Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51DossierLes experts coloniaux dans la déc...

Dossier

Les experts coloniaux dans la décolonisation, une histoire très politique

À propos de : Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation. La France, l’UNESCO et la fin des empires coloniaux en Afrique (1945-1961), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2023 ; Florian Wagner, Colonial Internationalism and Governmentality of Empire, 1893-1982, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.
Colonial Experts in Decolonization: A Highly Political Story
Jakob Vogel

Résumés

Le pouvoir des experts et de l’expertise scientifique internationale a conquis une place centrale dans le contexte de l’État colonial tardif après 1945. Dans le cadre d’une histoire politique des connections globales après la Seconde Guerre mondiale, l’interrogation sur leur rôle et leurs réseaux transnationaux dans l’ère de la décolonisation apporte des éclairages importants sur la politique des Empires face à la pression anticoloniale. Deux publications récentes soulignent la fécondité d’une telle approche : l’ouvrage de Florian Wagner sur l’histoire des experts coloniaux de l’Institut colonial international (ICI) et de son successeur, l’Institut international des civilisations différentes (INCIDI) de 1893 à 1982, et l’étude de Damiano Matasci sur la politique éducative de l’Empire français en Afrique entre 1945 et 1961 et sa rivalité avec les initiatives de l’UNESCO sur le même terrain. Elles démontrent les importantes dynamiques inter-impériales à l’œuvre au moment où les politiques coloniales traditionnelles étaient fondamentalement remises en question par des acteurs locaux et internationaux. Ces analyses invitent l’historien du politique à réfléchir davantage aux évolutions historiques longues et aux héritages du système colonial sur la formation des élites scientifiques en Europe et dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les nombreuses publications, voir par exemple : Rebekka Habermas et Alexandra Przyrembel (dir (...)
  • 2 Voir, par exemple, les numéros spéciaux récents : « Koloniales Wissen in Europa », dirigé par Alexa (...)
  • 3 Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes (...)
  • 4 Miguel Bandeira Jerónimo, « Developing Civilisation? Imperial Internationalism at the League of Nat (...)
  • 5 Cette observation n’est pas nouvelle, voir par exemple Jean-Hervé Jézéquel, « Les professionnels af (...)

1S’il existe déjà une considérable historiographie internationale sur les savoirs coloniaux de l’époque moderne et du XIXe siècle1, plus rares sont les travaux qui poursuivent leur étude jusqu’au XXe siècle. Ce constat est sans doute vrai pour la plupart des travaux récents qui restent centrés sur les périodes « classiques » du colonialisme européen2. La recherche a pourtant commencé, depuis quelque temps, à s’intéresser aux évolutions de la période de l’entre-deux-guerres. En témoignent, par exemple, les travaux consacrés à l’histoire de l’anthropologie coloniale et des études africaines dans les années 1920-19303 ou ceux étudiant les débats d’experts coloniaux dans le cadre du système des mandats de la Société des Nations4. Toutefois, les études analysant les évolutions des savoirs coloniaux dans la deuxième moitié du XXe siècle, moment où l’État colonial a été fondamentalement remis en question, restent relativement rares5.

  • 6 Sur le concept de l’« État colonial tardif », voir John Darwin, « What Was the Late Colonial State? (...)
  • 7 Florian Wagner, Colonial Internationalism and Governmentality of Empire, 1893-1982, Cambridge, Camb (...)
  • 8 Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation. La France, l’UNESCO et la fin des empires coloniaux (...)

2Pour l’histoire politique, cette interrogation sur les savoirs et les experts coloniaux dans l’ère de la décolonisation apporte des éléments nouveaux, aussi bien sur l’évolution de « l’État colonial tardif6 » et sur le rôle de son administration dans la transformation des sociétés colonisées que sur les dynamiques trans- et internationales influençant la politique des Empires après la Seconde Guerre mondiale. Deux publications récentes soulignent la fécondité de cette approche : d’une part l’ouvrage de Florian Wagner7 consacré à l’histoire des réseaux d’experts coloniaux autour de l’Institut colonial international (ICI) et de son successeur, l’Institut international des civilisations différentes (INCIDI) de 1893 à 1982, et d’autre part l’étude de Damiano Matasci8 sur la politique éducative de l’Empire français en Afrique entre 1945 et 1961 et sa rivalité avec les initiatives de l’UNESCO sur le même terrain. Ces ouvrages démontrent les importantes dynamiques inter-impériales à l’œuvre et le rôle des experts scientifiques dans celles-ci au moment où les politiques coloniales traditionnelles étaient fondamentalement remises en question par des acteurs locaux et internationaux.

  • 9 Voir, par exemple, Volker Barth et Roland Cvetkovski (dir.), Imperial Co-operation and Transfer, 18 (...)
  • 10 Voir par exemple Jean-Hervé Jézéquel, « Les professionnels africains… », art.cit., p. 39 ; Helen Ti (...)
  • 11 Sur ces dynamiques transnationales de l’expertise et des « savoirs d’États », voir plus généralemen (...)

