Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVII-2VariaLa dépendance du bien-être des en...

Varia

La dépendance du bien-être des enfants au statut social, symbolique et économique des femmes en Côte d’Ivoire

Les vertus heuristiques du pluralisme méthodologique
Is the Well-Being of Ivorian Children Dependent on the Social, Economic and Symbolical Status of Ivorian Women? Heuristic Virtues of Methodological Pluralism
Laura De Lisi
p. 183-212

Résumés

À partir de l’exemple ivoirien, cet article propose des pistes d’approfondissement de la mesure du statut des femmes et des liens que celui-ci est susceptible d’entretenir avec le bien-être des enfants (mesuré par leurs opportunités scolaires et leurs risques d’exposition à une forme d’activité économique plus ou moins dangereuse). Il repose sur un pluralisme méthodologique original combinant les méthodes quantitatives de l’économie du développement et les apports qualitatifs de travaux de terrain réalisés en anthropologie, histoire et démographie. Il montre qu’un meilleur positionnement social, symbolique et économique des femmes tend à diminuer les inégalités scolaires de genre, mais semble inopérant en termes d’exposition des enfants à une forme d’activité économique, plus ou moins dangereuse.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 B. Prévost, 2011.
  • 2 V. Saravanan, 2002 ; E. Duflo, 2012.
  • 3 Voir l’article de Kathryn Moeller paru le 4 janvier 2019 dans The New Yorker (URL : https://www.ne (...)
  • 4 Voir les engagements affichés en 2009 par la Clinton Global Initiative (par exemple sur le site du (...)
  • 5 Au sens de l’article 3d de la convention no 182 de l’Organisation internationale du travail (OIT)  (...)
  • 6 « Empowering Women and Girls to End Child Labour », billet publié par la Commission européenne (UR (...)
  • 7 « Empowered Women Lead the Fight Against Child Labor », billet de Priscilla Sogah publié le 4 mars (...)
  • 8 Pour un point sur la multiplicité des définitions de l’empowerment, voir par exemple S. K. Abreha (...)
  • 9 N. Kabeer, 1999, p. 437.
  • 10 L. De Lisi, 2015 ; id., 2019.
  • 11 Au sens du Bureau international du travail (BIT) : avoir travaillé une heure lors de la semaine de (...)
  • 12 Il faut prendre en compte le travail domestique pour que des différences soient sensibles en fonct (...)
  • 13 Voir par exemple P. Yokying & M. Floro, 2020 (et références citées).
  • 14 Enfants de 7 à 17 ans.
  • 15 Après une phase de croissance spectaculaire entre l’Indépendance et le début des années 1980, le p (...)
  • 16 50 % des enfants sont scolarisés en 1985, 65 % en 1988, 48 % en 1993 et 58 % en 2002.

1L’empowerment des femmes, sur le plan économique notamment, est aujourd’hui un objectif prioritaire des politiques de lutte contre la pauvreté1, et tout particulièrement de la pauvreté enfantine2. En témoigne l’idée reçue, très largement diffusée mais non véritablement fondée3, selon laquelle les femmes réinvestissent 90 % de leurs gains au profit de leur famille (contre 30 % à 40 % pour les hommes)4. L’accès des femmes au marché du travail et à des revenus supplémentaires est ainsi perçu comme un moyen permettant de limiter drastiquement l’exposition des enfants à une forme d’activité économique, dangereuse5 notamment, tout en favorisant leur scolarisation6. Cet argument est fréquemment avancé en ce qui concerne la lutte contre le travail des enfants dans les plantations de cacao ouest-africaines7, où la situation reste aujourd’hui problématique. En réalité, une telle corrélation entre situation économique des femmes et situation des enfants reste difficile à démontrer. La pluralité des définitions de l’empowerment8 des femmes, dont nous retiendrons ici la définition de Naila Kabeer : « la capacité des individus à faire des choix de vie stratégiques dans un contexte où cette capacité leur était auparavant refusée9 », est en partie en cause. Mais plus fondamentalement, il n’est pas évident que le bien-être des enfants découle mécaniquement du bien-être économique des femmes. En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, nous avons pu montrer, dans le cadre de travaux antérieurs portant sur les années 1980 à 200010, que le travail des enfants est très complémentaire à celui des femmes. Plus celles-ci sont engagées dans une forme d’activité économique11, plus les enfants sont susceptibles d’y être exposés également, dans des proportions similaires en termes de volume horaire, et quels que soient l’année, le niveau de richesse du ménage ou le sexe de l’enfant12. Cette complémentarité, mise en évidence dans d’autres contextes13, souligne l’existence d’une interaction particulière entre la situation des femmes et celle des enfants et indique que l’accès des femmes au marché du travail ne suffit pas à ce que les enfants puissent être libérés de toute forme d’activité économique. Au-delà, c’est l’importance même des déterminants économiques en matière de mise au travail des enfants qu’il semble qu’il faille relativiser. En ce qui concerne la Côte d’Ivoire des années 1980-2000, le taux d’activité économique des enfants s’est avéré ainsi étonnamment stable (environ 20 % de la population enfantine14 chaque année) malgré une conjoncture économique particulièrement contrastée15. A contrario, la scolarisation semble avoir été davantage sensible à la conjoncture16 et marquée par des discriminations de genre.

  • 17 A. Sen, 1999.
  • 18 I. Reggio, 2011 (et ses références) ; voir également le rapport « 2015/2016 Cargill Cocoa Promise (...)
  • 19 S. Salia et al., 2018.

2Ces différents éléments invitent à s’interroger sur l’imbrication apparente des destinées des femmes et des enfants en matière d’activité économique et sur les modalités de (re)production et de transmission des inégalités de genre. Les causes sont-elles fondamentalement d’ordre économique ? Est-ce la pauvreté des mères qui les conduit à mettre leurs enfants au travail, et plus spécifiquement les filles, qui sont par conséquent moins scolarisées ? Et dans ce cas, suffit-il que les femmes aient accès au marché du travail et à des revenus supplémentaires pour que la situation des enfants s’améliore ? Ou ne faut-il pas davantage concevoir la pauvreté de manière multidimensionnelle, dans la lignée des travaux d’Amartya Sen17 ? Au-delà d’une pauvreté strictement économique, ce serait alors le positionnement plus général des femmes dans la société qui serait en cause. À ce sujet, quelques voix alertent aujourd’hui sur l’inefficacité, voire les effets pervers de programmes d’empowerment des femmes, qui ne prendraient pas acte de la spécificité culturelle du contexte dans lequel elles évoluent, et notamment des normes de genre en vigueur18. Une étude récente sur le Ghana montre ainsi que des programmes visant à encourager l’auto-entreprenariat féminin sont susceptibles, par leur caractère non culturellement situé, d’augmenter le travail des enfants, des filles notamment, les femmes bénéficiaires faisant appel à la seule main-d’œuvre qui leur est véritablement accessible, leurs enfants19.

  • 20 S. Alkire et al., 2013.
  • 21 K. Deininger, A. Goyal & H. Nagarajan, 2010.
  • 22 M. Fafchamps, B. Kebede & A. Quisumbing, 2009.
  • 23 S. Anderson & M. Eswaran, 2009.
  • 24 M. Hatlebkk & Y. Gurung, 2014.
  • 25 R. Ingutia, A. Rezitis & J. Sumelius, 2020.
  • 26 S. Alkire et al., 2013.
  • 27 Voir par exemple la création de l’indicateur Women’s Empowerment in Agriculture Index, S. Alkire e (...)
  • 28 J.-F. Kobiané, 2007, p. 236.
  • 29 Voir par exemple M. Fafchamps, B. Kebede & A. Quisumbing, 2009 ; E. Duflo, 2012 ; G. Essilfie, J. (...)
  • 30 M. Hatlebakk & Y. Gurung, 2014 ; J. de Hoop et al., 2018 ; R. Ingutia, A. Rezitis & J. Sumelius, 2 (...)
  • 31 M. Nyyssölä, 2007 ; I. Reggio, 2011 ; J. de Hoop et al., 2018.
  • 32 Convention no 182 de l’OIT, art. 3d.
  • 33 BITUnicef, 2021.

3La littérature étudiant l’impact de l’empowerment féminin sur le bien-être des enfants est aujourd’hui en pleine expansion, et la majorité des recherches aboutissent à une corrélation positive entre les deux phénomènes. Cette littérature souffre cependant d’un certain nombre de lacunes. Tout d’abord, la situation des femmes reste difficile à cerner précisément. Quelle que soit la manière d’aborder le sujet, via l’empowerment ou le statut des femmes, les définitions et indicateurs retenus sont très variés20 : indicateur unique (modification du droit de succession21, part des actifs dont disposent les femmes avant leur mariage22, part de leurs revenus découlant du travail23, possession de terres24, accès à l’éducation25, etc.) ou indices composites plus complexes (gender gap index, gender development index, gender inequality index, etc.). Les premiers, d’ordre micro, sont relativement frustes mais permettent de comparer les femmes entre elles en fonction de leur situation. Les indices composites, pour la plupart macro, autorisent quant à eux des comparaisons entre pays26. Mais aucun n’est capable de saisir finement l’environnement culturel et normatif dans lequel les individus sont inscrits, et qui aura nécessairement une incidence sur leurs pratiques. Or il paraît essentiel d’investir davantage cette dimension méso, car il est impossible de comprendre en profondeur les liens entre le bien-être des enfants et celui des femmes sans tenir compte de la manière dont les femmes sont insérées dans un réseau complexe de relations d’obligations, contraintes, opportunités, etc., au sein de leurs communautés d’appartenance. Si un certain nombre d’études de terrain se développent dans l’objectif de mieux cerner la réalité de la situation des femmes, notamment dans le secteur agricole27, aucun indicateur ne permet à notre connaissance de saisir la spécificité de leur statut, dans ses différentes dimensions, économiques, sociales et culturelles. Le travail original du démographe Jean-François Kobiané sur le Burkina Faso, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir, constitue à ce titre une exception notable, dans la mesure où il exploite l’appartenance ethnique afin de mettre au jour l’existence de « “systèmes de genre” susceptibles d’expliquer les différences observées entre groupes sociaux28 », en termes notamment de scolarisation des enfants. La deuxième limite de ces études concerne la manière de mesurer le bien-être des enfants. Généralement, c’est leur état de santé29 et/ou leurs opportunités scolaires30 qui sont retenus. Leur exposition à une forme d’activité économique est rarement prise en compte31, or il s’agit d’une dimension essentielle de leur bien-être, dans la mesure où une exposition excessive en volume horaire ou dans des conditions dangereuses peut être dommageable à leur développement32. Ce problème est tout particulièrement sensible en Afrique subsaharienne, où le travail (et le travail dangereux) des enfants ne cesse d’augmenter, alors même qu’il diminue partout ailleurs33.

