Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXXIV-1Les favelas cariocas dans les rec...

Les favelas cariocas dans les recensements nationaux : du local au national et retour

The Favela in the National Censuses: From Rio and Back
Rafael Soares Gonçalves
Traduction de Simon Berjeaut
p. 41-64

Résumés

Cet article étudie l’évolution de la catégorie statistique « favela », depuis le recensement des favelas du district fédéral de 1948 jusqu’au dernier recensement national de la population de 2010. Il met en évidence l’influence de l’expérience carioca sur la représentation de l’urbanisation informelle dans l’ensemble du Brésil. L’adoption de la catégorie statistique « favela », forgée à Rio de Janeiro, par les recensements nationaux de population, à partir de 1950, en est une manifestation remarquable. L’article ne discute pas des données quantitatives obtenues par les recensements, mais montre, à partir de l’évolution des définitions censitaires des favelas depuis la moitié du xxe siècle, comment les recensements nationaux ont adapté leur organisation pour prendre en compte les spécificités de ces espaces. Toutefois la statistique nationale a depuis lors retravaillé cette catégorie au point qu’elle a pu sembler inadéquate pour saisir la réalité de la ville qui l’avait vue naître.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

recensement, favelas, IBGE

Géographie :

Brésil, Rio de Janeiro

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 R. S. Gonçalves, 2013.

1Les favelas se sont imposées, dès le début du xxe siècle, comme un problème politique incontournable à Rio de Janeiro. Le terme « favela » s’est implanté dans le lexique carioca au cours des années 1920 et, à partir de la promulgation du Code de la construction de 1937, une définition juridique identifie officiellement les espaces de la ville qu’il désigne1. Pourtant, les favelas ne constituaient pas encore des unités de recensement spécifiques : ce ne sera le cas qu’à partir du recensement des favelas, conduit en 1948 par la municipalité du District fédéral. Quoique toujours considérées comme des espaces provisoires et précaires ayant vocation à disparaître, les favelas de Rio de Janeiro se sont maintenues et ont continué à se multiplier et à accueillir de plus en plus d’habitants. À partir du milieu du xxe siècle, les pouvoirs publics jugèrent nécessaire d’étudier ces espaces afin de mieux orienter leur action. Ainsi, définir la favela en vue de compter sa population s’avéra un élément politique essentiel pour gouverner ces espaces et leurs résidents.

  • 2 O. Martin, 2016, p. 6.
  • 3 A. Desrosières & S. Kott, 2005.
  • 4 O. Martin, 2016, p. 7.
  • 5 N. Senra, 2008, p. 412.

2Or les critères adoptés par les recensements en général sont tout sauf naturels ou évidents. L’analyse des catégories utilisées pour désigner les lieux et quantifier les groupes engendre un faisceau de questions, car elles incarnent un certain nombre de valeurs, de choix et d’arbitrages sous-jacents2. Les outils quantitatifs ne sont pas seulement des outils de preuve scientifique, mais aussi de coordination et de gouvernement3. Ainsi, gouverner par les nombres ne consiste pas tant à affronter des questions morales, politiques ou économiques qu’à les cacher, bien souvent, derrière des outils neutres et rationnels4. De plus, comme les statistiques fournissent des informations sur la population d’un territoire et sur les rapports sociaux et économiques qui se développent en son sein, elles conditionnent la formulation des politiques publiques. De ce fait, elles représentent une forme de pouvoir, autant qu’une forme de savoir5.

  • 6 Au cours de la période impériale (1822-1889), la Diretoria Geral de Estatística, créée en 1871, ét (...)

3Plutôt que de commenter les données quantitatives fournies par les recensements à propos des favelas, il s’agira ici de retracer l’évolution des catégories utilisées par l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE)6 pour les produire au cours des xixe et xxe siècles, et de comprendre comment les services nationaux de recensement ont adapté leurs pratiques pour prendre en compte les spécificités de ces espaces.

  • 7 L’article de Brodwyn Fischer, dans le présent dossier, conduit une analyse approfondie du cas du r (...)

4S’intéresser au cas de Rio pour comprendre la construction de la catégorie statistique « favela » au Brésil se justifie d’emblée par le fait que celle-ci a d’abord été créée et façonnée dans cette ville. Le premier recensement des favelas de Rio, œuvre de la municipalité du District fédéral, en 19487, conduit en effet deux ans plus tard à l’inscription, pour la première fois, des favelas dans le recensement national décennal de 1950 en tant qu’unité de recensement spécifique. Après avoir expliqué le contexte politique de cette double naissance, l’article retrace l’évolution de l’approche que les recensements nationaux proposent des favelas de 1960 à l’an 2000, ainsi que les difficultés pratiques posées par leur mise en œuvre dans le contexte carioca, qui leur a pourtant donné naissance. Les discussions, par les acteurs locaux, de la pertinence des catégories et des pratiques nationales de recensement pour le cas des favelas de Rio de Janeiro seront enfin développées à propos du dernier recensement, réalisé en 2010.

1. D’une définition statistique de la favela carioca à son importation dans les recensements nationaux (1948-1950)

Un document fondateur : le recensement municipal des favelas de Rio de Janeiro de 1948

5Dans le contexte troublé de l’après-guerre, Carlos Lacerda, journaliste polémiste et conseiller municipal de Rio de Janeiro, lançait une campagne populaire appelée « la bataille de Rio de Janeiro », qui préconisait la mise en œuvre d’un vaste plan destiné à résoudre le problème des favelas dans la ville. Ce plan proposait l’établissement d’un partenariat entre les pouvoirs publics, les différentes institutions sociales et les habitants en vue d’une résolution de la question des favelas.

  • 8 R. S. Gonçalves, 2013.
  • 9 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 6.
  • 10 Câmara do Distrito Federal, 1948, p. 2290.
  • 11 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 6.

6Dans ce cadre, le Département de géographie et de statistique du District fédéral réalisa une enquête au cours des dernières semaines de 1947 et des premières semaines de 19488. À cette fin, il identifia les différents ensembles de favelas, élabora et distribua les questionnaires aux équipes de recenseurs chargés du travail de terrain. Le recensement dénombrait à l’origine 119 favelas, dont il estimait la population totale à 280 000 habitants. Ce chiffre allait être réduit à 105 favelas (34 528 baraques et 138 837 personnes), du fait que plusieurs ensembles de baraques étaient en fait situés sur des terrains dont les habitants étaient légalement propriétaires, et parce que plusieurs ensembles, répartis sur une même unité topographique mais d’abord identifiés sous des dénominations distinctes, furent finalement réunis en une seule entité9. Les chiffres initiaux de 119 favelas, 70 605 baraques et environ 284 000 personnes furent curieusement divulgués dans les annales de la Chambre législative du District fédéral à la fin de l’année 1948, donc après le travail de recensement mais avant que n’en soient publiés les résultats finaux10. La publication finale fait allusion à la prévision initiale et aux craintes suscitées à l’époque par le grand nombre d’habitants des favelas, surtout après l’émoi qu’avait suscité la série d’articles sur la « bataille de Rio de Janeiro11 ».

7On n’ignore certes pas l’effort fourni pour minimiser le nombre excessif d’habitants de favelas officiellement recensés dans la ville, mais on ne saurait dire si – ni comment – une ingérence politique pesa sur la méthodologie appliquée en vue de réduire les chiffres. Il est probable que les chiffres publiés dans les annales de la Chambre aient encore constitué les estimations du recensement plutôt que ses premiers résultats. En l’état de la documentation existante, il est difficile de déterminer la raison technique de cette diminution drastique. L’explication avancée par le Département de géographie et de la statistique est, du reste, assez extravagante :

  • 12 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 7. Sauf mention contraire, la traduction des extraits de (...)

« Cette réduction n’est pas seulement due à la diminution du nombre de favelas, comme nous l’expliquions [des zones considérées en règle ont été exclues du recensement et plusieurs favelas ont été réunies au sein d’une seule unité de recensement], mais aussi à la tendance naturelle des agents recenseurs à exagérer leurs observations sous l’influence des chiffres excessifs couramment divulgués et du fait de la nature tourmentée des terrains sur lesquels se trouvent installées la plupart des favelas12. »

8Le rapport final ne dit rien des critères adoptés pour définir une favela. Toutefois, la justification avancée pour expliquer comment certains ensembles de favelas ont été exclus du décompte final conduit à penser que l’un des éléments retenus a été la situation juridique de la propriété du terrain.

  • 13 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 6.

