Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus2022« Citoyennetés – France, Pologne,...

2022

« Citoyennetés – France, Pologne, Allemagne depuis 1789 » (“Staatbürgerschaften – Frankreich, Polen, Deutschland seit 1789”)

Compte rendu d’exposition (Berlin, Deutsches Historisches Museum, 1er juillet 2022 – 15 janvier 2023)
Cédric Pellen
Référence(s) :

Citoyennetés – France, Pologne, Allemagne depuis 1789 (Staatbürgerschaften – Frankreich, Polen, Deutschland seit 1789) [exposition], Berlin, Deutsches Historisches Museum, 1er juillet 2022 – 15 janvier 2023

Texte intégral

1Dans les années 1830, la famille Godurowski se joint à la « Grande Émigration » pour fuir le Royaume de Pologne, alors sous domination russe, et rejoindre Paris. En 1855, elle s’établit à Thann, en Alsace. Dans les décennies suivantes, ses membres sont ballotés d’une citoyenneté à une autre au gré des guerres et annexions successives qui touchent la région ; tour à tour Polonais, Allemands, Français... Les subtilités des droits nationaux de la citoyenneté les conduisent même parfois à relever au même moment d’États rivaux. Ainsi, lors de la Première Guerre mondiale, lorsque pères et fils se retrouvent mobilisés à leur corps défendant dans des armées opposées.

2Le cas de la famille Godurowski illustre parfaitement le propos de l’exposition « Citoyennetés – France, Pologne, Allemagne depuis 1789 » proposée par le Deutsches Historisches Museum de Berlin. En recourant à une grande variété de supports – œuvres d’art, témoignages, objets personnels (une vieille pièce de monnaie du Royaume de Pologne transmise de génération en génération dans le cas de la famille Godurowski), mais aussi documents administratifs, archives audio-visuelles ou même jeux vidéo –, elle invite le visiteur à s’interroger sur les conditions d’appartenance d’un individu à un État, et sur leurs variations historiques et nationales. Si le statut juridique de la citoyenneté s’est progressivement imposé en Europe – et plus largement à travers le monde – comme l’outil privilégié de construction et de mobilisation de la communauté politique, il est loin d’avoir toujours et partout la même signification et les mêmes implications. Être citoyen d’un État, c’est se voir reconnaître un ensemble de droits et de devoirs communs, dont le contenu peut être extrêmement changeant d’un contexte à un autre. Mais c’est aussi être légalement distingué des autres – les « non-citoyens », les « étrangers », voire les « ennemis » – selon des critères et paramètres eux-mêmes très variables. En se concentrant sur les cas de la France, de la Pologne et de l’Allemagne, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, l’exposition retrace avec une grande pédagogie les mutations des modes de conceptualisation et des usages politiques de la citoyenneté dans cette double dimension interne, en tant que vecteur d’égalité juridique entre les membres d’une communauté, et externe, comme instrument de démarcation par rapport aux non-membres.

3On pourrait regretter que la limitation de la focale à trois pays d’Europe continentale conduise l’exposition à ignorer totalement des processus historiques de construction et de fonctionnement de la citoyenneté s’étant développés dans d’autres contextes géographiques et politiques, par exemple au Royaume-Uni, en Russie, aux États-Unis, ou même dans des États de création plus récente d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Asie. Au fil de la visite, cependant, on est convaincu que ce que ce choix fait perdre à l’exposition en exhaustivité, il le lui fait gagner en cohérence, en clarté et, in fine, en capacité de généralisation. La comparaison de la France, de l’Allemagne et de la Pologne, trois pays voisins aux relations intenses et longtemps conflictuelles, permet en effet de mettre en lumière de manière particulièrement limpide ce que les dynamiques historiques de définition de modèles nationaux de la citoyenneté doivent aux luttes politiques, économiques et militaires qui opposent les États, mais aussi aux échanges de biens, de personnes et d’idées qui les relient.

4L’exposition s’ouvre sur une première section chronologique qui vise à rappeler les principales étapes de l’affirmation de la citoyenneté comme forme dominante de l’appartenance politique en Europe, depuis son « invention » sous sa forme moderne lors de la Révolution française, jusqu’à la proclamation d’une citoyenneté européenne avec le traité de Maastricht. Une attention particulière est accordée aux périodes de conflits qui, par les mobilisations militaires puis les changements territoriaux et mouvements de population qu’elles ont pu impliquer, ont joué un rôle central dans la cristallisation progressive de critères spécifiquement nationaux d’intégration à la communauté politique. La présentation d’affiches de propagande et d’objets patriotiques (comme cette magnifique « robe de la libération » portée par une Alsacienne en 1918) permet de rappeler que les régions limitrophes et contestées, comme l’Alsace-Moselle, la Poméranie ou la Silésie, ont été les théâtres centraux de la confrontation entre les conceptions rivales de l’appartenance dont se dotent les différents États entre la mi-XIXsiècle et la Seconde Guerre mondiale. À la centralité tendanciellement accordée en France aux critères politiques et territoriaux s’oppose le primat donné au principe de filiation ethno-nationale en Allemagne, et aux éléments culturo-communautaristes en Pologne. Ces manières différentes, et largement rivales, de construire la citoyenneté ne sont pas seulement théoriques. Comme le montre bien l’exposition, elles ont eu des implications majeures sur la vie et la destinée de millions de personnes, que l’on pense ici aux « malgré-nous » mobilisés au nom de leur citoyenneté dans l’armée d’un pays auquel ils se sentent étranger, aux déplacés d’après-guerre contraints de quitter leur foyer pour rejoindre une « mère-patrie » qui leur est parfois dans les faits largement inconnue, ou encore aux nombreux réfugiés apatrides de l’entre-deux-guerres, victimes des contradictions et usages politiques des droits nationaux de la citoyenneté. Depuis la Seconde Guerre mondiale, et surtout avec la fin de la guerre froide, on observe une tendance à l’hybridation et à la convergence des modèles de la citoyenneté en France, en Allemagne et en Pologne. Si l’intégration européenne a constitué un moteur particulièrement puissant d’harmonisation et de garantie réciproque des droits des citoyens, elle n’a cependant pas totalement effacé les spécificités nationales ni mis fin aux instrumentalisations politiques de la citoyenneté. En témoignent les controverses récentes, évoquées dans l’exposition, sur la double nationalité en Allemagne ou sur la déchéance de nationalité en France.

