Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXII-2Mesurer la forêtReconstituer l’évolution des pays...

Mesurer la forêt

Reconstituer l’évolution des paysages forestiers

La forêt de Mormal entre le xvie et le xviiie siècle
Reconstructing the Evolution of Forest Landscapes: The Forest of Mormal between the Sixteenth and Eighteenth Centuries
Marie Delcourte Debarre
p. 39-65

Résumés

Appréhender l’évolution d’un territoire forestier c’est croiser le temps et l’espace. C’est donner une dimension temporelle à un objet semi-naturel ou construit par l’homme, et considérer que cet objet peut être spatialement en mouvement. Dans le cadre de la démarche de recherche appliquée dont relève cette étude (politique de reboisement), il a été nécessaire de recourir à des outils particuliers pour rendre lisibles et utilisables les données anciennes. La méthode SyMoGIH (Système modulaire de gestion de l’information historique) offre la possibilité de conduire une analyse à différentes échelles (territoire, écopaysage, lieu), tout en intégrant les disparités spatiales et temporelles qui composent chaque élément géographique d’un espace, ici l’Avesnois. Par cette méthode, l’analyse historique est spatialisée tout en étant bornée temporellement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La forêt de Mormal a fait l’objet de nombreuses études historiques : F. Duceppe-Lamarre, 2006 ; J. (...)
  • 2 Un anthroposystème peut être défini comme une entité structurelle, fonctionnelle et englobante, ég (...)

1Analysé au prisme de l’histoire de l’environnement, l’espace forestier est une notion complexe aux multiples facettes. La forêt de Mormal1, objet de notre étude, est envisagée comme un anthroposystème2 constitué, résultant de l’interaction entre les dynamiques des systèmes naturels et des systèmes sociaux qui forment le socle de son développement passé, présent et futur. L’analyse du paysage de la forêt de Mormal a pour objectif d’en révéler les évolutions, les héritages et les ruptures, les accélérations, entre le xvie et le début du xviiie siècle.

  • 3 Une telle analyse englobe la totalité des composantes et des mécanismes de fonctionnement du systè (...)
  • 4 Le terme de territoire est pris ici dans sa définition large : portion de la surface terrestre con (...)

2L’analyse systémique3 des modalités des relations sociétés-milieux, conduite pour une meilleure compréhension de la dynamique paysagère, n’est possible que par une approche multiscalaire impliquant un croisement des sources. Considérer diverses échelles spatiales, de la macro-échelle du territoire4 à la micro-échelle, en portant la focale sur un massif forestier voire sur un canton de forêt, conduit l’historien à spatialiser son discours tout en le bornant temporellement, permettant ainsi de mettre en exergue les processus dynamiques à l’œuvre.

3La complexité de l’anthroposystème, caractérisé par l’emboîtement d’échelles spatio-temporelles, a réclamé a fortiori une redéfinition des outils et des méthodes à employer. Il a été nécessaire de recourir à des outils et des méthodes qui intègrent les données anciennes, textuelles et cartographiques : dans un premier temps aux systèmes d’information géographique (SIG) ; puis au système modulaire de gestion de l’information historique (méthode SyMoGIH).

4La méthode SyMoGIH a déjà été mobilisée pour plusieurs études aux thématiques variées, notamment les projets « Patrons de France5 », système d’information relatif aux patrons et au patronat français (xixe-xxe siècles) et « SIPROJURIS6 », système d’information concernant des professeurs de droit (1804-1950). Dans le cadre de l’étude des forêts de l’Avesnois, SyMOGIH a été appliquée pour la première fois à un territoire rural, portant sur des objets « naturels » aux fortes dynamiques.

5Après avoir présenté le territoire étudié, les sources et méthodes employées, nous évoquerons des résultats obtenus dans une démarche qui, au croisement entre recherche fondamentale et recherche appliquée, porte sur les dynamiques d’évolution de la forêt de Mormal.

1. Une démarche au croisement de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée

6L’Avesnois est un territoire composite connaissant des évolutions différenciées. Ces évolutions relèvent de rythmes agissant à des échelles spatio-temporelles différentes que l’analyse historique multiséculaire permet de mettre en exergue. Cette dernière apporte un nouveau regard pour la gestion des politiques environnementales actuelles.

Présentation de l’espace étudié

  • 7 Schéma d’aménagement du territoire et de protection de certaines ressources naturelles (biodiversi (...)

7L’Avesnois se situe au sud-est du département du Nord, à la frontière du département de l’Aisne et de la Belgique (Figure 1). Territoire riche en biodiversité, il joue un rôle important pour les Schémas régionaux de cohérence écologique-Trames vertes et bleues (SRCE-TVB)7. Le bocage et la forêt ainsi que des reliquats de cloisons forestières, bordant les anciennes haies médiévales, forment les paysages les plus caractéristiques de ce territoire. Avec 30 745 ha de forêts, soit un taux de boisement de 19 %, l’Avesnois est l’un des territoires les plus boisés des départements du Nord et du Pas-de-Calais.

Figure 1. Localisation de la zone d’étude : la forêt de Mormal

Figure 1. Localisation de la zone d’étude : la forêt de Mormal

Sources. SIG Avesnois (région Nord–Pas-de-Calais et laboratoire Calhiste), juillet 2015.

8Des dualités importantes caractérisent l’Avesnois (espace agricole, cynégétique, bocage, linéaire forestier, etc.), entraînant une diversité des milieux entre l’ouest et l’est de ce territoire. L’ouest se compose d’un ensemble de vastes massifs forestiers (forêt de Mormal, bois l’Évêque…) ; l’est comporte des ensembles beaucoup plus fragmentés.

9Actuellement, la forêt de Mormal est une forêt domaniale constituée de 9 163 ha de futaies de chênes pédonculés, hêtres, charmes et frênes, elle abrite une population importante de cervidés. Autrefois propriété du comte de Hainaut, elle appartenait au roi de France depuis le traité de Nimègue en 1678.

10Cet espace et le paysage sont le produit d’une histoire. Aussi présenter les caractéristiques actuelles de ce territoire consiste à décrire l’état, à un instant t, des héritages issus des dynamiques naturelles et sociétales.

Des politiques environnementales régionales questionnant le passé

  • 8 Connexions entre des réservoirs de biodiversité offrant aux espèces des conditions favorables à le (...)
  • 9 L. Bergès, P. Roche & C. Avon, 2010 ; A. Debray, 2011 (consulté le 26 janvier 2018).
  • 10 J. Buridant, E. Gallet-Moron & G. Decocq, 2013.
  • 11 J. Buridant, E. Gallet-Moron & G. Decocq, 2013.

11Depuis quelques années, les études en écologie du paysage ont montré la nécessité de préserver la connectivité des écosystèmes en s’appuyant sur des corridors écologiques8 renforçant la biodiversité9. Leur approche suppose, comme le souligne Jérôme Buridant, que la restauration de la connectivité produit des effets bénéfiques à court terme10. Des études plus récentes montrent cependant que la diffusion des espèces, animales ou végétales, répond à des logiques temporelles et spatiales variées, et que la biodiversité actuelle est la résultante d’une histoire du paysage inscrite dans la longue durée11.

12À partir de ce constat des politiques d’aménagement du territoire telles que les SRCE et les TVB ont été lancées, dans le but de limiter les risques d’extinction liés à l’isolement des habitats. Les TVB s’avèrent pertinentes dans cette région de grande culture, où la fragmentation des écosystèmes forestiers est particulièrement forte. C’est à ce titre que le SRCE-TVB a été mis en place pour lutter contre la perte en biodiversité causée par la dégradation des milieux naturels, par leur fragmentation et leur artificialisation. La TVB prend en considération le fonctionnement des espaces et des espèces dans la dynamique organisationnelle du territoire avec comme objectif majeur la préservation de la biodiversité dite « sauvage » ou « naturelle ». Il introduit deux notions : d’une part celle de réservoir de biodiversité (espaces exceptionnels du point de vue de leurs caractéristiques écologiques) et, d’autre part, celle de corridor écologique formant ainsi les continuités écologiques.