  • 34 Nous remercions à ce titre la Banque mondiale de nous avoir confié ces données.

4Au travers de l’exemple ivoirien, cette contribution propose des pistes, méthodologiques notamment, d’approfondissement de la mesure du positionnement social et économique des femmes et des liens que celui-ci peut entretenir avec le bien-être des enfants, envisagé par le biais de leur exposition à une forme d’activité économique plus ou moins dangereuse et à leurs opportunités de scolarisation, dans des économies dominées par le secteur informel. Il s’agit de proposer une mesure multidimensionnelle du statut des femmes permettant de mettre au jour l’existence éventuelle de normes de genre, potentiellement contraignantes en matière de développement des enfants, et plus particulièrement des filles. Nous proposons à ce titre un pluralisme méthodologique original, combinant deux types d’approches. La première, qualitative, offre l’opportunité de créer une variable approchant le statut des femmes de manière plurielle et à une échelle méso, par la mise au jour des normes de genre en vigueur dans les groupes sociaux. La deuxième, quantitative, permet de tester l’impact de celui-ci sur le bien-être des enfants. Nous exploitons ainsi et faisons interagir deux types de données : les travaux de terrain produits par des anthropologues, historiens et démographes, et les données statistiques issues des enquêtes auprès des ménages conduites par la Banque mondiale (BM) et l’Institut national de la statistique (INS) de Côte d’Ivoire entre 1985 et 1988, en 1993 et en 200234.

  • 35 G. P. Murdock, 1959 ; id., 1967.
  • 36 C. Lemercier & C. Zalc, 2008.
  • 37 J.-F. Kobiané, 2007.

5Quatre littératures distinctes en sciences sociales ont inspiré cette démarche. La première est celle que l’anthropologue George Peter Murdock a initié dès les années 1960 dans son travail sur l’Afrique et dans son Atlas ethnographique35, qui compile des dizaines de variables relatives à la vie matérielle, à l’organisation politique, aux normes sociales, etc., de plus d’un millier de peuples. Son ambition était de créer une base de données permettant à l’anthropologie d’exploiter les potentialités de l’analyse statistique. La deuxième est la démarche d’histoire quantitative portée notamment par les historiennes Claire Lemercier et Claire Zalc, qui invitent à constituer des bases de données propices aux traitements statistiques à partir de l’exploitation de documents d’archives36. La troisième est le dialogue initié par le démographe J.-F. Kobiané entre anthropologie et statistiques dans son étude sur les inégalités scolaires de genre au Burkina Faso, dans laquelle il mobilise l’anthropologie pour ordonner les ethnies en fonction de leur caractère plus ou moins discriminatoire à l’égard des femmes, et teste la pertinence d’une telle hiérarchisation en termes de compréhension des inégalités scolaires de genre37. Ces trois démarches, à l’origine de notre approche pluraliste, mettent en exergue la portée heuristique de la reconstitution de bases de données à partir de matériaux qualitatifs. La dernière littérature mobilisée est celle de l’économie du développement, qui propose de nombreux modèles statistiques et économétriques permettant d’estimer les déterminants du bien-être des enfants et les liens que celui-ci peut entretenir avec la situation des femmes.

6La première section de cet article précise comment le dialogue interdisciplinaire a abouti à la création d’une variable de statut des femmes prenant acte de la complexité du positionnement des femmes dans la société ivoirienne. La deuxième montre qu’une telle démarche permet de décrire plus finement les inégalités de genre opérant au sein de la société ivoirienne. La troisième met au jour la valeur ajoutée heuristique du pluralisme méthodologique mis en œuvre, en termes de compréhension des inégalités de genre et de l’imbrication des destinées des femmes et des enfants.

1. L’interdisciplinarité au service de la mesure du statut des femmes

  • 38 J.-F. Kobiané, 2007, p. 226.
  • 39 Y. Marguerat, 1981 ; J.-P. Dozon, 1989, par exemple.

7Dans la première phase de notre travail, nous avons utilisé les informations disponibles sur les rapports sociaux de sexe dans les différentes ethnies, afin de construire un indicateur de statut des femmes, multifacette et transversal aux ethnies. Cette démarche a été inspirée par celle déployée par J.-F. Kobiané sur le Burkina Faso : faisant l’hypothèse que l’appartenance ethnique est susceptible d’être porteuse de normes de genre pouvant expliquer la sous-scolarisation des filles, il s’attache, grâce à une exploitation de la littérature anthropologique, à ranger les ethnies en trois « classes » en fonction du « caractère discriminatoire des rapports de genre38 » qui les sous-tend. Cette démarche paraît particulièrement féconde. D’une part elle conçoit l’ethnie comme source informationnelle et non comme une catégorie en soi, or il importe de ne pas accorder une valeur excessive à la catégorisation ethnique comme principe de différenciation interindividuelle, car elle manque de portée heuristique39. D’autre part, elle permet de décaler la focale d’une échelle purement micro à une échelle davantage méso, puisqu’elle s’attache à saisir la manière dont les normes culturelles sont susceptibles d’affecter les pratiques.

  • 40 Il existe plus d’une soixantaine d’ethnies en Côte d’Ivoire. Dans une optique de clarification, un (...)
  • 41 La richesse des informations qualitatives recueillies dans ces travaux offre l’opportunité de resi (...)
  • 42 Nous avons au total mobilisé près de 80 études différentes ; la liste détaillée peut être consulté (...)
  • 43 I. Berger & E. F. White, 1999 ; C. Coquery-Vidrovitch, 2007, par exemple.
  • 44 Voir par exemple la critique de ces postures proposée par N. Sudarkasa, 1986.
  • 45 Nous privilégions l’emploi du terme symbolique à celui de politique car il est rare que les femmes (...)

8Aucune recherche n’ayant renseigné les rapports de genre pour l’ensemble des ethnies ivoiriennes40, nous avons compilé une somme conséquente de travaux de terrain réalisés par des anthropologues, démographes et historiens41 sur les différentes ethnies ivoiriennes42, portant prioritairement sur la période des enquêtes de la BM afin de ne pas accorder une trop grande force d’inertie aux traits culturels. Nous avons ensuite opéré une double exploitation de ce corpus. La première a consisté à faire émerger des catégories d’analyse pertinentes permettant de différencier les femmes ivoiriennes en fonction du statut qu’elles occupent dans la société. Il s’agissait d’une part de saisir la spécificité ivoirienne, sans transposer systématiquement sur celle-ci une vision eurocentrée des rapports de genre en en déduisant une position nécessairement dominée de la femme ivoirienne, ce qui est contradictoire avec la littérature43. L’objectif était d’autre part d’approcher le statut des femmes de manière multidimensionnelle, sans accorder une priorité excessive à leur positionnement dans la sphère productive, ainsi que cela a pu être fait par un certain nombre d’auteurs44. Notre première exploration de la littérature a ainsi consisté à distinguer une pluralité de critères décisifs que nous avons rassemblés, a posteriori et pour la clarté de l’exposition, en deux grandes catégories de ressources permettant de qualifier le positionnement des femmes dans leurs communautés d’appartenance : les ressources sociales et symboliques45 d’une part et les ressources économiques d’autre part, auxquelles les femmes ont accès et qui sont susceptibles de leur conférer un certain pouvoir au sein de la société, ou du moins des marges de manœuvre décisionnelle.

  • 46 Les sociétés matrilinéaires ne sont pas des matriarcats.
  • 47 R. Deliège, 2006.
  • 48 J.-P. Dozon, 1977 ; K. Hamberger, 2009.
  • 49 La femme étant considérée comme une force de travail, la famille de l’homme doit dédommager celle (...)
  • 50 R. Degri de Djagnan, 1967 ; J.-F. Kobiané, 2007.

9En ce qui concerne les ressources symboliques et sociales, le régime de parenté, patrilinéaire ou matrilinéaire, paraît déterminant. Si dans aucun des cas le pouvoir n’est assuré par les femmes46, celles-ci bénéficient généralement d’un plus grand nombre de prérogatives dans les sociétés matrilinéaires, du fait de l’importance qui est accordée à leur lignage (en matière d’héritage, d’autorité sur les enfants, etc.), même si ces prérogatives peuvent s’opérer relativement indirectement, par le biais d’un apparenté de sexe masculin47. La mise au jour de tendances à l’ébrèchement de l’unilinéarité du lignage, susceptible de jouer à l’avantage des femmes ou au contraire en leur défaveur48, a conduit à mobiliser des indicateurs complémentaires. Les modalités de résidence des époux s’avèrent ainsi cruciales, car elles sanctionnent de fait la supériorité de l’un des deux lignages. L’existence, et le montant le cas échéant, d’une compensation matrimoniale49 est également fondamentale puisqu’elle encadre les possibilités pour une femme de quitter son mari : plus la compensation est élevée, plus la séparation s’avère, ne serait-ce que financièrement, impossible50. La fréquence des séparations et des divorces, ainsi que le devenir des divorcées et des veuves (sont-elles libres de retourner dans leur lignage ou sont-elles au contraire héritées au même titre que les biens du défunt ?) constituent des indicateurs complémentaires de l’autonomie éventuelle des femmes.

  • 51 D. Paulme, 1962 ; C. Meillassoux, 1964 ; id., 1975 ; J.-P. Dozon, 1977 ; M. Étienne, 1987.
  • 52 G. Michotte, 1970, par exemple.
  • 53 Les Nana-Benz du Togo par exemple, C. Coquery-Vidrovitch, 1994.
  • 54 P. Vimard, 1993 ; C. Coquery-Vidrovitch, 1994.

10En ce qui concerne les ressources économiques, la position des femmes africaines est ambiguë. Les femmes sont en effet à la fois sources de richesse, et dépositaires de ressources économiques susceptibles de leur conférer une certaine autonomie au sein du ménage. Leur force productive est ainsi fortement valorisée, et le nombre de femmes est à ce titre souvent considéré comme un facteur de richesse51. Cette valeur économique n’est cependant pas synonyme d’exploitation systématique des femmes. Au contraire, les femmes semblent avoir bénéficié historiquement d’une grande indépendance économique, tout particulièrement dans les régimes matrilinéaires, où elles jouissent généralement d’une part des profits issus de leur travail agricole. En outre, l’implication commerciale des femmes est largement documentée et va de la vente du surplus agricole ou de plats cuisinés52 à la gestion de grosses entreprises à dimension internationale53. La séparation des budgets entre les membres du couple est d’ailleurs relativement fréquente et est une illustration supplémentaire de cette autonomie économique54. Un certain nombre de critères peuvent donc être retenus dans l’objectif de mesurer les ressources économiques des femmes ivoiriennes. Existe-t-il une division genrée du travail et selon quelles modalités le cas échéant ? Les femmes ont-elles accès aux mêmes fonctions que les hommes et dans ce cas bénéficient-elles des mêmes profits ? Plus généralement, ont-elles accès au marché du travail formel et dans quelles conditions ? Peuvent-elles revendiquer un droit sur la terre ? Des éléments relatifs à la répartition des revenus permettent d’apporter un éclairage complémentaire à la question : la disposition de cultures propres, la part des bénéfices issus de leur travail qui leur revient effectivement, les normes et pratiques relatives à la séparation ou au partage des biens et budgets du ménage. Enfin, des indications sur les relations de travail complètent utilement le panorama : les femmes peuvent-elles embaucher librement de la main-d’œuvre (familiale et/ou extérieure), ou doivent-elles bénéficier de l’autorisation de leur mari ?

