cela témoigne cette fois-ci d’une logique d’identification ou d’assignation : la terminaison -a qui dénote du féminin est plus fréquente que la terminaison masculine -y.

Tableau 3. Indices et catégorisation du sexe

      Masculin           Féminin      Non catégorisé 
N % N % N %
Nom de jeune fille - - 2 409 20,2 9 541 79,8
États de service militaire 2 363 19,8 - - 9 587 80,2
Statut d’occupation du logement 3 716 31,1 5 315 44,5 2 919 24,4
Statut matrimonial et conjugal 114 1 364 3 11 472 96
Accord adjectifs ou noms 166 1,4 974 8,2 10 810 90,5
Déclinaison noms de famille 1 560 13,1 1 308 10,9 9 082 76
Profession - - 2 632 22 9 213 77,1

Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).

Lecture. Le repérage du nom de jeune fille permet de coder comme féminines 2 409 personnes, soit 20,2 % de la population.

Comment coder ?

32Pour chaque individu du jeu de données, il est possible de compter le nombre d’indices masculins et féminins repérés et de représenter l’ensemble de ces comptages sous la forme d’une matrice (Tableau 4) qui permet de visualiser les configurations assonantes (indices masculins ou féminins uniques), dissonantes (mélanges d’indices masculins et féminins) et les cas de non-catégorisation (aucun indice ni masculin ni féminin). On remarque ainsi que les configurations assonantes sont très nettement majoritaires : 5 895 individus cumulent au moins un indice féminin (et aucun indice masculin), soit 49,3 % de la population. À l’opposé, 5 482 individus cumulent au moins un indice masculin (et aucun indice féminin), soit 45,9 % de la population. Les traces repérées et les critères de codage adoptés codent donc mieux les individus féminins assonants que les individus masculins assonants. Plus encore, le cumul de plus de deux critères est plus fréquent pour le pôle féminin que pour le pôle masculin, effet de l’usage de marqueurs grammaticaux et de la mise de côté du neutre masculin. Ces configurations assonantes ne sont toutefois pas les seules : 549 (4,6 %) individus n’ont aucun indice ni de masculin ni de féminin, alors que 21 individus cumulent un ou deux indices de masculin et de féminin.

  • 31 Des débats existent par exemple en psychologie clinique quant à la pertinence d’échelles continues (...)
  • 32 Afin d’étudier les mobilités socioprofessionnelles de femmes énarques, Elsa Favier propose de mesu (...)

33Masculin assonant, féminin assonant, non catégorisé, dissonant : l’observation de la distribution de ces quatre configurations justifie un codage qui distingue de façon binaire deux catégories nettement prédominantes (masculin et féminin). D’autres choix de codage sont toutefois possibles. Si le nombre de cas dissonants avait été plus fort, il aurait sans doute été intéressant de comparer ce codage discret à une échelle continue mesurant des degrés de féminité ou de masculinité31. Le repérage des indices du genre peut aussi servir à construire des échelles diverses, permettant de décrire des positions de genre relatives à la maternité ou la paternité, à la conjugalité, aux professions, etc.32 La question demeure de savoir que faire des cas non catégorisés et dissonants. Est-il possible de réduire le nombre d’individus qui échappent à la catégorisation ? Quant aux cas dissonants, leur examen permettra de mettre en évidence certains hiatus dans la source, attribuables à des erreurs d’enregistrement… ou à des tactiques d’autodéclaration.

Tableau 4. Matrice des assonances et des dissonances

Féminin 0 Féminin 1 Féminin 2 Féminin 3 Fém. 4 Fém. 5 Ensemble
Masculin 0 549 2 186 1 254 1 624 746 85 6 444
Masculin 1 3 366 20 1 1 - - 3 388
Masculin 2 1 826 2 - - - - 1 828
Masculin 3 285 - - - - - 285
Masculin 4 5 - - - - - 5
Ensemble 6 031 2 208 1 255 1 625 746 85 11 950

Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).

Lecture. 549 individus ne sont jamais codés, ni comme masculin ni comme féminin, alors que 3 366 individus ont un indice masculin et aucun indice féminin.

Utiliser les prénoms pour affiner le codage

  • 33 B. Coulmont, 2014 [2011].

34Affiner la mesure en réduisant le nombre d’individus non catégorisés passe par la mobilisation d’un critère laissé de côté jusqu’à présent : les prénoms. Cywja, Marianna ou Sura, Mojsze-Lejbuś, Szloma ou Kazimierz : tous les individus du registre sont identifiés par au moins un prénom, dont le caractère genré semble transparent (du moins à des personnes accoutumées aux prénoms polonais). Les prénoms pouvant être construits comme des indicateurs de phénomènes sociaux, dans l’analyse sociologique, et notamment comme indicateurs du sexe des individus33, on pourrait utiliser des listes de prénoms polonais comme indices complémentaires.

  • 34 J. Chibois, 2014 ; B. Coulmont, P. Hobeika & E. Ollion, 2013 ; J. D. West et al., 2013 ; V. Carras (...)
  • 35 L. Blévis, 2003 ; G. Felouzis, 2003.
  • 36 M. D. Béra, 2011. Pour une critique de ces usages du prénom comme du patronyme pour assigner une o (...)

