Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50DossierLes droites albertaines : contre-...

Dossier

Les droites albertaines : contre-démocratie et recours au référendum (1997-2022)

Right-Wing Trends in Alberta: Counter-Democracy and The Recourse to Referenda (1997-2022)
Frédéric Boily

Résumés

Au Canada, la province de l’Alberta constitue un endroit idéal pour observer les évolutions idéologiques des droites canadiennes, cette province ayant été dirigée par des gouvernements de droite depuis 1935, à l’exception d’un seul gouvernement de gauche entre 2015 et 2019. Détentrice d’énormes ressources pétrolières et gazières, cette province se trouve très souvent en confrontation avec le gouvernement fédéral. Cette opposition a aussi pris forme sur la scène fédérale, comme c’était le cas avec le Parti réformiste de Preston Manning qui était dominant en Alberta. Cette province montre une longue histoire de partis populistes. D’ailleurs, les années 2010 ont été marquées par un discours populiste de la part de dirigeants politiques provinciaux qui ont réactivé l’opposition contre l’élite libérale du centre du pays (Ottawa). Les droites albertaines ont proposé des changements institutionnels, comme la réforme du Sénat, l’élection des sénateurs et l’adoption (décembre 2022) de la Loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni. Des mesures de révocation ont aussi été avancées pour accroître, dans une logique de démocratie de surveillance, la responsabilité des députés envers leurs électeurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article a été rendu possible grâce au soutien financier du Conseil de recherches en sciences hu (...)

1L’Alberta constitue une province idéale pour observer les évolutions idéologiques de la droite canadienne. Si elle compte une population de seulement 4,7 millions contre 8,8 millions d’habitants pour le Québec sur un total de 40 millions de Canadiens, elle se distingue des autres provinces sur deux plans, politique et économique1.

  • 2 Carlo Caldarola, « The Social Credit in Alberta, 1935-1971 », Society and Politics in Alberta. Rese (...)
  • 3 Edward Bell, Harold Jansen et Lisa Young, « Sustaining a Dynasty in Alberta: The 2004 Provincial El (...)
  • 4 Frédéric Boily, La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, Québec, Les Presses de l’U (...)
  • 5 Trevor Harrison, Of Passionate Intensity: Right-Wing Populism and the Reform Party of Canada, Toron (...)
  • 6 En 2003, cette formation s’est fusionnée avec le Parti progressiste-conservateur pour donner naissa (...)

2Il existe en effet une longue tradition de partis politiques de droite avec le Crédit social qui a été au pouvoir de 1935 jusqu’à 19712 ainsi qu’avec le Parti progressiste-conservateur qui a gouverné sans interruption de 1971 jusqu’en 20153. Cette formation a repris le pouvoir lors de l’élection de 2019, à la suite d’une fusion avec un autre parti de droite, le Wildrose Alliance4, et sous un nouveau nom, le Parti conservateur uni de l’Alberta (PCU). De nouveau, le parti vient d’ailleurs de remporter, en mai 2023, l’élection provinciale. Sur la scène fédérale, c’est le Parti réformiste de Preston Manning qui incarnait la droite albertaine5. Dirigé par l’albertain Preston Manning, le Parti réformiste, qui avait pour épicentre électoral les provinces de l’Ouest, notamment l’Alberta, a formé l’opposition officielle en 1997 pour devenir l’Alliance canadienne à l’élection fédérale de 20006.

  • 7 « Que sont les sables bitumineux ? », Gouvernement du Canada, 28 juillet 2020, https://ressources-n (...)
  • 8 David K. Elton, « Alberta and the Federal Government in Historical Perspective », Society and Polit (...)

3C’est également une province qui présente un profil économique unique au Canada parce qu’elle est le siège canadien de l’industrie pétrolière et gazière. En effet, les réserves de pétrole des sables bitumineux sont estimées à 166,3 milliards de barils, soit 97 % des réserves canadiennes qui sont devancées en importance par seulement quelques pays comme l’Arabie saoudite et le Venezuela7. L’importance de l’extraction pétrolière a marqué de manière particulière les droites albertaines qui ont constamment craint les intrusions du gouvernement fédéral dans la gestion et le contrôle des ressources naturelles non renouvelables. L’Alberta, avec la Saskatchewan et le Manitoba, a d’ailleurs obtenu ce contrôle seulement en 1930, et ce, après de difficiles négociations avec le gouvernement fédéral8.

  • 9 Loleen Berdhal et Roger Gibbins, Western Visions Western Futures. Perspectives on the West in Canad (...)
  • 10 David Laycock, Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, 1910 to 1945, « State and (...)
  • 11 Loleen Berdhal, « The Persistence of Western Alienation, Essay no. 9 », Montreal, Institute for Res (...)

4Ainsi, les partis des droites albertaines s’inscrivent dans un rapport en tension avec le gouvernement fédéral. À l’instar du Québec, l’Alberta s’oppose très souvent aux politiques venant d’Ottawa. Si les revendications québécoises reposent sur la volonté de protéger la culture distincte de la nation québécoise, celles de l’Alberta découlent d’une volonté de protéger son modèle économique ainsi que l’exploitation des ressources pétrolières et gazières. Il existe un profond ressentiment contre Ottawa qui varie en intensité mais qui est presque toujours présent dans la culture politique albertaine9 et qui s’est exprimé dans des mouvements et partis populistes10. Désignée sous le vocable de « l’aliénation de l’Ouest » (Western Alienation11), cette tension se traduit par des propositions de changements institutionnels visant à établir un nouveau rapport entre l’Alberta et Ottawa ainsi qu’entre les élus et les électeurs au sein de l’Alberta. C’est à l’examen de ses propositions que sera consacré ce texte.

  • 12 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du S (...)
  • 13 Ibid., p. 42.
  • 14 Ibid., p. 195.
  • 15 Pierre Rosanvallon, Le siècle du populisme. Histoire, théorie, critique, Paris, Éditions du Seuil, (...)

5Ce sont des propositions qui peuvent être vues comme autant de tentatives inscrites dans le mouvement de contre-démocratie examiné par Pierre Rosanvallon12. Cette contre-démocratie, qui a des origines anciennes, repose sur des processus de surveillance (vigilance, dénonciation et notation) que l’on cherche à mettre en place pour encadrer un processus démocratique jugé non seulement inefficace mais comme allant à l’encontre des intérêts des citoyens au profit des partis politiques et des appareils partisans. La notion de vigilance, notamment, repose sur l’idée que les citoyens doivent tirer la sonnette d’alarme et intervenir, à l’instar de « pompiers », pour s’assurer de la bonne marche du processus démocratique13. L’examen des droites albertaines permettra d’identifier des mécanismes de surveillance et d’intervention qui transforment les citoyens-électeurs en « peuple-vigilant », voire en « peuple-juge » avec la procédure de révocation qui vient « radicaliser […] l’idée de surveillance14 ». Ces propositions de surveillance préconisent une conception de la démocratie insistant sur le caractère illégitime des « autorités non élues15 ». Dans la même veine, les groupes de pression sont perçus négativement parce qu’ils orienteraient les décisions du gouvernement pour satisfaire leurs intérêts spécifiques qui iraient à l’encontre de l’intérêt général. C’est pourquoi plusieurs des orientations proposées visent à restreindre le pouvoir des élites politiques afin de les empêcher de succomber à l’appel des intérêts particuliers.