13L’ancienne région Nord – Pas-de-Calais présentait un taux de boisement relativement faible (environ 9 %). Afin d’y remédier, elle s’est engagée, entre 2010 et 2015, dans une politique volontariste en mettant en place le Plan forêt régional (PFR) adopté en mai 2009. Son objectif était de doubler la superficie forestière de la région d’ici 2040 et de renforcer la biodiversité, que ce soit dans les choix futurs des terrains à (re)boiser, des essences, ou encore dans le mode de gestion. Le PFR prévoyait également que la forêt (re)devienne multifonctionnelle : biens et services marchands et/ou non marchands (filière sylvicole, tourisme…) pouvaient être produits par un même massif. Ce plan conduisait à une redéfinition territoriale, économique et sociale de la forêt, avec l’ambition de promouvoir la forêt existante en la plaçant dans un schéma directeur des TVB. Des perspectives de recherche pour les scientifiques, les techniciens forestiers et les géographes étaient ainsi offertes dans le projet de boisement. Les demandes en matière d’analyse historique multiséculaire apportaient à ce plan une dimension temporelle, un recul et une mise en perspective critique, les éléments d’une articulation plus satisfaisante entre passé et présent, en vue de prises de décision engageant durablement l’avenir.

La mise en perspective historique

14Cette étude propose une analyse des interrelations entre paysages et sociétés riveraines dans le temps long pour révéler le poids des héritages sylvicoles dans les systèmes forestiers contemporains, identifier les ruptures et continuités paysagères qui ont jalonné l’histoire de la forêt de Mormal et définir les modalités des actions humaines avec leurs impacts sur les milieux forestiers. Son objectif scientifique répond plus particulièrement à la demande des acteurs du monde forestier actuel, qui orientaient l’investigation vers la mise en évidence des zones anciennement boisées pouvant faire l’objet de replantations lorsque l’occupation du sol le permet, le suivi de l’évolution des superficies forestières dans le temps ou bien encore l’appui des corridors écologiques sur d’anciens boisements. Face à ces diverses préoccupations propres aux politiques de boisement et de préservation de la biodiversité, cette étude associe une démarche de recherche fondamentale et de recherche appliquée.

15La forêt de Mormal est en premier lieu envisagée comme un anthroposystème posant ainsi à égalité les interactions entre la dynamique des systèmes « naturels » (évolution des peuplements, dynamique des lisières, …) et celle des systèmes sociaux (création du bocage, guerres, …). Les activités humaines affectent évidemment les espaces forestiers mais les sociétés réagissent également aux modifications de ces espaces.

  • 12 Notion de dynamique spatio-temporelle, voir J.-P. Cheylan, 2007.

16Les interactions entre le socio-système et le système naturel n’étant pas de même nature (phase de crise, d’ajustement…), il était important d’envisager la question de l’échelle d’analyse la plus probante : celle du territoire vécu. Afin de saisir l’évolution des interactions entre ces systèmes, cette recherche sur le temps long devait faire varier les échelles d’analyse. Trois échelles spatiales ont été définies en vue de révéler les dynamiques spatio-temporelles12 du territoire vécu :
– la macro-échelle, celle du territoire, dans laquelle s’inscrivent les dynamiques spatio-temporelles permettant de révéler les rythmes d’évolution (déboisements, plantations, …) ;
– la méso-échelle, formée d’un ensemble de massifs ayant un fonctionnement écologique cohérent, dans laquelle s’inscrivent également les dynamiques spatio-temporelles – à cela s’ajoute l’impact de l’occupation humaine ;
– la micro-échelle, celle du massif forestier permettant l’analyse des dynamiques, des usages, de la gestion des ressources forestières, de la nature de l’occupation humaine, du cadre de vie des populations (contextes historique et climatique, …).

17L’inscription de ce travail en histoire environnementale, dans une perspective appliquée, illustre la volonté des gestionnaires actuels de comprendre l’origine de ces dynamiques et de saisir le degré d’anthropisation des milieux.

De la source écrite à la carte ancienne

  • 13 Nous pouvons citer à titre d’exemple les travaux suivants : sur l’ancienneté des forêts, J.-L. Dup (...)
  • 14 Le traitement des données historiques passe par un travail de collecte et de lecture des manuscrit (...)

18De nombreuses études emploient à la fois cartes anciennes et données écrites afin de révéler le poids de l’histoire sur les paysages d’aujourd’hui13. Dans le cas présent, le dépouillement des archives publiques et privées a permis de mobiliser un corpus de 1 500 documents14. Il s’agit majoritairement de comptabilités issues du domaine royal ou seigneurial, de correspondances, de procès-verbaux, etc. L’examen de ce corpus documentaire a mis en valeur ses apports autant que ses limites pour l’étude des dynamiques paysagères de la forêt de Mormal.

  • 15 Dans le cadre de cette étude sur les forêts de l’Avesnois, il existe deux niveaux de lieu : le top (...)

19Les informations retenues concernent la toponymie des lieux15, la localisation et la superficie approximative de ces derniers, relevées quasi-systématiquement ; des éléments contextuels généraux, de nature sociale (guerre, trouble, famine, …) et abiotique (climat) ; la propriété foncière et les conflits qu’elle engendre ; les modalités de gestion du domaine forestier, que ce soit à travers les ordonnances forestières, la protection des massifs forestiers ou l’institution du personnel gestionnaire (hiérarchie, compétences, caractères sociaux, rémunération, etc.). Elles renseignent aussi sur les activités socio-économiques, points d’ancrage des relations hommes-milieux : charbonnage et autres activités proto-industrielles, activités sylvo-pastorales, exploitation sylvicole (bois d’œuvre, …), dont les modalités et l’intérêt économique sont précisés (évolution des prix, …). Sont aussi mentionnées dans ces sources les activités illégales (ensemble des délits forestiers). On y trouve enfin des indications phytoécologiques (mentions d’essences forestières, de faune, état des peuplements d’après les procès-verbaux de visite) et des mentions d’un paysage dynamique et anthropisé (constructions de chaussées, embocagement des parcelles, défrichements, « grignotages » des lisières forestières, etc.).

20Ce corpus présente aussi d’évidentes limites. Le déséquilibre entre les séries entraîne assurément une disproportion entre l’importance des informations issues des organisations comtales et celles provenant des institutions religieuses, biaisant en quelque sorte notre analyse : les massifs forestiers du comte de Hainaut et des seigneurs influents de ce territoire sont ainsi plus aisément appréhendés que ceux des propriétés ecclésiastiques.

Figure 2. Répartition temporelle des sources écrites et nombre de lieux par siècle

Figure 2. Répartition temporelle des sources écrites et nombre de lieux par siècle

21La répartition temporelle des documents (Figure 2) fait entrevoir de grandes disparités entre les siècles : 0,5 % pour le xiiie siècle, 4,7 % pour le xive siècle, 18 % pour le xve siècle, 23,7 % pour le xvie siècle, 33,3 % pour le xviie siècle, 18,5 % pour le xviiie siècle, 0,1 % pour le xixe siècle, enfin 1,3 % est non daté. Cette prééminence du xviie siècle pouvait « déséquilibrer » l’analyse puisque les informations sont plus nombreuses pour ce siècle qu’elles ne le sont pour les périodes antérieures.

22Les informations d’ordre géographique relevées dans ces documents d’archives sont essentielles à la compréhension de l’emboîtement des échelles spatio-temporelles. Les mentions de lieux augmentent aux xiiie et xive siècles avec le nombre de documents. Aux xve et xvie siècles, une part non négligeable des documents fait apparaître un nombre relativement stable de massifs forestiers mentionnés (environ 40), s’agissant fort probablement des mêmes lieux. Cela autorise à mener une étude diachronique sur un espace géographique limité (ne couvrant pas l’ensemble du territoire de l’Avesnois). Ces documents montrent également que, pour une grande part, au xvie siècle ces lieux étaient mentionnés avec précision. L’administration espagnole n’est pas étrangère à cela ; s’observe en effet dans les documents d’archives de cette époque, et dans les comptabilités en particulier, une obligation d’« exactitude des faits » de la part des administrateurs royaux, imposée par la Chambre des comptes de Lille.

23Cette volonté de précision de la donnée se retrouve et s’accentue tout au long du xviie siècle. Le nombre de lieux s’accroît (environ 60 lieux), enrichissant ainsi la connaissance de l’espace géographique et permettant que l’étude soit conduite à une échelle géographique plus fine, qui mette au jour la continuité ou discontinuité de l’état boisé. Ces éléments géographiques issus des sources écrites forment des données complémentaires à la cartographie ancienne.

