Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47SourcesRaconter l’histoire du coup d’Éta...

Sources

Raconter l’histoire du coup d’État depuis les poblaciones : le témoignage inédit d’une religieuse française à Santiago (Chili, 1973-1974)

Recounting a military coup from the poblaciones: The unpublished testimony of a French nun in Santiago de Chile, 1973–1974
Samuel Laurent Xu

Résumés

Le 11 septembre 1973, Nadine Loubet, connue au Chili comme Sœur Odile, est confrontée au coup d’État militaire des Forces armées du général Pinochet. Le président socialiste du gouvernement d’Unité populaire, Salvador Allende, est retrouvé mort. Une intense répression s’abat sur la gauche chilienne. La dominicaine française prend alors la plume pour raconter l’horreur et documenter les exactions dans des carnets manuscrits, rédigés au jour le jour pendant un peu plus d’un an. Établie en secteurs populaires comme religieuse ouvrière, Nadine Loubet participe également aux actions de résistance qui s’organisent dans les poblaciones pour venir en aide aux personnes persécutées par le nouveau régime. Cinquante plus tard, ses carnets constituent une source inédite pour comprendre les conséquences du coup d’État dans les quartiers périphériques de Santiago mais aussi prendre la mesure de l’invisibilisation des témoignages féminins issus de l’Église.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’Archevêché de Santiago est découpé en plusieurs zones pastorales, dont sont chargés des évêques a (...)

1En décembre 2018, alors étudiant à l’Université de Santiago (USACH, Chili), deux carnets Clairefontaine d’une soixantaine de pages chacun me sont prêtés par Esteban Miranda Chávez, historien chilien et maître de conférences. Ils renferment le témoignage inédit de Nadine Loubet, religieuse dominicaine française de la congrégation Sainte-Catherine de Sienne, née à Saint-Girons le 12 octobre 1931 et morte à Lobos en Argentine, le 22 avril 2010, également connue au Chili sous le nom de « Sœur Odile » ou « Marie-Odile ». Rédigés à la main après le 11 septembre 1973, date du coup d’État militaire des Forces armées chiliennes, ces carnets décrivent le quotidien de la religieuse face à la brutalité de la dictature naissante. Ils permettent de retracer avec précision les premiers moments du régime militaire, en y apportant ressentis et expériences personnelles depuis les poblaciones de l’Ouest de Santiago, des quartiers périphériques en bordure de la capitale chilienne, s’assimilant à des bidonvilles et qui ont été particulièrement touchés par la répression1.

  • 2 Esteban Miranda Chávez, Compartir el pan y la vida las comunidades cristianas de base y rearticulac (...)
  • 3 « Au nom de tous mes frères », Samuel Laurent-Xu, France – Chili, couleur, 52 minutes, 2019, distri (...)

2La lecture des carnets de Nadine Loubet a été rendue possible par la confiance de leur dépositaire précédent, le professeur Esteban Miranda Chávez, dans le cadre de la fin du semestre de cours consacré à la Théologie de la libération en Amérique latine. Le prêt de ce matériel historique de grande valeur témoigne de la très bonne entente avec le professeur, facilitée par le faible nombre d’étudiants de cette classe – nous étions six – favorisant les échanges et les discussions. Il intervient également après la remise de mon projet final, dédié à la place des religieuses dans une communauté chrétienne de base d’une población de l’ouest de Santiago. Conscient de mon intérêt pour le sujet et lui-même spécialiste2, le professeur Miranda Chávez m’autorisa à lire ces carnets puis à les utiliser. La première étape de la mise en lumière de l’histoire de Nadine Loubet fut la réalisation du documentaire Au nom de tous mes frères3, que j’ai dirigé au Chili en 2019 et qui retrace l’histoire de son combat aux côtés des classes populaires. À ce jour, il s’agit de la seule étude menée sur cette femme, étude actuellement prolongée par un projet d’ouvrage mené en collaboration avec Gaspard Marcacci Thiery sur le rôle des femmes religieuses et laïques dans les résistances clandestines au régime civico-militaire à partir de 1973.

  • 4 Entretien avec Michel Donabin, Gennevilliers, novembre 2019.

3Avant 2019 et le début de ce projet documentaire, ces carnets n’avaient probablement jamais été lus. En effet, Nadine Loubet fit le choix de les sortir du pays par l’intermédiaire du prêtre salésien Michel Donabin lors de son départ du Chili en octobre 1974. Celui-ci les conserva à l’abri en France pendant plusieurs années mais n’a jamais osé les lire4 et les dépositaires chiliens postérieurs n’ont pas entrepris de les traduire. Consciente du danger représenté par cette mise par écrit, la sœur prend le soin d’anonymiser les noms et les lieux, et de ne mentionner aucune date. Elle annote même dans la marge neutraliser les pronoms personnels :

  • 5 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 60. Le premier carnet sera plus utilisé dans cet artic (...)

« je ne peux mettre des nous, des prénoms : ils, on … c’est plus vague. Des "nous" seraient trop dangereux5 ! »

  • 6 Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde, Les mouvements sociaux au Chili, 1973-1993, Paris, L’Harmatt (...)
  • 7 Jogn Dinges, Les années Condor : comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois (...)

4De fait, le récit de son expérience du putsch des militaires et des mois qui suivent ne s’insère pas dans un ordre chronologique clair et son souci de discrétion vise certainement à protéger les personnes concernées face à l’intense campagne de répression menée par les services de renseignements. En effet, dans le premier mois consécutif au 11 septembre, près de 45 000 personnes sont privées de liberté et détenues dans des camps de prisonniers6. La Direction nationale d’intelligence (DINA), officiellement créée en juin 1974, agit en fait dès la fin novembre 1973 pour persécuter les militants de gauche. Elle n’obéit qu’à Pinochet, qui veut assurer sa domination sur les autres généraux de la Junte7. Le nom du commandant en chef de l’Armée n’est cité qu’une seule fois par Nadine, car aisément reconnaissable par un militaire même non francophone. Parsemés de quelques ratures, annotations et corrections, les carnets sont écrits dans un français parfait, en dépit de certaines approximations de conjugaison, due à la confusion avec l’espagnol. C’est au bout de huit ans passés à vivre en communauté qu’elle entreprend la rédaction de son journal, ce qui explique certainement l’assimilation erronée de l’imparfait français au « preterido indefinido » castillan, équivalent du passé simple.

  • 8 Esteban Miranda Chávez (dir.), Blanca Rengifo, la monja rebelde, Santiago, Éditions Escaparate, 202 (...)
  • 9 José Aldunate et alii (dir.), Crónicas de una iglesia liberadora, Santiago, LOM Ediciones, coll. «  (...)

5Les carnets de Nadine Loubet offrent une perspective innovante. Peu de mémoires de religieuses ont été publiés au Chili, hormis ceux de Blanca Rengifo, proche amie de sœur Odile, dont les textes sont disponibles depuis peu aux éditions Escaparate8. En s’intéressant à l’Église de la Libération9 (Iglesia Liberadora) et au courant révolutionnaire qui anime les réseaux catholiques à partir de la fin des années 1960, les témoignages masculins sont surreprésentés, ce qui rend difficile une approche équilibrée. Avoir accès à une telle source présente donc un réel apport pour revisiter le rôle des religieuses dans l’histoire du coup d’État de 1973 et de la dictature chilienne. Ces carnets servent aujourd’hui de base au projet d’écriture en cours, en apportant un témoignage inédit, qui comble partiellement l’approche androcentrée et hiérarchique de l’étude de l’Église au Chili sous Pinochet.