35C’est d’ailleurs une procédure couramment utilisée afin d’assigner un sexe à des individus. Ainsi, des travaux sociologiques consacrés aux biais de genre dans les publications scientifiques confrontent, en se fondant sur des données bibliométriques, les recherches en sciences sociales sur le genre au défi posé par la disponibilité de données d’usage, parfois massives ou big, qui ne comportent pas de mention explicite du sexe des individus34. L’identification et la catégorisation par sexe repose alors sur un procédé d’inférence à partir du prénom. En comparant les prénoms du jeu de données à une ou plusieurs autres bases de données – souvent des données de la statistique publique (état-civil, sécurité sociale…) – qui associent prénoms et sexe, les auteurs obtiennent des jeux de probabilités d’appartenance des prénoms de leur jeu de données à l’une ou l’autre des catégories de sexe. Un sexe unique est alors assigné à chaque individu du jeu de données. Lorsque la probabilité est univoque (tous les porteurs du prénom sont de même sexe), le codage est évident. Dans le cas de prénoms épicènes, i. e. pouvant être masculins ou féminins sans variation de forme, le codage est réalisé selon la catégorie pour laquelle la probabilité est la plus forte. Les cas de non-attribution par impossibilité de calcul de probabilités (prénoms absents des données de référence, notamment) sont généralement mis de côté, considérés comme des non-réponses et, de fait, exclus des données. Ces techniques onomastiques opèrent ainsi une triple réduction afin de parvenir à catégoriser le sexe : réduction du flou des catégories de sexe à une bicatégorisation usuelle, réduction de l’identité sexuée des individus à leur prénom, et réduction de la diversité et de l’incertitude des données par la mise de côté des cas non attribuables à l’une ou l’autre des deux catégories et l’attribution des prénoms épicènes à la catégorie la plus probable. Ces problèmes ne sont d’ailleurs pas sans rappeler ceux soulevés par l’usage de méthodes onomastiques pour attribuer une appartenance ethnique ou culturelle supposée à des individus35. Si le prénom porté par un individu peut comporter des indications quant à son appartenance sexuée, nationale, ethnique ou religieuse, il est aussi possible que l’assignation potentielle qu’il contient en germe se retourne en un usage stratégique, en fonction des contextes, des moments de la trajectoire d’une personne et des fluctuations de son identité, comme le montre l’exemple célèbre des changements de prénoms de David/Émile Durkheim36.

  • 37 Mobilisable dans le logiciel R grâce à une fonction, développée par Baptiste Coulmont et Pierre Me (...)

36L’approche proposée ici consiste à intégrer l’inférence du sexe par le prénom à une démarche multicritères. Une difficulté demeure : l’absence de données polonaises de l’entre-deux-guerres permettant de calculer des probabilités d’appartenance des prénoms des Lubartówiens et des Lubartówiennes à des catégories de sexe. Des données historiques existent, qui auraient pu permettre de comparer les prénoms de nos données à des prénoms contemporains. On pense au recensement américain, aux données de sécurité sociale américaines, ou encore au fichier historique de la base prénoms de l’Insee37. Du fait des intenses migrations intra-européennes et transatlantiques, ces données comportent un certain nombre de prénoms de personnes nées en Europe de l’Est et en Pologne, mais on est alors confronté à un double problème : d’une part les variations orthographiques des prénoms (redoublées par les problèmes de translittération du Yiddish des prénoms de personnes de confession juive) réduisent la qualité de l’appariement et, d’autre part, ils introduisent un biais de sélection, car ces prénoms sont une trace laissée dans les données administratives d’individus migrants, dont les caractéristiques sont bien spécifiques, et qui n’auraient pas changé de prénom au cours de la migration et de l’installation dans le pays d’accueil. Des listes contemporaines de prénoms masculins et féminins sont aussi disponibles, mais outre l’anachronisme, les prénoms qui y demeurent sont le produit du processus que l’on cherche à étudier : l’extermination de la quasi-totalité des juifs de Pologne a radicalement modifié le stock des prénoms utilisés.

37Afin de pallier ces problèmes, une liste de prénoms sexués a été constituée d’après les autres critères internes au registre de population de Lubartów. Ces prénoms sont utilisés dans un second temps pour caractériser le sexe des individus non catégorisés. En considérant comme masculins (réciproquement féminins) les prénoms des individus assonants, i. e. cumulant exclusivement des indicateurs masculins (réciproquement féminins), on obtient deux listes de 1 798 prénoms masculins et 1 714 prénoms féminins. En affectant aux individus le sexe de leur prénom, parmi les 549 individus non catégorisés, on parvient ainsi à coder 497 individus comme masculins et 39 individus comme féminins. Le nombre d’individus non catégorisés tombe à 13.

Encadré 2. Des prénoms épicènes en Pologne dans les années 1930 ?

Les 11 950 individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów portent 3 613 prénoms distincts. Lors des discussions au sein de l’équipe du projet Lubartworld, nos collègues polonophones étaient formels : il n’existe pas plus aujourd’hui qu’il n’existait hier de prénom épicène en polonais. Pourtant, 12 prénoms sont portés à la fois par des individus assonants masculins et assonants féminins. Qu’est-ce à dire ? Certains prénoms, comme Zygmunt, Kazimierz, Chaja, Jankiel ou Berek appartiennent à plusieurs dizaines d’individus, les trois premiers de cette liste faisant partie des prénoms les plus fréquemment attribués. Pour ces prénoms forts, les dissonances sont exceptionnelles : 74 Zygmunt masculins contre 1 Zygmunt féminine, 35 Chaja féminines contre 1 Chaja masculin. Les autres prénoms, plus rares, n’appartiennent qu’à une ou deux personnes, cinq au plus. On s’en doute, il s’agit de cas d’erreurs ou de discordances internes à la source : l’examen des prénoms mixtes nous met sur la piste des hiatus entre enregistrement administratif et pratiques d’auto-identification. Il pointe aussi à la fois l’efficacité et les limites de la méthode onomastique, selon les contextes et les types de données mobilisées.