9La collecte des données débuta à la fin de l’année 1947 et fut pratiquement achevée à la fin du mois de mars 1948. Les résultats partiels parvenaient régulièrement au Secrétariat général de l’intérieur et de la sécurité de la municipalité, consignés dans des cahiers distincts pour chaque favela. Chaque cahier présentait 24 tableaux précédés d’une analyse des données13. Malheureusement, cette documentation n’a pas été conservée. Toutefois les journaux de l’époque fournissent quelques indications sur les méthodes employées. Les particularités urbaines des favelas auraient ainsi obligé les agents recenseurs à adopter des stratégies spécifiques, comme en témoigne le Correio da manhã du 19 février 1948. Face à l’inexistence d’adresses pour ces rues et ces maisons, ceux-ci clouaient une pancarte portant les initiales DGE (Département de géographie et de la statistique) sur les portes des maisons afin d’indiquer que le recensement y avait déjà été fait. L’article poursuit :

  • 14 Correio da manhã, 19 février 1948.

« Et la jeune femme [chargée du recensement], munie de toute sa paperasse, s’est aussitôt remise en marche pour visiter la baraque suivante, en laissant à la porte une petite pancarte, bien visible, pour éviter que cette même baraque soit visitée deux fois, peut-être par un autre agent recenseur d’un secteur limitrophe, dont les limites sont difficiles à déterminer. Dans les favelas, il n’y a pas d’îlots comme dans les zones urbanisées. Comme nous le savons, il n’y a aucune trace d’équipement sur nos collines14. »

L’importation de la catégorie carioca de « favela » dans les recensements brésiliens

  • 15 Les critères utilisés par le Serviço Nacional de Estatísticas suscitèrent un certain nombre de pro (...)
  • 16 En plus du recensement de la mairie, Alberto Passos Guimarães affirme que la Fundação Leão XIII ré (...)
  • 17 S. Oliveira, 2014, p. 120.
  • 18 Alberto Passos Guimarães fut un important militant du Partido Comunista Brasileiro (PCB). Il est l (...)
  • 19 A. P. Guimarães, 1953, p. 256.

10Les premiers recensements nationaux de population intégrant une catégorie statistique « favela » révèlent combien les questions locales de Rio de Janeiro ont influencé la manière dont on a envisagé, à l’échelle nationale, ce type de phénomène dans l’ensemble du pays. La circulation de la catégorie « favela », notion de géographie urbaine propre à Rio de Janeiro et son importation dans la réflexion sur les quartiers informels d’autres villes brésiliennes en témoignent15. Les résultats du recensement municipal du District fédéral de 194816 eurent un tel impact que les recensements nationaux de 1950 et 1960 adoptèrent, à en croire Samuel de Oliveira, plusieurs items de ses fiches17. Cependant, d’après Alberto Passos Guimarães18 dont le travail fournit la plupart des informations disponibles sur le recensement de 1950, l’introduction de la catégorie « favela » dans le recensement national de 1950 n’obéit à aucune planification rigoureuse. L’idée d’une enquête propre aux favelas n’aurait émergé qu’après le début de la collecte des données du recensement de population19.

11Le recensement national de 1950 définit assez précisément la catégorie de favela comme une agglomération humaine présentant tout ou partie des caractéristiques suivantes :

« 1. Proportions minimales – groupements de bâtiments ou d’habitations formés d’un nombre de logements généralement supérieur à 50 ;

2. Type d’habitation – prédominance, dans ce groupement, de cabanes ou de baraques d’un aspect rustique caractéristique, construits principalement de tôles de fer-blanc, de feuilles de zinc, de planches ou de matériaux du même ordre ;

3. Condition juridique d’occupation – construction sans permis et sans contrôle, sur des terrains d’autrui ou sans propriétaire connu ;

4. Équipement public – absence, dans tout ou partie de la zone, de réseau sanitaire, électrique, téléphonique et d’eau courante ;

  • 20 A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

5. Viabilisation – zone non viabilisée, dépourvue de rues identifiées, de numérotation ou de panneaux20. »

  • 21 J. Silva, 2009, p. 16.
  • 22 F. Cavalieri et al., 2016, p. 415.

12Cette définition combine plusieurs critères soulevant de nombreuses questions. Si, d’un côté, ceux-ci permettent de décrire partiellement la réalité des favelas, ils consolident aussi une définition de ces zones par l’absence d’attributs proprement urbains qui permettraient de considérer ces espaces comme parties intégrantes de la ville. Le recensement corrobore la conception de Jailson de Souza e Silva pour qui l’axe paradigmatique de la compréhension des favelas part du principe de l’absence. La favela est ainsi définie par ce qu’elle n’est pas ou par ce qu’elle n’a pas. Un autre élément caractéristique de la représentation habituelle des favelas, selon le même auteur, consiste en leur homogénéisation21. Comme le soulignent Fernando Cavalieri et ses coauteurs, la survalorisation de l’absence (d’infrastructure urbaine, de rues identifiées dans les règles, de documentation foncière, d’ordre, de loi, de règles, etc.) et l’homogénéité supposée de ce phénomène – comme si une favela pouvait représenter toutes les favelas – conduisent, historiquement, à ce que la diversité des types n’ait pas été considérée à sa juste valeur22.

  • 23 A. P. Guimarães, 1953, p. 258.
  • 24 R. S. Gonçalves, 2013.

13De son côté, Guimarães salue le fait que l’institution chargée de la collecte des données pour la ville de Rio par l’IBGE a bien considéré comme favelas les agglomérations que le consensus général désignait comme telles, qu’elles soient situées sur les collines ou n’importe où ailleurs23. En effet, d’après lui, une limitation aux collines aurait relevé d’un anachronisme : il évoque « l’extension du sens courant de ce terme, incluant désormais un grand nombre d’ensembles ayant surgi soit sur des terrains plats soit sur des sites d’autre nature, ou même sous les échafaudages d’immeubles en cours de construction ». En ce sens, les favelas cariocas du recensement national correspondaient à celles qui étaient définies par l’article 349 du Code de la construction du District fédéral, ne réduisant pas les favelas aux seuls espaces situés sur les flancs des collines de la ville24.

  • 25 A. P. Guimarães, 1953, p. 258.
  • 26 On peut évoquer à ce titre « les 237 bâtiments (baraques) localisés à Guaratiba et les 432 bâtimen (...)

14Guimarães affirme également que les favelas n’avaient pas l’exclusivité du type d’habitations qui y prédominait et que ce genre de construction se retrouvait dans tous les secteurs de la périphérie de Rio de Janeiro et dans de nombreux quartiers qui ne pouvaient pas être considérés, dans leur totalité, comme des favelas. Il rappelle que ce phénomène était lié à la difficulté de définir les frontières entre chaque favela et les zones voisines25. Ainsi, la précarité supposée des constructions ne constituait pas en soi un critère suffisant pour définir une favela, puisque de nombreux quartiers périphériques présentaient des typologies de construction semblables, y compris dans des zones plus centrales26.

15Le seuil du nombre de logements nécessaires à l’identification d’une favela produisit aussi une certaine confusion dans les résultats. Il semblerait qu’il soit responsable du fait que, bien que leur population ait augmenté, le nombre de favelas comptées par le recensement de l’IBGE de 1950 est inférieur à celui du recensement réalisé par la municipalité en 1948. Une autre explication de cette différence réside dans le fait que l’IBGE avait considéré comme une seule entité plusieurs ensembles abordés de façon distincte par le recensement municipal de 1948. C’est le cas, par exemple, des favelas de Pavão et de Pavãozinho.

16Outre le critère du seuil, le recensement définit aussi les favelas par la typologie du bâti, la situation juridique de la propriété du terrain comme celle du bâti (permis de construire), l’absence, dans tout ou partie de la zone, d’équipement public et de viabilisation, entendue ici comme le tracé de rues, la numérotation et l’affichage de panneaux.

  • 27 A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

17Enfin, au cours même de la collecte de données surgissaient d’autres problèmes. D’après Guimarães, l’une des principales difficultés des premiers recensements de favelas résidait dans l’identification des logements, rendue complexe par l’absence d’indication de noms de rues et de numérotation des maisons. À l’époque, les habitants avaient en effet pour habitude d’attribuer à leur maison des numéros totalement aléatoires, au gré des plaques usagées qu’ils récupéraient sur des chantiers de démolition. Certaines maisons portaient encore le numéro inscrit lors des précédents recensements, comme ceux de la Fundação Leão XIII et du Service national de la fièvre jaune. En 1950, il arrivait ainsi que pour une même construction plusieurs numérotations persistent, bien souvent superposées27. De la même façon, le relevé topographique complet de chaque favela, réalisé à partir des croquis dessinés dans chacun des secteurs parcourus par les recenseurs pour permettre à ceux-ci d’identifier les constructions, n’était pas toujours possible :

  • 28 A. P. Guimarães, 1953, p. 259. Plusieurs de ces croquis figurent dans l’article d’Alberto Passos G (...)