5Dans un second temps, le parcours de visite adopte une approche thématique, afin d’approfondir trois enjeux historiques de la citoyenneté ayant conservé une prégnance dans nos sociétés contemporaines. Le premier est celui de son apprentissage ou, pour le dire autrement, des modalités de construction, d’inculcation et de mobilisation du sentiment d’appartenance à la communauté politique. En France, en Pologne comme en Allemagne, deux institutions ont historiquement joué un rôle central dans ce processus d’éducation civique : l’École et l’Armée. Dès le XIXsiècle, la première se voit confier la mission d’inculquer les normes, les valeurs mais aussi l’amour de la communauté aux futurs citoyens, alors que la seconde les rappelle concrètement à leurs obligations de la défendre, par le biais de la conscription, voire de la mobilisation générale en temps de guerre. En ce sens, l’exposition montre bien que les réformes récentes des politiques scolaires et militaires, avec notamment le passage à une armée de métier, ne sont pas neutres. Elles obligent à repenser en profondeur les modes de socialisation à la citoyenneté dans des sociétés françaises, allemandes mais aussi polonaises de plus en plus diverses.

6Le deuxième enjeu abordé par l’exposition est celui des discriminations dans l’accès à la citoyenneté. Trois cas emblématiques de groupes discriminés sont présentés successivement dans trois salles dédiées : celui des femmes, des juifs et des « indigènes » des colonies. La force de l’exposition réside ici dans sa capacité à souligner les différences – et points communs – dans les modes historiques de traitement de ces groupes entre les trois pays, tout en incarnant concrètement les effets individuels, souvent dramatiques, de l’exclusion de la citoyenneté par une série de portraits de femmes et d’hommes l’ayant subie ou combattue. Elle nous rappelle ainsi que si l’Allemagne nazie a sans conteste constitué un paroxysme de ségrégation et d’exclusion, des modèles censément inclusifs de citoyenneté, comme celui de la France, ont aussi pu s’accommoder d’une dichotomie de droits fondée sur des critères biologiques, culturels ou religieux.

7Enfin, le troisième enjeu sur lequel se penche l’exposition est celui des instruments qui structurent les politiques publiques de citoyenneté. À partir de la fin du XIXe siècle, on a en effet assisté à une technicisation croissante des modes de caractérisation, de hiérarchisation et de contrôle de leurs citoyens, mais aussi de leurs ressortissants étrangers, par les États français, polonais et allemands. Alors que le développement de la statistique a permis l’élaboration de registres de population détaillés, dont l’Allemagne nazie a fait un usage extensif dans son entreprise d’exclusion et d’extermination ethno-raciale, des inventions comme la photographie, la dactyloscopie et plus tard la biométrie ont rendu possible une identification de plus en plus fine des individus et de leur statut civique. En détaillant de manière illustrée les procédures de naturalisation largement similaires aujourd’hui en vigueur en France, en Allemagne et en Pologne, l’exposition montre que la forte ritualisation de l’accès à la citoyenneté (avec par exemple l’organisation de cérémonies civiles) participe également de cette construction technique et administrative de la communauté politique et nationale.

  • 1 Doris Blume, Dieter Gosewinkel et Raphael Gross, Staatsbürgerschaften. Frankreich, Polen, Deutschla (...)

8En clôture d’un parcours de visite particulièrement dense, et à la muséographie toujours très soignée, des extraits de reportages d’actualité et des témoignages de citoyens « ordinaires » invitent le visiteur à mener un travail réflexif sur sa propre relation à la citoyenneté (nationale comme européenne) ainsi que sur les menaces persistantes qui pèsent sur des droits civiques trop souvent pris pour acquis. L’exposition « Citoyennetés – France, Pologne, Allemagne depuis 1789 » réussit ainsi le tour de force de faire d’un sujet potentiellement abscons – les évolutions d’un statut juridique – le support d’un cheminement passionnant et extrêmement stimulant dans l’histoire récente des dynamiques ambigües de l’intégration politique des individus en Europe. Elle est opportunément complétée par un très beau catalogue1 (en allemand, et, dans une version synthétique, en français, anglais et polonais), co-dirigé par son curateur, le professeur d’histoire du droit Dieter Gosewinkel.

Haut de page

Notes

1 Doris Blume, Dieter Gosewinkel et Raphael Gross, Staatsbürgerschaften. Frankreich, Polen, Deutschland seit 1789, München, Stiftung Deutsches Historisches Museum und Piper Verlag, 2022, 256 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Pellen, « « Citoyennetés – France, Pologne, Allemagne depuis 1789 » (“Staatbürgerschaften – Frankreich, Polen, Deutschland seit 1789”) »Histoire Politique [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 22 septembre 2022, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/6755 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoirepolitique.6755

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search