  • 38 Ces deux cas sont codés comme « dissonants », de même que six autres cas de hiatus, correspondant (...)
  • 39 J. Butler, 2012.

38L’usage des prénoms ne permet pas seulement d’attribuer un sexe aux individus non codés selon les autres critères mobilisés. Cela permet aussi d’examiner les hiatus et les discordances éventuelles. On repère ainsi 9 individus codés comme masculins alors que leur prénom est féminin. C’est le cas, par exemple, de Szejwa Mitag enfant dont la naissance, le 2 janvier 1933 est portée au registre le 13 octobre de la même année : d’abord enregistrée (statut de résidence) comme « fille » (le prénom Szejwa est porté, dans l’ensemble du registre, par douze personnes codées comme féminines et une personne codée comme masculine), un ajout entre parenthèses dans la case mentionne « fils », comme si une hésitation du fonctionnaire l’avait incité non pas à barrer la mention fautive, mais à la compléter d’une mention opposée. C’est encore le cas de Chaja Lewin, dont la naissance le 1er décembre 1937 est enregistrée le 30 du même mois. Son prénom est barré à l’encre rouge et remplacé par Chaim-Srul, alors que son statut de résidence « fille » est aussi barré en rouge et remplacé par « fils ». Sans que l’on puisse aller plus dans le détail, ces cas exceptionnels38 laissent entrevoir sinon un « trouble dans le genre39 », du moins des hésitations ou des erreurs attribuables aux fonctionnaires chargés de retranscrire les bulletins déclaratifs dans le registre, ou aux chefs de ménages eux-mêmes qui écriraient indifféremment fils ou fille, neveu ou nièce.

Hiatus et incohérences

39Au terme de ce travail de repérage et de codage, on peut élaborer quatre catégories : deux catégories assonantes, masculin et féminin, regroupent respectivement 5 979 (49,7 %) et 5 934 individus (50 %), alors que deux catégories résiduelles regroupent 13 individus non catégorisés et 24 dissonants (Tableau 5).

Tableau 5. Description des catégories de genre

Avant usage des prénoms        Après usage des prénoms
Effectifs % Effectifs %
Féminin 5 895 49,3 5 934 49,7
Masculin 5 482 45,9 5 979 50
Non catégorisé       549 4,6 13 0,1
Dissonant 24 0,2 24 0,2
Total 11 950 11 950

Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).

Lecture. Avant usage des prénoms, le codage du genre permettait de coder 5 895 individus féminins, soit 49,3 % de la population.

  • 40 Le rythme mensuel d’inscription décroît ensuite très fortement pour se stabiliser à partir de la f (...)
  • 41 L. Thévenot, 1979, p. 18.

40Afin de comprendre qui sont ces personnes non catégorisées ou dissonantes, ainsi que ce qu’elles nous disent de la fabrique du registre comme instrument et comme archive des pratiques d’identification, il convient d’abord de revenir sur le processus par lequel une information vient à y être inscrite. Lors de la première inscription au registre, les chefs de ménage sont chargés de remplir un formulaire relatif aux habitantes et habitants de leur logement et de le déposer auprès des autorités locales. Un ou plusieurs fonctionnaires de l’administration locale reportent ensuite ces informations dans les grandes double-pages du registre, rue par rue, immeuble par immeuble, logement par logement. L’essentiel de ce processus est réalisé en 1932 en un temps relativement bref : 7 771 personnes sont inscrites au registre, dont 7 320 (94 %) durant les seuls mois de juin et juillet 193240. Le registre de population de Lubartów permet donc d’observer un double phénomène d’auto-identification par les personnes, qui doivent décliner leur état-civil et déclarer leurs liens réciproques ainsi que leurs statuts professionnels, et d’enregistrement et identification par l’administration. Comment la collecte d’informations s’est-elle passée ? Comment ces informations ont-elles été reportées ? Ont-elles été modifiées ou standardisées par les fonctionnaires locaux ? L’enquête ne permet pas de le savoir : les instructions officielles ne disent rien du travail bureaucratique concret et les formulaires n’ont pas été conservés. Examiner les hiatus, discordances et absences d’informations permet toutefois d’entrevoir le travail bureaucratique et de poser la question des rapports entre auto-identification et enregistrement administratif : « les catégories statistiques révèlent souvent dans leurs ratés plus de vérité que les cases bien remplies d’un tableau sans faille41. »

41Le cas de Wacław-Janary Zamojski laisse supposer, dans les blancs laissés par les informations manquantes, le processus de fabrication du registre. La page sur laquelle il est enregistré comporte trois autres lignes : celles de ses deux parents, Jan et Wiktorja, et de sa sœur Adela née en 1916. Vraisemblable dernier-né de l’adelphie, Wacław-Janary cumule un indice masculin (terminaison du patronyme -ski) et un indice féminin (enregistré comme córka, i. e. fille de ses parents). Sur les lignes au-dessus, sa sœur et sa mère sont bien enregistrées comme Zamojska. Autre étrangeté : la date de naissance de Wacław-Janary n’est pas renseignée, ce qui est un fait très rare dans le registre (cela n’arrive qu’à 200 des 11 950 enregistrements). En examinant l’ensemble de la page, on se rend alors compte que Wacław-Janary est décédé le 29 mai 1932, soit un mois et demi avant que toute la famille soit inscrite dans le registre, le 13 juillet. S’est-il passé un délai entre le moment où son père, Jan Zamojski, a rempli et remis le formulaire à l’administration locale et celui où le fonctionnaire a reporté les informations au registre ? Wacław-Janary, déjà décédé lors de l’ouverture officielle du registre, aurait-il dû ne pas y figurer ? Ses parents ont-ils tenu à le faire figurer au registre comme membre à part entière de la famille, même s’il était décédé ? Est-ce par inattention, en recopiant mécaniquement la ligne du dessus (celle de sa sœur) qu’il a été enregistré comme fille et non comme fils ? Ce cas n’est pas isolé : ce hiatus entre genre du nom de famille et genre du statut d’occupation du logement concerne huit autres individus dissonants. Dans chacun de ces cas, il s’agit de puînés auxquels on associe un statut de résidence identique à celui de leur sœur ou de leur frère enregistré sur la ligne du dessus. Là encore, la question demeure de savoir s’il s’agit d’une erreur d’un fonctionnaire accomplissant un travail répétitif ou d’une information contradictoire fournie par les chefs de ménage dans leurs formulaires.