24Le recours à des informations cartographiques cohérentes impose au préalable de tenir compte d’un certain nombre de critères comme la facilité d’accès, la couverture de l’ensemble du territoire d’étude, la représentation des massifs (forêt, bois, haie…), des micro-massifs (bosquets…) et des toponymes forestiers qui rappellent un ancien état boisé (comme, par exemple, l’Épine, ou Bois Sarté) ou une proto-industrie (forge, verrerie…), en vue d’une numérisation et d’un géoréférencement aisés.

25Les quatre sources cartographiques qui ont été retenues sont les suivantes :

26– La carte de Claude Masse (1730-1737), levée au 1/28 000, restitue avec une précision remarquable les formes géométriques des massifs forestiers, la toponymie et l’agencement spatial. Les dalles de Claude Masse correspondant à l’Avesnois ont été numérisées, géoréférencées et vectorisées.

  • 16 Nous avons utilisé la version numérisée par l’équipe de Jean-Luc Dupouey et Daniel Vallauri ; voir (...)

27– La carte de Cassini (1749-1790) est levée au 1/86 400. Bien que d’un grand intérêt pour la localisation des activités proto-industrielles, du bâti ou de la toponymie, cette carte est à utiliser avec grande prudence pour une analyse de l’étendue spatiale des massifs forestiers. En effet, ces derniers forment des « bouquets » et n’ont pas de limites bien définies16.

28– La carte d’État-major (1835-1866) est levée au 1/40 000 sur des dessins-minutes réalisés par les officiers de l’État-major. La précision de la typologie des éléments naturels permet de visualiser finement les paysages. Les forêts ont été vectorisées, les toponymes et proto-industries ont été localisés.

  • 17 Les sources écrites et cartographiques de la période 1866-2009 n’ont pas été exploitées pour des r (...)

29– L’Occupation du sol (Ocsol 2009) est un inventaire de l’occupation physique des sols, constitué par le service SIG du conseil régional. Cette carte fait apparaître tous les milieux dont la superficie dépasse 0,5 ha (échelle 1/25 000)17.

  • 18 Logiciels de SIG QGis (OpenSource) et ArcMap (Labkit ArcGis, ESRI).

30Pour chacune de ces quatre cartes, deux couches SIG ont été créées18 : l’une correspond aux « polygones forêts », l’autre aux « toponymes ». La superposition des couches de forêts permet de visualiser l’agencement spatial de ce territoire. Dans les couches SIG, chaque polygone « forêt » possède un identifiant unique. Cet identifiant a été reporté dans la base des données historiques contenant quelque 15 000 données issues des sources écrites afin de réaliser la jonction entre les données spatiales et les données historiques.

31L’articulation entre la représentation spatiale des massifs forestiers, relevés sur les cartes du xviiie siècle, et les données historiques les concernant, se heurte à des questions de différentiels temporels qui ne peuvent pas être traitées dans un SIG classique associant géométries et données thématiques.

2. SyMoGIH, un renouvellement du discours historique

32Le croisement des sources hétérogènes avec l’emboîtement des échelles temporelles et spatiales ne permet pas de construire un discours historique pertinent sur la co-évolution des relations sociétés-milieux. Cela nous a conduit à employer la méthode SyMoGIH.

Une méthode collaborative

  • 19 F. Beretta, 2017.

33Le système modulaire de gestion de l’information historique (SyMoGIH) est un système d’information générique et ouvert, qui prend en considération à la fois les dimensions temporelle et spatiale des données19. Conçu dès 2007 par un groupe d’historiens du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), il est développé actuellement au sein de son pôle d’histoire numérique. Le projet s’est construit autour d’une réflexion sur une méthode de modélisation permettant un partage des données scientifiques dans une base de données collaborative.

34Une plate-forme a été mise en place pour stocker, de manière individuelle ou collective et de façon cumulative, des données historiques structurées et des données spatiales via une interface web nommée BHP (Base d’hébergement de projets), pour répondre au cahier des charges imposé à tous les participants au projet.

  • 20 C.-C. Butez, F. Beretta & P. Vernus, 2013, p. 30.

35La méthode SyMoGIH repose sur deux principes fondamentaux : l’atomisation de l’information et une production objective des données. Il s’agit de décomposer l’information historique en données primaires, « Primary Data », c’est-à-dire les plus petites unités de connaissance « auxquelles on associe tous les objets qu’elles relient, tout en spécifiant quel est le rôle de chaque objet20 ». Illustrons-le à partir d’un évènement de type « délit de braconnage ». Les acteurs concernés sont identifiés : un sergent forestier qui relève le délit et les contrevenants ; le rôle de chaque acteur (famille/malfaiteur, agent forestier) est déterminé, ainsi que le lieu où se déroule le méfait (massif forestier). Avec la méthode SyMoGIH, chaque unité de connaissance est authentifiée de manière unique par un « Material Object » (MaOb) rapporté à sa source afin de favoriser le partage des données et de garantir leur traçabilité. Cette méthode permet de reconstituer l’environnement historique des objets concernés à partir d’informations cumulées au cours des dépouillements des sources archivistiques et de la documentation cartographique disponible. Comme les objets participent à de multiples unités de connaissance, celles-ci permettent de reconstituer de manière plus ou moins accomplie l’existence historique de chaque objet.

36Dans le modèle SyMoGIH, tous les événements ou informations descriptives qui portent sur des lieux sont traités en tant qu’unités de connaissance dont la source est précisée.

Le concept de « Named Place »

  • 21 Sur la spatialisation des sources, voir les apports du projet ALPAGE (Analyse diachronique de l’es (...)

37Le « lieu » est le point d’ancrage de toutes les données spatiales et thématiques qui sont issues de différentes époques et sources21. Mais seul son toponyme permet de l’identifier, toponyme qui évolue dans le temps, comme sa localisation prise aparté (Figure 3).

Figure 3. Modèle conceptuel de données du « Named Place »

Figure 3. Modèle conceptuel de données du « Named Place »

Sources. C.-C. Butez, F. Beretta & P. Vernus, 2013.

38Quatre éléments identifient le « lieu » saisi comme « Named Place (NaPl) » : son nom (un ou plusieurs noms, historique ou actuel dont l’un est obligatoirement qualifié de nom standard) ; son type unique (élément géographique naturel, surface d’infrastructure, …) ; sa classe (une ou plusieurs classes : bois, forêt, étang dans le cas d’un élément géographique naturel) et sa localisation (renseignée sous une forme ponctuelle ou une marque spatiale avec un degré d’incertitude). Ces quatre composants identifient le « lieu » auquel est attribué un identifiant unique alphanumérique (NaPl1, NaPl2 jusqu’à NaPln).

39Le « Named Place » représente ainsi un lieu ayant une existence historique. Il s’agit d’un objet abstrait, c’est-à-dire la classe de toutes les instanciations effectives que ce « lieu » a connues au cours de son histoire et qui peuvent varier dans leur forme. Ce « lieu » sera, par exemple, la « Forêt de Mormal » depuis sa première mention dans les sources et jusqu’à son existence actuelle, indépendamment de toutes les variations toponymiques ou spatiales qu’elle aura connues. À chaque objet de type « lieu » seront associées toutes les connaissances issues des sources et des cartes pour chaque époque qui le concernent, indépendamment des formes que le lieu a effectivement eues au cours de son existence.

  • 22 L’une des possibilités envisageables est de créer le « lieu », en lui attribuant une localisation, (...)

40Notons une importante difficulté rencontrée au cours de cette recherche et qui, pour le moment, n’a pu être résolue. Dans le SyMoGIH, l’objet « Named Place » est défini selon trois critères principaux : son nom, son type et sa localisation. Or nous avons constaté que 26,7 % des données « lieux » ne sont nommées que dans les sources écrites et sont absentes des données cartographiques22. Mais nous avons fait le choix de ne pas intégrer ces 26,7 % de lieux non nommés en raison du manque évident d’informations les concernant.

La forme concrète du « Named Place »

  • 23 La « forme concrète » sera toujours rattachée à un bornage temporel, le temps constitue alors un é (...)

41Pour traiter les évolutions spatio-temporelles du « lieu » dans le temps, la méthode SyMoGIH introduit une deuxième entité, la « forme concrète du lieu », c’est-à-dire une forme propre avec son étendue et ses contours, à un moment spécifique ou durant une période de temps donnée23. Comme tout autre objet, la « forme concrète » est une construction, mais, à la différence du « lieu » qui ne dispose que d’une localisation générique, elle décrit la forme plus ou moins précise du lieu à une époque donnée. Un « lieu » sera donc associé à une ou plusieurs formes concrètes construites à partir d’informations tirées des sources, écrites ou cartographiques.