Les deux carnets Clairefontaine de Nadine Loubet

Les deux carnets Clairefontaine de Nadine Loubet

Sources : Affaires de Nadine Loubet (1931-2010), conservées par Esteban Miranda Chávez et prêtées à l’auteur à Santiago en décembre 2018.

© Hugo Chabeur.

L’invisibilité des religieuses missionnaires chiliennes et étrangères dans l’Église populaire du Chili des années 1960-1970

  • 10 Susana Monreal, « Las Hermanas Dominicas de Santa Catalina de Siena de Albi. Su instalación en el R (...)
  • 11 Alicia Fraschina, « Poesía en la clausura. Celebración del ingreso y la profesión solemne en el Mon (...)
  • 12 Susana Monreal, « Des sœurs soignantes aux religieuses enseignantes, d’Albi au Río de la Plata. Le (...)
  • 13 Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973 : mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universi (...)
  • 14 Raúl Rosales Carreño, « Los documentos de Medellín », Revista Eclesiástica Brasileira, vol. 78, no  (...)
  • 15 Voir par exemple le document « À vous tous, mes amis (es), mes frères et sœurs », texte dactylograp (...)

6Issue d’une famille catholique ariégeoise, Nadine Loubet entre dans les ordres à la fin des années 1940. Accompagnant son père jugé pour collaboration à Toulouse en 1945, elle s’installe en Argentine, puis en Uruguay, où elle devient religieuse dominicaine. Elle rejoint les sœurs de Sainte-Catherine de Sienne, certainement en raison de la proximité géographique entre le siège de la congrégation à Albi et les racines ariégeoises de sa famille. La congrégation est implantée en Uruguay depuis 1874 et les religieuses y disposent de plusieurs collèges féminins, où elles se dédient à l’enseignement et à l’aide sociale : elles jouèrent notamment un rôle essentiel durant l’épidémie de choléra qui toucha la capitale uruguayenne en 1886 et contribuèrent à sauver de nombreuses vies10. Une étude a par ailleurs montré la tradition spirituelle des religieuses de Sainte-Catherine en Argentine, héritée du XIXe siècle et connue grâce au recours à l’écrit des femmes cloîtrées qui témoignent de leur « relation amoureuse » avec Dieu11. Au milieu des années 1950, quand Nadine Loubet rejoint la Congrégation, treize religieuses françaises sont installées sur les rives du Río de La Plata12. Nadine est d’abord professeure au sein des collèges pour jeunes filles de Montevideo, puis choisie pour devenir responsable de l’une des communautés chiliennes de Barrancas à la fin de l’année 1964. Ce quartier de la zone ouest de Santiago abrite un grand nombre de campamentos (campements) qui s’intègrent à « l’univers pobladores13 ». Imprégnée par la pastorale populaire qui se diffuse sur le continent latino-américain, notamment sous l’impulsion du Concile Vatican II et de la Conférence de Medellín (1968)14, la religieuse française adopte comme nom en religion « sœur Odile » ou « Marie-Odile ». Il semblerait qu’à la fin de sa vie, plus éloignée de l’Église, elle fit le choix de reprendre son nom civil. Dans ses écrits des années 1980 et 1990, elle signe régulièrement avec les deux appellations : « Nadine pour les uns, Odile pour les autres »15. Dès le début de son insertion au Chili en janvier 1965, Nadine Loubet accompagne les habitants dans leur lutte pour la dignité et les droits sociaux, partageant leurs conditions de vie et s’installant dans une baraque précaire, sans eau courante ni électricité.

Douze poblaciones emblématiques de Santiago en 1980

Douze poblaciones emblématiques de Santiago en 1980

Sources : http://www.memoriachilena.gob.cl/​archivos2/​pdfs/​MC0033345.pdf, p. 169.

© Ricardo Balladares, Laura Moya, Claudia Videla, Tortura en poblaciones del gran Santiago (1973-1990), Santiago, Corporación José Domingo Cañas, octobre 2005.

  • 16 Élodie Giraudier, « La Révolution dans la Liberté : des transformations économiques et sociales à l (...)
  • 17 Esteban Miranda Chávez, Cristianos por el Socialismo, Santiago, Ediciones Escaparate, 2020.
  • 18 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 31.

7Au milieu des années 1960, le parti démocrate-chrétien au pouvoir engage plusieurs réformes, mais seule la réforme agraire opère une véritable transformation structurelle et les aspirations révolutionnaires sont déçues16. La radicalisation politique des secteurs populaires participe de l’élection du docteur Salvador Allende à la présidence de la République en septembre 1970. Les chrétiens engagés dans les organisations populaires dialoguent avec les partis marxistes et plusieurs initiatives voient le jour, comme le mouvement des « Chrétiens pour le Socialisme »17, auquel Nadine ne participe pas, bien qu’elle assiste à plusieurs rencontres. Au même moment, elle participe activement à la vie des poblaciones, dans les équipes de jeune et de santé, pour assurer le ravitaillement et le partage des denrées de base, en soutien aux comités de chômeurs et de sans-logis et assistant même à certaines réunions politiques afin de mieux cerner les enjeux de son actualité. À partir de la fin de l’année 1972, l’intense politique de déstabilisation du gouvernement de gauche, financée par la CIA et par le patronat, donne lieu à une situation intenable. Le blocage politique de la démocratie chrétienne, qui bénéficie de la majorité parlementaire après son alliance avec la droite aux élections de mars 1973, empêche l’Unité populaire de poursuivre ses réformes dans la légalité. Le 11 septembre, les Forces armées bombardent le palais de La Moneda : une Junte militaire prend le contrôle du pays et annonce la mort par suicide du président de la République du Chili, Salvador Allende. Pour sœur Odile, cette « journée fatidique18 » marque un tournant fondamental. Résolue à ne pas abandonner les pobladores face à la répression, la religieuse française reste au Chili malgré les réticences de sa congrégation. Elle entreprend alors la rédaction de ses carnets, qui témoignent de sa tristesse et de son désarroi :

  • 19 Ibid., p. 6.

« Mais que de doutes, que d’hésitations ! Allende mort ! C’était comme si on avait tué quelqu’un de très cher, un père presque, un homme qui avait su donner de l’espoir à tout un peuple, et ce peuple se trouvait tout à coup orphelin, et ce peuple ne voulait pas y croire, ne pouvait pas y croire. Au Chili, faire une chose pareille, c’était impossible. Ce n’est que peu à peu, et après avoir vu bien des choses, que les Chiliens, que le peuple s’est convaincu que, oui, qu’Allende était bien mort. Le suicide ? Personne n’y croyait ! l’assassinat, oui cela pouvait être possible. Et une angoisse mortelle s’est emparée des pauvres, des petits. Si on avait fait ça avec le chef, que ne ferait-on pas avec eux19 ! »

  • 20 Guy Hermet, « Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme (...)
  • 21 Véronique Lecaros, Ana Loudes Suárez, Brenda Carranza Religieuses en Amérique latine : invisibles m (...)
  • 22 Ibid., p. 11.
  • 23 Sabine Rousseau, Françoise Vandermeersch. L’émancipation d’une religieuse, Paris, Éditions Khartala (...)
  • 24 Olivier Chatelan (dir.), Mission religieuse ou engagement tiers-mondiste ? des clercs entre Europe (...)
  • 25 On peut penser aux mémoires de Pierre Dupuy, Henri Bourghea ou Charles Condamines. Resté plus longt (...)