  • 42 C’est ce que montrent aussi Nicolas Mariot et Claire Zalc en étudiant le processus d’enregistremen (...)

42D’autres types de hiatus font apparaître le traitement spécifique de certaines populations, notamment des juifs. Cinq personnes identifiées comme juives partagent le même type de hiatus : repérées comme féminines d’après leur statut d’occupation du logement, elles sont codées comme masculines car leur ligne comporte l’adjectif masculin wysiedlony, qui marque leur arrestation lors de la rafle d’une partie des juifs de la ville en avril 1942. Le terme wysiedlony (déplacé, expulsé vers un site d’extermination), inscrit au crayon à papier, de façon identique sur l’ensemble des lignes des pages concernées, de la première (le père) à la dernière (l’enfant le plus jeune), témoigne ici du caractère massif, répétitif et bureaucratique de l’extermination et de son enregistrement, qui dépersonnalise les individus42.

43On peut enfin s’arrêter sur deux cas d’hommes, Andrzej-Faustyn Wójcik et Szymon Sikora, inscrits comme « veuve » (wdowa), comme 332 autres individus, le statut de « veuf », étant nettement moins fréquent : le masculin (grammatical) ne l’emporte donc pas toujours !

Conclusion

44Le registre de population de Lubartów n’est gender-blind qu’en apparence. L’identification des individus selon leur sexe est visible de multiples façons, à condition de prêter attention à la sémantique des catégories par lesquelles les individus sont identifiés. Une telle attention est sans doute transposable à d’autres types de matériaux et documentations pour lesquels il s’agirait de construire une démarche ad hoc de repérage et de confrontation des indices du genre. Construire une convention d’équivalence sexuée permet alors de mieux comprendre non seulement le mode de fabrication du matériau empirique, mais aussi d’entrer dans ce que signifient masculin et féminin dans une société donnée.

  • 43 A. Desrosières, 2013.
  • 44 J. Scott, 1988.

45Quantifier, c’est « convenir et mesurer43 ». Des traces du genre à une catégorisation par sexe, on est entré dans le processus de création d’une distinction entre des individus masculins et d’autres féminins – à partir d’une archive des pratiques administratives de contrôle des populations et dans le contexte spécifique d’une petite ville polonaise des années 1930. En quoi cette catégorisation du sexe des habitants de Lubartów peut-elle être une catégorie utile de l’analyse historique44 de l’extermination des juifs de la ville ?

46D’abord, quelle image de la composition sexuée de la société lubartówienne cette catégorisation devenue variable d’un jeu de données fournit-elle ? À la fin de l’année 1932, on dénombre 3 789 femmes (51 %) et 3 641 hommes (48,9 %). Des proportions que l’on retrouve quasi identiques dans les résultats pour le powiat de Lubartów (qui inclut, en plus de la commune de Lubartów, les campagnes et bourgs alentour) du recensement général de 1931.

  • 45 On se référera à l’article de Gabrielle Escaich, Anton Perdoncin et Claire Zalc, « Mises à l’épreu (...)

47Ensuite, de façon exploratoire, on peut objectiver des comportements migratoires et des effets des politiques anti-juives différenciées pour les hommes et pour les femmes. Alors que l’on dénombre 51,4 % de femmes parmi les 3 316 juifs habitants à Lubartów au moment de l’invasion allemande en septembre 1939, elles représentent 49,6 % des personnes de confession juive fuyant l’arrivée des troupes allemandes à l’automne 1939. Si ce premier mouvement de fuite est moins féminin, ce n’est en revanche pas le cas de la première grande rafle qui commence à vider la ville de ses habitants juifs en avril 1942 : la déportation touche alors nettement plus fortement les femmes que les hommes : 61 % des personnes identifiées en 1942 comme wysiedlony/a dans le registre sont des femmes (alors qu’elles représentent 53 % des 1 969 juifs encore enregistrés à Lubartów au début de l’année 194245).

  • 46 Pour diverses discussions critiques relatives à la saisie du genre dans les enquêtes quantitatives (...)
  • 47 M. Raz, 2016.
  • 48 J. Scott, 1988, p. 128.
  • 49 F. Virgili & D. Voldman, 2011.

