Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXVIII-1Objectiver le socialCompter et classer pour défendre ...

Objectiver le social

Compter et classer pour défendre ses intérêts : les fédérations ouvrières face à l’objectivation du monde social (France, fin xixe-début xxe siècle)

Counting and Classifying to Defend one’s Interests: Workers’ Federations and the Objectification of the Social World (France, Late 19th-Early 20th Century)
Agnès Hirsch
p. 105-126

Résumés

Au tournant du xxe siècle en France, les fédérations ouvrières s’emploient à construire et diffuser des savoirs et des expertises sur le travail. Le recours à la statistique et aux enquêtes possède alors un objectif de légitimation du mouvement syndical dans l’espace social. Cet article analyse plusieurs pratiques des fédérations à des fins de revendication : la mise en place d’enquêtes internes, la remise en cause des enquêtes et des chiffres produits par des organisations externes au mouvement ouvrier et la négociation des codifications juridiques des professions. Il met en lumière une tension dans la revendication d’une expertise du travail par les fédérations, entre usage et remise en cause de ces modes d’objectivation du monde social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 B. Touchelay, 2022, p. 93.
  • 2 Sur la SGF, voir M. Huber, 1937 ; R. Le Mée, 1979. Sur l’Office, voir A.-C. Decouflé, 1984 ; J. Lu (...)
  • 3 Voir J.-N. Biraben, 1963 ; S. Ruggles & D. L. Magnuson, 2020.
  • 4 F. Cardoni et al., 2022, p. 259.
  • 5 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 10.

1Au cours du xixe siècle en France, la mesure du monde social connaît un développement manifeste, conjointement à la diversification des compétences de l’État : « L’élargissement du périmètre de l’action publique conduit à développer les statistiques, qui, en retour, constituent l’une des formes de la mise en chiffre au service de l’État1. » La création d’administrations statistiques, à l’instar de la Statistique générale de la France (SGF) au premier tiers du xixe siècle puis de l’Office du travail en 18912, mais aussi l’institutionnalisation progressive du recensement tout au long du siècle3 contribuent largement, mais pas seulement, au développement des statistiques à l’échelle nationale. Le xixe siècle voit également se multiplier les enquêtes sociales, portées par des institutions publiques, des institutions privées et des particuliers « aux ambitions publiques4 » et s’insérant dans un contexte de profonds bouleversements économiques et sociaux. Par-delà la diversité des thématiques qu’elles abordent, elles ont pour point commun la volonté de « désopacifier » la nouvelle réalité sociale liée à l’industrialisation par l’observation méthodique et la description, mais aussi d’y apporter des remèdes, enquête et prescription allant souvent de pair5.

  • 6 A. Desrosières, 2008, p. 116.
  • 7 T. M. Porter, 2017 [1995].
  • 8 A. Desrosières, 2008, p. 9.
  • 9 D. Hamelin, 2018, p. 2.

2Si la statistique et les enquêtes s’imposent peu à peu comme des outils centraux de la prise de décision dans la seconde moitié du siècle, elles représentent également des instruments de légitimation pour les acteurs qui les produisent et les mobilisent : « L’argument statistique est toujours tendu entre une rhétorique (politique) de la décision et de la justification, et une rhétorique (scientifique) de la vérité et de la preuve6. » Parce qu’elle repose sur un idéal d’impersonnalité et de rigueur scientifique7, la quantification peut être mobilisée comme « pièce argumentative8 » pour convaincre et emporter l’adhésion. Dans un contexte où sont discutées les premières lois d’assurance relatives au travail (accidents du travail, invalidité, vieillesse, maladie et chômage), le premier syndicalisme ouvrier s’emploie à construire et diffuser des savoirs et des expertises sur le travail. Le recours à la statistique et aux enquêtes possède alors un objectif gestionnaire (mettre en place et pérenniser différentes organisations, par exemple mutualistes), mais aussi un objectif de légitimation du mouvement syndical dans l’espace social, en permettant notamment de « développer ou maintenir un niveau de connaissances en face des experts gouvernementaux ou patronaux9. »

  • 10 F. Jarrige & T. Le Roux, 2019, p. 50.
  • 11 L. Mysyrowicz, 1969.
  • 12 D. Hamelin, 2018, p. 3.
  • 13 A. Desrosières, 2008.
  • 14 A. Desrosières, 2008, p. 78.

3L’intérêt des organisations ouvrières pour la statistique s’observe tout au long du siècle. Au cours des années 1840, des enquêtes sont menées dans des organes de presse ouvrière, à l’instar de L’atelier, afin de « contrer le monopole de l’expertise que s’étaient arrogée [sic] la bourgeoisie philanthropique et les médecins hygiénistes10. » L’établissement d’une statistique ouvrière par le biais d’une « Grande enquête sur l’état social des classes travailleuses » est une disposition inscrite dans le programme de la Première Internationale dès sa création en 186411. Plus tardivement, l’élaboration d’une « statistique du travail » est inscrite en disposition dans les statuts de la Fédération des bourses du travail et de la Confédération générale du travail lors de leur fondation, respectivement en 1892 et en 189512. Si ces intentions n’aboutissent pas toujours, elles contribuent à légitimer les organisations syndicales ouvrières et à les constituer en interlocutrices durables des pouvoirs publics. Parmi ces organisations, cet article se penche sur l’exemple des fédérations syndicales ouvrières (Encadré), qui rassemblent les syndicats d’un même corps de métier à l’échelle régionale ou nationale et représentent la profession auprès des pouvoirs publics. Entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, les fédérations se saisissent de ces outils de coordination et de preuve13, dans le sens où elles produisent et diffusent leurs propres enquêtes, mais aussi où elles interviennent dans les procédés de codifications juridiques, administratives ou règlementaires des professions. Elles utilisent les enquêtes et les données chiffrées produites par des acteurs publics et privés, mais peuvent également dénoncer leur manque de réalisme ou d’impartialité. Ces usages à des fins de revendications sociales montrent que les fédérations mobilisent tout en les dénonçant ces modes de connaissance et de justification, représentant à la fois la « référence » et l’« objet » des débats14.

  • 15 T. M. Porter, 2017 [1995], p. 20.

4Cet article analyse, dans une période d’institutionnalisation croissante du travail, la réappropriation de deux modes d’objectivation du monde social par les fédérations ouvrières pour revendiquer leur expertise et se légitimer en tant qu’interlocutrices des pouvoirs publics : la mise en chiffres et la catégorisation. Nous nous concentrerons dans un premier temps sur les enquêtes menées par les fédérations et sur leur positionnement vis-à-vis des enquêtes et des données chiffrées produites par des organes extérieurs au mouvement ouvrier. Nous montrerons que les enquêtes fédérales procèdent d’un enjeu double de dénonciation et de description, mais aussi d’une logique de dévoilement liée à une demande de réalisme : les organisations ouvrières seraient les mieux placées pour retranscrire fidèlement leur « réalité ». Ces enquêtes répondent à plusieurs objectifs, de la formation militante à la construction d’une opposition mobilisant un argumentaire chiffré. La seconde partie de l’article se focalise ensuite sur deux exemples de négociations dans la construction d’espaces conventionnels d’équivalence entre des professions dans le cadre de la législation du travail. Les codifications juridiques, administratives et réglementaires représentent des modes d’objectivation du monde social différents de la mise en chiffres tout en étant étroitement liées à celle-ci : elles durcissent et rendent consistantes les codifications statistiques, qui contribuent à les légitimer en retour. Dans le cadre de la législation du travail, certaines fédérations critiquent les conventions d’équivalence délimitant le périmètre d’application des lois, faisant valoir la connaissance de leur terrain. Ces deux dimensions soulignent une tension lancinante dans la revendication d’une expertise du travail par ces organisations, entre l’utilisation et la dénonciation de différents modes d’objectivation comme « technologies de mise à distance15 ».