3Les deux ouvrages participent ainsi au renouvellement général de l’histoire coloniale qui, désormais, insiste davantage sur les ressemblances des approches politiques des différents États coloniaux européens et sur leurs échanges et coopérations que sur la spécificité des politiques impériales nationales9. Si certaines études ont déjà souligné le rôle crucial des savoirs scientifiques et de l’expertise dans la politique des gouvernements impériaux pour canaliser la contestation anticoloniale et accompagner le processus de la « modernisation » des sociétés colonisées après la Seconde Guerre mondiale, la plupart d’entre elles l’ont essentiellement analysé à partir du seul cadre impérial-national10, laissant ainsi de côté le caractère fondamentalement transnational de l’expertise et des « savoirs d’États »11. Avec leurs éclairages sur les transformations au moment de la décolonisation, les deux études invitent donc l’historien à réfléchir davantage aux évolutions des savoirs coloniaux européens mais aussi aux héritages qu’ils ont laissés sur notre système actuel de formations des élites scientifiques en Europe et dans le monde.

Une histoire de l’expertise transimpériale : l’Institut colonial international de Bruxelles

  • 12 Jakob Vogel et Pap N’Diaye, « Marktlücke Kolonialwissenschaften. Der kolonialwissenschaftliche Unte (...)

4L’ouvrage de Florian Wagner est consacré à l’histoire d’une institution singulière, l’Institut colonial international de Bruxelles, fondé en 1893, et à l’influence de ses membres sur les politiques coloniales des différents Empires européens. Il permet de saisir les éléments importants des transformations de l’expertise coloniale à travers le XXe siècle. L’Institut était, à l’origine, une initiative privée de quelques experts coloniaux français, belges, anglais et néerlandais réunis autour de Joseph Chaillet-Bert, homme politique français et enseignant à l’École libre de sciences politique de Paris12. Il avait pour but d’apporter aux gouvernements impériaux une expertise scientifique sur la « politique coloniale comparée ». Il s’agissait d’enrichir l’État colonial en s’appuyant sur les expériences des autres puissances impériales.

  • 13 Ulrike Lindner, « New Forms of Knowledge Exchange Between Imperial Powers: the Development of the I (...)
  • 14 Aux dimensions déjà connues du travail de l’ICI sur la période d’avant 1914, Florian Wagner apporte (...)

5Si les activités et les réseaux internationaux de l’Institut ont déjà fait l’objet de travaux de recherche13, le livre de Florian Wagner, issu d’une thèse soutenue en 2016 à l’Institut universitaire européen de Florence et considérablement augmentée pour la publication, va bien au-delà des éléments connus qui se sont concentrés sur la période d’avant 1914 et se sont surtout basés sur les comptes rendus des séances de l’Institut14.

  • 15 On notera néanmoins l’absence des sources issues des Archives de l’État en Belgique (Rijksarchief) (...)

6Fondé sur une recherche très large dans des archives belges15, françaises, allemandes, britanniques et suisses (Genève) et une bibliographie abondante, l’ouvrage de Florian Wagner montre à quel point l’institution, qui s’était considérablement développée jusqu’en 1914 en intégrant des représentants d’autres puissances coloniales (notamment des Italiens et des Allemands), a su s’adapter aux changements majeurs intervenus après les deux guerres mondiales. Le système des mandats instauré par la Société des Nations (SDN) après 1919 et la création des Nations unies après 1945 changeaient en effet considérablement le contexte de travail de ce « think tank colonial », le plaçant à chaque fois en concurrence avec d’autres acteurs en matière d’expertise coloniale.

  • 16 Voir les exemples réunis dans Davide Rodogno, Bernhard Struck et Jakob Vogel (dir.), Shaping the Tr (...)

7Ces adaptations aux nouvelles données du système international, qui concernaient également les autres acteurs transnationaux du champ de l’expertise16, se posaient avec plus d’acuité dans le domaine colonial. La pression accrue des réformes pesait en effet davantage sur les Empires à la suite des deux guerres mondiales. Dans cette nouvelle configuration, les experts de l’ICI cherchaient à affirmer leur place sur l’échiquier de l’expertise coloniale avec une stratégie double : se rapprocher des nouvelles institutions pour leur « vendre » leur expertise en matière de politique coloniale, mais aussi souligner leur approche spécifique de la politique coloniale basée sur une connaissance du terrain et un savoir anthropologique des populations colonisées. Florian Wagner apporte ainsi des nuances importantes à la vision d’une confrontation entre les membres de l’ICI, plus conservateurs car proches des milieux de la haute administration coloniale, et les experts de la Commission permanente des mandats de la SDN, plus progressistes et davantage inclinés à défendre leur mission pour faire avancer l’émancipation politique des territoires mandatés – vision qui était déjà défendue par certains auteurs contemporains, notamment britanniques. Florian Wagner montre que les experts de l’ICI pouvaient en effet tirer profit de leur large expérience de la pratique coloniale pour « vendre » à la Commission permanente leur savoir anthropologique des sociétés colonisées même si, en même temps, leur relativisme culturel et leur inclinaison vers un certain corporatisme de l’État colonial les opposaient sur certaines questions politiques aux dits membres de la Commission. Cela n’empêchait pas les experts des deux institutions de travailler et de discuter étroitement ensemble, recrutant même parfois des membres de l’autre communauté pour leurs commissions et leurs débats.

