Navigation – Plan du site
La mesure des effectifs de partis politiques en France (PS et PCF)

Du bon usage des chiffres en politique

À propos des effectifs socialistes et d’autres données chiffrées du PS français (1905-2017)
The efficient use of data in politic: About PS (France) memberships data and other figures (1905-2017)
Frédéric Cépède
p. 3-30

Résumés

Nombre d’adhérents, résultats électoraux, nombre d’élus, montants des cotisations reçues, budgets, mandats, aujourd’hui résultats des sondages, nombres de votants à l’occasion des primaires, de participants à des manifestations… : la plupart des partis politiques publient des données chiffrées pour servir leur propagande, montrer leur vitalité. Ils veulent prouver ainsi leur transparence à l’égard de leurs militants ou de leurs électeurs. Leur diffusion obéit à des choix. L’analyse des chiffres publiés depuis 1905 par le Parti socialiste français dans ses rapports annuels, notamment ses effectifs, montre l’évolution de son rapport au militant, longtemps la figure centrale de l’organisation, liée à la présidentialisation de la vie politique et au développement des réseaux sociaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. 1905-1940 : (se) compter pour produire l’image d’un parti organisé
2. 1944-1969 : se compter pour s’opposer dans le Parti
3. 1971-2012 : compter sur la conquête du pouvoir
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les « 5,10 % » de Gaston Defferre lors de l’élection présidentielle de 1969 sont entrés dans l’histoire des socialistes. Chiffres maudits, résumant un moment d’effondrement pour le Parti socialiste (PS). Ils ont servi de curseur au PS d’Épinay (fondé en 1971) pour mesurer le redressement spectaculaire opéré sous la conduite de François Mitterrand qui, en dix ans, l’a porté au pouvoir. Ils ont fait office de mantra dans l’histoire socialiste récente, opposant l’effondrement du Parti socialiste-section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) de Guy Mollet à la résilience de celui de Mitterrand et de ses successeurs, le parti ayant surmonté les crises électorales de 1993, 2002, 2007, ouvrant après ses différents échecs un nouveau cycle, ou une rénovation. Ces 5,10 % sont relus aujourd’hui comme une « péripétie » par l’historien Laurent Jalabert qui réinscrit l’histoire du congrès d’Épinay dans une séquence plus longue de recomposition de la gauche non communiste, de 1968 à 1975. ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Cépède, « Du bon usage des chiffres en politique », Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-1 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/7099

Haut de page

Auteur

Frédéric Cépède

Historien, journaliste, secrétaire de rédaction des publications de l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS). E-mail : frederic.cepede@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page