Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXIII-1La mesure des effectifs de partis...Du bon usage des chiffres en poli...

La mesure des effectifs de partis politiques en France (PS et PCF)

Du bon usage des chiffres en politique

À propos des effectifs socialistes et d’autres données chiffrées du PS français (1905-2017)
The efficient use of data in politic: About PS (France) memberships data and other figures (1905-2017)
Frédéric Cépède
p. 3-30

Résumés

Nombre d’adhérents, résultats électoraux, nombre d’élus, montants des cotisations reçues, budgets, mandats, aujourd’hui résultats des sondages, nombres de votants à l’occasion des primaires, de participants à des manifestations… : la plupart des partis politiques publient des données chiffrées pour servir leur propagande, montrer leur vitalité. Ils veulent prouver ainsi leur transparence à l’égard de leurs militants ou de leurs électeurs. Leur diffusion obéit à des choix. L’analyse des chiffres publiés depuis 1905 par le Parti socialiste français dans ses rapports annuels, notamment ses effectifs, montre l’évolution de son rapport au militant, longtemps la figure centrale de l’organisation, liée à la présidentialisation de la vie politique et au développement des réseaux sociaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L. Jalabert, 2007.

1Les « 5,10 % » de Gaston Defferre lors de l’élection présidentielle de 1969 sont entrés dans l’histoire des socialistes. Chiffres maudits, résumant un moment d’effondrement pour le Parti socialiste (PS). Ils ont servi de curseur au PS d’Épinay (fondé en 1971) pour mesurer le redressement spectaculaire opéré sous la conduite de François Mitterrand qui, en dix ans, l’a porté au pouvoir. Ils ont fait office de mantra dans l’histoire socialiste récente, opposant l’effondrement du Parti socialiste-section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) de Guy Mollet à la résilience de celui de Mitterrand et de ses successeurs, le parti ayant surmonté les crises électorales de 1993, 2002, 2007, ouvrant après ses différents échecs un nouveau cycle, ou une rénovation. Ces 5,10 % sont relus aujourd’hui comme une « péripétie » par l’historien Laurent Jalabert1 qui réinscrit l’histoire du congrès d’Épinay dans une séquence plus longue de recomposition de la gauche non communiste, de 1968 à 1975. Qu’en sera-t-il des « 6,36 % » de Benoît Hamon en avril 2017 ? Ils pèsent leur poids dans le débat partisan et dans les rapports au sein de la gauche, mais leur place dans l’histoire n’est pas encore fixée.

  • 2 Parti socialiste, 2015.
  • 3 S. Laurent, 2015.
  • 4 G. Bonnefois, 2016.

2Le pourcentage de voix aux élections est une donnée importante mais, historiquement, ce sont les effectifs militants qui ont longtemps été la véritable mesure de la puissance d’une organisation de gauche. Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ne fixait-il pas dans sa motion pour le congrès de Poitiers (2015) un objectif de 500 000 adhérents2 dans la perspective de la prochaine campagne présidentielle ? Relevons qu’un an auparavant, Nicolas Sarkozy en lançant Les Républicains (LR) visait les 300 000 militants à fin 2015 et 500 000 d’ici 20173. L’objectif optimiste du patron du PS restait le même en décembre 20164, malgré un contexte politique portant peu à l’optimisme.

Figure 1. Évolution des effectifs du Parti socialiste entre 1905 et 2016

Figure 1. Évolution des effectifs du Parti socialiste entre 1905 et 2016

Source. Voir les sources archivistiques référencées en bibliographie.

  • 5 Voir M. Duverger, 1955 ; P. Rimbert, 1955.
  • 6 R. Martelli, 2010.

3Les effectifs du PS (Figure 1), aux niveaux national et local, ont moins intéressé les historiens que ceux du Parti communiste français (PCF). Dès le début des années 1950, il était entendu pour les commentateurs (journalistes, historiens, politistes) que le PS-SFIO n’était qu’un parti « moyen », pas vraiment un parti de classe, peu ouvrier, un parti de militants tout de même (voire de « masse » – pour lui faire plaisir, mais avec un petit sourire)5. À partir du Front populaire, et surtout de la Libération, les forces militantes du PCF écrasent tellement celles de la SFIO que les socialistes ne cherchent pas le rapport de force sur ce terrain ; ils préfèrent l’engager notamment sur le mode de fonctionnement démocratique de leur organisation. Contrairement à ceux du PCF6, les chiffres que le PS annonce dans ses rapports sont connus et analysés et ne soulèvent pas vraiment de polémique, simplement quelques ajustements. À la fin des années 1980, comparant l’évolution des rapports entre socialistes et communistes en France et en Italie depuis 1944, Marc Lazar, spécialiste du monde communiste, le rappelle dans une note de bas de page :

  • 7 M. Lazar, 1989, p. 156, note 7.

« Pour le PCF, nous avons suivi les travaux de Philippe Buton qui diffèrent sensiblement des effectifs officiels du PCF largement “gonflés” (cf. son explication méthodologique, Philippe Buton, “Les effectifs du PCF (1920-1984)”, Communisme no 7, 1985, p. 5-30 […]). Pour le Parti socialiste, et jusqu’en 1982, nous avons repris les chiffres publiés par Jacques Kergoat (Le Parti socialiste de la Commune à nos jours, Paris, Le Sycomore, 1983, 367 p.), qui, sans préciser sa source, reprend les séries officielles fournies par la SFIO et le PS. Ce sont toujours ces mêmes sources officielles que nous avons utilisées depuis 1983. Les effectifs socialistes sont eux aussi surévalués, fût-ce dans une proportion moindre que celle du PCF. Ainsi en 1981 le PS annonçait 190 000 adhérents, 203 535 en 1983 et 170 000 en 1985. Mais la reconstitution du nombre des adhérents à partir des mandats pour les congrès, sachant qu’un mandat est égal à 25 adhérents et qu’il y a un mandat par fédération, donne les résultats suivants : 1981, 153 535 ; 1983, 186 200 ; 1985, 161 275. Ces chiffres serviraient ainsi plus d’indicateur pour la puissance militante réelle du PS : ils représentent, par rapport au[x] premières données, un écart de 19,3 % (1981), 8,5 (1983) et 5,1 % (1985)7. »

  • 8 J. Ion, 1997.
  • 9 R. Lefebvre, 2013.
  • 10 O. Wieviorka, 2015.
  • 11 Office universitaire de recherche socialiste (OURS), archives du Parti socialiste SFIO, 1905-1969.

4La publication de ses effectifs militants par l’organisation, surtout quand ils concernent aussi les fédérations départementales, a longtemps servi de thermomètre au PS pour mesurer sa progression ou son repli, aux plans national et local. Ces chiffres, corrélés comme le font les historiens, les politistes, les sociologues avec d’autres données relatives à la population et à la composition sociologique des départements, aux résultats électoraux… nourrissent des interprétations complémentaires. Les publier montre que l’organisation n’a rien à cacher, et qu’elle ne craint pas le regard des autres. Sur l’évolution de l’engagement politique et syndical, observée par le sociologue Jacques Ion8, et notamment le passage d’un « militantisme affilié » à un « militantisme affranchi » ou distancié vis-à-vis des organisations, ces chiffres en eux-mêmes n’ont-ils rien à nous dire ? Le politiste Rémi Lefebvre9 objecte pour sa part que ces deux modèles construisent surtout un parti « rêvé » ou « fantasmé » inscrit dans une sorte d’âge d’or des partis politiques, et qu’ils légitiment également aujourd’hui des formes de militantisme plus dans un air du temps qui se méfie des engagements collectifs et valorise les individus et leur libre arbitre, d’autant que le capital culturel des adhérents socialistes est très élevé. Mais il ne s’interroge pas plus sur les chiffres publiés – ou non – pour asseoir la vision de lui-même que le Parti diffuse. L’étude de la publication de ces chiffres semble un angle mort tant chez les historiens que les politistes, comme s’ils se suffisaient à eux-mêmes. Dans La France en chiffres10, ouvrage publié en 2015 par une équipe d’historiens, ceux retenus pour les partis politiques concernent le nombre d’adhérents publié par les formations et les suffrages électoraux. Cependant, aucune réflexion n’est proposée sur l’élaboration de ces données partisanes, sur leurs usages et fonctions dans les organisations elles-mêmes. Pourtant, il fait peu de doute que le PS qui se présente comme un parti de classe, de masse, de militants, et comme un parti révolutionnaire – la révolution couvrant différentes réalités – et de rupture avec le capitalisme, s’est employé à (se) le montrer en textes et en chiffres à travers différents supports, notamment les rapports établis au moment de ses congrès annuels. Un congrès qui « statutairement » dirige le parti : « La direction du parti appartient au parti lui-même, c’est-à-dire au congrès national qui se réunit tous les ans », selon la formule présente dans les statuts de la SFIO puis du PS depuis 190511. En 1961, la SFIO décide de tenir désormais ses congrès tous les deux ans, rythme confirmé au congrès d’unification des socialistes à Épinay en 1971. Après les difficultés des années 1990-1994, les congrès se tiennent désormais tous les trois ans. Ces deux modifications répondaient dans des contextes de crise militante et financière au souci de soulager la trésorerie du Parti, l’organisation d’un congrès annuel pesant sur le budget du Parti, et sur celui des fédérations et des délégués.