42Un événement historique, comme un acte de déboisement, ou la mention d’une indication telle que la superficie à une période donnée, peut donner lieu à une nouvelle forme concrète, munie d’un identifiant unique, indiquant qu’un changement significatif concernant l’étendue spatiale ou les contours du lieu a été identifié.

43Les données historiques et cartographiques, essentielles pour la définition des formes concrètes, seront toutefois associées principalement au « lieu » ou « Named Place » car celui-ci est plus stable, du fait de son niveau d’abstraction, alors que la construction des différentes formes concrètes pour un même lieu peut être modulable en fonction des données qui seront progressivement apportées.

  • 24 Par « géométrie » il faut entendre les représentations spatiales géoréférencées qui seront associé (...)

44Les géométries24 n’interviennent qu’en dernier ressort. La « forme concrète » reconstituée n’est pas forcément associée à une géométrie, elle restitue virtuellement une évolution spatiale qui sera ensuite matérialisée par une géométrie en fonction des informations historiques et cartographiques disponibles. Aussi, à défaut de représentation cartographique d’un « lieu », une géométrie peut être construite artificiellement à partir de ces mêmes informations.

  • 25 Permet de joindre une ou plusieurs tables attributaires à une couche géographique. Il est nécessai (...)

45Cette méthode propose une articulation plus développée que les jointures25 entre les géométries et les données thématiques ; elle garantit plus de souplesse et permet de traiter les cas d’incertitude et de différentiel chronologique entre les données historiques et les représentations cartographiques disponibles.

46La Figure 4 présente les différentes « formes concrètes » rencontrées. Dans les deux premiers cas (à gauche du schéma), la construction des géométries repose sur des connaissances historiques qui assurent et renseignent l’origine du tracé. Pour les autres cas où cette connaissance est trop incertaine, c’est un point de localisation du « Named Place » qui se substitue à la géométrie.

Figure 4. Procédé de création des formes concrètes

Figure 4. Procédé de création des formes concrètes

47Le polygone est produit sous une forme ovoïde autour de la localisation ponctuelle du lieu à partir d’informations historiques mentionnant la superficie connue ou estimée de la forme du lieu. La géolocalisation d’un « lieu » est relevée d’abord sur la carte État-major ou sur la carte de Claude Masse. Si celui-ci y est absent, la carte de Cassini sera utilisée en dernier recours.

  • 26 G. Sivéry, 1977, p. 58-62 ; H. Doursther, 1840 ; A. Jennepin, 1907, p. 529-559.

48La superficie présente dans la documentation écrite est mentionnée en unité de superficie ancienne comme l’arpent, le bonnier, la mencaudée, la rasière. La première difficulté réside dans la conversion des superficies en unité de mesure actuelle. Si pour l’arpent forestier (100 perches de 22 pieds) la conversion en hectare est bien connue (1 arpent = 0,51 ha), elle reste plus délicate pour le bonnier, la mencaudée ou encore la rasière, étant donné que leur définition varie dans le temps et dans l’espace. Plusieurs ouvrages ont été consultés, afin de connaître la correspondance entre ces anciennes mesures et les mesures actuelles26.

Tableau 1. Indications de superficie et formes concrètes de la forêt de Mormal

Named Place Date début forme concrète Date fin forme concrète Superficie ancienne Unité superficie ancienne Surface (en ha) Source
Forêt de Mormal 1601 1605 16 722 arpent 8 535 Arch. Dép. du Nord B 9688
1626 1627 6 881 bonnier 9 564 Arch. Dép. du Nord C 9494
1628 1729 6 593 bonnier 8 535 Arch. Dép. du Nord C 9494

49Les formes ovoïdes correspondant aux superficies des lieux ont été construites à l’aide d’un opérateur spatial, le « buffer » qui crée une zone tampon à une distance donnée des entités en entrée. La surface de ce cercle est proportionnelle aux superficies.

50L’information historique de type « superficie ancienne » a été traitée dans la BHP, par la création d’une donnée (dénommée « Type Information 141 ») qui signale l’« existence d’un objet ». Il s’agit d’une information qui met en relation l’objet NaPl avec une information qui définit son existence ou la fin de son existence : par exemple, le début de l’existence d’un « lieu » et de sa « forme concrète » peut être le fruit d’un évènement historique identique, le « lieu » et la « forme concrète » seront ainsi associés à la même information27.

Figure 5. Modèle conceptuel de données du type d’informations 141 (TyIn141)

Figure 5. Modèle conceptuel de données du type d’informations 141 (TyIn141)

Sources. C.-C. Butez, F. Beretta & P. Vernus, 2013.

51L’information TyIn141 permet de lier la forme concrète, la donnée « superficie » et la source (MaOb), par les types de rôle (ou « verbe d’action ») « occasionner » et « concerner » : l’objet associé est caractérisé par une surface en hectare. Cet objet associé « surface » concerne la forme concrète. Cette information est évidemment sourcée et datée.

52Ainsi, l’exhaustivité des représentations cartographiques est relative à l’état des connaissances selon les périodes historiques et les zones géographiques mais les informations historiques sont au minimum rapportées au point géolocalisé pour un « lieu » et une période donnée. De ce fait, pour renseigner les données historiques du même « lieu » à différentes périodes, en un point géolocalisé « standard », il est possible de substituer à ce point une de ses formes concrètes, voire une géométrie « ovoïde » ou détaillée.

Figure 6. Localisation et représentation spatiale des lieux par période

Figure 6. Localisation et représentation spatiale des lieux par période

Note. La représentation spatiale du lieu d’après la source écrite a été réalisée en convertissant la mesure ancienne de superficie (bonnier, arpent…) en mesure actuelle de superficie (ha).

Sources. Fond de carte : OpenStreetMap et ses contributeurs. Écopysages, formes concrètes, données historiques : projet SIG-Avesnois (région Nord–Pas-de-Calais et laboratoire Calhiste), août 2015.

53La démarche est finalement assez simple. Lorsqu’il n’y a pas de mention de superficie ancienne ni de représentation cartographique, le NaPl est traduit par un point. Le bornage appliqué est alors celui de la première mention dans la documentation historique à la date antérieure. S’il y a mention de superficie ancienne, cette dernière sera représentée par un ovoïde, le bornage temporel sera celui de la date de la superficie ancienne, à la date précédant la première cartographie. Enfin, lorsqu’il y a des géométries, une analyse spatiale peut être réalisée en vue de déterminer si d’importantes modifications de forme sont apparues entre les cartes anciennes, et modifier en conséquence le bornage temporel. Pour les NaPl n’ayant pas d’épaisseur temporelle (présents sur une seule des cartographies anciennes ou uniquement sur l’occupation du sol), aucune forme concrète n’a été créée. En témoigne l’exemple de la forêt de Mormal donné Figure 7.

Figure 7. Les formes concrètes de la forêt de Mormal

Figure 7. Les formes concrètes de la forêt de Mormal

Note. Huit formes concrètes à travers le temps ont été définies par l’historien
– un nom standard : forêt de Mormal (anciennes appellations : Mourmal, Mourmail)
– un type : élément géographique naturel (une classe : forêt)
– une localisation : coordonnées x,y
– un identifiant unique : NaPl121774

La visualisation des données à différentes échelles

  • 28 Une telle entité désigne une unité écologique fonctionnelle cohérente construite à partir de l’ana (...)
  • 29 L’écopaysage est un concept employé à la fois pour l’analyse écologique et spatiale des paysages e (...)

54Au regard des disparités spatiales et temporelles des sources d’archives, l’analyse a été menée selon trois échelles : la macro-échelle (le territoire de l’Avesnois) ; la méso-échelle (l’écopaysage) ; la micro-échelle (le massif forestier). Au regard du nombre de polygones à traiter dans l’analyse spatiale et historique à l’échelle du massif et pour une gestion de l’emboîtement des échelles spatio-temporelles, il a été décidé de créer deux « concepts-outils » à savoir les « entités28 » et les « écopaysages29 ». Tout en ayant à l’esprit la gestion de l’objet qu’impose la méthode SyMoGIH, ces deux « concepts-outils » ont été conçus comme des échelles d’analyse intermédiaires permettant de réaliser des groupements de massifs qui, d’après l’analyse spatiale, forment une unité écologique fonctionnelle « cohérente ».