  • 16 Annie Collovald et Brigitte Gaïti, « Questions sur la radicalisation », dans Annie Collovald et Bri (...)

6Les propositions s’inscrivent aussi dans un processus de radicalisation politique qui s’est déroulé du milieu des années 1990 jusqu’à aujourd’hui, c’est-à-dire que les partis de droite sont passés de solutions référendaires et de démocratie directe dans les années 1990, à une démarche législative récente, celle de la Loi sur la souveraineté de l’Alberta adoptée en décembre 2022, qui va plus loin dans le processus de recherche d’autonomie provinciale et de surveillance d’Ottawa. Cependant, la radicalisation ne constitue pas une catégorie binaire entre, d’un côté, les radicalisés et ceux qui, de l’autre, ne le sont pas. Il faut plutôt comprendre la radicalisation, selon Collovald et Gaïti, comme étant un phénomène dynamique et en évolution. Et puisqu’il s’agit d’un processus, « il faut alors accepter de le suivre avant de vouloir l’expliquer16 ».

  • 17 Anthony M. Sayers et David K. Stewart, « Is this the end of the Tory dynasty? The Wildrose Alliance (...)

7Afin de le suivre des années 1990 jusqu’à aujourd’hui, à travers les programmes des partis, nous commencerons avec une première partie qui sera consacrée à cerner la nature des propositions du Parti réformiste de Preston Manning pour, dans la deuxième partie, effectuer un saut jusqu’au début de la décennie des années 2010, laquelle a été marquée par un discours populiste de la part d’une formation en particulier. Nous verrons que le parti Wildrose, dans sa volonté de déloger les conservateurs provinciaux du pouvoir17, avançait des propositions, comme celle de la révocation des députés, qui avaient pour but de donner aux électeurs albertains une façon de surveiller les élus provinciaux. Le Wildrose reprochait au Parti conservateur de se comporter comme si le gouvernement était devenu la propriété personnelle du parti. Nous terminerons (troisième partie) avec l’analyse des conservateurs unis qui, pour revenir au pouvoir sur la scène provinciale, en 2019, ont avancé de nombreuses propositions, dont l’une de nature référendaire, pour s’opposer au gouvernement fédéral. Nous verrons que ces propositions ont abouti, avec l’arrivée d’une nouvelle dirigeante, à la Loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni, loi qui va à l’encontre de l’ordre constitutionnel canadien.

Le Parti réformiste et la démocratie populiste référendaire

  • 18 Peter McCormick, « The Reform Party of Canada: New Beginning or Dead End », Hugh G. Thorburn, (ed.) (...)
  • 19 « Les élections générales au Canada. Preston Manning : un Ross Perot nordique », Le Monde, 27 octob (...)
  • 20 Richard Sigurdson, « Preston Manning and the Politics of Postmodernism in Canada », Canadian Journa (...)
  • 21 Nelson Wiseman, In Search of Canadian Political Culture, Vancouver, UBC Press, 2007, p. 247.

8Lorsque le Parti réformiste a fait irruption sur la scène politique canadienne en obtenant cinquante-deux sièges à l’élection fédérale de 1993, il a été perçu comme un parti inscrit dans la tradition populiste de l’Ouest canadien18 mais aussi avec ce qui se passait sur la scène politique des États-Unis. Le fondateur du parti, Preston Manning, « un Ross Perot nordique19 », comme il était parfois présenté, aurait tenté, à l’instar du candidat indépendant à l’élection présidentielle de 1992 et fondateur du Parti réformiste des États-Unis, en 1995, d’influencer la politique canadienne en parlant un autre langage que celui des « vieilles lignes de partis » (old-line governing parties)20. La comparaison avec Perot pouvait d’autant plus venir à l’esprit que l’influence d’idées politiques en provenance des États-Unis sur la politique albertaine s’était manifestée dans le passé21.

  • 22 Frédéric Boily, La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, opcit., p. 31.
  • 23 Ibid., p. 25-28.
  • 24 Trevor Harrison, Of Passionate Intensity: Right-Wing Populism and the Reform Party of Canada, opc (...)
  • 25 Tom Cohen, « Canada’s Reform Party Spurns Its U.S. Counterpart », The Los Angeles Times, 20 février (...)

9En effet, l’agitation populiste agraire de la fin du XIXe siècle a traversé la frontière canadienne. Par exemple, William Jennings Bryan, candidat démocrate et populiste à l’élection présidentielle de 1896, avait entrepris une tournée dans l’Ouest canadien, s’arrêtant notamment du côté de Calgary où il a été bien accueilli22. Des intellectuels américains, comme Henry Wise Wood ‒ né au Missouri en 1861 et mort à Calgary en 1941 ‒, ont aidé à forger les mouvements politiques agraires albertains23. Or, ces derniers étaient méfiants à l’égard des partis politiques qui étaient accusés de ne pas représenter les intérêts des milieux ruraux. C’est pourquoi on cherchait des correctifs et même des formules de rechange à la démocratie parlementaire sous la forme de la démocratie directe. La question de l’existence d’une proximité idéologique entre Preston Manning et Ross Perot n’était pas donc pas surprenante, le réformiste canadien ne cachant d’ailleurs pas qu’il préférait, comme il l’avait dit dès 1991, « l’économie de marché de style américain » à « l’État-providence de style suédois24 ». Les deux chefs dirigeaient des formations politiques qui protestaient contre l’ampleur des déficits, Ottawa et Washington étant critiquées pour avoir perdu le contrôle des finances publiques25.

  • 26 David Laycock, Reforming Canadian Democracy? Institutions and Ideology in the Reform Party Project, (...)
  • 27 Frédéric Boily, Droitisation et populisme. Canada, Québec, États-Unis, Québec, Les Presses de l’Uni (...)

10C’est pourquoi la lutte contre l’establishment politique était centrale aux yeux des réformistes canadiens qui accusaient l’élite libérale de l’Ontario et du Québec de favoriser, au prix d’une détérioration des finances publiques, ces provinces au détriment de celles de l’Ouest du pays. Le Parti réformiste prônait un populisme protestataire et régionaliste26 qui prenait appui sur une région dont les intérêts économiques étaient perçus comme étant bafoués27.

  • 28 David Laycock, The New Right and Democracy in Canada: Understanding Reform and the Canadian Allianc (...)
  • 29 Preston Manning, The New Canada, Toronto, MacMillan Canada, 1992.
  • 30 Murray Dobbin, Preston Manning and the Reform Party, Toronto, James Lorimer and Company, 1991, p. 1 (...)