  • 17 Dans l’entre-deux-guerres, l’idée eurafricaine n’était pas défendue seulement par la droite fascist (...)

8Mais le résultat le plus étonnant de cette étude réside sans doute dans l’éclaircissement d’un épisode souvent négligé par l’historiographie sur le monde colonial européen : l’influence du fascisme et de la politique coloniale italienne sur le monde des Empires européens. Florian Wagner démontre à quel point le « congrès Volta sur l’Afrique », organisé par l’Académie royale italienne et les milieux coloniaux à Rome en 1938, donnait à l’ICI et à ses experts l’occasion de se rapprocher de l’Italie fasciste, et cela malgré la politique sanglante de conquête coloniale italienne et de sa politique en Libye et en Erythrée dans les années 1930. Même des membres prétendument « progressistes » de l’ICI ne voyaient aucun problème à assister à ce congrès aux côtés des représentants de l’Allemagne nazie, s’alignant ouvertement sur les idées fascistes d’« Eurafrica ». L’attrait de ce concept pour les membres de l’ICI résidait dans le fait qu’il préconisait l’étroite coopération impériale pan-européenne reposant sur une gouvernance corporatiste de l’État et de l’économie, tout en accordant une certaine autonomie aux administrateurs coloniaux nationaux et leur savoir anthropologique sur les populations locales17.

9Les liens que certains membres de l’ICI, comme son directeur Octave Louwers, nouèrent avec les administrateurs des colonies fascistes lors du congrès Volta et de la réunion annuelle de l’ICI organisée à Rome l’année suivante se poursuivirent même après la Deuxième Guerre mondiale, et cela malgré la transformation en 1949 de l’ICI en l’Institut international des civilisations différentes (INCIDI). Comme le montre Florian Wagner, l’INCIDI se caractérisait par une continuité non seulement des acteurs mais aussi des idées coloniales de la période fasciste. Ainsi, dans les années 1950, on trouvait dans les réunions de l’Institut aussi bien des fascistes italiens, comme l’ancien vice-gouverneur de l’Afrique orientale italienne Enrico Cerulli, que des vichyistes français, des franquistes espagnols, des représentants de l’État nouveau portugais ou des anciens national socialistes allemands. Le congrès Volta de 1938 et les idées eurafricaines restaient ainsi des références importantes pour la communauté des experts coloniaux d’après-guerre, même si celle-ci s’ouvrait timidement à des acteurs issus des colonies. L’ouverture ne resta pourtant que de façade : les acteurs étaient en effet choisis avec soin parmi les acteurs « constructifs » des sociétés colonisées, à l’instar de Léopold S. Senghor, membre de l’Institut à partir de 1954. Tout en prônant alors une voie vers le « self governement » des colonies, les experts de l’INCIDI se positionnaient donc clairement contre l’indépendance de peuples colonisés, cherchant ainsi à cimenter la prééminence européenne dans les relations Nord-Sud.

  • 18 Sur l’influence du discours sur l’« Eurafrica » dans le processus de la construction européenne, vo (...)

10L’ajustement au contexte de politique internationale de l’après-guerre dominé par les Nations unies et sa galaxie de nouvelles organisations internationales prônant une approche plutôt anticoloniale restait donc toujours très défensif par rapport aux aspirations indépendantistes des autres acteurs dans les colonies. Le projet de l’Union française créée par de Gaulle en 1946 en est une illustration. En même temps, cet ajustement explique aussi la persistance de l’idée d’« Eurafrica » dans les conceptions politiques d’un nouvel ordre mondial dans les années 1950 adaptée maintenant pour intégrer les colonies dans le processus de l’intégration européenne18. Très tôt, l’INCIDI établit donc des contacts étroits avec le Conseil de l’Europe, aidé notamment par Pierre Wigny, le secrétaire général belge de l’Institut, membre du parti démocrate-chrétien, qui aimait parler de l’Afrique comme de l’« Hinterland » de l’Europe, apportant à la métropole notamment les ressources primaires dont elle avait besoin pour son développement économique.

La rivalité entre gouvernements impériaux et organisations internationales

  • 19 Voir, par exemple, le dossier dirigé par Damiano Matasci et Marie-Luce Desgrandchamps (dir.), « De (...)
  • 20 Jessica L. Pearson, The Colonial Politics of Global Health: France and the United Nations in Postwa (...)