Sources mobilisées

Treize fonds d’archives ont été dépouillés aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis (désormais ADSSD), correspondant à treize organisations ouvrières (toutes des fédérations, sauf la deuxième) :

• La Fédération nationale (F. N.) des travailleurs de l’agriculture,
• Le Syndicat général des travailleurs de la pierre du département de la Seine,
• La F. N. des travailleurs de l’alimentation,
• La F. N. des syndicats des ouvriers de la chapellerie française,
• La F. N. des syndicats des ouvriers coiffeurs,
• La F. N. des cuirs et peaux,
• La F. N. des employés,
• La F. N. des travailleurs de l’habillement,
• La F. N. des travailleurs du sous-sol et parties similaires,
• La F. N. des tabacs et allumettes,
• La F. N. des travailleurs de la construction,
• La F. N. des travailleurs du textile,
• La Fédération des syndicats d’ouvriers bijoutiers, joailliers, orfèvres, horlogers et professions similaires.

Tous les fonds d’organisations ouvrières dont la couverture chronologique aux ADSSD recoupait la période étudiée ont été dépouillés. Un intérêt particulier a été porté aux comptes rendus des congrès fédéraux, aux organes de presse des fédérations, aux brochures et circulaires.

1. Les chiffres comme terrain de luttes : usages et réceptions de l’enquête par les fédérations ouvrières

  • 16 J. Bourdieu & B. Reynaud, 2004, p. 42.
  • 17 D. Kalifa, 2010, p. 22.
  • 18 D. Kalifa, 2010, p. 7.
  • 19 D. Fraboulet, 2008 ; A. Philippe, 2020.

5Émile Zola, dans Le Roman expérimental (1880), présente le xixe siècle comme un « âge d’enquête ». De fait, ce siècle voit se développer à la fois les enquêtes privées, prégnantes dans sa première moitié et dans lesquelles les médecins libéraux jouent un rôle prépondérant16, mais aussi les enquêtes publiques, portées par les ministères, le Parlement et l’administration, qui se multiplient quant à elles dans la seconde moitié du siècle. L’enquête devient ainsi progressivement l’outil privilégié pour déchiffrer la société. La diffusion des résultats de certaines de ces enquêtes dans les journaux, mais aussi l’émergence du reportage comme genre littéraire et journalistique font naître, à la fin du xixe siècle, ce que Dominique Kalifa nomme une « culture de l’enquête17 ». Les enquêtes menées par les fédérations ouvrières relèvent cependant moins d’un « souci de déchiffrement indiciaire du réel18 » que d’enquêtes gestionnaires à visée utilitaire, se rapprochant des procédures d’investigation menées par le Parlement, les ministères ou encore par certaines organisations patronales. Ces enquêtes internes consistent en l’envoi de questionnaires dressés par le Conseil fédéral aux syndicats, pouvant concerner le niveau de syndicalisation, la fréquence du chômage ou encore les conditions de travail dans la profession (salubrité des ateliers, salaires, durée de la journée de travail…). Leurs résultats sont diffusés dans les congrès et dans les brochures ou journaux fédéraux. Ils peuvent également être utilisés en dehors de la fédération, par exemple en cas de conflit sur le lieu de travail ou au Parlement, pour appuyer des revendications (notamment face au patronat qui s’organise en cette fin de siècle et développe une stratégie d’influence parlementaire fondée sur le réseau, les statistiques et le rapport19). Il aurait été intéressant de connaître le détail de l’élaboration de ces enquêtes, mais les fonds dépouillés permettent essentiellement de saisir les usages de celles-ci par les fédérations. Trois objectifs principaux les sous-tendent : la centralisation de l’information au niveau fédéral, la construction d’un argumentaire s’appuyant sur des données chiffrées, et l’organisation militante, par le sondage de l’opinion des Chambres et par la formation aux questions syndicales.

  • 20 On a eu un accès direct aux réponses pour la Fédération des cuirs et peaux et celle de la chapelle (...)
  • 21 Michelle Perrot souligne la faible part des auteures dans le corpus (Zoé Gatti et Julie-Victoire D (...)
  • 22 Anthime Corbon, Martin Nadaud et Agricol Perdiguier.
  • 23 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 23.

6Ces « traces » d’enquêtes et de réponses aux questionnaires20 sont intéressantes à plus d’un titre. D’une part, elles donnent à voir la parole directe d’ouvriers et – dans une moindre mesure – d’ouvrières, alors rarement relevée dans les enquêtes publiques. Celles-ci montrent également que ces organisations cherchent à décrire – et à dénoncer – leurs conditions de travail en se réappropriant l’enquête à une période où elle demeure majoritairement le fait d’initiatives extérieures au milieu ouvrier. On peut souligner à titre d’exemple que sur les auteur·es21 des 140 ouvrages recensés par Michelle Perrot concernant la condition ouvrière au xixe siècle, seulement trois auteurs sont issus de ce milieu ouvrier22. L’initiative ouvrière dans la conduite d’enquêtes demeure rare tout au long du siècle23, loin derrière l’initiative des professions libérales et de la fonction publique. Comme nous le verrons, la défiance vis-à-vis des enquêtes et des données chiffrées produites par des organisations extérieures est parfois invoquée pour justifier la pertinence d’une enquête interne. Il y a, dans ces enquêtes, un enjeu double de description et de dénonciation, ces dernières ayant vocation à appuyer des revendications à différentes échelles, du lieu de travail au Parlement.

Apprendre à « bien se connaître soi-même »

  • 24 A. Desrosières, 2010 [1993], p. 48.
  • 25 D. Hamelin, 2018, p. 5.
  • 26 É. Geerkens & X. Vigna, 2019, p. 430.
  • 27 A. Desrosières, 2008, p. 26.

7Plusieurs fonds d’archives montrent une utilisation des enquêtes internes pour centraliser l’information concernant les conditions de travail, les barèmes de salaires ou encore les taux de syndicalisation. L’enquête possède alors une fonction identitaire24 – en reflétant le mouvement syndical et ouvrier, elle vise à affirmer une identité commune –, gestionnaire, comme outil permettant de piloter le mouvement, mais aussi éducative, en formant les ouvrières et ouvriers aux questions syndicales. Elle s’inscrit dans la tradition ouvrière d’émancipation par l’éducation25, qu’on retrouve d’une manière centrale mais postérieure dans la Jeunesse ouvrière chrétienne26. Elle vise à décrire les conditions de travail et le mouvement syndical, mais aussi à « instituer27 » nationalement ce mouvement en concentrant et diffusant l’information à l’échelon fédéral.

  • 28 L’Union regroupe la Fédération agricole de la région du Midi, les F. N. des bûcherons et horticole (...)

8Dans le cas de l’Union fédérative terrienne28, des questionnaires sont envoyés en 1909 aux syndicats, le Conseil fédéral souhaitant établir une statistique sur la durée moyenne de la journée de travail dans le bois et dans l’agriculture, les prix des matières premières exploitées mais aussi les conditions de travail dans l’agriculture et la sylviculture (travail effectué à l’heure ou à la journée, niveaux moyens du salaire horaire et du salaire journalier). Dans la lettre adressée aux syndicats, le Conseil fédéral souligne l’importance de centraliser ces informations pour la bonne marche de l’organisation :

  • 29 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux, Publicat (...)

« Jusqu’à ce jour, les Syndicats […] ont toujours négligé de nous faire connaître d’une façon précise quelle était leur situation matérielle et quels avantages avait pu leur donner l’action syndicale et fédérale, tant au point de vue des décisions prises dans les Congrès corporatifs, que pour toutes les revendications formulées par le prolétariat forestier et agricoles. Ces absences de renseignements ont été préjudiciables au bon fonctionnement des organisations et n’ont pas permis d’obtenir tous les avantages désirables29 ».

  • 30 ADSSD, F. N. des cuirs et peaux, 48J1, Comptes rendus des travaux de congrès (1895-1979), 2e congr (...)