11Luttant contre l’élite laurentienne ‒ une expression désignant les élites résidant dans l’axe Toronto-Montréal ‒, le Parti réformiste avançait diverses propositions visant à rééquilibrer le pouvoir en faveur de l’Ouest canadien afin de surmonter ce qui était présenté comme une crise de la démocratie canadienne28. La question de la démocratie directe était fondamentale pour Preston Manning qui croyait que la politique parlementaire était prisonnière des « intérêts spéciaux » qui auraient menotté le gouvernement fédéral. Par conséquent, il se révélait nécessaire de reprendre le contrôle de la démocratie canadienne avec un « nouveau Canada29 », afin de surmonter la crise politique dans laquelle se trouvait le pays à ce moment30. Ce Canada « nouvelle formule » devait être transformé selon trois grands axes.

  • 31 Serge Joyal (dir), Protéger la démocratie canadienne. Le Sénat en vérité…, Montréal & Kingston, Lon (...)
  • 32 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Re (...)

12Le premier axe consistait à remodeler profondément l’institution du Sénat qui est composé de sénateurs nommés, jusqu’à 75 ans, par le Premier ministre. À l’origine, cette institution se voulait une seconde chambre permettant aux sénateurs de réfléchir aux projets de loi à l’abri des pressions de l’électorat, tout en défendant les intérêts régionaux. Mais cette fonction n’a pas vraiment été exercée au fil du temps31. Or, les réformistes canadiens espéraient que le Sénat joue un rôle actif dans la défense des intérêts politiques de l’Ouest canadien grâce à un Sénat dit triple-E32. Élu par l’électorat des provinces, le Sénat serait devenu efficace car il aurait pu utiliser ses pouvoirs, affirmait-on, pour s’opposer aux projets de loi émanant de la Chambre des communes. De plus, il était proposé d’en changer la composition pour la rendre égale entre les provinces (le Québec a présentement 24 sénateurs et l’Alberta 6). Le peuple de chacune des provinces de l’Ouest aurait retrouvé une voix forte au sein du gouvernement fédéral via un Sénat réformé.

  • 33 Ibid., p. 23.
  • 34 Frédéric Boily, « Preston Manning : Pour un patriotisme juridique canadien », dans Frédéric Boily e (...)

13Le deuxième axe consistait à invoquer un référendum canadien pour contrer la démarche référendaire québécoise. Ainsi, le programme affirmait que, « au cas où une province fait sécession, les modalités et les conditions finales de la sécession devront être ratifiées dans un référendum par tous les Canadiens33 ». Farouchement opposé à la démarche de souveraineté québécoise, Preston Manning croyait que le Québec avait tout ce qu’il lui fallait comme pouvoirs provinciaux pour s’épanouir sur le plan culturel34. Avec cette proposition, les réformistes opposaient la souveraineté populaire canadienne à celle du Québec en affirmant que les deux devaient s’exprimer sur le futur du Canada. Ainsi, toutes les provinces devaient exercer un contrôle sur le processus constitutionnel. On voyait ici à l’œuvre la dynamique de radicalisation qui s’exprime dans un contexte de négociations constitutionnelles où les passions politiques étaient exacerbées avec la possibilité d’un démantèlement du Canada. Ce n’était plus seulement le peuple de l’Ouest mais l’ensemble canadien qui devait se prononcer sur le processus des souverainistes québécois.

  • 35 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Re (...)
  • 36 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, opcit., p. 210-216
  • 37 Peter McCormick, « The Recall of Elected Members », Canadian Parliamentary Review, été 1994, p. 11- (...)

14Le troisième axe prenait une direction différente en proposant des correctifs pour accorder au peuple des outils de surveillance avec la procédure de révocation des députés. Le Part réformiste appuyait « la procédure de révocation » contre les députés qui auraient, selon leurs électeurs, violé le « serment d’office35 ». Au contraire des États-Unis36, les propositions de révocation des députés ne sont pas fréquentes au Canada, comme nous le verrons dans la prochaine partie. Cependant, la proposition réformiste renouait avec l’éphémère procédure albertaine qui avait été promulguée en 1936 et 193737.

  • 38 Henry F. Srebrnik, « Is the Past Prologue?: The Old-New Discourse of the Reform Party of Canada », (...)

15D’abord, on préconisait un retour à la base (grassroots) et un relâchement de la discipline de parti qui s’exercent sur les députés dans les formations politiques au Parlement38. Aussi, un rôle de surveillance était accordé aux citoyens qui devaient être consultés en ce qui concerne la nature des orientations gouvernementales. S’appuyant sur le concept de « common sense », les réformistes proposaient que le peuple soit consulté à propos de la détermination des politiques publiques :

  • 39 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Re (...)

« Nous croyons au bon sens des gens ordinaires, leur droit d’être consultés sur les sujets de politiques publiques avant qu’elles ne soient mises en place, leur droit de choisir et de révoquer leurs propres représentants et de gouverner eux-mêmes à travers des institutions représentatives et responsables ainsi que leur droit d’initier des législations pour lesquelles un appui public est démontré39. »

  • 40 Nelson Wiseman, In Search of Canadian Political Culture, opcit., p. 205.

16L’idée de « common sense » permettait d’opposer le savoir des élites et des technocrates qui développent des politiques publiques jugées insensibles et contraires aux intérêts des gens ordinaires alors que ces derniers savent, intuitivement, ce que les gouvernements doivent faire pour remettre les finances publiques en ordre. Au début des années 1990, l’idée que le sens commun devait guider les gouvernements était bien présente au sein de quelques partis conservateurs. C’est surtout le gouvernement conservateur de Mike Harris qui, en Ontario, préconisait la « Common Sense Revolution », selon le slogan du parti40.

  • 41 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Re (...)

17Ensuite, le gouvernement fédéral n’aurait pas été en mesure de présenter un budget déficitaire ou d’élever de nouvelles taxes à moins de les faire adopter par un référendum national41. Le peuple devait surveiller le gouvernement pour, dans une optique néoconservatrice de limitation de la taille de l’État, l’empêcher de présenter des budgets déficitaires ou de chercher de nouvelles sources de revenus en augmentant les impôts et les taxes.

  • 42 Alliance canadienne, « A time for change: an agenda of respect for all Canadians », p. 20. Poltext. (...)

18Cette volonté était toujours présente dans le programme de l’Alliance canadienne pour l’élection fédérale de 2000 puisque l’on voulait donner aux Canadiens la possibilité « de présenter des référendums d’initiative populaire pour soumettre des questions d’intérêt national à un vote des Canadiens42 ». Le peuple ne devait pas seulement surveiller, car il lui incombait de juger des orientations politiques du gouvernement, mais un juge dont le code de justice repose sur le « bon sens ». En revenant à ce dernier, le gouvernement pourra aussi s’opposer efficacement, considérait-on, aux « intérêts spéciaux » (special interest) qui sont devenus les alliés des libéraux au pouvoir à Ottawa.

  • 43 David Laycock, The New Right and Democracy in Canada: Understanding Reform and the Canadian Allianc (...)
  • 44 L’Alberta a une pratique de vote pour les sénateurs mais rien ne contraint le Premier ministre cana (...)
  • 45 Philippe Orfali, « Fini les nouveaux sénateurs, dit Harper », Le Devoir, 25 juillet 2015. https://w (...)