48La catégorisation construite distingue nettement deux pôles, masculin et féminin, reléguant aux marges les cas de non-catégorisation et de dissonance. Cette binarité est largement le produit des catégories d’identification de la source, mobilisées comme indices du genre. Frères et sœurs, maris et femmes, oncles et tantes, formes grammaticales féminines : ces indices créent de la binarité et leur usage contribue sans doute, dans l’enquête historique comme d’ailleurs dans la plupart des enquêtes quantitatives contemporaines46, à reconduire une représentation statistique qui écrase les variations qui pouvaient exister dans la société lubartówienne en termes d’appartenance et d’auto-identification de genre. Au-delà des conditions d’une saisie statistique non binaire du sexe, la question qui se pose est celle d’une histoire comparée des identifications de sexe et de genre : quand ces catégories apparaissent-elles, dans quels cadres et sur quelles scènes sociales, selon quelles logiques de diffusion ? Lier histoire des populations, sociologie historique des catégories et histoire du genre ouvre ainsi à la double question de l’historicité de la bicatégorisation comme mode d’identification stable et univoque47 et de la façon dont le genre comme concept analytique « donne sens à l’organisation et à la perception de la connaissance historique48 ». Il importe de mettre sur le métier de l’historien et de l’historienne la question de l’identification et de la catégorisation par sexe. Car, d’une part, l’enquête historique questionne la stabilité des appartenances de sexe49. Et, d’autre part, les processus par lesquels les individus sont identifiés comme hommes ou comme femmes interrogent la façon dont la connaissance historique est travaillée par le genre.

49Enfin, plus généralement encore, se demander comment le genre peut être saisi par l’enquête sociologique et historique ouvre à la question, débattue, du modus operandi et de la finalité de la catégorisation. Dans un monde où l’exploitation économique et les rapports de classe s’articulent au passé comme au présent aux oppressions sexistes et racistes, les débats relatifs aux rapports entre identifications et catégorisations participent à ceux relatifs aux conditions sociales et politiques de la mesure des inégalités, des discriminations et des dominations.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives d’État de Lublin, Registre de population de Lubartów, 35:43:0:7:38-49.

Travaux

About, Ilsen & Denis, Vincent, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte (Repères, Histoire), 2010.

Banens, Maks & Le Penven, Éric, « Les erreurs de sexe dans le recensement et leurs effets sur l’estimation des couples de même sexe », Population, vol. 71, no 1, 2016, p. 135-148.

Beaubatie, Emmanuel, « L’espace social du genre : diversité des registres d’action et d’identification dans la population trans’ en France », Sociologie, vol. 10, no 4, 2019, p. 395-414.

Beaud, Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales : plaidoyer pour l’“entretien ethnographique” », Politix, no 35, 1996, p. 226-257.

Béra, Matthieu Dimitri, « David, Émile. Les ambivalences de l’identité juive de Durkheim », Durkheimian Studies/Études durkheimiennes, vol. 17, 2011, p. 121-150.

Blanchard, Marianne, Orange, Sophie & Pierrel, Arnaud, « La noblesse scientifique : jugements scolaires et naturalisation des aspirations en classes préparatoires aux grandes écoles », Actes de la recherche en sciences sociales, no 220, 2017, p. 68-85.

Blevins, Cameron & Mullen, Lincoln, « Jane, John… Leslie? A Historical Method for Algorithmic Gender Prediction », Digital Humanities Quarterly, vol. 9, no 3, 2015.
URL : http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/9/3/000223/000223.html

Blévis, Laure, « La citoyenneté française au miroir de la colonisation : étude des demandes de naturalisation des “sujets français” en Algérie coloniale », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 53, 2003, p. 25-47.

Blum, Alain & Gribaudi, Maurizio, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 45, no 6, 1990, p. 1365-1402.

Blum, Alain, Desrosières, Alain, Gousseff, Catherine & Magaud, Jacques, « Compter l’autre : identification, négociation, appropriation », Histoire & Mesure, vol. 13, no 1-2, 1998, p. 3-11.

Bereni, Laure, Chauvin, Sébastien, Jaunait, Alexandre & Revillard, Anne, Introduction aux études sur le genre, Louvain-la-Neuve, De Boeck, 2020.

Brian, Éric, « Nouvel essai pour connaître la population du Royaume : histoire des sciences, calcul des probabilités et population de la France vers 1780 », Annales de démographie historique, no 102, 2001, p. 173-222.

Butler, Judith, Troubles dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2012.

Carrasco, Valérie, « Le pacte civil de solidarité : une forme d’union qui se banalise », Infostat Justice, no 97, 2007.
URL : http://www.justice.gouv.fr/art_pix/1_infostat97.pdf

Chibois, Jonathan, « Le genre des collaborateurs de député », billet du carnet de recherche LASPIC. Anthropologie politique des infrastructures parlementaires (en ligne), 2014.
URL : https://laspic.hypotheses.org/2419

Coulmont, Baptiste, Sociologie des prénoms, Paris, La Découverte (Repères), 2014 [2011].

Coulmont, Baptiste, Hobeika, Alexandre & Ollion, Étienne, « La féminisation des revues de sociologie depuis 1960 », billet du blog Data Sciences Sociales. Sur les données numériques et leurs usages en sciences sociales (en ligne), 2013.
URL : http://data.hypotheses.org/637

Desrosières, Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2010.

Desrosières, Alain, « La statistique, outil de gouvernement et outil de preuve », in Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique I, Paris, Presses des Mines (Sciences sociales), 2013, p. 7-20.

Doan, Petra L., « To Count or Not to Count. Queering Measurement and the Transgender Community », in Amin Ghaziani & Matt Brim (dir.), Imagining Queer Methods, New York, NYU Press, 2019, p. 121-142.

Favier, Elsa, « Énarques et femmes. Le genre dans la haute fonction publique », thèse de doctorat en sociologie, EHESS, 2020.

Karila-Cohen, Karine, Lemercier, Claire, Rosé, Isabelle & Zalc, Claire, « Nouvelles cuisines de l’histoire quantitative », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 74, no 4, 2018, p. 771‑783.