8Ces carnets sont un témoignage de l’oppression de la dictature naissante et permettent de s’intéresser à une histoire quasi invisible : les religieuses chiliennes et étrangères n’ont presque pas été entendues depuis le début de la transition démocratique. Les quelques études portant sur le rôle de l’Église populaire au Chili se sont majoritairement centrées sur les mêmes figures masculines et les religieuses sont souvent rapidement évoquées comme des auxiliaires pastorales, alors que d’autres études plus complètes sur les organisations religieuses n’identifient pas la particularité des ordres féminins dans les régimes autoritaires20. Derrière cet androcentrisme se cache une autre réalité. Même si elles ne jouissent pas des mêmes privilèges que leurs homologues du clergé, certaines femmes se sont engagées radicalement aux côtés des plus démunis. Au nom de Jésus-Christ, elles ont fait preuve de courage et de détermination, allant jusqu’à mettre leur vie en péril pour défendre les persécutés. L’absence d’étude systématique sur leur action révèle l’aspect souterrain de cette histoire et illustre l’état d’invisibilisation dont sont victimes les religieuses au Chili. Ce constat est d’autant plus frappant que leur rôle au sein des communautés chrétiennes de base sur le continent fut « indispensable », comme le souligne la principale étude sur les femmes consacrées du continent21. Celle-ci évoque même la « la mise sous silence » des témoignages féminins issus de l’Église catholique22. Cette invisibilité – qui ne caractérise pas uniquement le monde latino-américain23 – se retrouve dans la documentation disponible, dont une grande partie est en effet constituée par les mémoires des prêtres et curés, notamment les Fidei Donum24 européens, invités depuis 1957 à se mettre au service des diocèses des pays du Tiers Monde pour répondre à la pénurie de prêtres, expulsés du Chili après le coup d’État25.

  • 26 Oliver Fillieule, Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de la Fondation nat (...)
  • 27 Roberto Bolton García, Testigo Soy. Memorias del Rvdo. Roberto Bolton García 1919-2009, Santiago, E (...)
  • 28 Maurice Cheza, Luis Martínez Saavedra et Pierre Sauvage (dir.), Dictionnaire historique de la théol (...)

9On remarque ici une différence de traitement centrale entre les mémoires des religieuses et celles de leurs homologues masculins : les premières s’expriment davantage pour « constater et témoigner, là où les hommes entrent plus volontiers dans des analyses politiques et stratégiques26 ». Au Chili, certaines figures emblématiques de la lutte contre Pinochet, comme les prêtres-ouvriers José Aldunate et Roberto Bolton, mentionnent régulièrement sœur Odile et plus généralement les religieuses engagées à leurs côtés, mais sans pour autant faire émerger une réflexion spécifique sur celles-ci27. Plus récemment, le Dictionnaire historique de la théologie de la libération présente dans sa rubrique consacrée au Chili le parcours de quatorze personnages religieux engagés contre la dictature ; seuls trois sont des femmes28.

Une religieuse ouvrière confrontée à la prise de pouvoir des militaires : de la stupeur à la résistance

  • 29 Carnet n° 2, septembre 1973-octobre 1974, p. 22.

10À partir du 11 septembre 1973, Nadine est à la fois une observatrice de la campagne anti-Unité populaire menée par la Junte contre les partisans de Salvador Allende, et une participante engagée, qui prend part aux activités de résistance et côtoie des militants de tous horizons. Tenu comme un journal de bord, chaque carnet permet de s’approcher au plus près de ses émotions et de ses réflexions, qu’elle consigne avec une grande humanité, prêchant pour le droit des pauvres à « être communauté, être peuple, être ensemble, construire ensemble29 ».

  • 30 Michael Löwy, La lutte des dieux : christianisme de la libération et politique en Amérique latine, (...)
  • 31 Sur l’importance des archives du Vicariat de la Solidarité pour étudier la répression des autorités (...)
  • 32 Formé en 1983, ce mouvement organise de nombreuses manifestations interdites pour dénoncer la tortu (...)

11Reconstituer dans le détail les évènements mentionnés dans les carnets constitue un des enjeux majeurs de leur étude. Si retracer précisément certains épisodes brièvement évoqués relève de l’impossible, les références permettent de s’orienter, notamment grâce à l’aide de plusieurs religieuses qui ont connu Nadine à cette époque, que j’ai rencontrées à Santiago en 2019 lors de la réalisation du documentaire Au nom de tous mes frères. C’est par exemple le cas de Juana Ramírez Gonveya, ancienne religieuse des Filles du Cœur de Marie et proche amie de la religieuse française, qu’elle a notamment côtoyée dans la zone ouest de Santiago et au sein du groupe de pastorale ouvrière Equipo Misión Obrera (EMO, Équipe Mission Ouvrière). De même, des femmes laïques comme Arlette Adduard León, amie chilienne de Nadine, ou Luisa Riveros, choisie pour lire le discours des pobladores au pape Jean-Paul II lors de sa visite au Chili le 3 avril 1987, peuvent également témoigner des engagements de la religieuse française au sein des classes populaires. En recourant aux techniques d’enquête de l’histoire orale, les nombreux entretiens réalisés permettent d’étudier la résistance des communautés chrétiennes depuis une perspective micro. Ils offrent la possibilité de décentrer le regard généralement porté sur la hiérarchie catholique pour mieux observer les pratiques populaires inspirées par le christianisme de la libération30. En parallèle, les archives du Vicariat de la Solidarité (1976-1992), l’organisme lié à l’Église catholique chargé de défendre les droits humains auprès de la Junte, conservent plusieurs traces de la religieuse française31. Celle-ci intervient également à deux reprises dans le documentaire De la fe y de la vida, produit et réalisé par ECO, une organisation non gouvernementale (ONG) chilienne basée à Santiago qui recueille les témoignages des communautés chrétiennes de base. Sur les images d’époque, notamment celles filmées par Pablo Salas, sœur Odile peut aussi être reconnue en plein cœur des manifestations du « Mouvement Contre la Torture Sebastián Acevedo » (MCTSA)32.

12Ces différentes sources additionnelles sont nécessaires dans la mesure où les carnets ne précisent rien des circonstances des évènements évoqués. Ceux-ci sont parfaitement lisibles, la calligraphie de Nadine Loubet étant particulièrement soignée, et en très bon état hormis quelques tâches d’usure qui n’affectent pas la lecture. Quelques ratures les parsèment, certaines effectuées sur le moment par mesure de sécurité personnelle et d’autres semblant plus tardives, avec une encre différente, sans qu’il soit possible de déterminer la date ou les motivations de la religieuse. Il est clair que cette recherche conduit à une forte implication émotionnelle, car le style de l’écriture, sensible et touchant, parfois dramatique, ne laisse pas indifférent. Les faits relatés de tortures et de violences sexuelles par exemple sont particulièrement difficiles et le lecteur peut facilement s’imaginer l’état de détresse dans lequel Nadine Loubet a été plongée après le coup d’État, quand ses proches et des membres de son entourage ont directement subi les conséquences de la répression brutale et arbitraire des militaires.

