Navigation – Plan du site

Intervening on “Problem” Areas and their Inhabitants

The Socio-Political and Security Logics behind Censuses in the Algiers Shantytowns, 1941-1962
Intervenir quand des quartiers et leurs habitants posent « problème ». Les logiques socio-politiques et sécuritaires des recensements dans les bidonvilles d’Alger, 1941-1962
Jim House
p. 121-150

Résumés

Cet article examine les différents contextes socio-politiques au sein desquels les autorités coloniales algéroises ont construit les bidonvilles et leurs habitants comme un problème de santé publique, d’urbanisme, d’endiguement, de relogement, de sécurité et de régulation des flux migratoires à partir de 1941. Sont aussi étudiées les données statistiques que lesdites autorités ont produites afin d’essayer de résoudre ces questions. À travers une analyse de l’évolution du poids respectif donné à chacune, l’examen proposé souligne le renforcement du rôle des militaires pendant la guerre d’indépendance (1954-1962). Il met aussi en lumière le large éventail d’acteurs impliqués dans la collecte de données, les différents types d’informations ainsi produites, la qualité très variable de celles-ci, et leur exploitation à des fins variées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Algiers city council’s 1941 shantytown census: prioritising rehousing, containment, and forced returns
2. 1942-1957: Abandoning the idea of close statistical control?
3. Census, containment and rehousing under the security imperative (1957-1962)
Conclusion

Aperçu du début du texte

The colonial authorities in Algeria as elsewhere, viewed the city environment with some ambivalence and even trepidation. On the one hand, colonialism enabled the creation of showcase cities, symbols of European power. The city environment also accelerated the westernisation of the colonised populations through their cultural and economic proximity to Europeans. At the same time, however, the economic logics of this systemically unequal society often translated into segregated residential spaces such as shantytowns. While the European population doubtless preferred this residential separation, it could also be used by anti-colonial critics to denounce the colonial situation. Moreover, there were fears that such spaces might shelter pro-independence activities or pose a public health problem. Since the authorities did not prioritise rehousing for the colonised Algerians until the 1950s, these were long-standing issues. Furthermore, at a time of political ferment, the relatively mobil...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jim House, « Intervening on “Problem” Areas and their Inhabitants », Histoire & mesure, XXXIV-1 | 2019, 121-150.

Référence électronique

Jim House, « Intervening on “Problem” Areas and their Inhabitants », Histoire & mesure [En ligne], XXXIV-1 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8448 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8448

Haut de page

Auteur

Jim House

Senior Lecturer, University of Leeds (United Kingdom). E-mail: j.r.house@leeds.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page