  • 12 A. Desrosières, 1993.

5Les travaux d’Alain Desrosières12 ont montré toute la portée symbolique des chiffres et leurs usages pour construire une vision de l’économie, d’une administration, ou de l’État. Il en est de même en histoire politique. À travers les rapports publiés par le PS depuis 1905, plus d’un siècle d’histoire des chiffres socialistes est livré à la réflexion. Ils sont, comme nous souhaitons le montrer, porteurs d’une histoire et, d’une certaine manière, ils anticipent bien des évolutions de l’organisation. Les chiffres des effectifs, notamment, que nous suivons ici, éclairent ce que le parti veut montrer de ce qu’il est, autant qu’ils dessinent un message qui peut échapper aux acteurs. Nous proposons d’ouvrir quelques pistes de réflexion sur ces évolutions, et sur ce que ces chiffres diffusés (ou leur absence) nous apprennent sur le parti qui les produit.

1. 1905-1940 : (se) compter pour produire l’image d’un parti organisé

  • 13 R. Huard, 1996 ; A. Bergounioux & G. Grunberg, 2007.
  • 14 R. Lefebvre, 2013.
  • 15 C. Audry, 1975 ; C. Prochasson, 2010.
  • 16 G. Candar & C. Prochasson, 1992.

6Il est établi que les partis de gauche, et en l’occurrence les partis socialistes, ont été au début des années 1880 les premiers dans notre pays à faire entrer les partis politiques dans l’ère des organisations13. Au-delà de leur doctrine déclinée en programmes politiques pour les différentes élections et les différents publics, les « guesdistes » regroupés dans le Parti ouvrier français (POF) ont dès l’origine, et plus que d’autres chapelles socialistes, adopté des statuts et des règles de fonctionnement. Pour matérialiser le lien avec leurs adhérents, ils ont fait imprimer des cartes de membre. Les partis ouvriers dans leurs différences ont mis à la disposition de leurs propagandistes tout un arsenal de munitions pour diffuser leur message, allant du tract à l’affiche, de la mince brochure aux gros livres de doctrine, en passant par les symboles, drapeaux, chants, devises, cris de ralliements, gestes… Mesurer l’impact de leur activité a rapidement été une de leur préoccupation. Dans le parti unifié en 1905, si la synthèse jaurésienne en 1908 vient placer la réforme à hauteur de la révolution, l’organisation de type guesdiste s’impose, quand bien même des nuances existent selon les terrains d’acclimatation. La fonction même du Parti socialiste est donc de conquérir de nouveaux militants pour en faire des propagandistes et diffuser la solution socialiste à la question sociale. Au-delà du nombre, la figure du militant est valorisée dans l’organisation14, celui-ci se distinguant de l’électeur ou du sympathisant, qui n’ont pas voix au chapitre dans le fonctionnement de l’organisation, et même de l’élu du parti, toujours soupçonné d’être moins pur dans l’engagement que le militant idéal-typique par nature désintéressé15. Cette dimension de l’action militante socialiste avant 1914 a été particulièrement bien décrite par Gilles Candar et Christophe Prochasson il y a une vingtaine d’années16.

  • 17 F. Cépède, 2008.
  • 18 OURS, archives du Parti socialiste SFIO, 1905-1969.

7À observer les nombreux tableaux et chiffres fournis dans les rapports d’activités soumis aux votes des délégués (tableaux des effectifs reproduits en Figure 2, résultats des élections, bilans comptables), les listes des brochures publiées, des réunions tenues, des orateurs parlementaires intervenus dans les fédérations, etc., il apparaît que leur publication visait, tant vis-à-vis de l’extérieur qu’à l’intention des militants, à montrer un parti à la fois « transparent » et géré « scientifiquement », un parti de propagande actif, se connaissant, se montrant tel qu’il est et pouvant être soumis à l’épreuve des chiffres17. Ces chiffres servent autant à démontrer que le socialisme dispose d’un parti exemplaire, qui ne dépense pas plus qu’il ne reçoit en cotisations de ses membres, qu’à prouver le caractère démocratique de son fonctionnement. Le parti compte tout, parce qu’il n’a rien à cacher, tant en matière d’effectifs, d’implantation sur le territoire que de résultats électoraux : dans n’importe quel domaine de ses activités, il rend des comptes. Et dès 1906, l’ouverture de ses débats à la presse est votée par le congrès. L’intérêt de publier des comptes rendus officiels des débats des congrès annuels de la SFIO a fait l’objet d’une discussion lors des premiers congrès du Parti. Dès 1907, il est décidé, malgré les coûts, d’en publier la sténographie intégrale, à la fois pour l’éducation politique mais également dans un souci d’archives. La SFIO ne dérogera à cette règle que durant le premier conflit mondial, et aux lendemains du congrès de Tours (décembre 1920), se contentant entre 1921 et 1925 de publier ses « rapports »18.

Figure 2. « Tableau comparatif des cartes, timbres et abonnements au Socialiste pour 1907-1908 »

Figure 2. « Tableau comparatif des cartes, timbres et abonnements au Socialiste pour 1907-1908 »

Note. Jusqu’au lendemain du congrès de Tours, les adhérents achètent chaque année une nouvelle carte, sur laquelle sont collés les timbres mensuels de cotisation ou de propagande.

Source. Ve congrès national tenu à Toulouse les 15, 16, 17 et 18 octobre 1908, compte rendu sténographique, Parti socialiste (Section française de l’Internationale ouvrière), Au siège du Conseil national, Paris, 1909 (janvier), p. 44-45.

8Le Parti socialiste n’a pas mis en place un fichier national de ses adhérents, ce qui découlait sans doute moins d’un choix acté que du mode de fonctionnement fédéral même, l’adhésion se faisant à la section locale. Fédération de fédérations, elles-mêmes fédérations de sections, il respecte ainsi l’autonomie de ses structures locales et fédérales. Chaque congrès national donne lieu à la publication d’un rapport d’activités (qui est lié au rapport moral), soumis aux votes de militants, dans lequel on retrouve à peu près les mêmes éléments et où la place accordée aux effectifs militants reste longtemps importante.

9À partir de 1905, le mode d’adhésion au Parti socialiste est individuel, et sur une base locale (la section de son lieu de résidence). Il s’accompagne d’un certain nombre de rituels (parrainage de deux militants, présentation à la section, remise de la carte au cours d’une réunion des adhérents…) plus ou moins codifiés selon les sections ou fédérations. Et il se matérialise par l’achat d’une carte annuelle et de timbres mensuels. L’adhésion a un coût qui, en accord avec le trésorier de la section, est fonction des moyens de l’adhérent, et dont le recouvrement est mensuel afin d’en répartir la charge. Dans la pratique, au début de l’année, une fédération achète des cartes et des timbres à la trésorerie nationale du Parti en fonction du nombre d’adhérents qu’elle escompte conserver ou attirer, et se « rembourse » en les plaçant auprès d’eux. Ces achats de cartes et de timbres apparaissent dans les tableaux publiés pour les congrès, à partir des éléments transmis par les fédérations. Dans l’idéal, un adhérent prend sa carte annuelle sur laquelle il colle ses douze timbres mensuels. Mais il peut rejoindre le parti en cours d’année, ou traverser une passe difficile et ne pouvoir acquitter sa cotisation comme prévu. Ces aléas expliquent que pour bien des fédérations le rapport entre le nombre de timbres et celui des cartes placées soit inférieur à douze. À partir de 1924, pour des raisons de coût, la carte annuelle sera remplacée par une carte permanente dans laquelle sont classés des feuillets annuels sur lesquels sont collés les timbres. Ce sont des petites reliures rouges qui, avec le temps, pour les vétérans du Parti, gonflent et deviennent des cartes d’identité militantes conservées avec respect (Figure 3).

Figure 3. Carte permanente d’un adhérent de la SFIO

Figure 3. Carte permanente d’un adhérent de la SFIO

Note. À partir de 1924, pour des raisons d’économie, une carte permanente personnalisée est remise au nouvel adhérent, dans laquelle il conserve le feuillet annuel sur lequel il colle les timbres mensuels et les timbres de propagande. Seule une carte comportant les douze timbres annuels permet à l’adhérent de voter lors des scrutins internes. Mais, compte tenu des circonstances (crise économique, politique ou sociale dans une région), l’organe directeur – la commission administrative permanente (CAP) de 1905 à 1940, le comité directeur (CD) de 1944 à 1992, le bureau national (BN) depuis lors – peut décider du nombre de timbres nécessaires pour avoir le droit de vote.

Sources. Archives de l’auteur.

10Avant le congrès annuel, une réunion de la commission administrative permanente (CAP), l’organe directeur, décide du nombre de timbres par carte qui sera retenu pour calculer le total des mandats attribués aux fédérations (cartes à douze timbres ou à dix timbres, chiffres couramment adoptés). Les rapports publient donc des tableaux regroupant toutes ces informations. On peut dire rapidement que pour une année donnée le nombre de cartes placées correspond au nombre d’adhérents du Parti ou, plus finement, que le rapport entre cartes (puis feuillets) et timbres offre une photographie plus précise de l’engagement envers le Parti (en posant l’hypothèse qu’il existe une relation directe entre le paiement intégral de la cotisation et la solidité de l’adhésion).