  • 33 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 18-26.

13Une illustration intéressante de ce travail d’enquête, débuté lors de la réalisation du documentaire mentionné ci-dessus en 2019 puis poursuivi à Santiago entre janvier et avril 2021, se trouve dans le mystérieux récit du jeune Brésilien blessé par balles deux jours après le golpe (coup d’État)33.

  • 34 Seminario Iglesia y Derechos Humanos en Chile, Catholic Church, Archdiocese of Santiago (Chile), Vi (...)
  • 35 Miguel Jordá Sureda, Martirologio de la Iglesia chilena : Juan Alsina y sacerdotes víctimas del ter (...)
  • 36 Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde, Les mouvements sociaux au Chili, 1973-1993, Paris, L’Harmatt (...)

14Dans la nuit du jeudi 13 septembre 1973, un jeune homme blessé par balles est amené dans la maison de Nadine par un voisin. Il s’agit d’un Brésilien fusillé quelques heures plus tôt sur le Mapocho, le fleuve qui traverse la capitale d’Est en Ouest ; il a survécu à son exécution mais nécessite des soins urgents. Délirant et ensanglanté, le blessé est soigné par la religieuse française puis caché dans la maison de l’évêque zonal, Fernando Ariztía, défenseur des persécutés dès le 11 septembre 197334. Fortement marqués par la Théologie de la libération et par la praxis d’une vie aux côtés des pauvres, de nombreux membres du clergé et des ordres religieux s’engagent dans la résistance et plusieurs d’entre eux sont assassinés par les militaires35. L’épisode relaté dans les carnets d’Odile fait figure de point d’inflexion majeur : après les rumeurs des trois jours précédents, sœur Odile prend conscience de l’ampleur du drame qui se joue. En portant assistance à un blessé, elle franchit le pas de la désobéissance et s’expose aux dangers de la répression aveugle, ciblant d’abord les secteurs pobladores, considérés comme des menaces prioritaires par les militaires36.

  • 37 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 19-20. Les fautes d’orthographe sont présentes dans le (...)

« Avec de l’eau bouillie, je lui ai nettoyé le dos après lui avoir retiré le tricot qui était imbibé de sang de l’épaule à la ceinture ! Avec un livre et des chiffons, je lui ai attaché le bras tant bien que mal, plutôt mal que bien ! Car je ne savais vraiment pas comment il fallait faire, d’ailleurs on sentait la balle aussi bien que les os et comment mettre en ordre tout cela ? Puis je suis passée à son chevet car il avait grande envie de parler mais comme il ne parlait pas espagnol, mes compagnes avait [sic]du mal à le comprendre. Il m’a demandé si c’était moi qui l’avait [sic] soigné, sur mon affirmation il m’a remercié du fond du cœur. Puis il m’a demandé combien de balles il avait, je lui ai répondu qu’une à l’épaule et l’autre au bras. Pas plus ? Il ne pouvait croire qu’il n’en n’avait que deux ! Il m’a fait regarder sa tête du côté droit. Une balle l’avait frôlé mais n’avait rien touché, il ne pouvait pas le croire37 ! »

  • 38 Entretiens menés à Santiago en janvier et février 2021 avec Mauricio Laborde et la sœur L.
  • 39 L’homme a été retrouvé dans son lieu d’exil et son anonymat restera préservé dans cet article.
  • 40 Faride Zeran Chelech, O el asilo contra la opresión, Santiago, Editorial Paradox, 1991.
  • 41 On pourrait citer – entre autres – les ouvrages de référence de Brian Smith (The church and politic (...)
  • 42 Olivier Compagnon, Franck Gaudichaud, « Chili : un passé trop vite passé », Hermès, La Revue, vol.  (...)
  • 43 L’arrivée de José Antonio Kast en tête du scrutin lors du premier tour de l’élection présidentielle (...)

15Le récit fait par Nadine Loubet de cet épisode a été confirmé par plusieurs membres des communautés chrétiennes qui ont été témoins de cet évènement38, et par l’homme en question, bien qu’il n’ait pas souhaité en reparler plus longuement39. Une description plus complète est également disponible dans l’ouvrage de Faride Zeran, qui aborde les résistances des prêtres et religieuses engagés contre le régime40. L’aspect mémoriel de la recherche de témoins directs, capables de corroborer les informations des carnets, permet ainsi d’ouvrir certaines portes restées closes. En se plongeant dans les histoires clandestines qui ont suivi le 11 septembre 1973, le chercheur peut s’émanciper du cadre étroit de l’historiographie officielle, qui résume généralement l’Église à sa seule hiérarchie41. Olivier Compagnon et Franck Gaudichaud ont par ailleurs montré le rôle que les historiens ont à jouer dans la déconstruction des processus mémoriels pour réfuter le récit dominant42. Grâce à « l’historicisation du passé », certaines responsabilités individuelles peuvent être dégagées pour mieux lutter contre l’impunité et pour dépasser l’approche consensuelle et univoque du passé. Dans le cas chilien, une profonde remise en cause de la période de justice transitionnelle ayant suivi le départ du général Pinochet du pouvoir est nécessaire, dans la mesure où l’héritage de la dictature continue d’imprégner certains discours officiels et sert parfois encore de matrice politique pour la droite conservatrice, voire l’extrême droite réactionnaire43.

Une enquête de terrain pour documenter l’histoire des religieuses engagées dans les quartiers populaires

  • 44 Olivier Compagnon, « L’Église catholique et la démocratie chrétienne face à la dictature chilienne  (...)
  • 45 « La Iglesia que nace del pueblo. Relevancia histórica del movimiento Cristianos por el Socialismo (...)

16En plus de la possibilité de s’approcher des ressentis et des expériences de vie des secteurs populaires au Chili depuis une des rares perspectives féminines disponibles parmi les sources écrites, les carnets soulignent avec force l’ambiguïté du discours de la hiérarchie ecclésiastique durant la première année du régime du général Pinochet44. Ils permettent de comprendre les dissensions fondamentales qui émergent à partir du 11 septembre 1973 entre les tenants d’une Église prophétique engagée aux côtés des opprimés et une hiérarchie plus soucieuse de maintenir un dialogue permanent avec la Junte, parfois pour mieux l’interpeller sur les violations des droits humains dans le pays. Dès septembre 1973, certains évêques offrirent même leur entière collaboration aux nouvelles autorités et célébrèrent avec enchantement l’installation au pouvoir des militaires45. Nadine identifie rapidement ces enjeux de pouvoir au sein de la Conférence épiscopale et résume les positions antagoniques qui s’y expriment :

  • 46 Carnet n° 2, septembre 1973-octobre 1974, p. 64-66.