  • 55 Pour des raisons évidentes de place, il est impossible d’intégrer cette nouvelle base ici, mais un (...)
  • 56 Nous préférons ce terme à celui de « classe » de J.-F. Kobiané car il évite une possible confusion (...)

11Une fois établie cette grille de lecture, nous avons créé une nouvelle base de données, comprenant comme variables l’ensemble des indicateurs mentionnés ci-dessus et comme individus l’ensemble des ethnies ivoiriennes présentes dans les bases de données de la BM. Nous avons ensuite exploité une deuxième fois la littérature académique portant sur les ethnies ivoiriennes, et nous avons renseigné le plus précisément possible le contenu de chacune de ces variables pour chacune des ethnies55. L’hétérogénéité de la qualité des informations recueillies par ethnie interdit de créer systématiquement par voie statistique une variable de statut à partir de cette nouvelle base de données, car cela conduirait à surdéterminer les informations recueillies pour certaines ethnies. Nous avons donc analysé qualitativement cette nouvelle base et regroupé les ethnies au sein de trois groupes statutaires, comportant chacun les ethnies les plus homogènes en matière de statut des femmes, selon ces différents indicateurs de ressources sociales, symboliques et économiques. Cette nouvelle variable de statut constitue une sorte de « score » d’autonomie des femmes, et permet d’ordonner les différentes ethnies en fonction du plus ou moins bon statut dont y disposent les femmes. À ce stade, et à l’instar de J.-F. Kobiané, nous nous en tenons à trois groupes statutaires56 ; un découpage plus fin risquant d’accorder trop de poids aux informations obtenues pour une partie des ethnies, et in fine de biaiser les résultats.

12Le groupe 1 englobe les ethnies dans lesquelles les femmes sont les plus autonomes : elles disposent d’une liberté établie sur le plan matrimonial, d’un prestige symbolique, et d’une relative indépendance économique. Ces ethnies sont toutes matrilinéaires, mais n’ont été retenues ici que celles dans lesquelles l’autonomie de la femme est très marquée : Baoulé, Agni et Abron. La patrilocalité et la virilocalité ne sont ainsi pas automatiques, et semblent aisément contestables. La compensation matrimoniale est faible, voire inexistante. Les unions conjugales sont relativement instables : les divorces sont possibles, les séparations fréquentes, et les femmes retournent alors dans leur lignage. Les veuves ne sont généralement pas héritées. Cette relative indépendance des femmes s’exprime également sur le plan économique. Si elles ne peuvent être les dépositaires légales des héritages, ceux-ci transitent par elles. Elles jouissent en outre d’une certaine autonomie économique : elles disposent en général de cultures propres, et peuvent bénéficier des profits issus de la vente du surplus vivrier.

  • 57 J.-P. Dozon, 1977.
  • 58 J.-L. Boutillier, 1971.
  • 59 T. Basset, 1991.

13Le groupe 2 rassemble les ethnies dans lesquelles le statut de la femme est ambigu. Il s’agit de sociétés matrilinéaires dans lesquelles la place de la femme, traditionnellement conséquente, est nuancée par l’application de principes patrilinéaires (Lagouna, Koulango et Senoufo), ou au contraire, de sociétés patrilinéaires dans lesquelles l’autorité traditionnellement forte de l’homme est atténuée par la présence d’éléments matrilinéaires (Bété et Dida). Cette tendance à la bilinéarisation se traduit généralement par une pluralité des principes de succession (terre, biens, fétiches) et par le maintien de relations privilégiées avec les deux lignages. Dans certaines ethnies patrilinéaires (Bété et Dida notamment), l’existence de matriclans choisis par les individus eux-mêmes conduisent à rehausser le prestige social et symbolique des femmes57. À l’inverse, certaines ethnies matrilinéaires (Senoufo et Koulango par exemple), se caractérisent par une importance toute particulière accordée aux relations père-fils, tendant à renforcer le lignage paternel au détriment des règles matrilinéaires traditionnelles58. Nous avons adjoint à cette classe les Lobi, ethnie particulière à système de parenté bilinéaire, régie par un système de double filiation. Sur le plan économique, l’autonomie des femmes est également moins marquée que dans le groupe 1 : si elles peuvent disposer de ressources propres, celles-ci représentent généralement de petites sommes, découlant principalement de la vente du surplus de la production vivrière ou de petits objets d’artisanat, et qui peuvent être contrôlées par le mari. La liberté qui semble être accordée aux femmes de jouir de leurs ressources n’est d’ailleurs pas forcément signe d’un bien-être supérieur. Chez les Senoufo par exemple, les femmes sont responsables de leur nourriture les jours où elles sont autorisées à travailler sur leurs champs propres, et dans certains cas, elles doivent payer leur mari pour pouvoir y travailler. Enfin, elles n’ont pas un accès gratuit à la main-d’œuvre familiale59.

14Le groupe 3 est constitué des ethnies dans lesquelles les conditions sociales et économiques des femmes sont les plus défavorables : Malinké, Dan, Dioula, Gouro, Godié et Wé. Il s’agit d’ethnies patrilinéaires dans lesquelles les liens avec le lignage de l’homme sont particulièrement accentués : la résidence est automatiquement patrilocale et virilocale, la compensation matrimoniale est généralement très élevée, les divorces et séparations sont rares, les veuves sont généralement héritées. Les femmes entretiennent de faibles relations avec leur propre lignage et disposent de peu de prérogatives sur le plan social. Elles sont très rarement consultées en ce qui concerne les décisions relatives à leur propre mariage ou à celui de leurs enfants par exemple. Sur le plan économique, il est indéniable qu’elles constituent une force de travail conséquente, mais leur réelle autonomie n’a pas été démontrée, même si certaines (Dioula notamment) sont fortement inscrites dans les circuits commerciaux.

15Cette nouvelle variable de statut dispose d’une plus-value heuristique par rapport aux variables initialement présentes dans notre base de données. Elle est en effet à la fois plus fine et ciblée que le regroupement habituel en cinq groupes ethniques, puisqu’elle tient compte de proximités de traitement des femmes sur les plans sociaux, symboliques et économiques, sans surdéterminer l’appartenance ethnique comme vecteur de pratiques spécifiques. Cette prise en compte des normes de genre permet en outre d’élargir la focale en abordant la situation des femmes sous un angle méso, et non uniquement micro.

Tableau 1. Distribution de la variable groupe statutaire parmi les enfants ivoiriens, en fonction de leur sexe et de leur occupation

Groupes statutaires     Filles       Garçons      Travail       École      Total (%)  
Groupe 1
   % en ligne

   % total

48,64
19,45

51,36
20,53

19,07
7,63

59,06
23,61
  39,98
Groupe 2
51,56
13,26

48,44
12,45

14,29
3,67

60,14
15,46
  25,71
Groupe 3
48,11
16,51

51,89
17,80

16,11
5,53

52,91
18,15
  34,31
Total (%) 49,21 50,79 16,82 57,22   100

Lecture. Parmi les enfants de l’échantillon, 49,21 % sont des filles, 16,82 % travaillent, 57,22 % sont scolarisés. Les enfants se répartissent au sein des trois groupes de la manière suivante : 39,98 % appartiennent au groupe 1, 25,71 % au groupe 2, et 34,31 % au groupe 3. Parmi les enfants appartenant au groupe 1, 48,64 % sont des filles, 19,07 % travaillent et 59,06 % sont scolarisés. Enfin, au sein de l’échantillon total, 7,63 % des enfants appartiennent au groupe 1 et travaillent.

Champ. Enfants ivoiriens de 7 à 14 ans.

Source. Côte d’Ivoire Living Standards Survey (CILSS) 1985.

16Dans la deuxième phase de ce travail, nous avons combiné ces données de nature qualitative avec les données statistiques à notre disposition, en réinjectant cette nouvelle variable créée à partir de la littérature dans les bases de données issues des enquêtes auprès des ménages conduites par la BM et l’INS de Côte d’Ivoire. La désagrégation par ethnie n’étant effectuée que dans le premier round d’enquêtes (1985 à 1988), nous avons concentré l’analyse dans un premier temps sur ces années.

2. Congruence entre statut des femmes et inégalités de genre affectant les enfants

17Le premier intérêt de la création d’un tel indicateur de statut des femmes est de mettre au jour l’existence d’une congruence entre celui-ci et les inégalités de genre en matière de bien-être des enfants.

  • 60 J.-F. Kobiané, 2007.
  • 61 Symétrique du gender parity index de l’Unesco.

18À ce titre, suivant la démarche proposée par J.-F. Kobiané60, nous avons créé deux indicateurs d’inégalités permettant d’estimer les risques de discrimination scolaire à l’égard des filles, l’un à l’échelle de l’enfant (taux de discrimination des filles par ethnies) et l’autre à l’échelle des ménages (taux de discrimination genrée par ménage, au sein de chaque ethnie). Nous avons établi ainsi un « taux de masculinité » (tmg/f)61, indiquant une possible surreprésentation scolaire des garçons :

tmg/f = TFSg / TFSf

où TFSg (respectivement TFSf) désigne le taux de fréquentation des garçons (respectivement filles). Un ratio égal à 1 coïncide avec une parfaite égalité entre les sexes, et un ratio supérieur à 1 témoigne d’une situation défavorable aux filles et vice versa. Les inégalités sont d’autant plus marquées que l’indicateur est élevé.

19Le taux de masculinité à l’échelle des ménages, noté TMg/f, rapporte quant à lui le nombre de ménages scolarisant au moins un garçon au nombre de ceux scolarisant au moins une fille, parmi les ménages dans lesquels résident au moins un garçon et une fille en âge d’être scolarisés :

TMg/f = (1 – M0g) / (1 – M0f)

M0f (respectivement M0g) est le nombre de ménages ne scolarisant aucune fille (respectivement garçon), parmi les ménages dans lesquels résident au moins un garçon et une fille en âge d’être scolarisés. Un ratio supérieur à 1 désigne une situation au désavantage des filles.