11De fait, ces données sur les effectifs sont fondamentales dans le fonctionnement interne du Parti, puisqu’elles déterminent tant le nombre de mandats détenus par chaque fédération lors des votes sur les différentes motions déposées que le nombre de délégués qui pourront la représenter. Chaque motion présente une liste nominative de ses candidats aux postes à pourvoir dans les organismes centraux du Parti (CAP jusqu’en 1940, puis comité directeur (CD) après ; commission de contrôle ; commission des conflits), postes répartis sur la base d’une représentation à la proportionnelle en fonction des mandats obtenus par les motions soumises au vote. Depuis 1905, la vie politique intérieure de la SFIO est donc directement liée à l’évolution de ses effectifs, qui est l’objet d’une double attention : comme thermomètre de son état de santé et reflet de son équilibre politique interne. Elle est donc observée à la loupe pour savoir où le parti recrute, s’il le fait uniformément sur le territoire, ou en fonction des personnalités qui animent telle ou telle fédération, ou courant.

  • 19 R. Martelli, 2010, p. 7.

« Avant le PCF, le mouvement socialiste a lui-même manifesté un intérêt très relatif pour la statistique militante […] De même, le dénombrement des adhérents ne préoccupe guère le monde socialiste19 ».

  • 20 Parti socialiste SFIO, 1914, p. 21-27.

12Il convient de nuancer largement ce qu’écrit Roger Martelli dans son étude consacrée en 2010 aux Données nouvelles sur les effectifs du PCF : l’attention portée au recrutement militant n’est pas une spécificité communiste. Juste avant la Grande Guerre, Louis Dubreuilh, le secrétaire général du Parti, s’essaye même à la science politique en attirant l’attention des adhérents sur le rapport entre la population d’un département et les effectifs de la fédération. La hiérarchie est bousculée, car si la fédération du Nord reste en tête avec le meilleur rapport (6,5 adhérents pour 1 000 habitants), celle de la Seine passe avec ce critère de la deuxième à la onzième place, devancée par le Gard, la Haute-Vienne et l’Aube (cette dernière remontant toujours selon ce critère de la quinzième à la quatrième place). Le regard jeté sur les forces du Parti en donnant par exemple le classement des 25 fédérations les plus importantes, celles ayant le plus progressé…, l’est moins pour « surveiller » les fédérations que pour les mobiliser, et rappeler que les terrains d’implantation sont inégaux sur le territoire. Sans tirer de conclusion de leur examen des données, les rapports nationaux s’en remettent aux responsables des fédérations pour adapter leur recrutement à leur terroir20.

13La SFIO ne change pas de manière de fonctionner après 1920, quand bien même elle voit les forces militantes qu’elle avait attirées en 1919 et 1920 suivre la section française de l’Internationale communiste : sur les quelque 180 000 militants de 1920 elle n’en retient que 50 000. L’hémorragie est forte surtout du côté des jeunes. Si pour des raisons autant financières que pratiques, elle sépare désormais l’édition des rapports des congrès de celle des comptes rendus sténographiques (dont l’édition est coûteuse, et peu rentable comme le regrette régulièrement le trésorier du Parti), on trouve toujours les tableaux des effectifs, cartes et timbres placés, le rappel des chiffres des années précédentes, le nombre d’abonnés au Populaire, son quotidien. Bref les données « objectives », donc chiffrées, de la mesure de la progression ou du recul du Parti, comme lors de la scission des néo-socialistes en 1933, sont soumises à la réflexion des adhérents. Il en est de même pour les rapports de la trésorerie, bilan, compte d’exploitation et budget prévisionnel. Ou les taux de cotisations des militants et des élus. Certes, on pourrait discuter la pertinence ou la réalité des chiffres donnés, mais force est de constater qu’ils ne furent que très rarement contestés ; en tout état de cause, la SFIO n’avait qu’une petite « administration » et l’autonomie des fédérations était respectée. À l’instar d’autres organisations ouvrières, l’examen du budget n’est pas la partie des débats qui mobilise le plus des délégués qui, sur ce point, font confiance à leurs responsables. Les effectifs d’une fédération – fournis par elle – étant vérifiés par une commission regroupant des représentants de tous les courants, et les effectifs conditionnant les mandats donc le poids politique, c’est un contrôle vigilant que les socialistes exercent sur eux-mêmes. Ses effectifs ne sont pas un enjeu à l’extérieur du Parti, et peu contestés en interne. D’autant que, depuis 1924, le PCF a perdu, entre défections et purges internes, l’essentiel de ses forces militantes et que la SFIO l’a dépassé largement sur le terrain électoral et militant.

14Au tournant des années 1930, la mesure des effectifs et le recrutement occupent moins les débats que la prise en compte de l’avis des électeurs socialistes. Dans leur offensive contre la direction du Parti sous la double autorité de Paul Faure, le secrétaire général, et de Léon Blum, le président du groupe parlementaire, les partisans de la « participation des socialistes » à un gouvernement non dirigé par un socialiste, dont Pierre Renaudel et Marcel Déat sont les porte-parole, expliquent qu’un parlementaire socialiste n’est pas élu qu’avec les voix des seuls adhérents du parti, ce qui les conduit à revendiquer la prise en compte des « électeurs » dans le mode de représentation des fédérations au congrès. Revendication écartée par la majorité de la SFIO, ce qui poussera une partie de ces parlementaires vers la scission en 1933.

15Durant ces années 1930, les rapports publient régulièrement des graphiques de recrutement montrant d’une année sur l’autre la part des nouveaux militants et celles des « départs » (Figure 4). Ces données, peu exploitées par les historiens, donnent à voir un parti avec un fort renouvellement, dont les phases d’adhésions les plus importantes correspondent aux années électorales (essentiellement législatives), de la même manière que sa « production » en matériel de propagande (affiches, brochures, tracts) augmente à l’approche de ces scrutins (ce qui reste toujours vrai aujourd’hui). Le potentiel de mobilisation du Parti est donc plus large que ne le laissent apparaître ses propres effectifs. Élément que le Parti, tourné vers l’action électorale et consacrant très peu de ses débats à l’introspection, ne met pourtant pas en avant. Et à défaut d’archives nationales de la SFIO pour l’avant 1940 (et en l’absence d’un récolement de toutes les données sur les effectifs contenues dans ce dont on dispose ici ou là provenant des archives des fédérations socialistes), ces données publiées dans les rapports ont été utilisées par tous les historiens ayant travaillé sur l’histoire du socialisme.

Figure 4. « Recrutement » 1924-1936

Figure 4. « Recrutement » 1924-1936

Source. Parti socialiste (Section française de l’Internationale ouvrière), XXXIVe congrès national, 15, 16, 17 et 18 mai 1937, Marseille, Rapports, Paris, Librairie populaire, 1937, p. 196.

2. 1944-1969 : se compter pour s’opposer dans le Parti

16Les affrontements entre des « tendances » fonctionnant « comme des partis dans le parti » et le peu d’autorité de la direction ont été pointés parmi les causes de l’effondrement de la SFIO en 1940. Dans leurs nouveaux statuts votés en 1945, les socialistes suppriment donc la représentation proportionnelle dans l’élection de la direction du Parti, confiée désormais à un comité directeur (CD) élu sur une liste nominative de candidats. Les pouvoirs du CD sont plus étendus que ceux de la CAP, et l’autorité de la direction autour du secrétaire général est renforcée. Cependant les modalités d’adhésion au Parti, comme le calcul des effectifs et des mandats, ne changent pas. Il faut souligner à nouveau qu’à cette époque le Parti socialiste n’a toujours pas mis en place un fichier central. Respect de l’autonomie des fédérations, certes, mais également souvenir récent de la clandestinité et de la prudence nécessaire, et surtout méfiance à l’égard de tout ce qui pourrait ressembler à une mise en fiche des adhérents du parti. La presse nationale de la SFIO souffrira de cette absence de fichier pour sa diffusion.

17Après la phase euphorique de la Libération, quand selon le mot de Blum « le socialisme est le maître de l’heure » et que le Parti revendique plus de 300 000 adhérents, le repli des effectifs est brutal. La SFIO ne cache pas ce reflux, elle cherche à l’expliquer politiquement en avançant son refus de la facilité dans la recherche de boucs émissaires face à une situation économique difficile, son choix d’assumer la politique du tripartisme, puis de la Troisième force, politique attaquée – avec des arguments démagogiques, accuse-t-elle – par les communistes et les gaullistes. Face à la contestation interne de ses choix par les militants les plus à gauche, le secrétariat général pondère la perte d’adhérents en avançant que les chiffres des années 1945-1946 auraient été surévalués. La contestation des chiffres des effectifs est donc d’abord interne : elle porte d’un côté sur l’héritage dilapidé ou surévalué entre le parti dirigé par Daniel Mayer, secrétaire général du parti reconstruit dans la Résistance depuis 1943, et son successeur Guy Mollet élu en septembre 1946 et, de l’autre, elle nourrit un procès latent des minorités envers la majorité, toujours soupçonnée par elles de brider leur parole. Puisque la compétition à gauche en matière d’effectifs avec le Parti communiste ne peut que tourner à son désavantage, la publication des chiffres des effectifs et des mandats devient avant tout un enjeu de la démocratie interne du Parti. Mais, à partir de 1956, la direction prend bien soin, dans ses comparaisons de l’évolution de ses effectifs au cours des années précédentes, de choisir comme « année référence » 1934 et ses 110 000 adhérents, et non 1937 ou 1946, quand la SFIO en revendiquait alors respectivement 286 604 et 354 878 (Figure 5). Cependant, continuer à publier les tableaux des feuillets et des timbres, classer les fédérations, donner les résultats électoraux, c’est perpétuer le mode de fonctionnement « transparent » des origines.

