Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus2023Jean-Numa Ducange, La République ...

2023

Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme

Malakoff, Armand Colin, coll. » Mnemosya », 2022, 304 p.
Olivier Baisez
Référence(s) :

Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme, Malakoff, Armand Colin, coll. » Mnemosya », 2022, 304 p.

Texte intégral

1L’un des objectifs affichés du livre de Jean-Numa Ducange est de prendre « Weimar » par son début, et non par sa fin. Il se concentre sur le « court moment révolutionnaire » qui commence en 1918, mais dont la clôture est beaucoup plus difficile à établir. Comme l’indique son sous-titre, il est principalement question des capitales Berlin et Vienne, mais aussi, plus largement d’une Mitteleuropa germanophone et révolutionnaire. Après une introduction qui pose le cadre d’analyse, suivent six chapitres thématiques, une conclusion générale, une brève bibliographie (p. 239-246) et des notes.

2Dans le premier chapitre, Jean-Numa Ducange retrace l’histoire de l’espérance révolutionnaire en Allemagne et insiste sur l’effort des socialistes allemands pour s’approprier la révolution, fortement liée à la France. Il rappelle l’impressionnante structuration du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) et de ses organisations satellites (syndicats, coopératives), mais il indique aussi les lignes de faille idéologiques et générationnelles qui traversent le parti. Dans l’Empire allemand des Hohenzollern comme dans l’Autriche-Hongrie des Habsbourg existent conjointement la vieille aspiration à l’unité de tous les Allemands et le désir de changement social. Le degré d’organisation des socialistes allemands leur confère un statut particulier au sein de l’Internationale socialiste, où l’on est convaincu que Berlin et Vienne joueront un rôle clef dans la révolution à venir.

3Le deuxième chapitre est le plus événementiel de l’ouvrage. La guerre a mis à bas deux convictions des socialistes allemands : leur capacité à empêcher un tel conflit et l’idée que les révolutions appartiennent au passé. L’opposition entre le réformisme par degrés des dirigeants du SPD, qui s’inscrivent dans une perspective de construction de l’État social, et les appels à la dictature du prolétariat dans des franges refusant de se compromettre avec le nationalisme et le militarisme du régime, est bien connue. Ce qui l’est moins, c’est que le « spartakisme », associé aux noms de Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, ne se superpose pas exactement à la scission des « indépendants » du Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne (USPD). L’auteur remet en question la présentation souvent bien trop binaire et simpliste du socialisme allemand au sortir de la Première Guerre mondiale, même s’il évoque une situation de « double pouvoir » à propos du conflit de légitimité entre les deux républiques proclamées le 9 novembre 1918 à Berlin. La notion d’incertitude, présente dans le titre du chapitre, éclaire le contexte d’une sortie de guerre qui a vu s’écrouler deux dynasties impériales qu’on avait pensé inamovibles. Si la « légende du coup de poignard dans le dos » est assurément un fantasme de la droite nationaliste, la situation de la fin 1918 est perçue par certains socialistes comme une occasion de réaliser les promesses révolutionnaires de 1848. L’internationalisme et le vieux rêve révolutionnaire d’une république rassemblant l’ensemble des Allemands, par-delà le dualisme austro-prussien, peuvent conduire à relativiser la défaite. La constitution élaborée à Weimar et adoptée en 1919 reste loin des rêves de république grande-allemande avec une seule assemblée législative, et les premières élections voient la première « grande coalition » se former, ce qui concrétise encore le clivage entre le SPD dit majoritaire et les socialistes révolutionnaires. À propos des « républiques des conseils » fondées à Budapest, Munich ou de l’insurrection communiste berlinoise, Jean-Numa Ducange souligne à la fois un contexte d’effervescence transnationale, avec ses effets d’entraînement, et le fait que les rapports de force réels sont défavorables aux révolutionnaires : non seulement la répression est mieux armée qu’eux, mais la masse des travailleurs continue de suivre les sociaux-démocrates. L’absence de percée communiste en Autriche s’explique aussi par le fait que la ligne du Parti ouvrier social-démocrate (SDAP) est plus à gauche que celle du SPD et parvient à préserver l’unité en évitant que des « poids lourds » du parti ne rejoignent les communistes.

  • 1 Axel Weipert, Die zweite Revolution. Rätebewegung in Berlin 1918-1919, Berlin, BeBra Wissenschaft V (...)

