Navigation – Plan du site

Quantifying Mortality in Hungary: Actuaries and Statisticians (1860s-1910s)

Quantifier la mortalité en Hongrie : actuaires et statisticiens entre 1860 et 1910
Mátyás Erdélyi
p. 115-138

Résumés

L’article étudie la formation d’un savoir statistique à partir des tables de mortalité construites par les statisticiens de l’administration et les actuaires des compagnies d’assurances dans la partie hongroise de la monarchie des Habsbourg entre 1860 et 1910. La logique et la fonction des statistiques de mortalité étaient fondamentalement différentes dans les deux cas. Les statisticiens et les actuaires ont construit leurs tables et ont utilisé des formalisations mathématiques et statistiques en fonction d’objectifs distincts : projet de réforme sociale pour les premiers, et rentabilité des compagnies d’assurance pour les seconds. Ces aspects ont non seulement déterminé le choix des méthodes, mais également les fondements épistémologiques et l’objectivité de leur démarche.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Mortality rates as a proxy of modernity
2. Early life insurance and mortality tables
3. The joint project of mortality tables
4. The epistemology of life insurance
5. Concluding remarks

Aperçu du début du texte

Mortality represents a prime object to study the social construction of statistical knowledge from a historical perspective. Death itself is a quite obvious phenomenon, yet, one could describe the mortality of a population by a multitude of indicators and rates based on the mortality of the overall or select populations for a given period divided, again, by overall or select population figures. The lack of standard measures became a source of controversy when statisticians noted that regional and international mortality comparisons varied depending on the indicator chosen. The mortality rate of Budapest – yearly overall mortality divided by the standing population – was, for example, lower than the corresponding figure in the Hungarian countryside. Yet, in terms of age specific mortality rates, all age groups in the capital had significantly higher mortality than the corresponding population in the countryside.

The present paper deals with the social construction of statistical knowl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mátyás Erdélyi, « Quantifying Mortality in Hungary: Actuaries and Statisticians (1860s-1910s) », Histoire & mesure, XXXIII-2 | 2018, 115-138.

Référence électronique

Mátyás Erdélyi, « Quantifying Mortality in Hungary: Actuaries and Statisticians (1860s-1910s) », Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-2 | 2018, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8062 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8062

Haut de page

Auteur

Mátyás Erdélyi

PhD candidate in Comparative History, Central European University, Budapest. E-mail: erdelyi_matyas@phd.ceu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page