Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus2021Tristan Landry, Du beurre ou des ...

2021

Tristan Landry, Du beurre ou des canons. Une histoire culturelle de l’alimentation sous le IIIe Reich

Québec, Presses de l’université de Laval, Hermann, 2021, 556 p.
Alain Chatriot
Référence(s) :

Tristan Landry, Du beurre ou des canons. Une histoire culturelle de l’alimentation sous le IIIe Reich, Québec, Presses de l’université de Laval, Hermann, 2021, 556 p.

Texte intégral

1Le volumineux livre de l’historien Tristan Landry, qui enseigne l’histoire de l’Europe à l’université de Sherbrooke (Canada), s’ajoute au renouveau de l’histoire économique et agricole de l’Allemagne hitlérienne, marquée ces dernières années par l’ouvrage d’Adam Tooze (Le salaire de la destruction : formation et ruine de l’économie nazie, Paris, Les Belles Lettres, 2012 [2006]) et par l’étude de Gesine Gerhard (Nazi Hunger Politics : A History of Food in the Third Reich, Lanham, Rowman & Littlefield, 2015). Landry propose de compléter ces recherches dans une double perspective : insister davantage sur le caractère marquant de l’expérience de la Première Guerre mondiale et adopter une approche d’histoire culturelle de l’alimentation. Ne le cachons pas, si la première hypothèse apparaît convaincante, la seconde, plus méthodologique, n’est pas sans troubler le lecteur qui s’interroge parfois sur l’oubli du politique, du social et de l’économique dans la démonstration. L’organisation du livre est thématique et tous les chapitres ne sont pas dans le même registre : le cinquième repose ainsi sur l’analyse des livres de recettes de cuisine, le sixième sur le tourisme culinaire alors que le chapitre 7 aborde la Shoah et le chapitre 8 le rapport d’Hitler lui-même à la nourriture.

2L’expérience du blocus durant la Première Guerre mondiale est assez bien mise en contexte, en sachant que celui-ci fait toujours l’objet de débats historiographiques (cf. dossier « Le blocus en 1914-1918. Histoire et mémoires », Les Cahiers Sirice, 26, 2021). Landry insiste aussi sur les conséquences de la perte des colonies allemandes puis synthétise les connaissances sur la politique de l’Allemagne hitlérienne envers le monde agricole. L’historien reprend de nombreuses publications de nutritionnistes (dans lesquels la question des calories est centrale) et d’agronomes. Il les confronte aux politiques envisagées puis appliquées par le parti national-socialiste (y compris avec d’épouvantables expérimentations dans les camps). Mais on regrette parfois que le livre cède plus à la tentation de donner des citations impressionnantes qu’à une analyse fine et argumentée des représentations et des pratiques entourant l’alimentation.

3Si la volonté de redonner à l’enjeu alimentaire sa portée politique dans l’histoire du XXe siècle constitue un point important, on peut craindre que la conclusion de l’auteur soit tout de même trop oublieuse des enjeux idéologiques de l’hitlérisme comme lorsqu’il écrit : « Les pistes de recherches explorées dans ce livre tendent à montrer que le national-socialisme se voulait une solution au problème fondamental qui se posait à l’Allemagne au cœur du XXsiècle, celui de sa sécurité alimentaire. Dépouillé d’une certaine aura d’irrationalisme et de démence que l’on a souvent attribuée au national-socialisme, le phénomène apparaît sous un jour plus inquiétant encore : une entreprise froidement rationnelle d’accaparement des ressources alimentaires du monde. » (p. 473).

4La bibliographie et la présentation des sources sont fournies (plus de 50 pages) mais l’auteur ne distingue pas les sources imprimées des travaux scientifiques, ce qui donne des voisinages pour le moins malencontreux. Autre point qui laisse perplexe le lecteur de cet ouvrage pourtant riche, le choix, pour le moins étrange il faut le dire, d’intercaler entre chaque chapitre des présentations courtes de recettes de cuisine de l’époque étudiée, dont l’auteur nous précise en introduction qu’il les a cuisinées. C’est considérer peut-être les enjeux culturels en oubliant un peu trop l’ampleur politique du sujet abordé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Chatriot, « Tristan Landry, Du beurre ou des canons. Une histoire culturelle de l’alimentation sous le IIIe Reich »Histoire Politique [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 24 septembre 2021, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/1159

Haut de page

Auteur

Alain Chatriot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire Politique

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search