« Comme pour tous les autres, l’Église était divisée face aux évènements. Comme il y en a qui se félicitent de l’intervention des militaires par un coup d’État, il y en a d’autres qui ne savent plus comment vivre. Tout dépendait dans le fond de leur milieu, de leur point de vue, en général. Pour les évêques, pour les prêtres c’était le même problème ils n’échappaient pas aux réactions générales. Quelques-uns étaient très heureux du coup d’État et le disaient à qui voulaient l’entendre, ils le proclamaient sur les toits ! Sans honte ! Que l’on ôte à un pays le gouvernement qu’il s’est choisi, qu’on le prive de sa liberté, cela n’avait aucune importance face au grave danger que représentait pour eux un gouvernement marxiste ! Cela excusait même les morts, c’est normal que dans une guerre, il y ait des morts ! […] Officiellement cependant l’Église ne disait rien, ce qui était un scandale pour les pauvres qui étaient persécutés46. »

  • 47 Marchesi Rosaria, Le Figlie di Gerine. Tra Storia i vissuto delle Suore Domenicane di S. Caterina d (...)
  • 48 Faride Zeran Chelech, O el asilo…, op. cit., p. 240-241.
  • 49 Document d’archives de la Congrégation Sainte-Catherine de Sienne à Montevideo.
  • 50 Esteban Miranda Chávez, Compartir el pan…, op. cit., 2019.
  • 51 Gustavo Gutiérrez, Teología de la liberación : perspectivas, Salamanca, Ediciones Sígueme, 1972.
  • 52 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 43.

17Dans certains cas, les évêques se font même complices des nouveaux maîtres du pays en autorisant l’expulsion de prêtres étrangers considérés comme des « agents communistes ». En effet, l’importance du christianisme de la libération et du rapprochement entre marxistes et chrétiens pendant l’Unité populaire servent de prétextes aux militaires pour sortir les « indésirables » du pays. Pour les religieuses, ces expulsions sont moins fréquentes, notamment car elles ne sont pas perçues comme un danger par la Junte, mais plusieurs congrégations font tout de même le choix de se retirer du pays. Déjà profondément marquée par une crise interne au milieu des années 1960 entre les sœurs insérées en milieu populaire et les dominicaines restées dans les couvents et collèges de Santiago, Buenos Aires et Montevideo47, la Congrégation de Sainte-Catherine de Sienne prend ses distances avec le Chili. Confrontée à l’intransigeance d’une partie de la hiérarchie catholique et à l’autorité de sa mère supérieure, Nadine Loubet décide de poursuivre son travail missionnaire dans le pays, peu importe les risques encourus48. Dès le mois d’avril 1976, elle quitte sa congrégation. Bien qu’elle garde des contacts avec celle-ci, elle est finalement dispensée de ses vœux perpétuels en 198349. Cette fidélité au courant libérateur qui imprègne les communautés chrétiennes de base à Santiago50 illustre parfaitement la praxis au cœur de la naissante Théologie de la libération, conceptualisée – entre autres – par le théologien péruvien Gustavo Gutiérrez en 197151. Elle implique néanmoins une grande souffrance et plusieurs années de déchirement dont ses amies de l’époque peuvent témoigner. Pour Nadine Loubet, qui écrit qu’elle a « respiré le christianisme comme l’air que [ses] poumons aspirent52 », les tensions intra-ecclésiales sont très difficiles à accepter, d’autant plus que ses carnets démontrent une grande spiritualité. Son approche mystique du divin l’invite régulièrement à s’adresser à Dieu par écrit, et à qui elle laisse parfois éclater sa révolte :

  • 53 Carnet n° 2, septembre 1973-octobre 1974, p. 20-21.

« À qui vais-je m’adresser ? N’est-ce pas toi Dieu qui as été le compagnon de ma vie, n’est-ce pas avec toi que j’ai marché, n’est-ce pas pour toi que ma vie a le sens qu’elle a ? Et toi, tu me frappes en pleine figure, tu me dévoiles tout le mal du monde, le péché du monde. Et toi, tu permets que des hommes tuent d’autres hommes, leurs frères, tout en disant que nous devons tous êtres frères ! Tu te moques de nous, dis ? ! Tu te rappelles quand on a tiré sur cet enfant, quand on a tué cet ouvrier, quand on a cherché partout ce frère qui était criblé de balles dans le Mapocho ? Ça ne t’indigne pas tout ça ? Et maintenant les femmes ! Les femmes ! Tu vois ce que l’on fait d’elles ; chaque officier peut aller s’amuser avec elles quand il en a envie, mais tu te rends compte ? Mais où est le respect des autres ? Mais que reste-t-il de la dignité humaine ? Qu’est-ce que les droits de l’Homme ? Mais on se fiche de nous ! Mais ce n’est pas possible ! Mais ce n’est pas possible ! Pitié ! Pitié ! C’est trop ! C’est trop ! Nous n’en pouvons plus ! Comment Toi, Toi, tu permets ça53 ? ! »

  • 54 Roberto Bolton García, Testigo Soy. Memorias del Rvdo. Roberto Bolton García 1919-2009, Santiago, E (...)
  • 55 Franck Gaudichaud, « "Paysages de la vérité" du Chili durant l’Unité populaire (1970-1973). Essai d (...)
  • 56 Le film Au nom de tous mes frères y a en effet été présenté le 28 septembre 2022 et est disponible (...)
  • 57 Pierre de Menthon et Françoise de Menthon, Je témoigne, Québec 1967, Chili 1973, Paris, Cerf, 1979.
  • 58 Exposition « Chili 1973 : une histoire de l’asile diplomatique contre l’oppression. Un sursaut coll (...)
  • 59 Un documentaire consacré à Valeria Valentin, produit par le Musée historique de Trente et dirigé pa (...)
  • 60 Santiago Italia, un documentaire de Nanni Moretti sorti en salles en France le 27 février 2019.

18À la fin de l’année 1973, sœur Odile s’intègre pleinement aux réseaux de résistance et participe à des actions clandestines pour faire passer des personnes recherchées jusqu’aux ambassades des États latino-américains et européens accueillant des réfugiés. Elle forme alors un duo avec le prêtre ouvrier Roberto Bolton, qui prend le surnom de « Père Jean-Sébastien » – en hommage à Bach – tandis qu’Odile devient « Jeanne d’Arc »54. L’importance de son réseau et l’extrême efficacité de ses actions, longtemps restées secrètes, permirent de sauver plusieurs dizaines de personnes dont la vie était menacée. Absentes des carnets, ces « opérations d’asile » ne peuvent être connues qu’en se rendant directement dans les poblaciones de Santiago, pour visiter les témoins directs de ces évènements, qui se souviennent avec enthousiasme de la sœur française. La technique de l’enquête orale permet ici de « restituer la dimension microsociale des actions collectives55 » et de mieux insérer certains récits de vie dans la situation politique autoritaire et répressive qui touche la société chilienne. Ce travail a également soulevé de nombreux souvenirs et permis des échanges entre des personnes qui avaient perdu contact depuis plusieurs années, la figure d’Odile servant à la fois de point de rencontre et de retrouvailles et marquant aussi le commencement d’une recherche collaborative, au sein de laquelle de nombreuses religieuses et laïques prennent aujourd’hui part. La combinaison de ces différents aspects offre une dimension nouvelle à ces carnets, qui ne sont désormais plus uniquement une source écrite parmi d’autres, mais aussi un vecteur mémoriel important, comme en témoigne le vif intérêt manifesté par le Musée de la mémoire et des droits humains de Santiago56. Dans le cadre des actions clandestines facilitant l’asile des persécutés, marquant la plus grande opération de sauvetage de l’histoire diplomatique française, les carnets ont pu entrer en résonnance avec ceux de la femme de l’ambassadeur de France à Santiago, Françoise de Menthon, qui mentionne la « Sœur O. » dans le journal qu’elle tient au Chili57. Ils ont également pu servir à la réalisation d’une exposition, réalisée en collaboration avec Gaspard Marcacci Thiéry et Thomas Lalire, présentée à Choisey dans le château de Menthon le 11 juin 2022 lors d’une journée de rencontre et de mémoire franco-chilienne58. À Santiago après le coup d’État, les diplomates italiens accueillirent également de nombreux persécutés, notamment grâce à l’intermédiaire d’une religieuse italienne, Valeria Valentin, qui se distingua par son inventivité pour faire passer des messages codés depuis l’extérieur de l’ambassade et qui participa à de nombreuses reprises aux opérations de secours59. Un documentaire réalisé en 2018 par Nanni Moretti revient par ailleurs sur cette histoire et donne la parole aux Chiliens qui purent se réfugier en Italie après avoir été accueillis au sein de la représentation diplomatique transalpine60.