55Appropriées aux forêts anciennes, ces entités et écopaysages ont été construits par une analyse spatiale des cohérences écologiques et historiques. Les résultats de cette analyse conduisent à isoler les forêts récentes – apparues après le minimum forestier et présentes uniquement sur l’Occupation du sol, sans aucune épaisseur temporelle – des entités et écopaysages. Pour exemple, dans cette schématisation, chaque massif dispose de sa propre dynamique (stabilité, déboisement, …). Ce niveau d’analyse correspond à la micro-échelle. La super-entité englobant ces trois massifs a été matérialisée par la superposition des trois couches SIG (Masse, État-major et Occupation du sol). Le tracé de ces entités et écopaysages suit les lisières de massif des couches superposées. L’entité est construite selon le même procédé, elle est une unité écologique fonctionnelle plus fine que ne l’est l’écopaysage.

Figure 8. Schématisation des concepts-outils écopaysage et entité

Figure 8. Schématisation des concepts-outils écopaysage et entité

56Ces concepts-outils ont permis de structurer la donnée « lieu » pour valider la continuité spatio-temporelle. Ces super-entités (écopaysage) et entités présentent une certaine continuité spatio-temporelle autorisant à replacer des massifs forestiers et bois dans un ensemble ayant une fonction assez cohérente dans le temps. Ils ont ensuite servi à intégrer l’ensemble des boisements. Ces concepts offrent la possibilité, par ailleurs, de prendre en compte les micro-massifs n’ayant pas de toponyme (ils ne sont donc pas des NaPl d’après la sémantique SyMoGIH). L’analyse des superficies s’en trouve affinée.

57L’analyse comparative des superficies écopaysage par écopaysage, entité par entité, a permis d’infirmer ou de confirmer les résultats issus de l’analyse des dynamiques spatio-temporelles et de révéler les disparités de situation (entité reboisée, entité déboisée partiellement, etc.). Cette analyse aide à orienter la recherche en archives vers les zones les plus flexibles afin de comprendre l’origine de cette dynamique.

58À l’échelle du « lieu », la méthode SyMoGIH attribue l’information historique (usage, paisson, …) à la forme concrète du lieu correspondant, à la date de cette information. Par exemple, l’information historique « montant de la paisson (pâturage des porcs) de 1650 en forêt de Mormal » est attribuée à la forme concrète de la forêt de Mormal en 1650. Afin d’obtenir ces formes concrètes (point, ovoïde et géométries issues des cartes) en fonction d’un bornage temporel adéquat, une requête a été créée, servant à retrouver toutes les formes concrètes rattachées à un lieu et les géométries respectives.

3. Observer le présent, connaître le passé pour anticiper le futur

  • 30 M. Hotyat & M. Galochet, 2001, p. 151-163.

59Tout en composant avec les limites des sources, l’analyse historique offre un recul sur les processus spatio-temporels qui ont fabriqué le paysage forestier d’aujourd’hui, recul nécessaire pour mener à bien les politiques environnementales actuelles. Le paysage d’aujourd’hui ne peut être qu’un produit social hérité30 de dynamiques développées à des échelles spatiales et temporelles différentes. À titre d’illustration, nous retiendrons les « places vagues » ainsi que la composition du peuplement de la forêt de Mormal au cours des xive-xviie siècles.

Une lisière forestière en mouvement

  • 31 Xavier Rochel s’est également intéressé à la notion de fragmentation écologique et aux apports de (...)
  • 32  J. Buridant, E. Gallet-Moron & G. Decocq, 2013.

60Comprendre comment le fractionnement des espaces forestiers31 s’est opéré sur le temps long est important à la fois pour l’historien, mais aussi pour l’écologue, car ce fractionnement a inévitablement modelé la diversité floristique comme l’ont démontré les chercheurs du projet METAFOR32. Il en va de même, pour les acteurs du monde forestier actuel qui interviennent dans le cadre des politiques Trames vertes et bleues dont l’objectif est de (re)connecter des habitats fractionnés.

  • 33 Jean-Pierre Husson donne une définition assez large de la lisière : « Il s’agit de lisières aux fo (...)
  • 34 J.-P. Husson, 1984, p. 415.
  • 35 J.-M. Gehu, 1983, p. 273-285.
  • 36 M. Galochet, 2009 (consulté le 11 décembre 2014).
  • 37 M. Galochet, 2009 (consulté le 11 décembre 2014).
  • 38 J.-P. Husson, 2013 (consulté le 15 février 2014).

61Comme le souligne Jean-Pierre Husson, la lisière33 est en « position de contact, […] zone d’enjeux et de conflits nés des intérêts contraires opposant les possédants soucieux d’affirmer leur pleine propriété forestière et les communautés attachées aux traditionnelles valeurs usagères34 ». Ses travaux consacrés aux forêts lorraines, comme ceux de Jean-Jacques Dubois sur les forêts du Nord de la France35, montrent bien que la lisière est le prolongement de l’espace agricole36. Elle est « une frontière mouvante pour la forêt, issue d’une lutte séculaire entre le défrichement par l’homme et le reboisement spontané37 ». Jean-Pierre Husson la qualifie même « d’espace-temps38 ». Dans le cadre des TVB, elle devient un enjeu important de connectivité des espaces, reflétant les interactions complexes entre l’homme et le milieu. Grâce au croisement des cartes anciennes avec les données textuelles, nous avons pu saisir la dynamique des lisières.

  • 39 J.-P. Husson, 1984, p. 415.

62En effet, la lisière est la première « zone de contact » entre l’homme et la forêt ; l’homme y coupe du bois, y envoie paître ses bovins et ses équidés à la recherche de lieux enherbés. Elle est aussi la limite parfois floue d’ailleurs entre le saltus et l’ager. C’est pourquoi les propriétaires fonciers, qu’ils soient seigneurs laïcs ou ecclésiastiques, se sont attachés à « stabiliser la lisière » dès le début du xviie siècle en Avesnois par l’installation de bornes et la création de fossés doublés d’une haie. Ce phénomène s’accélère dès la seconde moitié du xviie siècle par l’application de la réforme colbertienne, comme dans d’autres régions du royaume39. Pour autant, entre le xive et le xviie siècle, un processus marquera la dynamique des lisières : celui des « places vagues ».

  • 40 Cette documentation écrite fournit ponctuellement des informations sur le lieu, la superficie, l’i (...)

63Au milieu du xvie siècle, dans la Recette générale de Hainaut, apparaît une nouvelle rubrique consacrée aux recettes des « places vagues40 ». Les comptes de la Recette générale de Hainaut permettent de relever 340 données éclairant ce phénomène rencontré essentiellement entre 1550 et 1650, période où les besoins financiers sont importants du fait des conflits armés (création ou renforcement des places fortes, etc.).

64Les « places vagues » sont des parcelles forestières louées à divers locataires pour un temps donné. Le locataire a la charge de les mettre en valeur et donc d’en modifier l’usage du sol : défrichement puis conversion en pâture, prairie ou terre labourable avec obligation de clôturer cet espace par des fossés et/ou des haies vives. Parfois, le locataire est autorisé à construire un bâtiment sur la parcelle. Le bois ainsi coupé est revendu au profit du comte de Hainaut. Ces « places vagues » sont une source importante de revenus à la fois par la rente annuelle et la coupe extraordinaire de bois.

  • 41 258 bonniers et 95 mencaudées au xviie siècle.
  • 42 Archives départementales du Nord (ADN) B 9277 fo14ro.

65Ces parcelles se situent majoritairement au nord, à l’est et au sud de la forêt de Mormal, la lisière ouest bordée par la chaussée Brunehault semble avoir été quelque peu préservée. Ce sont pas moins de 358 ha41 qui auraient été défrichés, dont 250 situés en lisière sud, sud-est de la forêt de Mormal, entre 1550 et 1600. Entre 1575 et 1600, les lieux de la Tapperie, du Rieu du Quesne, de la Flaque à Grues, du Quesne à l’Orière, des Aulneaux (Estoquies), de la Haute Cornée, du Magoniau, de Hecq, de Landrecies, du Trou Huron, les Grandes Pâtures (au cœur de la clairière actuelle de Mormal) ont été défrichés. La haie de Hourdeau connaît le même sort si on en juge par cet extrait de compte daté de 1600 : « Aultres recepte de deux petits coings au bois de Hourdeau passez en ferme pour le terme de 18 ans qui senssuit42 ».