Giami, Alain, Beaubatie, Emmanuelle & Le Bail, Jonas, « Caractéristiques sociodémographiques, identifications de genre, parcours de transition médico-psychologiques et VIH/sida dans la population trans’. Premiers résultats d’une enquête menée en France en 2010 », Bulletin épidémiologique hebdomadaire, no 42, 2011, p. 433-437.

Labbé, Morgane, « National Indifference, Statistics, and the Constructivist Paradigm: The Case of the Tutejsi (“the people from here”) in Interwar Polish Censuses », in Maarten Van Ginderachter & Jon Fox (dir.), National Indifference and the History of Nationalism in Modern Europe, Londres, Routledge, 2019, p. 161-179.

Lemercier, Claire & Zalc, Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte (Repères), 2007.

Lemercier, Claire & Zalc, Claire, « Back to the Sources: Practicing and Teaching Quantitative History in the 2020s », Capitalism: A Journal of History and Economics, no 2, 2021, p. 473-508.

Mariot, Nicolas, & Zalc, Claire, Face à la persécution. 991 juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob et Fondation pour la mémoire de la Shoah, 2010.

Maruani, Margaret, « L’emploi féminin dans la sociologie du travail : une longue marche à petits pas », in Jacqueline Laufer, Catherine Marry & Maragret Maruani (dir.), Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 43-56.

Mazières, Antoine, Menezes, Telmo & Roth, Camille, « Computational Appraisal of Gender Representativeness in Popular Movies », Humanities and Social Sciences Communications, vol. 8, no 1, 2021, p. 1-9.

Perrot, Michelle, « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? », Le mouvement social, no 140, 1987, p. 3‑8.

Raz, Michal, « Bicatégorisation », in Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, 2016, p. 87-95.

Reilly, David, « Gender Can Be a Continuous Variable, Not Just a Categorical One: Comment on Hyde, Bigler, Joel, Tate, and van Anders (2019) », American Psychologist, vol. 74, no 7, 2019, p. 840-841.

Rosental, Paul-André, « Pour une histoire politique des populations », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 61, no 1, 2006, p. 7‑29.

Scott, Joan, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les cahiers du Grif, 1988, no 37-38, p. 125‑153.

Skowroński, Tymoteusz, Zakrzewski, Franciszek, Hanotte-Zawiślak, Anna, Grzegorczyk, Karolina & Majczak-Faroult, Emilia, « Retour d’expérience sur la saisie collective d’une source administrative : le registre de population de Lubartów, Pologne, 1932 », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 125, 2021, p. 112-134.

Thévenot, Laurent, « Une jeunesse difficile : les fonctions sociales du flou et de la rigueur dans les classements », Actes de la recherche en sciences sociales, no 26-27, 1979, p. 3‑18.

Trachman, Mathieu & Lejbowicz, Tania, « Des LGBT, des non-binaires et des cases : catégorisation statistique et critique des assignations de genre et de sexualité dans une enquête sur les violences », Revue française de sociologie, vol. 59, no 4, 2018, p. 677-705.

Virgili, Fabrice & Voldman, Danièle, La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti, dans le Paris des années folles, Paris, Payot, 2011.

Vorms, Charlotte, « La périphérie sous surveillance : le recensement des baraques et de leurs habitants à Madrid sous le franquisme », Histoire & Mesure, vol. 34, no 1, 2019, p. 93-120.

Wais, Kamil, « Gender Prediction Methods Based on First Names with GenderizeR », The R Journal, vol. 8, no 1, 2016, p. 17-37.

West, Jevin D., Jacquet, Jennifer, King, Molly M., Correll, Shelley J. & Bergstrom, Carl T., « The Role of Gender in Scholarly Authorship », PLOS ONE, vol. 8, no 7, 2013, p. 1-6.

Westbrook, Laurel & Saperstein, Aliya, « New Categories Are Not Enough: Rethinking the Measurement of Sex and Gender in Social Survey », Gender & Society, vol. 29, no 4, 2015, p. 534-560.

Zakrzewski, Franciszek, « Le registre de population de 1932 », document de travail, Lubartworld ERC Project (en ligne), 2020.
URL : https://lubartworld.cnrs.fr/registre-1932/

Haut de page

Notes

1 P.-A. Rosental, 2006.

2 A. Desrosières, 2010.

3 I. About & V. Denis, 2010.

4 A. Blum & M. Gribaudi, 1990.

5 É. Brian, 2001.

6 Faisant suite à l’ordonnance du 16 mars 1928 du président de la IIe République de Pologne, Ignacy Mościcki, qui donne aux communes (gminy) la responsabilité de l’enregistrement et du contrôle de la population sur le territoire de l’État, la loi du 15 mars 1932 ordonne à l’ensemble des autorités communales (władze gmin) polonaises de créer et tenir un registre de population. Ces registres se conforment aux réglementations et instructions édictées en 1930 et 1931 par le ministère de l’Intérieur, fixant notamment les catégories d’identification ainsi que la forme prise par les formulaires d’enregistrement. Si la responsabilité de la tenue du registre incombe à l’administration municipale (zarząd miejski), son contrôle est délégué aux représentants nommés par l’administration générale : dans le cas de Lubartów, c’est le staroste du powiat (entité administrative supérieure à la commune dont le siège est aussi à Lubartów) qui signe chaque tome du registre (F. Zakrzewski, 2020).

