Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus2023Hélène Camarade, Le tract en RDA ...

2023

Hélène Camarade, Le tract en RDA 1949-1990. Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public

Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2022, 417 p.
Eva Guigo-Patzelt
Référence(s) :

Hélène Camarade, Le tract en RDA 1949-1990. Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2022, 417 p.

Texte intégral

  • 1 De la même auteure : avec Sibylle Goepper (dir.), Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949- (...)
  • 2 Oskar Negt, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot, 2007.

1L’ouvrage d’Hélène Camarade, professeure en études germaniques à l’université de Bordeaux, membre junior de l’Institut universitaire de France, s’appuie sur un travail de recherche de longue haleine, tant sur l’histoire est-allemande que sur les mots, mythes politiques et médias – en débordant le temps et l’espace de la République démocratique allemande (RDA)1. Cette solide expertise sert ici à « écrire une histoire de la résistance et de l’opposition en RDA au prisme des tracts » (p. 13) : un angle original et qui s’avère fécond pour revisiter mais aussi préciser cette histoire sur la base d’une documentation rigoureuse. Le corpus principal est constitué de 459 tracts, éparpillés dans de nombreuses archives et dont les annexes permettent d’apprécier la variété. Les défis pour les traiter sont nombreux : allant de deux exemplaires manuscrits à 400 000 exemplaires, de slogans peu élaborés aux argumentaires denses en passant par des dessins, « le tract est l’outil des inconnus, des invisibles et des sans-grade » (p. 374). Il faut l’appréhender sans pouvoir toujours identifier avec certitude les auteurs ; la maîtrise de l’auteur va jusqu’à intégrer dans l’analyse des tracts disparus connus seulement par l’intermédiaire d’autres sources. Une longue fréquentation des archives lui permet de pallier ces manques. Elle fait son miel de témoignages, publiés ou récoltés auprès d’opposants dont plusieurs ont disparu depuis. Attentive aux procédés rhétoriques et aux formes littéraires, à la matérialité des tracts et à leurs modes de diffusion, Hélène Camarade les met en résonance avec le discours officiel du Parti socialiste unifié d’Allemagne (SED), elle les compare aux tracts de contre-propagande diffusés par la République fédérale d’Allemagne (RFA), elle en fait ressortir les lignes de continuité avec la période précédente, avant de les insérer dans tout un ensemble de médias de l’opposition. Les tracts qui « sont, au même titre que les graffitis, les seuls vecteurs alternatifs de communication restés en usage tout au long de l’histoire de la RDA » (p. 375) ont pourtant été très peu étudiés avant cet ouvrage qui fera autorité. L’auteur en fait un accès aux idées, objectifs et stratégies des opposants est-allemands : soulignons l’analyse particulièrement fine et presque au jour le jour de leur évolution durant la révolution pacifique de 1989. Cette dernière est interprétée comme « une conquête de l’espace public par le verbe et comme une libération de la parole » (p. 315). Les quarante ans qui la précèdent sont tout entiers relus comme une lutte pour faire entendre leur voix, en créant un « espace public oppositionnel » (Gegenöffentlichkeit, un concept de Alexander Kluge et Oskar Negt2), que la « sphère publique de substitution » qu’est la RFA soutient et affaiblit à la fois. Les tracts y ont contribué peut-être surtout par leurs « fonctions intrinsèques », pour leurs auteurs plus que pour un lectorat toujours incertain, à savoir : permettre d’affiner ses pensées tout en reconquérant le langage ; dépasser la peur si utile à la dictature ; sortir de l’isolement. La limite thématique, clairement posée et assumée, exclut sauf exception les marxistes réformistes et dissidents, peu producteurs de tracts (p. 29). Car ces derniers sont « l’outil des inconnus, des invisibles et des sans-grade » (p. 374), et non des intellectuels qui se sentent légitimes à proposer des réformes.

2Structuré en trois parties chronologiques, l’ouvrage revient d’abord sur la « résistance » des années 1946-1961 qui vise à déstabiliser et faire disparaître le régime. L’usage de tracts y prolonge d’une part le combat politique classique et d’autre part la contre-propagande de la guerre, en l’occurrence par des milliers de kilos de tracts en provenance de la RFA tous les mois (chapitre 1). La répression, par les tribunaux militaires soviétiques puis les institutions est-allemandes, ne suit aucune règle précise (chapitre 2). Grâce à des incriminations dites « élastiques » (p. 52), « l’action n’y est pas jugée en tant que telle, mais en vertu du danger potentiel qu’elle représente pour la société » (p. 54). Ainsi « la sévérité de la répression permet de mesurer la dangerosité que l’Union soviétique et la RDA percevaient dans la diffusion de tracts anticommunistes » (p. 55), une remarque perspicace sur le fonctionnement du régime au-delà des seuls tracts. La « mode de tracts dans les années 1950 » (p. 36) est due à deux groupes. Les quinze groupes de jeunes qui font l’objet d’une analyse croisée ont vite été arrêtés, entre autres à cause de contacts avec l’Ouest dont Hélène Camarade étudie en détail l’influence. Outre la difficulté à renoncer aux libertés acquises en 1945, elle met en lumière les contradictions de l’éducation « antifasciste » qui se retourne contre le régime (chapitre 3). Le deuxième milieu auteur de tracts, les ouvriers et les sociaux-démocrates, se montre plus habile à échapper à la répression. Ses tracts sont injonctifs, appelant à la grève, ou argumentatifs, mêlant revendications sociales et politiques, mais pas programmatiques (chapitre 4).