Figure 5. Rapports 1961 : « prises mensuelles des feuillets cotisations », 1934-1960

Figure 5. Rapports 1961 : « prises mensuelles des feuillets cotisations », 1934-1960

Note. La comparaison avec les données de l’année 1934 permet de situer la SFIO des années 1950 dans la fourchette des effectifs des années 1930. La comparaison avec les années 1936-1938 ou 1945-1947 aurait montré le recul du parti.

Source. Parti socialiste SFIO, LIIIe congrès national, 18-21 mai 1961, Issy-les-Moulineaux, Rapports, Bulletin intérieur no 120, mars 1961, p. 136.

  • 21 G. Brutelle, 1951, p. 1.
  • 22 P. Rimbert, 1955.
  • 23 M. Duverger, 1955.

18Cette « transparence » maintenue du Parti socialiste SFIO se manifeste à travers les enquêtes sociologiques auxquelles il accepte de se soumettre dans les années 1950 et 1960. En juin 1951, la SFIO diffuse un questionnaire préparé par la Fondation nationale des sciences politiques qui, précise le secrétaire général adjoint Georges Brutelle, « a entrepris une grande enquête sur la structure des Partis socialistes en Europe. Notre camarade Pierre Rimbert a été chargé de faire cette enquête pour la France. Nous attirons l’attention de tous les secrétaires de fédérations et de sections sur l’importance de cette enquête pour l’histoire du socialisme21 ». Le choix de Pierre Rimbert22 pour piloter, côté SFIO, cette enquête qui s’intégrera dans un ouvrage dirigé par Maurice Duverger23, est celui d’un militant « indépendant », un ancien communiste, exclu par Maurice Thorez, proche des historiens Ernest Labrousse et Georges Bourgin. En se lançant dans cette entreprise, Pierre Rimbert est bien conscient des réticences qu’elle peut soulever. Dans un « Appel » publié dans un Bulletin intérieur destiné aux responsables fédéraux, il tente de rassurer ceux-ci et de convaincre ses camarades :

« L’Esprit individualiste, qui existe en France et qui souvent influence même les socialistes, fera peut-être regarder le questionnaire des pages 2 et 3 avec suspicion et méfiance. Pourtant la nécessité de répondre avec précision à ce questionnaire est double. D’abord il fournira au secrétariat du Parti des renseignements utiles et une connaissance précise du Parti ; renseignements et connaissance qui sont indispensables à la direction d’une organisation importante. Ensuite ce questionnaire sera utile pour écrire l’histoire de notre Parti.

  • 24 P. Rimbert, 1951, p. 4.

Je ne saurai trop attirer l’attention des camarades sur les difficultés que rencontrent les historiens sociaux lorsqu’ils veulent écrire l’histoire du mouvement socialiste : l’absence de documents, que trop souvent les militants négligent de conserver ou détruisent délibérément, les procès-verbaux des réunions qui le plus souvent ne sont pas faits, les multiples décisions qui sont prises ou actions qui sont accomplies et dont il ne reste pas de trace. Tout cela empêche les historiens de donner une description exacte de l’histoire socialiste24. »

  • 25 R. Quilliot, 1972.
  • 26 M. Sadoun, 1988.
  • 27 OURS, archives du Parti socialiste SFIO, Effectifs, 1945-1969.

19On retrouve ici l’ensemble des préoccupations présentes depuis l’origine dans le Parti socialiste sur le « dénombrement » et l’identification de ses militants, et les réticences ou obstacles qu’il a rencontrés dans ce domaine, liés aux « mentalités » ; quant à l’accent mis sur le besoin d’archives pour nourrir la recherche des historiens, la préoccupation peinera longtemps à se traduire en actes, même si le PS ouvrira ses archives à des chercheurs, ou à Roger Quilliot pour son histoire du Parti socialiste sous la IVe République25. En 1954, puis en 1963, la SFIO renouvelle ce type d’enquêtes qui nourriront en 1988 une étude de Marc Sadoun sur la sociologie de la SFIO26. Mais chaque nouvelle enquête verra le corpus de réponses des sections et des fédérations diminuer. Dans les années 1960, les effectifs de la SFIO décroissent régulièrement tandis que continuent à être publiés les tableaux des feuillets et cartes dans ses rapports pour le congrès, qui, à partir de 1961, se tient tous les deux ans. Ces chiffres servent surtout à montrer que la scission du Parti socialiste autonome (PSA) en 1958, puis celle du Parti socialiste unifié (PSU) deux ans plus tard, ainsi que l’existence de multiples clubs, ne menacent pas l’hégémonie de la SFIO au sein de la gauche non communiste. De 1963 à 1969, les rapports des congrès publient toujours les tableaux des effectifs fédéraux et des mandats, indispensables pour le calcul des mandats des fédérations pour les congrès, mais les courbes comparant l’évolution des effectifs nationaux disparaissent, la visualisation de leur chute n’étant sans doute jugée ni valorisante ni stimulante. La SFIO diffuse des chiffres « arrondis » de ses effectifs : 1963 : 88 000 ; 1964 : 88 000 ; 1965 : 85 000 ; 1966 : 84 000 ; 1967 : 82 000 ; 1968 : 81 000 ; 1969 : 72 00027.

  • 28 J. Fleury, 2009, p. 321.

20Dans le cadre de la préparation de l’unité des socialistes, la question du nombre d’adhérents revendiqué par les différentes composantes aurait pu être une pierre d’achoppement. Les chiffres retenus par les membres de la commission d’unification dans laquelle siègent des représentants de chacune des organisations sont alors beaucoup plus politiques que… fiables. En 1971, au nom de l’unité à réaliser (et sans doute en escomptant qu’au final ils pourraient garder la main), les représentants du nouveau Parti socialiste conduit par Alain Savary accordent à la Convention des institutions républicaines (CIR) de François Mitterrand une représentation (et donc des mandats) que ses chiffres réels d’adhérents ne lui auraient pas permis d’atteindre. En l’occurrence, chacune des parties aurait pu trouver, dans les chiffres de l’autre, matière à contestation ; mais il ne fait pas de doute que la SFIO, même moribonde, existait beaucoup plus sur le terrain que la CIR. L’unité était à ce prix. Georges Guille, responsable du PS dans l’Aude, ne l’entendra pas de cette oreille et refusera d’adhérer au Parti socialiste né à Épinay. Dans une longue lettre qu’il adresse le 18 juin 1971 au sénateur Antoine Courrière, secrétaire de la fédération socialiste de l’Aude, sur les raisons de son refus d’adhérer au PS après Épinay, il écrit : « Si on connaît en France un parti politique ou une organisation syndicale capable de tripler, quadrupler ou quintupler ses effectifs en deux mois, qu’on me le dise28 ! » Ce seul élément n’explique pas la victoire de la coalition mitterrandienne au congrès, puisque l’apport du Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste (CERES) est décisif, mais il concourt à la rendre possible. Le choix de valider ces chiffres nourrit l’histoire d’un congrès entré dans la légende du Parti socialiste : légende noire pour les uns, moins nombreux, d’un congrès bâti sur des chiffres faux (un véritable hold-up), légende dorée pour les autres d’un congrès au cours duquel les vainqueurs ont fait preuve de talent… et de malice (une OPA réussie).

3. 1971-2012 : compter sur la conquête du pouvoir

21Le congrès d’Épinay en 1971 ne change pas fondamentalement la donne organisationnelle : le parti demeure une fédération de fédérations, et renoue avec le mode de représentation à la proportionnelle (pour les raisons inverses de celles qui avaient présidé à sa suppression, à savoir que le débat interne à la SFIO aurait été bridé) dans les organismes centraux, le seuil étant fixé à 5 %. Le premier secrétaire est, comme le secrétaire général au temps de la SFIO, élu par les membres du comité directeur lors de la première réunion qui suit le congrès national statutaire. Le mode d’adhésion au PS reste le même et les graphiques des années 1970 ressemblent à ceux de la SFIO (Figures 5 et 6). La carte d’adhérent évolue en fonction des progrès technologiques : l’arrivée de l’informatique et la gestion par les fédérations commandent le recours, au début des années 1980, à des cartes annuelles en papier glacé cartonné, au format carte bancaire. Cependant, dès le début des années 1980, les rapports statutaires pour le congrès national ne publieront plus de tableaux des effectifs fédéraux, l’évolution départementale des effectifs ne se lisant plus désormais qu’à travers les tableaux des votes par mandats des fédérations sur les motions soumises au congrès.