On retrouve ici un objectif gestionnaire de l’enquête mais également un objectif de revendication. L’enquête menée par la Fédération des cuirs et peaux, dont les résultats sont présentés lors du congrès de 189530, tout comme celle de la Fédération unitaire du textile (résultats présentés en 1926), répondent à ces deux objectifs. Informer les travailleuses et travailleurs est un autre but central de ces enquêtes, afin de les mobiliser localement en les renseignant sur les disparités économiques et sociales pour construire ensuite une action unifiée à l’échelle nationale. La F. N. de la chapellerie publie un Résumé historique et statistique de la Société générale des Ouvriers chapeliers et des syndicats ou sociétés corporatives de France (1880-1890) dont l’objectif, affiché dès l’introduction, est de vulgariser et diffuser des informations sur les sociétés chapelières auprès des ouvrières et ouvriers chapeliers. Cette publication s’appuie sur un travail de compilation de documents d’archives et de témoignages recueillis : sont présentés une statistique sur les grèves, mais aussi de nombreux tableaux qui rassemblent les réponses de plusieurs sociétés chapelières concernant le nombre de fabriques, le gain moyen aux pièces et à la journée, la durée et les périodes du chômage, la salubrité des ateliers, etc. Il est intéressant de relever que les statistiques construites à partir des questionnaires sont mises en parallèle avec les chiffres produits par l’administration, considérée incompétente ou tout au moins étrangère aux questions ouvrières :

  • 31 ADSSD, F. N. des syndicats des ouvriers de la chapellerie française, 235J44, F. N. de la chapeller (...)

« Loin de nous la pensée prétentieuse d’avoir fait une œuvre scientifique et d’une précision absolue. […] Du moins les points sur lesquels repose notre étude sortent de la source même de ceux pour laquelle elle a été faite et dont l’exposé est certainement plus sincère que ce qui sort de l’administration, où la plupart sont, sinon incompétents, du moins absolument étrangers à ce qui touche les questions ouvrières, qui ne sauraient être mieux traitées que par les ouvriers eux-mêmes31. »

  • 32 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 11.
  • 33 D. Hamelin, 2018, p. 8.
  • 34 A. Desrosières, 2008, p. 134.
  • 35 A. Desrosières, 2008, p. 177.

Si la dialectique entre distance et proximité – géographique et sociale – nourrit l’enquête ouvrière tout au long du xixe siècle32, elle s’impose différemment dans les enquêtes menées par les fédérations ouvrières elles-mêmes. L’extériorité de l’administration vis-à-vis du mouvement ouvrier et du travail industriel, loin de garantir son impartialité, est un des motifs qui pousse les fédérations à mener leurs propres enquêtes, dans une entreprise de dévoilement. Cet usage de l’enquête s’insère dans un mouvement plus large de préférence pour une « science prolétarienne33 » et d’une demande sociale de réalisme34 par ces organisations : seules les organisations ouvrières seraient capables de reproduire une « image fidèle35 » de leur réalité.

Revendiquer et dénoncer

  • 36 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 29.
  • 37 F. Jarrige & T. Le Roux, 2019, p. 49.
  • 38 T. M. Porter, 2017 [1995].
  • 39 I. Lespinet-Moret & X. Vigna, 2019, p. 104.

9D’autres enquêtes menées en interne ont un objectif plus direct de revendication. L’enquête prend parfois la forme d’un sondage de l’opinion des syndicats fédérés et permet d’organiser l’opposition concernant des propositions ou projets de loi en délibération au Parlement. Elle peut également représenter un outil en cas de confrontations sur le lieu de travail ou au Parlement, en permettant aux fédérations de mobiliser un argumentaire chiffré (concernant les salaires et leur évolution, la durée du chômage ou de la journée de travail, le montant des pensions…) à partir de leurs sources. Dans ce cadre, l’enquête est un instrument de preuve, « destinée […] à emporter la conviction36 », mais aussi un outil pour publiciser les revendications syndicales37. Cet usage de l’enquête suggère parallèlement que les fédérations sont parfois contraintes de mobiliser cet argumentaire, dans le sens où la quantification est considérée comme un gage de rigueur et d’impersonnalité38, permettant de garantir le « réalisme des revendications39 ». La F. N. des manufactures de tabacs, lors de son deuxième congrès en 1892, se voit par exemple reprocher son manque de rigueur par le député Jean-Baptiste Aimé Lavy lors de la discussion sur les retraites, essentiellement tournée autour des doléances des Chambres syndicales :

  • 40 ADSSD, Fédération CGT des tabacs et allumettes, 453J2, F. N. des ouvriers et ouvrières des manufac (...)

« Je vous l’ai dit déjà, à la Chambre, ce qu’il nous faut surtout, ce sont des faits prouvés, des chiffres indiscutables. Vous faites bien de discuter entre vous sur les abus dont vous parliez à mon arrivée parmi vous. Mais, j’aurais préféré que vous me donnassiez, tout préparé, l’état des pensions, qui sont servies à vos camarades retraités. On aurait vu immédiatement, si les promesses que l’on vous avait faites ont été tenues. Cet état, je devrais même l’avoir depuis longtemps : le budget devrait être voté, s’il l’était, vous arriveriez trop tard, et… vous seriez en faute et non pas nous40. »

  • 41 M. Dreyfus, 1995, p. 49.

10Un exemple manifeste de mobilisation de statistiques comme gage de réalisme des revendications fédérales concerne la F. N. des travailleurs du sous-sol dans le cas de la Caisse de retraite des ouvriers mineurs, et plus spécifiquement le travail de Casimir Bartuel au sein de cette fédération. La Fédération des mineurs, considérée comme un « bastion du réformisme41 », adhère à la CGT en 1908. Elle prend le nom de F. N. du sous-sol en 1911 en réunissant les mineurs, ardoisiers et carriers, et compte parmi ses membres un certain nombre de députés comme Émile Basly ou Arthur Lamendin. Bartuel est rapporteur sur la question des retraites à plusieurs congrès de la fédération du début du xxe siècle et devient secrétaire général de celle-ci en 1911. Il publie de très nombreux articles sur les retraites dans Le travailleur du sous-sol, organe de presse mensuel de la fédération. Ces articles s’appuient d’une manière critique sur les chiffres mobilisés par les parlementaires et le patronat, notamment concernant l’espérance de vie et la proportion de retraités dans la profession, qui sont mis en parallèle avec des sources diverses et notamment syndicales. Bartuel construit des projections à partir du montant des cotisations prélevées, de l’espérance de vie de la profession de mineurs et du nombre de mineurs dans la profession, répartis par génération. Ce sont des articles qui prolongent des réflexions entamées lors des congrès de la fédération, très documentés et souvent très longs. Ils visent à démontrer la légitimité des réformes demandées concernant l’âge de départ à la retraite et le montant des pensions, en substituant aux doléances syndicales la distance et la neutralité des statistiques. L’objectif de ces articles est également d’établir un dialogue avec les décideurs politiques en adoptant leur rhétorique. La démonstration se conclut parfois par une demande de réponse argumentée, chiffres à l’appui.

  • 42 M. Dreyfus, 1995.
  • 43 J. Julliard, 2012, p. 156.

11Si certaines fédérations ont recours à l’enquête et aux statistiques, il convient de souligner que la production de rapports détaillés et d’enquêtes internes a un coût (financier, mais aussi en termes de temps) pour les organisations syndicales que toutes ne peuvent assumer. D’une manière générale, les fédérations dont le mode d’action est essentiellement tourné vers la grève et l’action directe (F. N. des coiffeurs, de la chapellerie, de la construction…) semblent avoir un usage moins fréquent et externe des enquêtes, qui visent plus à centraliser l’information à des fins d’éducation et de propagande syndicale de recrutement qu’à établir un dialogue avec l’administration ou le gouvernement. Pour autant, une distinction nette entre des fédérations réformistes ou révolutionnaires42 quant à leurs usages des enquêtes est difficile à établir, parce que d’une part le refus total de réformes (et de tout dialogue social) est un positionnement rare même au sein du courant révolutionnaire43 et, d’autre part, parce que les fédérations étudiées ont des tailles et des emprises géographiques différentes et donc des moyens inégaux pour mener et diffuser leurs propres enquêtes (trésorerie, leviers pour faire remonter l’information).

Intérêt et méfiance vis-à-vis des enquêtes menées par d’autres organisations

  • 44 Maison Auguste Comte (Paris), Correspondances d’Auguste Keufer à Charles Jeannolle.
  • 45 J. Julliard, 1971.
  • 46 I. Lespinet-Moret, 2007.