Tableau 2. Classement des ethnies selon les différents indicateurs d’inégalités scolaires

Groupes statutaires Classes CAH tmg/f M0g M0f TMg/f TFS
Groupe 1
Baoulé 1 1,42 46,91 56,79 1,23 45,45
Agni 1 1,3 13,89 25,00 1,15 68,16
Autres Akan 1 1,2 16,67 21,43 1,06 76,04
Moyenne 1,31 26,82 34,41 1,15 63,2*
Écart-type 0,11 18,31 19,47 0,09
Groupe 2
Lagouna 1 1,26 33,33 33,33 1 62,26
Bété 1 1,11 15,56 31,11 1,23 71,67
Senoufo 3 2,21 35,71 57,14 1,5 42,24
Dida 1 1,24 18,18 31,82 1,2 69,77
Moyenne 1,46 25,70 38,35 1,23 61,49
Écart-type 0,51 10,29 12,56 0,21
Groupe 3
Malinké 2 1,3 10 35,00 1,38 55,05
Dioula 3 1,78 37,50 65,63 1,82 36,77
Dan 1 1,35 6,67 20,00 1,17 71,54
Gouro 2 1,61 12,50 41,67 1,5 62,86
Moyenne 1,54 23,08 48,84 1,65 56,55
Écart-type 0,23 15,88 20,95 1,44
Total   1,35     27,36     43,28     1,28     56,77  

Lecture. Les Baoulé sont classés dans la première classe par classification ascendante hiérarchique (CAH) et après exploitation de la littérature ; leur taux de masculinité individuelle est de 1,42 et celui à l’échelle du ménage est de 1,23 ; 45,45 % des enfants Baoulé sont scolarisés ; 46,91 % des ménages Baoulé ayant au moins une fille et un garçon en âge d’être scolarisés ne scolarisent aucun garçon et 56,79 % aucune fille.
* Les moyennes sont calculées en excluant les ethnies pour lesquelles la représentativité statistique est insuffisante, ce qui explique les légères différences avec les moyennes du Tableau 1.

Champ. Ethnies suffisamment représentées dans la base de données.

Source. CILSS 1985.

  • 62 L’analyse étant désagrégée par ethnie et restreinte aux ménages ayant au moins un garçon et une fi (...)
  • 63 Cette méthode est traditionnellement utilisée à titre exploratoire sur des ensembles plus grands m (...)

20Une augmentation croissante des inégalités moyennes de genre est manifeste à mesure que l’on passe du groupe 1 au groupe 362. Celles-ci sont respectivement de 1,31, 1,46 et 1,54 pour les inégalités interindividuelles et de 1,15, 1,23 et 1,65 pour les inégalités entre ménages (Tableau 2). Cela conforte l’hypothèse selon laquelle les femmes ont des capacités accrues d’influencer favorablement les destins scolaires de leurs filles dans les ethnies dans lesquelles elles jouissent d’une meilleure considération sociale et économique. Afin de tester la pertinence de ces résultats, nous les confrontons, à l’instar de J.-F. Kobiané, à ceux qui émergent lorsque les ethnies sont classées automatiquement, par voie statistique, à partir de ces indicateurs d’inégalités. Nous regardons ainsi si la partition en trois classes, issue d’une classification ascendante hiérarchique (CAH)63 opérée à partir de nos deux indicateurs d’inégalité, est conforme au découpage en trois groupes, obtenu par l’exploitation qualitative de la littérature (Tableau 2). L’intérêt de cette méthode de classification itérative est qu’elle classe progressivement les individus étudiés en maximisant les différences inter-classe (hétérogénéité inter-classe) tout en minimisant les différences intra-classe (homogénéité intra-classe). Le dendrogramme qui en résulte permet de visualiser les regroupements progressifs de la population étudiée et de choisir la partition qui nous intéresse – ici en trois classes (Figure 1).

Figure 1. Classement des ethnies selon les inégalités scolaires par CAH

Figure 1. Classement des ethnies selon les inégalités scolaires par CAH

Lecture. La partition en trois classes distingue classe 1 (Baoulé, Agni, Dan, Dida, autres Akan, Lagouna, Bété), classe 2 (Malinké, autres Mandé Sud et Gouro) et classe 3 (Senoufo et Dioula).
Champ. Ethnies pour lesquelles les effectifs ne sont pas trop faibles.

Source. CILSS 1985.

  • 64 Qui a peut-être été mal classée initialement du fait du peu d’informations récoltées à son sujet.
  • 65 La divergence concernant les Senoufo s’explique peut-être par une sous-estimation de l’importance (...)

21Les Baoulé, Agni, autres Akan, et Dioula disposent du même classement dans les deux cas. Pour les autres, malgré des divergences, la hiérarchisation générale est conservée. À l’exception de l’ethnie Dan64, que nous avions intégrée à la catégorie la plus discriminante, et qui est au contraire placée dans la plus égalitaire par CAH, les ethnies qui n’ont pas le même classement se situent dans la classe la plus proche. Ceci étant dit, les critères que nous avons retenus pour différencier anthropologiquement les trois groupes sont multidimensionnels, et excèdent de facto une problématique purement éducative. Il n’y a donc pas de raisons pour qu’il existe une parfaite congruence entre les deux classifications, et il importe surtout de noter qu’elles sont globalement cohérentes65.

  • 66 D’après l’article 3d(e) de la Convention no 182 de l’OIT.
  • 67 L. De Lisi, 2015.

22Dans un second temps, nous avons prolongé l’analyse dans le domaine du travail des enfants. À notre connaissance une telle démarche n’a pas été mise en œuvre dans la littérature jusqu’à présent. Nous avons plus spécifiquement ciblé les risques d’exposition à une forme de travail qualifié de dangereux par l’OIT. Les données disponibles interdisant une approche par les conditions de travail, nous nous sommes cantonnés aux temps de travail hebdomadaire réalisés par les enfants sur le marché et dans la sphère domestique66. Une telle décision a été induite par nos résultats antérieurs puisque nous avons montré que les inégalités de genre n’étaient véritablement sensibles qu’une fois pris en compte le travail domestique67. Nous appuyant sur les recommandations de l’OIT et de l’Unicef, nous avons créé un indicateur stipulant que sont en situation de travail dangereux les enfants de 7 à 11 ans qui exercent au moins 1 heure de travail hors domicile ou 21 heures de travail domestique, les enfants de 12 à 14 ans qui travaillent au moins 14 heures hors de leur domicile ou 28 heures dans le ménage et les enfants de 15 à 17 ans qui exercent plus de 40 heures de travail dans et/ou hors du ménage ; les durées étant calculées dans chacun des cas sur une base hebdomadaire.

23Nous avons ensuite créé deux ratios mesurant la surexposition éventuelle des filles aux situations de travail dangereux, noté tdf/g au niveau individuel et TDf/g au niveau du ménage :

tdf/g = TTDf / TTDg

TTDf (respectivement TTDg) représente le taux d’engagement des filles (respectivement des garçons) dans une forme de travail dangereux. Si le ratio est supérieur à 1, les filles sont davantage concernées par des situations de travail dangereux.

24L’indicateur TDf/g rapporte la proportion de ménages qui font travailler dans des proportions dangereuses au moins une fille (NAf) à la part de ceux qui font travailler dans des proportions dangereuses au moins un garçon (NAg) parmi les ménages dans lesquels sont présents au moins un garçon et une fille âgés de 7 à 14 ans :

TDf/g = NAf / NAg

Tableau 3. Classement des ethnies en fonction des indicateurs d’inégalités en matière de travail dangereux

Groupes statutaires Classes (CAH) Enfants engagés
dans une activité
économique dangereuse (%)
tdf/g NAg (%) NAf (%) TDf/g
Groupe 1
Baoulé 1 18,18 1,55 20,99 28,4 1,35
Agni 2 13,69 3,34 11,11 34,72 3,13
Autres Akan 1 26,56 1,37 30,95 42,86 1,38
Moyenne 19,47 2,08 21,02 35,32 1,95
Écart-type 1,09 9,92 7,25 1,02
Groupe 2
Lagouna 2 7,55 2,39 8,33 20,83 2,50
Bété 1 8,89 1,61 8,89 17,78 2,00
Senoufo 1 27,33 1,03 30,95 30,95 1,00
Dida 1 18,6 1,21 22,73 31,82 1,40
Autres voltaïques 1 20,69 1,42 28,57 14,29 0,50
Moyenne  16,61 1,56 17,73 25,35 1,83
Écart-type 0,60 11,05 7,09 0,66
Groupe 3
Malinké 3 12,84 3,23 5 35 7,00
Dioula 2 26,45 2,17 12,5 50 4,00
Dan-Yacouba 2 16,26 2,43 13,33 36,67 2,75
Gouro 2 14,29 2,32 12,5 33,33 2,67
Moyenne 17,46 2,32 19,63 42,61 3,50
Écart-type 0,64 19,97 10,87 2,22
Moyenne ensemble 1,69 23,12 28,31 1,99

Lecture. Pour les Baoulé, l’indicateur d’inégalité individuelle est de 1,55, celui d’inégalité inter-ménage est de 1,35 et 20,99 % des ménages dans lesquels résident au moins une fille et un garçon en âge de travailler ont une de leur fille en situation de travail dangereux.

Champ. Ethnies suffisamment représentées dans la base de données.

Source. CILSS 1985.

  • 68 À titre complémentaire, une dernière CAH a été réalisée en retenant les quatre indicateurs d’inéga (...)

25La partition issue de la CAH pour les inégalités en matière de travail ne recoupe pas exactement celle issue de la CAH effectuée sur les indicateurs d’inégalités scolaires. Une partie des ethnies matrilinéaires notamment, les Agni et les Lagouna, se retrouvent plutôt dans le bas du classement, à l’inverse de ce qui avait émergé de la première CAH. Néanmoins, de même que dans la cadre des inégalités scolaires, si la constitution des classes diffère d’une méthode à l’autre, la hiérarchisation globale demeure similaire (Tableau 3)68.

26Cette analyse descriptive souligne ainsi l’existence d’une certaine congruence entre statut des femmes et inégalités de genre entre enfants, tout particulièrement sur le plan scolaire.

3. L’impact du statut des femmes sur le bien-être des enfants

  • 69 L’interprétation des résultats peut cependant s’avérer délicate du fait d’une possible endogénéité (...)

27La plus-value heuristique de notre pluralisme méthodologique est pleinement mesurable dans les informations supplémentaires que le trainement économétrique permet d’obtenir en matière d’inégalités de genre. En cela notre démarche va au-delà de l’approche uniquement descriptive initiée par J.-F. Kobiané. L’intégration de cette variable de statut, plus riche sur le plan anthropologique, au sein d’analyses multivariées visant à estimer l’effet propre du statut des femmes sur les inégalités de genre en matière de fréquentation scolaire et d’exposition des enfants à une forme d’activité économique plus ou moins dangereuse, offre en effet l’opportunité d’explorer plus finement l’imbrication possible des destinées des femmes et des enfants. L’analyse de régression permet de tester la pertinence de la variable de statut une fois introduites d’autres dimensions susceptibles d’être corrélées à cette variable et qui pourraient avoir plus d’impact qu’elle, telles que la pauvreté des ménages, leur taille, ou leur structure, l’implantation d’infrastructures scolaires, ou des opportunités d’emploi éventuellement différenciées en fonction des régions, etc.69

  • 70 Le test effectué sur la variable d’interaction en confirme la pertinence statistique.
  • 71 L. De Lisi, 2015 ; id., 2019.