Figure 6. Effectifs du PS : « statistiques » 1971-1978

Figure 6. Effectifs du PS : « statistiques » 1971-1978

Note. Au lendemain du congrès d’Épinay, le PS progresse régulièrement, de congrès en congrès. Alors que dans les années 1960, la SFIO donne des chiffres dont la « rondeur » éveille les suspicions quant à leur fiabilité, le PS publie des chiffres à l’unité. Mais la présentation dans les rapports reste la même qu’au temps de la SFIO.

Source. « Statistiques », p. 10, dans Rapport de trésorerie, Congrès national du Parti socialiste, Metz, 6, 7, 8 avril 1979, Marseille, Imprimerie nouvelle, 1979, 12 p.

22L’évolution des effectifs nationaux est abordée dans les rapports de trésorerie. Pour le congrès national de Valence réuni au lendemain de la double victoire socialiste en mai et juin 1981, Pierre Joxe, trésorier national et président du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, livre le bilan suivant :

  • 29 Parti socialiste, 1981, p. 35.

« Une légère baisse de nos effectifs s’est confirmée en 1979 et 1980 (-5 % en 1980) mais restait bien inférieure à ce qui se produisait dans d’autres organisations de masse. En 1981, il en va bien autrement ; tandis qu’un mouvement d’adhésions nouvelles se manifestait dès le début de l’année, il s’est considérablement accru en mai, juin et juillet ; fin juin 1981 le nombre d’adhésions par rapport à juin 1980 a augmenté de 15 % ; tout laisse à penser qu’il va encore s’amplifier, les sections et les fédérations enregistrant chaque jour de nouvelles adhésions29. »

23Dans l’introduction à ces rapports, le premier secrétaire Lionel Jospin évoque les 50 000 nouveaux adhérents qui ont rejoint le parti durant la campagne. Mais aucun point sur les effectifs n’est fait (le PS compte 195 501 adhérents en 1981 et 213 584 en 1982, nombre qu’il n’a jamais plus dépassé depuis). Ce que les rapports donnent désormais à voir, ce ne sont plus les tableaux et données chiffrées, mais les visages de ses responsables de secteur, et les domaines d’activités qui sont les leurs, en phase avec les préoccupations de la société. C’est un parti qui s’est fondu dans la société et ses débats.

24En fait, la question de la représentativité, du renouveau du parti et de son dynamisme, s’est déplacée sur d’autres terrains, celui de sa présence dans les luttes et dans les rues, de sa participation au débat politique dans la presse et à la télévision, de son alliance avec le Parti communiste, de ses gains électoraux. Dès le milieu des années 1970, les études et enquêtes des politistes comme Patrick Hardouin, Roland Cayrol, Colette Ysmal ou Alain Lancelot, publiées notamment dans la Revue française de science politique, sur les militants ou les fédérations socialistes montrent aussi l’évolution et le rajeunissement de l’organisation, le renouvellement de ses cadres, l’implantation qui dépasse les terres traditionnelles, comme la conquête à l’ouest. Mais la « preuve » n’en est plus administrée par le parti, elle vient de l’extérieur, et est validée par l’amélioration de ses résultats électoraux. Le Parti n’est plus tourné vers lui-même, mais vers l’extérieur, et ses succès, qui valident son mode de fonctionnement, témoignent de son caractère démocratique. La preuve par la victoire.

  • 30 M. Sembat, 2007, p. 112.

25Depuis la fin des années 1970 et durant les années 1980, le PS a doublé les effectifs de la SFIO des années 1950, mais là n’est pas le plus important. Il reste loin du parti de masse et même de l’objectif que fixait Marcel Sembat en 1905 quand, au moment de l’unité socialiste, il disait à ses camarades : « Je dis l’unité vivante, le recrutement noyant les personnalités, les 30 000 portés à 300 000 pour commencer à être un parti30 ! » Multiplier par dix ses effectifs, l’horizon n’est plus celui-là depuis 1971 : la conquête du pouvoir prime.

26Quand on observe l’évolution des effectifs depuis 1905, on constate que les courants ont joué un rôle dans le recrutement du PS en attirant des militants séduits par leurs idées ou leur mode de fonctionnement et de sociabilité, comme au moment du Front populaire, à la Libération ou dans les années 1970 ; mais ils en ont aussi fait fuir en alimentant les crises, quand le débat et les divergences ont débouché sur des scissions (1920, 1938…) ; l’interdiction des courants ou tendances entre 1944 et 1969 n’a pas non plus empêché les scissions, comme en 1958. Notons que pour mesurer le poids des courants d’un congrès à l’autre, les socialistes retiennent les pourcentages de mandats obtenus par les motions. Certes, il serait facile de les traduire en nombre de voix, et donc d’« adhérents », mais avancer ce chiffre reviendrait de fait à les présenter comme des partis dans le parti. Et il s’agit toujours de montrer un parti uni, même quand il est divisé. À cet égard, la validation, lors du congrès, des votes sur les motions par une commission dans laquelle siègent des représentants des courants reflète le « consensus » du Parti sur le rapport de forces interne ; cette validation vaut donc « transparence » interne. Au-delà, il semble bien que les moments de fort recrutement du PS accompagnent le plus souvent les victoires électorales (Front populaire, Libération, mai 1981), ou la mise en place de nouveaux modes de recrutement (comme nous le verrons plus loin avec les « militants à 20 € » en 2006 et l’organisation des « primaires » en 2006 et 2011). Et les plus forts replis sont, quant à eux, indexés sur l’ampleur des défaites électorales.

  • 31 P.-E. Guigo, 2016.

27Les succès électoraux, en 1981 puis en 1988, ont accéléré une présidentialisation déjà en cours, qui influe sur les stratégies des acteurs, et sur la place des adhérents et des sympathisants. Se rejoue le vieux débat des années 1930, mais dans un contexte très différent. Le rôle du Parti n’est plus le même, l’élection présidentielle, devenue l’élection reine, se gagne avec une personnalité qui dépasse le cadre partisan. Les sondages pèsent désormais dans la compétition interne entre les leaders, pas encore autant que les résultats électoraux ou le poids dans l’appareil : Michel Rocard, favori des sondages pour représenter le PS dans la campagne présidentielle de 1981, doit finalement – comme il l’avait maladroitement annoncé – s’effacer devant François Mitterrand, la logique médiatique cédant d’une certaine façon devant la logique partisane et politique31. Au milieu des années 1980, un débat confus s’instaure dans l’organisation : s’affronteraient désormais les tenants d’un parti de militants et ceux d’un parti de supporters (où rocardiens, jospinistes et fabiusiens se renvoient la balle sous le regard sévère, entre autres, des poperénistes et des chevènementistes). Un tel débat témoigne en tout cas que la figure du militant est toujours valorisée dans le discours et l’imaginaire socialistes alors même que les adhérents ont de moins en moins de poids dans la définition de la ligne politique de leur parti, qui est lui-même tenu à l’écart de la définition de la politique du gouvernement que son action a porté au pouvoir.

  • 32 H. Rey & F. Subileau, 1991.

28Le congrès de Rennes, en 1990 (qui annonce encore des effectifs militants de l’ordre de 160 000), marque l’exacerbation de la compétition interne entre des courants du PS devenus des écuries présidentielles. La question des effectifs revient par voie de presse, avec les accusations de trafic de mandats dans certaines fédérations historiques (Pas-de-Calais, Bouches-du-Rhône…). Des doutes ont toujours été exprimés sur la « sincérité » des chiffres des effectifs revendiqués par telle ou telle fédération dans les périodes de tension, mais ils reflétaient d’une certaine manière le poids politique qui leur était reconnu. Malgré les modifications statutaires adoptées au congrès de Rennes – abandon du vote par mandats et scrutin à bulletin secret lors du vote sur les motions censées renforcer la démocratie dans le Parti (le premier secrétaire est élu par les délégués durant le congrès) –, tout est contesté, à l’intérieur et à l’extérieur, et les militants sont dépossédés de leurs prérogatives. Entre 1992 et 1994, Pierre Mauroy, Laurent Fabius, Michel Rocard, Henri Emmanuelli se succèdent à la direction du PS sous les yeux incrédules des militants. Dans ces années, le PS en apprend plus sur lui-même par les enquêtes menées par les politologues Françoise Subileau et Henri Rey (du Centre d’études de la vie politique française, ou CEVIPOF, actuel Centre de recherches politiques de Sciences Po) à partir de questionnaires dont il relaye la distribution32. Deux autres enquêtes (en 1998 et en 2011) seront menées sans entrave par le PS, mais sans enthousiasme non plus.

29Les scandales sur le financement de la vie politique, les doubles défaites ou débâcles aux élections législatives de 1993 et aux européennes l’année suivante (les effectifs sont de 113 005 en 1993, de 102 991 en 1994) conduisent progressivement les socialistes à modifier le mode de fonctionnement de leur parti. Toujours au nom de la transparence et de la démocratie interne, le principe de l’élection du premier secrétaire à bulletin secret par les adhérents est adopté par référendum en 1995, après la campagne présidentielle de Lionel Jospin. Comme le relevait Alain Bergounioux,

  • 33 A. Bergounioux, F. Sawicki & P. Serne, 2000, p. 8.