19Dans l’ensemble, les mesures proposées convergeaient dans une même direction, celle d’apporter d’importants correctifs qui, sans renier le parlementarisme britannique, visaient à rendre la démocratie canadienne plus directe que son modèle d’origine43. Elles cherchaient à contourner des éléments intrinsèques au parlementarisme britannique adopté en 1867, notamment en ce qui concerne la nomination des sénateurs par le Premier ministre. Mais les correctifs proposés par le Parti réformiste n’impliquaient pas de changer de fond en comble le système ‒ le principe de délégation restant intact mais fortement corrigé par des éléments de démocratie directe et d’un principe d’élection sénatoriale44. Inspiré par les réformistes, le gouvernement conservateur de Stephen Harper aurait lui aussi voulu réformer le Sénat, mais sans succès. À la fin de son mandat, ce dernier, dépité, avait annoncé qu’il ne nommerait plus de sénateurs45. Nous allons maintenant voir que des éléments du programme réformiste, comme celui de la révocation des députés, ont été repris par le Wildrose.

Le Wildrose et la procédure de révocation

  • 46 Frédéric Boily, La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, opcit., p. 90-93.

20De nombreux débats ont eu lieu concernant la nature du Wildrose, notamment en comparaison avec le néoconservatisme aux États-Unis46. Cette formation provinciale s’inscrivait dans la logique réformiste canadienne en avançant des orientations programmatiques qui rappelaient celles vues plus haut avec cette volonté de renforcer la capacité de surveillance des citoyens-vigilants. Il s’agissait en quelque sorte de réactualiser une partie des idées réformistes qui, mâtinées d’une bonne dose de populisme, critiquaient les élites conservatrices provinciales et faisaient la promotion de la démocratie directe.

  • 47 Gary Mason, « Recalling a politician is a valid exercise – but Wildrose proposal lowers the bar », (...)

21Au moment où le Wildrose proposait la procédure de révocation, une seule province, la Colombie-Britannique, possédait, depuis 1996, une telle procédure formelle de révocation des députés. Mais son utilisation dans cette province n’était pas fréquente avec seulement vingt-six pétitions qui avaient été approuvées par le commissaire aux élections de la Colombie-Britannique et seulement cinq ayant recueilli le nombre de signatures requises par la loi47.

22À l’image de la Colombie-Britannique et du Parti réformiste, il s’agissait, pour le Wildrose, de proposer l’instauration d’une procédure de révocation des députés et d’accorder aux citoyens albertains la possibilité de proposer des lois que les politiciens traditionnels n’ont pas la volonté de présenter :

  • 48 Wildrose Alliance Party, Wildrose Policy. Comprehensive Ideas and Solutions for Alberta, 2012, p. 3 (...)

« Dans une saine démocratie, le pouvoir ultime réside dans les électeurs. Cela peut seulement être vrai s’il existe des mécanismes en place qui donnent l’opportunité aux électeurs de révoquer leurs représentants et/ou d’initier des législations que les représentants n’ont pas la volonté de soumettre48. »

23Il était par la suite précisé que ces « outils » devaient être utilisés judicieusement et seulement avec un appui « exceptionnellement fort » de la base (grassroots). Ainsi, tout en proposant des initiatives de « démocratie enracinée » dans la base, le parti voulait sans doute s’assurer que cela n’ouvre pas la porte à des dérives, d’où leur encadrement assez serré.

  • 49 CBC News, « MLA recall legislation proposed by Wildrose Party », 19 novembre 2014, https://www.cbc. (...)
  • 50 Gary Mason, « Recalling a politician is a valid exercise – but Wildrose proposal lowers the bar », (...)

24Le Wildrose est revenu à la charge, en 2016, lorsque le parti formait l’opposition officielle, avec une proposition de nature différente en ce qui concernait les critères pour déclencher le processus de révocation. Ainsi, le projet de loi 201 affirmait qu’il fallait recueillir l’appui de 66 % de ceux qui ont voté lors de l’élection alors que dans la proposition antérieure, il s’agissait de 20 % de l’électorat de la circonscription49. Dans des circonscriptions avec un taux de participation peu élevé, comme c’est le cas en Alberta avec certaines circonscriptions, cela représentait une tâche plus simple de recueillir les voix de ceux qui ont voté que de recueillir celles des électeurs éligibles50.

  • 51 Mais la recherche n’est pas claire sur ce point. Voir Pierre-Étienne Vandamme, « Can the Recall Imp (...)

25Cette question des critères sur lesquels repose le processus de révocation met en lumière que de telles procédures risquent d’entraîner des effets imprévus. Le risque encouru est que la promesse de démocratie directe devienne, au contraire de ce qu’elle propose, un processus où des groupes bien organisés auraient plus de facilité à mettre en branle une procédure de révocation51. C’est pourquoi les critères pour l’enclencher sont cruciaux, notamment afin d’éviter de se retrouver avec des processus de révocation qui soient trop simples à lancer.

  • 52 Wildrose Alliance Party, Wildrose Policy. Comprehensive Ideas and Solutions for Alberta, opcit., (...)

26Or, toujours dans le même processus de contre-démocratie qui vise à corseter le travail des députés avec des règles préétablies, le Wildrose proposait aussi de déterminer le calendrier électoral avec des élections à date fixe comme pour la présentation du budget ainsi que pour les sessions législatives et le discours du trône, sans oublier la tenue des élections sénatoriales52. Toutes ces mesures s’inscrivaient dans une approche de la démocratie de surveillance visant à empêcher les dirigeants politiques au gouvernement d’utiliser le pouvoir à des fins partisanes, comme de déclencher une élection anticipée afin de prendre de vitesse un adversaire politique mal préparé à affronter le verdict des urnes. Si des lois pour des élections à date fixe ont été votées (il en existe en Alberta comme ailleurs au Canada), il demeure que le Premier ministre peut, constitutionnellement, déclencher une élection anticipée, s’il le désire.

  • 53 David Rayside, Jerald Sabin et Paul Thomas, « Faith and Party Politics in Alberta Or "Danielle, thi (...)

27Les propositions du Wildrose s’inscrivaient donc dans un esprit réformiste mais dans une optique essentiellement provinciale qui visait à encadrer les pouvoirs du Premier ministre concernant la détermination du calendrier parlementaire et électoral. Elles permettaient au parti de cultiver son « image populiste53 » en s’opposant au parti conservateur dominant avec la promesse de donner des pouvoirs d’initiative et de surveillance aux citoyens albertains. En d’autres termes, la droite du Wildrose surveillait la droite du Parti progressiste-conservateur qui était accusée de gouverner sans tenir compte des intérêts des électeurs de la province. Nous allons maintenant voir que ce processus de surveillance était toujours présent dans le programme conservateur pour l’élection provinciale de 2019.

Le Parti conservateur uni et la fièvre référendaire

  • 54 La péréquation est un système fédéral de redistribution fiscale, enchâssée dans la constitution, en (...)

