Navigation – Plan du site

From the Mocambo to the Favela: Statistics and Social Policy in Brazil’s Informal Cities

Du mocambo à la favela : statistiques et politique sociale dans les villes informelles du Brésil
Brodwyn Fischer
p. 15-40

Résumés

Cet article explore l’histoire des recensements des quartiers informels, qui ont toujours été un élément fondateur du paysage urbain brésilien. En se centrant sur Rio de Janeiro et Recife, il fait valoir que le recensement des favelas et des mocambos était à la fois une technique de gouvernement et une illustration de la modernité nord-atlantique de ces villes. L’émergence ultérieure de la « favela statistique », qui définissait l’informalité urbaine comme un problème de dysfonctionnement social collectif, eut des implications importantes pour les politiques urbaines et sociales du xxe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Brésil

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Informality’s origins
2. Rio’s statistical silence
3. Recife, Mocambópolis
4. Censuses and social crusades
5. Recife
6. Rio and the statistical favela
Conclusion

Aperçu du début du texte

On 1 September 1940, Brazil’s fledgling Institute of Statistics and Geography (IBGE) conducted a national census. It was the first in 20 years, conceived by Getúlio Vargas’ authoritarian Estado Novo, and it aimed to count all Brazilians, even those living in rural hamlets and urban shantytowns previously deemed unquantifiable. The IBGE vigorously encouraged participation; there were prizes for census agents, civic meetings, posters, skits, rallies, and lively press campaigns. On 30 August, Vargas made a “vehement appeal to the people” to “patriotically collaborate” and reveal “what Brazil is really worth now, and what it might become in the future”.

Vargas’ government had already embraced Afro-descendant popular culture as an essential strain of mestiço nationalism. It was thus gratifying when the famed Carmen Miranda recorded a samba entitled – simply – Recenseamento [Census]. Wit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brodwyn Fischer, « From the Mocambo to the Favela: Statistics and Social Policy in Brazil’s Informal Cities », Histoire & mesure, XXXIV-1 | 2019, 15-40.

Référence électronique

Brodwyn Fischer, « From the Mocambo to the Favela: Statistics and Social Policy in Brazil’s Informal Cities », Histoire & mesure [En ligne], XXXIV-1 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8208 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8208

Haut de page

Auteur

Brodwyn Fischer

University of Chicago. E-mail: bmf@uchicago.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page