« cette nouvelle disposition marque une rupture avec la tradition du Parti socialiste qui conférait au congrès l’essentiel de la souveraineté, car elle introduit un élément de démocratie directe. La souveraineté est aujourd’hui partagée, le premier secrétaire ne tient plus sa légitimité seulement du congrès du Parti mais de tous les militants, ce qui lui donne une plus grande autorité33. »

  • 34 R. Lefebvre & F. Sawicki, 2006. Voir également L. Olivier, 2009.

30La désignation de Lionel Jospin à la suite d’une primaire interne réservée aux seuls militants socialistes – une première – et remportée face au premier secrétaire en titre, Henri Emmanuelli, redonne aux militants toute leur place dans l’organisation. Cette primaire, observée comme un exercice démocratique sans jeu d’appareil, concourt également à une amélioration de l’image des socialistes dans l’opinion. Les militants ont voté pour celui qui pouvait le mieux, selon eux, porter leurs couleurs face à la droite lors de la présidentielle, le sort du Parti étant indexé sur ce résultat. Le premier secrétaire en titre en a tiré les conséquences en démissionnant de son poste et en adoubant Lionel Jospin34. L’élection à bulletin secret (avec, en cas de deuxième tour, les deux candidats arrivés en tête) s’applique désormais à tous les votes internes, sur les orientations politiques et les hommes pour les porter. Pour la composition du conseil national (qui a remplacé le comité directeur), l’article 1.5.2 des statuts de 1999 stipule que :

« [la proportionnelle (à la plus forte moyenne)] s’applique en fonction des résultats obtenus par les motions issues de la commission des résolutions. Une liste de candidats est annexée à chacune des motions soumises au vote indicatif. La composition des listes annexées aux motions de synthèse est établie proportionnellement aux résultats du vote indicatif. Chaque courant désigne ses représentants. »

31Les statuts, qui comportaient un chapitre consacré aux « Militants » (articles 9 à 13 des statuts de 1974 à 1992), intègrent désormais une partie sur les « sympathisants » qui, s’ils ne payent pas de cotisations, peuvent participer aux comités mis en place et à la vie du parti, à l’exception des votes sur l’orientation politique et les désignations des responsables. Le PS garde donc, statutairement, les grands principes de son fonctionnement historique avec au centre le militant ; mais s’il maintient la carte annuelle, il supprime les timbres mensuels achetés par les fédérations. Avec les aménagements des statuts au congrès de Dijon (2003), la représentation des sections et des fédérations se fait en fonction des votants présents et non plus des inscrits, les votants devant être à jour en matière de cotisation au moment du vote. Désormais, c’est moins le nombre d’adhérents revendiqué que celui des votants et du taux de la participation aux scrutins qui sont retenus par les observateurs comme indicateurs de la santé du Parti.

  • 35 R. Lefebvre & T. Décary, 2009, p. 47.
  • 36 R. Lefebvre & T. Décary, 2009, p. 67

32Après le traumatisme de 2002 – l’élimination de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle –, l’organisation des primaires, internes en 2006, puis ouvertes en 2011 et 2016, pour la désignation du candidat des socialistes à l’élection présidentielle suivante n’a, de fait, pas entraîné une modification des statuts du parti sur la place des militants et des sympathisants, quand bien même ces primaires ont accompagné une mutation en profondeur dont le parti peine à se saisir. Quid de la place de ces sympathisants quand une adhésion à 20 € permet de participer aux primaires internes en 2006, ou quand militants et sympathisants doivent s’acquitter d’un même droit d’inscription de 1 € pour désigner le candidat des socialistes aux primaires ouvertes ? En 2006, l’afflux d’adhérents – à 20 € et plus – est réel. Les secrétaires de section du PS sont embarrassés par ces « recrues » qui viennent bousculer les habitudes, saturent des locaux devenus trop petits, ne connaissent ni les codes ni les statuts. Dans un parti dont le nombre d’adhérents oscillait depuis le début des années 2000 autour de 120 000, « près de 80 000 nouveaux adhérents viennent en six mois [le] renforcer, à la très grande surprise des dirigeants. Ce flux d’adhésion n’avait pas été anticipé35 », analysent Rémi Lefebvre et Thomas Décary, qui poursuivent : « Comment faire coexister des militantismes et des investissements très différents dans l’organisation ? Comment “renouveler” sans liquider36 ? » Les chiffres sont dépassés par leur réalité.

33Avec la mise en place en 2008, dans la perspective du congrès de Reims, du fichier Rosam (acronyme de Répertoire open sources des adhérents et des militants, qui fait un clin d’œil à la fleur des socialistes), premier fichier central des adhérents du PS, la transparence dans les chiffres des militants et des sympathisants doit désormais être garantie. Cependant, les données transmises par certaines fédérations restent sujettes à caution. Le dépouillement des votes pour l’élection du premier secrétaire du PS en 2008, entre Martine Aubry et Ségolène Royal, n’améliore pas la confiance dans le fichier central. De fait, faute de chiffres fiables depuis des années, les résultats transmis par les fédérations du Pas-de-Calais, de l’Hérault, des Bouches-du-Rhône… sont contestés, et des fraudes dénoncées. Les primaires ouvertes sont une première réponse à cette suspicion qui plombe la crédibilité de l’organisation. L’ouverture du corps électoral devient la garantie (dès lors que les conditions d’organisation sont satisfaisantes) de la sincérité du scrutin pour désigner le candidat socialiste à l’élection présidentielle. Dans le même temps, l’idée d’une adhésion directe au parti (sans passer par la section), avec le paiement en ligne de la cotisation, progresse. Mais, dans un parti où cohabitent tellement de modes de fonctionnement différents, forgés par une histoire, des traditions, des personnalités, ces évolutions rencontrent encore des réticences, et le « centre » a du mal à convaincre les fédérations.

34Paradoxalement, c’est au moment où le PS dispose d’un outil national pour compter ses militants qu’il peine à garantir la sincérité de ses scrutins internes. L’autonomie de ses fédérations et une histoire complexe nourrie de particularismes locaux expliquent cette situation préjudiciable à son image de parti au mode de fonctionnement démocratique. Mais force est de constater que le mode de fonctionnement des organisations ne leur appartient plus tout à fait. Les primaires se sont imposées au PS presque de l’extérieur, comme elles se sont imposées à l’UMP, avec là aussi de fortes contestations sur les chiffres.

35Quelques semaines avant son congrès national tenu à Toulouse en octobre 2012, le Parti socialiste a publié, comme à l’occasion de chacun de ses congrès depuis l’unité de 1905, un rapport d’activité qu’il a adressé à tous ses adhérents. En conclusion de la chronologie des événements marquant depuis le précédent congrès tenu à Reims en 2008, il met en scène et en couleur les « chiffres clés » suivants :

  • 37 Parti socialiste, 2012, p. 9.

« 18 003 597 de [sic] voix pour François Hollande lors du second tour de l’élection présidentielle ; 2,8 millions de votants au second tour des primaires citoyennes ; 49 présidents socialistes de conseils généraux en 2010 ; 21 régions sur 22 en métropole remportées par le PS en 2010 ; 117 sénateurs-trices de gauche en 2011 ; 295 député-e-s SRC élu-e-s en 201237. »

Figure 7. Les « chiffres clés » du PS en 2012

Figure 7. Les « chiffres clés » du PS en 2012

Note. Quand la mise en page et la typographie sont mises au service de l’image d’un parti « présidentiel » et de gouvernement. Un parti ouvert sur la société, qui fait participer les citoyens au choix du candidat qui le représentera. Le chiffre le plus important, en rouge, est celui du nombre de voix obtenues par le candidat du PS victorieux François Hollande.

Source. « Congrès de Toulouse, 26-28 octobre 2012, Rapport d’activité », numéro spécial de L’Hebdo des socialistes, octobre 2012, p. 9.

  • 38 Parti socialiste, 2012, p. 25.
  • 39 Parti socialiste, 2012, p. 27.
  • 40 Parti socialiste, 2012, p. 54.
  • 41 Parti socialiste, 2012, p. 62.

36À plusieurs reprises dans ce rapport d’activité, des chiffres (dans des encadrés ou des pavés en couleur) viennent illustrer les succès du parti : ainsi de « l’Université d’été de La Rochelle en chiffres : 4 500 participants. 2009 : + de 350 journalistes accrédités. 2010 : + de 400 journalistes accrédités. 2011 : + de 900 journalistes accrédités38 » ou de la demi-page « les primaires en chiffres » rappelant le montant (1 €) à payer pour pouvoir voter, le nombre de participants aux deux tours (2,6 puis 2,8 millions), le nombre de bureaux de votes (9 425), le nombre de débats télévisés (3) organisés durant la campagne et le nombre de téléspectateurs ayant suivi le dernier entre Martine Aubry et François Hollande (5,9 millions)39. En feuilletant ces rapports on saura que, depuis 2003, 221 000 mails ont été adressés au parti, « que 90 % de ces courriels sont traités dans la journée40 » et que, durant la campagne, « le secteur courriel a géré sur le site du candidat plus de 342 000 messages, en moins de quatre mois, sur toutes les interpellations et tous les sujets d’actualité41 ».