66Entre 1601 et 1607, ces défrichements s’accélèrent. Par une ordonnance de 1601, Albert et Isabelle de Castille autorisent le défrichement de nombreuses parcelles, donnant naissance aux pâtures Jean le Thor, Jean Pasquier, du Brai Petit Jean, du Brai Robot, Gilles Florette, Brai-Dieu, Sart-Bara, du Chesne Desrodé, d’Englefontaine, du Renart au Vert-Donjon… Il y a là une véritable déprise forestière, les parcelles de lisière étant transformées en pâture. Mais, en 1607, constatant les dommages causés par cette pratique, le pouvoir politique revient sur les premières autorisations et tente d’y mettre fin :

  • 43 ADN C 9494 fo14ro.

« le grand domaige que souffrons par le desrodement de plusieurs portions et coingz de nostre forest que lon a reduitz en terres labourables, pretz et pastures veuillans pourvoir a ladvenir que dommaige ne nous advienne, avons interdit et defendu a tous nos officiers de permettre a ladvenir semblables desrodements43 ».

  • 44 ADN C 9494 fo14ro.

67Cette interdiction est rappelée vingt ans plus tard : « voulant que les parties vagues soient rencloses de hayes, semees de glands et semencees de faux et gardees comme les jeunes tailles44. » Quant à la condition sociale des locataires, nous observons qu’une grande part de ces « places vagues » est détenue par un sergent forestier en fonction. En confiant l’arrentement à un sergent forestier, le souverain s’assure le contrôle du respect des surfaces à défricher, le contrôle des ventes de bois après le défrichement – et leur rentabilité. Sont mentionnés, mais dans une moindre mesure, des membres de la noblesse ou de la bourgeoisie, des marchands ainsi que des laboureurs.

68La fragmentation différenciée de la forêt de Mormal, observée à des échelles spatio-temporelles différentes, pose bien évidemment la question de la « reconnexion » de ces massifs dans le cadre des SRCE-TVB et PFR.

Forêts anciennes et corridors écologiques forestiers

  • 45 On distingue les forêts anciennes déboisées : forêt ayant une certaine ancienneté dont l’existence (...)

69En croisant les objectifs et données du SRCE-TVB la méthode permet, de façon théorique, de géolocaliser et cartographier les secteurs les plus pertinents à boiser45. Ces traitements de données ont eu aussi pour vocation de renforcer la connaissance de l’histoire du territoire et de mettre en lumière des enjeux complémentaires.

70Les massifs boisés principaux sont reliés par des corridors. Les axes de ces corridors forestiers ont été tracés afin de « traverser » un maximum d’espaces boisés relais tout en minimisant la distance parcourue entre les réservoirs de biodiversité. Ainsi, 403 kilomètres de corridors écologiques forestiers traversent le territoire de l’Avesnois : 228 km de corridors écologiques forestiers s’appuient sur des forêts anciennes, soit 56,6 %, 130 km sur des forêts actuelles, soit 32,4 %, 29 km sur des forêts récentes, représentant 7,3 % du total des corridors ; enfin 3,7 % sont hors forêt.

71Le croisement des sources cartographiques et écrites permet de mettre en évidence deux zones préalablement identifiées par le SRCE-TVB démontrant l’intérêt de la démarche historique : le bois l’Évêque et le bois de la Lanière. En effet, les données historiques offrent un certain recul, permettant de moduler éventuellement le tracé des corridors. Mais seuls les gestionnaires forestiers peuvent juger de la faisabilité de la proposition issue de l’analyse historique.

Figure 9. Deux exemples d’ajustement possible des corridors écologiques

Figure 9. Deux exemples d’ajustement possible des corridors écologiques

Sources. SIG Avesnois (région Nord–Pas-de-Calais et laboratoire Calhiste), juillet 2015.

72Le bois l’Évêque, situé au sud de la forêt de Mormal, et celui de la Lanière, au nord de ce même massif, constituent des zones prioritaires dans le SCRE-TVB, visées par l’intention de renforcer le boisement et les continuités écologiques. L’analyse des sources écrites et cartographiques permet d’identifier le « degré d’ancienneté » des massifs forestiers actuels et de repérer des zones anciennement boisées pouvant faire l’objet de replantations si l’occupation du sol le permet. Ces deux cas, bien que différents typologiquement, démontrent l’intérêt d’adjoindre aux politiques environnementales la prise en compte de la temporalité des boisements.

73Au sud de Mormal, le bois l’Évêque forme un point de jonction entre différents corridors écologiques forestiers reliant à la fois le bois de Bousies, la forêt de Mormal et les boisements plus au sud. Le corridor reliant les bois de Mormal et de Bousies se situe à proximité d’une forêt ancienne. De même, le corridor connectant le bois de Bousies et la forêt de Mormal s’appuie grandement sur un boisement ancien. Les sources historiques sont davantage explicites sur le bois l’Évêque que le bois de Bousies. Le premier est une propriété de l’archevêché de Cambrai jusqu’à la Révolution, il est présent dans les sources écrites dès le xive siècle. Au cours du xviie siècle, ce massif forestier subit des déprédations liées à l’activité militaire :

  • 46 ADN 3 G 3369 fo14ro (1689).

« Jean Devise maître charpentier […] dans le grand bois l’Evesque dans lequel monsieur de Baralle licencie as droits at marque [120] chesneaux du consentement de Monseigneur de Cambray pour estre abbatu et employe en pallisades, barrieres, faschines, et aultres pour conservation et protection de la dite ville46 ».

74C’est ainsi qu’en 1655, la comptabilité du bois l’Évêque indique une coupe de 26 bonniers – soit 35 ha – de bois dit « d’artillerie ».

75La situation au nord-est de Mormal témoigne d’une plus grande fragmentation des boisements. Le corridor se positionnant sur les massifs forestiers de Louvignies, de la Lanière et des micro-massifs autour de Maubeuge, s’appuie sur de nombreux boisements anciens (bois de Louvencourt, etc.) défrichés entre le xixe siècle et aujourd’hui. En considérant le chapelet de boisements anciens situés au sud vers Beaufort, un corridor pourrait éventuellement être créé (intégrant les reliquats des bois de Beaufort, d’Hautmont), permettant la jonction directe entre les espaces forestiers situés en lisière nord-est de la forêt de Mormal et les micro-massifs au sud de l’écopaysage Val de Sambre. Cette zone bien que située en vallée industrielle, pourrait éventuellement faire l’objet de reboisements.

Conclusion

76Nous nous sommes efforcée de mettre en évidence les dynamiques de la forêt de Mormal, d’analyser la co-évolution sur le temps long du sylvosystème et du socio-système à travers les exemples des « places vagues ». Ces problématiques, classiques en histoire de l’environnement, ont été reprises dans le cadre du Plan forêt régional et du Schéma régional de cohérence écologique-Trames vertes et bleues. Il s’agissait à la fois d’analyser les rythmes de l’évolution de ces espaces forestiers, de comprendre les modalités sociales, économiques ou environnementales qui font de la forêt de Mormal ce qu’elle est aujourd’hui ; mais aussi de rendre utilisables des données anciennes pour les politiques actuelles. Une redéfinition des outils et des méthodes à employer a été nécessaire. Nous avons ainsi mobilisé l’écopaysage, non comme structure écologique mais comme structure éco-historique au même titre que les entités. Nous avons conçu et créé un SIG construit à différentes échelles d’analyse (territoire, écopaysage, lieu) et intégrant les disparités spatiales et temporelles qui composent chaque élément géographique de ce territoire. Nous avons ensuite recouru à la méthode SyMoGIH, qui assure la spatialisation du discours historique tout en le bornant temporellement.

77L’analyse croisée des sources écrites et cartographiques nourrit ainsi les hypothèses de travail au regard principalement des scénarios de dynamiques et d’évolutions qui ont leur place dans les opérations actuelles de gestion environnementale.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Doursther, Horace, Dictionnaire universel des poids et mesures anciennes et modernes contenant des tables des monnaies de tous les pays, Bruxelles, Hayez, 1840.

Travaux

Allée, Philippe, « Géohistoire et géoarchéologie des territoires forestiers limousins », ADLFI. Archéologie de la France. Informations [en ligne], mars 2007.
URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7280.

Bergès, Laurent & Dupouey, Jean-Luc (dir.), « Forêts anciennes (dossier) », Revue forestière française, t. LXIX, nos 4-5, 2017.