« dans le seul cas de [la favela de] Praia do Pinto, ce travail s’est avéré irréalisable, face au désordre et à la dispersion qui caractérisaient la manière dont avaient été érigées ces baraques, sans la moindre notion de rue. Dans ce cas-là, il ne restait plus qu’une seule solution pour que la collecte du recensement ne soit pas hors de contrôle à Praia do Pinto : l’utilisation de photographies aériennes, seul moyen grâce auquel l’équipe de recenseurs a pu orienter son travail dans cette zone. Après quoi ils ont procédé au recensement de cet ensemble en attaquant les secteurs de tous les côtés et de manière simultanée28. »

  • 29 A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

18Pour Guimarães, le succès de ce premier recensement national des favelas à Rio réside avant tout dans l’absence relative de résistance de la part des habitants qui auraient activement coopéré avec les agents recenseurs. Ils les auraient notamment aidés « à reconnaître les terrains accidentés dont les détours, presque impénétrables, auraient souvent échappé à quiconque n’est pas familier des chemins par lesquels on y accède29 ».

2. La favela carioca retravaillée par le recensement national (1960-2000)

L’évolution de la catégorie

  • 30 Sur le recensement de 1960, voir le travail de R. Coelho, 1970.
  • 31 IBGE, 1960, p. 6.

19À l’exception du seuil de 50 logements, la définition des zones de favelas adoptée par le recensement de 196030 obéissait aux mêmes critères que ceux qui avaient été établis pour le recensement de 1950. Toutefois, deux éléments contribuèrent à la modification du procédé de délimitation des périmètres des favelas : d’abord, l’inauguration, pour tout le territoire national, d’un système de cartographie censitaire plus élaboré qui remplaçait les informations obtenues auprès des plans parcellaires locaux, figurant bâtiments et logements ; ensuite, le fait qu’au cours de la décennie les anciennes comme les nouvelles agglomérations de baraques étaient devenues facilement identifiables du fait de dénominations spécifiques et de voies d’accès propres31.

  • 32 IBGE, 1960, p. 6.

20Les cartes censitaires plus précises permirent d’éviter l’interpénétration des zones de collecte des favelas et des quartiers mitoyens. Les favelas constituaient des unités spécifiques et leur recensement fut centralisé, sous la responsabilité d’un groupe d’agents recenseurs spécialisés. Ceux-ci bénéficiaient de la collaboration du personnel de diverses institutions qui géraient à l’époque des unités locales de travail pour la réalisation du recensement au sein des favelas recensées. Alors que le recensement de 1950 dénombrait 58 favelas pour un total de 169 305 habitants, celui de 1960 recensait 147 favelas pour une population totale de 335 063 personnes. Certes, la population des favelas s’était accrue au cours de la décennie, mais la différence ne semble pas explicable par la seule apparition de nouvelles favelas pendant la période : elle tient probablement à l’abandon du seuil de 50 logements pour identifier les favelas32. Notons, du reste, que ce critère de nombre plancher de logements est durablement réintégré dès le recensement suivant.

  • 33 Les logements collectifs (cabeças de porco, cortiços, etc.) ont été assimilés à des immeubles d’ap (...)

21Le recensement de 1970, en revanche, propose un renouvellement de la terminologie. En effet, le terme « favela » vient de Rio de Janeiro et rares sont les États du Brésil qui l’utilisent alors. Une nouvelle appellation, « agglomérations urbaines exceptionnelles », remplace donc ce terme pour désigner les espaces considérés comme de même nature que les favelas cariocas33. En perdant son statut de capitale fédérale, Rio a cessé d’être l’étalon des quartiers précaires. Les favelas cariocas ne sont plus qu’un exemple d’« agglomérations urbaines exceptionnelles » parmi d’autres, à côté des mocambos, des alagados, etc.

  • 34 IBGE, 1970b, p. 19.

22Malgré cette nouvelle terminologie qui reflèterait mieux la réalité de l’ensemble du pays, la définition donnée aux « agglomérations urbaines exceptionnelles » reproduit presque mot pour mot celle des favelas du recensement de 1950. Les spécificités de ces zones ont également imposé des adaptations méthodologiques pour la collecte des données. Alors que les secteurs recensés étaient habituellement divisés en îlots, numérotés par ordre croissant, cette division en îlots ne s’appliquait pas dans les « secteurs spéciaux », soit les « logements collectifs », comme les cortiços et les « agglomérations urbaines exceptionnelles », préalablement identifiés34. La ville comptait, selon le recensement de 1970, quelque 554 300 habitants dans les zones de favelas.

  • 35 IBGE, 1981, p. 7.

23Le recensement de 1980, quant à lui, définissait le « secteur d’agglomération urbaine spéciale » (favelas, mocambos, alagados, etc.) comme des agglomérations de plus de 50 logements en majorité dépourvus d’infrastructure minimale et généralement situés sur des terrains n’appartenant pas aux habitants. Ces espaces étaient également soigneusement répertoriés sur la Carte urbaine à des fins statistiques (MUE, en portugais Mapas Urbanos Estatísticos) et isolés dans le « secteur spécial des agglomérations urbaines » en vue d’un futur traitement des données collectées35. Les limites des favelas définies par les précédents recensements étaient ainsi actualisées et corrigées sur le terrain par les enquêteurs à l’occasion du recensement.

  • 36 V. G. Costa, 1996, p. 29.
  • 37 R. S. Gonçalves, 2013, p. 25.

24La définition retenue par le recensement de 1980 se distingue de celles des précédents recensements. Selon Valéria Grace Costa, à partir de 1980, le critère du manque d’équipements urbains de base perd de son importance, puisque leur existence, précaire et partielle, n’est pas excluante. De la même façon, les caractéristiques physiques individuelles des habitations cessent petit à petit de constituer des éléments déterminants. En revanche, l’aspect « désordonné » et l’absence de rues identifiées restent des critères36. En 1980, la population des favelas atteint 628 170 personnes37.

  • 38 IBGE, 1991, p. 110.
  • 39 IBGE, 1991, p. 110.

25Le recensement de 1991 modifie à la fois la dénomination de cette catégorie urbaine nationale et sa définition38. Il introduit la désignation malheureuse d’« agglomération subnormale », encore utilisée aujourd’hui. Sont considérés comme « agglomérations subnormales » tous les « groupements constitués de logements (baraques, maisons…) occupant ou ayant occupé jusqu’à une période récente le terrain d’autrui (propriété publique ou privée), disposés, généralement, de manière dense et désordonnée et dépourvus, dans leur majorité, des services publics de base ». Ce qui caractérise en fin de compte une « agglomération subnormale », c’est cette organisation désordonnée et l’absence de titre de propriété. Le recensement définit comme logement en agglomération « subnormale » toute habitation qui ferait partie d’un « ensemble subnormal », désigné aussi comme « établissement informel », comme, par exemple, les favelas, les mocambos, les alagados, les barracos de rio, etc.39 D’après le recensement de 1991, la population des favelas dans la ville de Rio de Janeiro atteignait alors 882 483 habitants.

26Cette nouvelle définition relativise certaines caractéristiques. La précarité des matériaux utilisés pour les constructions ne serait plus pertinente, compte tenu de la multiplication des bâtiments en maçonnerie dans les favelas. En effet, les projets de réhabilitation des favelas, à partir des années 1980, ont amélioré la sécurité foncière des habitants et, par conséquent, ont encouragé les résidents à investir davantage dans leurs maisons. Une amélioration généralisée des constructions s’en est suivie. Cette évolution de la définition montre combien ce recensement s’efforce de prendre en compte l’hétérogénéité du bâti dans les favelas.

  • 40 M. P. Ferreira et al., 2007, p. 3.
  • 41 S. Taschner, 2000, p. 6.

27En revanche, le recensement ne permet pas aisément de vérifier les questions relatives à la propriété puisqu’il est fréquent que les habitants des favelas se déclarent propriétaires sans se préoccuper davantage de l’existence ou non d’un titre de propriété officiel40. D’après Suzana Taschner, pour l’ensemble de la région métropolitaine de Rio de Janeiro, dans les favelas autant que dans les autres secteurs, la catégorie de « propriété du seul bâti » a été adoptée. Citant Edmond Preteceille et Licia Valladares, Taschner affirme que, parmi les habitations des favelas, ont été recensés 86 000 logements construits sur des terrains dont les occupants se disaient propriétaires. En outre, parmi la population de logements hors favela, près de 150 000 résidents se présentaient comme propriétaires uniquement du bâti (quelque 9 % du total des logements de Rio). L’importance accordée au critère de propriété du sol pour définir les favelas s’avère ainsi extrêmement problématique dès cette époque41.