28La mise en œuvre d’une telle démarche est cependant délicate. Les régressions traditionnellement utilisées dans ce genre de questions ne sont pas les plus appropriées, car elles estiment l’impact de certains facteurs (sexe, âge, pauvreté, occupation des parents, etc.) sur la probabilité que les enfants soient scolarisés ou engagés dans une forme d’activité économique. La perspective qui nous intéresse ici est différente puisque nous cherchons à déterminer dans quelle mesure les filles sont susceptibles d’être victimes de traitements inégalitaires, voire discriminants, au sein de leur communauté d’appartenance. Or nos investigations ont montré qu’il n’y a pas forcément de congruence entre le taux moyen de fréquentation scolaire des filles et des garçons par ethnie et les indicateurs d’inégalités calculés au niveau du ménage ou de l’individu pour chacune de ces ethnies. Parmi les ethnies les moins inégalitaires en termes de fréquentation scolaire, certaines tendent à faiblement scolariser les enfants, quel que soit leur sexe (Baoulé, Abron), alors que d’autres au contraire enregistrent de forts taux de scolarisation (autres Akan). De même au sein du groupe le plus discriminant : certaines ethnies scolarisent peu (Dioula) et d’autres au contraire scolarisent massivement les enfants (Dan, autres Krou) (Tableau 2). Nous avons donc choisi de conduire des régressions mobilisant une variable d’interaction entre le groupe statutaire et le sexe de l’enfant, car elles permettent de tester dans quelle mesure le statut des femmes est susceptible de jouer différemment sur le bien-être des enfants en fonction de leur sexe70 (Tableau 4). Nos travaux antérieurs71 nous ont amenés à choisir des probits bivariés, qui ont l’avantage d’estimer les probabilités associées aux situations étudiées (ici les chances de scolarisation et les risques d’exposition à une forme d’activité économique) comme relevant d’une décision jointe de la part des ménages. Un tel choix interdit cependant d’utiliser la catégorie de travail dangereux mobilisée plus haut, car les temps de travail sur lesquels elle repose rendent de facto quasi impossible le cumul des activités économiques et scolaires ; les deux échantillons seraient alors (quasiment) mutuellement exclusifs, ce qui rendrait l’analyse inopérante. À défaut nous avons conduit en complément des probits univariés évaluant les risques que l’enfant soit exposé à une forme de travail dangereux (Tableau 5 en annexe). Les résultats ne différant que très peu entre les déterminants du travail et du travail dangereux dans les deux types de probits, nous commentons en priorité les résultats des probits bivariés.

Tableau 4. Déterminants du travail et de la scolarisation des enfants

Variables Côte d’Ivoire Régions rurales
Travail École Travail École
Fille – 0,013 – 0,409 0,019 – 0,349
(0,13) (4,70)*** (0,16) (3,22)***
Groupe 2 – 0,045 0,163 – 0,194 0,288
Ref : groupe 1 (0,33) (1,53) (1,24) (1,97)**
Groupe 3 0,101 0,199 0,127 0,212
(0,82) (1,97)** (0,89) (1,63)
(Groupe 2)*fille 0,072 0,078 0,151 0,059
(0,40) (0,55) (0,74) (0,31)
(Groupe 3)*fille 0,156 – 0,419 0,110 – 0,463
(0,96) (3,15)*** (0,58) (2,70)***
Mère éco active 0,685 – 0,162 0,574 – 0,025
(7,19)*** (2,38)** (5,02)*** (0,25)
Père éco actif 0,049 0,002 – 0,034 0,025
(0,54) (0,03) (0,32) (0,25)
Mère scolarisée 0,003 0,168 0,391 0,137
(0,03) (2,04)** (2,27)** (0,95)
Âge 0,778 0,577 1,094 0,499
(4,52)*** (4,42)*** (5,66)*** (2,95)***
Âge au carré – 0,028 – 0,029 – 0,042 – 0,025
(3,47)*** (4,68)*** (4,69)*** (3,11)***
Enfant biologique – 0,019 0,459 0,005 0,285
(0,24) (7,38)*** (0,05) (3,51)***
Ménage pauvre (voir note) 0,261 – 0,441 0,280 – 0,304
(3,11)*** (5,54)*** (3,07)*** (3,34)***
Sexe chef de ménage : homme – 0,254 – 0,041 – 0,561 – 0,100
(1,47) (0,30) (2,49)** (0,48)
Âge chef de ménage -0,037 0,012 – 0,029 – 0,018
(1,98)** (0,81) (1,40) (1,01)
Âge chef m. au carré 0,000 – 0,000 0,000 0,000
(2,12)** (0,92) (1,38) (0,67)
Localisation : Abidjan – 1,731 – 0,355
Réf : forêt est (6,06)*** (1,88)*
Autres villes – 1,149 0,083 – 0,776 0,175
(5,54)*** (0,50) (2,68)*** (0,74)
Forêt ouest – 0,250 – 0,376 – 0,260 – 0,393
(2,02)** (3,51)*** (1,98)** (3,25)***
Savane 0,320 – 0,853 0,344 – 0,654
(3,23)*** (9,01)*** (2,73)*** (5,72)***
Communauté pauvre 0,328 – 0,273
(2,60)*** (2,36)**
Ménage possédant des terres 1,241 – 0,844
(2,38)** (2,82)***
Ménage producteur de cacao 0,004 0,319
(0,04) (3,39)***
Constante – 4,973 – 2,588 – 8,149 – 0,634
(4,74)*** (3,37)*** (6,90)*** (0,63)
Observations 2859 2859 1653 1653
P > Chi2 P > Chi2
Log pseudo-Likelihood – 2 013,500 5 0,000 – 1 297,863 9 0,000

Lecture. Le fait d’être une fille et d’appartenir au troisième groupe joue négativement et significativement au seuil de 1 % sur la probabilité d’être scolarisé.
*** : significatif au seuil de 1 % ; ** : 5 % ; * : 10 %.
La régression portant sur des variables qualitatives, l’interprétation des coefficients se fait en termes probabilistes en fonction de leur significativité, de leur signe (qui indique le sens de l’effet) et de leur amplitude (qui indique l’importance relative des variables les unes par rapport aux autres).
Quelques variables sans effet significatif ont été retirées du tableau afin d’en alléger la présentation (nombre de personnes résidant dans le ménage, distance des écoles primaires et secondaires les plus proches, etc.).

Champ. Enfants de 7 à 14 ans.

Note. La pauvreté des ménages a été calculée à l’instar de Ranjan Ray en considérant comme pauvres les ménages appartenant au premier quintile de dépenses de biens de consommation courante et durable (R. Ray, 2000).

Source. CILSS 1985.

  • 72 S. Bhalotra & C. Heady, 2003.
  • 73 À l’inverse, les ménages producteurs de cacao, qui ont bénéficié des effets positifs de la croissa (...)
  • 74 Le coefficient associé est l’un des plus importants de la régression.
  • 75 Régression sur les zones rurales.
  • 76 À la suite des travaux sur l’Inde de G. Gianelli & F. Francavilla, 2010.

29Cette régression confirme l’imbrication des destinées des femmes et des enfants tout en apportant des précisions importantes. Tout d’abord, la localisation rurale, l’âge et la possession de terres par le ménage s’avèrent décisives (coefficients les plus élevés des différentes régressions). Les trois éléments favorisent le travail des enfants tout en limitant drastiquement leurs opportunités de scolarisation. Ces premiers résultats sont parfaitement attendus : le travail des enfants augmente mécaniquement avec l’âge, et est massivement agricole en Côte d’Ivoire. En ce qui concerne l’effet négatif de la possession de terres par le ménage, nous retrouvons le « paradoxe de richesse », mis en évidence par Sonia Bhalotra et Christopher Heady72, selon lequel les ressources foncières tendent à accentuer les risques d’engagement des enfants dans une activité économique, par simple opportunité73. Ensuite, des dynamiques différentes sont à l’œuvre pour les deux activités. En ce qui concerne la scolarisation des enfants, le sexe de l’enfant est très déterminant74 : le fait d’être une fille apparaît comme un obstacle majeur, aggravé par l’appartenance au troisième groupe statutaire plutôt qu’au premier. La variable d’interaction entre le sexe de l’enfant et le groupe statutaire a en effet un impact négatif et significatif au seuil de 1 % sur la probabilité que les enfants soient scolarisés, et le coefficient associé vient en quatrième position derrière les trois effets mentionnés précédemment75. Le statut des femmes semble donc avoir une véritable incidence sur les inégalités scolaires de genre puisque celles-ci sont les plus marquées dans les groupes sociaux où les femmes ont le statut le plus faible. Le travail des enfants semble quant à lui déterminé par d’autres facteurs. Ni le sexe de l’enfant ni le statut des femmes n’ont d’impact visible. En revanche, l’activité économique de la mère s’avère particulièrement décisive, conformément à nos résultats antérieurs. Il s’agit là aussi du quatrième coefficient le plus important. En ce qui concerne plus spécifiquement le travail dangereux (Annexe), outre les facteurs précédents qui restent valides, le fait d’être une fille aggrave les risques, ce qui n’est pas surprenant dans la mesure où l’indicateur tient compte du travail domestique. Il est possible que l’apparente dépendance du travail des enfants à celui des femmes tienne à la « mauvaise qualité76 » des emplois féminins ; les faibles opportunités des femmes sur le marché du travail formel ainsi que la faiblesse de leurs revenus entraveraient leur pouvoir de négociation au sein du couple et constitueraient un obstacle au retrait des enfants du marché du travail.

30Ces différents résultats indiquent que les normes sociales de genre, saisies dans notre étude par le statut des femmes, sont susceptibles d’agir différemment sur le bien-être des enfants, selon que celui-ci est abordé par leurs opportunités de scolarisation ou leurs risques d’exposition à une forme d’activité économique.

  • 77 A. Anoh, R. Fassassi & A. Adjamagbo, par exemple.