  • 61 Document de juin 1976 rédigé en espagnol et traduit par l’auteur. Il semblerait que ces passages ai (...)
  • 62 Véronique Lecaros, Ana Loudes Suárez, Brenda Carranza, Religieuses en Amérique latine…, op. cit., p (...)

19Au fil de la lecture des écrits de Nadine Loubet, les exemples de meurtres, tortures et disparitions se multiplient. Dans son entourage, de nombreuses personnes ont directement été affectées par la répression et plusieurs ont aussi connu l’exil pendant de longues années avant de retourner – ou non – au Chili. Il est difficile de déterminer la potentielle évolution de la pensée de la religieuse française pendant ces longs mois de résistance et la seule lecture des carnets ne permet pas de soulever d’hypothèses définitives. Certaines notes manuscrites postérieures font cependant état de convictions politiques plus assumées et plus radicales, où elle affirme notamment la nécessité de la formation de comités de résistance pour mener une « lutte idéologique », « s’unir à la lutte de la résistance du peuple, appuyer et promouvoir l’organisation semi-légale » et « promouvoir et appuyer l’unité de toute la gauche et de toutes les forces antidictatoriales61 ». De même, il est possible de s’intéresser de près aux trajectoires de femmes au parcours similaire, dont certaines continuent de vivre en población, comme la sœur anglaise Margarita Westwood ou la religieuse allemande Karoline Mayer. Les entretiens réalisés ont permis de mieux cerner les non-dits des carnets, à la fois en se plongeant plus en détail sur la personnalité de leur rédactrice et sur son comportement au sein des actions collectives, tout en réinsérant cette étude de cas dans une perspective plus large, celle de l’insertion missionnaire qui caractérise le christianisme de la libération en Amérique latine durant cette période. Il serait d’ailleurs intéressant, comme le suggère Ana Lourdes Suárez pour le cas argentin, de développer avec ces femmes sur leur conscience de la division des rôles entre les genres dans l’Église et sur leurs relations avec la hiérarchie ecclésiastique, ainsi que d’effectuer un suivi plus approfondi des femmes qui ont quitté la vie religieuse : « qu’est-ce que le passage par les communautés religieuses a impliqué dans leur vie ? Quel sens ont-elles donné à leur "entrée" et à leur "sortie"62 ? »

  • 63 Entretien avec Arlette Adduard León et Juana Ramírez Gonveya, Santiago, mai 2019.
  • 64 Correspondance de Nadine Loubet avec Denise Brunelle (Montréal, Canada) et Teresa Varela (Montevide (...)
  • 65 Lettre de Nadine Loubet adressée à Teresa Varela et « Agustina » depuis Santiago, datée du 14 juin  (...)

20Marquée par cette « sortie », Nadine Loubet n’en demeura pas moins une religieuse indépendante pleinement intégrée aux communautés chrétiennes de la zone ouest. Sa dévotion en faveur des persécutés lui valut une tentative d’assassinat, perpétrée en 1986. Poignardée à plusieurs reprises à son domicile, elle survécut grâce à l’intervention providentielle de ses voisins. Jusqu’aux dernières années du régime du général Pinochet, elle représente une figure importante à la fois pour son entourage et pour les réseaux des organisations populaires de l’ouest de Santiago. Pour ses anciennes amies rencontrées lors de l’enquête, la « Hermana Odile » a également été une guide spirituelle, qui les accompagna dans leur cheminement intérieur et permit de lier la foi et la construction – quotidienne – du Royaume de Dieu. Selon elles, Nadine « se sentait chilienne » et elles s’en souviennent avec affection comme d’une femme convaincue qui sacrifia la protection accordée par sa nationalité63. Néanmoins, la religieuse française garda des liens forts avec la France et elle y voyagea à plusieurs reprises afin de rendre visite à sa famille en Ariège et en Alsace, comme en attestent son courrier et les cartes postales envoyées depuis Saint-Girons, Soppe-le-Haut et Paris en 1980, 1981 et 1987 notamment64. Jusqu’à la fin de sa vie, elle s’informe de l’actualité politique française et s’inquiète par exemple de la montée de l’extrême droite de Jean-Marie Le Pen après avoir voté aux élections européennes de 1999 à l’ambassade de France de Santiago65.

21Nadine Loubet n’a pas souhaité mettre par écrit son histoire de son vivant, bien qu’elle prît plusieurs fois la parole dans des entretiens réalisés pour des journaux paroissiaux ou pour des recherches journalistiques après la chute de Pinochet. Aujourd’hui, son exemple confirme le processus d’invisibilisation déjà mentionné.

22Face à ce constat, l’intense correspondance de Nadine Loubet et ses différents écrits manuscrits et dactylographiés ont été entièrement scannés et retranscrits. Ils accompagnent ses carnets et feront l’objet d’une archive dédiée au sein du Musée de la mémoire et des droits humains de Santiago une fois que toutes les traductions seront terminées. En parallèle, une édition critique des carnets de Nadine Loubet est aussi envisagée, dans le cadre d’un projet similaire à celui réalisé par l’historien Esteban Miranda Chávez pour les mémoires de Blanca Rengifo, pour que la voix de ces femmes continue de résonner indépendamment du travail et des analyses des historiens et historiennes.

Haut de page

Notes

1 L’Archevêché de Santiago est découpé en plusieurs zones pastorales, dont sont chargés des évêques auxiliaires. La Zone Ouest englobe de nombreuses poblaciones de Santiago : en septembre 1973, Nadine Loubet vit dans la población El Montijo, dans la commune de Barrancas, qui prend ensuite définitivement le nom de Pudahuel à partir de 1975.

2 Esteban Miranda Chávez, Compartir el pan y la vida las comunidades cristianas de base y rearticulación del movimiento de pobladores en la zona oeste de Santiago (1975-1986), Santiago, Ediciones Escaparate, 2019.

3 « Au nom de tous mes frères », Samuel Laurent-Xu, France – Chili, couleur, 52 minutes, 2019, distribué par le Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir, primé au Festival Atlantidoc à Montevideo (Uruguay) en 2020. Disponible en version originale sous-titrée en castellan sur le catalogue en ligne du Musée de la mémoire et des droits humains de Santiago : https://web.museodelamemoria.cl/series-y-peliculas/en-nombre-de-todos-mis-hermanos/ [lien consulté le 31/10/2022].