  • 42 R. Lefebvre, 2011.
  • 43 Parti socialiste, 2011 ; id., 2013.
  • 44 Parti socialiste, 2012, p. 62.

37Est-il besoin de faire remarquer qu’à ces litanies de chiffres, à ce brillant palmarès chiffré, à défaut d’un tableau de l’évolution de ses effectifs, manque au moins le nombre des adhérents au Parti à la veille du congrès ? Alors faut-il en conclure que le PS n’accorde plus d’importance à leur place dans l’organisation ? Est-on arrivé au terme d’une histoire avec « la fin du parti militant », pour reprendre l’expression de Rémi Lefebvre42 ? Non, sans doute. D’une part, l’activité quotidienne du PS sur le terrain s’appuie toujours sur ses adhérents, qui ont été les premiers artisans de la réussite de l’organisation des primaires citoyennes. D’autre part, et même s’il est plus que par le passé un parti d’« élus » (et moins un parti d’« adhérents » qui lui seraient liés intimement), force est de constater que le PS se vit toujours comme un parti de militants43. Il est également et de plus en plus un parti de « sympathisants », sans savoir encore réellement comment donner une place à ces derniers. On comprend mieux, dans un contexte où les partis sont décriés, qu’il hésite à annoncer des chiffres d’effectifs qui sont désormais devenus suspects, et comptent de toute façon moins que ses résultats électoraux, ou ceux de ses « scrutins ouverts ». Et surtout, ils font tache dans le décor, démentant les succès affichés tant ils sont en fort décalage par rapport aux objectifs ambitieux annoncés par les premiers secrétaires, objectifs qui témoignent de la permanence du modèle idéal du parti de militants. Comme le rappellent discrètement les tableaux de la trésorerie publiés dans les rapports, ce sont désormais ses électeurs qui, avec le financement public de la vie politique, lui procurent plus de 90 % de son budget. En 2010, les rentrées de cotisations se montent à 1 976 952 € pour des recettes totales de 27 098 037 € ; en 2011, les recettes des primaires – plus de 5 000 000 € – sont deux fois plus importantes que les cotisations des adhérents44.

Conclusion

38Les socialistes, comme les autres, aiment les chiffres, surtout ceux qui témoignent de leurs succès. Sur le siècle, la mesure et l’affichage de ses effectifs militants racontent les évolutions et les malaises vécus par une organisation qui a toujours peiné à être ce qu’elle aurait voulu être, et qui semble, en dehors de courtes périodes d’euphorie au lendemain de ses victoires électorales, ne plus trop savoir comment se regarder. En 2015, pour le congrès de Poitiers, les rapports statutaires se sont abstenus de fournir des chiffres, sauf s’agissant de la fréquentation du site Internet ouvert pour le Chantier de la rénovation, ou le nombre de participants au référendum sur l’union de la gauche aux élections régionales de 2015, meilleur que prévu. En 2017, tous les chiffres qui retiennent l’attention des commentateurs sont ceux de la baisse de la dotation publique, du nombre de licenciements annoncés, et celui des 6,36 % de son candidat au premier tour de la présidentielle. Une nouvelle histoire de chiffres s’ouvre pour les socialistes.

  • 45 J. Bouchard et al., 2015.

39Ce retour sur un siècle d’histoire des chiffres d’un parti politique permet de saisir la manière dont évoluent à la fois l’image qu’il entend promouvoir et la perception dont il est l’objet. S’agissant des socialistes, le nombre de militants, le pourcentage de voix et le nombre d’élus ont servi de référence. Ils ont longtemps maîtrisé et su mettre en scène ces données chiffrées dans leur communication interne et externe. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Plus largement, l’engagement militant a changé de nature et la forme parti traditionnelle est en crise : chute des effectifs, absence de vie des organisations hors des périodes électorales, que ce soit au PS ou chez LR. Les mouvements La France insoumise et La République en marche surfent sur leur mobilisation « présidentielle » – ce sont les chiffres de participation aux meetings et rencontres, les voix aux élections qui l’emportent sur le nombre de « marcheurs » ou d’« insoumis » – sans avoir encore stabilisé leur mode d’organisation. Dans un monde inondé de chiffres, d’évaluations en tous genres par des experts prêts à les mesurer, les tester et les déconstruire45, d’autres instruments de mesure de l’attractivité ou de l’impact se proposent : le nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux, de clics, de tweets et de retweets. La crédibilité et l’audience, et donc la possibilité de s’adresser au plus grand nombre, dépendent de la reconnaissance par les médiateurs d’une capacité de mobilisation. Par un retour des militants ? La création d’un réseau d’expertise ? Une mise en mouvement de pans de la société ? Une « production intellectuelle » ? L’ombre portée de la grandeur passée peut un temps servir pour se maintenir en vue, mais il est crucial pour les partis politiques de pouvoir se montrer et se compter à nouveau sans crainte, sous peine de ne plus attirer l’attention des médias et des citoyens, au risque de disparaître.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives

Office universitaire de recherche socialiste (OURS), Paris, Archives du Parti socialiste SFIO, 1905-1969, dossier Effectifs.

Tous les rapports d’activité (et la plupart des sténotypies) des congrès nationaux du Parti socialiste SFIO de la période 1905-1939 qu’il a édités sont consultables à l’OURS et sur le site Gallica. Pour la période 1939-2015, ils sont en ligne sur le site www.archives-socialistes.fr de la Fondation Jean-Jaurès.
URL : www.archives-socialistes.fr/app/photopro.sk/archives/publi?docid=354455#sessionhistory-ready

Sources imprimées

Brutelle, Georges, « Aux secrétaires des sections », Bulletin intérieur du Parti socialiste SFIO, Section d’organisation, no 56-13 (juin), 1951, p. 1.

Parti socialiste SFIO, XIe congrès national tenu à Amiens les 25, 26, 27 et 28 janvier 1914, compte rendu sténographique, Au siège du conseil national, Paris, 1914.

Parti socialiste, Congrès de Valence, 23-25 octobre 1981, Rapports statutaires », Le Poing et la Rose, no 94 (septembre), 1981, p. 35.

Parti socialiste, Guide de l’adhérent-e, Paris, Parti socialiste, 2011.

Parti socialiste, Congrès de Toulouse, 26, 37, 28 octobre 2012, « Rapports d’activité », numéro spécial de L’hebdo des socialistes, 2012, p. 9

Parti socialiste, Guide de l’adhérent-e, Paris, Parti socialiste, 2013.

Parti socialiste, Congrès de Poitiers, 5-6-7 juin 2015, « Le renouveau socialiste. Réunir ! Réussir ! Renouveler ! », motion A présentée par Jean-Christophe Cambadélis, L’hebdo des socialistes, supplément au no 774 (18-24 avril), 2015, p. 28.

Rimbert, Pierre, « Appel aux secrétaires des sections », Bulletin intérieur du Parti socialiste SFIO, Section d’organisation, no 56-13 (juin), 1951, p. 4.

Sembat, Marcel, Les cahiers noirs, journal, 1905-1922, présentation et notes de Christian Phéline, Paris, Viviane Hamy, 2007.

Travaux

Audry, Colette, Les militants et leur morale, Paris, Flammarion (Le poing et la rose), 1975.

Bergounioux, Alain & Grunberg, Gérard, Les socialistes français et le pouvoir. L’Ambition et le remords, Paris, Hachette littératures, 2007.

Bergounioux, Alain, Sawicki, Frédéric & Serne, Pierre, « L’objet “congrès socialiste” en débat », Recherche socialiste, no 12 (septembre), 2000, p. 3-24.

Bonnefois, Geoffroy, « Optimiste, le patron du PS rêve encore d’un parti à 500 000 adhérents en 2017 », L’Express, 17 décembre 2016.
URL : https://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/optimiste-le-patron-du-ps-reve-encore-d-un-parti-a-500-000-adherents-en-2017_1861399.html

Bouchard, Julie, Candel, Étienne, Cardy, Hélène & Gomez-Mejia, Gustavo (dir.), La médiatisation de l’évaluation / Evaluation in the media, Berne, Peter Lang, 2015.

Candar, Gilles & Prochasson, Christophe, « Le socialisme à la conquête des terroirs », Le mouvement social, no 160 (juillet-septembre), 1992, p. 33-63.

Cépède, Frédéric, « La SFIO des années 1905-1914 : construire le parti », Cahiers Jaurès, no 187-188 (janvier-juin), 2008, p. 29-45.

Desrosières, Alain, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993.

Duverger, Maurice (dir.), Partis politiques et classes sociales, Paris, Armand Colin (Fondation nationale des sciences politiques, 74), 1955.

Fleury, Jacques, Georges Guille, le socialisme au cœur, Paris, Encyclopédie du socialisme, 2009.

Guigo, Pierre-Emmanuel, « Le complexe de la communication. L’institutionnalisation de la communication politique à travers l’exemple de Michel Rocard (1965-1995) », thèse de doctorat en histoire, Institut d’études politiques de Paris, 2016.

Huard, Raymond, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

Ion, Jacques, La fin des militants ?, Ivry-sur-Seine, Éd. de l’Atelier, 1997.

