Navigation – Plan du site
Mesurer la forêt

Une biogéographie historique

Forêts et industries dans le comté de Bitche au xviiie siècle
Xavier Rochel
p. 9-38

Résumés

La mesure de l’impact des prélèvements forestiers à destination des industries constitue une problématique historique classique, mais renouvelée grâce aux systèmes d’information géographique (SIG). Les forêts des Vosges du Nord ont subi d’importantes exploitations à destination des forges et verreries, notamment à partir des années 1760. L’état et la gestion des forêts concernées ont été étudiés à l’échelle du comté de Bitche, territoire qui bénéficie d’un double corpus d’archives de qualité : un exceptionnel atlas « topogéographique » et une série de registres de martelages. L’étude porte sur un total de 415 coupes de taillis sous futaie et plus de 340 000 arbres martelés entre 1762 et 1785. Du SIG historique qui a été établi, il ressort que les prélèvements dans les forêts affectées aux industries n’étaient pas plus intensifs que dans les coupes destinées aux affouages ou à la vente. La forte présence du chêne aux limites de l’Alsace ne semble pas liée à une hypothétique surexploitation liée au tissu industriel alors en développement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1. Contexte et objectifs
Le comté de Bitche, territoire forestier aux deux visages
Un territoire industrialisé
Quelle gestion pour les futaies du pays de Bitche au xviiie siècle ?
2. Sources mobilisées
Les sources forestières
Les sources cartographiques
Validation des données
3. Une gestion assez uniforme, sans trace de surexploitation (résultats)
L’état des forêts et leur gestion
La question de la place du chêne
Conclusion

Aperçu du début du texte

La prise en compte des évolutions historiques paraît de plus en plus importante dans la compréhension des écosystèmes actuels. De nombreuses recherches récentes tentent d’éclairer des problématiques écologiques et biogéographiques actuelles à partir de données historiques issues d’archives. Mais le recours à celles-ci peut aussi passer par une démarche, non pas de géohistoire, mais de géographie historique dont l’objectif n’est pas nécessairement d’éclairer le patrimoine naturel du temps présent. Il s’agit alors de reconstituer, à l’aide des archives, une réalité du passé que la construction de bases de données et de systèmes d’information géographique (SIG) permet de cartographier avec toute la précision possible. Dans le domaine environnemental, et plus particulièrement forestier, les archives du public land survey états-unien et de son équivalent canadien ont par exemple aidé à faire l’état des formations végétales antérieures aux grandes vagues pionnières des xviiie et xixe sièc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Rochel, « Une biogéographie historique », Histoire & mesure [En ligne], XXXII-2 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/6076

Haut de page

Auteur

Xavier Rochel

Maître de conférences en géographie, chercheur au Laboratoire d’observation des territoires (LOTERR, EA 7304, université de Lorraine), membre du conseil d’administration du Groupe d’histoire des forêts françaises, et de la commission de géographie historique du Comité national français de géographie (CNFG).
E-mail : xavier.rochel@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page