11Les tensions entre les Nations unies et les empires européens sur la politique coloniale dans l’après-guerre constituent également l’arrière-plan du livre que Damiano Matasci, l’un des meilleurs connaisseurs actuels de l’histoire transnationale des savoirs dans l’État colonial tardif19. L’ouvrage est consacré à la rivalité entre l’UNESCO et la politique française d’éducation dans ses colonies africaines. À l’instar de Jessica L. Pearson pour la politique de santé publique20, Damiano Matasci démontre dans son étude, issue de son mémoire d’habilitation à diriger des thèses soutenue en 2022 à l’université de Genève, à quel point la coopération inter-impériale était au cœur de la stratégie de la France pour contrecarrer aussi bien les pressions des organisations internationales que les dynamiques indépendantistes dans ses colonies africaines.

  • 21 Damiano Matasci se positionne ici explicitement contre une thèse de Mark Mazower qui voyait précisé (...)

12Contre « le vent de New York et de Genève » en matière d’éducation, porté par les commissions d’experts de l’UNESCO, administrateurs et diplomates français cherchaient à bâtir une coalition de gouvernements impériaux afin de définir une ligne politique compatible avec le cadre de leur domination coloniale. Ainsi, dès 1946, les Français organisèrent une série de rencontres avec leurs homologues britanniques et belges pour renforcer la « coopération intercoloniale » dans le domaine important de la politique d’éducation. Loin de rejeter en bloc les approches de l’UNESCO sur la nécessité d’instaurer une éducation de base pour les populations, l’agenda de ces rencontres suivait de très près les thématiques proposées par les experts de l’UNESCO. Ainsi les gouvernements impériaux s’accordaient-ils pour inscrire la politique éducative dans le cadre d’une politique de développement plus large, englobant une formation de base en lecture et en écriture mais aussi des compétences techniques « adaptées », tout en soulignant la souveraineté des puissances coloniales dans les affaires éducatives21.

  • 22 Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation..., op. cit., p. 101.
  • 23 Pour plus de détails sur les activités de Worthington à la tête de la CCTA, voir l’article de Damia (...)

13Vers la fin de années 1940, la pression « anticoloniale » était telle que l’idée d’une institution permanente, une organisation « panafricaine élaborée sur un plan européen22 », susceptible de contrecarrer les dynamiques onusiennes, semblait s’imposer aux yeux des gouvernements coloniaux. Lors d’une réunion à Londres, Britanniques et Français lancèrent le projet de la « Commission de coopération technique en Afrique du Sud de Sahara » (CCTA) à laquelle participèrent également l’Union de l’Afrique du Sud et la Rhodésie du Sud, deux pays du Commonwealth. Cette institution, de budget modeste, réunissait cinq bureaux permanents censés couvrir les différents champs prioritaires de la politique scientifique en Afrique : l’agriculture, la santé publique, le domaine vétérinaire, la géologie et la recherche des sols, ainsi que la coopération technique proprement dite. Nommé secrétaire général de l’institution, le biologiste britannique Edgar Barton Worthington parcourait le continent africain afin de coordonner la politique scientifique des différents partenaires23.

  • 24 Encore avant l’ancien monde colonial, l’Amérique latine était la cible principale de la politique é (...)
  • 25 Ibid., p. 121.
  • 26 Ibid., p. 143.

14Selon Damiano Matasci, la résistance conjointe des gouvernements impériaux est l’un des facteurs majeurs expliquant pourquoi l’Afrique resta, loin derrière les pays asiatiques, tout au long des années 1950, à la marge des activités de l’UNESCO en matière d’assistance technique pour développer les systèmes éducatifs dans l’ancien monde colonial24. Au début des années 1960, l’institution internationale reconnaissait qu’elle « connaissait très mal l’Afrique25 ». Mais malgré le désaccord sur la finalité politique de la politique éducative dans le continent et une méfiance réciproque entre les acteurs, la confrontation entre les administrations coloniales et les représentants des organisations internationales n’était jamais totale. Tout comme Florian Wagner, Damiano Matasci souligne également la perméabilité entre les milieux d’experts. En effet, non seulement les gouvernements coloniaux étaient impliqués dès le départ dans les instances onusiennes, même s’ils s’y trouvaient largement en minorité, mais ils invitaient également, dans un « geste de courtoisie26 », les experts de l’UNESCO aux conférences spécialisées organisées par la CCTA.

15Finalement, ce furent plus la marche vers l’indépendance des anciennes colonies africaines, et donc le processus politique de la décolonisation, qui amenèrent le changement sur le champ éducatif que la pression de la part des instances internationales : l’obstruction des gouvernements européens se montra finalement payante et elle réussit à freiner considérablement les ardeurs des acteurs internationaux pour imposer leur agenda sur le continent africain. Dans le processus de décolonisation, les gouvernements impériaux pouvaient alors se préserver, par des accords bilatéraux, une influence majeure dans la politique éducative de leurs anciennes colonies devenues indépendantes. En parallèle, anticipant la décolonisation, les instances coloniales firent leur mue avec l’africanisation de la CCTA : outre le Ghana indépendant, l’institution accueillit également après 1958 le Libéria et transféra son siège à Nairobi l’année suivante. Si la conférence d’Addis Abeba sur le développement de l’éducation en Afrique, organisée par l’UNESCO en mai 1961, marqua en quelque sorte une nouvelle ère de la politique éducative sur le continent basé sur le principe des États post-coloniaux, les structures mises en place par l’État colonial tardif se montrèrent alors assez résistantes. D’autant plus que les États nouvellement indépendants continuèrent à s’orienter vers un projet de « développement éducatif » défini par les experts internationaux dans l’après-guerre.

