Navigation – Plan du site
La mesure des effectifs de partis politiques en France (PS et PCF)

Des militants qui (se) comptent

Mesurer le parti et les pratiques militantes au sein du PCF (années 1920-années 1980)
Communist activists who count (themselves). Measuring the party and militant practices in the French Communist Party (PCF) from the 1920s to the 1980s
Paul Boulland
p. 31-60

Résumés

Cette contribution se propose d’étudier les usages militants du chiffre au sein du Parti communiste français en se focalisant sur les sources et les pratiques internes qui s’efforçaient d’objectiver la structuration de l’organisation et de mesurer l’activité de ses membres. L’évolution des outils et des méthodes mobilisés, qui suit les principales étapes de l’histoire du PCF, fait notamment ressortir l’observation attentive à la composition sociale du corps militant, autour du primat accordé aux militants d’origine ouvrière et populaire, ainsi que la contribution de ces « pratiques du chiffre » au fonctionnement hiérarchique et à la discipline partisane.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Une matrice d’analyse précoce et durable
2. Resituer les pratiques bureaucratiques communistes
3. Ouvriérisation et essor de l’observation
4. Compter pour rendre des comptes
5. Apogée du parti et profusion des chiffres
6. Une esthétique du succès
7. L’administration du corps militant
8. Guerre froide et densité des pratiques disciplinaires
9. Essor des instruments statistiques et relais par les sciences sociales
10. Vers une centralité des données électorales
Épilogue

Aperçu du début du texte

Depuis deux voire trois décennies, l’histoire du Parti communiste français (PCF) a été largement assimilée à celle de son déclin, souligné à l’occasion des scrutins électoraux, à travers la baisse des suffrages recueillis et consécutivement celle du nombre d’élus et de positions institutionnelles (municipalités, conseils départementaux, etc.), ou encore visible dans le repli des effectifs adhérents. Cette chronique d’une mort sans cesse annoncée a encore connu un nouvel épisode dans le cadre de la préparation du XXXVIIIe congrès, tenu du 23 au 25 novembre 2018 à Ivry-sur-Seine. En octobre 2018, de manière inédite, le texte présenté par la direction sortante fut en effet mis en minorité par le vote des adhérents, avec pour conséquence le retrait du secrétaire national Pierre Laurent au profit de Fabien Roussel, élu pour sa part de manière confortable par 77 % des délégués l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Boulland, « Des militants qui (se) comptent », Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/6782

Haut de page

Auteur

Paul Boulland

CNRS, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains. E-mail : paul.boulland@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page