3Les chapitres suivants détaillent les occasions qui ont le plus suscité de tracts, à commencer par les élections, celles à la Chambre du peuple de 1950 donnant le véritable coup d’envoi pour la production de tracts (chapitre 5). L’analyse des protestations et actions préconisées mentionne aussi les stratégies du SED pour y faire face, comme le fait de compter les abstentionnistes comme des voix favorables (p. 96). La révolte du 17 juin 1953 radicalise les revendications, les auteurs estimant que seule l’unité allemande pourra mener à la liberté – une vision abandonnée au début des années 1960. La protestation contre des cas de répression politique constitue la deuxième cause de tracts la plus fréquente. Ce faisant, ils revendiquent la légitimité d’une opposition politique, mais informent aussi la population et exercent une pression sur le régime qui peut porter ses fruits (chapitre 6). Pendant la révolte du 17 juin 1953, des banderoles se substituent momentanément aux tracts (chapitre 7). Ceux-ci marqueront ensuite les dates anniversaires, jusque dans les couloirs du Comité central (p. 120). La solidarité avec des soulèvements dans d’autres pays du bloc communiste, troisième catégorie de tracts majeure, s’exprime pour la Hongrie en 1956 (chapitre 8). La déstalinisation suscite un courant réformiste, dont les idées ont également circulé sous forme de tracts. Les revendications territoriales à l’est de la frontière Oder-Neisse (chapitre 9), contre les réformes agraires (chapitre 10) ou encore contre la construction du Mur de Berlin (chapitre 11) restent mineures dans les tracts. Le chapitre 12, transversal, décortique les comparaisons avec le Troisième Reich, les accusations portées contre les dirigeants et les tracts humoristiques.

  • 3 Voir également de la même auteure : « Die Hineingeborenen ("Ceux qui sont nés dedans"). Repères ide (...)
  • 4 Voir l’ouvrage à paraître en 2023, codirigé avec Xavier Galmiche et Luba Jurgenson, Samizdat…, op.  (...)

4La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée à la période 1961-1989, porte sur « l’opposition », formée d’une génération nouvelle née en RDA, qui cherche à réformer le système de l’intérieur (chapitre 1 de cette nouvelle partie)3. La répression du printemps de Prague en 1968 marque le début d’une protestation qui sort de l’anonymat et de la clandestinité à l’occasion de la déchéance de nationalité du chansonnier Wolf Biermann en 1976. La production de tracts, en baisse dans les années 1960 et 1970 à la faveur d’autres formes d’expression, reprend de plus belle en 1987-1989 : plus longs, plus argumentés, pour vulgariser une pensée politique et programmatique bien plus aboutie ; ou au contraire réduits à un rendez-vous donné, à la radio ou sur la place publique (chapitre 3). La radio, la télévision et les ouvrages édités en RFA peuvent ainsi susciter de nouveaux tracts, ou au contraire s’y substituer. En RDA, les tracts anonymes restent criminalisés, même si la Stasi se charge de plus en plus d’une répression hors procès (chapitre 2). Les samizdats portant la mention « Uniquement à usage interne à l’Église », principal média de l’opposition à partir de la fin des années 1970, jouissent au contraire d’une semi-légalité4. La place du tract est ainsi redéfinie en complémentarité avec des moyens d’expression nouveaux, publics et collectifs, qui témoignent d’un nouveau rapport de force avec le SED et d’une opposition de plus en plus confiante et structurée (chapitre 5). « Il s’agit bien d’occuper la sphère publique en utilisant les espaces momentanément libres ou libérés [...] le recours au tract ne s’impose plus comme unique forme d’expression. » (p. 206) Plutôt que d’y voir un affaiblissement de ce média, on peut y déceler « de véritables vases communicants, surtout en 1989 » (p. 221). La solidarisation avec des peuples en rébellion, en Tchécoslovaquie, en Pologne ou en Chine (chapitre 9), ainsi que la protestation contre la répression d’opposants politiques (chapitre 10) continuent à susciter des tracts. Parmi les phénomènes nouveaux, on notera le recours aux classiques du marxisme-léninisme contre le SED, les opposants étant présentés comme les communistes véritables. Sur la figure de Rosa Luxemburg, l’auteur analyse le discours ambivalent du SED et la manière dont les opposants transforment à leur tour cet héritage (chapitre 7). La liberté, notamment celle d’expression, reste la première revendication. Les arguments, eux, ont évolué, avec le thème des droits humains. La référence, nouvelle et massive, aux droits garantis par les textes internationaux et nationaux pose les auteurs et lecteurs en citoyens appelés à « s’émanciper » (mündig werden) pour contraindre l’État à devenir plus démocratique. La paix et l’écologie, thèmes majeurs des groupes d’opposition, ne se retrouvent guère dans les tracts, ces revendications vont de pair avec d’autres formes d’expression, volontiers plus collectives (chapitre 8).

