Navigation – Plan du site

Identifier et dénombrer les slums dans les villes indiennes

De la genèse coloniale à la multiplication des mesures depuis l’indépendance
Identifying and Counting of Slums in Indian Cities: From the Colonial Beginnings to the Multiplication of Measures since Independence
Éric Denis et Véronique Dupont
p. 185-214

Résumés

Cet article analyse la genèse coloniale de la catégorie slum en Inde et son déploiement, initialement dans une perspective hygiéniste de mesure de la sur-occupation et du mal-logement, pour aboutir à un dénombrement de l’habitat précaire. Deux cas contrastés de métropoles illustrent cette évolution, Delhi et Madras/Chennai. Après l’indépendance, le slum s’impose d’abord comme une catégorie juridico-administrative, liée à un enregistrement ouvrant des droits aux habitants. Les institutions publiques productrices de statistiques s’emparent de cette catégorie plus tardivement, et c’est seulement en 2001 que le recensement général de la population distingue des zones de slums. Cependant, en l’absence de coordination, la multiplication des approches nuit à une appréciation adéquate des slums.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Le slum par rapport à d’autres catégories d’habitat pendant la période coloniale
Le cas de Delhi
Le cas de Madras
Le recensement des habitations précaires
L’influence de l’urbanisme ségrégationniste à Madras
2. L’héritage colonial et la construction du slum en tant que catégorie administrative et juridique
Delhi et la loi de 1956 sur les slums
L’impact de la loi de 1956 sur les slums, au-delà du Territoire de Delhi
Le slum : zone de taudis ou zone de squatters ?
Les implications de la construction du slum en tant que catégorie administrative et juridique
3. La construction du slum en tant que catégorie statistique
L’évaluation des conditions de logement par les recensements
Les enquêtes sur les slums du National Sample Survey Organisation/Office (NSSO)
L’identification des slums et de leur population par les recensements
Différentes intentions et demandes à différents niveaux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Pour la première fois en 2001, le Census of India – ou recensement général de la population indienne – recueille des données sur les slums, et définit à cette fin les zones concernées :

« Toutes les zones spécifiées dans une ville, notifiées comme “slums” par le gouvernement de l’État, les autorités locales, ou l’administration des Territoires de l’Union (TU) en vertu de toute loi incluant un “Slum Act” ;

Toutes les zones reconnues comme “slums” par le gouvernement de l’État, le gouvernement local, ou l’administration des TU, qui peuvent ne pas avoir été officiellement notifiées comme “slums” en vertu d’une loi ;

Une zone compacte d’au moins 300 habitants ou environ 60 à 70 ménages, composée de logements mal construits et congestionnés, dans un environnement insalubre, généralement dépourvu d’infrastructures adéquates ainsi que d’installations sanitaires appropriées et d’eau potable. »

Dans u...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Denis et Véronique Dupont, « Identifier et dénombrer les slums dans les villes indiennes », Histoire & mesure, XXXIV-1 | 2019, 185-214.

Référence électronique

Éric Denis et Véronique Dupont, « Identifier et dénombrer les slums dans les villes indiennes », Histoire & mesure [En ligne], XXXIV-1 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoiremesure/8520 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.8520

Haut de page

Auteurs

Éric Denis

CNRS, Géographie-cités. E-mail : eric.denis@parisgeo.cnrs.fr

Véronique Dupont

Institut de recherche pour le développement (IRD), Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (CESSMA). E-mail : veronique.dupont@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de l’EHESS

Haut de page