12Les organisations ouvrières sont régulièrement sollicitées par l’Office du travail – notamment par le biais de son Bulletin – pour lui faire parvenir des statistiques et sont ainsi incitées à en produire en interne. Les fédérations peuvent également préférer s’appuyer sur leurs propres chiffres que sur ceux construits par l’Office, adoptant une posture critique ou tout au moins distante vis-à-vis de ce bureau placé sous l’autorité du ministre du Commerce. Les syndicalistes positivistes, seuls intégrés dans cette administration, font parfois l’objet de vives critiques lors des congrès de la CGT où leur est reprochée leur proximité avec le pouvoir44. L’embauche en 1899 de Fernand Pelloutier au sein de l’Office pour une enquête sur le mouvement syndical constitue une exception : il s’agit d’une forme de solidarité envers un syndicaliste malade et vivant dans la misère, qui mourra peu de temps après45. Fernand Pelloutier demeure par ailleurs distant de l’Office46 et affirme lui-même que les syndicats devraient faire à leur compte le travail entrepris par cette administration. Certaines fédérations développent ainsi une méfiance vis-à-vis de l’Office, préférant s’appuyer sur des sources syndicales que sur des sources administratives. Dans L’ouvrier textile, on peut par exemple observer que le dénombrement des chômeurs de l’Office est comparé aux annonces des secrétaires des Bourses du travail :

  • 47 ADSSD, F. N. des travailleurs du textile, 43J26, Journal mensuel de la fédération, L’ouvrier texti (...)

« Les calculs du recensement professionnel de 1896, ont évalué par an à 300 000 le chiffre approximatif des chômeurs. Si ce recensement est tiré des données du Bulletin de l’Office du travail, ils sont on ne peut plus suspects, étant donné que l’année dernière il accusait un chômage pour Elbeuf de 23 %, alors qu’il était, au dire du secrétaire de la Bourse du travail de cette ville, de 63 %47. »

Pour autant, certaines fédérations vont se référer aux enquêtes de l’Office et renvoyer les syndicats à la lecture de celles-ci. Dans ce cadre, les enquêtes de l’Office permettent aux fédérations de mobiliser les syndicats et de les informer sur la situation de leur corps de métiers. Le Comité fédéral des travailleurs agricoles du Midi, dans sa brochure Le manuel du paysan, publiée en 1905, invite par exemple à se référer aux Bulletins de l’Office pour appréhender l’importance du chômage dans l’agriculture :

  • 48 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publicat (...)

« Le machinisme agricole dont certains auteurs contestent les effets désastreux, provoque dans nos milieux un chômage très intense […]. Consultez le bulletin officiel de l’Office du travail et vous vous convaincrez facilement que le chômage est à l’état latent dans notre corporation48. »

  • 49 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’habillement, 200J211, Travail à domicile : législation et corre (...)
  • 50 ADSSD, F. N. des travailleurs du textile, 43J26, Journal mensuel de la fédération. L’ouvrier texti (...)
  • 51 I. Lespinet-Moret, 2007, p. 263.

On trouve également, dans les fonds de la F. N. de l’habillement, un dossier relatif à l’enquête sur la protection du salaire des travailleuses et travailleurs à domicile du ministère du Travail. Dans ce dossier, un article paru dans La revue socialiste en 1910 affirme la pertinence de l’enquête de l’Office et des travaux du Conseil supérieur du travail sur ces questions, générant des « documents qui méritent d’être dégagés et retenus49. » Plusieurs articles relatifs aux accidents du travail mobilisent par ailleurs dans L’ouvrier textile les statistiques de l’Office50. Les relations entre l’Office du travail et les syndicats sont donc complexes, entre hostilité ou suspicion et utilisation pragmatique de ses enquêtes comme éléments de connaissance51.

  • 52 ADSSD, F. N. des syndicats des ouvriers de la chapellerie française, 235J44, F. N. de la chapeller (...)
  • 53 ADSSD, Syndicat général des travailleurs de la pierre du département de la Seine, 320J16, Syndicat (...)
  • 54 A. Desrosières, 2008, p. 99.
  • 55 A. Desrosières, 2008, p. 175.
  • 56 A. Desrosières, 2008, p. 134.

13Il convient par ailleurs de souligner que la méfiance affichée par certaines fédérations n’est pas tournée uniquement vers l’Office, mais vers l’ensemble des chiffres dits « officiels », qu’ils soient construits ou mobilisés par l’administration, les parlementaires ou le gouvernement. La F. N. de la chapellerie, qui élabore un contreprojet sur les caisses de retraite lors de son congrès de 1900, met en parallèle les « statistiques officielles » des salaires avec celles de la Fédération des Bourses du travail52, tandis que dans Le marbrier, organe de presse mensuel de la Chambre syndicale unitaire des marbriers de Paris et du département de la Seine, on peut observer une méfiance vis-à-vis des indices de prix « officiels », considérés « truqués53 ». On pourrait multiplier les exemples : les mesures officielles masqueraient les « vrais chiffres » du chômage, des salaires ou des indices de prix. La dénonciation opérée par les fédérations repose sur une demande de réalisme, dans le sens où elle se réfère à « une positivité potentielle, scientifique ou politique54 » de l’objet quantifié : il n’est pas question dans ces critiques de revenir sur les conventions de codage présidant la mesure, mais d’apprécier la fiabilité de la mesure au regard d’un référent qui existerait préalablement à la mesure55. Dans ce cadre, l’extériorité de l’administration est un argument de plus pour critiquer la fiabilité des statistiques qu’elle produit. Cette posture critique s’explique par le fait que la quantification de ces objets a une incidence politique directe pour les organisations ouvrières : les chiffres sont critiqués, car ils quantifient des objets de dénonciation et de revendication56 pour les fédérations. Si les chiffres constituent un terrain de luttes pour les fédérations ouvrières, les catégories elles-mêmes peuvent être négociées et mises en tension par ces organisations pour appuyer leurs revendications. Les débats autour du codage juridique des professions dans le cadre de la législation du travail montrent combien l’intérêt développé pour les opérations de classification et de quantification se situe à une intersection entre les organisations ouvrières, le patronat et les pouvoirs publics.

2. La négociation des conventions : rediscuter les codifications professionnelles

  • 57 A. Desrosières & L. Thévenot, 2002, p. 26.
  • 58 A. Desrosières & L. Thévenot, 2002, p. 26.
  • 59 A. Desrosières, 2008, p. 104.

14Les codifications juridiques, réglementaires et administratives des professions représentent d’autres modes d’objectivation du monde social qui se multiplient au tournant du xxe siècle, conjointement au développement de la législation du travail. Elles se différencient de la mise en chiffres tout en étant étroitement liées à celle-ci. En effet, la quantification présuppose l’élaboration de conventions, permettant la construction de classes d’équivalence puis l’affectation d’objets à ces classes57, opérations qui peuvent être simplifiées si d’autres codifications (administratives, juridiques…) leur préexistent, ces dernières contribuant à réduire l’incertitude quant à la commensurabilité et la définition des différentes classes et des objets qu’elles regroupent58. En retour, les codifications statistiques, une fois stabilisées, contribuent également à légitimer et à réifier les codifications réglementaires et administratives. Les taxinomies et codifications opérées dans la mise en place de lois constituent des instruments de mise en équivalence politique : elles tranchent en déterminant des populations concernées et peuvent être l’objet de négociations, notamment concernant la comparabilité des objets qu’elles rassemblent, et ce d’autant plus lorsqu’elles sont encore fragiles, récentes et peu stabilisées59. Au-delà de la mise en place d’enquêtes internes, certaines fédérations s’emparent de ces questions dans le cadre de la législation du travail en remettant en cause l’équivalence des professions prévue par la loi, notamment afin d’influencer son périmètre d’application. Les deux exemples développés ici, celui de la Fédération des bûcherons concernant la loi sur les accidents du travail et celui de la F. N. du sous-sol sur l’assimilation des ardoisiers, illustrent la dimension conflictuelle et politique que revêtent les pratiques de catégorisations professionnelles : celles-ci impliquent différents acteurs, mais aussi différents intérêts, et la prise en compte d’une catégorisation plutôt que d’une autre dépend de l’usage qui en est finalement fait. Il y a ainsi, en particulier au Parlement, une mise en concurrence ou en négociation des catégorisations professionnelles par des acteurs pouvant avoir des intérêts contradictoires au tournant du xxe siècle.