5La troisième partie revient sur la vague de tracts suscitée en amont et en aval des élections communales du 7 mai 1989, véritable début de la révolution pacifique (chapitre 1). Le tract y « remplit l’une de ses fonctions traditionnelles de vecteur de communication privilégié lors des révolutions » (p. 316). L’étude croisée des textes programmatiques de cinq groupes majeurs révèle la part des tracts, longs et élaborés, pour faire circuler les idées, mais aussi les nombreuses formes à mi-chemin entre le tract, le samizdat et le périodique (chapitre 2). Une fois le dialogue officiel instauré entre l’État et les citoyens, le tract semble reculer, car il « n’est qu’une forme de communication indirecte, souvent à sens unique, un succédané donc à la communication directe rendue jusqu’ici impossible par le régime » (p. 354). La campagne électorale du 18 mars 1990 le voit refleurir. L’auteure apporte ici des informations précieuses sur l’apparition du thème de l’unité, sur les références – non pas la Loi fondamentale ouest-allemande, mais le système politique est-allemand –, sur les termes évités et leurs substituts (chapitre 4).

6Tant les novices que les familiers de l’histoire est-allemande trouveront leur compte dans cet ouvrage au langage limpide, qui convoque juste les éléments de contexte nécessaires, et qui permet d’y voir plus clair dans le paysage complexe des groupes d’opposition tout en en donnant une lecture nouvelle. L’index et le découpage en chapitres, même sur des thèmes mineurs du point de vue des tracts, mais parfois majeurs pour l’histoire de la RDA dans son ensemble, en facilitent l’usage. Hélène Camarade aura réussi à réunir et faire parler une riche documentation qui appelle des prolongements : par exemple sur le rapport à la violence, les menaces étant récurrentes dans la première période sans être analysées en tant que telles et dans leur articulation avec des actions violentes. En bref, une lecture qui instruit autant qu’elle éclaire et fait réfléchir.

Haut de page

Notes

1 De la même auteure : avec Sibylle Goepper (dir.), Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949-1990, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016 ; Le tract, média du pouvoir et des contre-pouvoirs. Lexemple de lespace germanique (XVe-XXe siècles), Lormont, Le Bord de l’eau, 2017 ; avec Sibylle Goepper, Les mots de la RDA, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2019 ; « L’image de la Russie chez Willi Graf et Hans Scholl : une altérité constructive », Études germaniques, vol. 255, n° 3, 2009, p. 691-704 ; « Le tract, instrument privilégié de la résistance des jeunes dans les années 1950 », dans Chantal Metzger (dir.), La République démocratique allemande. La vitrine du socialisme et lenvers du miroir, Bruxelles, Peter Lang, 2010, p. 43-57 ; « L’héritage de la résistance au national-socialisme revendiqué par les résistants et opposants de RDA (1946-1989) », Revue dAllemagne et des pays de langue allemande, n° 4, 2010, p. 445-463. Et à noter la parution en 2023 chez Nouveau Monde éditions de l’ouvrage codirigé avec Xavier Galmiche et Luba Jurgenson, Samizdat : Publications clandestines et autoédition en Europe centrale et orientales (1950-1990).

2 Oskar Negt, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot, 2007.

3 Voir également de la même auteure : « Die Hineingeborenen ("Ceux qui sont nés dedans"). Repères identitaires de la troisième génération d’opposants en RDA (1968-1989) », dans Gérard Peylet, Patrick Baudry (dir.), Filiations et transmission, Bordeaux, Publications de la MSHA, 2016, p. 265-291.

4 Voir l’ouvrage à paraître en 2023, codirigé avec Xavier Galmiche et Luba Jurgenson, Samizdat…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Guigo-Patzelt, « Hélène Camarade, Le tract en RDA 1949-1990. Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public »Histoire Politique [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 12 mai 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/10536 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoirepolitique.10536

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search