4 Entretien avec Michel Donabin, Gennevilliers, novembre 2019.

5 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 60. Le premier carnet sera plus utilisé dans cet article, dans la mesure où il correspond à des témoignages liés aux évènements contemporains à la sœur Odile, tandis que le second concentre plus de prières, de réflexions personnelles et certains récits précédant le coup d’État du 11 septembre 1973.

6 Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde, Les mouvements sociaux au Chili, 1973-1993, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches & documents Amériques latines », 1995, p. 99 et p. 102-104.

7 Jogn Dinges, Les années Condor : comment Pinochet et ses alliés ont propagé le terrorisme sur trois continents, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2005, p. 81

8 Esteban Miranda Chávez (dir.), Blanca Rengifo, la monja rebelde, Santiago, Éditions Escaparate, 2022.

9 José Aldunate et alii (dir.), Crónicas de una iglesia liberadora, Santiago, LOM Ediciones, coll. « Colección Sin norte », 2000.

10 Susana Monreal, « Las Hermanas Dominicas de Santa Catalina de Siena de Albi. Su instalación en el Río de la Plata y Cuyo como modelo de itinerancia (1874-1886) », Itinerantes. Revista de Historia y Religión, n° 10, 26 novembre 2019, p. 93.

11 Alicia Fraschina, « Poesía en la clausura. Celebración del ingreso y la profesión solemne en el Monasterio de Santa Catalina de Sena de Buenos Aires : 1861-1903 », Relaciones Estudios de Historia y Sociedad, vol. 38, 30 mai 2017, p. 111-112.

12 Susana Monreal, « Des sœurs soignantes aux religieuses enseignantes, d’Albi au Río de la Plata. Le long parcours des Sœurs dominicaines de Sainte-Catherine-de-Sienne », dans Bruno Dumons (dir.), Les congrégations féminines missionnaires. Éducation, santé et humanitaire : une histoire transnationale (XIXe -XXe siècles), Rome, Viella Éditrice, 2022, p. 366.

13 Franck Gaudichaud, Chili 1970-1973 : mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

14 Raúl Rosales Carreño, « Los documentos de Medellín », Revista Eclesiástica Brasileira, vol. 78, no 309, 13 novembre 2018, p. 78-93.

15 Voir par exemple le document « À vous tous, mes amis (es), mes frères et sœurs », texte dactylographié daté d’octobre 1987 et écrit à Santiago, retrouvé au Chili parmi les affaires de Blanca Rengifo, une de ses proches amies, en janvier 2021. À cet égard, la tension intérieure concernant le choix de conserver ou non le nom de femme consacrée a été observée dans d’autres études sur des religieuses engagées ayant vécu une trajectoire de rupture radicale avec leur congrégation. Voir notamment : Diana Beatríz Viñoles, Lettres d’Alice Domon : une disparue d’Argentine, Paris, Éditions Karthala, 2016, p. 47.

16 Élodie Giraudier, « La Révolution dans la Liberté : des transformations économiques et sociales à l’époque de la Guerre froide », Amérique latine histoire et mémoire, no 28, 28 novembre 2014, p. 1-13.

17 Esteban Miranda Chávez, Cristianos por el Socialismo, Santiago, Ediciones Escaparate, 2020.

18 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 31.

19 Ibid., p. 6.

20 Guy Hermet, « Les fonctions politiques des organisations religieuses dans les régimes à pluralisme limité », Revue française de science politique, vol. 23, no 3, 1973, p. 439-472.

21 Véronique Lecaros, Ana Loudes Suárez, Brenda Carranza Religieuses en Amérique latine : invisibles mais indispensables, traduit de l’espagnol par Catherine Louviot, Paris, L’Harmattan, 2021.

22 Ibid., p. 11.

23 Sabine Rousseau, Françoise Vandermeersch. L’émancipation d’une religieuse, Paris, Éditions Khartala, 2012. Plus généralement, l’histoire des prêtres-ouvriers en France et dans d’autres pays ne prend pas en compte le rôle des religieuses, qui mériterait d’être mieux étudié dans l’avenir.

24 Olivier Chatelan (dir.), Mission religieuse ou engagement tiers-mondiste ? des clercs entre Europe et Amérique latine dans la seconde moitié du XXe siècle, Nancy, Arbre bleu, coll. « Religions & sociétés », 2020.

25 On peut penser aux mémoires de Pierre Dupuy, Henri Bourghea ou Charles Condamines. Resté plus longtemps au Chili puis expulsé en 1986, le prêtre-ouvrier Pierre Dubois, icône de la población La Victoria, a également vu une partie de ses mémoires éditées. Voir Pierre Dubois, Un prêtre français au Chili : 50 ans au service du monde ouvrier, Paris, Éditions Karthala, 2012.

26 Oliver Fillieule, Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009, p. 56.

27 Roberto Bolton García, Testigo Soy. Memorias del Rvdo. Roberto Bolton García 1919-2009, Santiago, Editora Rosa Parissi Morales, 2010 et José Aldunate Lyon, Un peregrino cuenta su historia, Santiago, Editorial Universidad Alberto Hurtado, 2018.

28 Maurice Cheza, Luis Martínez Saavedra et Pierre Sauvage (dir.), Dictionnaire historique de la théologie de la libération : les thèmes, les lieux, les acteurs, Bruxelles, Lessius, 2017, p. 136-141.

29 Carnet n° 2, septembre 1973-octobre 1974, p. 22.

30 Michael Löwy, La lutte des dieux : christianisme de la libération et politique en Amérique latine, éd. revue, corrigée et augmentée, Paris, Van Dieren éditeur, 2019. Sur l’histoire orale, voir le numéro dirigé par Ariane Mak : Histoire orale des mondes ouvriers, Le Mouvement Social, n° 274, 2021.

31 Sur l’importance des archives du Vicariat de la Solidarité pour étudier la répression des autorités chiliennes et la résistance à la dictature militaire, voir Bruno Groppo, « Les archives des droits humains. Documenter la répression et la résistance au Chili et en Argentine », dans Camille Goirand, Angélica Müller (dir.), Documenter les violences : Usages publics du passé dans la justice transitionnelle, Paris, Éditions de l’IHEAL, coll. « Travaux et mémoires », 2020.

32 Formé en 1983, ce mouvement organise de nombreuses manifestations interdites pour dénoncer la torture et occuper l’espace public. Voir notamment : Hernán Vidal, El Movimiento Contra la Tortura « Sebastián Acevedo » : derechos humanos y la producción de símbolos nacionales bajo el fascismo chileno, Institute for the Study of Ideologies and Literature, Minneapolis, Society for the Study of Contemporary Hispanic and Lusophone Revolutionary Literatures, 1986.

33 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 18-26.

34 Seminario Iglesia y Derechos Humanos en Chile, Catholic Church, Archdiocese of Santiago (Chile), Vicaría de la Solidaridad, et Fundación de Documentación y Archivo (dir.), Seminario Iglesia y Derechos Humanos en Chile: Santiago, 20 de noviembre 2001, Santiago, LOM Ediciones, 2002.