Perspectives

  • 27 Voir ici encore la récente publication du livre dirigé par Pierre Singaravélou et alii, Colonisatio (...)
  • 28 Dans cette optique, l’argumentation de Jessica L. Pearson (The Colonial Politics of Public Health…,(...)

16Les deux ouvrages démontrent à quel point la perspective transnationale est essentielle pour comprendre l’impact de l’État colonial tardif dans le domaine des savoirs et de l’éducation. Ils soulignent également le rôle éminent que les experts coloniaux jouèrent dans ces évolutions. Dans un débat public où l’histoire coloniale est encore regardée principalement dans une seule perspective d’histoire nationale27, Florian Wagner et Damiano Matasci nous rappellent l’importance d’une analyse des réseaux transnationaux d’experts et de leurs activités aussi bien sur le plan international que national. Cette démarche permet ainsi de comprendre la formulation et l’implémentation des stratégies défensives que les gouvernements impériaux développèrent face à l’érosion de leur influence sur le plan international et à la poussée des revendications d’indépendance dans les sociétés colonisées. Mais si les nouvelles constellations politiques d’après 1945 expliquent, selon les deux auteurs, les nouvelles dynamiques des débats sur le plan de l’expertise coloniale, ceux-ci ne se comprennent pas si on ne prend pas en compte leurs évolutions sur le plus long terme : par exemple l’élaboration d’une perspective « anthropologique » des sociétés colonisées, chère aux experts de l’Institut colonial international, le concept d’« Eurafrica » ou l’approche « développementaliste » particulièrement influente dans l’après-guerre trouvaient leurs racines dans les phases antérieures de l’histoire coloniale28.

  • 29 Pour un aperçu de cette historiographie, voir Corinna Unger et alii (dir.), Perspectives on the His (...)
  • 30 Voir, par exemple, pour le cas français : Laurent Manière, « L’enseignement dans l’empire colonial (...)
  • 31 Voir pour de premiers éléments, Stéphane Lembré, « L’enseignement technique et professionnel et le (...)

17L’impératif de placer cette histoire de l’expertise de l’État colonial tardif dans une perspective historique longue invite également l’historien à sortir du seul cadre de l’histoire coloniale afin de s’intéresser davantage à ses effets sur la politique scientifique et éducative d’après-indépendance. Si l’histoire de la politique de développement connaît depuis quelque temps, sur le plan international, un essor considérable et a déjà produit une historiographie importante29, plus rares sont les travaux analysant plus spécifiquement l’impact des projets internationaux de développement dans le domaine scientifique et éducatif30. Dans cette optique, il serait intéressant, par exemple, de regarder plus en profondeur comment l’idée d’une formation technique « de base », qui serait seule adaptée aux besoins de sociétés en voie de développement tandis que l’enseignement universitaire de haut niveau serait principalement le domaine des sociétés européennes et américaines, s’est imposée même dans la politique des nouveaux états indépendants31.

  • 32 Robert Tijssen/Jos Winnink, « Global and Local Research Excellence in Africa: New Perspectives on P (...)
  • 33 https://ace.aau.org/ [lien consulté le 20/12/2023].

18Cette idée déjà formulée au début du siècle et élaborée dans le contexte des débats développementalistes internationaux de l’après-guerre a considérablement freiné l’évolution de l’enseignement supérieur en Afrique. En effet, ce n’est qu’en 2004, dans une réunion organisée par l’UNESCO à Accra, que l’Association des universités africaines a formulé l’objectif de développer davantage la recherche d’excellence sur le continent africain32. Depuis, un programme de développement d’un certain nombre d’« Africa Higher Education Centers of Excellence (ACE) » a été lancé en 2014 avec l’aide de la Banque mondiale et de l’Agence française du développement33.

  • 34 Tel qu’a été le projet présenté par l’économiste et philosophe sénégalais Felwine Sarr dans sa conf (...)
  • 35 Pour un regard personnel sur les évolutions depuis les années 1960, voir Catherine Coquery-Vidrovit (...)

