Navigation – Plan du site

Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970)

Between Urban Policies and Migrant Control: the Incomplete Decolonization of French Shantytowns Censuses (1950s-1970s)
Françoise de Barros et Muriel Cohen
p. 151-184

Résumés

Cet article porte sur les modalités des recensements menés dans les bidonvilles français de métropole entre le début des années 1950 et la fin des années 1970. Il cherche à déterminer dans quelle mesure la décolonisation et le passage d’une logique de contrôle policier, dans le contexte de la guerre d’indépendance algérienne, à une inclusion des bidonvilles dans une politique urbaine plus large de lutte contre l’habitat insalubre ont fait évoluer les catégories utilisées, les acteurs en charge et leurs pratiques. Qu’il s’agisse des enquêtes spécifiques menées dans le cadre de la résorption des bidonvilles ou de la prise en compte des bidonvilles lors des recensements généraux de la population menés par l’INSEE, il apparaît que l’origine des habitants, davantage que l’habitat lui-même, reste le principal prisme d’appréhension des bidonvilles, d’une époque à l’autre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Définir un habitat par sa population : ambiguïté des catégories et sélection des agents pendant la guerre d’indépendance algérienne
« Contrôler » les Algériens par leur habitat ou circonscrire une forme urbaine illégitime ?
Comptages ad hoc dans les bidonvilles algériens : préparer un relogement ou contrôler les baraques ?
Recensement général de la population : quand la « rigueur » statistique pâtit des « rigueurs » coloniales
La lancinante question des « enquêteurs »
2. De nouvelles catégories à l’heure d’une politique nationale de lutte contre l’habitat insalubre ? (1965-1975)
Une première enquête nationale indexée sur les méthodes parisiennes et centrée sur la question algérienne (autour de 1966)
La persistance des catégories ethnicisantes dans le cadre de la politique de résorption de l’habitat insalubre
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cet article tente d’embrasser en plan large les recensements relatifs aux bidonvilles au cours d’une période qui connaît un fort développement de l’intervention publique les concernant. La grave crise du logement combinée à une importante croissance démographique à partir des années 1950 favorise l’établissement d’agglomérations de « baraques » en banlieue parisienne, mais aussi à Lyon et Marseille. La particularité de ces bidonvilles est qu’ils abritent une majorité de migrants coloniaux, puis post-coloniaux (en particulier d’Algérie) et d’étrangers. Ils constituent ainsi d’abord un enjeu de police lié à la guerre d’indépendance algérienne, avant de devenir plus explicitement un enjeu urbain après 1962.

Entre la fin des années 1950 et les années 1970, les bidonvilles font en effet l’objet d’une politique publique explicite de « résorption » menée d’abord sous une forme exclusivement administrative, sous l’égide de services du ministère de l’Intérieur spécialisés dans l’encadrement c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise de Barros et Muriel Cohen, « Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970) », Histoire & mesure, XXXIV-1 | 2019, 151-184.

Référence électronique

Françoise de Barros et Muriel Cohen, « Entre politiques urbaines et contrôle des migrants : la décolonisation inachevée des recensements des bidonvilles en France (années 1950-années 1970) », Histoire & mesure [En ligne], XXXIV-1 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8466 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8466

Haut de page

Auteurs

Françoise de Barros

Maîtresse de conférence en sociologie à l’université Paris 8 et chercheuse au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, Cultures et sociétés urbaines (CRESPPA-CSU). E-mail : frandeba@yahoo.fr

Articles du même auteur

Muriel Cohen

Enseignante au lycée Maurice-Utrillo de Stains (93), chercheuse associée au Centre d’histoire sociale des mondes contemporains (CHS) et affiliée à l’IC Migrations. E-mail : murielcohen_c@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page