7 On emploie le terme de « sexe » pour désigner les différences socialement construites entre masculin et féminin, qui prennent notamment la forme de catégories administratives ou statistiques distinguant entre hommes et femmes. Le « genre » est le système de domination et de différenciation qui produit la division entre hommes et femmes (L. Bereni et al., 2020, chap. 1). Ici, on repère des traces du genre dans diverses catégories d’identification et de contrôle des individus, au sein d’une archive spécifique.

8 Le registre de population de la commune de Lubartów alors située dans la Pologne centrale est conservé aux archives d’État de Lublin (désormais AEL), 35:43:0:7:38-49.

9 12 % des individus n’ont pas de confession enregistrée.

10 Le registre s’inscrit dans un continuum de modes d’enregistrement de la population en Pologne durant l’entre-deux-guerres : recensement général en 1931, état-civil, autres registres démographiques. Le bureau de statistique central n’est ainsi pas le seul organisme établissant des enregistrements et des dénombrements. À rebours d’une vue courante selon laquelle l’évolution des enregistrements au xxe siècle n’irait que dans le sens d’une centralisation croissante, le registre de population de Lubartów met en avant, tout comme les registres de bidonville étudiés par Charlotte Vorms dans l’Espagne franquiste, l’établissement de fiches et de fichiers servant principalement à contrôler les mouvements de population, à l’échelle locale et de façon décentralisée (C. Vorms, 2019).

11 F. Zakrzewski, 2020.

12 Les formulaires d’enregistrement sont collectés auprès du principal résident du logement. Ils sont ensuite transmis au propriétaire des lieux qui les valide et les transmet à son tour à l’administration locale.

13 Comme on le verra infra, les prénoms ne peuvent être utilisés de façon immédiate afin d’identifier le sexe des personnes. C’est pourquoi, en dépit du caractère nominatif de la source, on propose dans cet article de construire et de comparer un faisceau d’indices dénotant le genre, afin de coder le sexe. Ce faisceau d’indices (sans prénoms) permettra de construire une première catégorisation et ainsi d’attribuer un sexe probable aux prénoms des personnes enregistrées dans le registre de population. Cette liste de prénoms sexués sera utilisée, dans un second temps, pour affiner la première catégorisation.

14 Denise Riley citée par J. Scott, 1988, p. 138. La variable « sexe » est de celles qui sont systématiquement disponibles dans les enquêtes et les recensements et l’on identifie par sexe en France dans le recensement depuis le milieu du xixe siècle. La question du sexe est en outre de celles auxquelles toutes et tous doivent fréquemment répondre dans les divers formulaires qui fondent le rapport ordinaire des individus aux institutions. Dans les statistiques qui sont tirées de ces sources, le sexe comme variable identificatoire binaire n’est, de ce fait, généralement pas questionné, en plus d’être considéré comme l’une des variables les plus robustes, sans ambiguïté ni valeur manquante (ou bien celles-ci sont redressées, voir M. Banens & É. Le Penven, 2016). Mais même lorsqu’elles semblent tenir le plus fermement, l’identification et la catégorisation des individus par sexe n’ont cependant aucun caractère d’évidence, comme en témoignent les débats actuels qui traversent les instituts statistiques nationaux relatifs aux identités sexuées et à la prise en considération du genre de façon non binaire (voir, pour le cas britannique, l’article « Sex and gender identity question development for Census 2021 » de l’Office for National Statistics, URL : https://www.ons.gov.uk/census/censustransformationprogramme/questiondevelopment/sexandgenderidentityquestiondevelopmentforcensus2021).

15 S. Beaud, 1996.

16 V. Carrasco, 2007 ; B. Coulmont, P. Hobeika & E. Ollion, 2013 ; J. D. West et al., 2013 ; J. Chibois, 2014 ; C. Blevins & L. Mullen, 2015 ; A. Mazières, T. Menezes & C. Roth, 2021.

17 A. Blum et al., 1998.

18 A. Desrosières, 2010.

19 Les listes nominatives et les bulletins individuels de recensement rassemblés par Alain Blum, Catherine Gousseff, Jacques Maillard et Morgane Labbé sur le site Histoire de la statistique démographique (URL : http://census.web.ined.fr) comportent l’indication du sexe des individus à partir de 1846.

20 M. Blanchard, S. Orange & A. Pierrel, 2017, p. 81.

21 En témoignent les formulaires des recensement polonais de 1921 et 1931 disponibles, là encore, sur le site Histoire de la statistique démographique (URL : http://census.web.ined.fr).

22 M. Labbé, 2019.

23 AEL, 35:43:0:7:22-33. Ce registre, antérieur à celui qui est discuté dans cet article, est actualisé en 1921 à l’occasion du recensement de la population, sur la base d’un registre de population établi en russe datant de la fin du xixe siècle.

24 AEL, 35:43:0:3:4:524-531.

25 Nom de jeune fille et statut marital ne se recoupent pas nécessairement : parmi les 2 354 personnes enregistrées avec un nom de famille, 13,8 % n’ont aucun statut marital enregistré.

26 Ces catégories juridiques définissent des droits et des obligations différenciées pour les personnes considérées masculines ou féminines. Prendre appui sur ces indices ne doit pas faire oublier d’éventuels usages tactiques (F. Virgili & D. Voldman, 2011).

27 Cet oxymore rappelle les limites de l’enregistrement administratif de la conjugalité et le caractère flou des frontières entre union privée et déclaration publique. Les informations relatives aux mariages sont reportées dans le registre de population à partir des actes de mariage enregistrés auprès des autorités civiles locales. Or, certains mariages enregistrés à la synagogue ne sont pas enregistrés civilement, ce qui explique que 80 % des personnes enregistrées comme « épouse non mariée » sont aussi identifiées comme juives. Il est aussi possible que cette dénomination serve à qualifier des couples vivant en union libre.