19Mais ces initiatives du début du XXIe siècle montrent seulement la difficulté, plus d’un demi-siècle après la décolonisation, de lancer des initiatives cherchant à sortir l’Afrique d’une politique éducative et scientifique formulée dans le contexte de l’État colonial tardif et qui a fortement marqué depuis les réalités du continent ainsi que ses rapports avec les anciennes puissances coloniales. Dans un contexte où des intellectuels africains commencent à réfléchir à la définition d’une nouvelle « écologie des savoirs » en Afrique et à une reformulation du canon disciplinaire universitaire pour l’adapter aux traditions culturelles africaines34, il semble donc crucial pour les historiens et les historiennes de mieux comprendre les marques profondes que la politique coloniale a laissées jusqu’à aujourd’hui sur le monde universitaire mondial dans lequel s’inscrit également notre propre discipline35.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreuses publications, voir par exemple : Rebekka Habermas et Alexandra Przyrembel (dir.), Von Käfern, Märkten und Menschen. Kolonialismus und Wissen in der Moderne, Göttingen, Vandenhoeck, 2013 ; Kapil Raj, Relocating Modern Science. Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007 ; Londa Schiebinger, Plants and Empire. Colonial Bioprospecting in the Atlantic World, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2004 ; Pierre Singaravélou, Professer l’empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

2 Voir, par exemple, les numéros spéciaux récents : « Koloniales Wissen in Europa », dirigé par Alexandra Przyrembel de la revue Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, vol. 74, n° 9/10, 2023 ; « Transimperial Histories of Knowledge: Exchange and Collaboration from the Margins of Imperial Europe », dirigé par Claire Louise Blaser, Monique Ligtenberg, Josephine Selander de la revue Comparativ, vol. 31, n° 5-6, 2021.

3 Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002 ; Helen Tilley, Africa as a Living Laboratory: Empire, Development, and the Problem of Scientific Knowledge, 1870-1950, Chicago, Chicago University Press, 2011.

4 Miguel Bandeira Jerónimo, « Developing Civilisation? Imperial Internationalism at the League of Nations (1920s-1930s) », Histoire@Politique, n° 41, 2020. En ligne, URL : https://journals.openedition.org/histoirepolitique/385 [lien consulté le 12/12/2023] ; Philippe Bourmaud, Norig Neveu et Chantal Verdeil (dir.), Experts et expertise dans les mandats de la société des nations : figures, champs, outils, Paris, Presses de l’Inalco, 2020 ; Susan Pedersen, The Guardians. The League of Nations and the Crisis of Empire, Oxford, University Press, 2015.

5 Cette observation n’est pas nouvelle, voir par exemple Jean-Hervé Jézéquel, « Les professionnels africains de la recherche dans l’État colonial tardif. Le personnel local de l’Institut Français d’Afrique Noire entre 1938 et 1960 », Revue d’histoire des sciences humaines, vol. 24, n° 1, 2011, pp. 35-60, p. 39. Des contre-exemples peuvent être trouvés : Christophe Bonneuil, Des savants pour l’empire : la structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de « la mise en valeur » des colonies françaises, 1917-1945, Paris, ORSTOM, 1991 ; Lyn Schumaker, Africanizing Anthropology. Fieldwork, Networks, and the Making of Cultural Knowledge in Central Africa, Durham, Duke University Press, 2001.

6 Sur le concept de l’« État colonial tardif », voir John Darwin, « What Was the Late Colonial State? », Itinerario. Journal of Imperial and Global Interaction, vol. 23, n° 3-4, 1999, pp. 73-82. John Darwin mettait déjà en garde contre une définition trop étroite de celui-ci sur le plan temporel, en soulignant la nécessité d’une approche souple quant à ses bornes chronologiques.

7 Florian Wagner, Colonial Internationalism and Governmentality of Empire, 1893-1982, Cambridge, Cambridge University Press, 2022.

8 Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation. La France, l’UNESCO et la fin des empires coloniaux en Afrique (1945-1961), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2023.

9 Voir, par exemple, Volker Barth et Roland Cvetkovski (dir.), Imperial Co-operation and Transfer, 1870-1930. Empires and Encounters, Londres, Bloomsbury, 2015 ; Ulrike Lindner, Koloniale Begegnungen. Deutschland und Großbritannien als Imperialmächte in Afrika 1880-1914, Francfort-sur-le-Main / New York, Campus, 2011 ; Daniel Hedinger et Nadin Heé, « Transimperial History - Connectivity, Cooperation and Competition », Journal of Modern European History, vol. 16, no 4, 2018, pp. 429-452 ; Pierre Singaravélou (dir.), Les empires coloniaux. XIXe et XXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2013.

10 Voir par exemple Jean-Hervé Jézéquel, « Les professionnels africains… », art.cit., p. 39 ; Helen Tilley, Africa as Living Laboratory, op. cit. Voir, en revanche, la publication récente sur la généalogie des études aréales qui aborde également les dynamiques transnationales : Anne Kwaschik, Der Griff nach dem Weltwissen. Zur Genealogie von Area Studies im 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck, 2018.

11 Sur ces dynamiques transnationales de l’expertise et des « savoirs d’États », voir plus généralement Lothar Schilling et Jakob Vogel (dir.), Transnational Cultures of Expertise. Circulating State-related Knowledge in the 18th and 19th Centuries, Berlin/Boston, De Gruyter, 2019 ; Davide Rodogno, Bernhard Struck et Jakob Vogel (dir.), Shaping the Transnational Sphere. Experts, Networks, and Issues (c. 1850-1930), Oxford/New York, Berghahn Publishers, 2015.