4Le troisième chapitre approfondit la question du « conseillisme » (Rätebewegung), défini comme une idéologie antiétatique et proposant une autre conception de la démocratie, plus immédiate, sans délégation de souveraineté et animée d’une volonté de transformation sociale révolutionnaire. Le concept de « deuxième révolution », emprunté à l’historien Axel Weipert1, est utilisé pour désigner cette phase du processus révolutionnaire qui manifeste une grande méfiance envers toute forme d’institution hiérarchique et donne lieu à un certain nombre de projections théoriques dans un futur révolutionné (chez Otto Rühle, Richard Müller, Karl Korsch, Gustav Landauer, Anton Pannekoek ou encore Max Adler). C’est un moment historique singulier et presque sans équivalent, hormis dans les années 1970, qui est ici mis en lumière, et dans lequel apparaissent des continuités de longue durée : dans le Nord-Ouest de l’Allemagne comme aux Pays-Bas, marqués par le millénarisme protestant radical, ce rejet des structures institutionnelles est plus fort que dans l’Autriche de tradition catholique. Jean-Numa Ducange n’omet pas de signaler les limites de l’expérience des conseils, dont il indique aussi la grande diversité : faible intégration des femmes, refus d’accorder le droit de vote aux « privilégiés » (ce qui a pour effet de les braquer contre les conseils), et surtout incapacité à s’extraire du temps court de la révolution et de l’utopie pour se projeter vers un au-delà de la révolution.

5Prenant le contre-pied d’une tendance de l’historiographie française à se concentrer sur l’Europe occidentale et sur les bornes « 14-18 », le quatrième chapitre traite de la révolution comme d’une « question d’Orient » dans laquelle colonialisme, russophobie et antisémitisme déterminent le regard porté sur des phénomènes politiques. Longtemps associé à la France, pays de la révolution, et donc à l’Occident, le socialisme bascule pendant la Première Guerre mondiale du côté de l’Est. Jean-Numa Ducange montre dans ce chapitre comment l’adversaire bolchevique, ou simplement révolutionnaire, est orientalisé (Edward Saïd) et « colonialisé », non seulement à droite, mais aussi dans les rangs du SPD, dont les dirigeants s’inscrivent dans le consensus colonial. Si la crainte du bolchevik est si forte, c’est aussi parce que cette figure politique est indissociable de la Russie, et qu’elle se combine avec d’autres éléments idéologiques plus anciens comme l’hostilité envers les peuples slaves ou l’anti-tsarisme progressiste. Les adjectifs communiste, spartakiste, bolchevique, russe, asiatique et oriental fonctionnent comme un réseau sémantique de quasi-synonymes dans le cadre d’une dichotomie opposant une forme civilisée de socialisme à un communisme barbare. Tant l’arrivée au pouvoir des communistes à Budapest en mars 1919 que la présence massive à Berlin d’exilés russes, ou que la russophilie des communistes désireux de contrer la propagande officielle antirusse, concourent à exacerber la russophobie ambiante. C’est dans ce contexte également que se diffuse la figure du « judéo-bolchevisme » comme synthèse de l’ennemi. Au niveau théorique, il est intéressant d’observer que l’interrogation sur le monde « colonial » ou « barbare » (recèle-t-il le passé ou l’avenir du genre humain ?), désormais associée à la réflexion d’Antonio Gramsci mais présente aussi chez Karl Radek, Paul Lévi, Hermann Gorter, Ernst Thälmann ou Karl Kautsky, se rattache à une sorte de philosophie hégélienne de l’histoire : pour nombre d’acteurs politiques, le bolchevisme en Allemagne va contre le sens de l’histoire, qui progresse d’Est en Ouest et relève de la « question d’Orient ».

6Le cinquième chapitre pose la question fondamentale de savoir si les événements des années 1918 à 1922 en Mitteleuropa justifient qu’on parle de révolution. Pour les contemporains, cela ne fait aucun doute. En témoignent de nombreux écrits du for privé, qui relèvent à la fois une mobilisation comme seule une révolution en provoque, et manifestent le souci de s’inscrire dans une histoire longue remontant jusqu’à la Guerre des paysans du XVIe siècle. Selon Jean-Numa Ducange, dénier à la « révolution allemande » le caractère d’une révolution, c’est céder à l’erreur téléologique et laisser l’échec des républiques nées en 1918 écraser totalement leurs commencements et les possibles qu’ils ont ouverts. Même si la violence politique est légitimée dans les discours par l’expérience de la guerre ou l’humiliation de la défaite, Jean-Numa Ducange rejette la notion d’une brutalisation massive et d’une continuité entre sortie de guerre et ascension du nazisme. Il existe selon lui un véritable entre-deux qui n’est pas une guerre civile larvée permanente et, marqué au contraire par une volonté largement partagée de limiter la violence. Les variations régionales de l’intensité du phénomène révolutionnaire sont importantes, et une grande partie de la population se concentre surtout sur son propre sort. L’absence d’une vaste recomposition de la propriété, malgré des « commissions de socialisation » et contrairement à ce qui s’était passé avec la vente des biens de l’Église à partir de 1790 en France ou aux nationalisations en Russie après 1917, contribue à installer l’idée que les « grandes » révolutions sont ailleurs. Terminer une révolution est toujours difficile, et le SPD se trouve de ce point de vue dans une situation très délicate, dans la mesure où il s’est construit historiquement comme un parti révolutionnaire et, participant à l’exercice du pouvoir depuis le dernier gouvernement de l’Empire formé le 3 octobre 1918, il prend part aussi à la répression de la révolution. Le thème de la trahison sociale-démocrate traverse depuis la mémoire et l’historiographie de gauche. Cependant, les grandes mesures de politique sociale mises en œuvre dans l’après-guerre ne permettent pas de ranger le SPD dans le camp de la contre-révolution.