Bergès, Laurent, Roche, Philip & Avon, Catherine, « Corridors écologiques et conservation de la biodiversité, intérêts et limites pour la mise en place de la Trame verte et bleue », Sciences, eaux et territoires, no 3, 2010, p. 34-39.

Beretta, Francesco, « L’interopérabilité des données historiques et la question du modèle : l’ontologie du projet SyMoGIH », in Brigitte Juanals & Jean-Luc Minel, Enjeux numériques pour les médiations scientifiques et culturelles du passé, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017, p. 87-127.

Buridant, Jérôme, Gallet-Moron, Émilie & Decocq, Guillaume, « Fractionnement des paysages forestiers et diversité floristique : le poids de l’histoire. L’exemple des fragments forestiers du bocage de la Thiérache (nord-est de la Picardie) », in Christine Farcy, Jean-Luc Peyron & Yves Poss (dir.), Forêts et foresterie. Mutations et décloisonnements, Paris, L’Harmatan, 2013, p. 237-252.

Butez, Claire-Charlotte, Beretta, Francesco & Vernus, Pierre, « Un SIG collaboratif pour la recherche historique. Conception d’un atlas historique numérique et d’une plate-forme de travail collaborative à partir de la méthode SyMoGIH », Géomatique expert, no 91, 2013.

Chenorkhian, Robert & Robert, Samuel, Les interactions hommes-milieux. Questions et pratiques de la recherche en environnement, Versailles, Éditions Quae, 2014.

Cheylan, Jean-Paul, « Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation », Mappemonde [en ligne], no 87, 2007.
URL : https://mappemonde-archive.mgm.fr/num15/articles/art07303.html.

Da Lage, Antoine & Métailié, Georges, Dictionnaire de biogéographie végétale : nouvelle édition encyclopédique et critique, Paris, CNRS Éditions, 2015.

Debray, Adèle, « La notion de réseau écologique en France : construction scientifique, appropriation par les politiques publiques et traduction territoriale », Vertigo. Revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], Débats et perspectives, mars 2011.
URL : http://journals.openedition.org/vertigo/10687.

Dubois, Jean-Jacques, « Espaces et milieux forestiers dans le Nord de la France. Étude de biogéographie historique », thèse de doctorat en géographie, université Paris 1, 1989.

Duceppe-Lamarre, François, Chasse et pêche dans les forêts du Nord de la France, pour une archéologie du paysage sylvestre (xie-xvie siècles), Paris, L’Harmattan, 2006.

Dupouey, Jean-Luc, Bachacou, Jean, Cosserat, Régine, Aberdam, Serge, Vallauri, Daniel, Chappart, Gérard & Corvisier de Villèle, Marie-Anne, « Vers la réalisation d’une carte géo-référencée des forêts anciennes de France », Comité français de cartographie, no 191, mars 2007, p. 85-98.

Durand, Aline, Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiie siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003.

Fruchart, Catherine, « Utilisation de plans forestiers xviiie-xixe siècles pour une étude archéologique des paysages passés de la forêt de Chailluz (Besançon) : l’exemple d’un réseau viaire », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. BUCEMA [en ligne], hors-série no 9, 2016.
URL : http://journals.openedition.org/cem/13789 ; DOI : 10.4000/cem.13789.

Galochet, Marc, « Le massif forestier du dehors et du dedans : limites, marges et discontinuités de l’espace forestier », Revue géographique de l’Est [en ligne], vol. 49, nos 2-3, 2009.
URL : http://rge.revues.org/1917.

Gasse-Grandjean, Marie-José & Saligny, Laure (dir.), « Géolocalisation et sources anciennes ? », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre. BUCEMA [en ligne], hors-série no 9, 2016.
URL : https://journals.openedition.org/cem/13770.

Gehu, Jean-Marie, Colloques phytosociologiques VIII, les lisières forestières, Vaduz, Cramer, 1983.

Grataloup, Christian, Introduction à la géohistoire, Paris, Armand Colin, 2015.

Hotyat, Michel & Galochet, Marc, « L’homme, facteur de diversité en milieu forestier », Bulletin de l’association des géographes français, vol. 78, no 2, 2001, p. 151-163.

Husson, Jean-Pierre, « Les lisières forestières au xviiie siècle : l’exemple lorrain », Revue forestière française, t. XXXVI, no 5, 1984.

Husson, Jean-Pierre, « La lisière forestière, espace-temps », Revue de la géographie historique [en ligne], no 3, novembre 2013.
URL : http://rgh.univ-lorraine.fr/articles/view/34/La_lisiere_forestiere_espace_temps.

Jennepin, Alfred, « Essai sur les anciennes mesures agraires usitées avant le système métrique dans toute l’étendue de l’arrondissement d’Avesnes », Annales de l’Est et du Nord, 3e année, 1907, p. 529-559.

Jollivet, Marcel & Pavé, Alain, « L’environnement : un champ de recherche en formation », Natures, sciences, sociétés, no 1, 1993, p. 7-20.

Noizet, Hélène, Bove, Boris & Costa, Laurent (dir.), Paris de parcelles en pixels, Saint-Denis et Paris, Presses universitaires de Vincennes et Comité d’histoire de la Ville de Paris, 2013.

Rochel, Xavier, « Doit-on réhabiliter les milieux ouverts dans les massifs forestiers vosgiens ? Un enjeu écologique et paysager revu par la biogéographie historique », Revue géographique de l’Est [en ligne], vol. 49, nos 2-3, 2009.
URL : http://journals.openedition.org/rge/1956.

Rodier, Xavier & Saligny, Laure, « Modélisation des objets historiques selon la fonction, l’espace et le temps pour l’étude des dynamiques urbaines dans la longue durée », Cybergeo. European Journal of Geography [en ligne], Systèmes, modélisation, géostatistiques, document 502, juin 2010.
URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/23175.

Sivéry, Gérard, Structures agraires et vie rurale dans le Hainaut à la fin du Moyen Âge, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1977.

Vallauri, Daniel, Grel, Audrey, Granier, Évelyne & Dupouey, Jean-Luc, « Les forêts de Cassini. Analyse quantitative et comparaison avec les forêts actuelles », rapport de recherche (64 p.), Marseille, World Wide Fund for Nature et Institut national de la recherche agronomique, 2012.

Haut de page

Notes

1 La forêt de Mormal a fait l’objet de nombreuses études historiques : F. Duceppe-Lamarre, 2006 ; J.-J. Dubois, 1989 ; G. Sivéry, 1977.

2 Un anthroposystème peut être défini comme une entité structurelle, fonctionnelle et englobante, également comme un système interactif entre deux ensembles constitués par un ou des sociosystème(s) et un ou des écosystème(s) naturel(s) et/ou artificialisé(s) s’inscrivant dans un espace géographique et évoluant dans le temps. Le fonctionnement et le devenir de cet anthroposystème sont liés aux forçages (ou effets) d’un certain nombre de facteurs externes (climat…) ou internes (évolution du mode de gestion, des usages…) au système. M. Jollivet & A. Pavé, 1993.

3 Une telle analyse englobe la totalité des composantes et des mécanismes de fonctionnement du système étudié. Elle se fonde sur la notion d’interaction qui conduit à ne jamais considérer un objet comme isolé, mais à comprendre son comportement et sa dynamique, en l’inscrivant dans la durée et dans un contexte particulier.

4 Le terme de territoire est pris ici dans sa définition large : portion de la surface terrestre continue ou non, appropriée par une société. Il comprend des éléments non sociaux comme le milieu disposant de sa propre temporalité, et sur lequel l’homme peut agir. La dimension matérielle n’est pas oubliée puisque le territoire est associé à des caractères tels que la langue, la structure sociale, etc. C. Grataloup, 2015.

5 URL : http://www.patronsdefrance.fr.

6 URL : http://siprojuris.symogih.org.

7 Schéma d’aménagement du territoire et de protection de certaines ressources naturelles (biodiversité, habitats naturels, etc.) et visant leur bon état écologique.

8 Connexions entre des réservoirs de biodiversité offrant aux espèces des conditions favorables à leur déplacement et à l’accomplissement de leur cycle de vie.