28Après avoir fusionné avec le Wildrose, le Parti conservateur uni (PCU) avançait des propositions inspirées des orientations précédemment vues mais avec une nouveauté importante, soit celle de tenir un référendum sur la péréquation54. En effet, le programme pour l’élection provinciale de 2019 proposait des mesures de démocratie directe et des initiatives référendaires visant à montrer, d’une part, que le parti n’était pas seulement aux mains des élites du parti, une critique fréquemment entendue, d’autre part, que l’Alberta devait s’opposer énergiquement à Ottawa.

  • 55 Nadi Bouchenni, « Canada : le mouvement indépendantiste "Wexit" gagne en popularité », TV5 Monde, 2 (...)

29En effet, l’objectif du gouvernement fédéral d’atteindre la carboneutralité en 2050 et l’imposition d’une taxation sur le carbone ‒ ainsi que les tentatives avortées de construction d’oléoducs (notamment le Keystone XL dont la construction approuvée par Donald Trump a été annulée par Joe Biden) ‒ ont relancé l’insatisfaction contre Justin Trudeau. Cette dynamique de radicalisation était aussi présente lors de l’élection fédérale de 2019 avec un mouvement baptisé Wexit qui prônait l’indépendance de l’Alberta55. C’est dans ce contexte que la droite provinciale albertaine, menée par Jason Kenney, un ex-ministre conservateur du gouvernement de Stephen Harper (2006-2015), a relancé la question de la défense des intérêts albertains face à Ottawa.

  • 56 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », Alberta Strong and Free, 2 (...)
  • 57 F.L. (Ted) Morton, « Why Alberta needs a Fiscal Constitution », The School of Public Policy Publica (...)
  • 58 David Laycock, The New Right and Democracy in Canada: Understanding Reform and the Canadian Allianc (...)

30On peut identifier trois types de proposition visant à donner plus de pouvoirs aux « citoyens-vigilants » contre les élites politiques et au peuple albertain un pouvoir d’opposition contre Ottawa. Le premier type repose sur des propositions visant à restreindre la capacité du gouvernement provincial de trouver de nouvelles sources de revenus grâce à la taxation, comme une taxe de vente à la consommation qui existe partout au pays, sauf en Alberta. Cette vigilance fiscale voulait dire que l’imposition d’une taxe de vente sur les biens et services pourrait être adoptée seulement à la condition d’être l’objet d’un référendum, tout comme pour l’imposition d’une nouvelle taxe carbone qui devrait être l’objet d’une consultation référendaire56. Les conservateurs unis renouaient ainsi avec une proposition du gouvernement albertain de Ralph Klein qui, en 1995, avait lui aussi proposé qu’une taxe de vente pourrait être adoptée seulement après un référendum57. Mais, le Premier ministre Klein se méfiait des procédures de révocation et il n’a pas été plus loin dans cette voie58, préférant s’en tenir à un gouvernement soucieux d’équilibrer les budgets et d’éliminer la dette de la province.

  • 59 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », opcit., p. 89.
  • 60 The Canadian Press, « Alberta introduces recall bill for provincial, municipal politicians, school (...)
  • 61 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », Alberta Strong and Free, 2 (...)
  • 62 Trevor W. Harrison, « Wildrose Party », The Canadian Encyclopedia, 27 avril 2018, https://www.theca (...)

31À l’instar du Parti réformiste et du Wildrose, le deuxième type consistait à introduire une loi sur la révocation des députés (« Introduce a Recall Act59 »), ce qui permettait de tenir les députés sur le qui-vive entre les élections. En fait, lorsque la loi a été déposée en mars 2021, elle a même été élargie aux conseils scolaires ainsi qu’aux élus municipaux. Selon les termes du Premier ministre Jason Kenney, « si les électeurs perdent confiance (faith) en leurs représentants élus… ils peuvent les tenir responsables entre les élections60 ». Dans le même sens, il y avait aussi une mesure pour interdire aux députés de changer de parti entre les élections61 pour éviter la situation de décembre 2014, lorsque huit députés du Wildrose, dont la cheffe, Danielle Smith (maintenant Première ministre), avaient quitté leur parti pour joindre le Parti progressiste-conservateur, épisode décrit comme « la plus grande trahison politique de l’histoire politique canadienne62 ».

  • 63 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », opcit., p. 89.
  • 64 Ibid., p. 94.

32Enfin, les conservateurs unis radicalisaient l’approche contre-démocratique de lutte contre Ottawa, d’une part, avec la proposition de tenir une élection sénatoriale en 202163, ce qui était dans la lignée de ce qui avait été proposé par les réformistes, d’autre part, avec une mesure inusitée, celle de tenir au même moment un référendum pour éliminer la péréquation, laquelle constitue une pomme de discorde entre les conservateurs albertains et le gouvernement fédéral. En effet, les conservateurs unis promettaient de tenir un référendum le 18 octobre 2021 pour supprimer la péréquation, si aucun progrès n’était fait dans la construction d’un pipeline vers les côtes canadiennes et si le gouvernement de Justin Trudeau n’abrogeait pas la Loi C-69, une loi fédérale qui a modifié le processus d’évaluation environnementale des grands projets dans le secteur énergétique64.

  • 65 Larry Pratt et Garth Stevenson (dir.), Western Separatism. The Myths, Realities and Dangers, Edmont (...)
  • 66 La question était la suivante : « Should section 36(2) of the Constitution Act, 1982 – Parliament a (...)
  • 67 Frédéric Boily, « Entre exagération et indignation », La Presse.ca, 29 octobre 2021, https://www.la (...)

33Cette proposition indiquait une radicalisation de la question de la péréquation car elle allait plus loin que ce qui avait été fait dans le passé, et ce, même si on avait assisté, au début des années 1980, à des poussées séparatistes, en Alberta65. À l’époque, le moteur de cette poussée était l’opposition au Programme national de l’énergie mis en place, en 1980, par le gouvernement fédéral de Pierre Elliott Trudeau alors qu’aujourd’hui c’est l’opposition aux politiques du fils (Justin) en matière de lutte contre le changement climatique qui, comme nous l’avons mentionné plus haut, suscite la réaction conservatrice. Le référendum a eu lieu au moment prévu avec des résultats positifs : 60 % ont dit oui à la proposition du gouvernement66. Cependant, avec un taux de participation évalué à seulement 40 %, le gouvernement albertain n’a pu amener le gouvernement fédéral à entamer des négociations sur cette question67.

  • 68 Duane Bratt, Richard Sutherland et David Taras (dir.), Blue Storm: The Rise and Fall of Jason Kenne (...)

34Or, la pandémie a relancé la dynamique de la radicalisation oppositionnelle en remettant au grand jour des fractures au sein du parti entre ceux qui voulaient restreindre le rôle du gouvernement et ceux qui, sans adopter les solutions étatiques interventionnistes, croyaient tout de même que l’État avait un rôle important à jouer pour lutter contre la pandémie. L’insatisfaction contre les mesures et le Premier ministre était si intense que ce dernier a dû se soumettre à un vote de confiance des membres de son parti : le vote, gagné avec une faible majorité (53 %), l’a amené à démissionner68.

