Navigation – Plan du site

La périphérie sous surveillance

Le recensement des baraques et de leurs habitants à Madrid sous le franquisme
The Periphery under Surveillance: The Census of Shacks and their Inhabitants in Madrid under Francoism
Charlotte Vorms
p. 93-120

Résumés

À partir des années 1950, les quartiers irréguliers d’habitat précaire, en plein développement dans la périphérie de Madrid, deviennent un problème public de premier plan, donnant lieu à des politiques spécifiques et à une production documentaire importante. En centrant l’analyse sur le recensement des baraques et de leurs habitants, l’article met en évidence la construction et les usages de la catégorie administrative de l’habitat précaire sous le franquisme. Il montre comment le recensement des baraques contribua à imposer l’assimilation de l’ensemble des périphéries populaires auto-construites à l’habitat irrégulier, ouvrant la possibilité de son expropriation expéditive. Ce faisant, l’article éclaire le fonctionnement de l’administration d’État dans l’Espagne du premier franquisme, ainsi que son usage du droit.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie chaleureusement Sylvie Thénault pour ses conseils sur l’organisation de ce texte.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Évaluer le nombre d’habitats précaires
2. De la catégorie juridique de l’habitat précaire à la catégorie administrative
3. Un recensement des baraques ?
4. Un fichier à l’objet incertain
5. Un fichier peut en cacher un autre
6. Un policier et ses fiches
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans le contexte de l’adoption d’un plan de résorption de l’habitat précaire, en 1961, le chef de la section Logement de l’organisme étatique chargé de l’aménagement de la capitale, l’ingénieur militaire Luis Martos Lalanne, évoque les deux volets de la lutte contre le chabolismo (littéralement « baraquisme ») à Madrid. Le premier consiste dans le programme de construction qui vient alors d’être adopté et le second dans le fichage des familles. Commencé bien avant la mise en discussion d’un plan de résorption, celui-ci permet « de savoir exactement QUI [sic] vit dans chacune des 30 000 grottes [cuevas] et baraques [chabolas] ». En prévoyant de reloger ces familles, le plan de résorption, qui crée des ayants droit, donne une fonction à ce fichier, qui en bouscule la tenue :

« Il faudrait disposer d’un nombre énorme d’inspecteurs pour vérifier en continu [la population des] 3...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Vorms, « La périphérie sous surveillance », Histoire & mesure, XXXIV-1 | 2019, 93-120.

Référence électronique

Charlotte Vorms, « La périphérie sous surveillance », Histoire & mesure [En ligne], XXXIV-1 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8358 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8358

Haut de page

Auteur

Charlotte Vorms

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS). E-mail : charlotte.vorms@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page