35 Miguel Jordá Sureda, Martirologio de la Iglesia chilena : Juan Alsina y sacerdotes víctimas del terrorismo de estado, 1. éd., Santiago, LOM Ediciones, coll. « Colección Septiembre », 2001.

36 Patrick Guillaudat et Pierre Mouterde, Les mouvements sociaux au Chili, 1973-1993, Paris, L’Harmattan, coll. « Recherches & documents Amériques latines », 1995.

37 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 19-20. Les fautes d’orthographe sont présentes dans le texte original. Les carnets alternent entre passages plus ou moins correctement rédigés d’un point de vue grammatical et orthographique, ce qui est, en plus des confusions avec l’espagnol, certainement dû à l’état émotionnel du moment où Nadine Loubet prenait la plume pour écrire ses carnets.

38 Entretiens menés à Santiago en janvier et février 2021 avec Mauricio Laborde et la sœur L.

39 L’homme a été retrouvé dans son lieu d’exil et son anonymat restera préservé dans cet article.

40 Faride Zeran Chelech, O el asilo contra la opresión, Santiago, Editorial Paradox, 1991.

41 On pourrait citer – entre autres – les ouvrages de référence de Brian Smith (The church and politics in Chile : challenges to modern Catholicism, Princeton, Princeton University Press, 1982) et d’Hugo Cancino Troncoso (Chile : Iglesia y dictadura 1973-1989 : un estudio sobre el rol político de la Iglesia católica y el conflicto con el régimen militar, Odense, Odense Univ. Press, 1997).

42 Olivier Compagnon, Franck Gaudichaud, « Chili : un passé trop vite passé », Hermès, La Revue, vol. 52, no 3, 2008, p. 83-89.

43 L’arrivée de José Antonio Kast en tête du scrutin lors du premier tour de l’élection présidentielle chilienne de décembre 2021 en témoigne.

44 Olivier Compagnon, « L’Église catholique et la démocratie chrétienne face à la dictature chilienne : du consentement à l’opposition », L’ordinaire latino-américain (IPEALT), Université Toulouse Le Mirail, 2003, p. 55-61.

45 « La Iglesia que nace del pueblo. Relevancia histórica del movimiento Cristianos por el Socialismo », Mario Amorós, dans Julio Pinto Vallejos et Tomás Moulian (dir.), Cuando hicimos historia: la experiencia de la Unidad Popular, Santiago, LOM Ediciones, coll. « Historia », 2005.

46 Carnet n° 2, septembre 1973-octobre 1974, p. 64-66.

47 Marchesi Rosaria, Le Figlie di Gerine. Tra Storia i vissuto delle Suore Domenicane di S. Caterina da Siena, Côme, Editorale Lombarda, 2020.

48 Faride Zeran Chelech, O el asilo…, op. cit., p. 240-241.

49 Document d’archives de la Congrégation Sainte-Catherine de Sienne à Montevideo.

50 Esteban Miranda Chávez, Compartir el pan…, op. cit., 2019.

51 Gustavo Gutiérrez, Teología de la liberación : perspectivas, Salamanca, Ediciones Sígueme, 1972.

52 Carnet n° 1, septembre 1973-octobre 1974, p. 43.

53 Carnet n° 2, septembre 1973-octobre 1974, p. 20-21.

54 Roberto Bolton García, Testigo Soy. Memorias del Rvdo. Roberto Bolton García 1919-2009, Santiago, Editora Rosa Parissi Morales, 2010. Ces surnoms ont également été confirmés par Juana Ramírez Gonveya dans le documentaire Au nom de tous mes frères (2019).

55 Franck Gaudichaud, « "Paysages de la vérité" du Chili durant l’Unité populaire (1970-1973). Essai d’analyse épistémologique », Cahiers des Amériques latines, no 51-52, 31 janvier 2006, p. 179.

56 Le film Au nom de tous mes frères y a en effet été présenté le 28 septembre 2022 et est disponible sur le catalogue du site internet du Musée (voir ci-dessus).

57 Pierre de Menthon et Françoise de Menthon, Je témoigne, Québec 1967, Chili 1973, Paris, Cerf, 1979.

58 Exposition « Chili 1973 : une histoire de l’asile diplomatique contre l’oppression. Un sursaut collectif face au coup d’État », produite par l’association Papyrus.

59 Un documentaire consacré à Valeria Valentin, produit par le Musée historique de Trente et dirigé par Paolo Tessadri est en cours de réalisation au Chili.

60 Santiago Italia, un documentaire de Nanni Moretti sorti en salles en France le 27 février 2019.

61 Document de juin 1976 rédigé en espagnol et traduit par l’auteur. Il semblerait que ces passages aient été destinés à la revue de résistance « Joan Alsina ».

62 Véronique Lecaros, Ana Loudes Suárez, Brenda Carranza, Religieuses en Amérique latine…, op. cit., pp. 174-175.

63 Entretien avec Arlette Adduard León et Juana Ramírez Gonveya, Santiago, mai 2019.

64 Correspondance de Nadine Loubet avec Denise Brunelle (Montréal, Canada) et Teresa Varela (Montevideo, Uruguay), prêtée à l’auteur dans le cadre de la recherche.

65 Lettre de Nadine Loubet adressée à Teresa Varela et « Agustina » depuis Santiago, datée du 14 juin 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les deux carnets Clairefontaine de Nadine Loubet
Légende Sources : Affaires de Nadine Loubet (1931-2010), conservées par Esteban Miranda Chávez et prêtées à l’auteur à Santiago en décembre 2018.
Crédits © Hugo Chabeur.
URL http://journals.openedition.org/histoirepolitique/docannexe/image/7743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Douze poblaciones emblématiques de Santiago en 1980
Légende Sources : http://www.memoriachilena.gob.cl/​archivos2/​pdfs/​MC0033345.pdf, p. 169.
Crédits © Ricardo Balladares, Laura Moya, Claudia Videla, Tortura en poblaciones del gran Santiago (1973-1990), Santiago, Corporación José Domingo Cañas, octobre 2005.
URL http://journals.openedition.org/histoirepolitique/docannexe/image/7743/img-2.png
Fichier image/png, 285k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Laurent Xu, « Raconter l’histoire du coup d’État depuis les poblaciones : le témoignage inédit d’une religieuse française à Santiago (Chili, 1973-1974) »Histoire Politique [En ligne], 47 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/7743 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoirepolitique.7743

Haut de page

Auteur

Samuel Laurent Xu

Samuel Laurent-Xu est le réalisateur du documentaire Au nom de tous mes frères, produit au Chili en 2019, distribué par le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir et primé au Festival international Atlantidoc à Montevideo (Uruguay) en 2020. Il prépare actuellement une étude menée en collaboration avec Gaspard Marcacci Thiéry sur le rôle des femmes religieuses dans la résistance au régime de Pinochet au Chili entre 1973 et 1990 (publication prévue pour septembre 2023). En parallèle, il travaille avec le Musée de la mémoire et des droits humains de Santiago afin de rassembler la documentation sur cette histoire méconnue. Il a notamment publié « ¡Hoy decimos basta ! La respuesta de los zapatistas a las aspiraciones autonómicas en Chiapas (1994-2019) » (Centro de Estudios Históricos y Ciencias Sociales [CEHYCSO], Norte Histórico n° 5-6, La Serena, 2019, ISSN : 0719-4587].

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search