  • 69 François Joly, « Loi sur la souveraineté : l’Alberta veut se doter de pouvoirs extraordinaires », R (...)

35C’est ainsi que celle qui est devenue Première ministre, Danielle Smith, a fait sa campagne à la course à la direction du Parti conservateur uni, à l’été 2022, en promettant la promulgation d’une Loi sur la souveraineté de l’Alberta, une proposition inédite sur le plan constitutionnel. Adoptée en décembre 2022, avec un nouveau nom, la « Loi sur la souveraineté dans un Canada uni » pour lui enlever la dimension séparatiste qui prévalait lors de la course à la direction, la loi permettra au gouvernement provincial de s’opposer à des initiatives législatives qui, venant du gouvernement fédéral, seront jugées préjudiciables aux intérêts albertains. Ainsi, le gouvernement conservateur pourrait interdire à des entités provinciales, une université par exemple, de recevoir des fonds du gouvernement fédéral si cela était jugé contraire aux intérêts supérieurs de l’Alberta, une démarche apparaissant anticonstitutionnelle à la plupart des observateurs69.

  • 70 Bill 1, Alberta Sovereignty Act within a United Canada, Fourth Session, 30th Legislature, 1 Charles (...)

36Il faut noter que le préambule de la Loi fait expressément référence à l’idée que l’Alberta forme une culture particulière et une entité provinciale qu’il faut protéger du gouvernement central. En effet, le préambule de la loi indique qu’il incombe à l’Assemblée législative et au gouvernement « de préserver et de faire la promotion de la culture unique et de l’identité partagée70 » de l’Alberta. En d’autres termes, le gouvernement prétend agir au nom d’un peuple menacé par Ottawa.

37Du référendum sur la péréquation à la Loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni, on a assisté à un processus de radicalisation contre-démocratique qui s’exprime essentiellement dans l’opposition contre les libéraux au pouvoir à Ottawa et, surtout, contre les propositions libérales de lutte contre les changements climatiques. Celles-ci sont présentées comme des « attaques » contre l’industrie pétrolière et des « attaques » que le peuple albertain doit contrer sous peine de voir son modèle économique disparaître. Or, il s’agit de s’opposer non seulement en paroles mais aussi avec des actes législatifs. Cette dynamique montre un important changement dans la mesure où le pouvoir de surveillance est accordé au gouvernement provincial qui doit protéger l’Alberta des empiètements et de la centralisation du gouvernement fédéral. Le pouvoir de surveillance a cependant été confié au gouvernement, sans que le peuple ne se soit prononcé puisque la proposition n’a pas été soumise pendant une élection mais seulement lors d’une course à la direction impliquant une fraction seulement de l’électorat albertain. La démarche législative se trouvait ainsi en contradiction avec l’approche voulant que le peuple soit davantage en contrôle de ce qui émerge de la part des gouvernements sur le plan législatif. Les électeurs albertains ont cependant reconduit les conservateurs unis au pouvoir, donnant ainsi une légitimité accrue à la loi, même si la Première ministre sortante en a très peu parlé pendant la campagne électorale.

Conclusion

38Cet examen des droites albertaines a permis de voir que les propositions de contre-démocratie des partis s’inscrivent dans des moments particuliers. Dans les années 1990, les débats constitutionnels entre le Québec et Ottawa ont suscité un important ressac des élites politiques albertaines qui estimaient que le Québec monopolisait toute l’attention du gouvernement fédéral, et ce, au détriment de l’ensemble du pays. Cela a conduit à des propositions qui, au diapason de la droite des années 1980 et 1990, prônaient un gouvernement qui aurait présenté des budgets ayant pour objectif d’atteindre rapidement l’équilibre budgétaire ainsi que l’ajout de mécanismes de contrôle des élus, mais avec une dimension albertaine importante à propos de la réforme du Sénat. Dans les années 2010, l’insatisfaction contre les conservateurs provinciaux amène une autre formation de la droite provinciale à proposer des mesures pour que les citoyens surveillent un parti qui était au pouvoir depuis 1971. Enfin, en 2019, ce sont de nouveaux éléments de contexte, essentiellement la lutte contre le changement climatique initiée par le gouvernement de Justin Trudeau, qui enclenche la dynamique d’opposition et de surveillance du peuple albertain qui doit se protéger d’Ottawa. Cependant, l’ensemble des propositions référendaires et institutionnelles ne relèvent pas tant d’une volonté d’établir une démocratie directe que de se doter d’instruments de surveillance des élites politiques qui ne gouverneraient pas selon l’intérêt général de l’Alberta.

  • 71 Antoine Robitaille, « Révocation d'un député : Drainville aussi, était favorable », Le Journal de Q (...)

39C’est ainsi que l’Alberta constitue la province où les propositions référendaires et celles de révocation sont les plus présentes au Canada, du moins pour la période actuelle. Par exemple, les procédures de révocation suscitent seulement de rares discussions au sein des partis politiques québécois71. L’autre particularité du laboratoire albertain, c’est que les droites montrent les deux visages de la surveillance, l’un interne et l’autre externe.

40D’un côté, c’est celui des citoyens-vigilants qui surveillent les élites politiques conservatrices qui n’auraient pas été à la hauteur des attentes de l’électorat. C’est pourquoi il faut établir tout un ensemble de mécanismes comme la procédure de révocation pour que les citoyens puissent surveiller et encadrer l’action de leurs propres dirigeants. De l’autre, c’est le visage de la surveillance externe où le peuple doit se protéger des intrusions de l’extérieur, c’est-à-dire du gouvernement fédéral. Comme nous l’avons vu, les partis proposent de mettre en place des mécanismes institutionnels afin de protéger le peuple albertain des politiques du gouvernement fédéral qui ne prendraient pas en compte les intérêts de l’Alberta. Ainsi, la vigilance contre-démocratique est de mise à l’interne, pour surveiller les représentants qui ne feraient pas correctement leur travail, ainsi qu’à l’externe, cette fois avec la mécanique référendaire et législative qui permet de s’opposer à Ottawa.

41Enfin, nous avons aussi mis en lumière une transformation du processus de surveillance qui a évolué, passant de la réforme du Sénat pour culminer avec la récente « Loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni », une démarche qui n’a guère d’équivalent au Canada. Après la récente victoire électorale des conservateurs unis, sa mise en application en réaction à une éventuelle politique fédérale signifierait la poursuite du processus de radicalisation des propositions de contre-démocratie des droites albertaines.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été rendu possible grâce au soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines pour le projet « Droitisation et comparaison des droites intellectuelles au Canada, 2006-2016 » (2017-2021).

2 Carlo Caldarola, « The Social Credit in Alberta, 1935-1971 », Society and Politics in Alberta. Research Papers, sous la dir. de Carlo Caldarola, Agincourt, Metheun, 1979, p. 33-48.

3 Edward Bell, Harold Jansen et Lisa Young, « Sustaining a Dynasty in Alberta: The 2004 Provincial Election », Canadian Political Science Review, 1, 2, 2007, p. 27-49, https://ojs.unbc.ca/index.php/cpsr/article/view/19 [lien consulté le 18 juin 2023].