28 En anticipant un peu sur le résultat du codage, on peut indiquer que 83,5 % des individus enregistrés sur la première ligne d’une double-page (position du chef de ménage par rapport auquel les autres individus sont décrits) peuvent être catégorisés comme masculins, alors que 15,8 % sont catégorisés comme féminins.

29 M. Maruani, 2001.

30 L. Thévenot, 1979, p. 18.

31 Des débats existent par exemple en psychologie clinique quant à la pertinence d’échelles continues de sexe afin d’objectiver les cas de non-conformité aux normes et comportements socialement construits comme féminins ou masculins, et de complexifier la compréhension de certains désordres psychologiques, par exemple la dépression construite dans un cadre binaire comme une pathologie féminine (D. Reilly, 2019).

32 Afin d’étudier les mobilités socioprofessionnelles de femmes énarques, Elsa Favier propose de mesurer la « position de genre » des individus selon deux facteurs : socioprofessionnel et conjugal. Elle distingue ainsi entre des femmes occupant des positions professionnelles féminines, masculines ou neutres du point de vue du genre, et des femmes occupant des positions conformes ou non conformes par rapport à la norme de l’hypergamie féminine. La démarche de récolte d’indices variés permettant de qualifier ces positions est dans ce cas aussi un préalable empirique indispensable (E. Favier, 2020, p. 188‑202). Dans une perspective de sociologie historique du genre des professions (M. Perrot, 1987), on pourrait travailler sur l’articulation entre segmentation sexuée des marchés du travail et formes de conformité ou de non-conformité des rôles sexués, en examinant les cas de femmes exerçant des professions ou occupant des positions socioprofessionnelles statistiquement féminines ou mixtes, ou encore dont les professions sont désignées au masculin-neutre ou au féminin.

33 B. Coulmont, 2014 [2011].

34 J. Chibois, 2014 ; B. Coulmont, P. Hobeika & E. Ollion, 2013 ; J. D. West et al., 2013 ; V. Carrasco, 2007.

35 L. Blévis, 2003 ; G. Felouzis, 2003.

36 M. D. Béra, 2011. Pour une critique de ces usages du prénom comme du patronyme pour assigner une origine, voir C. Zalc, 2016. Par ailleurs, les méthodes les plus récentes de recherche du genre des prénoms font l’objet de discussions méthodologiques importantes, notamment à l’occasion du développement de solutions logicielles (C. Blevins & L. Mullen, 2015 ; K. Wais, 2016).

37 Mobilisable dans le logiciel R grâce à une fonction, développée par Baptiste Coulmont et Pierre Mercklé, qui calcule (selon d’éventuelles bornes chronologiques) des probabilités d’appartenance au genre masculin ou féminin pour les prénoms présents dans la base de l’Insee (package datatools, URL : https://github.com/pmerckle/datatools).

38 Ces deux cas sont codés comme « dissonants », de même que six autres cas de hiatus, correspondant à des statuts d’occupation du logement masculins (neveu, fils).

39 J. Butler, 2012.

40 Le rythme mensuel d’inscription décroît ensuite très fortement pour se stabiliser à partir de la fin de l’année 1932 à quelques dizaines.

41 L. Thévenot, 1979, p. 18.

42 C’est ce que montrent aussi Nicolas Mariot et Claire Zalc en étudiant le processus d’enregistrement à l’entrée d’Auschwitz : des prénoms sont attribués de façon automatique, la destruction de l’identité des individus participant du traitement bureaucratique de l’extermination (N. Mariot & C. Zalc, 2010).

43 A. Desrosières, 2013.

44 J. Scott, 1988.

45 On se référera à l’article de Gabrielle Escaich, Anton Perdoncin et Claire Zalc, « Mises à l’épreuve de l’attachement : migrations et persécutions à Lubartów, 1939-1945 », Annales de démographie historique, à paraître en 2023.

46 Pour diverses discussions critiques relatives à la saisie du genre dans les enquêtes quantitatives : P. L. Doan, 2019 ; A. Giami, E. Beaubatie & J. Le Bail, 2011 ; L. Westbrook & A. Saperstein, 2015 ; M. Trachman & T. Lejbowicz, 2018 ; E. Beaubatie, 2019.

47 M. Raz, 2016.

48 J. Scott, 1988, p. 128.

49 F. Virgili & D. Voldman, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Statuts de résidence les plus fréquents selon le genre catégorisé et non catégorisé des libellés
Légende Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).Lecture. 3 241 individus sont enregistrés comme fils du chef de ménage, soit 27,1 % de la population.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/16751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre Tableau 2. Libellés de profession les plus fréquents selon le genre
Légende Champ. Individus enregistrés dans le registre de population de Lubartów, 1932-1942 (N = 11 950).Lecture. 275 individus sont enregistrés comme maçon, soit 2,3 % de la population.* La catégorie « auprès de l’homme non marié » correspond dans 90 % des cas au statut d’occupation du logement « épouse non mariée », i. e. à des unions sans reconnaissance officielle dans le registre.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/16751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anton Perdoncin, « Le genre des sources »Histoire & mesure, XXXVII-2 | 2022, 151-182.

Référence électronique

Anton Perdoncin, « Le genre des sources »Histoire & mesure [En ligne], XXXVII-2 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/16751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.16751

Haut de page

Auteur

Anton Perdoncin

CNRS (Centre nantais de sociologie, CENS UMR 6025), ERC Lubartworld (EHESS, ENS, CNRS). E-mail : anton.perdoncin@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search