Navigation – Plan du site

La raison statistique au service des travailleurs

Jacques Ferdinand-Dreyfus et les assurances sociales (1912-1940)
Statistical Reasoning to Serve the Working Class: Jacques Ferdinand-Dreyfus and Social Insurance (1912-1940)
Fabrice Cahen
p. 139-162

Résumés

Cet article rend compte du travail effectué par l’actuaire Jacques Ferdinand-Dreyfus (1884-1943), socialiste réformiste proche des réseaux durkheimiens et haut fonctionnaire au ministère du Travail de 1912 à 1940. Aux côtés de Georges Cahen-Salvador notamment, il joue un rôle important dans la conception des assurances sociales, leur promotion et leur mise en œuvre. Sa production actuarielle et la manière dont, plus largement, il conçoit son métier ont marqué l’histoire de la protection sociale en France malgré l’oubli qui a frappé le personnage. Ferdinand-Dreyfus apparaît moins comme un bureaucrate cherchant à « gouverner par les nombres » que comme un artisan du chiffre désireux d’imposer une méthode rationnelle pour légitimer l’État social, maximiser ses chances de réussite et diffuser dans la classe ouvrière une culture du welfare et de ses mécanismes.

Haut de page

Notes de l’auteur

J’adresse mes plus vifs remerciements à Bruno Valat pour sa relecture attentive d’une version préalable de ce texte. Cette recherche n’aurait pu être ce qu’elle est sans l’appui de Renée Ferdinand-Dreyfus et de Jacques Gerstenkorn, qui m’ont ouvert les portes de la famille Ferdinand-Dreyfus, acceptant de me raconter « leur » Jacques Ferdinand-Dreyfus et de me laisser consulter certains papiers personnels.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Du mouvement social à l’actuariat d’État
2. L’art du « pessimisme prudent »
3. La poursuite de la statistique par d’autres moyens ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Excepté peut-être le domaine des retraites, il existe peu d’études historiques attentives au versant financier des systèmes assurantiels et à la gestion prévisionnelle des dépenses. Depuis le renouvellement, par l’histoire sociale, de la recherche sur l’assurance sociale, la prise en compte des acteurs et des pratiques de la solidarité a permis de rompre avec une historiographie cantonnée aux débats politico-parlementaires, de même qu’avec les approches exclusivement mémorielles ou militantes. Mais la redistribution des richesses reste souvent, en tant que telle, une réalité évanescente, tout se passant comme si l’étude approfondie des montages budgétaires, des circuits de financement, des modalités comptables – et des métiers en charge de ces différents aspects – était implicitement laissée aux économistes, statisticiens, juristes ou administrateurs.

C’est sous une entrée spécifique que nous aborderons ici ce vaste terrain : celui du rôle des savoirs quantitatifs sur la population e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Cahen, « La raison statistique au service des travailleurs », Histoire & mesure, XXXIII-2 | 2018, 139-162.

Référence électronique

Fabrice Cahen, « La raison statistique au service des travailleurs », Histoire & mesure [En ligne], XXXIII-2 | 2018, mis en ligne le 02 janvier 2022, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8094 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8094

Haut de page

Auteur

Fabrice Cahen

Institut national d’études démographiques (INED), unité Histoire et populations, unité Démographie, genre et sociétés ; Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales (CRH, EHESS), équipe Esopp. E-mail : fabrice.cahen@ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page