Les bûcherons « hors-la-loi » et les accidents du travail

  • 60 M. Foucault, 2004, p. 8.
  • 61 F. Ewald, 1986, p. 89.

15La loi du 9 avril 1898 sur « les responsabilités des accidents dont les ouvriers sont victimes dans leur travail » prévoit une réparation forfaitaire à la charge de l’employeur en cas d’accidents survenus au cours du travail ainsi qu’une présomption de la responsabilité de l’employeur, en substituant à la notion de faute celle de risque professionnel. Les modalités de la loi de 1898 sont caractéristiques de ce que Michel Foucault nomme une « technique de sécurité », différente des techniques purement légales ou disciplinaires dans le sens où elle insère la faute à l’intérieur d’une « série d’événements probables60 » – la faute devient un risque – et intègre ce risque dans un calcul de coût, ici par la mise en place de mécanismes assurantiels. L’accident n’est dès lors plus un phénomène imprévisible, mais un phénomène lié au fonctionnement régulier de la société61. La loi de 1898 concerne uniquement les ouvriers et employés ne travaillant pas seuls, et son premier article limite son champ d’application à certaines professions :

  • 62 Ministère du Commerce…, 1898, p. 97.

« l’industrie du bâtiment, les usines, manufactures, chantiers, les entreprises de transport par terre et par eau, de chargement et de déchargement, les magasins publics, mines, minières, carrières, et, en outre, dans toute exploitation ou partie d’exploitation dans laquelle sont fabriquées ou mises en œuvre des matières explosives, ou dans laquelle il est fait usage d’une machine mue par une force autre que celle de l’homme ou des animaux62 ».

  • 63 La loi du 30 juin 1899 étend la loi aux ouvriers agricoles employant des moteurs inanimés ; celle (...)
  • 64 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publicat (...)

16Le principe d’équivalence retenu concernant les professions incluses dans la loi de 1898 est un degré de risque professionnel élevé lié au lieu d’exploitation, au matériau exploité ou transformé, à la nature du travail effectué ou au procédé d’exploitation ou de transformation. L’exercice de ces professions suppose ainsi un risque prévisible d’accident. Même si le spectre d’application de la loi de 1898 s’élargit progressivement63, une grande partie des travailleuses et travailleurs demeure non protégée, notamment dans le secteur agricole : c’est le cas, par exemple, des bûcherons. Afin de justifier l’extension de la loi de 1898 à cette catégorie, un travail de définition, de requalification et de catégorisation de la profession de bûcheron est alors entrepris au début du xxe siècle par la fédération. La F. N. des bûcherons publie en 1908 une brochure au titre évocateur – Les bûcherons hors-la-loi – dans laquelle Émile Dumas, délégué de la fédération, entreprend un travail de mise en équivalence de la profession de bûcheron avec les professions ciblées par la loi de 1898 puis par les lois qui lui succèdent et qui élargissent son périmètre64. Dumas propose une autre définition de l’identité sociale des bûcherons, mettant en lumière les paradoxes de la classification de la profession de bûcheron dans l’agriculture.

  • 65 Créé en 1885 notamment dans le but d’harmoniser internationalement les statistiques, l’IIS réunit (...)
  • 66 IIS, 1892, p. 268.

17Cette catégorisation n’a alors en effet rien d’évident. Dans la nomenclature proposée par Jacques Bertillon à l’Institut international de statistique (IIS)65, les professions de la scierie sont par exemple comptabilisées dans le groupe de l’industrie du bois, et donc dans la classe de l’industrie : elles y sont indiquées en premier, car « elles […] préparent le bois à être utilisé par les autres industries66 ». Sans s’appuyer directement sur cette nomenclature, Dumas avance dans la brochure des arguments qui entrent en résonnance ou en contradiction avec certains de ses principes, en particulier concernant la question de la fonction (exploitation ou transformation) de la profession de bûcheron. Si celle-ci consiste en la mise en valeur des produits du sol par leur transformation (débitage, etc.), elle devrait être classée dans l’industrie du bois et non dans la sylviculture : le bûcheron fournirait ainsi un travail industriel. Mais même si l’on considère que cette profession consiste en un travail d’exploitation du sol, son classement dans la sylviculture et donc dans l’agriculture ne va pas de soi :

  • 67 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publicat (...)

« La sylviculture est l’aménagement et la mise en valeur de la forêt par son propriétaire. Dans l’exploitation de la forêt, l’industriel ou le commerçant acheteur des produits ou même le propriétaire, se bornent à les enlever pour les utiliser ou en tirer un bénéfice. […] Ce que les deux choses ont de commun, c’est qu’elles sont exactement le contraire l’une de l’autre67. »

Selon Dumas, il est ainsi tout aussi trompeur de classer la profession de bûcheron dans la sylviculture, le bûcheron se bornant à retirer ce que le sylviculteur cherche à conserver et à mettre en valeur. Dumas fait également état des délibérations parlementaires en cours et des arguments mobilisés par le patronat auditionné au Parlement – patronat qui repousse l’extension de la loi. En 1904, lors des débats relatifs à l’extension de la loi au personnel des exploitations commerciales, le député Henry Boucher souligne le caractère industriel de la profession de bûcheron : « Les entreprises d’exploitation en forêt, sont de véritables industries. Les bûcherons sont de véritables transformateurs ». Une Commission nommée par le Sénat pour étudier la question entend les délégations patronales de la Société des agriculteurs de France et de la Société des marchands de bois de France, qui présentent trois arguments principaux contre l’assimilation des bûcherons. Premièrement, la sylviculture est une branche de l’agriculture, et les travailleurs de la sylviculture en hiver sont employés dans les travaux agricoles le reste de l’année. La profession de bûcheron constituerait donc une profession agricole. Deuxièmement, les ouvriers forestiers travaillent à la tâche, avec leurs outils. Ils effectuent le travail quand ils le veulent, ce faisant sans surveillance possible, et peuvent se faire assister par les personnes de leur choix. L’ouvrier forestier devrait donc être considéré comme un « ouvrier travaillant seul ». Enfin, l’exploitation forestière n’est pas plus dangereuse que les autres travaux agricoles et devrait donc être traitée de manière connexe. L’extension de la loi de 1898 aux bûcherons se joue ainsi dans des enjeux de catégorisation : agriculture ou industrie, ouvriers travaillant seuls ou non. La loi de 1906 étend finalement la loi au personnel des exploitations commerciales uniquement.

18Pour obtenir l’extension de la loi, plusieurs méthodes d’action sont employées à différentes échelles, de la fédération aux syndicats. Certaines revendications sont portées par la fédération à l’attention des pouvoirs publics, d’autres sont négociées par les syndicats auprès des marchands de bois. Au niveau de la fédération, la décision est prise de demander aux employeurs d’être assujettis à la loi de 1907 lors du congrès de la même année. Les syndicats de bûcherons de la fédération incorporent ce vœu comme clause dans leur cahier de revendications et, pendant l’hiver 1908-1909, se mettent en grève face au refus des marchands de bois de s’assujettir. Après l’intervention des pouvoirs publics, la fédération obtient finalement gain de cause. Parallèlement, un travail de redéfinition et de catégorisation de la profession de bûcheron est porté par la fédération, qui vise à influencer les délibérations parlementaires en faveur de l’extension de la loi de 1898 aux bûcherons. La loi du 15 juillet 1914 étend finalement le bénéfice de la loi de 1898 aux exploitations forestières, faisant des bûcherons les premiers travailleurs agricoles protégés qui n’utilisent pas de moteurs inanimés. Point important au regard de l’argumentaire tenu par les organisations patronales contre l’extension, la loi de 1914 définit le statut d’entrepreneur : elle ne considère comme entrepreneur sur une exploitation forestière que les adjudicataires ou les individus exécutant un contrat d’entreprise. Cependant, si l’ouvrier ou l’employé n’est pas salarié ou n’a pas un salaire fixe, c’est le salaire moyen des salariés agricoles du département qui est pris pour base : l’analogie entre le bûcheron et le travailleur agricole perdure donc.

