Navigation – Plan du site

Médecins, statistique et recensement : les raisons d’une entente cordiale

Physicians, Statistics and Censuses: Reasons for an Entente Cordiale
Laura Cházaro
p. 33-60

Résumés

Dans le Mexique du xixe siècle, le recensement n’avait pas encore acquis de légitimité politique ; la volonté politique et la mise en place d’un appareil administratif se sont révélées insuffisantes pour l’organisation d’un recensement. Dans cet article sont décrites les pratiques administratives et scientifiques que les politiciens et les médecins ont conçues pour dénombrer la population, puis mettre en forme les chiffres et les rendre ainsi crédibles et utilisables. Dans le cas du Mexique, ce sont en effet les connaissances et l’expérience des médecins ainsi que les institutions sanitaires du pays qui ont finalement permis de créer une population « mesurable », en définissant des catégories distinctes de celles qui avaient persisté depuis l’époque coloniale. Ensemble, médecins et fonctionnaires ont rendu possible le recensement, non sans traduire les anciens préjugés raciaux en différences médicales, hygiéniques et sociales.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Morgane Labbé et Jean-Pierre Beaud pour leurs critiques et suggestions qui ont largement enrichi ce texte ainsi que Pascal Renaud pour la traduction.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Quelle population ?
Les soucis des fonctionnaires
Le recensement de la cité sans carte ni procédure : un vrai labyrinthe
Les statistiques médicales, un modèle d’enquête sur les populations
États et constitutions statistiques de la ville
Un médecin dans l’administration, expériences statistiques dans la ville
2. La médicalisation de l’administration politique de la population
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans le Mexique du xixe siècle, les enquêtes sur la population étaient constamment critiquées par l’opposition et bénéficiaient de peu de légitimité auprès des citoyens. En même temps, entre 1870 et 1890, un grand nombre d’articles de presse se plaignent de l’absence de mesures de la population : les autorités étaient incapables d’indiquer si la population de la ville de Mexico augmentait ou non. Le Monitor Republicano, journal opposé au gouvernement de Porfirio Diaz, se saisit notamment de la question sous la plume de José María Vigil. Sarcastique, celui-ci déclare : « Comme pour tout ce qui est ignoré, la population du Mexique est sujette aux opinions et aux conjectures ». Cette année-là (nous sommes en 1880), la Commission des statistiques du conseil municipal de Mexico s’était contentée, pour répondre à son obligation constitutionnelle d’organiser un recensement de la ville, de recopier les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur et affichait 250 000 âmes. L’auteur, con...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Cházaro, « Médecins, statistique et recensement : les raisons d’une entente cordiale », Histoire & mesure, XXXIII-2 | 2018, 33-60.

Référence électronique

Laura Cházaro, « Médecins, statistique et recensement : les raisons d’une entente cordiale », Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-2 | 2018, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/7970

Haut de page

Auteur

Laura Cházaro

Chercheuse au Centre de recherche et d’études approfondies de l’Institut polytechnique national (CINVESTAV-IPN) du Mexique, chef du groupe « Gouvernance, internationalisation et technologie dans l’enseignement supérieur » du Programa para el Desarrollo Profesional Docente (PRODEP). E-mail : chazaro@cinvestav.mx

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page