  • 42 Le « secteur spécial d’agglomérations subnormales » est défini comme « un ensemble constitué d’un (...)
  • 43 IBGE, 2003, p. 229.
  • 44 IBGE, 2003, p. 279.
  • 45 E. Marques, 2007, p. 13.

28Le recensement de l’an 2000 a gardé la même appellation et définition globale42. Mais, selon des critères liés à la viabilisation du terrain et/ou à l’état des services publics essentiels, les « secteurs spéciaux d’agglomération subnormales » sont classés en trois catégories : i) occupation de terrain ; ii) lotissement irrégulier ou clandestin ; et iii) zones occupées et lotissements irréguliers ou clandestins régularisés récemment43. Ce recensement introduit également un plafond de 350 habitations si bien qu’une même favela (sur le terrain) peut être constituée de plusieurs « secteurs spéciaux d’agglomération subnormales »44. Dans la pratique, le recensement continue de relativiser les critères liés à la situation légale de la propriété et à la qualité du bâti. En effet, selon Marques et ses coauteurs, la mention de la forme des constructions a été supprimée des questionnaires et les questions relatives aux conditions de propriété sont devenues inopérantes du fait que les habitants des favelas se déclarent propriétaires sans qu’il soit possible de le vérifier45. La population des favelas de la ville atteignait 1 092 958 personnes en 2000.

  • 46 IBGE, 2003, p. 227.
  • 47 IBGE, 2003, p. 227.
  • 48 IBGE, 2003, p. 227.

29La fiche de collecte prend même en compte plusieurs éléments relatifs à la qualité des équipements : caractérisation de l’environnement des logements, éclairage public, identification des rues, pavage et trottoirs. Ces rubriques ont été conçues dans le but de répondre à la demande des organismes municipaux d’aménagement urbain pour nourrir leurs projets de politiques publiques46. L’élaboration de ces rubriques visait, d’après l’IBGE, à constituer un ensemble d’indicateurs devant permettre d’« identifier les zones caractérisées par leur exclusion de la ville formelle, comme les agglomérations subnormales – favelas et zones assimilées47 ». Dans un premier temps ont même été mentionnés les tracés sinueux et le nettoyage des rues, y compris le balayage48. L’introduction de ces questions illustre l’importance des données du recensement pour la politique municipale. L’expérience des projets de réhabilitation des favelas initiés au cours des années 1980, pour lesquelles ces données faisaient défaut, explique sans doute cette évolution. Inversement, en alimentant le questionnaire du recensement, ces priorités municipales accentuaient le poids de la qualité des équipements dans la définition pratique des « secteurs spéciaux d’agglomération subnormales ».

Des données contestées

  • 49 Les différentes mesures de la population des favelas ont toujours constitué un problème majeur. Lu (...)
  • 50 Maria Pandolfi Guerreiro cite les exemples de recensements réalisés par les habitants dans les fav (...)

30Les données des recensements ont toujours été accusées de ne pas rendre compte de la réalité des favelas49. Des expériences alternatives de cartographie et de recensement des favelas, de leur population et des activités qui s’y déployaient, ont ainsi été conduites50. Signalons ici deux exemples de contestation des dénombrements nationaux, à l’initiative d’acteurs locaux.

  • 51 V. G. Costa, 1996, p. 30.
  • 52 J. S. Oliveira & L. Niemeyer, 1983, p. 4.

31À la suite du recensement de 1980, les critiques portant sur les définitions et sur les modalités empiriques du recensement dans les favelas furent nombreuses. Il était ainsi reproché à la définition adoptée en 1980 de demeurer imprécise et subjective, et surtout de ne pas prendre en compte la manière dont les favelas avaient évolué. Les conceptions et les préjugés relatifs aux favelas, intériorisés par chacun, largement influencés par l’opinion commune, rendent difficile l’assimilation des transformations survenues et la formalisation d’une définition opérationnelle plus en phase avec la réalité51. Nombre des critères dataient déjà de plus de trente ans et, tandis que ces zones s’affirmaient de plus en plus comme spécifiques, les critères établis étaient de moins en moins pertinents52.

  • 53 J. S. Oliveira & L. Niemeyer, 1983, p. 5.
  • 54 La mairie de Rio de Janeiro possède un « système des agglomérations des faibles revenus » (Sistema (...)
  • 55 V. G. Costa, 1996, p. 31.

32Dans ce contexte, la municipalité de Rio de Janeiro entreprit, en décembre 1982, l’établissement d’un plan parcellaire des favelas, en se fondant sur un relevé par photographie aérienne réalisé en 1975, un travail de terrain réalisé au cours de l’année 1982 et les informations fournies par la compagnie d’électricité et les associations d’habitants, ainsi que sur d’autres données secondaires. Il ne s’agissait pas d’un travail de recensement à proprement parler, mais les données avancées ont de quoi surprendre, puisque, tandis que le recensement de 1980 avait dénombré 191 favelas, l’entreprise municipale d’informatique de Rio de Janeiro (Iplanrio) en annonçait l’existence de 377, soit près du double53. Outre l’écart dans le temps, les données de l’Iplanrio ayant été collectées deux ans après le recensement de l’IBGE, il semble que l’explication d’une pareille différence soit à trouver dans l’utilisation de méthodologies distinctes54. En effet, l’Iplanrio ne stipulait pas de taille plancher (telle celle de 50 logements) pour désigner une favela et ne réunissait pas non plus plusieurs favelas en une seule unité, comme l’avait fait le recensement de l’IBGE en 1980. De plus, pour délimiter les zones de favelas, l’Iplanrio considérait comme déterminantes les caractéristiques d’occupation à l’époque de leur établissement et l’absence de titre de propriété du terrain. Contrairement au recensement de 1980, la structure physique n’était pas considérée, si bien qu’ont été incluses des habitations qui pouvaient disposer de diverses commodités55.

  • 56 J. Oliveira & L. Niemeyer, 1983, p. 17 et 18.

33Le débat suscité par les données de l’Iplanrio a fait apparaître la nécessité d’une réflexion sur les définitions adoptées par l’IBGE, afin que celles-ci soient moins centrées sur une description physique, qui présenterait ces zones de manière homogène, et qu’elles se basent davantage sur la propriété foncière. Ce critère soulève cependant des difficultés, car les habitants sont peu enclins à répondre à des questions sur ce sujet ; or la mise en œuvre d’une enquête foncière approfondie sur les favelas serait trop coûteuse56.

  • 57 Ce partenariat a associé le Centre d’études et d’actions solidaires de Maré (CEASM), la Banque nat (...)
  • 58 CEASM, 2003, p. 31.
  • 59 CEASM, 2003, p. 25 et 26.

34Suite au recensement de 2000, des associations internes aux favelas de Maré, près de l’aéroport international, se lancent dans un « contre-recensement en multi-partenariat57 ». Leur objectif était d’établir un reflet plus fidèle à la réalité, afin de contribuer à la bonne orientation des politiques publiques locales. Le rôle d’enquêteur était confié aux habitants eux-mêmes, puisqu’un nombre croissant d’entre eux avait désormais eu accès à l’université58. Il s’agissait de sortir du paradigme de l’absence invoquée pour définir les favelas, ainsi que de la tendance à homogénéiser ces zones. D’après le recensement de Maré, « une perception anachronique des espaces populaires s’est développée, si bien que les zones d’occupation de terrains ont continué à être perçues comme des lieux de manque urbain, social, légal et moral59 ».

  • 60 CEASM, 2003, p. 37 et 38.
  • 61 CEASM, 2003, p. 35.

35Ce recensement a cherché à s’appuyer sur les sous-divisions locales des quartiers et à définir les secteurs de recensement à partir d’une plus petite division par îlots. Cette initiative ne s’est pas révélée trop ardue dans les favelas de Maré, puisque celles-ci sont établies en grande partie sur des projets publics de construction d’habitat social, si bien que l’identification des rues et des îlots n’a pas posé de problème. Cette entreprise a cherché à dépasser également deux autres critiques faites aux recensements réalisés par l’IBGE. Tout d’abord, l’amélioration de la cartographie préalable a permis d’éviter que certaines zones soient « oubliées » par le recensement. Ensuite, les agents recenseurs percevaient une rémunération fixe, contrairement à ceux de l’IBGE, payés au questionnaire. Ainsi les agents pouvaient-ils se rendre plus de cinq fois de suite à une même adresse pour obtenir des informations d’une même famille. Avec ce système de salaire fixe, le risque était réduit de voir les agents renoncer à certains secteurs par crainte d’une baisse de leur rémunération60. D’après ce recensement produit par les associations de Maré, ce complexe de favelas abritait, en 2000, 132 176 habitants, répartis en 38 273 logements, alors que le recensement de l’IBGE la même année donnait une population de 113 817 personnes, soit une différence de 14 %61.