L’assimilation des ardoisiers

  • 68 D. Cooper-Richet, 1997, p. 229.
  • 69 D. Cooper-Richet, 1997, p. 229.

19La question de l’assimilation des ardoisiers aux mineurs représente un autre exemple de travail de « mise en équivalence » de professions entrepris par les fédérations. Entre 1886 et 1893, plusieurs rapporteurs sur le projet de loi relatif à la caisse de retraite des ouvriers mineurs intègrent spontanément les ardoisiers68. Pourtant, ces derniers ne sont pas inclus dans la loi du 29 juin 1894, alors qu’ils sont généralement assimilés aux mineurs : d’une part, les délégués à la sécurité prévus par la loi de 1890 sont imposés à la fois aux mines et aux ardoisières ; d’autre part, la loi de 1892 sur le travail des femmes et des enfants dans les mines ainsi que l’article 6 de la loi de 1898 sur les accidents du travail dans les industries minières s’appliquent aux ardoisières ; enfin, lors de la création du Conseil supérieur du travail en 1891, les ardoisiers sont compris dans le groupe minier pour l’élection des représentants ouvriers69. L’ajout des ardoisiers à la caisse de retraite des mineurs suppose un coût élevé pour l’État et le patronat, et la question de leur assimilation devient donc rapidement un enjeu syndical et politique.

  • 70 Ce paragraphe est largement tributaire de l’article de D. Cooper-Richet, 1997.

20Diana Cooper-Richet revient sur cette lente assimilation des ardoisiers70. La question de l’assimilation devient un enjeu pour la Fédération des mineurs en 1904, lorsque les ardoisiers des Ardennes s’affilient. En 1911, les deux fédérations s’unissent dans la F. N. du sous-sol. René Viviani, alors ministre du Travail, reçoit en 1908 Ludovic Ménard et Martin-Coupaye (de la Fédération des ardoisiers) qui lui font part de leur volonté d’assimilation. Deux médecins sont mandatés sur la demande de Viviani pour apprécier la pertinence d’étendre ou non la loi de 1894 aux ardoisiers, notamment en comparant l’espérance de vie des deux professions. Ces derniers concluent à une similitude des risques et des maladies professionnels encourus pour les ouvriers ardoisiers et les mineurs. L’ajout des ardoisiers à la caisse de retraite des mineurs se joue ainsi, du moins au départ, dans la capacité à démontrer l’équivalence des deux professions au regard des risques encourus dans l’exercice du travail et de l’espérance de vie. En 1909, l’Union des syndicats des ouvriers ardoisiers des Ardennes publie une brochure sur la schistose, qui souligne les effets du métier d’ardoisier sur la santé et l’espérance de vie, dont les résultats sont publiés dans La vie ouvrière. La chambre de commerce d’Angers s’intéresse à la question de l’assimilation en juin 1912 et fonde quant à elle la discussion sur un rapport écrit par un certain M. Jéhier, qui affirme que les ouvriers ardoisiers travaillent dans des conditions satisfaisantes relativement à celles des mineurs. La F. N. du sous-sol publie en réponse une brochure intitulée Assimilation des ouvriers ardoisiers aux ouvriers mineurs, écrite par Ludovic Ménard, qui questionne la légitimité du rapport de Jéhier au regard des relations qu’il entretient avec les membres de la Commission :

  • 71 ADSSD, F. N. des travailleurs du sous-sol et parties similaires, 239J18, Activité de la Fédération (...)

« Aux Angevins qui seraient tentés de mettre en doute la compétence de M. Jéhier, en matière d’industrie ardoisière, je dirai que cet ancien charpentier, aujourd’hui entrepreneur de travaux publics, coudoie, est en relations suivies, plutôt, avec MM. Bordeaux-Montrieux et Larivière, membres correspondants de la Chambre de Commerce, tous les deux administrateurs de la Commission des Ardoisières, intéressée, bien particulièrement, au rejet du projet tendant […] à assimiler les ardoisiers aux mineurs pour la durée de travail de huit heures71. »

Ménard ne s’arrête cependant pas à une critique externe du rapport de Jéhier : il reprend également sa démonstration, afin d’y répondre. Jéhier conclut par exemple à une espérance de vie de 45 ans pour les ardoisiers du fond contre une moyenne de 33 à 35 ans pour les houilleurs. Jéhier ne prend toutefois pas en compte les causes de morts accidentelles, ce que souligne Ménard dans son rapport :

  • 72 ADSSD, F. N. des travailleurs du sous-sol et parties similaires, 239J18, Activité de la Fédération (...)

« “Les statistiques (d’après le docteur Jagot) montrent […] que la durée moyenne de la vie est : chez les houilleurs, de 33 à 35 ans ; chez les ardoisiers du fond, de 45 ans ; chez les fendeurs d’ardoises, de 55 ans. Ainsi, la durée moyenne de la vie chez les houilleurs est inférieure : de plus de 10 ans à celle des ouvriers du fond ; de plus de 20 ans à celle des fendeurs d’ardoises. Rien ne me semble donc justifier l’assimilation aux ouvriers mineurs des ouvriers ardoisiers travaillant au fond.’’ […] On serait tenté de le croire, si on ne s’apercevait que […] vous n’écartiez – oh ! bien ingénument, j’aime à le croire – les causes accidentelles “qu’il convient de tenir en ligne de compte’’, ainsi que le déclare l’éminent docteur, fixant cette moyenne à 39 ans seulement72. »

21Le Sénat nomme une Commission le 21 novembre 1912 qui auditionne les représentants ouvriers et les délégués du patronat minier, et qui propose finalement de disjoindre le cas des miniers et des ardoisiers le 22 janvier 1914. La fédération obtient l’assimilation en 1920 : Paul Jourdain, alors ministre du Travail, reçoit le 27 avril 1920 les membres du Bureau de la F. N. du sous-sol, qui menacent de lancer une grève générale si l’assimilation n’est pas votée avant le 1er mai. Le ministre leur promet d’intervenir auprès de la Commission des mines et dépose un projet de loi d’assimilation. Les rapporteurs du projet sont François de Wendel, industriel de l’Est bien connu, et le député Eugène Raynaldy. Tous deux sont membres de la Commission des mines et défendent, contre l’assimilation, qu’un ardoisier est un entrepreneur et non un ouvrier. La loi du 30 avril 1920 sur l’assimilation des ardoisiers à la retraite minière est finalement votée face à la menace d’une grève générale.

22Ces deux exemples montrent une autre forme de contestation des fédérations quant à des modes d’objectivation du monde social, liée à une remise en cause des conventions préalables à la mise en équivalence des professions concernées par la législation du travail. Celle-ci passe par la discussion de la catégorisation professionnelle relativement à la fonction de la profession (transformation ou exploitation) dans le cas des bûcherons, ou des statistiques relatives à l’espérance de vie et des conditions de travail dans le cas des ardoisiers. Dans les deux cas, l’objectif est d’obtenir l’extension du périmètre d’application de la loi pour les professions représentées en justifiant leur similitude vis-à-vis des professions qui en sont déjà bénéficiaires. Ces discussions soulignent également le caractère relativement instable des codifications professionnelles au tournant du xxe siècle : les principales lignes de force structurant le « travail » comme objet de connaissance et d’action sont encore en cours de construction et demeurent ainsi au cœur du débat.

Conclusion

  • 73 T. M. Porter, 2017 [1995], p. 20.