9 L. Bergès, P. Roche & C. Avon, 2010 ; A. Debray, 2011 (consulté le 26 janvier 2018).

10 J. Buridant, E. Gallet-Moron & G. Decocq, 2013.

11 J. Buridant, E. Gallet-Moron & G. Decocq, 2013.

12 Notion de dynamique spatio-temporelle, voir J.-P. Cheylan, 2007.

13 Nous pouvons citer à titre d’exemple les travaux suivants : sur l’ancienneté des forêts, J.-L. Dupouey et al., 2007 ; L. Bergès & J.-L. Dupouey, 2017 ; sur la forêt de Chailluz, C. Fruchart, 2016 (consulté le 4 janvier 2018) ; ou bien encore le projet collectif de recherche sur la géohistoire et la géoarchéologie des territoires forestiers du Limousin, P. Allée, 2007 (consulté le 4 janvier 2018).

14 Le traitement des données historiques passe par un travail de collecte et de lecture des manuscrits, puis par une phase d’étude statistique. Les noms de lieux ont été repérés et annotés manuellement dans les sources puis intégrés à SyMoGIH. Les corpus textuels ne sont pas disponibles sous forme numérique.

15 Dans le cadre de cette étude sur les forêts de l’Avesnois, il existe deux niveaux de lieu : le toponyme forestier – nom de forêt – et le microtoponyme, généralement inclus dans un espace forestier.

16 Nous avons utilisé la version numérisée par l’équipe de Jean-Luc Dupouey et Daniel Vallauri ; voir D. Vallauri et al., 2012.

17 Les sources écrites et cartographiques de la période 1866-2009 n’ont pas été exploitées pour des raisons de temps imparti au travail de thèse. Elles feront prochainement l’objet d’un inventaire et d’une analyse.

18 Logiciels de SIG QGis (OpenSource) et ArcMap (Labkit ArcGis, ESRI).

19 F. Beretta, 2017.

20 C.-C. Butez, F. Beretta & P. Vernus, 2013, p. 30.

21 Sur la spatialisation des sources, voir les apports du projet ALPAGE (Analyse diachronique de l’espace urbain Parisien : approche géomatique) : H. Noizet, B. Bove & L. Costa, 2013 ; sur la spatialisation des microtoponymes issus des sources historiques, voir les travaux publiés dans le hors-série numéro 9 de Bucema : M.-J. Gasse-Grandjean & L. Saligny, 2016.

22 L’une des possibilités envisageables est de créer le « lieu », en lui attribuant une localisation, et un type, puis un nom générique « forêt 1, forêt 2 », « bois 1, bois 2 »…

23 La « forme concrète » sera toujours rattachée à un bornage temporel, le temps constitue alors un élément d’explication des phénomènes spatiaux étudiés. L. Saligny et X. Rodier ont également analysé cette question d’imbrication espace-temps en considérant l’objet historique en trois entités autonomes : fonction, espace, temps. X. Rodier & L. Saligny, 2010 (consulté le 4 janvier 2018).

24 Par « géométrie » il faut entendre les représentations spatiales géoréférencées qui seront associées aux formes concrètes. Dans le cadre de ce travail, il s’agissait principalement de polygones construits à partir des indications contenues dans le système d’information géohistorique.

25 Permet de joindre une ou plusieurs tables attributaires à une couche géographique. Il est nécessaire que soient présents des champs et entités communs entre couche géographique et données attributaires.

26 G. Sivéry, 1977, p. 58-62 ; H. Doursther, 1840 ; A. Jennepin, 1907, p. 529-559.

27 URL : http://symogih.org/resource/TyIn141.

28 Une telle entité désigne une unité écologique fonctionnelle cohérente construite à partir de l’analyse spatiale correspondant à un regroupement de massifs à la méso-échelle d’analyse.

29 L’écopaysage est un concept employé à la fois pour l’analyse écologique et spatiale des paysages et celle des écosystèmes. Il s’agit d’une unité éco-paysagère qui présente des conditions édaphiques (géomorphologique, climatique…) relativement homogènes et des caractéristiques écologiques, écosystémiques et biologiques qui lui sont propres. Cette notion permet de faire le lien entre paysage et biodiversité. Ce concept offre surtout un cadre et un outil pour l’analyse interdisciplinaire du fonctionnement et de l’évolution dynamique des habitats semi-naturels qui constituent un paysage. A. Da Lage & G. Métailié, 2015.

30 M. Hotyat & M. Galochet, 2001, p. 151-163.

31 Xavier Rochel s’est également intéressé à la notion de fragmentation écologique et aux apports de la biogéographie et de l’histoire permettant de retracer les évolutions de la fragmentation paysagère : X. Rochel, 2009 (consulté le 4 janvier 2018) ; voir aussi sa contribution dans ce numéro.

32  J. Buridant, E. Gallet-Moron & G. Decocq, 2013.

33 Jean-Pierre Husson donne une définition assez large de la lisière : « Il s’agit de lisières aux formes complexes effilochées, incluant des annexes, des bosquets et bouquets d’arbres, des traces d’anciennes limites qui témoignent de reculs successifs des massifs et encore de haies reliques », J.-P. Husson, 2013 (consulté le 15 février 2014).

34 J.-P. Husson, 1984, p. 415.

35 J.-M. Gehu, 1983, p. 273-285.

36 M. Galochet, 2009 (consulté le 11 décembre 2014).

37 M. Galochet, 2009 (consulté le 11 décembre 2014).

38 J.-P. Husson, 2013 (consulté le 15 février 2014).

39 J.-P. Husson, 1984, p. 415.

40 Cette documentation écrite fournit ponctuellement des informations sur le lieu, la superficie, l’identité du locataire, la durée de l’arrentement, les obligations qui incombent au locataire (création de fossés…) et la durée de l’arrentement.

41 258 bonniers et 95 mencaudées au xviie siècle.

42 Archives départementales du Nord (ADN) B 9277 fo14ro.

43 ADN C 9494 fo14ro.

44 ADN C 9494 fo14ro.

45 On distingue les forêts anciennes déboisées : forêt ayant une certaine ancienneté dont l’existence n’est plus attestée aujourd’hui ; les forêts actuelles : forêt ayant une certaine ancienneté dont l’existence est attestée aujourd’hui, pouvant intégrer des peuplements récents ; et les forêts récentes : forêt récemment plantée postérieurement au minimum forestier.

46 ADN 3 G 3369 fo14ro (1689).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la zone d’étude : la forêt de Mormal
Crédits Sources. SIG Avesnois (région Nord–Pas-de-Calais et laboratoire Calhiste), juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Figure 2. Répartition temporelle des sources écrites et nombre de lieux par siècle
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Figure 3. Modèle conceptuel de données du « Named Place »
Crédits Sources. C.-C. Butez, F. Beretta & P. Vernus, 2013.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 4. Procédé de création des formes concrètes
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 5. Modèle conceptuel de données du type d’informations 141 (TyIn141)
Crédits Sources. C.-C. Butez, F. Beretta & P. Vernus, 2013.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 6. Localisation et représentation spatiale des lieux par période
Légende Note. La représentation spatiale du lieu d’après la source écrite a été réalisée en convertissant la mesure ancienne de superficie (bonnier, arpent…) en mesure actuelle de superficie (ha).
Crédits Sources. Fond de carte : OpenStreetMap et ses contributeurs. Écopysages, formes concrètes, données historiques : projet SIG-Avesnois (région Nord–Pas-de-Calais et laboratoire Calhiste), août 2015.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 7. Les formes concrètes de la forêt de Mormal
Légende Note. Huit formes concrètes à travers le temps ont été définies par l’historien – un nom standard : forêt de Mormal (anciennes appellations : Mourmal, Mourmail) – un type : élément géographique naturel (une classe : forêt) – une localisation : coordonnées x,y – un identifiant unique : NaPl121774
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 8. Schématisation des concepts-outils écopaysage et entité
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure 9. Deux exemples d’ajustement possible des corridors écologiques
Crédits Sources. SIG Avesnois (région Nord–Pas-de-Calais et laboratoire Calhiste), juillet 2015.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/6112/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Delcourte Debarre, « Reconstituer l’évolution des paysages forestiers », Histoire & mesure, XXXII-2 | 2017, 39-65.

Référence électronique

Marie Delcourte Debarre, « Reconstituer l’évolution des paysages forestiers », Histoire & mesure [En ligne], XXXII-2 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 04 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/6112 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.6112

Haut de page

Auteur

Marie Delcourte Debarre

Docteure en histoire environnementale, membre associé au laboratoire Cultures, arts, littératures, histoire, imaginaires, sociétés, territoires, environnement (CALHISTE EA 4343), université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis.
E-mail : delcourte.marie@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search