3. La définition statistique des favelas : une question toujours ouverte depuis le recensement de 2010

36Le dernier recensement national disponible date de 2010. Des évolutions constatées dans le demi-siècle précédent se sont confirmées à cette occasion : ainsi la catégorie statistique nationale a-t-elle continué d’être infléchie pour s’adapter aux évolutions urbaines ; par ailleurs, la critique des modalités du recensement par les instances locales s’est renforcée.

  • 62 IBGE, 2009, p. 2.

37Le manuel pour l’élaboration de la Base territoriale du recensement démographique de 2010 définit les « agglomérations subnormales » comme « un ensemble constitué d’un minimum de 51 logements (baraques, maisons…) dépourvus, dans leur majorité, des services publics de base, occupant ou ayant occupé jusqu’à une période récente le terrain d’autrui (propriété publique ou privée), disposés, généralement, de manière dense et désordonnée62 ». Il innove en expliquant qu’on peut identifier des « agglomérations subnormales » dans les zones urbaines, mais aussi dans les zones rurales subissant l’extension urbaine. Cette identification s’appuie sur les critères suivants :

« a) Occupation illégale des sols, c’est-à-dire construction sur le terrain d’autrui (public ou privé) à l’heure actuelle ou dans une période récente (ayant obtenu un titre de propriété du terrain depuis moins de dix ans) ; et

  • 63 IBGE, 2009, p. 19

b) Présence d’au moins l’une de ces caractéristiques : i) occupation en dehors des normes actuelles – identifiable par des voies de circulation étroites et à l’alignement irrégulier, des habitations de tailles et de formes inégales et des constructions réalisées indépendamment des institutions publiques ; et ii) précarité des services publics de base63 ».

  • 64 IBGE, 2009, p. 3.

38La fiche de recensement introduit des questions cernant de nouveaux éléments de la réalité des favelas. Les agents recenseurs doivent ainsi qualifier la sécurité d’accès au logement, ce qui revient à une prise en compte du contrôle croissant de ces espaces par des groupes armés. Ils doivent aussi demander aux habitants de préciser la manière dont ils nomment leur lieu d’habitation : favela, mocambo, grota, vila, etc.64 Ainsi, bien que l’expression « agglomérations subnormales » ait été conservée, un effort est consenti pour dépasser la généralisation négative de cette appellation.

  • 65 IBGE, 2010, p. 24.
  • 66 Il faudrait avoir accès aux données internes du recensement pour identifier où et à quelle fréquen (...)

39Pour répondre à la critique, développée notamment par le recensement alternatif mené à Maré en 2003, de la sous-évaluation de la population des favelas faute d’enquêter tous les logements, l’IBGE dit avoir développé des procédures d’imputation aléatoire, en imputant à des logements classés comme fermés les caractéristiques d’un individu recensé dans un logement aux caractéristiques similaires65. Il est difficile d’expliquer ici comment une telle imputation peut effectivement corriger de possibles écarts de données66. D’après l’IBGE, les domiciles fermés représentent seulement 1,3 % du total des logements individuels identifiés, ce qui paraît trop faible pour avoir un effet sur les résultats du recensement. Toutefois, le rapport de l’IBGE n’évoque pas le pourcentage de domiciles fermés dans les « agglomérations subnormales » et en particulier dans la ville de Rio de Janeiro. Or, selon notre propre expérience, nombreux sont les témoignages d’habitants des favelas disant n’avoir jamais été recensés. Cela donne à penser que les données sur les favelas de Rio sont encore sous-estimées, et que bien des habitations n’ont même pas été comptabilisées comme logement fermé et n’ont donc pas pu être prises en compte.

  • 67 IBGE, 2010, p. 27. Dans un entretien accordé au journal O globo du 5 juin 2011, Eduardo Pereira Nu (...)
  • 68 IBGE, 2016, p. 365.
  • 69 IBGE, 2010, p. 27.
  • 70 L. F. Mation, V. G. Nadalin & C. Krause, 2014, p. 13.

40L’IBGE a également tenté de mieux identifier les délimitations des « agglomérations subnormales » dans le cas des zones aux limites diffuses en utilisant pour la première fois des images satellites à haute résolution pour repérer quelles parties des municipalités présentaient la morphologie spécifique des « agglomérations subnormales », avant d’aller sur le terrain vérifier ces caractéristiques67. De même, l’IBGE a réalisé une recherche spécifique – enquête d’informations territoriales (LIT) – dans le but d’améliorer l’identification et la caractérisation des « agglomérations subnormales », composée par un module de terrain (LIT-Campo) et un autre module d’investigation associé aux mairies (LIT-Prefeitura). Cela a permis de mieux identifier les modèles d’urbanisation et la situation foncière et légale des potentielles « agglomérations subnormales ». Enfin, l’Institut a organisé des réunions dans les commissions municipales de géographie et statistique68. Ces initiatives ont finalement contribué à l’actualisation des plans parcellaires et des cartes de recensement69 et donc à l’amélioration du niveau d’information foncière70, qui faisait précisément défaut pour établir la légalité des constructions dans les recensements précédents. Surtout, d’après l’IBGE, l’ensemble de ces innovations a permis de souligner la grande diversité des types et des dimensions de ces « agglomérations subnormales » à travers tout le pays.

  • 71 V. G. Costa & J. A. Nascimento, 2005, p. 3083.

41Cependant, les recensements restaient la cible de critiques relatives à la qualification d’« agglomérations subnormales ». Les opérations d’aménagement des favelas avaient souvent pour conséquence de faire perdre à certaines zones cette appellation de « favela », alors même que nombre d’entre elles étaient toujours irrégulières du point de vue de la propriété. Face aux difficultés juridiques soulevées par la régularisation de ces zones, qui n’accompagne pas nécessairement les projets de réhabilitation, le critère de la propriété du sol cesse d’être significatif d’autant plus qu’une grande partie des zones qui ne sont pas des favelas présentent aussi des problèmes relatifs au titre de propriété. Selon ces auteurs, la question de la propriété peut devenir une entrave à l’identification par les municipalités des favelas et des zones assimilées. Inversement, de nombreuses favelas restent catégorisées comme favela même après la réalisation de programmes de réhabilitation, comme le programme Favela-Bairro, mis en place par la municipalité de Rio de Janeiro dans les années 1990 et 200071.

42De ce fait, la municipalité de Rio continue de développer ses propres recensements des favelas depuis les années 1980. La définition actuellement utilisée par la mairie pour qualifier les favelas reste celle du Plan directeur de Rio de Janeiro de 2011, à savoir :

« zone d’habitation, principalement, caractérisée par une occupation clandestine et à faible revenu, une précarité d’infrastructures urbaines et de services publics, des voies étroites et un alignement irrégulier, une absence de divisions formelles et des titres de propriété et de construction non réglementaires, ne respectant pas les normes légales en vigueur ».

43Cette définition reprend celle du précédent plan directeur de 1992, en y ajoutant seulement le mot « clandestine » pour qualifier le type d’occupation du terrain.

  • 72 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 3.

44Cavalieri et Vial estiment que les caractéristiques considérées par l’Institut Pereira Passos (IPP), organisme de recherche et de production des données de la mairie de Rio, pour définir une zone de favela sont : 1) l’occupation illégale du terrain ; 2) l’absence de titre de propriété en règle, ce qui ne signifie pas nécessairement que l’occupation soit illégale ; 3) un tissu urbain organisé de manière irrégulière ; 4) des lotissements petits et indéfinis ; 5) des voies étroites ; 6) des infrastructures d’assainissement précaires ; 7) des équipements sociaux inexistants ou insuffisants ; 8) des habitations précaires ne respectant pas les normes ; 9) l’inexistence ou la précarité de normes urbaines spéciales ; 10) la non-inclusion des bâtiments dans le cadastre ; 11) la prédominance d’une population à faible revenu72.