23Au tournant du xxe siècle, les fédérations ouvrières se saisissent de l’argument statistique et des enjeux soulevés par la catégorisation des professions afin de se constituer en interlocutrices des pouvoirs publics. Pour défendre les intérêts des travailleuses et travailleurs notamment face au patronat, elles se réapproprient ces modes d’objectivation du monde social tout en les dénonçant. La mise en place d’enquêtes internes à des fins d’information et de revendication, mais aussi le positionnement parfois critique des fédérations vis-à-vis des enquêtes et des chiffres produits et mobilisés par des organisations extérieures au mouvement ouvrier, suggèrent une tension entre l’utilisation et la dénonciation de la statistique comme « technologie de mise à distance73 » par ces organisations. D’un côté, les enquêtes et les statistiques constituent un outil de preuve pour les fédérations, permettant d’appuyer leurs revendications auprès des pouvoirs publics en garantissant leur pragmatisme. Elles contribuent à légitimer les organisations syndicales ouvrières en substituant aux doléances syndicales l’impersonnalité du chiffre. D’un autre côté, la distance que présupposent les procédés de quantification peut constituer un argument de plus pour contester les enquêtes et les statistiques produites ou mobilisées par des organisations externes au mouvement ouvrier, trop éloignées de ce dernier pour saisir sa « réalité ». Les négociations entreprises par les fédérations dans la construction d’espaces d’équivalence entre des professions dans le cadre de la législation du travail montrent que les revendications des fédérations s’appuient également sur une discussion plus directe des conventions présidant à la codification juridique et réglementaire des professions. Dans un contexte où ces codifications sont encore faiblement stabilisées, elles sont l’objet de débats qui illustrent leur dimension politique et conflictuelle, d’autant plus lorsqu’une intervention, sous la forme d’une règle ou d’une prestation, dépend de ces dernières. La mise en chiffres et la catégorisation représentent ainsi, dans une période où se développe la législation du travail, deux terrains de luttes pour les fédérations ouvrières.

Haut de page

Bibliographie

Sources archivistiques

Archives départementales de Seine-Saint-Denis (ADSSD)

F. N. des travailleurs du textile, 43J4, Congrès de la Fédération textile-CGTU et 43J26, Journal mensuel de la fédération.

Fédération CGT des tabacs et allumettes, 453J2, F. N. des ouvriers et ouvrières des manufactures de tabacs de France : Compte rendu de congrès.

Fédération des syndicats d’ouvriers bijoutiers joailliers, orfèvres, horlogers et professions similaires, affiliés à la CGT, 236J35, F. N. de la bijouterie, orfèvrerie, horlogerie et professions s’y rattachant, Publications de la fédération.

F. N. des travailleurs du sous-sol et parties similaires, 239J7, Journaux et revues de la fédération et 239J18, Activité de la Fédération et syndicats des mineurs.

F. N. des travailleurs de l’habillement, 200J211, Travail à domicile : législation et correspondance : 1910-1962.

F. N. des syndicats des ouvriers de la chapellerie française, 235J44, F. N. de la chapellerie. Statuts et congrès.

Syndicat général des travailleurs de la pierre du département de la Seine, 320J16, Syndicat des ouvriers marbriers de Paris et du département de la Seine.

F. N. des travailleurs de la construction, 214J2, Rapports de congrès.

F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J1, Congrès : rapports (1920-1936) et 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publications (brochures, statuts) et cahiers de notes manuscrites.

Maison Auguste Comte (Paris)

Correspondance d’Auguste Keufer à Charles Jeannolle (14 janvier 1885-9 novembre 1903).

Sources imprimées

IIS (Institut international de statistique), Bulletin de l’Institut international de statistique : t. VII, Rome, Imprimerie nationale, 1892.
URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k615553

Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, « Loi du 9 avril 1898 sur les responsabilités des accidents dont les ouvriers sont victimes dans leur travail », Bulletin de l’Inspection du travail, 6e année, no 2, Paris, Imprimerie nationale, 1898, p. 97-106.
URL : https://travail-emploi.gouv.fr/fichiers/numerisations3/bull.insp.trav_1898.pdf

Travaux

Biraben, Jean-Noël, « Inventaire des listes nominatives de recensement en France », Population, vol. 18, no 2, 1963, p. 305-328.

Bourdieu, Jérôme & Reynaud, Bénédicte, « Discipline d’atelier et externalités dans la réduction de la durée du travail au xixe siècle », in Patrick Fridenson & Bénédicte Reynaud (dir.), La France et le temps de travail (1814-2004), Paris, Odile Jacob, 2004, p. 15-53.

Cardoni, Fabien, Conchon, Anne, Margairaz, Michel & Touchelay, Béatrice, « Conclusion », in Fabien Cardoni, Anne Conchon, Michel Margairaz & Béatrice Touchelay (dir.), Chiffres privés, chiffres publics xviie-xxie siècle. Entre hybridations et conflits, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 257-263.

Cooper-Richet, Diana, « Difficultés et lenteurs de l’assimilation des ardoisiers au régime minier (1886-1920) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 104, no 3, 1997, p. 227-237.

Decouflé, André-Clément, « Histoire de l’office du travail : une “administration de mission” avant la lettre », Travail et emploi, no 22, 1984, p. 45-54.
URL : https://travail-emploi.gouv.fr/publications/Revue_Travail-et-Emploi/pdf/22_2255.pdf

Desrosières, Alain, Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique I, Paris, Presses des Mines (Sciences sociales), 2008.

Desrosières, Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2010 [1993].

Desrosières, Alain & Thévenot, Laurent, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte (Repères), 2002.

Dreyfus, Michel, Histoire de la C.G.T. : cent ans de syndicalisme en France, Bruxelles, Éditions Complexe (Questions au xxe s.), 1995.

Ewald, François, L’État providence, Paris, Grasset, 1986.

Foucault, Michel, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Seuil (EHESS), 2004.

Fraboulet, Danièle, Quand les patrons s’organisent : stratégies et pratiques de l’Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008.

Geerkens, Éric, Hatzfeld, Nicolas & Vigna, Xavier, « Introduction. Observer, écouter, inspirer : deux siècles d’enquêtes ouvrières en Europe », in Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret, & Xavier Vigna (dir.), Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, Paris, La Découverte, 2019, p. 5-38.

Geerkens, Éric & Vigna, Xavier, « Les enquêtes jocistes en Belgique et en France, c. 1925-c. 1940 », in Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret, & Xavier Vigna (dir.), Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, Paris, La Découverte, 2019, p. 427-442.

Hamelin, David, « La difficile acquisition de la “science de son malheur” », Cahiers d’histoire, no 138, 2018, p. 59-70.
DOI : https://doi.org/10.4000/chrhc.6971

Huber, Michel, « Quarante années de la Statistique générale de la France 1896-1936 », Journal de la Société de statistiques de Paris, t. 78, 1937, p. 179-214.

Jarrige, François & Le Roux, Thomas, « Naissance de l’enquête : les hygiénistes, Villermé et les ouvriers autour de 1840 », in Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret & Xavier Vigna (dir.), Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, Paris, La Découverte, 2019, p. 41-52.

Julliard, Jacques, Fernand Pelloutier et les origines du syndicalisme d’action directe, Paris, Seuil, 1971.

Julliard, Jacques, « Vérité du réformisme », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 30, 2012, p. 149-160.

Kalifa, Dominique, « Enquête et “culture de l’enquête” au xixe siècle », Romantisme, no 149, 2010, p. 3-23.

Le Mée, René, « La statistique démographique officielle de 1815 à 1870 en France », Annales de démographie historique, 1979, p. 251-279.

Lespinet-Moret, Isabelle, L’Office du travail (1891-1914) : la République et la réforme sociale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007.

Lespinet-Moret, Isabelle & Vigna, Xavier, « Les enquêtes ouvrières du Musée social, 1894-1919 », in Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret & Xavier Vigna (dir.), Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, Paris, La Découverte, 2019, p. 98-113.

Luciani, Jean (dir.), Histoire de l’Office du travail, Paris, Syros, 1993.

Mysyrowicz, Ladislas, « Karl Marx, la Première Internationale et la statistique », Le mouvement social, no 69, 1969, p. 51-84.

Perrot, Michelle, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au 19e siècle, Paris, Microéditions Hachette, 1972.

Philippe, Aurélie, « Le Comité des Houillères face aux syndicats ouvriers, entre stratégie d’évitement et influence parlementaire (année 1880-1914) », Revue du Nord, no 435, 2020, p. 327-343.