31La désagrégation par ethnies n’étant plus disponible dans les enquêtes de 1993 et de 2002, il est impossible d’analyser précisément l’évolution temporelle de l’impact du statut des femmes sur la situation des enfants. À défaut, l’analyse a été reconduite avec le seul régime de parenté (matrilinéaire/patrilinéaire), en dépit du fait que cette variable n’approche le statut que par une dimension unique. En 1985, le régime matrilinéaire diminue les inégalités scolaires de genre sans avoir d’impact notable sur l’activité économique des enfants, ce qui est cohérent avec nos résultats précédents. L’appartenance au régime matrilinéaire joue en revanche en défaveur des enfants, sur le plan de l’activité économique uniquement en 1988 et sur les deux plans en 1993. En 2002 au contraire, la matrilinéarité améliore la situation des enfants sur les deux plans. Ces mouvements coïncident avec l’évolution de la conjoncture économique sur la période (croissance jusqu’au début des années 1980, crise ensuite jusqu’au milieu des années 1990, puis nouvelle période de prospérité). Cela tendrait à conforter l’hypothèse selon laquelle les femmes africaines (et consécutivement les filles) subiraient plus fortement les crises économiques que les hommes77, et que le positionnement social et économique des femmes a bien un effet sur le bien-être des enfants.

Conclusion

32Si de nombreuses démarches pluralistes sont menées aujourd’hui, tant au moment de la collecte des données que de leur analyse, la spécificité de la nôtre est de proposer un pluralisme méthodologique a posteriori consistant à revisiter des données statistiques issues d’enquêtes auprès des ménages à partir de travaux qualitatifs. Les pistes ouvertes par une telle opérationnalisation plaident en la faveur d’une telle méthodologie, en particulier lorsque le terrain n’est plus accessible (période révolue) ou faute de moyens, de temps et/ou d’expertise.

33Le pluralisme méthodologique que nous avons déployé ici est en effet source d’une véritable plus-value heuristique en matière de compréhension de l’imbrication des destinées des femmes et des enfants et des inégalités de genre affectant les enfants en Côte d’Ivoire. D’une part, grâce à l’exploitation approfondie de travaux d’anthropologues, d’historiens et de démographes portant sur les ethnies ivoiriennes, nous avons pu créer, à l’instar de J.-F. Kobiané sur le cas burkinabé, une variable mesurant le statut des femmes dans leurs groupes d’appartenance. Par rapport aux variables de statut ou d’empowerment utilisées habituellement dans la littérature, celle-ci présente le double avantage d’être à la fois multidimensionnelle (sont prises en compte les dimensions sociales, symboliques et économiques) et d’ordre méso (ciblage des normes de genre en vigueur dans les groupes sociaux). Elle permet à ce titre de saisir les femmes dans la réalité de leur contexte spécifique et d’affiner la compréhension des liens entre emploi féminin et situation des enfants (école/travail), sans surestimer les déterminants microéconomiques et familiaux (pauvreté et taille du ménage, âge et sexe du chef de ménage, etc.), biais inhérent aux études mobilisant les enquêtes auprès des ménages. D’autre part, le traitement économétrique, rendu possible par l’injection de cette nouvelle variable dans les bases de données statistiques issues des enquêtes auprès des ménages, a permis d’affiner l’analyse des inégalités de genre, en distinguant les différents vecteurs par lesquels le positionnement des femmes dans la société est susceptible d’affecter le bien-être des enfants. Le statut des femmes semble ainsi déterminant en matière de sous-scolarisation des filles mais inopérant en matière de travail (dangereux) des enfants, qui s’avère en revanche très dépendant du travail des mères. Si l’hétérogénéité de la qualité des informations recueillies par ethnie affaiblit la portée de cette variable, les résultats obtenus augurent de la richesse des prolongements qui pourraient être apportés grâce à la mobilisation de données statistiques plus renseignées sur l’ensemble des ethnies ivoiriennes et de nouvelles études qualitatives.

  • 78 A. Sen, 2000, p. 16.

34Les enseignements opérationnels de tels résultats ne sont pas négligeables dans la mesure où ils contredisent l’idée selon laquelle l’accès des femmes au marché du travail engendrerait mécaniquement une réduction de la pauvreté féminine et serait, à ce titre, nécessairement profitable aux enfants. Au-delà d’une approche purement monétaire, la pauvreté, conformément aux recommandations d’A. Sen, doit être envisagée « comme une incapacité à édifier son bien-être78 », comme la privation d’un certain nombre de libertés et opportunités dans les différents domaines de la vie sociale. Ici, le cantonnement des femmes dans le secteur informel, sans véritable accès au marché du travail formel ni à la possibilité de dégager des revenus conséquents et d’embaucher librement de la main-d’œuvre, entrave probablement leurs opportunités de convertir les gains économiques issus de leur travail en gains véritablement profitables à leurs enfants. Notre analyse de la littérature l’a souligné, malgré des différences inter-groupes, le positionnement économique des femmes reste globalement très précaire dans l’ensemble de la société ivoirienne. Le simple accès des femmes au marché du travail n’est ainsi probablement pas un vecteur d’empowerment suffisant ; l’amélioration effective de leur situation, et consécutivement de celle de leurs enfants, ne peut faire l’impasse d’une action sur la manière dont elles sont en capacité de faire valoir leurs droits et opportunités dans la société. Ces résultats invitent à prendre acte de la nécessité de mettre en œuvre des politiques d’empowerment situées, tenant compte de la complexité et de la spécificité de chaque environnement : le genre étant un construit social, seules des politiques contextualisées, socialement, historiquement et culturellement seront en mesure d’agir en profondeur sur les inégalités de genre.

  • 79 Voir par exemple l’enquête Pauvreté et structure familiale (PSF) de P. De Vreyer & S. Lambert, 202 (...)
  • 80 I. Guérin, E. Bouquet & S. Morvant-Roux, 2016.
  • 81 F. Bédécarrats, I. Guérin & F. Roubaud, 2020.
  • 82 A. Labrousse, 2016.
  • 83 Ce qui conduit Agnès Labrousse à qualifier cette perspective de « micro réductionnisme » (A. Labro (...)
  • 84 N. Kabeer, 2020.
  • 85 M. Hatlebakk & Y. Gurung, 2014 ; N. Kabeer, 2020.

35Fondamentalement, notre démarche s’inscrit dans une tendance en plein essor ces dernières années dans les études portant sur le développement, ainsi qu’en témoigne l’intérêt croissant pour la prise en compte de la réalité qualitative79 du terrain et la démultiplication des approches combinées80. Ces dernières se mènent à rebours de la perspective résolument quantitative et microéconomique des essais randomisés contrôlés (randomized controlled trial, RCT), popularisée par le décernement du prix Nobel d’économie à Esther Duflo, Abhijit Vinayak Banerjee et Sendhil Mullainathan en 2019 pour leurs travaux les mobilisant dans le cadre de la lutte contre la pauvreté81. Or ces dernières méthodes, plébiscitées par leurs partisans du fait de leur supériorité supposée à faire émerger des programmes de développement efficaces, achoppent en réalité à saisir les processus cognitifs et les capacités d’actions véritablement à disposition des individus en fonction du contexte historique et social dans lequel ils sont insérés, et qui sont en réalité décisifs pour comprendre le changement social82. Par leur volonté d’expliquer des phénomènes globaux à partir des seules motivations individuelles, saisies par la démultiplication d’expériences micro83, ces méthodes conçoivent le développement de manière linéaire et occultent les dynamiques historiques et sociales à l’œuvre dans chaque contexte spécifique84. Or, ainsi que le note N. Kabeer, l’absence de prise en considération du contexte conduit à survaloriser les coûts et les distorsions des programmes d’empowerment féminin, alors que c’est davantage le ciblage d’une dimension unique, isolée de son contexte, qui est probablement en cause dans l’inefficacité apparente de certains d’entre eux85.

Haut de page

Bibliographie

Abreha, Solomon Kibret & Zereyesus, Yacob Abrehe, « Women’s Empowerment and Infant and Child Health Status in Sub‑Saharan Africa: A Systematic Review », Maternal and Child Health Journal, vol. 25, no 1, 2021, p. 95-106.

Alkire, Sabina, Meinzen-Dick, Ruth, Peterman, Amber, Quisumbing, Agnes, Seymour, Greg & Vaz, Ana, « The Women’s Empowerment in Agriculture Index », World Development, vol. 52, 2013, p. 71-91.

Anderson, Siwan & Eswaran, Mukesh, « What Determines Female Autonomy? Evidence from Bangladesh », Journal of Development Economics, vol. 90, 2009, p. 179-191.

Anoh, Amoakon, Fassassi, Raïmi & Adjamagbo, Agnès, « Dynamiques familiales et solidarités communautaires. Les réponses sociales à la crise », in Éric Léonard & Patrice Vimard (dir.), Crises et recomposition d’une agriculture pionnière en Côte d’Ivoire, Paris, IRD et Karthala, 2005, p. 217-260.

Bhalotra, Sonia & Heady, Christopher, « Child Farm Labour: The Wealth Paradox », The World Bank Economic Review, vol. 17, no 2, 2003, p. 197-227.

Basset, Thomas, « Migration et féminisation de l’agriculture dans le nord de la Côte d’Ivoire », in Francis Gendreau, Claude Meillassoux, Bernard Schlemmer & Martin Verlet (dir.), Les spectres de Malthus : déséquilibres alimentaires, déséquilibres démographiques, Paris, Orstom, Ceped, EDI, 1991, p. 219-245.

Bédécarrats, Florent, Guérin, Isabelle & Roubaud, François (dir.), Randomized Control Trials in the Field of Development: A Critical Perspective, Oxford, Oxford University Press, 2020.

Berger, Iris & White, E. Frances, Women in Sub-Saharan Africa: Restoring Women to History, Bloomington, Indiana University Press, 1999.

BIT (Bureau international du travail) & Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance), « Travail des enfants. Estimations mondiales 2020, tendances et chemin à suivre », rapport de l’Organisation internationale du travail et du Fonds des Nations unies pour l’enfance, 2021.
URL : https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_norm/---ipec/documents/publication/wcms_827415.pdf

Boutillier, Jean-Louis, « Histoire et stratégies matrimoniales chez les Koulango de Nassian », Cahiers Orstom. Série sciences humaines, vol. 8, no 2, 1971, p. 153-164.

Coquery-Vidrovitch, Catherine, Les Africaines. Histoire des femmes d’Afrique noire du xixe au xxe siècle, Paris, Desjonquères, 1994.

Coquery-Vidrovitch, Catherine, « Des femmes colonisées aux femmes de l’indépendance », in Thérèse Locoh (dir.), Genre et sociétés en Afrique. Implications pour le développement, Paris, Les cahiers de l’Ined, no 160, 2007, p. 69-99.

Deininger, Klaus, Goyal, Aparajita & Nagarajan, Hari, « Inheritance Law Reform and Women’s Access to Capital: Evidence from India’s Hindu Succession Act », Policy Research Working Paper no 5338, 2010.

Degri de Djagnan, Raymond, « Organisation familiale des Godié de Côte d’Ivoire », Cahiers d’études africaines, no 27, 1967, p. 399-433.