45D’après Cavalieri et Vial, l’identification des anciennes favelas ne pose pas de problème particulier. En revanche, à mesure que le temps passe, des formes mixtes apparaissent de plus en plus fréquemment et il est toujours plus difficile de faire la différence, par exemple, entre des situations caractéristiques d’un lotissement clandestin dans la banlieue et celles d’une favela. Les typologies parfois se mélangent, comme l’irrégularité urbanistique de la construction et l’absence de titres de propriété. Néanmoins, les lotissements de banlieue présentent souvent un alignement des rues plus défini et une densité du bâti moins importante que les favelas.

  • 73 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 3.
  • 74 F. Cavalieri & C. Vial, 2012b, p. 1.
  • 75 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 6.

46Il est possible de rendre compatibles les nomenclatures de l’IBGE et de l’IPP. Toutefois, certaines différences demeurent, même si elles sont nettement moins nombreuses qu’auparavant. En 2000, environ 11 % des limites définies par les deux institutions étaient en contradiction, un pourcentage réduit en 2010 à 3,5 % environ73. Parmi les différences persistantes, figure en particulier le seuil de 51 domiciles maintenu par l’IBGE. L’IPP, fort de ses bases cartographiques et de ses photographies aériennes, a proposé des estimations afin de compléter les données, ce qui s’est traduit par une hausse d’environ 3,5 % de la population estimée par l’IBGE74. Pour l’IPP, la population des favelas dans la ville atteignait 1 443 773 habitants, alors que selon le recensement de 2010, ils n’étaient que 1 393 31475.

  • 76 Annoncé par la mairie en 2011, le programme Morar Carioca prévoyait de réhabiliter l’ensemble des (...)
  • 77 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 4.

47La réflexion sur la définition des favelas a conduit à une interrogation sur la pertinence même de désigner certains lieux comme des favelas. La nouvelle classification élaborée par le programme municipal de réhabilitation des favelas « Morar Carioca » en est un bon exemple76. Selon Cavalieri et Vial, la mairie cherchait à proposer une nouvelle classification des favelas de manière à mieux orienter les politiques publiques qui ciblaient ces espaces, en prenant en compte leur diversité. Les trois grands axes définis pour catégoriser les favelas étaient leur situation dans le tissu urbain, leur taille et leur degré de réhabilitation77.

48S’agissant du tissu urbain, les favelas ont été classées comme « isolées » ou « complexes », selon qu’elles présentaient des limites clairement identifiables, une dénomination propre et étaient situées à l’écart d’autres ensembles, ou qu’au contraire plusieurs d’entre elles se jouxtaient, formant une tâche urbaine unique ou entretenant de fortes relations. Cette seconde catégorie a été critiquée lorsqu’elle conduisait à incorporer dans un même « complexe de favelas » plusieurs favelas qui entretenaient entre elles de fortes rivalités, généralement nourries par la lutte pour le contrôle territorial de ces zones par des groupes armés rivaux. En fonction de leur taille, les favelas étaient classées en trois catégories : petites (jusqu’à 100 logements), moyennes (de 100 à 500 logements) ou grandes (au-delà de 500 logements).

  • 78 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 4.

49Le point qui a engendré le plus de discussions concerne le degré de réhabilitation. Les favelas ont été considérées comme : i) en cours d’analyse ; ii) partiellement réhabilitée ; iii) réhabilitables ; iv) en cours de réhabilitation ; ou v) réhabilitée. Les ensembles « en cours d’analyse » sont ceux dont la possibilité de réhabilitation, totale ou partielle, doit encore être confirmée par la réalisation d’études. Sur la base de ces études, ils pourront être considérés, totalement ou partiellement, comme réhabilitables et/ou voir leurs habitants relogés. « Partiellement réhabilités » est la qualification donnée aux ensembles qui ont fait l’objet de programmes de réhabilitation intégrée mais qui attendent encore des améliorations. « Réhabilitables » désigne les ensembles qui n’ont pas fait l’objet de programmes de réhabilitation intégrée et qui peuvent être plus solidement intégrés dans le maillage urbain formel de la ville. « Réhabilités » sont les ensembles qui ont fait l’objet de programmes de réhabilitation intégrée dont le projet a garanti l’installation des infrastructures de base, des équipements publics et un niveau d’accessibilité satisfaisant – ou ceux qui, grâce aux efforts entrepris par leurs habitants et à l’aide de diverses actions publiques, ont réussi au fil du temps à atteindre une situation de réhabilitation locale satisfaisante78.

  • 79 Pour Roberta Ferreira, habitante de la favela de Borel : « Le programme Favela-Bairro nous a appor (...)

50Parmi les 1 443 773 habitants des favelas, 283 058 vivaient dans des favelas désignées comme des communautés réhabilitées. Selon le journal O globo du 5 juin 2011, 44 favelas ont acquis la dénomination de communautés réhabilitées. La presse n’a pas tardé à identifier cette nouvelle désignation comme synonyme d’ex-favelas. Outre le fait que la mairie n’a jamais eu recours à ce terme, cette nouvelle nomenclature a suscité des critiques de la part de certains habitants et urbanistes79. Dans un entretien au journal O globo du 29 mai 2011, Ricardo Henriques, alors président de l’IPP, a justifié cette nouvelle nomenclature en ces termes :

« Nous cherchons à promouvoir une réflexion sur le concept de favela. Le cas de [la favela de] Providência [dans le centre de Rio] en est un bon exemple. Elle va être réhabilitée et d’ici peu, il n’y aura plus de raison de la classer parmi les favelas. Pour autant, il ne faut pas ignorer l’histoire, la tradition et l’identité de Providência [considérée comme la première favela du Brésil] ».

51Cette nouvelle nomenclature a ainsi encouragé une vaste réflexion sur la notion même de favela et sur la pertinence ou non de voir un quartier perdre un jour cette dénomination.

Conclusion

52Le présent article a cherché à mettre en évidence la manière dont l’expérience carioca contribua à façonner la conception de l’urbanisation informelle dans l’ensemble du pays. L’importation de la catégorie statistique « favela », forgée à Rio de Janeiro, dans les recensements nationaux de population, à partir de 1950, en est une manifestation remarquable. Toutefois, la statistique nationale adapta et retravailla depuis lors cette catégorie au point qu’elle a pu sembler inadéquate pour saisir la réalité de la ville qui l’avait vu naître.

53Si les deux premiers recensements nationaux ayant intégré cette catégorie employaient le terme de « favela », le recensement de 1970 a commencé à recourir à l’expression « agglomérations urbaines exceptionnelles » pour désigner les zones de favelas, alors que celui de 1980 a opté pour la formule « agglomérations spéciales urbaines » et qu’à partir du recensement de 1991, c’est « agglomérations subnormales » qui a été retenu pour qualifier ces espaces. L’évolution de cette catégorie révèle les efforts entrepris par l’IBGE pour mettre au point une désignation qui puisse englober la diversité de ce type d’espace dans l’ensemble du pays.

54Les changements de définition intervenus au fil du temps n’ont pas remis en cause le seuil de 50 logements (à l’exception du recensement de 1960), ni le principe de l’absence des caractéristiques considérées comme essentielles à la viabilisation du terrain (solidité des constructions, présence de services publics, détention de titres de propriété). Ces critères ont eu tendance à homogénéiser la conception de ces espaces. C’est la raison pour laquelle la municipalité de Rio de Janeiro a remis en question cette définition depuis le recensement de 1980.

55Ces évolutions vont de pair avec l’évolution des politiques publiques en direction des favelas. Le recensement de 1980, par exemple, accorde un poids moins important au prétendu manque d’équipements publics, reflétant ainsi le changement des politiques publiques envers les favelas, marqué par un désengagement, après les premiers projets de réhabilitation entrepris à la fin des années 1970. À partir du recensement de 1991, en revanche, il est possible d’identifier une certaine relativisation de la question juridique, ce qui reflète l’impact des politiques alors mises en œuvre en vue de la régularisation foncière de ces zones. Les modifications intervenues dans la définition des favelas soulèvent ainsi la question de savoir si un espace déterminé pourrait cesser d’être considéré comme une favela.

56La particularité urbaine des favelas a toujours posé des problèmes spécifiques pour la réalisation du recensement sur le terrain. L’absence d’adresse des logements et de plan parcellaire a ainsi conduit les agents recenseurs à imaginer des stratégies pour aborder toutes les constructions sans superposer ni oublier aucun secteur. Cet effort s’est traduit par des techniques de cartographie qui ont évolué depuis les croquis réalisés par les équipes de recenseurs de 1950 jusqu’à l’utilisation d’images satellite de haute résolution. Si depuis 1970, les évolutions de la conception des favelas reflètent les changements survenus dans ces espaces et leur extension aux espaces ruraux, l’évolution des stratégies du service de recensement, depuis l’an 2000, est aussi la conséquence des transformations sociales qui affectent ces quartiers, comme leur contrôle croissant par des groupes armés.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Câmara do Distrito federal, Anais da Câmara do distrito federal (septembre 1948), Rio de Janeiro, Câmara do Distrito Federal, 1948, p. 2290.