Porter, Theodore M., La confiance dans les chiffres. La recherche de l’objectivité dans la science et dans la vie publique, trad. Gérard Marino, Paris, Les Belles Lettres, 2017 [1995].

Ruggles, Steven & Magnuson, Diana L., « Census Technology, Politics, and Institutional Change, 1790-2020 », The Journal of American History, vol. 107, no 1, 2020.

Touchelay, Béatrice, « Vers une hégémonie des statistiques publiques ? xixe-xxe siècles », in Fabien Cardoni, Anne Conchon, Michel Margairaz & Béatrice Touchelay (dir.), Chiffres privés, chiffres publics xviie-xxie siècle. Entre hybridations et conflits, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 93-101.

Haut de page

Notes

1 B. Touchelay, 2022, p. 93.

2 Sur la SGF, voir M. Huber, 1937 ; R. Le Mée, 1979. Sur l’Office, voir A.-C. Decouflé, 1984 ; J. Luciani, 1993 ; I. Lespinet-Moret, 2007.

3 Voir J.-N. Biraben, 1963 ; S. Ruggles & D. L. Magnuson, 2020.

4 F. Cardoni et al., 2022, p. 259.

5 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 10.

6 A. Desrosières, 2008, p. 116.

7 T. M. Porter, 2017 [1995].

8 A. Desrosières, 2008, p. 9.

9 D. Hamelin, 2018, p. 2.

10 F. Jarrige & T. Le Roux, 2019, p. 50.

11 L. Mysyrowicz, 1969.

12 D. Hamelin, 2018, p. 3.

13 A. Desrosières, 2008.

14 A. Desrosières, 2008, p. 78.

15 T. M. Porter, 2017 [1995], p. 20.

16 J. Bourdieu & B. Reynaud, 2004, p. 42.

17 D. Kalifa, 2010, p. 22.

18 D. Kalifa, 2010, p. 7.

19 D. Fraboulet, 2008 ; A. Philippe, 2020.

20 On a eu un accès direct aux réponses pour la Fédération des cuirs et peaux et celle de la chapellerie.

21 Michelle Perrot souligne la faible part des auteures dans le corpus (Zoé Gatti et Julie-Victoire Daubié) : M. Perrot, 1972.

22 Anthime Corbon, Martin Nadaud et Agricol Perdiguier.

23 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 23.

24 A. Desrosières, 2010 [1993], p. 48.

25 D. Hamelin, 2018, p. 5.

26 É. Geerkens & X. Vigna, 2019, p. 430.

27 A. Desrosières, 2008, p. 26.

28 L’Union regroupe la Fédération agricole de la région du Midi, les F. N. des bûcherons et horticole, la Fédération agricole de la région du Nord. La F. N. de l’agriculture est fondée en 1920.

29 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux, Publications (brochures, statuts) et cahiers de notes manuscrites, Compte rendu des travaux du congrès de 1908.

30 ADSSD, F. N. des cuirs et peaux, 48J1, Comptes rendus des travaux de congrès (1895-1979), 2e congrès national, 15-18 juillet 1895.

31 ADSSD, F. N. des syndicats des ouvriers de la chapellerie française, 235J44, F. N. de la chapellerie, Statuts et congrès, Résumé historique et statistique de la Société générale des Ouvriers chapeliers et des syndicats ou sociétés corporatives de France (1880-1890).

32 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 11.

33 D. Hamelin, 2018, p. 8.

34 A. Desrosières, 2008, p. 134.

35 A. Desrosières, 2008, p. 177.

36 É. Geerkens, N. Hatzfeld & X. Vigna, 2019, p. 29.

37 F. Jarrige & T. Le Roux, 2019, p. 49.

38 T. M. Porter, 2017 [1995].

39 I. Lespinet-Moret & X. Vigna, 2019, p. 104.

40 ADSSD, Fédération CGT des tabacs et allumettes, 453J2, F. N. des ouvriers et ouvrières des manufactures de tabacs de France : Compte rendu du 2e congrès, 1892.

41 M. Dreyfus, 1995, p. 49.

42 M. Dreyfus, 1995.

43 J. Julliard, 2012, p. 156.

44 Maison Auguste Comte (Paris), Correspondances d’Auguste Keufer à Charles Jeannolle.

45 J. Julliard, 1971.

46 I. Lespinet-Moret, 2007.

47 ADSSD, F. N. des travailleurs du textile, 43J26, Journal mensuel de la fédération, L’ouvrier textile, novembre 1904.

48 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publications (brochures, statuts) et cahiers de notes manuscrites, Le manuel du paysan, 1905.

49 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’habillement, 200J211, Travail à domicile : législation et correspondance : 1910-1962.

50 ADSSD, F. N. des travailleurs du textile, 43J26, Journal mensuel de la fédération. L’ouvrier textile, mai 1909.

51 I. Lespinet-Moret, 2007, p. 263.

52 ADSSD, F. N. des syndicats des ouvriers de la chapellerie française, 235J44, F. N. de la chapellerie. Statuts et congrès, Congrès de 1900.

53 ADSSD, Syndicat général des travailleurs de la pierre du département de la Seine, 320J16, Syndicat des ouvriers marbriers de Paris et du département de la Seine, Le marbrier, décembre 1928.

54 A. Desrosières, 2008, p. 99.

55 A. Desrosières, 2008, p. 175.

56 A. Desrosières, 2008, p. 134.

57 A. Desrosières & L. Thévenot, 2002, p. 26.

58 A. Desrosières & L. Thévenot, 2002, p. 26.

59 A. Desrosières, 2008, p. 104.

60 M. Foucault, 2004, p. 8.

61 F. Ewald, 1986, p. 89.

62 Ministère du Commerce…, 1898, p. 97.

63 La loi du 30 juin 1899 étend la loi aux ouvriers agricoles employant des moteurs inanimés ; celle du 12 avril 1906 au personnel des exploitations commerciales ; celle du 18 juillet 1907 rend légal l’assujettissement facultatif des patrons pour garantir leur personnel si non couvert par la loi de 1898.

64 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publications (brochures, statuts) et cahiers de notes manuscrites, Les bûcherons hors-la-loi, 1908.

65 Créé en 1885 notamment dans le but d’harmoniser internationalement les statistiques, l’IIS réunit périodiquement des délégués gouvernementaux et des statisticiens.

66 IIS, 1892, p. 268.

67 ADSSD, F. N. des travailleurs de l’agriculture, 35J46, Situation des syndicats régionaux. Publications (brochures, statuts) et cahiers de notes manuscrites, Les bûcherons hors-la-loi, 1908, p. 46-47.

68 D. Cooper-Richet, 1997, p. 229.

69 D. Cooper-Richet, 1997, p. 229.

70 Ce paragraphe est largement tributaire de l’article de D. Cooper-Richet, 1997.

71 ADSSD, F. N. des travailleurs du sous-sol et parties similaires, 239J18, Activité de la Fédération et syndicats des mineurs, Assimilation des ouvriers ardoisiers aux ouvriers mineurs, 1912, p. 3.

72 ADSSD, F. N. des travailleurs du sous-sol et parties similaires, 239J18, Activité de la Fédération et syndicats des mineurs, Assimilation des ouvriers ardoisiers aux ouvriers mineurs, 1912, p. 4.

73 T. M. Porter, 2017 [1995], p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Hirsch, « Compter et classer pour défendre ses intérêts : les fédérations ouvrières face à l’objectivation du monde social (France, fin xixe-début xxe siècle) »Histoire & mesure, XXXVIII-1 | 2023, 105-126.

Référence électronique

Agnès Hirsch, « Compter et classer pour défendre ses intérêts : les fédérations ouvrières face à l’objectivation du monde social (France, fin xixe-début xxe siècle) »Histoire & mesure [En ligne], XXXVIII-1 | 2023, mis en ligne le 30 juin 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/19083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.19083

Haut de page

Auteur

Agnès Hirsch

Institut national d’études démographiques (INED), Aubervilliers ; Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO, UMR 7170, CNRS, PSL Research University, Université Paris-Dauphine)

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search