De Hoop, Jacobus, Premand, Patrick, Rosati, Furio & Vakis, Renos, « Women’s Economic Capacity and Children’s Human Capital Accumulation », Journal of Population Economics, vol. 31, no 2, 2018, p. 453-481.

Deliège, Robert, Anthropologie de la famille et de la parenté, Paris, Armand Colin, 2006.

De Lisi, Laura, « Les déterminants du travail des enfants en Côte d’Ivoire de 1985 à 2002 : exploitation, pauvreté, ou déséquilibres institutionnels ? Des formes multiples de dépendance », thèse de doctorat en économie, EHESS, 2015.

De Lisi, Laura, « Child Labour and its Interaction with Adult Labour in Ivory Coast (1980-2000) », in Gwyn Campbell & Alessandro Stanziani (dir.), The Palgrave Handbook of Bondage and Human Rights in Africa and Asia, New York, Palgrave Macmillan, 2019, p. 301-325.

De Vreyer, Philippe & Lambert, Sylvie, « Inequality, Poverty and the Intra-Household Allocation of Consumption in Senegal », The World Bank Economic Review, vol. 35, no 2, 2021, p. 414-435.

Dozon, Jean-Pierre, « Économie marchande et structures sociales. Le cas des Bété de Côte d’Ivoire », Cahiers d’études africaines, no 68, 1977, p. 463-483.

Dozon, Jean-Pierre, « L’invention de la Côte d’Ivoire », Le genre humain, no 20, 1989, p. 135-162.

Duflo, Esther, « Women Empowerment and Economic Development », Journal of Economic Literature, vol. 50, no 4, 2012, p. 1051-1079.

Ehrhart, Hélène, « Une croissance ivoirienne dynamique : chiffres et défis », Afrique contemporaine, no 263-264, 2017, p. 218-220.

Essilfie, Gloria, Sebu, Joshua & Annim, Samuel Kobina, « Women’s Empowerment and Child Health Outcomes in Ghana », African Development Review, vol. 32, no 2, 2020, p. 200-215.

Étienne, Mona, « Rapport de sexe et de classe et mobilité socio-économique chez les Baoulé (Côte-d’Ivoire) », Anthropologie et sociétés, vol. 11, no 1, 1987, p. 71-93.

Fafchamps, Marcel, Kebede, Bereket & Quisumbing, Agnes, « Intrahousehold Welfare in Rural Ethiopia », Oxford Bulletin of Economics and Statistics, vol. 71, no 4, 2009, p. 567-599.

Giannelli, Gianna & Francavilla, Francesca, « The Relation Between Child Work and the Employment of Mothers in India », International Journal of Manpower, vol. 31, no 2, 2010, p. 232-257.

Guérin, Isabelle, Bouquet, Emmanuelle & Morvant-Roux, Solène, « Chercher ensemble : les défis et les cahots de l’interdisciplinarité, des méthodes mixtes et des partenariats multiples (Rume) », Revue tiers monde, hors-série, 2016, p. 99-122.

Hamberger, Klaus, « Matrilinéarité et culte des aïeules chez les Éwé », Journal des africanistes, vol. 79, no 1, 2009, p. 241-279.

Hatlebakk, Magnus & Gurung, Yogendra, « Female Empowerment and the Education of Children in Nepal », CMI Working Paper, 2014.

Ingutia, Rose, Rezitis, Anthony N. & Sumelius, John, « Child Poverty, Status of Rural Women and Education in Sub Saharan Africa », Children and Youth Services Review, vol. 111, 2020.

Kabeer, Naila, « Resources, Agency, Achievements: Reflections on the Measurement of Women’s Empowerment », Development and Change, vol. 30, no 3, 1999, p. 435-464.

Kabeer, Naila, « Women’s Empowerment and Economic Development: A Feminist Critique of Storytelling Practices in “Randomista” Economics », Feminist Economics, vol. 26, no 2, 2020, p. 1-26.

Kobiané, Jean-François, « Ethnies, genre et scolarisation au Burkina Faso », in Thérèse Locoh (dir.), Genre et sociétés en Afrique. Implications pour le développement, Paris, Les cahiers de l’Ined, 2007, p. 221-242.

Labrousse, Agnès, « Not by Technique Alone: A Methodological Comparison of Development Analysis with Esther Duflo and Elinor Ostrom », Journal of Institutional Economics, vol. 12, no 2, 2016, p. 277-303.

Lemercier, Claire & Zalc, Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008.

Nyyssölä, Milla, « Women’s Status and Child Labour in Nepal », United Nations University-World Institute for Development Economic Research (UNU-WIDER), document de travail no 85, 2007.
URL : https://www.wider.unu.edu/publication/women%E2%80%99s-status-and-child-labour-nepal

Marguerat, Yves, « Des ethnies et des villes », Cahiers Orstom. Série sciences humaines, vol. 18, no 3, 1981, p. 303-340.

Meillassoux, Claude, Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire. De l’économie de subsistance à l’agriculture commerciale, Paris, Mouton, 1964.

Meillassoux, Claude, Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspero, 1975.

Michotte, Jean, « Les marchés du pays Baoulé de la zone dense : typologie, organisation et fonctionnement », Cahiers Orstom. Série sciences humaines, vol. 3, no 5, 1970.

Murdock, George Peter, Africa, its People and their Culture History, New York, McGraw-Hill Book Co., 1959.

Murdock, George Peter, « Ethnographic Atlas: A Summary », Ethnology, vol. 6, no 2, 1967, p. 109-236.

Panday, Priniti, Rackie, Deanna & Kula, Maria Cornachione, « The Status of Women and its Influence on Children’s Well-Being: Do Geography, Religion and Income Matter? A Comparative Study », Development Policy Review, vol. 38, no 6, 2020, p. 766-782.

Paulme, Denise, Une société de Côte d’Ivoire hier et aujourd’hui : les Bété, Paris, Mouton, 1962.

Prévost, Benoît, « Le genre dans les nouvelles stratégies de lutte contre la pauvreté : de Sen à la Banque mondiale », in Isabelle Guérin, Madeleine Hersent & Laurent Fraisse (dir.), Femmes, économie et développement, Toulouse, Érès, 2011, p. 29-61.

Ray, Ranjan, « Analysis of Child Labour in Peru and Pakistan: A Comparative Study », Journal of Population Economics, vol. 13, no 1, 2000, p. 3-19.

Reggio, Iliana, « The Influence of the Mother’s Power on her Child’s Labor in Mexico », Journal of Development Economics, vol. 96, no 1, 2011, p. 95-105.

Salia, Samuel, Hussain, Javed, Tingbani, Ishmael & Kolade, Oluwaseun, « Is Women Empowerment a Zero Sum Game? Unintended Consequences of Microfinance for Women’s Empowerment in Ghana », International Journal of Entrepreneurial Behavior & Research, vol. 24, no 1, 2018, p. 273-289.

Saravanan, Velayutham, «Women’s Employment and Reduction of Child Labour: Beedi Workers in Rural Tamil Nadu », Economic and Political Weekly, vol. 37, no 52, 2002, p. 5205-5014.

Sen, Amartya, Development as Freedom, New York, Anchor Books, 1999.

Sen, Amartya, Repenser l’inégalité, trad. Paul Chemla, Paris, Seuil, 2000.

Sudarkasa, Niara, « “The Status of Women” in Indigenous African Societies », Feminist Studies, vol. 12, no 1, 1986, p. 91-103.

Vimard, Patrice, « Modernité et pluralité familiales en Afrique de l’Ouest », Revue Tiers Monde, vol. 34, no 133, 1993, p. 89-115.

Yokying, Phanwin & Floro, Maria S., « Parents’ Labour Force Participation and Children’s Involvement in Work Activities: Evidence from Thailand », Oxford Development Studies, vol. 48, no 3, 2020, p. 287-303.

Haut de page

Annexe

Annexe : le travail dangereux

Tableau 5. Déterminants du travail dangereux

    Côte d’Ivoire         Régions rurales    
Groupe 2 0,079 0,020
Réf : Gr 1 (0,62) (0,13)
Groupe 3 0,036 0,061
(0,29) (0,41)
Fille 0,566 0,425
(5,64)*** (3,50)***
Gr 2*fille – 0,177 0,053
(1,08) (0,26)
Gr 3*fille 0,115 0,139
(0,74) (0,72)
Mère éco active 0,345 0,185
(4,25)*** (1,70)*
Père éco actif – 0,031 – 0,133
(0,37) (1,28)
Âge 0,709 0,889
(4,49)*** (4,75)***
Âge au carré – 0,024 – 0,032
(3,24)*** (3,63)***
Enfant biologique – 0,026 – 0,001
(0,36) (0,01)
Mère scolarisée – 0,094 0,319
(0,87) (1,93)*
Ménage pauvre 0,203 0,151
(2,36)** (1,61)
Sexe chef de ménage (CM) : homme 0,117 – 0,073
(0,71) (0,33)
Âge CM – 0,034 – 0,005
(2,02)** (0,26)
Âge CM carré 0,000 0,000
(2,06)** (0,43)
Nombre de résidents – 0,010 – 0,006
(2,48)** (1,65)*
Localisation : Abidjan – 1,068
Ref : Forêt est (4,80)***
Localisation : autres villes – 0,536 – 0,793
(2,96)*** (2,48)**
Localisation : for. ouest – 0,545 – 0,533
(4,28)*** (3,90)***
Localisation : Savane 0,311 0,147
(3,17)*** (1,19)
Communauté pauvre 0,431
(3,40)***
Ménages possédant des terres 1,190
(2,64)***
Ménages producteurs de cacao – 0,325
(3,04)***
Constante – 5,213 – 7,786
(5,37)*** (6,57)***
Observations 2 859 1 653
Log pseudo-Likelihood – 1 148,079 4
P > Chi2
0,000
– 747,001
P > Chi2
0,000

Lecture. Le fait d’être une fille augmente significativement au seuil de 1 % les chances que l’enfant se retrouve en situation de travail dangereux.
*** : significatif au seuil de 1 % ; ** : 5 % ; * : 10 %.

Champ. Enfants de 7 à 14 ans.

Source. CILSS 1985.

Haut de page

Notes

1 B. Prévost, 2011.

2 V. Saravanan, 2002 ; E. Duflo, 2012.

3 Voir l’article de Kathryn Moeller paru le 4 janvier 2019 dans The New Yorker (URL : https://www.newyorker.com/science/elements/the-ghost-statistic-that-haunts-womens-empowerment).

4 Voir les engagements affichés en 2009 par la Clinton Global Initiative (par exemple sur le site du Conseil économique et social des Nations unies, URL : https://www.un.org/en/ecosoc/phlntrpy/notes/clinton.pdf) ; ou l’article de Mary Ellen Iskenderian paru le 8 mars 2011 dans la Harvard Business Review (URL : https://hbr.org/2011/03/banking-on-women-and-girls-key).