7Le chapitre six s’interroge sur le rapport des révolutionnaires au fait national, alors que les Allemands semblent être passés en quelques années du statut de peuple dominant (et colonisateur) à celui de dominés au sein du nouvel ordre international européen. Des communistes comme Karl Radek défendent à la fois la révolution et la nation, à la manière des mouvements anticoloniaux. Mais Jean-Numa Ducange s’intéresse surtout à l’idée de « révolution conservatrice » et à la question des convergences idéologiques entre nationalistes (voire nazis) et socialistes. Il existe bel et bien un socialisme nationaliste et des rapprochements ponctuels entre communistes et nationalistes qui se revendiquent de la révolution, mais rien d’organisé. Les nationalistes restent hostiles au mouvement ouvrier et à l’internationalisme, et le racisme demeure étranger au communisme. Surtout, les communistes s’inscrivent dans un cadre républicain, bien qu’ils en défendent leur propre définition, alors que les nationalistes honnissent la république sous toutes ses formes. À Berlin comme à Vienne vit pendant une décennie le rêve d’une Allemagne des conseils, porté non seulement par la croissance du parti communiste, mais aussi par des mouvances communistes hostiles à la stalinisation. À travers la participation au gouvernement (municipal ou national), les organisations socialistes sont conduites à revaloriser le rôle de l’État et la question du droit comme moyen d’amener le progrès social.

  • 2 Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme, Malakoff, A (...)

8Ce n’est qu’en lisant la conclusion que le lecteur comprend pourquoi le livre est sous-titré « aux sources du nazisme ». La révolution y est présentée comme un « moment démocratique exceptionnel […] qui trouve sa conclusion avec la pire tragédie du siècle » et « il semble indispensable de rappeler que le régime né en 1933, au-delà de tous les éléments qui peuvent le caractériser, constitue l’envers des espoirs soulevés en 19182 ». Au-delà d’être une réaction au bolchevisme, comme l’écrivait Ernst Nolte dans les années 1980, le nazisme réagit au mouvement ouvrier dans son ensemble et au fait qu’il soit devenu un acteur de l’histoire. Depuis la montée en puissance du socialisme organisé en partis, c’est l’obsession de la droite nationaliste de mettre un terme à cette situation. Le choix du sous-titre ne convainc cependant pas tout à fait, car il n’est que très peu question des origines du nazisme dans le livre, et il va même à rebours de l’intention affichée, qui est de détacher l’interprétation de « Weimar » de sa fin.

9Au total, la lecture de cet ouvrage est extrêmement intéressante, bien que le statut en soit quelque peu incertain. Pour le grand public ou des étudiants de premier cycle, le seuil d’entrée est élevé, car les réflexions proposées supposent une bonne connaissance de l’histoire des espaces considérés. Malgré la présence de quelques paragraphes biographiques sur certaines personnalités ou des passages à caractère relativement événementiel centrés sur une phase particulière de la révolution, on est loin d’un manuel accessible qui ferait le tour des principaux aspects du sujet. Il ne s’agit pas non plus d’une « grande synthèse » : les références bibliographiques sont certes nombreuses, mais ne construisent pas un paysage des travaux sur la période qui tendrait vers l’exhaustivité. Le plus judicieux est sans doute de considérer ce livre comme un essai stimulant sur la genèse des deux républiques nées à Berlin et à Vienne, sur leurs origines dans le XIXe siècle et sur leurs futurs non advenus.

Haut de page

Notes

1 Axel Weipert, Die zweite Revolution. Rätebewegung in Berlin 1918-1919, Berlin, BeBra Wissenschaft Verlag, 2018.

2 Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme, Malakoff, Armand Colin, coll. « Mnemosya », 2022, p. 232-233.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Baisez, « Jean-Numa Ducange, La République ensanglantée. Berlin, Vienne : aux sources du nazisme »Histoire Politique [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 24 février 2023, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoirepolitique/9510 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoirepolitique.9510

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search