12 Jakob Vogel et Pap N’Diaye, « Marktlücke Kolonialwissenschaften. Der kolonialwissenschaftliche Unterricht an der École libre de sciences politiques », Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, vol. 74, n° 9/10, 2023, pp. 490-500, pp. 492-495.

13 Ulrike Lindner, « New Forms of Knowledge Exchange Between Imperial Powers: the Development of the Institut Colonial International (ICI) Since the End of the Ninenteenth Century », dans Volker Barth et Roland Cvetkovski (dir.), Imperial Co-operation…, op. cit., p. 578 ; Anne Kwaschik, Der Griff nach dem Weltwissen…, op. cit.

14 Aux dimensions déjà connues du travail de l’ICI sur la période d’avant 1914, Florian Wagner apporte aussi d’autres éléments nouveaux. Ainsi montre-t-il à quel point la politique de modernisation agricole dans les colonies défendue par Chaillet-Bert et ses collègues se basait sur des pratiques élaborées à la station agricole expérimentale néerlandaise de Buitenzorg à Java (chap. 4). Il montre également comment le projet d’une « adatization » (adaptation suivant les traditions locales) des lois et coutumes islamiques a été propagé par les membres de l’Institut (chap. 5). Si ces deux chapitres sont très éclairants, ils passent peut-être un peu trop vite sur les deux cas et l’historiographie concernée : les historiens intéressés par l’histoire de l’agriculture coloniale par exemple trouveront sans doute les pages sur le « mythe de Buitenzorg » un peu rapides tant elles laissent de côté d’autres facteurs et influences sur l’évolution des savoirs agronomiques dans les colonies. Voir par exemple Hélène Blais, L’Empire de la nature. Une histoire des jardins botaniques coloniaux (fin XVIIIe siècle – années 1930), Ceyzérieu, Champ Vallon, 2023.

15 On notera néanmoins l’absence des sources issues des Archives de l’État en Belgique (Rijksarchief) qui ont été utilisées par une historienne belge pour une étude sur l’un des acteurs clés de l’Institut, Octave Louwers, : Gudrun van Pottelbergh, Octave Louwers, « "Éminence grise" van het Belgisch koloniaal establishment. Achter de schermen van de koloniale politiek in de jaren 1920 en 1930 », Revue belge d’Histoire contemporaine, 2006, 3-4, pp. 453-494.

16 Voir les exemples réunis dans Davide Rodogno, Bernhard Struck et Jakob Vogel (dir.), Shaping the Transnational Sphere…, op. cit.

17 Dans l’entre-deux-guerres, l’idée eurafricaine n’était pas défendue seulement par la droite fasciste mais aussi par des hommes politiques de gauche comme Albert Sarraut, ministre des Colonies en 1920-1924 et en 1932-1933, avant de devenir président du Conseil en 1933, puis en 1936. Voir Yves Montarsolo, « Albert Sarraut et l’idée d’Eurafrique », dans Marie-Thèrese Bitsch, Gérard Bossuat (dir.), L’Europe unie et l’Afrique : De l’idée d’Eurafrique à la convention de Lomé, Bruxelles, Bruylant, 2005, pp. 77-95.

18 Sur l’influence du discours sur l’« Eurafrica » dans le processus de la construction européenne, voir notamment : Laurent Warlouzet, « La chimère de l’Eurafrique », La vie des idées, 5 décembre 2022, URL : https://laviedesidees.fr/La-chimere-de-l-Eurafrique [lien consulté le 12/12/2023].

19 Voir, par exemple, le dossier dirigé par Damiano Matasci et Marie-Luce Desgrandchamps (dir.), « De la « mission civilisatrice » à l’aide internationale dans les pays du Sud : acteurs, pratiques et reconfigurations au XXe siècle », Histoire@Politique, n° 41, 2020, https ://journals.openedition.org/histoirepolitique/284?lang=en [lien consulté le 12/12/2023] et Damiano Matasci et Miguel Bandeira Jerónimo (dir.), « Coopérations et circulations trans-impériales en Afrique (fin XIXe siècle ‑ années 1960) », Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique, vol. 2, 2022 ; Damiano Matasci, Miguel Bandeira Jerónimo et Hugo Gonçalves Dores (dir.), Repenser la « mission civilisatrice ». L’éducation dans le monde colonial et postcolonial au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2020 ; ainsi que son article Damiano Matasci, « Gouverner la nature, moderniser le colonialisme : Hans J. Brédo, la recherche antiacridienne et la coopération interimpériale en Afrique (années 1930 ‑ années 1950) », Histoire@Politique, n° 48, 2022, https ://journals.openedition.org/histoirepolitique/8669 [lien consulté le 12/12/2023].

20 Jessica L. Pearson, The Colonial Politics of Global Health: France and the United Nations in Postwar Africa, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2018.

21 Damiano Matasci se positionne ici explicitement contre une thèse de Mark Mazower qui voyait précisément l’ascension des Nations unies comme une prolongation de l’idéologie coloniale. Voir Mark Mazower, No Enchanted Palace. The End of Empire and the Ideological Origins of the United Nations, Princeton, Princeton University Press, 2009.

