Navigation – Plan du site
Varia

De l’abandon des mesures agraires romaines à l’établissement de modules géométriques médiévaux

Les traces d’une étape byzantine en Italie
From the end of the Roman land surveying system to the establishment of Medieval geometric modules: Traces of a Byzantine influence in Italy
Olivier Reguin
p. 61-84

Résumés

Le système romain de mesures agraires a rapidement cessé d’être utilisé à la suite de la chute de l’Empire d’Occident. Selon une opinion répandue, il aurait alors été remplacé par des mesures locales adaptées au travail du sol. En revoyant les attestations d’unités de mesure linéaires et superficielles recueillies pour le nord de l’Italie du viiie au xie siècle et plus tard à Rome, le présent article avance plutôt l’hypothèse que ces données révèlent l’influence du système en usage à Byzance, seule puissance souveraine disposant, durant le haut Moyen Âge, d’une autorité incontestable en la matière. Il tend à démontrer que les unités linéaires de l’Italie padane en étaient issues, tandis que l’unité de superficie employée à Rome était une mesure purement byzantine.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Italie, Byzance

Chronologie :

haut Moyen Âge
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Le substrat métrologique
Mesures anciennes « babyloniennes » et mesures hellénistiques réformées
La métrologie agraire byzantine
2. Pieds et perches du haut Moyen Âge dans le nord de l’Italie
Le « pied Liprand » et la « perche de table » de 12 pieds
Le pied manuel et la « perche légale » de 12 pieds
D’autres perches
3. Les unités de mesure agraires du haut Moyen Âge dans le nord de l’Italie
Les unités chamboulées de Turin et de Milan
La question du jugère lombard
Le muid de Farfa
La biolca d’Émilie-Romagne
4. Exemples de terrain
5. L’unité de mesure agraire de la Rome pontificale
Un modios byzantin bien caché
Conclusion

Aperçu du début du texte

On s’étonne peu de l’abandon rapide du système romain de mesures agraires, alors que la connaissance s’en est conservée dans un ensemble de sources qui suscite encore bon nombre de travaux et que les traces du découpage régulier du sol cultivé en centuries – carreaux de 2 400 pieds de côté (de 704 à 710 m pour un pied romain de ~ 0,293 à 0,296 m) renfermant 200 jugères (de 120 × 240 pieds) arpentés à la perche de 10 pieds – sont encore décelables dans maintes régions pour une archéologie de plus en plus pointue.

Le délaissement de ce système d’arpentage à but fiscal – mais non de la notion ni de la pratique du mesurage – est implicitement attribué à l’effacement de l’Empire d’Occident et de ses institutions. Ensuite l’évolution des sociétés et des techniques agricoles aurait, dans ce contexte, suscité la création de mesures établies localement, ou ethniquement, ou encore d’après la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Reguin, « De l’abandon des mesures agraires romaines à l’établissement de modules géométriques médiévaux », Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/6806

Haut de page

Auteur

Olivier Reguin

Chercheur associé, Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page