Cavalieri, Fernando & Vial, Fernanda, « A nova Classificação de favelas para o planejamento das políticas públicas », Rio de Janeiro, IPP, 2012a.
URL : http://www.rio.rj.gov.br/documents/91329/1f8a19d9-91d6-430d-81f4-52081055114e.

Cavalieri, Fernando & Vial, Fernanda, Favelas na cidade do Rio de Janeiro: o quadro populacional com base no Censo 2010, Rio de Janeiro, IPP, 2012b.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Favelas do Estado da Guanabara VII recenseamento geral do Brasil, Rio de Janeiro, IBGE (Série Especial, vol. IV), 1960.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), VIII Recenseamento Geral/1970 (Série Regional, vol. I, t. XVI), Rio de Janeiro, IBGE, 1970a.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), VIII Recenseamento Geral. Instruções para delimitação dos setores censitários, Rio de Janeiro, IBGE, 1970b.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), A base territorial dos censos de 1980, Rio de Janeiro, IBGE, 1981.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Resultados do universo relativos às características da população e dos domicílios, Rio de Janeiro, IBGE, 1991.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Metodologia do Censo Demográfico 2000, Rio de Janeiro, IBGE (Série Relatórios Metodológicos, vol. 25), 2003.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Aglomerados Subnormais. Levantamento de Informações Territoriais. Referências Básicas (Segundo Encontro Nacional de chefes de Agências do IBGE), Angra dos Reis, IBGE, 2009.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Aglomerados subnormais, primeiros resultados, Rio de Janeiro, IBGE, 2010.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE), Metodologia do censo demográfico 2010, Rio de Janeiro, IBGE (série Relatórios metodológicos, vol. 41), 2016.

Prefeitura do Distrito Federal, Censo das favelas. Aspectos gerais, Rio de Janeiro, PDF, 1949.

Travaux

Cavalcanti, Mariana, « Vida e morte do “agrupamento 26”: breve etnografia do Morar Carioca na “Barra Olímpica” (2011-2013) », Revista de antropologia, vol. 60, no 3, p. 211-235.

Cavalieri, Fernando, Leal de Oliveira, Fabricio, de Souza Sales, Alba Valeria, Santos, Ana Claudia A. & Domingues Tavares, Ricarda Lucilia, « Caracterização e tipologia dos assentamentos precários brasileiros: o caso do Rio de Janeiro », in Maria da Piedade Morais, Cleandro Krause & Vicente Correia Lima Neto, Caracterização e tipologia de assentamentos precários: estudos de caso brasileiros, Brasília, IPEA, 2016, p. 411-463.

CEASM, Quem somos? Quantos somos? O que fazemos? A maré em dados: censo 2000, Rio de Janeiro, CEASM, 2003.

Coelho, Rêmulo, « As favelas do estado da Guanabara, segundo o censo de 1960 », Revista Brasileira de Estatística, vol. 31, no 122, 1970, p. 125-141.

Cortes, Alexis, « Modernización, dependencia y marginalidad: itinerario conceptual de la sociología latino-americana », Sociologias, vol. 14, no 29, 2012, p. 214-238.

Costa, Valéria Grace, « Rediscutindo o espaço-favela: sobre a operacionalização da pesquisa em favelas – o caso do Município do Rio de Janeiro », Revista Brasileira de Geografia, no 58, 1996.

Costa, Valéria Grace & Nascimento, Jose Antonio Sena do, « O conceito de favelas e assemelhados sob o olhar do IBGE, das prefeituras do Brasil e da ONU », Anais do X Encontro de Geógrafos da América Latina, São Paulo, USP, 2005, p. 3794-3808.

Desrosières, Alain & Kott, Sandrine, « Quantifier », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 58, 2005, p. 2-3.

Ferreira, Maria Paula, Marques, Eduardo C.L., Fusaro, Edgard R. & Minuci, Elaine G., Uma metodologia para a estimação de assentamentos precários em nível nacional, São Paulo, Mimeo, 2007.
URL : http://web.fflch.usp.br/centrodametropole/antigo/v1/pdf/2007/CEMassentMCidades.pdf (consulté en mars 2019).

Gonçalves, Rafael Soares, Favelas do Rio de Janeiro. História e Direito, Rio de Janeiro, Palas et PUC, 2013 (1re éd. Les favelas de Rio de Janeiro. Histoire et droit xixe et xxe siècles, Paris, L’Harmattan, 2010).

Gonçalves, Rafael Soares, Bautes, Nicolas & Maneiro, Maria, « A Informalidade Urbana em Questão », O Social em Questão, no 42, 2018.

Guerreiro, Maria Pandolfi, « Dilemas para a consolidação de uma política pública territorial: um debate sobre a UPP Social », thèse de doctorat en politiques publiques, stratégies et développement, Departamento de Economia, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 2019 (version préliminaire présentée au jury).

Guimarães, Alberto Passos, « As favelas do Distrito Federal », Revista Brasileira de Estatística, no 55, 1953, p. 250-278.

Mation, Lucas Ferreira, Nadalin, Vanessa Gapriotti & Krause, Cleandro, Favelização no Brasil entre 2000 e 2010: Resultados de uma classificação comparável, Rio de Janeiro, IPEA, 2014.

Marques, Eduardo (dir.), Assentamentos precários no Brasil Urbano, Brasília, Centro de Estudos da metrópoles e Ministérios das Cidades, 2007.

Martin, Olivier, « Chiffrer pour évaluer ? », La vie des idées [en ligne], 2016.
URL : https://laviedesidees.fr/Chiffrer-pour-evaluer.html.

Oliveira, Jane Souto & Niemeyer, Lilian de Jesus Garcia, Reavaliação das favelas do município do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Mimeo, 1983.

Oliveira, Samuel Silva Rodrigues de, « Trabalhadores Favelados: identificação das favelas e movimentos sociais no Rio de Janeiro e em Belo Horizonte », thèse de doctorat en histoire, Fundação Getúlio Vargas, Rio de Janeiro, 2014.

Parisse, Lucien, « Favelas de l’agglomération de Rio de Janeiro », thèse de doctorat, Université de Strasbourg, 1970, 217 p.

Perlman, Janice, O mito da marginalidade. Favelas e políticas no Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1977.

Senra, Nelson, « Pesquisa histórica das estatísticas: temas e fontes », Revista História, Ciências, Saúde, vol. 15, no 2, 2008, p. 411-425.

Silva, Jailson de Souza e (dir.), O que é favela, afinal?, Rio de Janeiro, Observatório de Favelas do Rio de Janeiro, 2009.

Taschner, Suzana, « Favelas em São Paulo – censos, consensos e contra-sensos », travail présenté aux rencontres de l’ANPOCS, Caxambu, Mimeo, 2000.

Haut de page

Notes

1 R. S. Gonçalves, 2013.

2 O. Martin, 2016, p. 6.

3 A. Desrosières & S. Kott, 2005.

4 O. Martin, 2016, p. 7.

5 N. Senra, 2008, p. 412.

6 Au cours de la période impériale (1822-1889), la Diretoria Geral de Estatística, créée en 1871, était l’unique instance dont les activités étaient exclusivement statistiques. Avec l’avènement de la république, l’institution chargée des statistiques au Brésil changea de nom et de fonction plusieurs fois avant 1934, tandis que disparaissait le Département national de la statistique, dont les attributions furent redistribuées aux ministères compétents. En 1934 était créé l’Instituto Nacional de Estatística (INE), qui entra en activité le 29 mai 1936. L’année suivante était institué le Conselho Brasileiro de Geografia, affilié à l’INE, qui s’est alors nommé Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE). Depuis lors, l’IBGE est chargé de dénombrer la population, d’identifier et analyser sa distribution territoriale. URL : https://www.ibge.gov.br/institucional/o-ibge.html (consulté en mars 2019).

7 L’article de Brodwyn Fischer, dans le présent dossier, conduit une analyse approfondie du cas du recensement des favelas par le District fédéral en 1948.

8 R. S. Gonçalves, 2013.

9 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 6.

10 Câmara do Distrito Federal, 1948, p. 2290.

11 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 6.