22 Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation..., op. cit., p. 101.

23 Pour plus de détails sur les activités de Worthington à la tête de la CCTA, voir l’article de Damiano Matasci, « Internationalizing Colonial Knowledge. Egard Barton Worthington and the Scientific Council for Africa, 1949-1956 », The Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 48, n° 5, 2020, pp. 892-913.

24 Encore avant l’ancien monde colonial, l’Amérique latine était la cible principale de la politique éducative de l’UNESCO dans cette période. Voir Damiano Matasci, Internationaliser l’éducation..., op. cit., pp. 113-123.

25 Ibid., p. 121.

26 Ibid., p. 143.

27 Voir ici encore la récente publication du livre dirigé par Pierre Singaravélou et alii, Colonisations. Notre histoire, Paris, Seuil, 2023.

28 Dans cette optique, l’argumentation de Jessica L. Pearson (The Colonial Politics of Public Health…, op. cit.) sur l’évolution de la politique de santé publique de l’État colonial français en réaction aux dynamiques déclenchées par la création de l’OMS sur le plan international semble beaucoup trop réductrice car elle néglige la longue histoire des coopérations inter-impériales dans le domaine de santé depuis le début du siècle. Voir par exemple : Deborah Neil, Networks in Tropical Medicine. Internationalism, Colonialism, and the Rise of a Medical Specialty, 1890-1930, Stanford, University Press, 2012 ; Guillaume Lachenal, « Médecine, comparaisons et échanges inter-impériaux dans le mandat camerounais : une histoire croisée franco-allemande de la mission Jamot », Canadian Bulletin of Medical History/Bulletin canadien d’histoire de la Médecine, vol. 30, n° 2, 2013, pp. 23-45 ; Samuël Coghe, « Inter-imperial Learning and African Health Care in Portuguese Angola in the Interwar Period », Social History of Medicine, vol. 28, n1, 2015, pp. 134-154.

29 Pour un aperçu de cette historiographie, voir Corinna Unger et alii (dir.), Perspectives on the History of Global Development, Berlin/Boston, De Gruyter, 2022.

30 Voir, par exemple, pour le cas français : Laurent Manière, « L’enseignement dans l’empire colonial français (XIXe-XXe siècles). La politique française pour l’adaptation de l’enseignement en Afrique après les indépendances (1958-1964) », L’Histoire de l’enseignement, vol. 128, 2010, pp. 163-190.

31 Voir pour de premiers éléments, Stéphane Lembré, « L’enseignement technique et professionnel et le développement économique de l’Afrique du Nord sous domination française (années 1920-1950) », dans Damiano Matasci, Miguel Bandeira Jerónimo et Hugo Gonçalves Dores (dir.), Repenser la « mission civilisatrice »…, op. cit., pp. 109-123.

32 Robert Tijssen/Jos Winnink, « Global and Local Research Excellence in Africa: New Perspectives on Performance Assessment and Funding », Science, Technology and Society, vol. 27, n° 3, 2022, pp. 368-387.

33 https://ace.aau.org/ [lien consulté le 20/12/2023].

34 Tel qu’a été le projet présenté par l’économiste et philosophe sénégalais Felwine Sarr dans sa conférence dans le cadre de l’« Anton Wilhelm Amo lectures » organisée par le Merian Institute for Advanced Studies in Africa (Miasa) in Accra, Ghana, le 12 décembre 2023, intitulée « Building African Ecologies of Knowledge », voir : https://www.ug.edu.gh/mias-africa/Amo-lecture-2023 [lien consulté le 12/12/2023].

35 Pour un regard personnel sur les évolutions depuis les années 1960, voir Catherine Coquery-Vidrovitch, Le Choix de l’Afrique. Les combats d’une pionnière de l’histoire africaine, Paris, La Découverte, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jakob Vogel, « Les experts coloniaux dans la décolonisation, une histoire très politique »Histoire Politique [En ligne], 51 | 2023, mis en ligne le 30 décembre 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/15416 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoirepolitique.15416

Haut de page

Auteur

Jakob Vogel

Jakob Vogel est depuis 2011 professeur de l’histoire de l’Europe (XIXe et XXe siècles) au Centre d’histoire de Sciences Po Paris. Il a été directeur du Centre Marc Bloch de Berlin de 2018 à 2023. Ses recherches portent sur l’histoire coloniale de l’Europe et les réseaux et circulations des experts dans le monde, tout comme sur l’histoire de la nation et du sentiment militaire en Europe.

Parmi ses publications récentes figurent notamment : (dir.), Europe and the World in History, vol. 3 de The European Way since Homer : History, Memory, Identity, dirigé par Étienne François, Thomas Serrier et al. (Londres: Bloomsbury 2021); avec Lothar Schilling (dir.), Transnational Cultures of Expertise: Circulating State-Related Knowledge in the 18th and 19th centuries (Berlin: De Gruyter 2019).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search