4 Frédéric Boily, La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2013, p. 87-97.

5 Trevor Harrison, Of Passionate Intensity: Right-Wing Populism and the Reform Party of Canada, Toronto, University of Toronto Press, 1995.

6 En 2003, cette formation s’est fusionnée avec le Parti progressiste-conservateur pour donner naissance au Parti conservateur du Canada. Certaines orientations, comme la réforme du Sénat dont nous parlerons plus loin, ont continué d’être présentes au sein de la nouvelle formation dirigée par Stephen Harper.

7 « Que sont les sables bitumineux ? », Gouvernement du Canada, 28 juillet 2020, https://ressources-naturelles.canada.ca/nos-ressources-naturelles/sources-denergie-reseau-distribution/combustibles-fossils/petrole-brut/que-sont-sables-bitumineux/18152 [lien consulté le 18 juin 2023].

8 David K. Elton, « Alberta and the Federal Government in Historical Perspective », Society and Politics in Alberta, opcit., p. 111.

9 Loleen Berdhal et Roger Gibbins, Western Visions Western Futures. Perspectives on the West in Canada, Toronto, University of Toronto Press, 2003.

10 David Laycock, Populism and Democratic Thought in the Canadian Prairies, 1910 to 1945, « State and Economic Life », vol. 14, Toronto, University of Toronto Press, 1990.

11 Loleen Berdhal, « The Persistence of Western Alienation, Essay no. 9 », Montreal, Institute for Research on Public Policy, 2021. https://centre.irpp.org/wp-content/uploads/sites/3/2021/05/The-Persistence-of-Western-Alienation.pdf [lien consulté le 16 mars 2023].

12 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

13 Ibid., p. 42.

14 Ibid., p. 195.

15 Pierre Rosanvallon, Le siècle du populisme. Histoire, théorie, critique, Paris, Éditions du Seuil, 2020, p. 38.

16 Annie Collovald et Brigitte Gaïti, « Questions sur la radicalisation », dans Annie Collovald et Brigitte Gaïti (dir.), La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique, Paris, La Dispute, 2006, p. 30.

17 Anthony M. Sayers et David K. Stewart, « Is this the end of the Tory dynasty? The Wildrose Alliance in Alberta Politics », School of Public Policy, policy papers, volume 4, numéro 6, 2011, https://www.policyschool.ca/wp-content/uploads/2016/03/wildrose-online-final3_0.pdf [lien consulté le 31 mars 2023].

18 Peter McCormick, « The Reform Party of Canada: New Beginning or Dead End », Hugh G. Thorburn, (ed.), Party Politics in Canada, Scarborough, Prentice Hall, 1991, p. 342-352.

19 « Les élections générales au Canada. Preston Manning : un Ross Perot nordique », Le Monde, 27 octobre 1993, https://www.lemonde.fr/archives/article/1993/10/27/les-elections-generales-au-canada-preston-manning-un-ross-perot-nordique_3943104_1819218.html [lien consulté le 10 juin 2023].

20 Richard Sigurdson, « Preston Manning and the Politics of Postmodernism in Canada », Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique, Vol. 27, No.2, juin 1994, p. 265.

21 Nelson Wiseman, In Search of Canadian Political Culture, Vancouver, UBC Press, 2007, p. 247.

22 Frédéric Boily, La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, opcit., p. 31.

23 Ibid., p. 25-28.

24 Trevor Harrison, Of Passionate Intensity: Right-Wing Populism and the Reform Party of Canada, opcit., p. 173.

25 Tom Cohen, « Canada’s Reform Party Spurns Its U.S. Counterpart », The Los Angeles Times, 20 février 2000, https://www.latimes.com/archives/la-xpm-2000-feb-20-mn-757-story.html [lien consulté le 10 juin 2023].

26 David Laycock, Reforming Canadian Democracy? Institutions and Ideology in the Reform Party Project, Canadian Journal of Political Science / Revue canadienne de science politique, Vol. 27, No. 2, juin 1994, p. 222.

27 Frédéric Boily, Droitisation et populisme. Canada, Québec, États-Unis, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2020, p. 104-108.

28 David Laycock, The New Right and Democracy in Canada: Understanding Reform and the Canadian Alliance, Don Mills, Ontario, New York, Oxford University Press, 2002, p. 27.

29 Preston Manning, The New Canada, Toronto, MacMillan Canada, 1992.

30 Murray Dobbin, Preston Manning and the Reform Party, Toronto, James Lorimer and Company, 1991, p. 192.

31 Serge Joyal (dir), Protéger la démocratie canadienne. Le Sénat en vérité…, Montréal & Kingston, London et Itahaca, McGill-Queen’s University Press, 2003.

32 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Reform Party of Canada, p. 6. Ce texte, comme les autres programmes de partis cités ici, provient de la collection de textes politiques rassemblée par le Centre d’analyse des politiques publiques (CAPP) de l’université Laval, avec le soutien financier du Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC), et diffusée sur le site POLTEXT.ORG. https://www.poltext.org/sites/poltext.org/files/plateformesV2/Canada/CAN_PL_1996_RP_en.pdf [lien consulté le 20 février 2023].

33 Ibid., p. 23.

34 Frédéric Boily, « Preston Manning : Pour un patriotisme juridique canadien », dans Frédéric Boily et Donald Ipperciel (dir.), D’une nation à l’autre : Discours nationaux au Canada, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2011, p. 127-148.

35 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Reform Party of Canada, opcit., p. 39.

36 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, opcit., p. 210-216.

37 Peter McCormick, « The Recall of Elected Members », Canadian Parliamentary Review, été 1994, p. 11-12, http://www.revparl.ca/17/2/17n2_94e_McCormick.pdf [lien consulté le 31 mars 2023].

38 Henry F. Srebrnik, « Is the Past Prologue?: The Old-New Discourse of the Reform Party of Canada », International Social Science Review, Vol. 72, No. 1/2, 1997, p. 7.

39 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Reform Party of Canada, opcit., p. 8.

40 Nelson Wiseman, In Search of Canadian Political Culture, opcit., p. 205.

41 Parti réformiste du Canada, Blue Book. A Fresh Start for Canadians: Principles & Policies of the Reform Party of Canada, opcit., p. 11.

42 Alliance canadienne, « A time for change: an agenda of respect for all Canadians », p. 20. Poltext.Org, 2000, p. 20. https://www.poltext.org/sites/poltext.org/files/plateformesV2/Canada/CAN_PL_2000_ALL_en.pdf [lien consulté le 20 février 2023].

43 David Laycock, The New Right and Democracy in Canada: Understanding Reform and the Canadian Alliance, opcit.

44 L’Alberta a une pratique de vote pour les sénateurs mais rien ne contraint le Premier ministre canadien à les choisir.

45 Philippe Orfali, « Fini les nouveaux sénateurs, dit Harper », Le Devoir, 25 juillet 2015. https://www.ledevoir.com/politique/canada/446008/harper-et-le-senat [lien consulté le 13 mai 2023].