12 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 7. Sauf mention contraire, la traduction des extraits de sources et travaux est de Simon Berjeaut.

13 Prefeitura do Distrito Federal, 1949, p. 6.

14 Correio da manhã, 19 février 1948.

15 Les critères utilisés par le Serviço Nacional de Estatísticas suscitèrent un certain nombre de problèmes et rendirent nécessaires des adaptations, comme dans le cas des recensements de favelas de 1955 et 1965 dans la ville de Belo Horizonte. Les tentatives d’appliquer dans la capitale du Minas Gerais le seuil de 50 logements pour définir une favela conduisirent à des opérations pour le moins étranges. Ces deux recensements ont rassemblé les résultats des petites favelas voisines pour atteindre ce seuil, mais les résultats pour chaque favela étaient tout de même ensuite présentés séparément. S. Oliveira, 2014, p. 120.

16 En plus du recensement de la mairie, Alberto Passos Guimarães affirme que la Fundação Leão XIII réalisa un recensement dans les zones où elle intervenait. Nous ne sommes pas parvenus à avoir accès à des données compilées à propos de ce recensement. A. P. Guimarães, 1953, p. 256.

17 S. Oliveira, 2014, p. 120.

18 Alberto Passos Guimarães fut un important militant du Partido Comunista Brasileiro (PCB). Il est l’auteur d’une œuvre vaste sur l’économie et la question agraire et travailla à l’IBGE. Il prit ses distances en particulier avec les représentations négatives attachées aux favelas et à leurs habitants, cultivées par les théories de la marginalité qui allaient monopoliser le débat à leur propos à partir des années 1950. Sur le débat critique à propos des théories de la marginalité, voir J. Perlman, 1977 ; A. Cortes, 2012 ; R. S. Gonçalves, N. Bautes & M. Maneiro, 2018.

19 A. P. Guimarães, 1953, p. 256.

20 A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

21 J. Silva, 2009, p. 16.

22 F. Cavalieri et al., 2016, p. 415.

23 A. P. Guimarães, 1953, p. 258.

24 R. S. Gonçalves, 2013.

25 A. P. Guimarães, 1953, p. 258.

26 On peut évoquer à ce titre « les 237 bâtiments (baraques) localisés à Guaratiba et les 432 bâtiments (baraques) situés dans la circonscription des îles, qui, après un meilleur examen, ont été écartés de la classification de zones non urbanisées ». A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

27 A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

28 A. P. Guimarães, 1953, p. 259. Plusieurs de ces croquis figurent dans l’article d’Alberto Passos Guimarães mais malheureusement nous n’avons pas pu retrouver ces photos aériennes des favelas recensées.

29 A. P. Guimarães, 1953, p. 259.

30 Sur le recensement de 1960, voir le travail de R. Coelho, 1970.

31 IBGE, 1960, p. 6.

32 IBGE, 1960, p. 6.

33 Les logements collectifs (cabeças de porco, cortiços, etc.) ont été assimilés à des immeubles d’appartements, et chaque unité d’habitation a été considérée comme un logement particulier (IBGE, 1970a, p. 15).

34 IBGE, 1970b, p. 19.

35 IBGE, 1981, p. 7.

36 V. G. Costa, 1996, p. 29.

37 R. S. Gonçalves, 2013, p. 25.

38 IBGE, 1991, p. 110.

39 IBGE, 1991, p. 110.

40 M. P. Ferreira et al., 2007, p. 3.

41 S. Taschner, 2000, p. 6.

42 Le « secteur spécial d’agglomérations subnormales » est défini comme « un ensemble constitué d’un minimum de 51 domiciles, occupant ou ayant occupé jusqu’à une période récente le terrain d’autrui – public ou privé –, disposés, en général, de manière dense et désordonnée et dépourvus, dans leur majorité, de services publics de base ». IBGE, 2003, p. 229.

43 IBGE, 2003, p. 229.

44 IBGE, 2003, p. 279.

45 E. Marques, 2007, p. 13.

46 IBGE, 2003, p. 227.

47 IBGE, 2003, p. 227.

48 IBGE, 2003, p. 227.

49 Les différentes mesures de la population des favelas ont toujours constitué un problème majeur. Lucien Parisse a réuni les estimations de la population des favelas faites par diverses institutions publiques au cours des années 1950 et 1960 et il les a comparées avec les données du recensement. Dans certains cas, ces estimations étaient supérieures de près de 300 % aux données des recensements nationaux. L. Parisse, 1970, p. 31-32.

50 Maria Pandolfi Guerreiro cite les exemples de recensements réalisés par les habitants dans les favelas de Fallet, Rocinha et Vidigal, qui fournissent des données très différentes de celles du recensement officiel. Guerreiro souligne que ces recensements n’ont pas rendu publique la méthodologie appliquée et qu’il est difficile de valider les données. M. P. Guerreiro, 2019, p. 120.

51 V. G. Costa, 1996, p. 30.

52 J. S. Oliveira & L. Niemeyer, 1983, p. 4.

53 J. S. Oliveira & L. Niemeyer, 1983, p. 5.

54 La mairie de Rio de Janeiro possède un « système des agglomérations des faibles revenus » (Sistema de Assentamentos de Baixa Renda (SABREN) en portugais), créé en 1990, qui tire son origine précisément de ce cadastre des favelas de la ville de Rio de Janeiro en 1982. Le SABREN rassemble et diffuse des informations sur les favelas et les lotissements irréguliers et clandestins et il est actuellement sous la tutelle de la Diretoria de Informações da Cidade de l’Instituto Pereira Passos (IPP). F. Cavalieri et al., 2016, p. 414.

55 V. G. Costa, 1996, p. 31.

56 J. Oliveira & L. Niemeyer, 1983, p. 17 et 18.

57 Ce partenariat a associé le Centre d’études et d’actions solidaires de Maré (CEASM), la Banque nationale pour le développement économique et social (BNDES), l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA), l’École nationale des sciences statistiques (ENCE) et l’Institut Pereira Passos (IPP).

58 CEASM, 2003, p. 31.

59 CEASM, 2003, p. 25 et 26.

60 CEASM, 2003, p. 37 et 38.

61 CEASM, 2003, p. 35.

62 IBGE, 2009, p. 2.

63 IBGE, 2009, p. 19

64 IBGE, 2009, p. 3.

65 IBGE, 2010, p. 24.

66 Il faudrait avoir accès aux données internes du recensement pour identifier où et à quelle fréquence intervient cette imputation. La population totale estimée de ces logements « fermés » est de 2 795 533 personnes pour 899 152 domiciles fermés. IBGE, 2010, p. 25.

67 IBGE, 2010, p. 27. Dans un entretien accordé au journal O globo du 5 juin 2011, Eduardo Pereira Nunes, président de l’IBGE, présente ce nouveau procédé d’identification des « agglomérations subnormales ».

68 IBGE, 2016, p. 365.

69 IBGE, 2010, p. 27.

70 L. F. Mation, V. G. Nadalin & C. Krause, 2014, p. 13.

71 V. G. Costa & J. A. Nascimento, 2005, p. 3083.

72 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 3.

73 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 3.

74 F. Cavalieri & C. Vial, 2012b, p. 1.

75 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 6.

76 Annoncé par la mairie en 2011, le programme Morar Carioca prévoyait de réhabiliter l’ensemble des favelas de la ville. Plusieurs équipes ont été engagées et certaines ont réalisé des études préliminaires à des interventions, mais le programme a rapidement été délaissé par la mairie. Sur l’historique de Morar Carioca, voir M. Cavalcanti, 2017.

77 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 4.

78 F. Cavalieri & C. Vial, 2012a, p. 4.

79 Pour Roberta Ferreira, habitante de la favela de Borel : « Le programme Favela-Bairro nous a apporté des améliorations sur certains points mais il faut bien qu’on vive avec le risque de glissements de terrain, les égouts à ciel ouvert et d’autres problèmes. Avant qu’on ne soit plus une favela, il va en falloir du temps », O globo, 30 mai 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Soares Gonçalves, « Les favelas cariocas dans les recensements nationaux : du local au national et retour », Histoire & mesure, XXXIV-1 | 2019, 41-64.

Référence électronique

Rafael Soares Gonçalves, « Les favelas cariocas dans les recensements nationaux : du local au national et retour », Histoire & mesure [En ligne], XXXIV-1 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8244 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoiremesure.8244

Haut de page

Auteur

Rafael Soares Gonçalves

Departamento de Serviço Social, Pontificia Universidade Católica do Rio de Janeiro (PUC-Rio). E-mail : rafaelsgoncalves@yahoo.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search