5 Au sens de l’article 3d de la convention no 182 de l’Organisation internationale du travail (OIT) : « les travaux qui, par leur nature ou les conditions dans lesquelles ils s’exercent, sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l’enfant » (disponible sur le site de l’organisation, URL : https://www.ilo.org/dyn/normlex/fr/f?p=NORMLEXPUB:12100:0::NO::P12100_ILO_CODE:C182). L’article 3 de la Recommandation 190 précise : « e) Les travaux qui s’effectuent dans des conditions particulièrement difficiles, par exemple pendant de longues heures, ou la nuit, ou pour lesquels l’enfant est retenu de manière injustifiée dans les locaux de l’employeur. »

6 « Empowering Women and Girls to End Child Labour », billet publié par la Commission européenne (URL : https://ec.europa.eu/international-partnerships/stories/empowering-women-and-girls-end-child-labour_en).

7 « Empowered Women Lead the Fight Against Child Labor », billet de Priscilla Sogah publié le 4 mars 2021 par la World Cocoa Foundation (URL : https://www.worldcocoafoundation.org/blog/empowered-women-lead-the-fight-against-child-labor/).

8 Pour un point sur la multiplicité des définitions de l’empowerment, voir par exemple S. K. Abreha & Y. A. Zereyesus, 2021.

9 N. Kabeer, 1999, p. 437.

10 L. De Lisi, 2015 ; id., 2019.

11 Au sens du Bureau international du travail (BIT) : avoir travaillé une heure lors de la semaine de référence de l’enquête.

12 Il faut prendre en compte le travail domestique pour que des différences soient sensibles en fonction du genre.

13 Voir par exemple P. Yokying & M. Floro, 2020 (et références citées).

14 Enfants de 7 à 17 ans.

15 Après une phase de croissance spectaculaire entre l’Indépendance et le début des années 1980, le pays traverse une lourde crise économique jusqu’en 1993, avant de connaître une « embellie temporaire » de 1994 au début des années 2000, où se déclenche une crise politique qui affectera durablement la croissance ivoirienne (H. Ehrhart, 2017 et les références citées).

16 50 % des enfants sont scolarisés en 1985, 65 % en 1988, 48 % en 1993 et 58 % en 2002.

17 A. Sen, 1999.

18 I. Reggio, 2011 (et ses références) ; voir également le rapport « 2015/2016 Cargill Cocoa Promise Report: Empowering women and supporting children » (URL : https://www.cargill.com/doc/1432076280157/ccp-empowering-women.pdf).

19 S. Salia et al., 2018.

20 S. Alkire et al., 2013.

21 K. Deininger, A. Goyal & H. Nagarajan, 2010.

22 M. Fafchamps, B. Kebede & A. Quisumbing, 2009.

23 S. Anderson & M. Eswaran, 2009.

24 M. Hatlebkk & Y. Gurung, 2014.

25 R. Ingutia, A. Rezitis & J. Sumelius, 2020.

26 S. Alkire et al., 2013.

27 Voir par exemple la création de l’indicateur Women’s Empowerment in Agriculture Index, S. Alkire et al., 2013.

28 J.-F. Kobiané, 2007, p. 236.

29 Voir par exemple M. Fafchamps, B. Kebede & A. Quisumbing, 2009 ; E. Duflo, 2012 ; G. Essilfie, J. Sebu & S. K. Annim, 2020 ; et les études mentionnées par S. K. Abreha & Y. A Zereyesus, 2021.

30 M. Hatlebakk & Y. Gurung, 2014 ; J. de Hoop et al., 2018 ; R. Ingutia, A. Rezitis & J. Sumelius, 2020 ; P. Panday, D. Rackie & M. C. Kula, 2020.

31 M. Nyyssölä, 2007 ; I. Reggio, 2011 ; J. de Hoop et al., 2018.

32 Convention no 182 de l’OIT, art. 3d.

33 BITUnicef, 2021.

34 Nous remercions à ce titre la Banque mondiale de nous avoir confié ces données.

35 G. P. Murdock, 1959 ; id., 1967.

36 C. Lemercier & C. Zalc, 2008.

37 J.-F. Kobiané, 2007.

38 J.-F. Kobiané, 2007, p. 226.

39 Y. Marguerat, 1981 ; J.-P. Dozon, 1989, par exemple.

40 Il existe plus d’une soixantaine d’ethnies en Côte d’Ivoire. Dans une optique de clarification, un découpage en cinq groupes est traditionnellement retenu : Akan, Mandé Nord, Mandé Sud, Gour, Krou.

41 La richesse des informations qualitatives recueillies dans ces travaux offre l’opportunité de resituer beaucoup plus finement la réalité de la situation des femmes dans la société ivoirienne, que ne le permettent les variables disponibles dans les enquêtes de la BM.

42 Nous avons au total mobilisé près de 80 études différentes ; la liste détaillée peut être consultée p. 506-510 de notre thèse (L. De Lisi, 2015).

43 I. Berger & E. F. White, 1999 ; C. Coquery-Vidrovitch, 2007, par exemple.

44 Voir par exemple la critique de ces postures proposée par N. Sudarkasa, 1986.

45 Nous privilégions l’emploi du terme symbolique à celui de politique car il est rare que les femmes aient de réelles prérogatives politiques dans la période étudiée.

46 Les sociétés matrilinéaires ne sont pas des matriarcats.

47 R. Deliège, 2006.

48 J.-P. Dozon, 1977 ; K. Hamberger, 2009.

49 La femme étant considérée comme une force de travail, la famille de l’homme doit dédommager celle de la femme, en lui offrant des pièces de bétail, des biens de consommation, utilitaires ou de prestige.

50 R. Degri de Djagnan, 1967 ; J.-F. Kobiané, 2007.

51 D. Paulme, 1962 ; C. Meillassoux, 1964 ; id., 1975 ; J.-P. Dozon, 1977 ; M. Étienne, 1987.

52 G. Michotte, 1970, par exemple.

53 Les Nana-Benz du Togo par exemple, C. Coquery-Vidrovitch, 1994.

54 P. Vimard, 1993 ; C. Coquery-Vidrovitch, 1994.

55 Pour des raisons évidentes de place, il est impossible d’intégrer cette nouvelle base ici, mais une présentation résumée de celle-ci est disponible dans notre thèse (L. De Lisi, 2015, p. 282-290 et p. 298-308).

56 Nous préférons ce terme à celui de « classe » de J.-F. Kobiané car il évite une possible confusion avec une analyse en termes de classes sociales.

57 J.-P. Dozon, 1977.

58 J.-L. Boutillier, 1971.

59 T. Basset, 1991.

60 J.-F. Kobiané, 2007.

61 Symétrique du gender parity index de l’Unesco.

62 L’analyse étant désagrégée par ethnie et restreinte aux ménages ayant au moins un garçon et une fille en âge d’être scolarisés, les effectifs par catégories sont relativement faibles et certaines ethnies ont dû être retirées de l’analyse faute de données suffisantes. Les résultats obtenus ne sont donc pas très robustes, mais fournissent une première description des inégalités scolaires de genre par ethnies.

63 Cette méthode est traditionnellement utilisée à titre exploratoire sur des ensembles plus grands mais peut fournir des informations complémentaires dans une perspective descriptive.

64 Qui a peut-être été mal classée initialement du fait du peu d’informations récoltées à son sujet.

65 La divergence concernant les Senoufo s’explique peut-être par une sous-estimation de l’importance des relations pères-fils et de la remise en question du positionnement des femmes qui en découle.

66 D’après l’article 3d(e) de la Convention no 182 de l’OIT.

67 L. De Lisi, 2015.

68 À titre complémentaire, une dernière CAH a été réalisée en retenant les quatre indicateurs d’inégalités (école et travail dangereux), mais n’a fait émerger aucun résultat supplémentaire notable.

69 L’interprétation des résultats peut cependant s’avérer délicate du fait d’une possible endogénéité entre le bien-être des enfants et le statut des femmes, ce dernier pouvant être corrélé à des caractéristiques inobservées relatives aux femmes, aux ménages, ou aux communautés. Or ces caractéristiques sont susceptibles d’avoir un impact sur le bien-être des enfants, et ce biais peut être plus fort pour les femmes que pour les hommes, du fait de leur plus faible positionnement socioéconomique (E. Duflo, 2012). Les données disponibles ne nous permettent cependant pas de contourner aisément ce biais (par l’utilisation de variables instrumentales ou de chocs extérieurs affectant le statut des femmes sans modifier le bien-être des enfants par exemple).

70 Le test effectué sur la variable d’interaction en confirme la pertinence statistique.

71 L. De Lisi, 2015 ; id., 2019.

72 S. Bhalotra & C. Heady, 2003.

73 À l’inverse, les ménages producteurs de cacao, qui ont bénéficié des effets positifs de la croissance fondée sur la culture cacaoyère, ont montré historiquement leurs choix de scolariser leurs enfants dès qu’ils en avaient l’opportunité.

74 Le coefficient associé est l’un des plus importants de la régression.

75 Régression sur les zones rurales.

76 À la suite des travaux sur l’Inde de G. Gianelli & F. Francavilla, 2010.

77 A. Anoh, R. Fassassi & A. Adjamagbo, par exemple.

78 A. Sen, 2000, p. 16.

79 Voir par exemple l’enquête Pauvreté et structure familiale (PSF) de P. De Vreyer & S. Lambert, 2021.

80 I. Guérin, E. Bouquet & S. Morvant-Roux, 2016.

81 F. Bédécarrats, I. Guérin & F. Roubaud, 2020.

82 A. Labrousse, 2016.

83 Ce qui conduit Agnès Labrousse à qualifier cette perspective de « micro réductionnisme » (A. Labrousse, 2016).

84 N. Kabeer, 2020.

85 M. Hatlebakk & Y. Gurung, 2014 ; N. Kabeer, 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Classement des ethnies selon les inégalités scolaires par CAH
Légende Lecture. La partition en trois classes distingue classe 1 (Baoulé, Agni, Dan, Dida, autres Akan, Lagouna, Bété), classe 2 (Malinké, autres Mandé Sud et Gouro) et classe 3 (Senoufo et Dioula).Champ. Ethnies pour lesquelles les effectifs ne sont pas trop faibles.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/16756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura De Lisi, « La dépendance du bien-être des enfants au statut social, symbolique et économique des femmes en Côte d’Ivoire »Histoire & mesure, XXXVII-2 | 2022, 183-212.

Référence électronique

Laura De Lisi, « La dépendance du bien-être des enfants au statut social, symbolique et économique des femmes en Côte d’Ivoire »Histoire & mesure [En ligne], XXXVII-2 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/16756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.16756

Haut de page

Auteur

Laura De Lisi

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, PRISM (Pôle de recherches interdisciplinaires en sciences du management) Sorbonne. E-mail : laura.de-lisi@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search