46 Frédéric Boily, La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, opcit., p. 90-93.

47 Gary Mason, « Recalling a politician is a valid exercise – but Wildrose proposal lowers the bar », The Globe and Mail, 18 mars 2016. https://www.theglobeandmail.com/news/british-columbia/recalling-a-politician-is-a-valid-exercise-but-wildrose-proposal-lowers-the-bar/article29301738/ [lien consulté le 3 mars 2023].

48 Wildrose Alliance Party, Wildrose Policy. Comprehensive Ideas and Solutions for Alberta, 2012, p. 3. https://www.poltext.org/sites/poltext.org/files/plateformesV2/Alberta/AB_PL_2012_WA.pdf [lien consulté le 1er mars 2023].

49 CBC News, « MLA recall legislation proposed by Wildrose Party », 19 novembre 2014, https://www.cbc.ca/news/canada/edmonton/mla-recall-legislation-proposed-by-wildrose-party-1.2840882 [lien consulté le 12 avril 2023].

50 Gary Mason, « Recalling a politician is a valid exercise – but Wildrose proposal lowers the bar », opcit.

51 Mais la recherche n’est pas claire sur ce point. Voir Pierre-Étienne Vandamme, « Can the Recall Improve Electoral Representation? », Front. Polit. Sci. 2:6, 2020, p. 3. doi: 10.3389/fpos.2020.00006.

52 Wildrose Alliance Party, Wildrose Policy. Comprehensive Ideas and Solutions for Alberta, opcit., p. 3.

53 David Rayside, Jerald Sabin et Paul Thomas, « Faith and Party Politics in Alberta Or "Danielle, this is Alberta, not Alabama" », Canadian Political Science Association, 2012, https://cpsa-acsp.ca/papers-2012/Rayside-Sabin-Thomas.pdf, [lien consulté le 12 avril 2023].

54 La péréquation est un système fédéral de redistribution fiscale, enchâssée dans la constitution, entre les provinces, qui crée beaucoup de controverses en Alberta, cette province, fiscalement riche, ne bénéficiant pas du programme. Daniel Béland et André Lecours, « L’Alberta, l’aliénation de l’Ouest et le programme fédéral de péréquation. Identités territoriales, cadrage idéologique et inscription à l’agenda politique », Politique et sociétés, volume 40, numéro 3, 2021, p. 177-196, https://www.erudit.org/fr/revues/ps/1900-v1-n1-ps06507/1083028ar/resume/ [lien consulté le 2 avril 2023].

55 Nadi Bouchenni, « Canada : le mouvement indépendantiste "Wexit" gagne en popularité », TV5 Monde, 27 décembre 2019, https://information.tv5monde.com/info/canada-le-mouvement-independantiste-wexit-gagne-en-popularite-338922 [lien consulté le 17 décembre 2023].

56 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », Alberta Strong and Free, 2019, p. 17 et p. 89, https://www.unitedconservative.ca/wp-content/uploads/2020/07/Alberta-Strong-and-Free-Platform-1.pdf [lien consulté le 20 février 2023].

57 F.L. (Ted) Morton, « Why Alberta needs a Fiscal Constitution », The School of Public Policy Publications, volume 11, no 25, septembre 2018, p. 2, https://www.policyschool.ca/wp-content/uploads/2018/09/Fiscal-Constitution-Morton-final.pdf [lien consulté le 11 juin 2023].

58 David Laycock, The New Right and Democracy in Canada: Understanding Reform and the Canadian Alliance, opcit., p. 158.

59 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », opcit., p. 89.

60 The Canadian Press, « Alberta introduces recall bill for provincial, municipal politicians, school trustees », Global News, 15 mars 2021, https://globalnews.ca/news/7698083/alberta-recall-legislation-bill-52/ [lien consulté le 1er avril 2023].

61 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », Alberta Strong and Free, 2019, opcit., p. 89.

62 Trevor W. Harrison, « Wildrose Party », The Canadian Encyclopedia, 27 avril 2018, https://www.thecanadianencyclopedia.ca/en/article/wildrose-alliance-party-of-alberta [lien consulté le 3 octobre 2023].

63 Parti conservateur uni, « 2019 Platform: Getting Alberta Back to Work », opcit., p. 89.

64 Ibid., p. 94.

65 Larry Pratt et Garth Stevenson (dir.), Western Separatism. The Myths, Realities and Dangers, Edmonton, Hurtig Publishers, 1981.

66 La question était la suivante : « Should section 36(2) of the Constitution Act, 1982 – Parliament and the government of Canada’s commitment to the principle of making equalization payments – be removed from the constitution? », Élections Alberta, https://www.elections.ab.ca/elections/referendum/ [lien consulté le 31 mars 2023].

67 Frédéric Boily, « Entre exagération et indignation », La Presse.ca, 29 octobre 2021, https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2021-10-29/referendum-albertain-sur-la-perequation/entre-exageration-et-indignation.php [lien consulté le 17 mars 2023].

68 Duane Bratt, Richard Sutherland et David Taras (dir.), Blue Storm: The Rise and Fall of Jason Kenney, Calgary, University of Calgary Press, 2023.

69 François Joly, « Loi sur la souveraineté : l’Alberta veut se doter de pouvoirs extraordinaires », Radio-Canada.ca, 29 novembre 2022, https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1937132/loi-souverainete-alberta-pouvoir-modifier-loi-constitution-depot-projet [lien consulté le 17 mars 2023].

70 Bill 1, Alberta Sovereignty Act within a United Canada, Fourth Session, 30th Legislature, 1 Charles III, 2022. https://docs.assembly.ab.ca/LADDAR_files/docs/bills/bill/legislature_30/session_4/20221129_bill-001.pdf [lien consulté le 16 mars 2023].

71 Antoine Robitaille, « Révocation d'un député : Drainville aussi, était favorable », Le Journal de Québec, 25 avril 2023, https://www.journaldequebec.com/2023/04/25/revocation-dun-depute-drainville-aussi-etait-favorable [lien consulté le 11 juin 2023].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Boily, « Les droites albertaines : contre-démocratie et recours au référendum (1997-2022) »Histoire Politique [En ligne], 50 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/14068 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoirepolitique.14068

Haut de page

Auteur

Frédéric Boily

Frédéric Boily est professeur en science politique au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Spécialiste de la politique canadienne, ses recherches portent sur la droite, le conservatisme et le populisme. Il est l’auteur de l’ouvrage Le conservatisme au Québec. Retour sur une tradition oubliée (Presses de l’Université de Laval, 2010) ainsi que de La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper (PUL, 2013). Il a également publié Droitisation et populisme. Canada-Québec-États-Unis (PUL, 2020) et dirigé le collectif, Les droites provinciales en évolution (2015-2020). Conservatisme, populisme et radicalisme (PUL, 2021). Enfin, son plus récent ouvrage s’intitule : Génération MBC. Mathieu Bock-Côté et les nouveaux intellectuels conservateurs (PUL, 2022).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search