Jalabert, Laurent, « La reconstruction de la gauche socialiste en France de 1968 à 1975 », mémoire d’habilitation à diriger les recherches, Institut d’études politiques de Paris, 2007.

Laurent, Samuel, « Des Républicains au PS, la désertion des militants », Le Monde, 22 septembre 2015.
URL : www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/22/des-republicains-au-ps-la-desertion-des-militants_4766932_4355770.html#ISo6ucAZ76ozsLSJ.99.

Lazar, Marc, « “Affinités électives”, “convergences parallèles” et “déchirements fratricides” : les relations entre partis communistes et socialistes en France et en Italie », Pouvoirs, no 50 (septembre), 1989, p. 151-168.

Lefebvre, Rémi, Les primaires socialistes. La fin du parti militant, Paris, Raisons d’agir, 2011.

Lefebvre, Rémi, « Le militantisme socialiste n’est plus ce qu’il n’a jamais été. Modèle de “l’engagement distancié” et transformations du militantisme au Parti socialiste », Politix, vol. 102, no 2, 2013, p. 7-33.

Lefebvre, Rémi & Décary, Thomas, « Les militants “à vingt euros”. Les conditions socio-politiques d’un impossible engagement », L’OURS, hors-série Recherche socialiste, nos 46-47, 2009, p. 43-66.

Lefebvre, Rémi & Sawicki, Frédéric, La société des socialistes, Bellecombe-en-Bauge, Éd. du Croquant, 2006.

Martelli, Roger Prendre sa carte 1920-2009. Données nouvelles sur les effectifs du PCF, Bobigny, Fondation Gabriel-Péri, Conseil général de la Seine-Saint-Denis, 2010.

Olivier, Laurent, « La démocratie directe au PS à l’épreuve des procédures représentatives et délibératives. L’identité militante socialiste en question », L’OURS, hors-série Recherche socialiste, nos 46-47, 2009, p. 27-41.

Prochasson, Christophe, La gauche est-elle morale ?, Paris, Flammarion, 2010.

Quilliot, Roger, La SFIO et l’exercice du pouvoir, 1944-1958, Paris, Fayard, 1972.

Rey, Henri & Subileau, Françoise, Les militants socialistes à l’épreuve du pouvoir, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991.

Rimbert, Pierre, « Le Parti socialiste S.F.I.O. », in Maurice Duverger (dir.), Partis politiques et classes sociales, Paris, Armand Colin (Fondation nationale des sciences politiques, 74), 1955, p. 195-207.

Sadoun, Marc, « Sociologie des militants et sociologie du Parti. Le cas de la SFIO sous Guy Mollet », in Revue française de science politique, vol. 38, no 3 (juin), 1988, p. 348-369.

Wieviorka, Olivier (dir.), La France en chiffres de 1870 à nos jours, Paris, Perrin, 2015.

Haut de page

Notes

1 L. Jalabert, 2007.

2 Parti socialiste, 2015.

3 S. Laurent, 2015.

4 G. Bonnefois, 2016.

5 Voir M. Duverger, 1955 ; P. Rimbert, 1955.

6 R. Martelli, 2010.

7 M. Lazar, 1989, p. 156, note 7.

8 J. Ion, 1997.

9 R. Lefebvre, 2013.

10 O. Wieviorka, 2015.

11 Office universitaire de recherche socialiste (OURS), archives du Parti socialiste SFIO, 1905-1969.

12 A. Desrosières, 1993.

13 R. Huard, 1996 ; A. Bergounioux & G. Grunberg, 2007.

14 R. Lefebvre, 2013.

15 C. Audry, 1975 ; C. Prochasson, 2010.

16 G. Candar & C. Prochasson, 1992.

17 F. Cépède, 2008.

18 OURS, archives du Parti socialiste SFIO, 1905-1969.

19 R. Martelli, 2010, p. 7.

20 Parti socialiste SFIO, 1914, p. 21-27.

21 G. Brutelle, 1951, p. 1.

22 P. Rimbert, 1955.

23 M. Duverger, 1955.

24 P. Rimbert, 1951, p. 4.

25 R. Quilliot, 1972.

26 M. Sadoun, 1988.

27 OURS, archives du Parti socialiste SFIO, Effectifs, 1945-1969.

28 J. Fleury, 2009, p. 321.

29 Parti socialiste, 1981, p. 35.

30 M. Sembat, 2007, p. 112.

31 P.-E. Guigo, 2016.

32 H. Rey & F. Subileau, 1991.

33 A. Bergounioux, F. Sawicki & P. Serne, 2000, p. 8.

34 R. Lefebvre & F. Sawicki, 2006. Voir également L. Olivier, 2009.

35 R. Lefebvre & T. Décary, 2009, p. 47.

36 R. Lefebvre & T. Décary, 2009, p. 67

37 Parti socialiste, 2012, p. 9.

38 Parti socialiste, 2012, p. 25.

39 Parti socialiste, 2012, p. 27.

40 Parti socialiste, 2012, p. 54.

41 Parti socialiste, 2012, p. 62.

42 R. Lefebvre, 2011.

43 Parti socialiste, 2011 ; id., 2013.

44 Parti socialiste, 2012, p. 62.

45 J. Bouchard et al., 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des effectifs du Parti socialiste entre 1905 et 2016
Crédits Source. Voir les sources archivistiques référencées en bibliographie.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2. « Tableau comparatif des cartes, timbres et abonnements au Socialiste pour 1907-1908 »
Légende Note. Jusqu’au lendemain du congrès de Tours, les adhérents achètent chaque année une nouvelle carte, sur laquelle sont collés les timbres mensuels de cotisation ou de propagande.
Crédits Source. Ve congrès national tenu à Toulouse les 15, 16, 17 et 18 octobre 1908, compte rendu sténographique, Parti socialiste (Section française de l’Internationale ouvrière), Au siège du Conseil national, Paris, 1909 (janvier), p. 44-45.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,6M
Titre Figure 3. Carte permanente d’un adhérent de la SFIO
Légende Note. À partir de 1924, pour des raisons d’économie, une carte permanente personnalisée est remise au nouvel adhérent, dans laquelle il conserve le feuillet annuel sur lequel il colle les timbres mensuels et les timbres de propagande. Seule une carte comportant les douze timbres annuels permet à l’adhérent de voter lors des scrutins internes. Mais, compte tenu des circonstances (crise économique, politique ou sociale dans une région), l’organe directeur – la commission administrative permanente (CAP) de 1905 à 1940, le comité directeur (CD) de 1944 à 1992, le bureau national (BN) depuis lors – peut décider du nombre de timbres nécessaires pour avoir le droit de vote.
Crédits Sources. Archives de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 4. « Recrutement » 1924-1936
Crédits Source. Parti socialiste (Section française de l’Internationale ouvrière), XXXIVe congrès national, 15, 16, 17 et 18 mai 1937, Marseille, Rapports, Paris, Librairie populaire, 1937, p. 196.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 739k
Titre Figure 5. Rapports 1961 : « prises mensuelles des feuillets cotisations », 1934-1960
Légende Note. La comparaison avec les données de l’année 1934 permet de situer la SFIO des années 1950 dans la fourchette des effectifs des années 1930. La comparaison avec les années 1936-1938 ou 1945-1947 aurait montré le recul du parti.
Crédits Source. Parti socialiste SFIO, LIIIe congrès national, 18-21 mai 1961, Issy-les-Moulineaux, Rapports, Bulletin intérieur no 120, mars 1961, p. 136.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Figure 6. Effectifs du PS : « statistiques » 1971-1978
Légende Note. Au lendemain du congrès d’Épinay, le PS progresse régulièrement, de congrès en congrès. Alors que dans les années 1960, la SFIO donne des chiffres dont la « rondeur » éveille les suspicions quant à leur fiabilité, le PS publie des chiffres à l’unité. Mais la présentation dans les rapports reste la même qu’au temps de la SFIO.
Crédits Source. « Statistiques », p. 10, dans Rapport de trésorerie, Congrès national du Parti socialiste, Metz, 6, 7, 8 avril 1979, Marseille, Imprimerie nouvelle, 1979, 12 p.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 7. Les « chiffres clés » du PS en 2012
Légende Note. Quand la mise en page et la typographie sont mises au service de l’image d’un parti « présidentiel » et de gouvernement. Un parti ouvert sur la société, qui fait participer les citoyens au choix du candidat qui le représentera. Le chiffre le plus important, en rouge, est celui du nombre de voix obtenues par le candidat du PS victorieux François Hollande.
Crédits Source. « Congrès de Toulouse, 26-28 octobre 2012, Rapport d’activité », numéro spécial de L’Hebdo des socialistes, octobre 2012, p. 9.
URL http://journals.openedition.org/histoiremesure/docannexe/image/7099/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Cépède, « Du bon usage des chiffres en politique »Histoire & mesure, XXXIII-1 | 2018, 3-30.

Référence électronique

Frédéric Cépède, « Du bon usage des chiffres en politique »Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/7099 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.7099

Haut de page

Auteur

Frédéric Cépède

Historien, journaliste, secrétaire de rédaction des publications de l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS). E-mail : frederic.cepede@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search